Complètement spasmée

DSC_0029
Elle est plus solide que son frère et sa soeur. En deux ans, elle a du prendre trois fois des antibiotiques – dieu merci d'ailleurs, je rappelle au tout venant qu'elle est totalement réfractaire à la prise d'un quelconque médicament ce qui donne lieu à des scènes de torture qui ne dépareilleraient pas à Guantanamo.

Plus solide, donc, que ses dadais de frère et soeur dont on s'interrogeait une nuit sur deux pendant les trois premières années, de la nécessité ou pas de partir aux urgences. L'autre nuit, on y allait. Au urgences. A la fin, à Trousseau, on avait notre place de parking et parfois, j'aidais ma pote à l'accueil pour le triage.

Bref, Rose est plus solide, mais depuis hier elle est malade. Petite fièvre au départ puis 40 et des poussières cette nuit, avec pommettes rouges, cheveux collés au front, tremblements et chaleur qui irradie de ce petit corps dont tu n'imaginais pas qu'il puisse dégager autant d'énergie qu'un groupe électrogène.

A 5h du matin, elle a commencé à avoir des sortes de spasmes étranges.

"Elle convulse, merde !", j'ai crié au churros qui venait de se rendormir.

Le temps qu'il reprenne ses esprits ça s'était arrêté.

Pour recommencer dix minutes après.

"Tu fais pareil quand tu dors", il a grogné alors que je commençais à envisager le pire au niveau des séquelles cérébrales et de checker mentalement les causes principales des convulsions (j'ai fait médecine au Cook county, pardon).

"Je fais pareil parfois quand je m'endors, ça s'appelle un sursaut. Là c'est toutes les deux minutes, on dirait la gamine de l'exorciste putain. Nine one one, je te dis."

Croyez-moi ou non mais le churros a tenu bon. Il a refusé d'appeler le Samu (trop d'humiliations successives avec les dames du standard l'ont rendu méfiant). Et moi… moi j'ai regardé ma boulette pleine de cheveux jusqu'au matin, en tremblant à l'idée d'être pile en train de passer à côté de l'urgence qui aurait vraiment mérité qu'on file toutes sirènes hurlantes à l'hosto.

A l'heure où j'écris ces lignes, elle dort enfin paisiblement dans mon lit et les spasmes se sont arrêtés.

Y'a-t-il un moment où on est débarrassés de cette putain d'impression qu'on t'arrache les tripes à chaque fois que ton gamin va mal ?

 

122 comments sur “Complètement spasmée”

  1. lau a dit…

    je crois que c’est cela être parent …nous avons vécu quelques grands moments d’angoisse avec notre Juju dont un séjour aux urgences de 2 jours à 15 mois..depuis, heureusement, tout va bien mais des montées jusqu’à 40 pendant 2 ou 3 jours tous les mois…nous aussi, on se demande toujours « quand » c’est grave, « quand » il faut aller chez le medecin ou aux urgences, on guette un signe …mais il supporte plutôt bien la température…c’est jamais simple !

    Répondre
  2. Jerricanne a dit…

    Mon grand a 20 ans et je suis toujours aussi peu raisonnable, toute tourneboulée dès 38°5 …… ton article me rassure. Je ne serais donc pas une hystérique anxieuse, mais juste une maman.

    Répondre
  3. jeanne a dit…

    Bonjour,

    Je pense que l’on ne cesse jamais, caroline…. Et même lorque l’enfant n’est plus là, parce qu’il s’en est allé, on ne cesse de se souvenir de cette douleur terrible qui vous déchire, à penser que l’on aurait pu le soulager, que l’on aurait dû savoir comment faire…et que l’on a pas toujours su… et lorque l’on a traversé le pire, on se souvient gentiment comme on était terrifiée avant, alors qu’il ne s’agissait que d’une gastro, ou d’une grippe, ou d’un simple virus récalcitrant. En fait, on apprend juste, avec le temps, à sourire de soi.. Durant ces instants, on est juste une maman…et c’est bien aussi comme ça… la vie, quoi… Courage, tout va bien se passer pour votre petite Rose (quel joli prénom!)

    Répondre
  4. SingaporeSling a dit…

    Jamais.

    Hier, mon grand de presque-15-ans-mais-encore-14 s’est violemment gauffré en cours de sport, faute à un saut de haie mal négocié.

    Mal au poignet, le nez tout griffé (c’est malin, tout le monde va se foutre de moi) – oui il n’est pas très poli quand il a mal, le poignet tordu. Rien de grave mais de la détresse.

    En fait surtout liée au fait que c’est le brevet blanc aujourd’hui et demain. Il en est malade, vraiment, spasmes dans le ventre et mine à l’envers ce matin en partant prendre le bus.

    Comment vais-je gérer les autres grandes épreuves de sa vie ?… Parce que là, c’est quand même pas très très grave non plus…

    Je voudrais faire comme Camille dans sa chanson et « prendre sa douleur ».

    Répondre
  5. Siham a dit…

    Moi qui suis hyper zen avec ma fille, dès que pointe un signe de maladie j’ai une boule au ventre et envie de pleurer pour elle… Mais bon je dois être impassible parce que mon homme lui devient hyper stressé.
    Lui aussi a dû suivre la même formation de médecine que toi car il envisage le pire à chaque fois… Heureusement il ne connaît pas doctissimo !

    Répondre
  6. Luna a dit…

    M’en parle pas, je pense que nous sommes toutes ou en tous cas nombreuses à avoir ce sentiment que l’on t’arrache au sens littéral les tripes quand nos petits vont mal.
    L’an dernier je suis devenue totalement « hystérique » car mon monstre avait de la fièvre et nous étions sur une ile (tu imagines une île perdue au milieu de l’atlantique -hum, belle-ile en mer). Bref, je suis passée pour une folle mais je n’arrivais pas à me raisonner et je me voyais déjà prendre l’hélicoptère…à ma décharge c’était sa première poussée de fièvre, elle avait un an…
    Et pourtant je remercie le « truc » là haut- si tant est qu’il y ait un truc là haut qui nous regarde mais on fait ce qu’on peut – pour avoir préservé ma petite chérie depuis sa naissance de tous « maux » graves…bref, bon rétablissement à la petite Rose, qui est en plus vraiment magnifique, tous comme tes deux autres grands. Vous êtes une belle famille dans tous les sens du terme.
    Bisous à tous et toutes

    Répondre
  7. Val a dit…

    Coucou,
    Ahhh, comme je te comprends !
    Ma Rose à moi, habituée à des fièvres directement à40°, nous a fait le même coup il y a un mois… Fièvre qui passe pas malgré le doliprane (trouille de lui donner en + de l’Advil… ndlr il aurait fallu en fait !), bref, bain pour tenter de faire descendre la fièvre et là… tremblante comme une feuille, elle me regarde et d’un coup son regard part d’un coté, fixé… et là, j’ai mouru !!! je l’ai appelée jusqu’à ce qu’elle revienne à elle et hop, direct aux urgences…où bien sur, le temps de faire la queue (un dimanche après midi), elle était en pleine forme et n’avait plus que 38.6 au triage…
    Bref, comme toi, c’était bien des convulsions mais des micro convulsions ils appellent ça…si je peux te rassurer, la pédiatre m’a dit que pour eux, (au cook county), des convulsions chez l’enfant ne deviennent préoccupantes qu’au bout de genre 1/2 heure…(perso, je pense qu’on m’aurait hospitalisée avant !) et que dans tous les cas, il n’y a aucun risque de séquelle neurologique ou au cerveau (je quémandais déjà scanner, irm, nfs chimie iono… bref, john carter-like quoi !)….
    Mais c’est hyper impressionnant à voir, alors je te comprends… remets toi bien ! (une virée chez H&M ?!)
    Alors, rassure toi, câline bien ta Rosinette et fais lui de gros bisous…
    Bises à toi aussi

    Répondre
  8. Banane a dit…

    Je suis une mère dénaturée je crois… parce que ça ne me le fait plus, cette impression-là. Je trouve des trésors de patience, même après 3 nuits blanches de suite, pour les bercer, les câliner quand ils sont malades, mais pas de tripes qui s’arrachent. Une angoisse sourde parfois (la dernière quand il a déliré alors qu’il faisait 40° de fièvre : j’ai passé la nuit aux urgences avec lui, quitte à m’être déplacée « pour rien » parce que ce n’était pas un délire mais un rêve), mais pas de culpabilité, pas de « que faire pour l’éviter? », ni de noeud au ventre face à une maladie « classique ».

