Psychologies magazine, le maquillage et les pourquoi pas

DSC_0009
Lorsqu'on m'a proposé ce sujet, "Pourquoi se maquille-t-on ?", j'ai dans un premier temps cru à une blague. Comment moi, la cancre absolue en beauté, pourrais-je répondre à cette question, qui plus est intelligemment ? Sur quatre pages.

Angoissage.

Et puis je me suis rappelé que le journalisme ne consistait pas à écrire uniquement sur ce qu'on connait. Voire même que parfois, être très proche de son sujet c'est un peu parasitant.

Dans ce cas précis en tous cas, autant vous avouer que je partais vierge comme Marie. Et comme souvent lorsqu'on ne s'y attend pas, je suis allée de rencontres en rencontres. Une ancienne top model de chez Chanel reconvertie en psychanalyste, une maquilleuse indépendante parlant de ses illustres clients avec une tendresse émouvante ou encore une femme de 78 ans qui tous les jours sacrifie au même rituel beauté et qui continue depuis la mort de son mari, pour elle, parce qu'elle n'est pas elle sans son rouge aux lèvres.

Surtout, j'ai parlé avec cette esthéticienne qui travaille exclusivement auprès des femmes malades de cancer pour essayer de leur redonner un peu d'amour d'elles-mêmes. Je ne l'ai pas vue, nous avons juste échangé au téléphone. Un instant dont la brièveté ne m'a pas empêchée d'être extrèmement touchée. Elle s'excusait de ne pas trouver les mots pour m'expliquer à quel point ce qu'elle accomplissait allait pour elle bien au delà de l'esthétique. Pourtant, ses hésitations et ses silences traduisaient à elles-seules son immense respect pour ses patientes et la dimension spirituelle de ce maquillage réparateur. "Le geste compte plus que le résultat", m'a-t-elle confié dans un souffle.

En raccrochant, j'ai pensé que j'avais touché du doigt ce que pouvait être la bonté.

Et aujourd'hui, lorsque j'ai ouvert mon Psychologies Magazine (février) et que j'y ai vu mon article, je me suis souvenu de cette phrase d'une chanson de Vanessa Paradis, vue lundi soir en concert:

"Parfois on regarde les choses telles qu'elles sont en se demandant pourquoi. Parfois on les regarde telles qu'elles pourraient être en se disant pourquoi pas".

Tous les matins en ce moment, je réalise que j'ai entrouvert la porte de ce pourquoi pas. Et cette pensée fugace, qui n'exclut pas quelques suées dans la journée, me remplit d'un immense bonheur.

Edit: Les taches sur le papier sont les empreintes laissées par les miettes de mon croissant ce matin. On ne se refait pas.

Edit2: Pour celles qui voudraient le lire, j'imagine que l'article sera prochainement en ligne sur le site mais je ne l'ai pas trouvé pour l'instant.

100 comments sur “Psychologies magazine, le maquillage et les pourquoi pas”

  1. Claire von M a dit…

    Dialogue (véridique) entre une de mes potes et son rejetons :

    « Maman, pourquoi tu te maquilles? »
    « Mais pour être plus jolie mon chéri »
    « Ben c’est raté »

    Bon, et sur ce,je vais aller me maquiller…

    Répondre
  2. flo a dit…

    Je ne me suis jamais maquillée car depuis l’adolescence j’ai l’impression (idiote, mais bien ancrée) qu’il s’agit en se maquillant de cacher sa vérité. Il faudrait changer le mot « maquiller » par un mot plus valorisant.
    C’est très très bête, je sais… mais je reste incapable de me « maquiller ».

    Répondre
  3. LE CHEMIN DU BONHEUR a dit…

    Trop drole ce matin j’ai regardé mon pyscho reçu hier,et j’ai pensé yes ya p’têt un article de caroline ! Bingo ! Et là je me suis dis en voyant le thème « elle est trop forte » ! Car bien sûr je ne t’imaginais pas sur ce coup là. Et c’est ça qui est génial, justement !
    Pour en revenir à la phrase de Vanessa que j’adore elle est empruntée à Kennedy qui citait Bernard Shaw« « CERTAINS REGARDENT LA RÉALITÉ ET DISENT : « POURQUOI ? » MOI, JE RÊVE DE L’IMPOSSIBLE ET JE DIS : « POURQUOI PAS ? »
    Merveilleuse façon d’envisager la vie !

    Répondre
  4. une ronde aussi a dit…

    Je me maquille très peu, seulement les yeux en fait.
    Mais je n’imagine pas un instant sortir, (m^me rester chez moi d’ailleurs) sans ricil. Sans maquillage, j’ai des cils de porc.

    Bref, pas de culotte, passe encore, mais jamais sans mon ricil.

    biz ou?

    Répondre
  5. Zaz06 a dit…

    Je vais encore citer Colette …en évoquant une femme très malheureuse car larguée par son amoureux quelques jours auparavant, mais qui tous les matins, se préparait, se coiffait, se maquillait: « C’est de l’héroïsme de poupée, mais de l’héroïsme tout de même. »

    Je me maquille très peu moi-même, mais toujours un peu. Un peu de poudre compacte, un chouïa de mascara, une larme de gloss. C’est comme enfiler un vêtement tout propre et frais tous les jours. Un peu d’estime pour soi, et une forme de courtoisie pour les autres.

    Répondre
  6. Françoise a dit…

    Je suis maquilleuse, un jour en discutant avec une actrice, elle me disait que souvent quand elle se maquillait c’était pour se cacher, en faites pour montrer une autre personalité d’elle, mais que son vrait « moi », n’était pas aussi joyeux.

    Répondre
  7. Bab's a dit…

    Et bien je vais devoir attendre la sortie en ligne..

    Moi je me maquille, les yeux principalement car suite à une maladie, je n’ai plus ni cils ni sourcils, et que sans « effets » je ne ressemble à rien! C’est pour moi vital, pour être moi et me sentir femme!

    Répondre
  8. MamzellecarnetO a dit…

    je me maquille un peu, surtout les yeux. En semaine, je me maquille pour le bureau, parce que dans la mode… c’est la mode (non, surtout parce que c’est obligatoire !!). En we, je me maquille pour pétiller plus pour mon Lovegeek, mais pas toujours, parce que ce qui me rosit les joues le plus, ce qui me fait le plus briller les yeux, c’est lui !

    Répondre
  9. bealacigale a dit…

    avant je me maquillais peu, juste camoufler les petits boutons et du rimmel sur mes cils que j’avais longs et qui étaient ma fierté, à la suite de la chimio, j’ai perdu presque tous les cils et les sourcils, et j’ai du acheté des crayons, des noirs, des marrons, et j’ai appris à arranger tout ça ! et maintenant que je vois revenir mes cils, bien alignés en rang et prêts à grandir, je suis trop contente ! alors pourquoi pas !

