A la poursuite des endorphines

11930782_742060195899611_1808555148_n

Je vous avais fait un minute par minute de l’avant course il y a quelque temps, mais je ne vous ai jamais raconté la suite, à savoir la façon dont ça se passe une fois que je suis en action (oui, aussi incroyable que ça puisse paraître, je parviens à me tenir à cette routine d’un footing une à deux fois par semaine) (trois c’est clairement au dessus de mes forces). Voilà donc comment se déroulent ces 23, parfois 25 minutes de running…

8h57 : En tenue et totalement congelée, j’embrasse ma fille devant l’école.

8h58 : Je chasse rapidement de mon esprit l’idée de mon postérieur moulé dans mon legging de course et de la vue plongeante que j’offre aux parents derrière moi quand je me penche pour embrasser ma fille devant l’école.

8h59 : En embrassant Rose, je vois clairement son lacet défait.

9h00 : C’est son lacet ou ma dignité.

9h01 : Personne ne meurt d’un lacet défait.

9h02 : Une fois Rose et son lacet défait entrés dans l’école, je mets mes écouteurs, j’enclenche mon appli Runtastic et je lance ma playlist « running » sur Spotify. Si seulement il y avait aussi une appli pour courir à ma place.

9h03 : Une dame m’explique en anglais dans mon casque que je dois commencer à courir pour que Spotify détecte le rythme de mes foulées et me propose une musique adaptée.

9h07 : Visiblement Spotify peine à détecter ma foulée.

9h08 : Spotify a détecté ma foulée.

9h09 : Ma foulée c’est le chant des baleines. En version lente.

9h10 : Humiliée, j’éteins spotify et je mets ma playlist nouvel an.

9h11 : Pendant tout ce temps de réglages technologiques (dire que certains pensent qu’on a juste besoin d’avoir deux pieds pour courir), je trottine. Ou plutôt, à en croire Spotify et la connasse qui détecte ma foulée, je rampe.

9h12 : J’ai lu je ne sais plus où qu’une coach disait que ce qui est le plus difficile quand on fait du sport ce sont les cinq minutes avant de s’y mettre. (gif qui se bidonne).

9h13 : Tout dépend de ce qu’on entend par difficile, en même temps.

9h14 : Parce que là, par exemple, après 8 minutes de course, je trouve ça DIFFICILE d’entendre la dame de Runtastic m’annoncer de sa voix exagérément enthousiaste que je viens de parcourir un kilomètre.

9h15 : A tous les coups c’est un problème de conversion avec les miles. Ils vont nous faire chier jusqu’au bout les engliches ou quoi ?

9h16 : J’essaie de calculer ma vitesse moyenne à partir de cette donnée d’un kilomètre en huit minutes.

9h17 : Je me demande si je ne viens pas de faire une découverte majeure. Apparemment la zone du cerveau consacrée à la règle de trois est la même qui s’occupe de gérer le mouvement des jambes pendant la course. Ou alors l’expression « courir ça me vide la tête » n’est pas qu’une expression. Si ça se trouve non seulement je vais prendre du poids (à cause des muscles) mais en plus je vais finir complètement demeurée.

9h18 : La perspective de n’avoir fait qu’un kilomètre alors que mon corps tout entier me hurle d’arrêter me met d’assez mauvaise humeur.

9h19 : Tout ça bien sûr sans que la queue d’une endorphine ait pointé son nez.

9h20 : Mon copain J. qui s’enquille une heure de running sans transpirer m’a expliqué, quand je lui ai demandé à quoi ça ressemblait, les endorphines, que ça donnait l’impression de flotter et l’envie d’accélérer.

9h21 : Il m’a aussi dit que ça n’arrivait pas avant 30 minutes de course.

9h22 : Depuis j’ai fait une croix définitive sur les endorphines.

9h23 : Je suis prête à parier de toutes façons que les endorphines c’est comme l’inconscient, dieu, l’accouchement sans douleurs et les aurores boréales. Tout le monde en parle mais personne n’en a jamais vraiment vu.

9h24 : Hier j’ai lu sur FB le message d’une copine qui venait de reprendre le running après trois mois d’arrêt pour cause de blessure : « toute petite reprise de 3,5 km, on y va doucement ».

9h25 : J’étais à deux doigts de répondre, en mode vieille routarde, que moi aussi, au départ, j’avais du mal à dépasser les 10K.

9h26 : Finalement je me suis retenue. J’ai beau avoir décoché toutes les possibilités de partage sur FB de mes performances de runneuse, je ne suis pas à l’abri d’un bug.

9h27 : J’avoue, j’ai encore plus peur que Runstastic publie les compte-rendus de mes courses par erreur sur facebook que de partir à poil au travail. (mon cauchemar numéro 1, pourtant).

9h28 : « Distance 2km. Vocal coach disable. For more fonctionnalities, suscribe to Runtastic pro »

9h29 : NEVER, BITCH. Do you hear me ? NE-VER.

9h31 : J’ai mis 18 minutes pour faire deux kilomètres.

9h32 : C’est une bonne chose que je fasse ça pour le plaisir.

9h33 : Je m’éclate tellement.

9h34 : En plus c’est bien parce que pendant que je cours, je ne pense à rien. Ni à la fuite sur le toit, ni aux termites, ni à mon dossier de carte de presse. Ni à l’ursaff. Ni à…

9h35 : Putain ça y’est j’ai l’impression de flotter.

9h36 : Je n’ai pas vraiment envie d’accélérer par contre. A mon avis j’ai des endorphines low-cost.

9h37 : Ou alors j’ai juste le tournis à force de faire le hamster dans un square qui fait à tout casser 127 m carrés de circonférence. (rapport au fait que je me suis tapé une vingtaine de tours pour avaler deux minables kilomètres).

9h38 : 23 minutes de course, 2,67 km. Je me rends. Je me souviens que dans un article il était écrit qu’il fallait toujours arrêter en ayant l’impression d’en avoir encore sous le pied.

9h39 : Pour ça il aurait fallu que j’arrête il y a environ 22 minutes.

9h40: Je ne sais pas si le plus difficile quand on fait du sport ce sont les cinq minutes avant de commencer. Par contre ce dont je suis absolument certaine c’est que le meilleur c’est une fois qu’on a terminé.

Edit: Billet publié avec difficultés, il y a visiblement un problème sur mon interface de blog, ce qui explique notamment cette photo d’ouverture qui date, je n’arrive pas à uploader de nouvelles photos. Mon webmaster travaille sur le problème. Je ne suis pas certaine que vous ne rencontrerez pas vous non plus des soucis pour commenter, si c’est le cas, ne paniquez pas, non je ne vous censure pas, non vous n’êtes pas blacklisté, etc… Merci pour votre patience !

189 comments sur “A la poursuite des endorphines”

  1. Princesse Strudel a dit…

    Bravo pour ta persévérance!
    Après un an et demi de course et trois semi-marahohns à mon actif, et mon premier marathon en vue, j’ai toujours envie de m’arrêter au bout d’un kilomètre. Et puis de deux. Et de trois…
    Et hier, cross de 5 km, mon ami grand débutant et pas sportif pour un sou est arrivé 30 secondes avant moi: je suis une coureuse lente, hé oui. Tant pis: l’essentiel c’est d’y aller et de tenir bon. Comme toi!

    Répondre
  2. La Morue Rieuse a dit…

    Aaaaaah les minutes par minute… Je ne sais pas si je les préfère à une tablette de chocolat (le lindt création avec les éclats de caramel), j’ai pas encore décidé !!! Mais de toutes façons, les 2 sont une tuerie !

    Répondre
  3. Smouik a dit…

    Mouahahaha… oui je sais, tu exagères (quoique) pour nous faire rire… Alors, si je peux me permettre, quelques petits « trucs » pour oublier que ça fait mal : d’abord, jamais ô grand jamais n’avoir l’appli de running en direct live dans les oreilles ! Tu la lances en veilleuse et surtout tu mets ta musique en « priorité ». Le résultat, on le regarde après (ou pas), d’ailleurs c’est pas ça qui compte. Et puis, au lieu de tourner en rond ou en carré dans un square, perso, je préfère choisir un trajet que j’ai envie de découvrir. Sincèrement, y a pas bezef de différence pour les poumons quand tu cours en ville d’être dans un square ou dans la rue d’à côté… Et enfin (mais ça c’est très perso), j’ai opté pour un casque Aftershokz, ce qui te permet de ne rien avoir dans les oreilles et d’écouter quand même la musique tout en restant « connectée » au monde environnant. Pratique quand tu cours en ville, c’est moins dangereux… 🙂 En tout cas, bravo pour la continuité, à la fin, c’est toi qui gagnes !