    Par contre, et c’est peut-être ça mon vaccin perso, quand on doit l’opérer et qu’il souffre ou qu’il a peur (et les opérations il en a eu 4 et c’est loin d’être fini) alors là oui je suis écartelée, je donnerai cher pour être à sa place et lui éviter cette souffrance, que ce soit à moi qu’on ouvre le palais, qu’on fasse une greffe de mâchoire et j’en passe. Mais pour une gastro, la fièvre, la toux, etc… j’ai tendance à me dire que c’est la vie (et même des fois, en mon for intérieur de mère dénaturée, ça me gave de me faire pourrir les nuits à répétition…)

    Répondre
  9. Doloqui a dit…

    J’ai failli filer aux urgences dimanche quand ma Mlle Q de l’âge de Rose s’est coincé le doigt dans une porte et qu’on a cru qu’il était cassé… grosse angoisse et limite panique de M. MonChéri qui en arrivait à se demander combien de phalange compte NORMALEMENT un doigt… et puis on a repris nos esprits, la puce s’est calmée et on en est restés à une grosse peur : plus de peur que de mal comme on dit mais quelle peur !
    J’aime beaucoup ta dernière phrase : c’est exactement ça : un arrachage de tripes.

    Répondre
  10. pascale m. a dit…

    Pour ma part, plutôt pas angoissée pour mes enfants en terme de santé (au point de passer pour une mère indigne lorsque l’instit de ma fille cadette me chope vendredi dernier pour m’informer qu’elle se plaint depuis une semaine d’avoir mal partout, et moi de répondre: « ah oui, je sais, mais vous pensez pas que c’est de la comédie? »…bon, entretemps, la culpabilité -et mon mec, un peu plus raisonnable que moi- m’ont poussée à prendre rendez-vous chez le pédiatre!) mais une angoisse latente de l’accident…rien que les quelques fois où on les a autorisées à aller TOUTES SEULES à l’école (qui est juste en face de chez nous) j’imagine la voiture qui dérape sur le trottoir, le pédophile en embuscade…bref, je suis à deux doigts d’appeler le directeur pour m’assurer qu’elles ont bien franchi le portail de l’école 😀
    et effectivement, cette angoisse légère mais systématique, pernicieuse, ne me quitte jamais…

    Répondre
  11. pascale m. a dit…

    …et des bises à ta petite rose (bon, tant qu’elle ne se met pas à t’insulter en se retournant la tête, c’est sûrement pas trop grave, n’appelle pas tout de suite l’exorciste!)

    Répondre
  12. isa-monblogdemaman a dit…

    Il n’y a RIEN de plus stressant. Surtout quand on a soi-même une tendance hypocondriaques et de mauvaises nouvelles qui tombent un peu trop vite ces temps ci. On voudrait faire ce qui est utile mais tant qu’on ne peut pas prendre leur douleur, on ne peux que les veiller avec amour. C’est ce que tu as fait !

    Répondre
  13. SarahC. a dit…

    Non. La mienne a 11 ans, et la dernière fois qu’elle a eu la grippe, elle était tellement mal qu’elle a vomi. En quelques secondes j’étais convaincue qu’elle avait une méningite foudroyante. Je te dis pas toutes les scènes que j’ai entrevues. Et ça fait à peine sourire, avec le recul, tellement c’est flippant.

    Répondre
  14. Zaz 06 a dit…

    Mes deux bébés ont bientôt 18 et 21 ans… je m’angoisse toujours quand ils vont mal, mais mon anxiété s’est en quelque sorte déplacée: leur santé compte toujours, bien sûr avant tout, mais je les veux heureux. Heu-reux. Alors quand je les vois tourmentés, inquiets, quand par exemple, mon grand pleure en douce (chagrin d’amour ou d’amitié? On ne se confie plus trop à sa maman à plus de 20 ans), je suis en mille morceaux.
    Courage, Caro, tu es normale, nous sommes toutes normales, les inquiètes,les moins inquiètes… on les a fait, on les aime, on ne savait pas qu’on les aimerait autant…ça ne change rien, si c’était à refaire, on le referait!

    Répondre
  15. LucilleAnne a dit…

    Quand FilsAiné(13ans) est né, c’est la première chose que j’ai demandé à ma mère… Quand se taisait cette angoisse continuelle qui vous prenait aux tripes, vous changeait en quasi hystérique dès que sa respiration se faisait plus douce…
    Sa réponse fut laconique et sans appel : Jamais
    Avec le temps, j’ai pu vérifier qu’elle avait raison. Et cela ne se calme pas sous prétexte que l’on a plusieurs enfants,on apprend juste à faire avec, enfin on essaye 😀
    Bon courage à vous et à votre puce.

    Répondre
  16. nath13 a dit…

    Exact, JAMAIS ! on se fera des films jusqu’au bout !!!
    Un truc de « vieux » docteur, mais qui marche très bien, qui n’a pas de contre-indication et surtout qui rassure maman (et peut sauver bébé aussi). Avoir toujours sous le coude une poire à lavement ; en cas de réelles convulsions (et pas de valium sous la main), un lavement d’eau tiède salée stoppera instantanément la crise, car cela a pour effet de décontracter aussi sec !
    Bon je m’assois sur les 23 euros de consult, mais tu le vaut bien lol

    Répondre
  17. Claire a dit…

    Dans la classe de ma petite mouchette il y a des cas de varicelle, de grippe et … de scarlatine ! So far, tout va bien ,elles sont aussi résistantes mes filles mais je redoute le jour où …
    Courage, et si Rose a des plaques rouges, genre TRES rouges, c’est la scarlatine (oui c’est contagieux) !!

    Répondre
  18. caro(roca) a dit…

    telmt ça me parle…si tu as la reponse fais peter pleaaaaase
    g vécu la même scène cet hiver avec le même mec plein de sang froid…heureusement qu’ils sont pas comme nous putain!

    Répondre
  19. DominiqueL. a dit…

    Non, décidément , non… on ne s’en débarasse jamais …
    Comme dit la Florence bien connue … « Pour perpète tu en as pris … » et volontairement de surcroit …
    Pourtant, ce n’est vraiment pas universel … et quelques mères semblent se sauver … être sauvée … Pour lesquelles c’est leplus facile à gérer ??? L’essentiel est d’être en phase avec soi-même et .. la chair de notre chair …
    DominiqueL.

    Répondre
  20. Lor a dit…

    Moi j’angoisse déjà de quand elle aura 20 ans et qu’il y aura des trajets en voiture ou – pire – sur les motos des copains. Je me dis que le reste à côté c’est de la gnognotte. Elle n’est guère malade, ma bestiole du même âge que la tienne, mais on a dû aller aux urgences ophtalmo aux 15/20 un samedi soir à 18h suite à un doigt dans l’oeil (avec ongle trop long) de sa cousine, oui, un plaisir. Elle s’est est remise, suite à 10 jours cauchemardesques avec 3 séances de 3 séries de gouttes différentes (donc x9) chaque jour, + une autre série de goutte une fois dans la journée, sachant qu’une seule de ces gouttes est rentrée dans son oeil dans le calme et la paix (pour toutes les autres, comme Rose et les antibio, je te fais pas un dessin, la force herculéenne, tendue comme un arc, tout ça, tu vois ? Je pense que tu vois). J’ai flippé, surtout que quand tu arrives aux urgences avec un enfant de 2 ans qui hurle en se tenant l’oeil, même si le panneau électronique affiche « 4h30 d’attente », on te fait passer en premier et les regards de ceux qui poireautent c’est plus « mon dieu, elle va être borgne » que « ces enfoirés sont passés avant moi ». Ben je sais pas ce qui est pire.