    Répondre
  10. nat a dit…

    bonjour caro;
    je ne savais pas que je ne savais pas me maquiller jusqu’à il n’y a pas très longtemps,
    sur un site qui propose mille et une chose , sorties , resto ,sport,
    je me suis inscrite à une « remise en beauté », sortie gratuite précisait le site, tu viens avec ou pas ta trousse de maquillage,
    on est venueon va dire, nous étions 4 , une jeune fille de 22 ans , une quinqua, ;et 2 quadra, accueil chaleureux; dans un salon d’esthétique soins spa, nous nous installons timidement sur les sofa, les 2 esthéticiennes nous mettent immédiatement à l’aise, boissons , ti fours, et aussitôt on entre dans le vif du sujet, qu’attendez vous de cette sortie? me demande notre hotesse, euh.. ( c’est moi qui répond ), je crois que je n’ai jamais su me maquiller, ça tient pas, et surtout je ne me sens pas belle, ,on va directement dans la pièce où tout va se dérouler , pendant 2 heures, on apprend à se démaquiller , ( si si .. je ne savais pas que je le faisais mal)
    ensuite application de la crème de jour , etc etc,
    au final , j’ai réellement appris à me maquiller, c’est beau , ça tient, mine de rien on m’a complimenter à mon boulot
    on s’est prise en photo , avec les avant , après,
    une participante m’a soufflé , vous savez je ne me suis jamais maquillée de ma vie,je suis éblouie par le résultat,
    nous sommes repartie , souriante, heureuse, grâce à la chaleureuse compétence de nos 2 esthéticiennes, avec de précieux conseils, et quelques produits, ( je ne savais pas que c’est indispensable d’appliquer de l’anti cerne..)
    voilà caro.

    Répondre
  11. Tournikette a dit…

    je vous kiffe tous grave, Caro et les commentatrices ! je pense que lire les comms, excuse moi Caro, me dispense de l’article, et là …
    soupirs…silences… que dire de plus ? ….. vous lire me comble…. bonne journée à tutti

    PS : Caro, au beurre les croissants ? (j’en rêve tous les matins, à Nimes on sait pas faire…)

    Répondre
  12. Cécile - Une quadra a dit…

    Entre 20 et 35 ans je me maquillais quasi tous les jours, en fait week end excepté, un vrai rituel, le teint, les yeux, la bouche, le tout adapté aux fringues et/ou à la circonstance. Je servais aussi de modèle pour des shows de coiffure donc maquillage de scène parfois déjantés. Lorsque je n’avais pas le moral c’était séance de peinture sur tronche de cake, j’essayais tout et n’importe quoi, je testais, ça me détendais et hop c’était reparti pour un tour.
    Il était inconcevable que je ne sois pas maquillée pour bosser, bon qunad je bossais en 3X8 et que j’étais de l’équipe du matin, à 5h00, je venais avec ma trousse et je le faisait sur place, généralement jusqu’à 7h00 c’était calme et j’avais le temps. L’horreur ça a été une fois où en arrivant c’était déjà le bazar et pas eu le temps de me déguiser avant l’arrivée de tout le monde à 8h30. Tous étaient d’accord, j’avais du passer une très mauvaise nuit, voire faire la bringue avant de venir et/ou était épuisée par le stress de la situation… tu parles non j’avais juste pas mis de trompe couillon comme on dit ici…
    Un peu avant 35 ans j’ai rencontré mon cher époux qui déteste « les peintures » j’ai donc commencé par me maquiller plus légèrement puis moins souvent, puis est arrivée miss qui m’a bien bouffé le temps réservé à cette activité et petit à petit je ne me suis plus maquillée. Désormais c’est l’exception, une occasion spéciale où il faut paraitre vraiment au mieux de sa forme etc qui me fait passer du temps devant le miroir, avec parfois le même résultat que Claire de la part de ma marmaille… Ah c’est pour être plus jolie ? Oui… ben t’es un petit belle comme ça… connaissant l’engin c’est pas un compliment, ce sont les prémisses de la diplomatie 😀
    Mais comme elle commence de plus en plus à tomber dans mes produits, j’essaie de lui apprendre petit à petit les notions du maquillage, pour qu’elle puisse ressortir de la sale de bain sans ressembler à une voiture volée ou à une péripatéticienne sur le retour…
    Mais le maquillage parfois ça me manque, alors hop je ressort mes pinceaux et mes fards et à d’autre moment m’en fiche royalement… Et depuis qq années je me maquillais uniquement pour moi, c’est à dire le soir, sans sortie aucune, juste pour ne pas perdre la main et voir si je retrouvais mes marques sur mon visage qui a pas mal changé en 10 ans. Maintenant j’ai retrouvé une façon différente de me maquiller qui me satisfait à peu près, planque mes plus défauts et met en valeur mes quelques avantages, mais ça prend plus de temps, on va dire qu’avant c’était juste une mise ne valeur maintenant ça ressemble plus à du travail de restauration, une fois que j’aurai accepté les changements, si ça arrive, on repartira sans doute sur une simple mise en valeur ou je ne me maquillerai plus du tout et je n’en aurai plus envie

    Répondre
  13. Mayaserana - Fraise a dit…

    Je me maquille tous les matins, même le weekend, pour traîner. Je ne suis pas prête à entamer ma journée si je ne suis pas maquillée. La preuve : mon réveil n’a pas sonné ce matin, je viens de me lever (à l’heure où je suis censée partir) hé bien je vais quand même prendre 10 minutes pour me maquiller !

    Répondre
  14. Nine back from USA a dit…

    J’ai hâte de lire ton article car j’adore me maquiller, essayer des produits de beauté, faire des soins dans des instituts, contrairement à ma maman et à mes 2 sœurs. Je me suis toujours demandée d’où ça pouvait venir, je sens que je vais trouver des pistes à explorer.

    Et sinon, heureusement que les journalistes peuvent traiter de plein de sujets, y compris ce qu’ils ne maîtrisent pas sur le bout des doigts. Ca donne une approche plus intéressante souvent.

    Répondre
  15. catou a dit…

    Hier soir, dans mon lit, j’ai commencé à feuilleter mon « Psychologie magazine » (je suis abonnée depuis des années…) et le 1er article sur lequel je suis tombée est le tien, quel bonheur de te lire.
    Pour moi qui ai 53 ans bientôt, le maquillage est très important, je ne sors pas non maquillée et même le week-end, je me maquille. Je trouve que ça me donne bonne mine, je ne me cache pas derrière le maquillage comme pensent certaines…je trouve que ça m’embellit…si beauté il y a au départ… (quand je dis maquillage, c’est ricil, crayon noir ou vert sous l’oeil, rouge à lèvre et gloss + fard à joue…ça parait beaucoup dit comme ça mais en fait c’est très naturel, mais indispensable à mon peu de confiance en moi!).

    Répondre
  16. 'tine a dit…

    Comme Tournikette je vous kiffe grave Caro en preum’s et tous ces beaux commentaires, drôles, sérieux, drôles et sérieux, sensibles, doux, tendres, profonds ou pleins de connerie… c’est bon mais que c’est bon de passer par ici 😉 Bonne journée… aujourd’hui grande réunion je me maquille !

    Répondre
  17. Sasha a dit…

    Jusqu’à l’année dernière, hors de question pour moi de laisser un tube de mascara ou un rouge à lèvres m’approcher à moins de dix kilomètres. Le maquillage était, dans mon esprit, associé à une formidable hypocrisie.