    Répondre
    • Geneviève a dit…

      Tu parles d’or…
      J’aime savoir combien de kilomètres je fais (moi c’est de la marche) mais je ne regarde jamais en cours de route.
      Pas d’appli pour moi, pas de téléphone, rien…

      Répondre
  4. cash cash a dit…

    Les endorphines low-cost, XD.
    Bon, tu m’as convaincue, j’arrête de procrastiner et de dire « lundi, je m’y (re)mets ». On est lundi, je finis mon café et je vais courir…

    Répondre
  5. kaddour a dit…

    HA HA HA …trop drôle …c ‘est de la griffe « humour haute couture’ le minute par minute. A quand le mn par mn « bricolage » ???? BONNE JOURNÉE à toi à toutes à tous

    Répondre
  6. nostrovia a dit…

    Belle performance (de perséverer ) de mon côté j’ai arrêté de me faire du mal et je suis passée à la marche rapide il y a quelques mois et c’est que du bonheur (les endorphines en option ) .
    Le comble c’est que j’avance plus vite !

    Répondre
  7. Ce'Nedra a dit…

    Ben moi, en plus de te trouver drôle, je te trouve extrêmement courageuse.
    Parce que tu en chies, que tu as des performances qui ne te permettent pas de te la péter en société avec tes scores de running, que tu n’en tires pas grande satisfaction (cf. endorphines low cost) MAIS que… tu cours quand même!! Punaise, deux fois par semaine, tu mets tes baskets et tu y vas, quoi! Je trouve ça vraiment difficile, j’en serai bien incapable. Donc bravo madame!

    Répondre
  8. Béatrice a dit…

    Heureusement je suis trop vieille pour commencer le running !!!! Je me contente d’une promenade au bois avec mon chien quand il ne pleut pas ! Merci pour les minute par minute. Ce matin c’est mon bonheur du jour.

    Répondre
  9. Daphné a dit…

    Mon cerveau à dû lui aussi perdre quelques neurones en route mais si tu cours de 9:02 à 9:39, tu dépasses allègrement les 23 minutes ?

    Tu sais que tu es la personne la plus inspirante pour continuer à me bouger le popotin et transpirer – Gisèle fait peut-être 3 heures de pilates et de surf chaque jour mais rien ne prouve son existence réelle après tout.

    Répondre
    • Mélisse a dit…

      Gisèle est une invention marketing.
      Conçue par le même bureau à complots qui mitonne tous les complots du type « le réchauffement climatique n’existe pas », « Lady Di a été assassinée par des inuits », « le 11 septembre : on nous montre une maquette d’un devoir de sciences de lycéen » …
      Ils avaient un moment de flottement, ils se sont dit : « si on embêtait les dodues, tiens pour rigoler ? »

      Répondre
          • Selki a dit…

            J’adooooore le chou, surtout quand il est accompagné d’une belle pintade ! (Elle existe vraiment cette nana ?!!!!!)

          • Mélisse a dit…

            Bah j’ai peu ou prou la même routine que Gisèle (pas trop de sport, de la cuisine maison… en revanche, j’ai une routine visage et cheveux plus compliquée (enfin… 1 jour sur 2).
            Donc dès que j’ai 5′ je fais mon propre livre de conseils bien-être et on va voir ce qu’on va voir ! Nan mais parce que comme Desproges le disait à I. de la Fressange : elle et un « boudin » sont « étonnamment semblables » … et donc qu’elle n’était « qu’une femme comme les autres » https://www.youtube.com/watch?v=yvRg1GIHbtQ
            (c’est fou comme Desproges pouvait dire des trucs qui ne passeraient pas du tout en 2015-16…) (minute « siècle dernier »)
            à Daphné : Pourquoi monter sur un ring pour flanquer un coup de pelle à quelqu’un qui t’as cherché ? (j’ai le vertige)

          • Daphné a dit…

            Respect éternel à Pierre Desproges – quel réquisitoire ! Etait-ce déjà Richard Lornac au piano ?

            Mélisse, j’attends ton livre de conseils bien-être – dès que The Americans est fini ?

  10. marieal a dit…

    Mais ce que j’ai ri!
    Ce que je vais te dire va te faire hurler: peut-être pars tu trop vite? je me rends compte que tu pars plus vite que moi, moi mon premier Km c’est en 9min…, mais j’accélère tranquillement à partir du 2ème pour faire environ 7,5km en 1 heure quand je fais de l’endurance fondamentale,8 à 8,5km/hquand j’accèlère dans la séance…et puis peut être pourrais tu marcher 2 min à la 22ème pour essayer de tenir jusqu’à la 30ème? enfin c’est si tu veux essayer d’aller jusque là. Parce que sinon, c’est déjà hyper top bien!

    Répondre
    • Caroline a dit…

      han c’est vrai ? tu fais ton premier km en 9 mn ? Moi qui pensais être un cas totalement désespéré… D’après l’appli runtastic, je fais du 7,5 km/h en général, c’est donc pas si mauvais ?

      Répondre
      • Stéphanie a dit…

        Still lapping everybody on the couch dear.

        La première sortie après mon premier semi j’ai été dépassée par un chien. Qui marchait. D’un bon pas mais quand même.

        Répondre
      • Maglérie a dit…

        Pareil, il me semble que c’est pas mal, déjà, ce que tu fais… En plus, il me semble qu’il vaut mieux courir plus longtemps que plus vite si l’objectif du running c’est d’être en forme.

        Répondre
      • Geneviève a dit…

        Sérieux… Laisse tomber l’appli et la voix de « commandeuse » qui te gave…
        Les endorphines sont sûrement là (bien cachées) parce que tu ne recommencerais pas chaque semaine sans elles.

        Répondre
      • M. de Berlin a dit…

        C’est pas mauvais du tout, les premières 15-20min je fais entre 6 et 8 km/h en général (si je veux tenir 15-20min de plus). Je dépasse rarement le 8 km/h et je peux t’assurer que j’en brûle des calories! Je n’ai pas ton assiduité mais je vois la différence quand je m’y mets par rapport aux semaines où je ne bouge pas.

        Répondre
      • marieal a dit…

        juré! je cours super lentement au début, parfois du 6km/h quand j’ai une journée de boulot dans les pattes…il me faut au moins 2 km pour faire chauffer la machine, quoique je fasse, et c’est en respectant ce temps de chauffe que j’arrive à courir après plusieurs km de plus…ça me désespérait au début, maintenant que je le sais, je respecte mon vieux diesel qui arrive du coup à me tenir longtemps ( j’ai quand même 2 semi-marathons à mon actif et plusieurs triathlons). C’est une erreur fréquente au début, on a tendance à courir trop vite, surtout si on coure sans cardiofréquencemêtre…
        après rien de tel que de varier les allures pour pouvoir progresser: alterner marche et course pour augmenter la durée, ou après 2km d’échauffement, essayer d’accélérer un peu pendant quelques minutes pour progresser puis revenir à une allure plus douce pour récupérer, réaccélerer quelques minutes, puis récupérer de nouveau. Toujours finir sur un mode tranquille pendant 5 minutes.

        Répondre
  11. Adelles a dit…

    Hé bien tu vois, en te lisant, je me faisais cette réflexion qu’il y a un énorme parallèle à faire entre tes courses à pieds et mes sessions peinture ou béton minéral chaque week-end depuis septembre. 5 à 10 minutes avant, je tournicote pour essayer d’y échapper, pendant c’est pas bien glorieux non plus et le meilleur moment, c’est quand ça s’arrête.
    Bilan : le running ou la rénovation de maison de banlieue = même combat (et je crois que je prends du muscle aussi) (en tous cas, c’est ce que je me dis quand le pantalon serre un peu aux cuisses le lundi matin).
    Belle journée !

    Répondre
      • Daphné a dit…

        Faire du béton, ça c’est du sport ! Je n’ai jamais été autant en forme qu’en construisant murs et escaliers dans ma garrigue ( c’est pentu et je ne suis pas équipée de l’option dahu ).

        En plus, béton et plâtre sont encore mieux que le shampoing sec pour donner du volume aux cheveux fins. Mais pourquoi l’Oréal ne m’a pas encore contactée ?