    Répondre
  21. Anne de Dakar a dit…

    Jolies bouches, mèches folles, têtes penchées : très harmonieuse, cette photo de Rose juste à côté de la tienne.

    Ici, en plus, y’a toujours la crainte d’un méchant palu qui se cacherait derrière la plus innocente fièvre. En terme de stress, c’est pas mal non plus…

    Bon rétablissement à Rose !

    Répondre
  22. Nanou a dit…

    En ce qui me concerne je fais parti du carré VIP de SOS Médecins. J’ai la Golden carte ! La dernière intervention j’aurais aimé disparaître 6 pieds sous terre tellement la honte m’a terrassée… Mon fils de 7 ans bientôt était alité et veillé par son bonze de père quand je suis rentrée très tard du travail… Il avait des cernes énormes et se plaignait d’avoir mal au cou et de ne plus pouvoir bouger … En tant que fille d’infirmière (ça c’est un autre sujet post-traumatique…) j’ai de suite pensé à une méningite fulgurante … imaginant les pires choses ! Finalement et heureusement mon chéri bonze m’a convaincue d’appeler SOS Médecins et que l’on aviserais après le passage du docteur… Il est passé et on a réveillé le petit loup qui surpris bougeait super bien et nous a avoué qu’il voulait se reposer et regarder la télé chez ses grands parents…Il avait tout inventé !!! Je pense l’inscrire au Cours Florent très prochainement (A moi l’hommage au Césars 2020 !) En plus le médecin était un ancien collègue de ma maman …. Mais rien n’y fera ce déchirement de tripes je l’aurais toujours !…

    Répondre
  23. DOMINIQUE a dit…

    A l’autre bout de la vie, j’ai déjà appelé plusieurs fois les pompiers pour mon père : chutes essentiellement.
    Confuse de les déranger, ils m’ont rassurée, me disant que je faisais bien.
    Une fois j’ai appelé le 15 pour que le médecin fasse un diagnostic ou du moins me donne une piste. Il a été très clair : filez aux urgences, soupçon d’AVC. C’en était un. J’ai gagné un temps précieux, capital dans ce cas.
    Donc, il vaut mieux quelquefois les « déranger », que d’attendre.

    Répondre
  24. Kyra a dit…

    Ah ! et non ça ne passe pas ! ça se transforme et ça devient sans doute moins violent… mais ça ne passe pas ! 😉 Là je m’inquiète pour l’ainée… qui va avoir….. 27 ans ! mais elle vit à nouméa et a un chagrin d’amour alors !

    Répondre
  25. Marje a dit…

    Hier soir, mon ainé (10 ans) arrive en me disant j’ai mal au pied et là j’ai le coeur qui cogne, le ventre qui se noue … Et là je vois THE PANARI Putain de bordel de merde … 3 secondes plus tard, je vérifie si il n ‘a pas de ganglion, de fièvre, de taches sur la peau … 1 minute plus tard, bon il n’a pas de gangrène … SieurPetitPoney (mon mari) oui c’est juste un panari … Mais il ne comprend pas mon Chéri que ça (The PANARI) peut être grave, que tt d’un coup je suis montée sur 2000 volts, que ce n’est pas possible que mon bébé est mal … Je n’ai pas de médecin avant jeudi … Je ne sais pas si je peux attendre jeudi ! Il va contaminer ts ses frères … Putain de bordel de …..Et ça en boucle pdt 2 heures et ça a été ma 1ère pensée ce matin en ouvrant les yeux … Je reste en vigilance rouge jusqu’à nouvel ordre … Je n’arrive pas à prendre sur moi, je ne supporte pas de vois mes enfants malades, je deviens hystérique, irraisonnée …Alors je comprends tt a fait Caro et je vous envoie plein de douceur à ttes les 2 …

    Répondre
  26. agathe a dit…

    Je vous remercie les filles de ces infos , je sais enfin pourquoi la Sécu a tant de mal à se maintenir à flot et les urgences sont débordées!!!

    Répondre
  27. chrisssine a dit…

    Sur mon téléphone portable, j’ai cette photo de mon fils (1 an et 5 jours…), prise alors qu’il se réveillait après sa 1ère anesthésie générale suite à une invagination, en gros son intestin s’était réplié et il a fallu le déplier manuellement. sur la photo il a l’oeil tout triste.

    cette opération lui a valu 3 ou 4 nuits d’hospitalisation en tout, une grosse trouille pour nous même s’il a été pris en charge à temps (merci la nounou qui a tilté tout de suite que quelque chose n’allait pas…)

    donc je pense qu’effectivement on n’est pas rendu, et on n’a pas fini d’avoir peur pour nos loulous. et comme dit le dicton, petit enfant petit souci…

    Répondre
  28. Cycy a dit…

    Je ne crois pas qu’on se débarasse de cette impression un jour ; je ne parle pas pour moi, je ne suis pas encore maman, mais hier, j’avais 39° de fièvre, j’ai eu mon papa et ma maman au téléphone qui m’ont demandé X fois si j’étais sûre que je ne voulais pas aller chez le docteur, parce que « faut pas rester dans cet état là », « fais ceci », « fais cela », « tu nous rapelle quand ça va mieux ». (et j’ai 24 ans ^^)

    Par contre, quand je vois dans quel état je suis quand mon ptit chat est malade, je crains le pire pour mes enfants !!

    Répondre
  29. Elodie la marguerite a dit…

    Merci Caro, grâce à toi, je vais pouvoir faire une déclaration d’amour à mon mari. Mais je ne lui dirai peut-être pas que à cette minute précise ce que j’aime en lui, c’est son diplôme bac + jesaispluscombien, qui fait que je n’ai pas à partir en pleine nuit aux urgences, et qui m’évite de me torturer l’esprit à savoir SI ce spasme est une convulsion, SI ce bouton est le début d’un urticaire géant ou SI ce mal de tête qui prend la nuque ne mérite pas une ponction lombaire immédiate. Mes enfants ne sont pas moins malades, mais je suis moins angoissée quand ça arrive, c’est presque la définition du bonheur !

    Répondre
  30. Claire-drôle-de-mère a dit…

    Euh… tu filtres les comms ou bien on est statistiquement si rares à conjuguer à ce point une zénitude de base à une bonne santé globale de mes enfants?
    Bien sûr que j’ai vécu des petits passages à l’hosto avec mes enfants, bien sûr que je suis inquiète régulièrement, bien sûr qu’une fièvre me fait penser à la méningite, bien sûr qu’au moindre « boum » entendu de loin, j’attends le cri qui révèle qu’il n’y a pas perte de conscience et si ce cri n’arrive pas, je me précipite le coeur décroché, mais, chais pas, l’arrachage de tripes immédiat, non.

    Bon, ben je vous laisse,j’ai mon sari orange à repasser, ma tonsure à refaire et faut que je fasse mes vocalises (oooooommmmm, ooooommmmm…)

    Répondre
  31. La Cuiller en Bois a dit…

    Mon truc pour « tenir » ce fut le « dédoublement de personnalité ».
    C’est à dire que j’essayais d’imaginer que c’était la fille de ma copine et d’avoir un semblant de recul pour ne pas tromber dans la névrose maternelle.
    Heu .. j’ai pas dit que j’ai réussi à tous les coups hein ….
    Mais nous n’avons utilisé les urgences que deux fois dont l’une pour un oeuf de pâques en sucre coincé dans le nez … bon le temps qu’ils se soient occupés des « réellement en danger » l’oeuf avait fondu …

    Mais finalement, tant qu’il y a de la vie y a de l’espoir …

    Répondre
  32. Nathilou a dit…

    Après avoir passé tout ça mon fils de 16 ans lors d’un des stages pour passer sapeur pompier volontaire a fait partie des 4 « morts » du 2ème jour … parce qu’un péquin avait accroché la ligne guide sur ce qui dans la vraie vie aurait été un fil électrique…
    Je respire par le ventre et je me dis qu’avec un peu de bol le péquin en question ne fera pas partie de son équipe « dans la vraie vie » !