    Puis j’ai commencé à en mettre, de manière très discrète. Ce qui ne m’a pas empêché de recevoir des compliments qui m’ont mise en confiance. Aujourd’hui, je ne me vois pas passer deux heures dans la salle de bains chaque matin… Mais je comprends que certaines le fassent.

    Bravo pour cet article et longue vie à votre collaboration avec Psycho!

    Répondre
  18. 'tine a dit…

    hannnn Caro tu pourrais être la fille de mon père… à qui je pique le quotidien de PQR régulièrement et qui est tout bougnété de son petit déj…

    (bougnété : tâché… encore un mot que j’aime… vous me dites hein si je vous saoule avec mes mots de notre patois ???!!!)

    Répondre
  19. Valérie de Rennes a dit…

    Je vais finir par m’abonner à ce magazine, moi !

    J’aime beaucoup ce que tu écris dans ce post, c’est tout doux ce matin, et ça me fait du bien ! Je vais peut-être m’y mettre, moi aussi, au maquillage… Allez : pourquoi pas ?

    MERCI Caro !

    Répondre
  20. Nathalie a dit…

    J’aime beaucoup cette phrase de Mark Twain :

    « Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait. »

    Quant au maquillage je ne saurais pas par où commencer ! je suis preneuse de bons conseils mais j’ai pas de sous …

    Répondre
  21. MimienAquitaine a dit…

    J’ai assiste a l’intervention d’une socio-estheticienne qui prend en charge des enfants atteints de cancer dans un hopital pediatrique et j’ai ete extremement touchee. Moi qui ne suis jamais allee chez une estheticienne, tout a coup, son metier devenait tellement important.
    Je vais etre obligee de m’abonner a Psychologie mag du coup…

    Répondre
  22. The Cake a dit…

    Le maquillage et au-delà, je dirai, sentir bon, être douce, prendre soin de soi tout simplement, dès lors qu’on le fait pour soi, dans l’attente de l’être pour l’autre et pas seulement l’être aimé ! J’adore croiser une personne, connue ou non, et être séduite par un regard, une odeur, un mouvement de chevelure…
    C’est bon de séduire.
    C’est bon d’être séduite.

    Répondre
  23. leyleydu95 a dit…

    Ma tante qui était en soins palliatifs jusqu’en juillet dernier a eu la visite d’une esthéticienne qui lui avait fait les ongles et massé les mains et je peux confirmer le bien que ça lui avait fait.
    Elle avait beaucoup de mal à s’exprimer mais nous avions évoqué le bien être que cela lui avait procuré.
    Quand elle nous a quitté quelques heures plus tard, j’ai pensé qu’elle était partie avec les ongles faits, elle qui avait toujours été une très belle femme…
    Ca m’a fait du bien de croire que le crabe n’avait pas complètement gagné sur tous les fronts!

    Répondre
  24. christiane a dit…

    J’ai acheté des rouges à lèvres par milliers, et n’en mettait jamais, j’avais l’impression d’être déguisée,et puis il quelques mois, je suis entré dans une parfumerie, ou une vendeuse était adorable et disponible, et elle m’a fait essayer des couleurs fortes que je n’aurais jamais osé porter. Depuis ce jour le rouge à lèvres c’est devenu mon quotidien. Caroline hier j’ai coupé ma frange, j’hésitais depuis un moment, je suis super contente il parait que ça me rajeunit.

    Répondre
  25. sissie a dit…

    je suis aussi comme toi sans mon « ricil » beurk un regard que je n’aime pas du tout : trop fade… si j’ai oublié mon rituel matinal çà se remarque aussitôt.

    Répondre
  26. Laure a dit…

    C’était un soir.
    Je venais de me préparer pour sortir.
    Robe, bijoux, maquillage…
    Mon fils, 4 ans, en admiration devant moi :
    « oh, maman, t’es belle!… t’es belle… comme un américain! »
    sic!

    Répondre
  27. hopanie a dit…

    Suite au comm de Claire von M (le prems)
    Mon fils 3 ans 1/2 ce matin même :
    (en pyjama) – Maman, est ce que je suis beau ?
    – mais oui mais pourquoi tu me demandes ça (mon fils est très beau en vrai !)
    – parce que j’ai mis du maquillage !! (au crayon de couleur)
    Bref Claire : moi ça marche !!

    Répondre
  28. Mélisse a dit…

    Bravo !
    Et pourquoi quelqu’un qui se maquille tout le temps (moi au hasard) n’a pas envie certains jours (cette semaine au hasard) alors que je ne suis ni déprimée ni chonchon du poney ???
    Ben je sais pas et ça m’empêche pas de dormir ceci dit

    Répondre
  29. Tatranskycaj a dit…

    J ai beaucoup aimé ton passage sur l esthéticienne qui travaille en milieu hospitalier. Ma mere est en service long séjour a l hôpital depuis plus de 10 ans et chaque fois que je vais la voir je prends soin d elle, on fait la totale: nettoyage de peau, masque, creme, maquillage, lait pour le corps, coiffure et elle adore ca. Elle était une tres belle femme qui aimait se pomponner, du coup maintenant je la bichonne des que je rentre et c est important pour elle. Ca me fait repenser au médecin directeur de ce service qui répliquait aux familles se plaignant de la fermeture du poste « coiffeuse esthéticienne » que maintenir une coiffeuse meme a mi-temps était un luxe pour son service et un luxe pour ses patients! Pourtant le sourire de ma mere pour chaque compliment sur sa beauté et sa mise lui aurait fait comprendre que non c est pas du luxe, mais de la dignité et une forme de combat face a la maladie.

    Sinon,pour ajouter ma pierre a l édifice, moi je me suis maquillée tard et j ai appris seule, d abord en me maquillant de facon tres naturelle et apres en osant différentes teintes. Et depuis que mon mari est parti sans prévenir, je me maquille plus souvent (je regarde meme les tutos de Michelle Phan c est dire)une facon de garder la tete haute. Je n ai jamais concu le maquillage comme un masque derriere lequel se cacher, mais comme un révélateur, un moyen pour chacune de révéler sa beauté voire sa personnalité : meme quand je n ai pas le temps, j utilise toujours mon kohl qui me fait de beaux yeux de Mille et une nuits et me rappelle l Algérie paternelle.

    Désolée pour le pavé! Et pour les accents et autres, clavier qwerty.

    Répondre
  30. Geneviève a dit…

    Caroline, je ne me maquille jamais, je ne sais pas mais j’ai toujours était interessée par ces questions sur l’image de soi, l’image du corps et du corps malade ou vieillissant.
    Ton texte me touche, les commentaires me touchent et j’ai hâte de lire cet article. Je trouve dans tous ces mots ce matin beaucoup d’humanité.
    J’aime cette chanson aussi de Vanessa paradis et, merci Le CHEMIN DU BONHEUR, de nous apprendre (de M’apprendre) l’origine de cette phrase.
    @ Nathalie, j’aime bien le rapprochement que tu fais avec cette autre citation que j’aime aussi.
    Bref, j’aime tout le monde ce matin on dirait…

    Répondre
  31. elena a dit…

    Je crois que l’angle du papier est tout trouvé!
    En lisant ce billet, je repense à la citation de Saint Exupéry « Faites que le rêve dévore votre vie afin que la vie ne dévore pas votre rêve. »
    Et si le maquillage en était le moyen?!
    Bonne journée 🙂

    Répondre
  32. Hecatessence a dit…

    En tant que sociologue je trouve les personnes que tu as eu l’occasion d’interviewer très adaptées, mais ne manque t’il pas une personne qui elle ne se maquille pas et prône cette absence?