        Répondre
  12. Berengere a dit…

    Merci pour ce minutes /minutes….et surtout cette phrase. … »si seulement il y avait une application pour courir à ma place ». ..voilà. ..c’est ce que je retiendrai….elle va me faire la journée et je suis sûre de la resortir à l’occasion devant les copines (celles qui courent !)
    Bon lundi …en douceur. ..hein…!!!! (Je m’en vais reboire un café avec une tranche de mon cake poire Choco cuisine hier…..pas très « healthy » tout ça ! !)

    Répondre
  13. Sophie a dit…

    Excellent minute par minute je ris devant mon écran
    Par contre je dis bravo et un grand pour le courage que tu as d’y aller.
    Alors 5 ou 23 mn, peu importe en fait.

    Répondre
  14. Mélisse a dit…

    Salut Caro, salut les filles,

    Depuis que je ne suis plus ado et que j’ai arrêté d’enquiller les longueurs de piscine (on parle du siècle dernier là), les endorphines sont devenues un mythe. Et les gens qui vénèrent ce mythe me semblent appartenir à une secte qui fait d’eux des doux dingues : accro à une drogue qu’ils auto-sécrètent et qui leur permet de courir SANS SE RENDRE COMPTE qu’ils souffrent d’une tendinite ?
    C’est du même tonneau de foutage de gueule que les filles qui te disent que de passer la journée sur des talons de 10 c’est ultra confoooooooooooooort.
    Que d’avoir une maison nickel en sus d’un boulot prenant : c’est une simple question d’organisation.
    Et je n’évoque même pas l’enfumage sur la surveillance du poids et du gaulage de fessier….

    C’est peut-être de m’être envoyée avec délectation la saison 1 de « The Americans » ce week-end (avec l’alibi d’une crève invalidante –> c’était pas vraiment un alibi samedi, bon dimanche aprem, OK ma toux, mes jambes en coton et moi aurions peut-être pu nous occuper de ces papiers de sécu en retard..), bref. Donc influencée par Elizabeth, Philippe, Stan et Nina : toutes ces légendes urbaines ressemblent drôlement à la propagande du KGB, non ?
    (je suis très mesurée dans mes propos) (dans mes rêves : un jour, j’aurais le look d’Elizabeth <– ma tignasse hirsute et mes solides cuissots hurlent de rire).
    Bref, ma crève va mieux mais pas les gens qui parlent dans ma tête en fait…

    Répondre
    • Daphné a dit…

      Grâce à Caro, une bonne partie du pays a du passer le week-end en mode couch potato devant The Americans.

      J’ai fait pire que toi Mélisse; c’est la crève de mon ado qui fut le prétexte parfait pour commencer la série – ben quoi, c’est éducatif – ça traite d’histoire contemporaine non ? Le générique à lui seul est un concentré de clins d’œils historiques.

      Répondre
  15. Biquette a dit…

    L’important c’est de se faire plaisir, non? Le footing ce n’est pas mon truc, je privilégie la marche rapide et surtout la natation. J’arrive au vrai sentiment de « plénitude » lorsque j’attaque mon deuxième km de nage (crawl ou brasse coulée).
    Il y a un moment où j’ai l’impression de pouvoir nager indéfiniment! Evidemment je m’arrête avant d’avoir la peau toute flapie!
    Et tu sais quoi? JE N’AI MEME PAS FAIM en sortant de mes entraînements de piscine, juste soif…
    La marche m’a aidée à tenir le coup lorsque je subissais des chimios (le crabe m’a attaquée à plusieurs reprises, hélas…), c’était une façon d’avancer au sens propre comme au sens figuré.
    Bonne semaine! Je vais marcher dans les calanques de Cassis avec mon chéri!

    Répondre
    • Geneviève a dit…

      Je partage complètement… C’est la marche qui « me sauve » et, même si je ne peux pas marcher aussi souvent que je le voudrais en ce moment, je reprends sans aucune fatigue et j’ai comme toi l’impression que je pourrais marcher toute la journée (et le lendemain aussi 😉 )
      Chapeau bas pour ta lutte contre le crabe !

      Répondre
    • Selki a dit…

      Marcher dans les calanques de Cassis……… J’en bave de jalousie ! C’est un endroit magique où j’allais souvent avec mon papa petite fille.
      Continue d’avancer <3

      Répondre
  16. Mélisse a dit…

    Le commentage bugue un peu : ça fait une page d’erreur MAIS ce qui est bien c’est que si tu fais retour et que tu veux recommenter : ça t’informe que « détection d’un doublon » = donc ça prend les commentaires
    (vais reprendre un café, suis pas claire du clavier, là)

    Répondre
  17. Chantal a dit…

    Ah, ces endorphines. …nous sommes nombreuses à les chercher je crois
    Bravo pour votre persévérance!
    Moi j’ai une excuse toute trouvée : un périnée fichu ☺

    Répondre
  18. tallulah06 a dit…

    J’ai couru 3 fois en décembre, ton premier post m’avait motivée, mais bof,pas de terrain facilement accessible et jamais senti les endorphines !
    Par contre bizarrement après une séance de pilate ou d’étirements je me sens vachement bien, je plane, je pense que les endorphines se manifestent.

    Répondre
  19. Suzanne a dit…

    Hahaha mais Runtastic, quoi. L’appli qui aurait pu s’appeler Runstatic me concernant, étant donné ma vitesse de déplacement quand je l’utilisais.
    J’avais un peu oublié de décocher les options de notification vocale, du coup la petasse (y a-t-il un autre mot pour désigner cette femme ?) interrompait ma playlist toutes les 3 minutes pour m’annoncer mes performances hors du commun : nombre de kilomètre parcouru (au singulier), vitesse, inverse de la vitesse (j’ai jamais compris à quoi ça servait), temps de course (seulement trois minutes ??! putain l’impression désagréable d’être revenue au lycée en cours d’histoire, pendant lequel le temps s’arrêtait) pente du parcours, couleur du cheval blanc d’Henri IV et autres infos palpitantes du tout.
    Et tellement pas envie de partager mes exploits avec mes (trop) nombreux potes runneurs que je les avais tous refusés (avoir mon mari qui commentait d’un sarcastique « woaw ! 953 mètres ! T’as trottine pour attraper le bus ? »c’était déjà bien suffisant) sur l’appli. Alors oui, à chaque (tentative de) course, je vérifiais bien 4 fois que mes résultats n’étaient pas publics sur FB. En fait, je passais plus de temps à régler les paramètres de confidentialité de l’application qu’à réellement courir. J’ai préféré arrêter. Bravo pour ta perseverance ! 🙂

    Répondre
  20. philo a dit…

    bravo pour ta persévérance, il faut augmenter minute par minute pour courir plus longtemps, il est vrai que c’est plus facile à dire qu’à faire. Tu n’as pas d’autre possibilité pour courir que de tourner autour du square, il n’y a rien de plus monotone que de faire toujours le même circuit, et le fait de changer te permettrait peut être justement d’améliorer ton temps.

    Répondre
  21. Milanette a dit…

    moi aussi je fais du 7.5Km/h et je cours entre 15 et 25 mn, on m’avait dit « tu verras tu vas vite progresser »… que dalle, je n’arrive toujours pas à courir plus longtemps ! je crois que mon corps n’est pas fait pour le sport, et il me le rappelle bien à chaque fois 🙂
    Des fois il faut voir les choses en face :))
    bises et bonne journée

    Répondre
  22. Biduline a dit…

    Rhhooo, merci pour la bonne humeur du matin à la lecture de ce si bon minute par minute!
    Et chapeau à toi pour ta perseverance! Moi ça fait des mois que je me dis que je vais me remettre un peu au sport, et j’y arrive pas, pourtant il ne s’agit que de reprendre le cours de Pilates proposé dans la salle de gym à mon travail (aucun de mes collègues proches ne s’y adonne heureusement)…
    Alors, tu vois, je suis admirative en lisant tes sorties sportives.

    Répondre
  23. Esteldf a dit…

    Bonjour,

    Félicitations Caroline pour avoir tenu dans la durée. Je crois que le plus dur c’est l’installation de la routine, point que je ne n’ai jamais eu !!!!
    Bonne journée.