    Répondre
  33. sandrineetles3nains a dit…

    Je me retrouve…….. Une fois de plus ! C’est bête hein, mais quand mes petits sont dans cet état, j’en pleurerais…Le pire que j’ai pu vivre, c’est mon fils aîné, 4 ans aujourd’hui mais 3 à l’époque, qui me l’a fait vivre. Je sais, c’est nul parce que je savais que ce n’était pas gravissime, mais j’en suis encore traumatisée. Il est tombé du canapé et s’est littéralement éclaté le nez sur le carrelage (34 points de suture, microchirurgie, 2 heures au bloc, 2 heures en réa). Le pire moment c’est quand je suis arrivée aux urgences du bureau et que sa vue m’a presque dégoûtée, je n’arrivais plus à regarder mon fils, ça été le noeud du traumatisme et j’ai vraiment honte…. Ahhhh nos petits, ce qu’ils nous font vivre comme sentiments multiples…..

    Répondre
  34. MargaridaL a dit…

    Personnellement j’assure « grave » quand mes petits loups (18, 16 et 14 ans les petits loups !!) vont mal. Au moment de la crise je fais tout bien comme il faut avec un sang froid (moi aussi j’ai du être au Cook County dans une autre vie !). Mais alors APRES c’est la panique ! et si je n’avais pas fait ci et j’aurais dû faire ça… bref je réécris l’histoire version film catastrophe !

    Répondre
  35. juliette a dit…

    Je ne suis pas encore maman, mais vu comme je réagis quand mon chat ne fait qu’avoir un petit spasme dans son sommeil, je n’ose même pas imaginer ce que ça sera avec des enfants! (j’ai honte)

    J’espère qu’elle va mieux en tous cas !

    Répondre
  36. malona a dit…

    Merci pour ce billet qui me rassure et met au régime le petit monstre flippant qui dors toujours d’un oeil dans mon ventre… je ne suis pas la seule ! ouf !
    Si on m’avait dit y’a 10ans que lui donner naissance c’était me torturer pour le reste de la vie, j’aurais pris la pilule… et je l’aurais pas arrêté 4 ans après pour faire son frère… hum hum
    chaque jour qui passe est un supplice de bonheur de les avoir mais aussi la peur irraisonnable qu’il leur arrive quelque chose à chaque seconde…
    A jamais immortelle grâce à eux mais à jamais fragile…

    Répondre
  37. ES a dit…

    Il me semble que tu aurais pu appeler le 15 pour avoir un avis: appeler le 15, ça ne veut pas forcément dire qu’ils vont envoyer tout de suite une ambulance toutes sirènes hurlantes… Ils vont te passer un médecin qui va te poser des questions et te dire si ça vaut le coup d’aller aux urgences tout de suite. Par exemple, j’avais appelé le 15 quand ma fille aînée avait eu sa première « grosse » maladie vers 3 ou 4 mois (gastro avec fièvre, 39,7 ° qui ne passaient pas malgré le Doliprane pendant toute la nuit), le médecin nous avait donné des conseils et ça nous avait bien aidé et rassurés.

    Le 15 peut aussi permettre d’avoir les coordonnées des médecins de garde, par exemple (souvenir d’un 1er janvier avec un bébé de 18 mois qui ne mangeait plus rien et vomissait et pleurait en continu: au final gastro + otite, pas de quoi encombrer les urgences mais un traitement s’imposait).

    Val (message 11), je connais hélas un bébé de ma famille qui a gardé de très grosses séquelles neurologiques suite à des convulsions à l’âge de 1 an (handicap mental et physique important, cécité, il a 4 ans et ne parlera et ne marchera jamais…) Mais en l’occurrence, c’était particulier car il a une maladie orpheline et a eu une forme rare et très virulente de mononucléose avec de très très fortes fièvres (le temps que les médecins arrivent à diagnostiquer la maladie, c’était trop tard, le cerveau avait déjà beaucoup souffert). 🙁

    Répondre
  38. Tazounette a dit…

    Etant mère célibataire de deux petites bambines (depuis respectivement les 2 ans de l’une et 1 an et des poussières de l’autre), j’ai toujours évité de tomber dans le mode panique. La seconde a aussi une forte tendance à monter très haut en température (avoisinant ou dépassant les 40° régulièrement) même pour une simple fatigue. J’ai toujours gardé un grand zen, surtout pour ne pas inquiéter davantage la seconde. Et puis tellement de choses à gérer à la moindre maladie en étant seule (la garde à la maison quand on bosse et que la grand mère est à 1000 km, le retard au boulot, le RDV chez le médecin, le tour à la pharmacie quand l’autre va quand même à l’école, sans oublier la bouffe et la journée normale).

    Au moindre doute (chutes) c’est pharmacie d’abord (mon papa était pharmacien et je sais qu’ils sont souvent de bons conseils). Ensuite médecin. J’évite les urgences tant que je n’ai pas le moindre soupçon de gravité (en mère indigne, c’est surtout parce que ce serait méga compliqué pour moi de débarquer aux urgences avec ma malade, l’autre obligée de me suivre aussi…). Je touche du bois, jamais eu besoin d’y aller durant mes 3,5 ans de maman solo… Dans quelques temps ça pourra venir, m’en fous, on sera 2 pour gérer ce type de crises…

    Mais ceci-dit mes filles malades ce sont mes entrailles qui n’aiment pas ça et ça les remue sacrément comme toutes les mamans ! Comme quoi on a beau faire et ils ont beau grandir, on se souvient toujours que c’est de là qu’ils viennent !

    ;o)

    Répondre
  39. zab a dit…

    Je hais quand mes enfants sont malades, tellement que je leur en voudrait presque… ca a commencé quand j’ai signé ce papier d’autorisation d’hospitalisation sur la table d’accouchement.
    Ma fille avait 1h. Ah c’est donc ça être mère…? enfin pas moi l’autre… Ah l’autre c’est moi !!!???
    Bon rétablissement à la petite Rose et aux parents !

    Répondre
  40. DOMINIQUE a dit…

    Agathe, il vaut mieux prévenir que guérir. Hospitaliser un petit à cause d’une angine mal soignée, ou d’un truc plus grave qui, détecté plus tôt, n’aurait pas été grand chose coûte beaucoup plus cher.
    Je reviens au cas de mon père : si je n’avais pas « encombré » les urgences, il serait un légume dans une maison de retraite qui aurait coûté très cher à la collectivité. Il vit chez moi, a toute sa tête, sauf sa locomotion est difficile. Peut-être aurait-il mieux valu qu’il meure, tant qu’on y est. La sécu, c’est sûr, s’y serait retrouvée. Il a cotisé pendant 45 ans.
    Donc, encombrons le 15 et les urgences : la sécu, que nous payons toutes, ne sera pas plus déficitaire.
    Je connais des gens qui hospitalisent leurs vieux pour partir en vacances. Vu le prix de la journée d’hôpital, le trou peut être là aussi.

    Répondre
  41. Peggy a dit…

    je préfère me taper 987 looses de psychopates aux urgences de que passer à côté d’un truc que je sens pas. Le discernement … pas façile mais quand il est nourrit de l’instinct d’une mère, je crois qu’il est assez juste. Sur ce sujet là plus qu’aucun autre il faut se faire confiance.
    Sinon ma mère flippe encore quand moi je vais me faire vacciner donc bon. Je crois que non, ça ne passe pas avec l’âge. Mère tu es. Mère tu resteras.