    Bien sûr en tant que journaliste l’objectif est plutôt de faire passer une idée du maquillage qui te plaît. Et celle de la maquilleuse auprès de personnes malades est très touchante.
    Tu sais que des hommes aussi se maquillent? C’est particulièrement utile dans les services hospitaliers ou se retrouvent des personnes défigurées par exemple, mais pas seulement.

    Hâte de te lire 🙂

    Répondre
  33. Banane a dit…

    Pour moi aussi : que les yeux. Et il est rare que j’oublie mais ça m’arrive, de me laisser dépassée par mon quotidien de maman qui gère l’école/la nounou le matin… bonjour la cata arrivée au boulot, quand je vois mes pauvres yeux tout fadasses dans le miroir et que c’est parti pour être comme ça toute la journée!
    ;o)

    Très beaux, ces échanges. Ca fait envie de faire ton métier, mais je crois que je n’aurais pas sû retranscrire les choses, seulement m’en nourrir.

    Répondre
  34. anne a dit…

    BOnjour Caroline
    Bravo pour ce premier article de ta « nouvelle vie » (le mot est pompeux, je sais, mais quand même c’est un sacré changement alors allons-y!). Bravo de t’être lancée, et bravo de rebondir aussi bien aussi vite…
    Bonne journée
    Anne

    Répondre
  35. La Vouivre a dit…

    Le maquillage fait partie de mon rituel matinal : un peu d’anti-cernes cache misère (rougeurs, petites imperfections), un coup de poudre transparente pour bien matifier, pas souvent de blush (pas besoin) parfois un peu de terre de soleil, du mascara, un trait de crayon, un baume teinté sur les lèvres et roule ma poule! C’est mon maquillage minimum qui suffit bien pour le quotidien et puis, et puis….
    Il y a le maquillage grand jeu, celui qui surgit quand j’ai la pêche et que je veux me séduire, les séduire, LE séduire. Eye-liner pour oeil de biche, bouche travaillée au pinceau, fond de teint et enlumineur, parfois faux cils, parfois paillettes, ongles passés au polissoir ou vernis de couleur, et la touche finale, un nuage de parfum!
    Avec l’âge je me maquille de moins en moins mais mieux, les paupières se fripent et ne permettent plus trop de fantaisie, mais ça ne me dérange pas car mon challenge c’est d’oser sortir le visage presque nu comme Tilda Swinton.

    Répondre
  36. lynha a dit…

    Le matin, quand je sors de la salle de bain enfin maquillée, j’ai toujours droit à « Que t’es belle maman!! »… de mes petits bouts de trois et cinq ans. Et l’Homme, lui, pas un mot et rigole!! Pffff!

    Répondre
  37. Nougatine a dit…

    Sortir (de la maison je précise) non maquillée et non parfumée, c’est pour moi comme sortir sans être prête, il me manque vraiment quelque chose, pourtant je me maquille que très légèrement! Même lorsque je fais du sport, par ex j’ai fait le GR20 avec mon khool dans le sac à dos, un ti coup le matin et ça me donne des ailes!
    Je suis abonnée depuis de nombreuses années à Psychologie mag et je dois avouer que je ne l’ouvre plus de la même façon, comme l’impression que j’ai une copine qui écrit des articles, que je vais retrouver au fil des pages et j’aime bien cette tit’ fierté.
    Merci Caro

    Répondre
  38. Véro la Bisontine a dit…

    Pour moi le maquillage est important.
    C’est au départ un plaisir pour moi; ensuite, si on me fait des compliments, je prends.
    Ensuite, je me trouve un peu fadasse sans maquillage (on me demande facilement si je suis malade); alors j’aime bien aussi donner une impression de fille vivante!
    J’ai pas encore eu le numéro de psychologies dans ma boite aux lettres, peut être ce soir en rentrant??? (j’ai hâte).

    Répondre
  39. zézé a dit…

    Zut.
    A vous lire je loupe quelque chose. Jamais mis de maquillage, jamais essayé, Juste des fois, passée entre les mains « expertes » de petites nièces équipées. 4/5 ans les nièces, tu imagines la tronche!!!
    Pas le goût à ça.
    Le souci c’est que mon teint de pêche fout le camp et qu’en ce moment je ressemble un jour sur deux à Casper et l’autre à Morticia.
    Alors je me pince les joues, et je me dis, va falloir trouver un truc avant que les brancadiers me chargent sans pour autant m’etre trouvée mal…
    Mais au fond de moi, rien à faire, appliquer tout cela sur ma face, c’est tricher, c’est je ne sais dire, c’est se foutre de moi et afficher ce que je ne suis pas… bref, je n’y arrive pas.
    A Psychologies, ils ont gagné une nouvelle lectrice.
    Oui madame.

    Répondre
  40. Cécile - Une quadra a dit…

    Rien à voir, mais je suis allée faire un tour sur l’appli qui donne la localisation des lectrices, le truc à droite là, et je me suis pris un fou rire y a une lectrice de Saint Seurin sur l’Isle qui sera ravie d’apprendre qu’en fait elle est localisée aux iles du Cap Vert et non près de Libourne 😀

    Répondre
  41. naf a dit…

    hello caro,
    parfois tu écris des billets comme si tu étais toouchée par la grâce : celui-ci en fait partie!
    merci,

    suis pas sûre que tu te reconnaisses dans la métaphore religieuse mais c’est précisément ce que je ressens

    Répondre
  42. La Papote a dit…

    Je me maquille pour améliorer ce que Mère Nature m’a laissé en cadeau…
    En plus, si je ne me maquille pas, systématiquement, on me demande si je suis malade…
    C’est bon pour l’image que je me renvoie de moi-même. Je me dis que, finalement, il y a peut-être quelque chose à tirer de moi et, en commençant par le physique, ça aide pour le reste aussi…
    J’estime que c’est aussi important que d’essayer de s’habiller au mieux de ce qui nous met en valeur.
    C’est se respecter d’une certaine façon, même si ça ne fait pas tout !
    Bravo pour cet article qui change le point de vue des articles « beauté » !

    Répondre
  43. souslesmots a dit…

    Drôle de chose le maquillage..gamine je regardais ma mère mettre son rimmel et son rouge à lèvre en courant entre deux ou trois activités, toujours très pâle le rouge, pour ne pas être « vulgaire », pourtant j’ai vu pendant des années un rouge pétard dans sa trousse, un coup de coeur qu’elle n’a jamais eu le cran de porter « pour de vrai ». Le jour où elle à cessé de se maquiller tous les jours, j’ai su que quelque chose s’était cassé.

    J’ai dû commencer à me maquiller vers 25 ans je crois, avant, je voyais çà comme un trompe couillon 🙂 il faut dire que les années 80 pour le maquillage s’était euh..hein ! Les paupières oranges flashy et le rouge à lèvre noir..hum.