    Répondre
  24. DOMINIQUE a dit…

    Hiiii, il n’y a que toi pour bien parler de la course à pied !
    A priori, tu n’as pas l’intention de faire le marathon de Paris, non ? Alors, le principal c’est de courir régulièrement comme tu le fais. Tu verras, au fil du temps tu feras plus de kilomètres en 25 minutes. Et puis, le principal c’est de te dégourdir les muscles régulièrement, ça paye toujours.
    Tu fais comme tu le sens, le principal c’est justement de ne pas se comparer mais de continuer à te faire du bien.
    A part ça, les commentaires ont l’air de ne pas s’afficher quand on « envoie », mais en fait c’est ok. Cela le faisait déjà pour ton précédent post.

    Répondre
  25. Lily59 a dit…

    Bravo, bravo !! Moi qui ait recommencé le sport (enfin « commencé » serait plus juste) le sport il y a 4 ans, je commence seulement à ne plus galérer sur les premières 20 minutes… et je confirme, c’est au moins après 30 minutes qu’on commence à prendre du plaisir et à pouvoir accélérer… et je confirme aussi, ce n’est pas grave de commencer très lentement, c’est même bien ! Moi qui ne court quasiment qu’en endurance fondamentale (l’autre expression pour dire « très lentement » mais c’est vachement plus classe), je ne me suis jamais blessée quand beaucoup de mes collègues et copines (certes bien plus rapides) s’arrêtent régulièrement pour cause de petites blessures…
    (Sinon, un détail me chiffone : si tu plie les genoux pour refaire tes lacets ou celui d’un enfant, personne ne voit ton postérieur nan ?) (et puis c’est meilleur pour le dos 😉 )

    Répondre
  26. Sophie a dit…

    Je crois que les endorphines je les ai rencontrées un jour au bout de plus d’un an de jogging !! Il faut dire que j’avais commencé petit avec des joggings de 2min, puis 1min de marche, 3min puis 1min de marche, et jours après jours semaines après semaines , j’étais arrivé à 45min sans m’arreter la victoire de ma vie pour moi qui détestais courir.
    Et puis, un jour en vacances alors que j’aurais pu rester sous la couette avec monsieur, je ne sais pas ce qui m’a pris : un manque, il fallait que j’aille courir et je crois que c’est ce jour là que j’ai rencontré les endorphines !! 🙂 Je suis revenue transpirante, mais comme sur un nuage. J’aurais pu continuer encore de courir mais j’avais décidé de rapporter triomphalement les croissants à monsieur sous la couette . 🙂

    Répondre
  27. YellowL a dit…

    Oh le minute par minute spécial running, quel délice ! Et le plantage de Runtastic qui te dit que tu n’as couru que 200m après 30 min de souffrance, on en parle ?
    çà fait un peu plus d’un an que je suis mise à la course à pied et je n’arrive toujours pas à améliorer ma vitesse, qui se situe, sans donner de chiffre, entre celle de la tortue et du veau mourant. Autant j’ai nettement augmenté mon temps de course passant de 10 à 45 min, mais ma vitesse ne décolle pas. J’ai essayé le fameux entraînement fractionné, j’ai cru que j’allais clamser !

    Bravo en tout cas pour ta persévérance !

    Répondre
    • Caroline a dit…

      honnêtement moi je m’en fous de ma vitesse en fait. Je voudrais juste arriver à courir 30 mn. C’est mon seul objectif (si tant est que j’en ai un, au delà du fait d’espérer me tenir à cette routine, ce qui me connaissant n’est pas gagné !!!)

      Répondre
          • filledesbrumes a dit…

            Je partage mon expérience: j’ai toujours detesté le sport, j’étais nulle en tout à l’école, pas de coordination, pas d’endurance, fond d’asthme d’effort… bref une cause perdue et arrivée à 35 ans j’étais sûre que c’était pour la vie. Et puis quand j’ai emmenagé dans ma nouvelle maison il y a deux ans je ne sais pas ce qui m’a pris (en fait je crois que c’est suite à un de tes billets) j’ai téléchargé l’appli Runkeeper et j’ai essayé, juste pour voir. Ma ville est traversée par une rivière, longée par un bois, le cadre est vraiment chouette.
            Au début j’ai fait 20 mn de temps total, en courant une minute (très lentement) et en marchant 1mn30. Honnêtement c’était l’enfer… La minute me semblait durer une heure, et à chaque fois que me mettais à marcher je me disais que je ne pourrais pas faire la minute de course suivante. J’avais peur de tous les chiens que je croisais, sans parler de leurs maîtres à qui je trouvais un air louche…
            Mais je n’avais dit à personne que je m’y étais mise, je ne devais rien à personne, c’était entre moi et moi, alors j’ai persévéré en y allant une fois par semaine, parfois moins. La première fois où j’ai réussi à courir les 20 mn sans m’arrêter je me suis dit que j’étais arrivée au bout du bout de mes capacités. Et puis dans le petit programme d’entrainement que je m’étais choisi, dont le but final était d’arriver un jour à courir 5 km, j’ai eu une séance où l’objectif était de courir 45 mn. On avait le droit de ralentir, de marcher, mais il ne fallait pas s’arrêter. J’ai lancé le truc sans trop y croire, j’ai dû marcher pas mal, mais j’ai réussi… J’étais claquée, essouflée, mais j’avais respecté mon corps en marchant chaque fois que nécessaire et ça m’a débloquée en fait… Depuis, je n’ai pas fait de progrès énormes, je n’arrive pas à courir régulièrement mais j’essaie une fois par semaine, et la plupart du temps je cours 30mn, parfois 40 mn. Je tourne entre 7,5 et 8km/h, et je ne me mets jamais la pression. Mais je prends beaucoup de plaisir, car pendant ce temps là, j’ai vraiment l’impression de n’agir que pour moi, sans aucune contrainte de l’extérieur.
            Maintenant j’ai des copines qui me proposent de courir avec elles, mais honnêtement, ça me gâcherait tout mon plaisir…
            (PS: Runkeeper, même dans sa version d’évaluation, te parle français 🙂 )

      • Chloé a dit…

        Pour atteindre les 30 minutes sans voir le temps passer, as-tu tenté de mettre la radio plutôt que la musique? J’ai l’impression que je m’ennuie un peu moins en écoutant le podcast d’une émission que j’aime bien, genre le masque et la plume (ahah c’est juste que j’assume pas de dire « les grosses têtes »)
        Je voulais essayer avec Canteloup mais j’ai peur de chopper un point de côté!

        Répondre
        • Cécile a dit…

          Moi aussi, j’écoute des podcasts et c’est super. J’aime bien aussi La tête au carré sur France Inter et 7 milliards de voisins sur Rfi. J’ai l’impression de joindre l’utile à l’agréable ( quant à savoir ce qu’est l’utile et l’agréable, ca depend des jours !).
          En tout cas bravo Caroline pour ta persévérance, je suis sûre que d’ici quelques semaines tu arriveras à courir 30 minutes ( privilégie la durée plutôt que la vitesse dans un premier temps et ralentis si besoin, voire marche un peu comme conseillé plus haut)

          Répondre
  28. Val Làô sur la Colline a dit…

    Hahahaha ! J’adore ! Tu me fais tellement rire.
    Je cours aussi, de 45 à 60 min. par sortie, 2 fois, parfois 3 fois par semaine. Hé bien tu sais quoi ? Je ne connais pas l’endorphine non plus… Du moins pas pendant. Moi, ce serait plutôt après… Pendant, juste j’en chie. Grave.
    Complètement d’accord avec ta conclusion !

    Répondre
  29. Mel (une autre) a dit…

    Merci pour ce billet qui me permet de secréter des endorphines un lundi matin alors que ce n’était pas gagné du tout ! 🙂
    Je déteste courir, je n’ai toujours pas surmonté le traumatisme du collège et l’obsession de la course de fond dans ma région (de préférence en plein hiver, le vrai hein pas celui de cette année, dans la boue, et avec bousculade des « grands de 3ème »). Je préfère marcher vite pour aller chercher mon enfant à l’école, je dois couvrir 1,5 km en 8 à 10 mn, c’est pas si mal, non ?

    Répondre
  30. lu divine a dit…

    Chapeau! courir pour moi c’est juste impossible. mais comme il fallait que je bouge mon tutu, je me suis mise à la natation il y a un an. une fois/semaine, je peux pas faire plus rapport au Minus de 2 ans qui me colle aux basques. et beh, ayé, j’arrive à nager ce foutu km. UN km en 30 min (et 40 longueurs). Alors soit le rapport qualité/prix de la nage est naze, soit je suis une grosse courge, mais avec tes baskets, en moins de temps, tu en fais 2,67 fois plus que moi. et ce 2 fois/semaine. Tu es mon héro!