    Répondre
  42. pascale m. a dit…

    un peu choquée par le commentaire d’Agathe…ayant une santé de fer, je n’ai dû qu’une fois dans ma vie aller aux urgences: j’étais tout bonnement en train de faire une fausse couche, et ma co*ne de gynéco (ce n’était pas sa première ni sa dernière boulette!) à qui j’ai téléphoné, m’a dit de ne pas m’inquiéter, que je n’avais qu’à rester tranquillement chez moi pour que « ça s’évacue »…une heure et je ne sais combien de litres de sang perdus plus tard, un peu inquiète quand même, j’appelle mon infirmière de belle-soeur. Son verdict est sans appel: « file aux urgences »…Je passe sur la journée la plus trash de ma vie, je garderai seulement la conclusion du jeune interne qui s’est occupée de moi: « heureusement que vous êtes résistante et en bonne santé… vous avez failli crever ». Ben oui quand même.

    Répondre
  43. sofamenthol a dit…

    Pfffff!!! A qui le dis-tu!
    Qu’est-ce que j’aimerais mitou guérir de cette sale certitude perverse (pour qui sont ces serp…) qui t’oblige en plus à passer pour la mère ultra-protectrice de service… qui stresse son enfant CAR « vous savez votre ENFant RESSent tout » !
    Damned! Elle n’a pas l’air perturbée ma fillasse quand elle me rétorque, joue dodue sur épaule non moins dodue: -« Mais c’est pas grave maman! »

    Répondre
  44. la mere poule a dit…

    J’espere de tout coeur que Rose va mieux.
    Ma fille ainée, je la surnomme  »la mauvaise herbe » car jamais malade, mais pour la seconde, Trousseau, je connais, elle y a passé 3 mois !
    Un bon rétablissement à Rose et plein de pensées positive pour toi.

    PS: cela fait des années que je lis ton blog, et comme tu as pu le remarquer, depuis quelques jours j’ose enfin commenter

    Répondre
  45. Geneviève a dit…

    Je crois que, comme MargaritaL je crois, j’assure « comme une bête » quand mes enfants sont malades… ZEN et tout, confiante et pourtant… des « trucs » bien bien difficiles à rencontrer.
    Appelée par le lycée des enfants (il y aura 7 ans dans quelques jours) parce que votre fille de 16 ans bientôt s’est écroulée en sport et qu’elle est aux soins intensifs de cardio, c’est bien bien difficile….
    MAIS, je me suis dit que c’était IMPOSSIBLE que son prof ait réagi si bien, le SAMU soit arrivé si vite, l’équipe à l’hôpital soit si compétente pour que ma fille ne s’en sorte pas… Et elle s’en est sortie. Appelez moi Madame Soleil, toutes les conjectures étaient favorables… (J’ai fait un stage premiers secours depuis, pour tordre le cou au mauvais sort)
    Même si rien n’est simple depuis, on a rencontré des gens géniaux (encore plus chouettes qu’au COOK County). Quand j’attends avec elle à l’hopital pour les consultations et qu’il y a 2 heures de retard, je me dis que son cardio, tel un chevalier, est en train de sortir quelqu’un comme elle d’un très mauvais pas.
    ZEN donc dans le feu de l’action mais cinglée complètement quand je me retrouve toute seule dans un coin quand il se passe un « truc » dur… (Elle a un défibrillateur implantable qui lui a sauvé la vie 8 fois depuis…)
    Alors oui, j’assure PARCE QUE j’appelle le SAMU quand il se passe quelque chose…

    Répondre
  46. vanessaB a dit…

    NON…..jamais !!!! quand je vois maman qui m’appelle tous les jours et qui me demande si je suis allée chez le dentiste, le gyne et qui s’inquiète dès que SA grande de 38 ans a une grosse crève… je me dis que pour moi c’est pas gagné avec 3 loulous de 3 à 11 ans….encore bcp d’inquiétudes pour les années à venir…

    Répondre
  47. Petitefée a dit…

    Pas d’enfants. Mais le coeur en vrac quand j’apprends que mon neveu (9 ans) n’est pas heureux chez ses grand-parents maternels (où il vit avec sa maman malade) et qu’il est souvent tout seul dans la cour à l’école. Pas mon fils, pas malade, mais qu’est-ce que ça sera si j’ai des enfants un jour?

    Prompt rétablissement à Rose!

    Répondre
  48. nanie a dit…

    moi je te dis tout de suite, file la à Claire drôle de mère, de toute façon elle dort déjà pas à cause d’un hamster, alors elle peut faire sa maligne, hum hum hum !! lol

    Répondre
  49. Diplodonette a dit…

    On a fait pas mal dans le genre flippés : dans la nuit qui a suivi la naissance de notre fils, on a été réveillés par sa respiration sifflante. Il avait le nez bien pris, les glaires accumulés en fait, et on a paniqué à l’idée qu’il étouffe. Au 15, le médecin régulateur m’a prise pour une foldingue: je pensais que les bébés ne savaient pas respirer par la bouche, et qu’il allait donc forcément étouffer sous nos yeux. Suivant ses conseils, on lui a mis du sérum phy, et tout est rentré dans l’ordre. Enfin on n’a pas dormi, le gardant sur nos genoux, à la verticale, à tour de rôle ^^^Après coup on en a rigolé, mais sur le moment c’était juste affreux….

    Répondre
  50. Caroline a dit…

    merci pour vos demandes de nouvelles, je ne surprendrai personne en vous apprenant que rose a un… virus.

    Terme générique pour définir une attaque massive de tout son système ORL. rien de grave et mon bon vieux docteur que j’adore a à peine haussé les épaules quand je lui ai parlé des spasmes.

    Ceci étant dit, je suis comme peggy et pas mal d’entre vous, je préfère me taper des hontes internationales plutôt que de passer à côté de quelque chose. On est allés dix fois pour rien à trousseau pour le machin qui était faiblard des bronches et la 11e fois, c’était la crise d’asthme sérieuse, une semaine sous oxygène et cortisone. Je crois que si les 10 fois précédentes on ne m’avait pas accueillie si gentiment et humainement à trousseau, je n’aurais pas osé y aller cette fois là. Et dieu sait ce qui…

    Bref, agathe, je ne crois pas que le trou de la sécu soit du à ces flips intempestifs des mères de famille. Ce qui coûte, ce sont les hospitalisation longue durée et en général, ces hospitalisations ne sont pas pour rien.

    Une bise à toutes les mamans, angoissées ou non, on fait bien comme on peut, n’est-ce pas ?

    Et une bise aussi à celles qui ne sont pas encore maman ou qui ne veulent pas l’être, mais qui ont aussi leurs sujets d’inquiétude, je n’en doute pas…

    Répondre
  51. midlifegirl a dit…

    Non cette impression qu’on t’arrache tes tripes quand ton enfant va mal ne disparait jamais et si j’en crois ma belle mère, quand tu perds ton grand fils de 45 ans, ben on te les a arrachées tes tripes. Ca y est!

    Répondre
  52. Agrippine a dit…

    Ben oui, mais faut pas laisser Ambre & The Dude l’embrasser, aussi… Ces « musicos », a fricoter toute la journée, c’est microbe et cie.

    Répondre
  53. Dide 112 a dit…

    Caroline, non, je ne pense pas que ça change.

    J’ai 29 ans et l’année dernière je me suis cassé le poignet ^^
    Quand j’ai appelé ma mère, elle s’est mise à pleurer au téléphone, elle était limité à faire 600 bornes dans la nuit pour me rejoindre à l’hopital.