    Aujourd’hui, c’est mon baromètre en quelque sorte, en fonction de mes sensations du moment je peux aussi bien décider de me faire un smoky en pleine journée, de mettre un rouge bien rouge, ou de sortir sans rien. Parce que d’un autre côté j’aime bien aussi la sensation de la peau nue, comme libre de tout et de tous. Sauf que brune avec une peau de rousse, libre j’ai souvent l’air d’un cadavre :)) alors ma foi..le maquillage c’est pas mal !

    Et j’aime beaucoup l’idée de découvrir une autre facette de ton écriture, celle de la journaliste, et puis j’ai toujours pensé que journaliste comme acteur étaient des métiers où l’on découvrait sans cesse des univers et des personnages, donc je ne vois pas pourquoi tu devrais maitriser un sujet pour pouvoir écrire un article..la base du journalisme c’est de se documenter non ? 🙂

    Répondre
  44. catou a dit…

    Oh non Zézé ce n’est pas tricher, ce mot me choque… Tu me connais un peu… est-ce que je triche ? Non vraiment pas, j’essaie juste d’illuminer mon visage, qui en a un peu besoin à presque 53 ans….
    Mais je respecte malgré tout ton sentiment et je pense que vu ta beauté naturelle, tu n’as pas besoin d’artifice, et tu as bien de la chance !!!

    Répondre
  45. Margot a dit…

    Ce post me fait penser à un blog sur lequel je suis tombée récemment et que je trouve assez génial dans le genre. C’est un jeune homme américain qui adorait sa grand-mère, toujours chic, qui a eu l’idée d’aller au-devant des personnes de plus de 50 ans qu’il trouve élégantes ou du moins qui ont fait un effort vestimentaire particulier face à la masse H&M et consorts. Il les photographie et discute avec eux. J’ai beaucoup aimé : http://advancedstyle.blogspot.com/

    Répondre
  46. Véro75 a dit…

    A vous Mesdames (enfin certaines) qui pensez que se maquiller c’est se peinturlurer, se cacher, et j’en passe … dites vous aussi que les femmes malades se déguisent ???
    J’ai du mal à comprendre certaines réactions (que je respecte néanmoins évidement) et c’est là que le débat est intéressant. Pourquoi ne pas prendre le maquillage comme un simple accessoire beauté au même titre qu’un joli sac à main, une paire de chaussures ou un collier original ? Je me maquille très régulièrement les yeux simplement parce que j’aime ça et non pas pour utiliser un « cache-misère ». Mais quand il m’arrive de ne pas me maquiller, je ne me sens pas moche pour autant. De même je ne me sens pas « différente » avec les autres (ou moi-même) en fonction de si je me maquille ou pas.
    Certaines aiment les montres, d’autres les chapeaux, moi j’aime le maquillage.

    Répondre
  47. katcze a dit…

    Aujourd’hui, c’est mercredi, jour des enfants et pas du boulot. Comme je n’ai pas bu de café avec mes copines ce matin, je ne me suis pas maquillée… et je suis toute déconfite !
    Comme Tourkinette, quel bonheur de passer ici tous les matins !!!

    Répondre
  48. Véro75 a dit…

    A vous Mesdames (enfin certaines) qui pensent que se maquiller c’est se peinturlurer ou se mentir à soi-même, pensez-vous la même chose des femmes malades qui se maquillent pour se sentir plus belle, plus féminine ?
    Je ne comprends pas certaines réactions que je respecte néanmoins évidement, et c’est là que le débat serait intéressant. Pourquoi ne pas accepter le maquillage comme un simple accessoire au même titre qu’un joli sac à main ou un collier original ?
    Je me maquille très régulièrement les yeux et je le fais parce que j’aime ça mais en aucun cas pour cacher quelque chose. Mais quand il m’arrive de ne pas me maquiller, je ne me sens pas moche ou moins femme pour autant. De même que je ne me sens pas « différente » avec les autres (ou moi-même) dès lors que je suis maquillée. Certaines aiment les montres ou les chapeaux, moi j’aime le maquillage.

    Répondre
  49. Zenaide a dit…

    Bonjour,

    J’ai eu envie de commenter parce qu’en fait, le sujet me touche et rend compte des questions qui me traversent en ce moment. Ma propre expérience me démontre que le maquillage est une forme d’appropriation de la féminité. J’ai eu une mère qui ne se maquillait pas du tout et qui m’a dit un jour à table devant tout le monde, alors que j’avais 18 ans : « Tu as les yeux bardés de jambon » pour souligner que j’avais mal posé mon eye-liner. Authentique. Résultat des courses, je ne me suis pas maquillée, pendant des années, ou très peu. Depuis environ 4/5 ans, je me maquille et de façon de plus en plus sophistiquée, et à la lecture des commentaires, on peut se demander si le maquillage révèle ou cache. En fait, se maquiller est une activité qui met en jeu essentiellement le rapport que l’on a de soi à soi et notamment à son aspect physique. Si on ne s’aime pas, il me semble que l’on aura l’impression de se planquer et d’utiliser un artifice, si on s’aime un peu, on vivra le maquillage comme un moyen de se mettre en valeur, justifié et assumé. Je trouve que lorsqu’on lit les commentaires, on perçoit cela, non ?

    Répondre
  50. @ual a dit…

    Merci pour cet article, moi qui pense depuis longtemps que le maquillage est tout sauf futile.
    Il est hors de question pour moi de sortir sans être maquillée depuis une dizaine d’année.
    Ma peau n’évoluant pas favorablement, il me faut tout les matins, tout comme je soigne ma tenue, mon apparence, mon visage doit lui aussi être bichonné. Les années passant, de nouveaux produits se rajoutent et font maintenant partie de la trousse de base (crème, correcteur sur imperfections, fond de teint illuminant, anti-cernes, poudre, blush, fard à papupière lumière, crayon, mascara, gloss). Ca peut paraître beaucoup, mais manier correctement, ça paraît imperceptible et mon visage est alors bien différent de celui du saut du lit et il ne me viendrait pas à l’idée de l’imposer à quiconque hormis mes proches (et encore pas longtemps … séduction quand tu nous tiens).

    Je trouve important que mon mari me voit embellie, plutôt qu’avec ma sale tronche du matin fatiguée et rougeotte ; ça passe sûrement aussi par là, le couple qui dure … les talons, le rouge outrancier sur les lèvres, le regard de biche et bien souvent rien que pour lui 😉
    Enfin, tu l’auras compris, ma vie de tous les jours me paraît inconcevable sans ces petites béquilles qui me permettent de démarrer du bon pied.
    Je vais acheter psychologie magazine de ce pas 😉

    Répondre
  51. souslesmots a dit…

    je ne vais parler que pour moi, perso je n’ai pas eu de « guide » dans la découverte du maquillage, et plus jeune oui, j’avais vraiment cette sensation que ce monde ne me ressemblait pas. Cela n’impliquait pas forcément un jugement sur les autres..

    Certains de mes amies ne se sentent pas bien sans leurs bagues et colliers par exemple, je déteste la sensation d’être emprisonnée, ce que m’évoquent les bijoux souvent, pour autant je trouve cela très joli sur les autres..

    Certaines choses s’apprivoisent, se découvrent.

