Fluctuat nec mergitur

12243401_10153736144819467_573485275083818991_n

Je reçois des messages d’entre vous qui me touchent et me poussent à écrire ce que je ne parviens pas à écrire depuis la sidération de vendredi soir. Après Charlie, j’avais eu le besoin impératif de venir jeter mes mots, ma colère et ma tristesse ici. J’avais eu ce réflexe également épidermique de me rendre sur les lieux, de brandir, ridiculement sans doute, ma carte de presse sur la place de la République. Mais là…

Est-ce que j’ai épuisé mes réserves ? Est-ce que la douleur éprouvée il y a quelques mois se réveille trop brutalement pour pouvoir être exprimée ? Est-ce que le simple fait d’en parler me semble indécent tant je me considère cette fois-ci encore particulièrement épargnée ? Comme vous je l’imagine, vendredi soir j’ai battu le rappel de tous les miens, envoyé frénétiquement des messages à tous ceux que je connais qui fréquentent ces lieux ou vivent à proximité. Un a un, ils ont répondu à mes appels et j’ai répondu aux leurs. A un moment, nous avons eu un doute sur l’un d’entre eux, fan absolu de Eagle of the Death Metal. Il s’avère qu’à la faveur d’un voyage professionnel, il avait finalement renoncé au Bataclan. Durant ces quelques minutes d’incertitude, j’ai comme beaucoup j’imagine touché du doigt l’effroi. Ensuite, j’ai reçu le mail de A., qui n’en revenait pas elle-même d’avoir réussi à s’enfuir de la salle de concert. Et là encore j’ai tremblé.

Vous voyez, je vous dis tout ça, et il m’apparait que c’est déjà presque trop tant j’ai conscience que parmi vous certain(e)s ont bien plus que touché du doigt l’effroi. A ceux là, je présente mes condoléances les plus sincères. Je voudrais écrire que votre douleur est la nôtre, mais je le sais bien, que la douleur est une salope qui ne se laisse pas partager.

Depuis vendredi, nous sommes restés tous les cinq, serrés les uns contre les autres. Il a été envisagé d’aller boire des coups avec nos amis, en guise de doigt d’honneur à la mort, mais il se trouve que je me tords de douleur depuis trois jours, virus ou somatisation, peu importe.

Mais bien sûr que nous irons, vite, trinquer aux terrasses des troquets parisiens. J’espère de tout coeur retourner au Bataclan, lieu emblématique de ma jeunesse, arpenter la rue de Charonne où j’ai vécu et donné naissance à mes grands, traverser le canal saint martin, un soir d’ivresse. J’espère le faire sans cette peur au ventre ressentie aujourd’hui. Parce que non, j’en suis désolée mais je ne peux pas vous dire que je n’ai pas peur. J’ai peur jusque dans mes tripes de laisser mes enfants reprendre le métro demain, j’ai peur de dire au-revoir à mon mari sans être certaine de le retrouver, j’ai peur d’aller acheter mon pain, j’ai peur de cet humain qui n’en est plus un, j’ai peur de cette inacceptable vérité: oui, en notre sein, nous avons couvé ces êtres immondes, capables d’arroser de balles des enfants dont le seul crime était d’aimer la musique. J’ai peur de mes idées les plus noires, des mots de haine qui se bousculent sur ma langue, de mes pensées inavouables venant anéantir des années de convictions humanistes et démocratiques. J’ai peur qu’ils m’aient contaminée, qu’ils soient parvenus à injecter dans mes veines le poison de la vengeance.

Alors oui, bien sûr, fluctuat nec mergitur. Bien sûr, je le crie haut et fort, je resterai perverse et idolâtre, puisque c’est ainsi que nous sommes vus par ces marchands de terreur. Mais je ne sais pas si vendredi, malgré tout, un peu de moi n’a pas disparu.

Comme je le lisais je ne sais plus où, il va falloir beaucoup, beaucoup, beaucoup d’amour.

J’espère que nous trouverons tous les ressources nécessaires pour en donner, à nos proches bien sûr mais surtout à ceux qui sont sur le fil, prêts à le franchir pour commettre l’irréparable. Ceux là même que je hais de tout mon corps, je suis convaincue que seul notre amour collectif pourrait les sauver. Mais je ne sais même plus aujourd’hui si je crois à ces mots.

Certains depuis vendredi crient qu’ils prient pour Paris. Je n’ai jamais eu aussi peu envie de prier. Mais après tout, si ce dieu qu’ils, vous, priez, est celui de la miséricorde, alors ne vous gênez pas. Moi je vais tenter de me jeter à corps perdu dans la seule religion à laquelle je crois: celle du savoir et de l’éducation. Je ne sais pas encore comment, quelle forme cela prendra, mais je suis convaincue que notre salut viendra de là.

Et puis je vais continuer, je le dis et le crie, à refuser de croire en dieu, à boire de l’alcool, à montrer parfois mes seins, à baiser, à parler plus fort que les hommes, à danser – à contretemps -, à applaudir les humoristes et à rire aux blagues les plus douteuses. Mais là encore, en lisant mes mots je les trouve dérisoires. Surtout, je ne pense pas une seconde que les commanditaires de ces attentats en aient quoi que ce soit à faire de nos comportements déviants. Ils prétendent agir au nom de leur fanatisme, je crains que ce ne soit bien plus trivial. Ils veulent dominer, prendre le pouvoir en Syrie et ailleurs et s’en mettre plein les fouilles en vendant leur pétrole au plus offrant. Leurs bras armés, ces demeurés qui se font exploser dans les rues de Paris, ont probablement cru à leur lavage de cerveau. Mais eux, ceux qui guident ces pantins, croient-ils même à tout cela ? J’en doute…

Voilà, ce billet je l’ai tourné et retourné dans ma tête et il sort en bouillie, sans cohérence, semblable aux sentiments qui m’animent.