    Répondre
  31. Linda a dit…

    Exit le vélo elliptique alors ?? 😉
    Même si elle date elle est jolie cette photo, elle mets de la couleur de ces sombres jours.
    En tous cas bravo pour ta ténacité.
    J’ai repris le sport aussi. Et même aprés une heure (par semaine), les endorphines ne pointent pas leur nez 🙁
    Belle journée
    L’

    Répondre
  32. Nade a dit…

    Ah, le chant des baleines version lente ….
    :-))
    J’ai un pote qui avait des problèmes trèèèès gênants de diarrhée quand il courait trop longtemps ou trop vite alors mèfi !!

    Répondre
  33. Victoria a dit…

    J’admire ta persévérance !!
    J’ai essayé de m’y mettre il y a tout juste un an. La faute à mon frère adoré m’ayant annoncé quelques jours avant « qu’il avait couru ». Annonce m’ayant laissée quelque peu dubitative, étant donné l’aversion à toute forme d’effort physique dont on est dotés dans la famille. D’où ma réaction quelque peu naïve : « Couru? Pourquoi? T’étais en retard? » . Devant son entrain (et un peu par esprit de concurrence aussi, je l’admets) j’ai dégainé la basket pour l’accompagner. Je me souviens avoir trouvé ça cool, pour l’occasion j’avais même téléchargé l’appli Runtastic, et m’étais promis de recommencer le surlendemain… Mais le temps file et accaparée par un quotidien des plus passionnants je n’ai jamais réitéré l’expérience… On l’aura compris, la vérité c’est que je n’ai aucune volonté et un niveau de persévérance très limité (tout comme mon frère, qui a lui aussi abandonné ce jour là…). Un jour, peut-être…

    Répondre
  34. Caro a dit…

    Quelle perséverance!
    Je suis incapable d’aller courir seule, je m’em…., j’écoute mes petites douleurs et je laisse tomber au bout de 10/15 mins (et encore, ça c’est quand j’ai réussi à me motiver de sortir de la maison). Du coup j’ai deux autres solutions: une sortie avec mon grand de 8 ans (lui à vélo, moi en courant) et on en profite pour discuter un peu, il m’encourage, on rigole…et il me file son vélo quand je suis trop crevée… ou bien aller courir avec une copine. Alors certes je ne progresse pas en vitesse, mais je cours 8kms en une heure de papotte, et je ne vois pas le temps passé. Le deuxième effet kisscool c’est qu’en plus des bénefs du sport, on se libère aussi des choses qui nous pèsent à ce moment-là, et on ressort de nos séances (à double titre) ressourcées.

    Répondre
  35. Yokoflo a dit…

    Caro, je te remercie pour ce minute par minute ! J’aurais pu écrire presque le même mais avec beaucoup moins de verve et de talent…
    C’est la même chose avec 45 minutes de courses et 7 malheureux kilomètres. Comme je dépassais les 2, j’ai payé la version pro (histoire qu’elle m’encourage plus longtemps) et bien… la première fois que je l’ai utilisé, l’appli a complètement déconné sur la distance et mes 7 km (mesurés X fois) se sont terminés en 9… Pour le même temps… Je ne t’explique pas comment ça me motive désormais de courir contre moi et ma « performance » qui n’en était pas une ! Merci l’appli dé-motivante… (ceci dit, la première fois, vu que ça donnait un résultat pas si mal, j’ai été tentée de publier sur fb… mais je me suis retenue à temps !).
    Bref, tout ça pour dire : n’upgrade pas… On perd encore plus en dignité au final !

    Et bonne continuation et bravo pour la persévérance !

    Répondre
  36. bonbon piment a dit…

    En tant que boulotte , courte sur pattes , molle du genou et légèrement feignasse….l’oisiveté est ma meilleure amie!
    J’ai renoncé depuis longtemps au running et aux sports qui font mal tout simplement parce que je n’y ai jamais mais je dis bien jamais pris aucun plaisir malgré mon envie d’y parvenir , ma volonté et ma persévérance.
    D’échecs coupables en détestation de moi, de souvenirs douloureux et passablement humiliants de sport au collège et au lycée à mes envies terribles de maitrise de ce corps dans lequel pendant des années je ne me reconnaissais pas ( oui oui dans ma tête pendant longtemps j’étais bo dereck alors que je suis plutôt inspecteur derrick en fait) j’ai fini par renoncer….et accepter ma donne. Du coup, ça va mieux.
    Mon salut « sportif » je l’ai trouvé dans la marche rapide et c’est hallucinant comme pour moi cela a tout changé….
    Plus de souffle court mais j’avance j’avance , je presse le pas et je vais vite, plus de douleurs aux genoux , aux chevilles, au dos mais des cuisses en béton qui me disent merci , plus de salive en trop dans la bouche et l’impression que je vais me noyer après 100 m de course mais de la joie et le sentiment fou fou bin que si je voulais je pourrais ….courir !!!! Ca me donne des ailles quoi ….c’est peut être ça les endorphines , je sais pas .
    Du plaisir…de la régularité et de la facilité.
    Pour l’hiver , j’ai même investi dans un marcheur de compet et revendu l’éliptique qui depuis ma grossesse servait au mieux de porte manteau dans mon salon.
    Je marche tous les jours entre 30mn et une heure et quand c’est sur le marcheur c’est devant une série. Résultat ça passe « crème » comme dirait ma fille et moi je suis happy ! Toujours inspecteur derrick mais happy !
    Pourquoi se faire du mal?…..

    Répondre
  37. bonbon piment a dit…

    Le marcheur ça a vraiment été LA bonne idée pour moi……un épisode de série c’est entre 25 et 40 minutes donc c’est pile poil ce qu’il faut. J’ai pas l’impression de faire du sport en fait d’où le plaisir peut être.
    J’ai mis une petite planche entre les deux bras de mon marcheur et je pose dessus mon mac ou ma tablette et roule ma poule….
    Bon par contre je suis désolée que ce je raconte te parle personnellement …..c’est pas une sinécure d’être qui on est .
    Faut lâcher prise, il le faut ….

    Répondre
  38. virginieb a dit…

    eh bien voilà, moi aussi en surpoids (mais je me soigne…), je fais de la marche depuis un an, et j’aime ça !
    tu as raison, Bonbon Piment, pourquoi se faire du mal ? l’important c’est quand même bien de se bouger, non ?
    en tout cas, Caro, te lire (et rire) doit me faire dégager des endorphines, je suis en pleine forme après avoir lu ton post !
    Merci, et bonne journée à toutes !

    Répondre
  39. Aline a dit…

    Je me reconnais tellement dans ton post !
    Quand j’ai commencé à courir, ma maman m’a dit « Fait attention, il parait qu’on peut devenir accro ».
    Ben non, pas de danger, 4 mois après c’est toujours un gros effort sur moi même de chausser mes running … et un soulagement une fois que c’est fini

    Répondre
  40. L'Affreuse a dit…

    Trouve toi une copine de running!
    Personnellement, quand je cours seule (enfin, accompagnée de la vilaine dame Runtastic pendant les 2 premiers kms), je passe mon temps à réfléchir à ce que je fais… « je cours comme une patate, là, un peu, non? j’ai l’impression de pas avancer » … « pffff, c’est chiant de courir en fait… »…. « et puis, j’ai mal au genou, un peu, là… »….  » bon. si je cours encore cette chanson et la chanson suivante, est-ce que ça sera assez? » etc.
    Alors que quand je cours avec une copine, non seulement je cours un peu plus vite (?), mais je cours 45-60 minutes sans aucun souci. Parce que je bavarde et que je ne pense pas à ce que je fais.

    Répondre
      • L'Affreuse a dit…

        Oui, pardon, j’ai oublié de préciser un détail important.
        Il te faut une copine d’un niveau légèrement supérieur au tien.
        Comme ça, pendant les premières séances/ semaines/ mois, c’est ELLE qui parle. Toi, tu te contentes de l’écouter, de ne pas penser à ton agonie, et tu souffles un « oui » ou « hin hin » quand tu peux.
        Tu pourras ainsi mesurer tes progrès à ta capacité à participer à la conversation.
        Ca fonctionne, je t’assure!