    Répondre
  52. souslesmots a dit…

    J’ai mis très longtemps à trouver ma façon de me maquiller..seule. IL y a deux ans, j’ai fais un truc que je n’aurai jamais osé avant, je faisais des courses dans une galerie marchande, et je me suis arrêtée devant un stand de maquillage, et j’ai demandé à être maquillée. Je ne refais pas forcément la même chose seule, mais le regard d’un autre m’a aussi permis d’oser certaines choses que je m’interdisais avant, et j’ai vu des gestes techniques tout bêtes mais qui facilitent la vie.. Ce que tu dis est vrai pour moi, je me maquille quand je suis bien dans ma tête..alors qu’on pourrait imaginer l’inverse..

    Et ..rire, la tête de ma mère le jour ou je suis sortie avec un rouge à lèvres très rouge.. j’ai eu droit à un lapidaire : tu comptes faire le trottoir ?

    Enjoy 😉

    çà se voit je que n’ai pas envie de bosser là ? oui hein ?

    Répondre
  53. Colombe a dit…

    Oh zut, pas le temps de lire tous les commentaires qui précèdent le mien… donc je vais peut être redire ce qui a été dit.
    Personnellement, je me pose souvent des questions sur mon envie relativement récente de me maquiller. Elle date en fait du moment où j’ai fait ma chimiothérapie (32 ans). Il y a un an maintenant. J’avais besoin de m’occuper de moi, de passer le temps, faire quelque chose de pas fatiguant et de garder bonne mine pour faire sourire ceux qui m’entourent. Et puis j’ai découvert plein de vidéos de bloggeuses et ça m’a aidé à passer le temps. Depuis j’ai repris le boulot, le regarde des gens m’importent moins qu’avant et j’ai envie de me faire plaisir, montrer à tout le monde que je suis bien en vie. Cela passe par les vêtements et le maquillage.
    Voilà, donc ce dont tu parles fait écho avec ce que j’ai vécu. Mais je continue toujours à me demander pourquoi j’ai besoin de passer autant de temps à faire une chose aussi futile et inutile (je suis presque persuadée que personne ne le remarque 😉 )

    Répondre
  54. zézé a dit…

    @Vero75: oui ce sentir « déguisée », peu fidèle à soi-même, est un ressenti bien personnel, et non un jugement que je pose sur les autres. Ceci étant dit je trouve certaines femmes magnifiées par le maquillage, mais beaucoup plus A MON GOUT, y gagnent l’effet contraire!!!
    Je n’aime rien tant que les visages nus. Et plus les rides sont là plus je les aime. C’est grave?
    Pour ma bobine, devant le miroir, maquillée, je cherche Zézé, c’est tout.
    Mais pour rejoindre Sous les mots, je ne sors pas sans mon armée de bagues ou autrement je suis à poil… Appelez moi Karl. 😉
    et @Catou: « tricher » c’est pour ma pomme hein, tout est pour ma pomme juste la mienne. Libre à chacun de s’aimer à sa façon. Tant qu’on s’aime un tant soit peu…c’est tout bon. Et autrement, tu es libre tous les matins au réveil pour booster mon égo? Je t’embauche!;)

    Répondre
  55. DOMINIQUE a dit…

    Caroline, avec tous nos commentaires, je pense que vous pouvez faire un second article sur le sujet !!!
    J’ai le maquillage sporadique. En ce moment, c’est non.
    Autrement, discret et le plus naturel possible.
    Enfin… vous me donnez toutes envie de me remaquiller. Cependant je ne sais pas si vous avez remarqué, quand on a un rhume, le maquillage ne tient pas. Ou ne fait aucun effet : on ressemble à un mérou.

    Répondre
  56. Frida a dit…

    Le Miroir, La Montre, Le Portefeuille, La Balance….. ici on est nombreuse à témoigner des contraintes de la vie et de toutes les petites contrariétés qui jalonnent notre quotidien de FEMME. Caro, comme les premières lignes de ton article me semblent évocatrices : FUTILITE & PLAISIR !!!!

    J’attend la pause dej pour aller chez le buraliste!!!

    Moi je Kiffe le maquillage, les chaussures et toutes les choses qui peuvent m’aider à me sentir plus belle!

    Le matin quand tout le monde est parti de la maison, il me reste du temps pour moi, pour prendre soin de la maison aussi, je me dis que je ne suis pas très Elisabeth BADINTER dans l’esprit, mais quand je ferme la porte, pomponnée et aussi « clean » que la cuisine, les lits aux carrés la sdb et le salon (pas Badinter du tout) je me sent prête à tout gérer… Je suis Maman et Intermittente c’est dire que j’ai matière à gérer!!

    Kissy Kiss

    Répondre
  57. Sophie en Champagne a dit…

    Le maquillage pour moi, c’est juste les yeux, un trait de crayon, mon masquara et hop c’est tout. Mama ne se maquille pas, et moi je vois ça comme un embellisseur de regard, pour le reste, je ne sais pas faire, et ma peau grasse à tendance imperfections, je ne sais pas la maîtriser et la sublimer et pourtant j’aimerais parce que c’est peut-être futile, mais ça fait partie de l’estime de soi, de se trouver jolie dans le miroir ça aide!!

    Caroline, si un coach maquillage pour les débutantes croise ton chemin, peux-tu nous en faire profiter comme pour le coach cuisine??

    Bien sûr après, rien ne vaut l’esthéticienne, mais j’avoue que mes poches sont vides et la peur de pousser les portes de ces temples de la beauté où je me sens comme de la boue sur le paillasson me freinent un peu!!

    Ton article est tendre et touchant, merci pour ce petit moment de douceur!!

    Répondre
  58. cleopat a dit…

    en ce moment c est ma façon de voir la vie que je voudrais maquiller! un peu plus de couleurs vives de l arc en ciel lui ferait du bien car j’ ai plutôt le « blues »! 😉

    mais pas d arc en ciel sans soleil!
    nb:maquiller en italien se dit truccare comme truquer!!

    Répondre
  59. Karinette415 a dit…

    Merci pour ce bel article, notamment ta dernière rencontre très émouvante. En ce qui me concerne, le maquillage n’est pas superficiel, non, ce n’est pas un déguisement non plus (dixit certains hommes), se maquiller est plutôt un respect de soi, un peu de respect des autres aussi, et parfois de drôles d’expériences… (j’ai une réputaion de risque-tout par chez nous!)
    Merci encore, Caroline, et ton avenir journalistique nous réservera de très belles choses.

    Répondre
  60. Sophie a dit…

    Beaucoup d’émotion en te lisant et en vous lisant toutes. Je me maquille depuis peu, seulement les yeux et un nuage de parfum. Avant je préférais être celle qui n’attire pas l’attention, c’est drôle je me sentais cachée en ne me maquillant pas à l’inverse de certaines. Depuis 2,3 ans j’accepte mieux ma féminité mais je n’ai toujours pas passé le cap des instituts, je refile les « soins cadeaux » aux copines !
    Merci pour ce chouette lieu de discussion

    Répondre
  61. Geneviève a dit…

    Et bien tout à l’heure j’ai acheté le N° de février… L’éditorial me touche, plusieurs articles (en plus du tien) m’intéressent quand je parcours le sommaire. Ce sera donc le plaisir que je m’accorde aujourd’hui: un bon moment de lecture et de réflexion.