    Donc non, ça ne s’arrange pas avec l’âge, ça empire ^^

    Quand j’étais gamine, elle était capable de rester de marbre devant une coupure de 12 cm sur la jambe …

    Répondre
  54. Val de Bruxelles a dit…

    Disons que ça évolue… quand ma fille de 17 ans sort le soir et qu’elle a 1h de retard et que, évidemment, mon horloge interne me réveille toutes sirènes hurlantes…. le stress monte.
    Je l’appelle sur son gsm, bien sur elle ne répond pas (je ne m’explique pas ce mystère que les gsm d’ado ne fonctionnent qu’exclusivement entre eux)alors là… le film d’horreur commence… je l’imagine, droguée malgré elle, morte dans une rue sombre, violée, découpée en morceaux, un rein qu’on lui aurait volé de son vivant et j’en passe… la terreur me prend… jusqu’au moment ou elle rentre super souriante et heureuse de la bonne soirée qu’elle a passée avec tous ses copains… je crois qu’il faut que j’arrête les séries genre « Esprits Criminels » et autres « Experts »…
    et heureusement ce n’est quand même pas à chaque fois non plus (chui pas tout a fait folle alors?? sivouplaiiit??)
    😉

    Répondre
  55. midlifegirl a dit…

    Merci vous êtes gentilles
    Je plombe un peu l’ambiance parfois, je suis pas sure de devoir répondre car ma vie est très autocentrée en ce moment mais, comment dire… en même temps ça me fait bizarre de vivre les mêmes choses que tout le monde tout en vivant qqchose de totalement absurde.
    Heu c pas clair, mais merci de vos pensées, je prends tout tout tout 😉

    Répondre
  56. Blanche neige a dit…

    Rien que de te lire j’ai comme une boule au ventre.
    Fais gaffe quand même. Je ne suis pas une adepte de l’hosto à chaque éternuement, d’ailleurs thanks god mes filles ne sont jamais malades. Mais la convulsion faut pas déconner avec.
    Lou en a eu une le lendemain de ses 1 an, après une bonne crise de foie pour cause de gâteau au chocolat. C’était super impressionnant, j’ai cru que ma gamine était en train de partir. Et les médecins nous ont bien dit qu’il faut se déplacer à l’hôpital systématiquement lors d’une convulsion car ça peut être grave. Ou pas.

    Tiens nous au courant de l’état de Rose et fais lui plein de poutous.

    Répondre
  57. Elise a dit…

    Ma mère se vantait de nous faire manquer l’école «  »uniquement à 40° ». Ce n’était pas une mère indigne, loin de là, mais cela s’est terminé en drame relatif puisqu’elle m’a envoyé à l’école avec une torsion d’ovaire due à un kyste…le temps qu’elle rentre du boulot, je n’avais plus d’ovaire, à 9 ans, c’est durail.
    J’essaye d’être plus responsable avec ma fille, au vrai sens du terme, et de la garder avec moi quand elle est malade, mais je continue à croire que pour prouver son courage, il faut souffrir en serrant les dents. Là, je suis arrêtée pour couches pathologiques, et je voudrais presque avoir le col béant pour moins culpabiliser !!

    Répondre
  58. Moune a dit…

    Heureuse maman de deux garçons de 20 et 25 ans je peux te répondre NON ! Jamais… Et du coup ils te détestent et disent que tu leur pourris la vie…
    D’ailleurs prépare toi dès à présent que tes enfants vont devenir des ADOS ! Et si tu crois que tu en baves là, maintenant, c’est rien ! du petit lait !
    Maman d’Ado, c’est ce qu’il y a de plus dur au monde !!!!!!!!! Profite de ton Helmut toute chaude et toute douce, et pense bien fort que ce sont les plus beaux moments de ta vie…

    Répondre
  59. Geneviève a dit…

    C’est très clair… et tu ne plombes rien du tout!
    Bien sûr que c’est bizarre de vivre la vie de Mme Tout-L’Monde et d’être en même temps dans des… circonstances tellement personnelles et difficiles

    Répondre
  60. Tite_bulle a dit…

    Pas (encore) d’enfant mais une mère d’une zénitude incarnée, qui n’a appelé qu’une seule fois en urgence un pédiatre pour moi en pleine nuit. Alors que j’allais très bien, parce que (et je la cite !) : mon odeur avait changé.
    Résultat 45 minutes plus tard j’avais 41 de fièvre et je faisais ma première pneumonie à 2 ans.

    Ca me fait penser à une ptite anecdote qu’on adore se raconter dans la famille. Un jour je me suis « ouvert la tête » contre le mur de la chambre. Ma pince à cheveux s’est enfoncée dans mon crâne et ça a commencé à pisser le sang.
    Je vais dans le couloir et crie à ma mère :
    – « maman ! j’ai un trou dans la tête ! »
    et ma mère de répondre : « -met un mouchoir ! »

    la zénitude incarnée je vous dis :p

    Répondre
  61. MissLulle a dit…

    Jamais ? Jamais ! Jamais maman ne sera sage et réfléchie devant la douleur, la souffrance d’un enfant, de son enfant qui plus est.
    Je le savais avant mes greamlins, je le confirme depuis. 1 an, 1 oeil au beurre noir mais pas de traumatisme crânien, 4 ans une clavicule mais pas de perforation du poumon, 6 ans un doigt mais pas de réduction du membre. Et ce n’est QUE pour le premier… Même l’urgentiste quand il déballe son dossier me regarde avec compassion.
    Bon courage pour Petite Rose ET pour sa Maman, avec une multitude de baisers.

    Répondre
  62. Laura a dit…

    Bon courage à la petite Rose mais ça a l’ait d’être une sacrée force de la nature je suis sûre qu’elle va s’en remettre.
    Je n’ai pas d’enfant mais j’en suis une d’enfant! Et je me rappelle il y a deux ans lorsque je suis partie vivre en Irlande les 3 premiers mois j’ai attrapée tout ce qu’il passait jusqu’au jour où j’ai attrapé LA grosse bronchite… 2000km qui nous séparaient et ma maman un peu affolée quand je l’ai appelée pour lui demander si c’était « normal » d’avoir l’impression que mes poumons faisaient des bulles quand je respirais. Au son de sa voix je sentais son inquiétude et ce déchirement dont vous parlez, son impossibilité d’être auprès de moi alors que je tournais à 40 de fièvre depuis 4 jours… Finalement ces tripes qu’on nous arrache on nous les arrache à nous aussi les enfants parce qu’on aimerait que nos parents soient là quand on est malade

    Répondre
  63. zézé a dit…

    Non. Y a pas hein.
    ça ne passe JAMAIS.
    A chacune de leurs fièvres, à chaque convulsions (et je maitrise le sujet), pertes de connaissances, malaise vagal, vomitos dans les cheveux, ou depuis le lit du haut, ou vomis de mon aînée dans toute les pièce y compris la chambre d’amis vacante, juste pour le fun, JAMAIS tu t’y habitues!!!
    ça te bouffe les tripes, ça te met le bide à l’envers, ça te fout des nuits de 26heures, et au grand jour… le calme plat: THE virus.

    Je reviendrai dans la maisonnée quand elles auront fini leurs études/trouver un appart/ et un homme à faire chier, c’est décidé, je pars!

    Répondre
  64. Dom a dit…

    Je ne crois pas non que ça passe un jour, (moi je connais le Vidal tout par coeur) mais parfois le contexte fait qu’on se retrouve obligée de relativiser et savoir trier le grain d’une petite grippe de l’ivraie d’une méningite fulgurante ou d’un vilain palu.

    mais la boule, elle, est toujours bien là.

    Bon rétablissement à Rose.