        Répondre
  41. Mélodie a dit…

    Ah mais merciiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii Caro !
    J’en ai pleuré de rire. Et tu viens de décrocher ma gratitude éternelle : tu as résumé, à 300%, ce que j’éprouve quand j’essaie laborieusement de me bouger le cul en allant courir autour du lac, à côté de chez moi. En plus, j’ai eu la bonne idée d’adopter un lévrier, c’est la honte quand je vais courir avec elle : elle trottine à côté de moi pendant les périodes où je cours, et pars comme une bombe pendant mes temps de récup, du genre « yeahh vais enfin pouvoir courir ».
    Runstatic j’ai essayé, mais comme toi, no way pour que je souscrive, et vu mes performances minables, pas de gloire à tirer de ça. J’ai investi dans 3 trucs : une bonne paire de godasses (parce que marcher comme une pintade pendant 3 jours parce que t’as la sensation que tes tibias vont se désarticuler y a mieux), un legging qui compresse (pour ma mauvaise circulation ET l’effacement de l’aspect cellulite, gnark gnark), et une montre decathlon qui m’indique le temps et le rythme cardiaque. Le nombre de km j’en sais foutre rien, je repère le nombre de tours et à quel arbre je me suis arrêtée. Un peu comme mon chien quand il fait pipi tiens.
    Et je plussoie : le meilleur moment, c’est quand je m’arrête et m’étire, raaaaaaaaaaaaaaaaaaah.
    Tu m’aurais presque motivé à aller courir tiens, c’est day off aujourd’hui. Ouais. Mais il fait gris, il va bientôt pleuvoir et c’est tout plein de gadoue autour du lac. Ouais. Bon ben je vais aller me faire un second café à la place.
    Tu es grimpée encore d’un cran ce matin dans l’échelle de mes héroïnes blogueuses 😉 Encore merci pour ce début de journée #happy.
    Bonne journée !

    Répondre
  42. Corinne (Couleur Café) a dit…

    J’ai recommencé à faire du sport depuis quelques semaines maintenant. Je ne crie pas victoire, car je sens encore que ma volonté n’est pas assez pour tenir un rythme régulier. Même si l’effet du sport sur mon humeur est flagrant !!!

    Répondre
  43. Shakti a dit…

    Je t’admire ! Et je ris…
    J’ai couru pendant des années, par obligation, en détestant ça. Sauf pendant 4 mois, en mission dans un pays à bosses, et là, c’était l’éclate totale.
    Puis un jour, le chir et le rhumato ont dit « stop à la course à pied ». D’ailleurs, c’est bien simple, ce jour-là, j’ai failli leur rouler une pelle à chacun !
    Aujourd’hui, je pourrais sûrement reprendre mais, MÊME PAS EN RÊVE !!! Je préfère la rando…

    Répondre
  44. Marie a dit…

    Ahahah génial ce petit minute par minute ! Et quel courage !
    Pour moi, sportive feignante, s’il y a bien un sport qui me fatigue avant même d’avoir commencé, c’est le running ! Autant je peux faire 8h de vélo, autant je ne tiendrais pas plus de 8 min à la course ! Alors bravo, moi 22 minutes ça m’impressionne déjà vachement !

    Répondre
  45. celine2102 a dit…

    Je cours par procuration en ce moment, grâce à la préparation marathon de mon chéri. Pour l’intant, je suis une baleine qui marche en canard (faut imaginer….). Mais au plus fort de ma forme je ne suis jamais allée au dessus de 8km/h. Je préfère long au rapide, j’ai pas la morpho d’une sprinteuse! Mes 2h45 pour un semi, j’en suis contente pcq je l’ai fait et sans marcher (même si certains l’ont cru :-D)! Bravo pour ta persévérance, ce qui compte c’est l’élan, non ?

    Répondre
  46. CourbesGenereuses a dit…

    excellent 🙂 !!
    perso, courir c’est juste NO WAY (kilos toussa toussa), mais à la rentrée j’ai tenté la marche nordique et là, par contre, juste l’impression de déchirer sa race 😀 … seul pb : démarrer ce genre d’activité qqs mois avant l’hiver, ça l’a fait moyen, aux 1eres intemperies, j’ai dit niet à marcher vite ds la bouillasse et me peler la couenne :p !!! p’is une grosse surcharge de taf m’a coupé les pattes (j’en faisais à l’heure du dej, avec d’autres collegues) :-/ …

    bref.

    Tout ça pour dire aussi que j’ai Runtastic Pro dans mon tel (faut surveiller, de tps en tps ya un code qui permet de l’avoir gratos), pour le jour où je reprendrai, ah ah ah !!!

    Toutes mes felicitations pour ta perseverance, je suis sure que ce n’est pas facile de s’y mettre, et encore moins de s’y tenir …

    Répondre
    • tallulah06 a dit…

      Bravo! La marche nordique j’en fais la pub dès que je peux, j’adore ce sport, car oui si on a un bon rythme et un bon entraîneur c’est un sport exigeant mais surtout moins traumatisant pour le corps que la course.
      Et bon moi j’ai la chance d’habiter dans une région ou on peut en faire toute l’année (parfois il fait froid mais on se réchauffe vite)

      Répondre
  47. Alison a dit…

    J’adore j’adore j’adore c’est trop drôle! 🙂
    Mon copain adoooore le sport et quand je me lamente de ne pas perdre un gramme avec les 5h de sport hebdomadaires que je me coltine, il me lâche, étonné « mais, tu ne fais pas ça pour le plaisir?  » Euh….
    Sinon, je suis assez d’accord avec la coach, une fois que je suis lancée c’est bon, ce sont les 5 minutes avant que ma tête essaye de trouver plein d’excuses.
    Mais je déteste courir et si j’avais choisi du running, c’est tout du long que ce serait le plus difficile -je m’ennuie ferme quand je cours
    As tu essayé des salles disposant d’une piscine? Je fais des cours de cardi’eau 2 fois par semaine et c’est vraiment chouette 🙂
    Des bisous – et je ne trouve grosse sur aucune des photos que j’ai pu voir de toi!

    Répondre
    • Caroline a dit…

      non mais je ne cours pas pour maigrir hein 😉 je cours parce que je réalise que mon corps est aussi dynamique d’un chamalow. Et que si je continue ainsi, je vais vieillir perclue de douleurs avec un coeur gras comme un loukoum 🙂

      Répondre
      • Geneviève a dit…

        Sur le blog « L’art de manger » d’Ariane Grumbach (??? pas sûre), elle parle de SAM: Sommeil, Alimentation, Mouvement.
        Si déjà on essaie de respecter ça, on se porte mieux non ?

        Répondre
  48. Hélène a dit…

    Cardi’eau quel joli mot;-)
    J’ai l’après midi devant moi et un peu mauvaise conscience de ne pas en profiter pour courir…. mais il fait un temps printanier chez moi (Toulon) aujourd’hui et j’ai juste envie de marcher dans les rues.. . Ou au bord de la plage… Ecouter ses envies ça doit être aussi bon pour les endomorphines que courir, non?…

    Répondre
  49. Lise a dit…

    J’en pleure de rire! Mer-ci :)))

    « Je suis prête à parier de toutes façons que les endorphines c’est comme l’inconscient, dieu, l’accouchement sans douleurs et les aurores boréales. Tout le monde en parle mais personne n’en a jamais vraiment vu. » Génial! Perso, je ne me sens ni flottante ni l’envie d’accélérer, mais plutôt légèrement anesthésiée et euphorique, mais SI ça existe 😉

    merci pour le fou rire et bonne journée!!

    Répondre
  50. Valérie a dit…

    Ces articles « minute par minute » me font toujours beaucoup rire. J’avais eu des fous rires avec ceux de Zermati !
    Bravo néanmoins, ce n’est pas facile de persévérer surtout à cette saison !

    Répondre
  51. Tan a dit…

    C’est tellement, mais tellement ça ! Je tourne moi aussi autour de 8 min/km et je suis bien incapable de faire mieux ! En même temps je n’essaie pas d’aller plus vite, c’est déjà un exploit d’arriver à tenir 1h comme ça pour moi.