    Répondre
  62. Tan a dit…

    Pour moi aussi, le maquillage va de pair avec les chaussures et les fringues. Assez léger la journée (parce que pas le temps d’y passer 1h le matin, mais sinon ça me dérangerait pas), plus appuyé quand je sors, j’adore me maquiller. Je trouve que ça me met en valeur tout en cachant mes défauts, je me sens juste mieux avec maquillage que sans et j’aime quand mon homme me le dit aussi.
    Ma mère ça a toujours été khôl noir et mascara noir et c’est tout. J’ai une grand-mère toujours très coquette mais qui ne se maquille pas du tout (ne s’est même probablement jamais maquillée), une autre qui a fêté ses 90 ans il y a dix jours et qui continue de se maquiller un peu, du rose léger sur les lèvres, du crayon pour retracer ses sourcils…

    En tout cas je n’aurais pas dit mieux que Tournikette. L’article et les commentaires, c’est juste beau. Je trouve les témoignages de celles qui se réapproprient leur visage après une maladie particulièrement touchants, je les garde dans un coin de ma tête dès fois qu’une de mes proches ait un jour à subir ce genre d’épreuve, je tâcherai de prendre soin d’elle, de son bien-être et de sa beauté.

    Répondre
  63. Nine a dit…

    J’ai hâte de lire ton article Caro!
    Pour ma part, j’ai un soucis avec le maquillage: j’aime bcp, je trouve comme le dit ??? qu’il est un révélateur davantage qu’un masque.
    MAIS le problème, c’est que quand tu te maquilles TOUT LE TEMPS… ben le jour où t’en as pas, les autres ont l’impression comme l’a dit ??? qu’on a fait la bringue, qu’on est fatiguée… alors que non c’est notre VRAIE trogne. Voilà pourquoi j’ai une flemme monumentale de me lever 10 minutes plus tôt pour me maquiller, j’ai une flemme monumentale de me démaquiller quand ça arrive (et qui ressemble à un vampire le lendemain au réveil?)… oui je suis une flemmarde.
    Dommage je me trouve jolie (encore plus jolie 😉 ) avec une touche de mascara et un peu de couleur sur les paupières…
    Révolution depuis quelques semaines: je me suis convertie à la crème teintée (et non fond de teint), que j’applique après mon inconditionnelle crème hydratante. Déjà, ça donne un effet plus lissé.

    Bref, voilà un autre aspect du maquillage. J’admire les femmes très bien maquillées tous les jours quand même. et je rigole quand je regarde un film et que la nana qui se réveille le matin (ou même en pleine nuit) a son mascara parfaitement appliqué!

    C’est chouette la frange Caro, bravo (il faut d’autres photos encore!) ! OSER!! ça te va bien, et 2011 est bien partie pour ça!

    Répondre
  64. Loop of Kurland a dit…

    C’est effectivement ennuyeux, rien n’est dispo sur internet de sorte que je vais devoir acheter psychologies magazine, mais je te préviens, j’ai déjà perdu le femme actuelle ou je ne sais plus quoi avec des morceaux de toi dedans. Je ne parviens à conserver que les magazines de maisons.

    Mais comme ça, je saurais quoi faire de la betterave, alors que j’avais déjà plein d’idées rigolotes, et ensuite je lirais, après le tien, l’article sur les « désobéisseurs ». ça peut servir.

    Répondre
  65. Jnet a dit…

    Quand je ne vois pas de « monde », je ne me maquille généralement pas. Mais hors de question d’apparaître en public sans maquillage, j’aurais l’impression d’être à poil ! Je suis passée championne dans l’art de me maquiller dans le métro, le bus, un taxi, un tgv… Il y en a que ça indispose de me voir faire, moi je m’en fiche complètement qu’on me regarde.
    Et pour mon noël, j’ai eu un bon cadeau pour aller prendre un cour de maquillage: joie, joie, joie !

    Répondre
  66. Mylwina a dit…

    Tiens c’est marrant, j’ai acheter le magazine hier et c’est le premier article que j’ai lu.

    Vraiment très juste, et je le dis en toute objectivité, je n’avais pas vu que tu en étais l’auteur. Bravo, c’est aussi bien de se donner des challenges et d’oser écrire sur ce qu’on ne maitrise pas au départ.

    Répondre
  67. Blanche neige a dit…

    Je vais aller voir de suite si l’article est en ligne. J’avais vu il y a quelques temps un reportage justement sur une femme qui vient faire des ateliers maquillage aux femmes atteintes de cancer. J’avais trouvé ça très intéressant comme démarche.

    Répondre
  68. Galia a dit…

    Maquillage, pas maquillage, peu importe: live and let live. Je suis curieuse de lire ton article, je vais peut-être acheter le magazine. Sinon, la phrase de Shaw/ Kennedy/Paradis (quelle combinaison bizarre) m’inspiiiire.

    Répondre
  69. christine a dit…

    Eh bien à défaut de faire fortune en freelance, tu pourras toujours revendre ton article et tous ses coms pour une thèse de sociologie !
    J’y apporte non pas ma pierre mais juste un petit caillou : ma mère, 83 ans, en maison de retraite, ne sortirait pas de sa chambre sans avoir mis du rouge à lèvres et je confirme que les passages réguliers (mais payants !) des coiffeuse, manucure et esthéticienne sont fort appréciés par les résidentes.
    PS : j’ai découvert ton blog récemment… et l’ai « dévoré » de bout en bout avec un plaisir gourmand !

    Répondre
  70. Niña a dit…

    Je suis repassée en soirée lire la fin des commentaires (comment ça, je suis addict ?) et une idée récurrente chez les « maquillage-tous-les-jours » m’interpelle… C’est celle de « je me maquille pour moi et par respect pour les autres ».
    Sans vouloir être parano (quoi que les hormones sont sûrement en train de faire la fête), est-ce que ça signifie que nous, adeptes du « je-me-maquille-jamais-ou-presque » manquons de respect à la société ? Je m’interroge, je m’interroge…

    Répondre
  71. claire a dit…

    tous les jours, absolument tous les jours, je sacrifie au rituel du maquillage. Mais sacrifier n’est pas le bon mot, car pour moi c’est un réel plaisir, même si, parfois, je me l’impose à moi-même. Un rituel, parce que lotionner, crémer, poudrer, mascarer (gné?) eye linerer (gnégné?) rouge à lévrer, blusher…je ne pourrai jamais sortir sans ça, mon maquillage, c’est une protection, ni plus ni moins.

    gros bisous!