    Répondre
  65. olympe a dit…

    non ça passe jamais ! et c’est pire quand ils te disent qu’ils vont chez le médecin sans que tu saches pourquoi.
    sinon un bain à 37° c’est super efficace quand on a donné le maximum de paracetamol et aspirine

    Répondre
  66. Kalou a dit…

    Un bébé, un(e) gamin(e), un(e) ado et c’est l’insouciance qui s’envole ! Alors en plus de les voir malades… On est foutu ma pov’Caro ! Ma fifille a 18 printemps, des dents de sagesse certainement à oter et voilà… me fait plein de soucis.

    Répondre
  67. Catherine a dit…

    Je te confirme, même quand vous êtes adultes et parents vous mêmes nous tremblons pour vous, à l’arrière plan parce que le conjoint occupe alors l’avant-scène, mais nous tremblons et nous nous sentons encore plus inutiles et impuissantes que quand vous êtes tout petits parce qu’on ne peut même plus vous serrer dans nos bras pour vous/nous consoler.

    Répondre
  68. Maria a dit…

    Pauvre puce! non, ça ne part pas! que elle aie mal physiquement comme mentalement, je sais pas qu’est que ce pire des deux!

    ( si non… si tu veux répondre, hein! pourquoi churros? marido est espagnol ou adore les beignets espagñoles ? ; )

    Répondre
  69. chouquette a dit…

    oh mon dieu, non, cette vilaine impression ne nous quitte jamais. c’est l’angoisse d’etre parent en fait…

    elle va mieux ta petite boulette?

    en tout cas, j’imagine ton angoisse, j’aurais foncé à l’hosto je pense. les spasmes et autres convulsions me mettent dans un état de stress intense…

    Répondre
  70. Macha a dit…

    Dure épreuve d’être parent quand son enfant va mal…
    Mais pensez aussi à toutes les choses encore plus merveilleuses qu’un enfant procure à ses parents ? Tous les mignons détails du quotidien, ou les événements extraordinaires d’après les yeux des enfants ?

    Je souhaite bon rétablissement à ta fille en tout cas.

    http://www.bulletinmode.blogspot.com

    Répondre
  71. Shakti a dit…

    Si je peux me permettre, heureusement que tu es autocentrée, ça t’aides sûrement à « gérer » ces heures difficiles.

    Si je peux me permettre encore, je te fais un gros câlin virtuel et je pense souvent à toi aussi.

    Répondre
  72. Céline a dit…

    Je comprends pour les phases de stress paranoïque… Ma fille est née prématurée et suite à complications, a été privée d’oxygène quelques minutes. Elle est restée quelques semaines à l’hôpital (la pire période de ma vie) et au début, les médecins ont bien sûr vérifié qu’elle n’avait pas de séquelles neurologiques. RAS pour tous les tests.

    Tout ça pour dire qu’elle avait ces fameux spasmes dans son sommeil (grosse paranoïa, je la voyais déjà épileptique). Après avoir refait les tests histoire d’être certains, ils nous ont expliqué qu’il s’agissait de clonies du sommeil. Ce n’est rien du tout. D’ailleurs, elle n’en a plus fait depuis (à ma connaissance).

    Un bon rétablissement à ta jolie petite Rose et à ses parents qui dormiront beaucoup mieux après!

    Répondre
  73. christiane a dit…

    avec les enfants, si tu t’angoisses c’est pour la vie, et ce qui est terrible, je le sais aujourd’hui,c’est que tu continues à flipper pour tes petits enfants quand tu deviens grand-mère. Bon rétablissement à Rose, j’espère qu’elle dormira cette nuit, et toi aussi

    Répondre
  74. Marsu a dit…

    Ben je n’ai pas d’enfant… mais j’arrive bien à m’imaginer ce que cela peut faire et d’y penser je suis toute chose! Et puis moi aussi j’ai un chat qui a eu et qui a toujours pas mal de souci de santé (stabilisé) et quand je sens que cela va pas ben c’est l’enfer! Je veux même pas commencer à imaginer ce que cela pourrait être si j’avais un enfant!

    Répondre
  75. venise a dit…

    je te rassure (ou pas) non ça ne passe pas,
    les crises d’angoisse parce que le grand a mis plus de temps qu’il ne faudrait à envoyer son texto hebdomadaire (« c’est bon je suis arrivé » toi aussi tu t’étonnes que ça ne soit pas suivi de « je t’aime maman bisous » ) après son heure et demie de route pour rentrer le dimanche

    oui parce que j’ai laissé la grande bientôt majeure frissonnante de fièvre dans son lit pour aller bosser et qu’elle ne répond pas à mes messages… juste parce qu’elle dort et que ça va beaucoup mieux au point d’aller à son cours optionnel de chinois et au cours de danse après…

    bref ça ne s’arrête jamais, j’ai grandi sous le regard d’une mère hyper angoissée qui a muselé mon enfance et mon adolescence, je l’ai mal vécu, j’ai grandi de travers d’ailleurs,
    alors je n’en fais pas autant, je m’inquiète et je ne laisse pas trop paraître, mon cerveau crée des images abominables et je les chasse ou je me dis que ça exorcise la peur, que d’y penser va empêcher les catastrophes d’arriver !

    Répondre
  76. Géraldine a dit…

    Ah oui les tripes arrachées, vouloir être malade à sa place et être totalement impuissants!! Je déteste ces sensations!!!

    Répondre
  77. cian a dit…

    Il y a une phrase qui dit en gros qu’à la naissance du premier enfant disparaissent à jamais l’insouciance et la sérénité… Je crois en effet qu’on apprend juste à faire avec; après la naissance de mon mini préma, la réa, la néo nat, la réhospitalisation plus tard, je m’étais dit, « oh , après ça je ne m’inquièterai plus de rien! ». IL a bientôt 11 ans, un chagrin d’amour, et je me rends compte à quel point je me trompais. Bon courage et plein de bises à ta Rose.

    Répondre
  78. Estel a dit…

    Bon, j’espère que la petite malade va mieux ce soir.
    J’ai une petite anecdote : petite Poulette (7ans) se plaint un dimanche de douleurs au ventre (violentes), ne mange rien, a pas mal de fièvre(combien je sais pas j’ai pas de thermomètre) et ne fait pas pipi… Bref, je fonce le lundi matin(oui parce que son père me l’a interdit avant) au centro de santé. L’infirmière me laisse voir la pédiatre, ça tombe bien c’est la sienne. Petite Poulette lui raconte ses douleurs. Elle s’allonge, la pédiatre l’ausculte, et me demande si elle a fait du vélo ce WE en étant morte de rire… car ma fille avait des courbatures !!!!!!!
    Mais bon elle a quand même fait une analyse d’urine !!!!

    @Claire drôle de mère : zeeeeeeen !!!!!

    Répondre
  79. Isabelle a dit…

    J’ai senti le vent du boulet, le jour où ma fille de 23 ans a fait un arrêt cardiaque : mort subite récupérée. Un traumatisme à vie. Mais elle vit.

    Répondre
  80. Brigitte a dit…

    Effectivement, les mères sont toujours inquiètes pour leurs enfants, mais les enfants ne peuvent se passer de leur mère quand ils ont mal.
    Je ne suis pas de nature « fiévreuse ». Or, il y a quelques années, je devais avoir 30 ans environ, j’étais en vacances chez mes parents et une nuit j’ai eu de la fièvre. Hé bien, que croyez-vous que j’ai fait ? J’ai appelé ma mère qui est venue, m’a donné une aspirine et une couverture (je lui disais que j’allais mourir de froid…). J’ai pu me rendormir. Si j’avais été chez moi seule, je crois que je lui aurai téléphoné, même en pleine nuit, pour lui demander quoi faire….. C’est ma maman, elle sait quoi faire en cas de fièvre, c’est aussi simple que ça !