    Et le compte à rebours Runtastic qui s’arrête à 1s avant de commencer, y a qu’à moi que ça le fait ? La première fois je me suis dit que c’était moi qui avais dû foirer, mais au bout de 3 fois je commence à avoir des doutes ! Évidemment comme j’ai déjà mis mon téléphone dans la poche à ce moment-là, je m’en rends compte au bout d’un bon kilomètre…

    Répondre
  52. cec jeune mariee a dit…

    Ahhhh merci pour le fou rire, je me sens moins seule ca fait du bien 🙂 j’aurais pu écrire ca si j’avais le moindre talent de plume 🙂

    J’essaie d’être bienveillante envers moi même et me dire que tout ce que je fait côté running est déjà une réussite en soi-même, même si…

    Des bises de runeuse essoufflée 🙂

    Répondre
  53. Nine a dit…

    Les endorphines c’est le bien-être que l’on ressent lorsqu’on se couche et que l’on s’endort (ok, je sors) ou bien après l’amour ?
    Parce que sinon, je crois que je cours (façon de parler, hein) toujours après elles ou alors si je les ai croisées, elles ont dû se faire écraser dans l’instant par mesdames Douleur et Souffrance.
    Je crois que l’important, c’est d’arriver à effectivement se créer une routine permettant de moins de poser de questions pour savoir si on a envie ou pas, le temps ou pas, mal ou pas. Pour moi ça marche pas mal pour les cours de step, mais pour les sports d’extérieur il y a le facteur météo qui joue, alors chapeau pour continuer à courir régulièrement, d’autant que nous sommes, il parait, en hiver.
    Et merci pour toutes ces répliques à mourir de rire (moi et mon corps nous sommes d’accord, c’est no way pour la course – rapport aux kilos qui font mal aux genoux, les chocs sur les pieds et le 100E qui ballote – et nous sommes encore plus d’accord sur le fait qu’aller à l’école en legging c’est encore plus no way : donc, respect)

    Répondre
  54. Mentalo a dit…

    L’essentiel, ce n’est pas combien tu cours, ni à quelle vitesse, mais que tu coures, tout simplement. J’ai une collègue (ironmanneuse, hum) qui dit: toute sortie est meilleure que pas de sortie du tout. Et ajouter une minute chaque semaine, c’est (presque) indolore mais efficace, et changer un peu de parcours si vraiment tu veux publier tes stats sur FB, dans le genre comme ça https://www.google.lu/url?sa=i&rct=j&q=&esrc=s&source=images&cd=&cad=rja&uact=8&ved=0ahUKEwjm0pO739bKAhWGNxQKHTvHACYQjRwIBw&url=http%3A%2F%2Fwww.tuxboard.com%2Fdessin-application-running%2F&bvm=bv.113034660,d.d24&psig=AFQjCNHjD0LO6vmT-UDsN9D4IhnHZqgJIA&ust=1454422288890014 😉

    Répondre
  55. Cécile a dit…

    AHAHAHA… Le fameux mythe des endorphines. Clairement, je pense moi aussi qu’il s’agit d’une légende. Bon il se pourrait que je n’ai pas non plus dépassé les 25 minutes il y a deux ans quand je tentais d’inscrire le running à mon agenda deux fois par semaine. Mais cela me paraissait déjà un effort surhumain et tentais alors de me féliciter de cet effort plutôt que me flageller de ne pas atteindre les 40 min minimum recommandées par un ami (sont-ils vraiment des amis, ceux qui nous conseillent alors ? quand on sait que les conseilleurs ne sont jamais les payeurs, hein… j’me comprends !). Bref. Depuis, j’ai lâché l’affaire. Complètement. J’ai pensé qu’un sport que je ferais de la maison serait absolument idéal : j’ai un rameur qui trône dans ma cave et un stepper dans mon salon. Mais ni l’un ni l’autre ne sont très usés… Amis du sport, bonne journée !! 🙂

    Répondre
  56. Margot a dit…

    Mais pourquoi tu tournes en rond dans ton square? C’est déjà suffisamment emm… de courir alors en rond c’est encore pire je trouve. Avec de la bonne musique cela dit ça change tout: moi je ne me dis pas que je cours, mais plutôt que je me prends du temps pour écouter de la musique!

    Répondre
  57. Laure-d-c a dit…

    On est vraiment des jumelles de running !
    Jamais je n’ai aperçu la moindre trace d’endorphine : c’est simple j’en chie de la première à la deuxième minute.
    Je ne dépasse pas le 7,5 km/h et il m’est impossible de prononcer le moindre mot pendant l’effort !
    Je te conseille Runkeeper plutôt que Runtastic, la version gratuite offre a priori plus de possibilités.
    Et on est d’accord, je préfère arriver en soutif-culotte devant mes élèves plutôt que de publier mes statistiques de course sur les réseaux sociaux !

    Et même qu’un jour j’ai réussi à courir une heure ! Je m’en souviens très bien, jamais l’exploit n’a pu être réalisé à nouveau.

    Une bien belle journée Caro !

    Répondre
  58. Morgane Nigella a dit…

    Salut les girls et merci pour le minute par minute, c’est toujours très drôle!!!
    Je viens de commencer la marche nordique, un peu sur un coup de tête, pour voir, et dès la première séance je suis devenue accro. Il y a un moment où j’ai l’impression que ce n’est plus moi qui marche et j’ai juste envie de continuer… Alors c’est sans doute les endorphines (on marche mini 2h30)… Je ne suis pas sportive, vraiment pas coordonnée (nigueudouille du sport on peut le dire) mais là je kiffe!

    Répondre
    • tallulah06 a dit…

      Ne te prends pas la tête avec la coordination, ça viendra quand tu n’y penseras plus. Moi j’ai mis 6″semaines à choper le mouvement, j’ai du m’entraîner toute seule car quand on me regardait je me bloquait!

      Répondre
  59. Selki a dit…

    Bonjour Caro, Bonjour tout le monde !

    Tes minutes sont toujours désopilantes, merci pour le rire et admiration pour ta persévérance.
    Bonne fin d’après midi à toutes (et tous).

    Répondre
  60. Frenchie au Canada a dit…

    Alors la chapeau bas. C’est super que tu arrives a courir et a maintenir un rythme. Perso, autant j’arrive a tenir le rythme de faire du sport regulierement, autant j’ai du mal a ne faire qu’une activite bien. En ce moment je fais beaucoup de ski de fond (j’habite dans les Rocheuses) et je dois avouer que oui, les endorphines y sont pour beaucoup. D’ailleurs c’est pour ca que j’aime la montee, quand tu te retrouve ne sueur a la fin, le coeur qui bat for mais que t’es sur un petit nuage quand meme.
    Quand a la course, autant je peux courrir longtemps, autant je crois que j’ai a peu pres la meme allure que toi… Mais bon, j’aime faire des sorties avec mon chien au printemps et en automne.

    Répondre
  61. Lili a dit…

    Oh la la, ce fou rire… Enorme ce compte-rendu! Si tu le vis vraiment comme ça, je te félicite de persévérer malgré tout! 😉 Moi aussi j’ai attaqué le running il y a 3 mois, alors je ne peux qu’adhérer…

    Répondre
    • Lili a dit…

      Ah et sinon je te conseille l’application Nike plus, au moins c’est gratuit et la voix dans tes oreilles ne te demande pas de payer un abonnement pro au 2eme km…

      Répondre
  62. Fred b a dit…

    Je n’ai qu’un mot à dire : »admiration »!
    Me bouger la couenne, ça faisait partie de mes bonnes résolutions de janvier. On est en février et toujours rien…je suis à deux doigts de m’acheter des rollers pour me motiver un peu. Comme l’elliptique, ça fait des mois que c’est « à l’étude ». Un jour, peut être, je vais parvenir à me décider.

    Répondre
  63. Céline a dit…

    Merci pour ce sourire du soir! Je me reconnais un peu!
    Une journée à agrapher des pins sur des visages donc sourire et rire bienvenus!
    Bonne soirée! Celpi

    Répondre
  64. Tulahjee a dit…

    Après 1 an et demi d’entraînement, un cross et la spartan race, je cours toujours à 8 min du kilomètre… Je suis toujours la dernière. Comme la première fois que j’ai commencé à courir. Mais la première fois que j’ai déjà tenu sur 7 km puis 10 km, ma vitesse d’escargot n’avait plus aucune importance. Tu es une coureuse d’endurance, pas de sprint 🙂 :-).

    Répondre
  65. Sarah a dit…

    Y a pas que le running pour atteindre les endorphines. 🙂
    2016 année de la…

    Bien drôle le minute by minute. Le passage des lacets de Rose, je m’en délecte encore. 😉

    Répondre
  66. Une ronde aussi a dit…

    Ce billet et les commentaires m’ont rassurée, en fait on est plein à courir si lentement! Oufque pour ma dignité.
    Par contre, serais la seule pétasse à tignasse ici. personne ne parle du cheveu crépu et mousseux d’après l’effort. Je suis toujours partante pour courir, otaké. Mais JAMAIS, si j’ai lavé mes cheveux le matin, d’la merde! J’ai déjà assez de mal à assumer (et à rentrer) mon cul dans un cuissard en puant comme un veau rien qu’en serrant mes baskets, alors me taper un brushing de plus en rentrant. Never.