    Répondre
  72. Xiou -Isabelle a dit…

    Que de commentaires encore…
    C’est fou car quelque soit les sujets, c’est toujours des débats passionnants.
    Je ne vais relever les arguments des pour et des contre.
    Constat perso, ma mère ne se maquillait guère voire pas du tout ou uniquement pour les sorties. Ados, mes soeurs et moi avions plutôt interdiction de maquillage car c’était assimilé à du vulgaire.
    Longtemps, je ne suis pas maquillée et tout mon entourage vantait ma fraicheur et ma qualité de peau…
    Faut croire cette époque dépassée, aujourd’hui même quand je suis en retard, je prends le temps de maquiller un peu : poudre teintée pour la bonne mine, du mascara et du rouge à lèvres. Je choisis la couleur en fonction des tenues mais aussi de mon humeur.
    En tout cas, la claque que j’ai prise au printemps dernier, nous avions passé plusieurs jours en séminaire et j’arrive à un petit déj et tout le monde s’inquiète de ma mine : « non, non, je ne suis pas maquillée! ». Mes collègues masculins étaient choqués du delta !
    A d’autres occasion, ces mêmes collègues ont trouvé qu’on avait de la chance nous les femmes de pouvoir camoufler facilement le manque de sommeil du à une courte nuit.
    En tout cas, ça me rapproche du sujet sur la frange et les coiffeurs, je n’ai pas eu l’occasion de poster mais tu as très bien décrit mes angoisses. Tu as de la chance d’avoir un homme aussi compréhensif…
    Dernière chose à dire, je garde un souvenir de ma grand mère qui a toujours appliqué de la crème Vichy et surtout beaucoup de crème solaire pour protéger sa peau et qui nous a obligées à faire de même. Merci Mamy !! On a toujours le souvenir de ces moments d’intimité féminine partagées…

    Répondre
  73. mammouth a dit…

    Je suis de celle qui ne se maquille jamais et qui ont le sentiment de tricher en appliquant du maquillage. C’est un sentiment très personnel et intime. Alors il ne faut pas croire que je pense que les gens qui se maquillent trichent. Pas du tout. Ça ne m’a même jamais effleuré l’esprit.

    Il y a des gens pour qui l’apparence a très peu d’importance.

    Répondre
  74. mammouth a dit…

    Peut-être qu’une explication plus longue peut aider à mieux comprendre mon commentaire précédent.

    Pour la petite histoire, j’ai commencé à me maquiller vers 17 ans. Tous les matins, noir autour des yeux, mascara, rouge à lèvres, blush parfois. Un jour, vers 19-20 ans, je n’ai pas aimé l’image renvoyée par mon miroir : je n’étais pas maquillée. J’avais l’air malade et mes yeux étaient moches. Ce constat m’a énormément dérangée. Pourquoi? J’ai toujours eu une grande confiance en moi et je ne me préoccupe pas de ce que les autres pensent de moi, sauf mon partenaire, quand même. Je me souviens donc très bien du malaise à ne pas m’aimer comme j’étais ce jour-là. Pour moi, j’y ai vu un problème. J’ai donc arrêté de mettre du noir autour des yeux pour apprendre à apprécier mes yeux, qu’en plus j’aurais voulu vraiment verts à l’époque. J’ai réappris non seulement à accepter mes yeux mais à les trouver beaux. À 21 ans, j’ai été bourlingué en Europe avec mon sac à dos. Ce style de vie n’était pas compatible avec maquillage et beaux vêtements. Mon souvenir était qu’on lavait son jean quand il tenait debout tout seul… J’ai donc arrêté tout maquillage. Par la suite, j’ai mis un peu de rouge à lèvre à l’occasion. Quand j’allais voir mon banquier (il ne m’a pas prêté plus d’argent pour autant, le s…). Je ne mets plus rien depuis des années et n’en ressens pas le besoin. Pourtant, je suis à l’âge où le teint devient de plus en plus inégal. Mais je n’ai aucune envie de me maquiller. Toujours ce sentiment de vouloir m’aimer et être aimée comme je suis vraiment.

    Il faut dire aussi que j’ai fait de la paresse une forme d’art. Alors l’idée même de me démaquiller le soir… Je suis fatiguée juste d’y penser!

    Répondre
  75. Carol a dit…

    Caro,
    J’ai pris le même pas que toi il y a quatre ans.
    Et oui, c’est le bonheur.
    Mais au même temps il y aura des semaines, des mois peut être, sans des articles sur Psychologies Magazines à nous raconter. Le défi c’est de savoir, même dans ces semaines là, ne pas perdre le moral.
    Pour l’article, c’est genial. Felicitations.

    Répondre
  76. Alice a dit…

    Mais c’est dingue, ça!! C’est justement ce refrain de VP qui m’a décidée en aôut dernier à tout plaquer et à faire professionnellement ce que je suis vraiment ! :))) Je ne suis pas sûre que la Vanessa soit au courant de tout ce que ce petit refrain entêtant a provoqué … un effet papillon incroyable, quand même. Vaut mieux pas qu’elle sache, ça lui donnerait le vertige !! :))))
    Bonne journée (avec un jour de retard..).

    Répondre
  77. Karine a dit…

    Bonjour,
    Juste une petite précision (je n’ai pas tout lu je ne sais pas si quelqu’un a fait la remarque). Mais cette phrase de Vanessa Paradis est tirée du livre de Marc Lévy « Où es tu ? ». Voilà ^^

    Répondre
  78. velvet6981 a dit…

    ça me fait penser que j’avais lu un article sur une esthéticienne qui travaillait auprès de femmes incarcérées, dans un Cosmo je crois. J’avais trouvé ça très intéressant. Édifiante la phrase « elles appliquent les produits de beauté en se donnant des claques. » ça en dit long.
    Et félicitations pour ton article, j’étais bien sûre que tu déchirerais en enquêtant en dehors de ta zone de confort…

    Répondre
  79. marie a dit…

    je n’ai jamais été moins moi meme que lorsque je me maquillais . pour me plaire, pour plaire ?
    j’ai l’air malade, fatiguée, j’ai des cernes ? et bien je dois l’accepter et les autres autour aussi . car c’est moi c’est mon état du jour. je suis un etre humain qui n’a pas une super mine et une super patate 24h/ 24 et 7 jours/7
    cependant j’apprécie de voir que les mags reviennent a un maquillage plus  » nude », naturel, qui ne cache pas, ne travestit pas mais peut reveler un atout
    j’aime particulièrement cet extrait d’un film qui en parle :

    http://www.youtube.com/watch?v=21AAPYLReMs&feature=related

    Répondre
  80. SingaporeSling a dit…

    Bon alors, je suis à la bourre pour les commentaires, tant et tant de choses ont été dites.

    Oui, je suis totalement accro au make-up, version exponentielle. Je fais partie de la catégorie de celles qui aiment, qui usent mais rarement abusent (enfin qq fois quand même…)
    Je fais partie de celles qui choisissent leur tenue en fonction du maquillage qu’elles souhaitent porter, et pas l’inverse.
    Oui pour l’armure et oui pour le révélateur, ça dépend des jours et de l’humeur.
    Ma meilleure note de rédaction en français au lycée fût sur » le maquillage et son rôle ».
    J’ai la chance de bosser dans une boite où on peut s’exprimer dans un journal interne et je viens de faire un article sur… l’impact des stations off-shore sur le plancton.
    Ben non, sur le maquillage, patate. Et comment il jalonné les « grandes étapes » de ma vie (ça fait un peu Tour de France, non ?)

    Il fait partie de ma vie et ça ne me déplait pas. Au contraire.

    D’être le centième commentaire aussi, 😉
    Comme quoi, le bonheur tient à pas grand chose…

    Répondre

Laisser une réponse à christine

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>