    Répondre
  81. Clémousse a dit…

    Je n’ai pas encore d’enfants (20 ans!), mais je suis émue par tous vos témoignages de « mamans inquiètes »… Heureusement, les churros sont là pour contenir les débordements d’angoisse! Plein de bises à toutes, et en particulier à midlifegirl qui semble avoir besoin de beaucoup d’ondes… La grande communauté de PDR sert aussi à ca après tout!
    PS: Caro, j’ai eu la chance de te voir hier (j’étais une des jeunes filles à l’accueil de l’Arlequin), j’espérais avoir l’occasion de te parler après (car là ma big boss me surveillait!) mais je n’ai pas pu, donc sache juste que ca m’a fait tout drole de te voir en vrai et que tu as fait partie des rares personnes à s’adresser à nous poliment sans penser que l’entrée leur était due !

    Répondre
  82. tourne_petit_moulin a dit…

    Quand le temps a passé et que c’est le bébé de ton bébé qui a mal…double peine ; toute entière penchée sur la douleur de ton enfant, tu arrives encore à être pétrifiée de peur pour son petit.

    Répondre
  83. zaza a dit…

    midlifegirl je t’envoie plein de bises et de pensées positives

    Pour les enfants je ne sais pas encore… la mienne a presque deux mois, pas encore de maladie… mais j’angoisse grave à l’idée!!! bref affaire à suivre…

    bises à toutes et des caresses tendres à petite Rose

    Répondre
  84. Caroline a dit…

    Clémousse, c’est con, ça m’aurait fait plaisir de te parler ! J’étais je l’avoue toute embarrassée quand j’ai compris qu’il s’agissait d’une projo pour l’équipe du film, du coup à la fin je suis partie parce que j’aurais eu l’impression, je ne sais pas, de taper l’incruste. Mais j’ai bcp aimé le film et j’ai trouvé ça très émouvant, justement, de le voir en même temps que les comédiens. Je ne sais pas si c’est à toi que je dois l’invit, mais si c’est le cas, merci !

    Répondre
  85. lacopacham a dit…

    Toi au moins, tu savais que les convulsions fébriles existaient. Moi, non … Parait qu’après 5 ans, ça s’arrête. Les convulsions, pas l’angoisse.

    Répondre
  86. Marionnette a dit…

    Merci Caro, merci mesdames, vous contribuez à me réconcilier avec ma mère qui, alors que j’ai 29 ans, continue à me demander si je pense à bien me couvrir, si je mange correctement, si j’ai le moral, qui panique si elle voit que ça ne va pas.
    Tout ceci m’exaspère au plus haut point mais le souvenir de vos témoignages m’aideront à garder mon calme à la prochaine ingérence maternelle dans ma vie privée 😉

    Répondre
  87. Clémousse a dit…

    L’invitation n’était pas de mon fait, en revanche quand j’ai vu ton nom sur la liste des invités j’étais toute excitée dans le bureau (« mais siiiii c’est caro de pensées de ronde le bloooooog »), à tel point que j’ai fait peur à mes collègues qui m’ont du coup sollicitée pour tout ce qui avait trait aux invité(es) des blogs …. L’ambiance de ce genre de projection est rarement mauvaise, tu aurais pu sans souci rester ensuite, je t’avoue que je t’ai même cherchée pendant un bon quart d’heure! J’espère que ce n’est que partie remise, j’espère que le film t’a plu et, je ne sais pas si c’est prévu, mais je serais curieuse d’en lire ta critique. A une prochaine fois « en vrai » alors, peut être…

    Répondre
  88. Anne la belge a dit…

    Marionnette, même si cela est parfois (souvent?) casse-pied, vaut mieux ça que le contraire : ma mère avait décidé qu’elle avait une fille fragile (ma soeur)et une fille forte (moi) à tous points de vue… Fièvre, angines à répétition, hop, des grimaces cela mademoiselle…
    Et maintenant que les soucis de santé sont là pour moi, pas une fois elle ne me demande comment je me porte, mais se lamente car elle a 13-8 de tension (heu je crois pourtant que ce sont de bons chiffres…)C’est triste et révoltant.
    Je suis le genre de mère poule de ta maman, je me freine pour ne pas devenir trop chiante…mon gros gros stress c’est le permis de conduire qu’elles vont bientôt passer.
    Au point que je fais inlassablement la maman-taxi sans râler, en me soupçonnant d’espérer plus au moins consciemment éloigner l’échéance :S

    Le plus chou, c’est maintenant, ce sont elles qui se soucient de la santé de leur « petite maman », adorable… même si cela me gêne un peu car je n’aime pas me plaindre.

    Bisous tout doux à Rose, et une dose de Fleurs de Bach pour Caro-maman…

    Répondre
  89. Floconnette a dit…

    Et ben finalement ma maman est donc une maman normale … à s’inquiéter toujours pour moi malgré le fait que j’ai passé les 25 ans …
    Et moi j’aimerais bien qu’elle arrête de se faire du souci …parce qu’elle a assez de raisons comme cela de stresser et que ce n’est pas bon pour elle …Je voudrais qu’elle s’en fasse bien moins pour moi … Mais d’après vos témoignages ça a l’air si dur …

    Répondre
  90. Laura a dit…

    Vos commentaires me mettent la larme a l’oeil, sans vraiment de raison pourtant…C’est simplement qu’a 23 ans je n’ai pas encore d’enfants, mais je sais deja que je ne cesserai jamais de m’inquieter pour eux quand ils existeront, car c’est dans ma nature d’etre une grande angoissee!

    Mais ce qui m’attriste le plus, c’est que ma maman a moi est un roc, et que je ne l’ai jamais vue inquiete pour moi. Je vis pourtant a 10 000 km d’elle depuis quelques mois, au coeur de l’Asie et de sa triste actualite, et parfois j’aimerais simplement sentir qu’elle s’inquiete quand je suis triste ou malade, mais elle me dit toujours que « ca ira », et meme si elle a raison au final, j’aurais reve d’une maman comme celle que decrivent Marionnette ou Floconnette…

    Répondre
  91. Poule Mouillée a dit…

    Bonjour Caro, bonjour les filles!
    J’ai été très émue de lire vos commentaires et ton post Caro.
    Je suis fille de et maman de.
    Ma mère m’a dit une fois un truc qui depuis me suit toujours « quand ma fille est heureuse je suis heureuse, quand ma fille est malheureuse je suis malheureuse » et moi de rétorquer avec toute la connerie de mes 18 ans « et quand ta fille est amoureuse tu es amoureuse? ». Aujourd’hui je me rends compte, en étant mère à mon tour, combien c’est un métier usant que d’être usant.
    Le moindre bobo me met en transe et je me fais un film digne des pires scénarii. Heureusement mon zhom à moi est plus raisonnable que moi.
    Sinon, du plus loin que je me souvienne, j’ai commencé à être angoissée pour mes enfants, dès le jour du test positif.

    Enfin, en réponse au commentaire d’Elise, et à sa culpabilité de rester couchée pour grossesse patho, ne culpabilises surtt pas même si ton col est fermé. J’ai moi même perdu mon aînée à cinq mois de grossesse pour béance du col et sans culpabilité aucune, je suis restée par la suite, alitée et cerclée pour mes deux autres grossesses qui fort heureusement sont arrivées à un terme raisonnable.

    Répondre
  92. HortenseBlogdel a dit…

    Mes tamagoshis de 4 et 6 ans, sont tout le temps malades et j’angoisse a chaque fois à l’idée de devoir aller pour la énième fois à l’hosto. Ca a commencé avec le premier baby a 3 mois, gastro fulgurante avec début de déshydratation et hospitalisation de 3 jours au Nouvel an au Mans (sympa le réveillon au count comty local), on a eu une roséole a 40 en pleine pampa Audoise avec convulsions pour le second, grippe A pour les deux qui vire a la pneumonie pour le premier et même récemment un gros virus et 41 de fièvre pendant une nuit, j’ai cru m’évanouir et mourir de peur. On les aime nos enfants et on s’inquiétera toujours pour eux. J’espère que Rose va mieux aujourd’hui.

    Répondre

Laisser une réponse à ES

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>