    Répondre
  67. Delphine a dit…

    Mon truc à moi : courir en écoutant des émissions podcastées, ça fait diversion pour le cerveau !
    Et comme tu le sais peut-être déjà Boomerang dure 30 min, qui sait ça t’emmènera peut-être sur 5 min supplémentaire….

    Répondre
  68. Géraldine G a dit…

    Mon dieu que j’ai ri! Je sais, je ne suis pas charitable, mais que c’est bien raconté et on sent le vécu! Je pense m’y remettre, mais là entre les mentions chocolat et ton récit, je me tâte!!

    Répondre
  69. Carole Nipette a dit…

    🙂 vraiment drôle et tu ne donnes pas du tout envie de s’y mettre !
    il fut un temps dans ma vie d’avant enfant, je me levais à 6h30 du matin pour aller faire un footing aux Buttes Chaumont… La vérité j’ai l’impression que je parle d’une autre personne, je n’arrive pas à me croire moi même et pourtant… mais bon je déteste courir (mes seins n’aiment pas non plus) et je n’ai pas tenu des années… je préfère marcher à 6km heure sur le tapis avec une pente en regardant une série 🙂 et j’arrive à l’endorphine !

    Répondre
  70. mammouth a dit…

    « de partir à poil au travail. (mon cauchemar numéro 1, pourtant) »

    Ah c’est pour ça que t’es devenue freelance. Tout s’explique.

    Répondre
  71. mammouth a dit…

     » j’ai des endorphines low-cost. »
    j’adore.

    Le plus dur quand on fait du sport et qu’on a pas l’âme sportive ni le besoin d’augmenter les endorphines, c’est de s’y mettre. Régulièrement. Semaine après semaine. C’est dans la régularité et la durée (et quand je dis durée, je mesure même en terme d’années) que l’on peut voir la différence et l’impact que l’exercice physique a sur nous. Alors si tu t’y tiens depuis des mois une fois par semaine, tu peux déjà être très satisfaite de toi. Arrive un moment où ça fait partie de notre routine et que, oui, le corps en a besoin, ce qui fait que ce n’est plus ardu de s’y mettre régulièrement, ça fait partie de notre vie. Pour ça, il faut aussi trouver ce qui nous convient.
    J’espère faire une belle petite vieille.

    Répondre
  72. marie a dit…

    comme je ne veux pas courir (ce serait bien de faire remarquer que c’est un sport violent pour les articulations surtout après un certain âge, ), j’ai un elliptique que j’utilise régulièrement, aucun plaisir, mais je lis en même temps sur mon Ipad des romans policiers que j’aime, on peut trouver des adaptateurs à fixer sur l’appareil. Et je marche avec des bâtons le WE (j’habite une jolie région avec de belles pentes) là, le plaisir est là.

    Répondre
  73. Marine a dit…

    Perso, je me suis mise au vélo… électrique. D’abord pour suivre mon mari le WE ( avec le velo, il partait 4h le dimanche matin, alors devinez qui préparait le dejeuner dominical ?) et puis pour profiter de notre belle région (arrière pays Niçois). L’avantage, c’est que je peux aussi faire les 40 ou 50 km, en dosant l’as-
    sistance électrique pour faire plus ou moins d’efforts. Je découvre la région. Er surtout, je ne m’ennuie pas. Avec le vélo, tu as l’esprit occupé par la route, le paysage, le Garmin, tes muscles, ton rythme cardiaque, le nombre de tours de pédales à la minute, etc…. Parfait pour une intello comme moi. Et puis, le plaisir de dépasser des apollons !!! Bon, je me prends aussi des réflexions vachardes de personnes qui se croient en compétition… Bref, du bonheur ! Il faut un top vélo, pas un vélo de ville basique. Essaye !

    Répondre
  74. lavieacinq a dit…

    Ah! Ah! Ah! Je sais pourquoi je ne cours pas!!!!!
    Par contre, je pratique la marche Nordique et je me demande si ça ne t’irait pas mieux?? Beaucoup moins traumatisant pour le corps (surtout quand on pratique ça comme moi, c’est à dire plutôt cool :-))

    Répondre
  75. Elodie a dit…

    Je cours depuis 18 mois avec mon gros popotin moulé dans mon magnifique leggins de course.
    Je progresse en temps de course et en distance et je m’efforce de sortir 2/3 fois par semaine.

    Je pars de l’école avec une belle foulée, je longe 2 vitrines, « wouahhh » et j’ai fait 30 m et là, commencent 15 minutes terribles.
    « je n’ai vraiment pas envie de courir ».
    « mais qu’est ce que je fous là ? »
    « encore 55 minutes ! ».
    « oh, j’ai mal aux cheveux, au pied droit, à la tête, au nez ».
    « oh non, maintenant, mon écouteur buggue »
    « il faut vraiment que je fasse une playlist de ce nom car tomber au hasard sur Patrick Fiori en courant ce n’est pas le pied ».
    « ah 10 minutes, mince, une voiture, relève la tête ».
    « c’est bon, elle est passée, c’est horrible de courir et je suis nulle, je ne progresse pas ».
    « un camion, on ne sait jamais, c’est peut être un pervers, on accélère la foulée, comme ça, il se dira que je suis une grande sportive ».
    « c’est con la course, je sais pourquoi les copines me plantent toujours »
    Et ainsi de suite pendant 15 minutes.
    Puis je me dis, « minimum 30 minutes sans s’arrêter ».
    Et là, commencent les kms sympas, je ne ressens plus que l’envie d’avancer.
    En général à 45 minutes, je suis super bien…
    Je peux courir 1h30.

    Mon seul regret, je ne perds pas mes kilos pour lesquels, je m’étais mise à courir.
    Maintenant, mon rêve, perdre des kilos pour mieux courir et être fière du reflet dans la vitrine à côté de l’école

    Répondre
  76. Béline a dit…

    J’adore ce minute par minute. Moi je m’étais mise à courir parce que je n’avais pas de sous pour m’inscrire dans un club ou en salle. Ça a été très laborieux les débuts (pas sportive, obèse…) mais j’avais envie de me bouger et aucun objectif précis. J’ai tenu. Et je courrais plusieurs fois par semaine (5-6 au début mais moins de 30mn et souvent 20) puis jusqu’à 1H/1H15 3 fois/semaine (et j’en avais encore sous la chaussure, j’en avais juste marre!) mais moi j’étais encore plus lente que toi! (Un voisin qui me suivait en voiture de loin a baissé la vitre en arrivant à mon niveau et m’a dit « ah mais en fait tu cours je croyais que tu marchais »!!) Et je ne pouvais pas marcher. Ça me coupait les jambes, je ne pouvais pas repartir. Et comme je faisais un parcours aller/retour depuis chez moi, j’étais bien obligée de rentrer. Donc moi ta vitesse, je la trouve au top! Et on a les mêmes endorphines en soldes. Cette sensation de flottement en apesenteur (que je n’ai pas retrouvé dans la marche nordique ou la gym que je pratique aujourd’hui) mais pas du tout envie de repartir pour autant! Et elles me manquent. Les médecins m’ont demandé d’arrêter pour raisons médicales. Mais j’ai des douleurs mémé quand je ne fais rien. Et elles ne sont pas pire quand je cours. Donc je reprends. Mais chutt faut pas le dire. (Pour passer le temps moi, je téléphonais aussi. Ça occupe!)

    Répondre
  77. Lolotte a dit…

    coucou!
    Avec le temps tu vas aimer courir. J’étais aussi comme ça à mes débuts, je sortais d’une grossesse en plus 15kgs sur les fesses à perdre…Gloups… pour éprouver du bien être en courant il aura fallu 3 mois pour mon cas! 3 mois à courir et marcher, en baver, ne pas perdre de poids! grrr. Mais ne lâche rien, tu verras à la longue tous les bienfaits de la course à pied. Now, c’est devenu mon équilibre, mon petit moment rien qu’à moi.
    @mitiés.
    Lolotte

    Répondre

Laisser une réponse à Alison

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>