Alors je vous souhaite de l’amour et peut-être surtout du désir, parce que c’est probablement la mort du désir qui a conduit ces hommes à la folie.

Et surtout, prenez-soin de vous.

Edit: ce billet de Klaire résume finalement tout ce que j’ai maladroitement essayé d’écrire ici.

Edit2: Merci à toutes celles qui ont pris de mes nouvelles. C’est de l’amour, ça, et ça nous sauvera, je crois.

Edit3: Depuis quelques jours je me demandais s’il n’était pas temps de supprimer mon bandeau « je suis Charlie ». Mais je crois qu’il va rester parce que finalement, c’était vrai. Je suis, tu es, nous sommes tous Charlie. La preuve, on peut tous tomber sous leurs balles, tous.

341 comments sur “Fluctuat nec mergitur”

  1. Marianne a dit…

    <3
    Je ne suis capable d'envoyer et de dire que ça depuis vendredi, tout le reste est si confus. Et je crois qu'on a tous besoin d'amour, de bienveillance et d'empathie.
    Je me réjouis de vous savoir, vous et tant d'autres, épargnés, et chaque visage souriant qui n'est plus parmi nous est un déchirement.
    Prenons soin de nous tous, et de tous ceux que nous aimons !

    Répondre
  2. Alice a dit…

    Un camarade de fac a perdu la vie au Bataclan.. Comment peut on mourrir à 30 ans en France en écoutant du rock ? Merci pour ce billet, je crois aussi á l’amour et au respect profondément mais là c’est dur…

    Répondre
  3. Vannina a dit…

    Premier commentaire sur ton blog que je lis depuis un petit moment juste pour te dire merci pour tes mots et ta façon de penser et de réagir. Ne pas laisser la haine nous contaminer mais essayer de recommencer à vivre comme avant même si pour ça il va falloir faire semblant de ne pas avoir peur d’eux.

    Répondre
  4. JESSICA a dit…

    Bonjour Caro
    ton message résume bien ce que j’ai en tête…
    j’habite rue de la fontaine au roi, le bataclan est un des hauts lieux de ma jeunesse…
    24 après, je me réveille toujours aussi choquée, comme l’impréssion d’une énorme gueule de bois qui n’en finit pas
    Mon quartier, ma rue, mon café du matin, mes serveurs que je croise tous les jours ….
    J’aimerai croire que j’arriverai a retrinquer à la terasse de La bonne Bière ou de la Casa Nostra quand le soleils se couche,
    et je vais m’y efforcer…
    Hier soir, après 24H térrorisée chez moi, battant le rappel de mes troupes par téléphone, on est sortis, boire des coups, dans le seul bar de la rue qui a voulu continuer a allumer la lumière pour qu’on retrouve notre chemin dans la nuit.

    La douleur est immense, l’incompréhension aussi, la rage, mais la peur un peu moins ce matin.
    Oui, il va falloir beaucoup beaucoup beaucoup d’amour, réconforter ceux qui ont perdus un proche, ceux qui sont restés,

    Mais ce gros doigts d’honneur à la mort, à leur folie, à cette barbarie , on va continuer à le brandir bien haut et fort…

    on est debouts, on a pas peur ….

    Une pensée énorme aux victimes, à leurs familles, à tous les gens qui souffrent, aux français choqués,

    Aujourd’hui ma vie ne sera plus jamais la même, mais mes yeux sont grands ouverts , et ils ne les fermeront pas…

    Répondre
  5. Alma River (alias Mah-Yu) a dit…

    Merci d’avoir pris le temps de développer ton ressenti, je crois qu’on a tous l’impression d’être maladroits, de ne pas savoir quoi dire, mais je crois qu’il est essentiel de le dire quand même, quitte à changer d’avis, réflechir, se reprendre, recommencer. Ce n’est que par l’échange, l’expression, les messages qui se prendront inévitablement des « TLDR » (too long, didn’t read) sur les réseaux sociaux, que nous pourrons avancer ensemble, comme toute société saine devrait le faire.

    J’ai essayé aussi (sur facebook), je le remets ici comme contribution, si tu veux bien, et je pense qu’on devrait tous le faire, sur toutes les plateformes, qu’on puisse chacun piocher dans les démarches des uns et des autres, qu’on puisse évoluer et faire évoluer les choses.

    ¨Parce que les symboles, ça peut être utile, souvent, ça peut faire du bien ou faire réfléchir, mais souvent, quand même, une photo de profil ou un hashtag, ça sert surtout à aller vite, et à se dispenser d’échanger et d’approfondir.

    Merci, donc, d’ouvrir ta porte à cette possibilité (ci dessous mon post FB)

    Hey l’ami, oui toi, l’ami Facebook. Toi aussi t’as flippé hier soir dis? t’as pleuré? t’a eu envie de vomir? de crier? t’es allé regarder tes enfants dormir? t’as pensé aux bateaux pneumatiques qui sombrent au large de Lesbos et tu t’es fantasmé dedans fuyant Paris à feu et à sang? t’as appelé tous tes amis? tu t’es « checké safe » sur la nouvelle appli « paris attacks »? t’as tremblé? t’as cliqué sur F5 pour voir grimper le bodycount?

    Hey l’ami…. moi aussi. Mais on fait quoi maintenant? On met des peintures de guerre sur nos « photos de profils temporaires »? on est Charlie? On …. #prayforparis? Sérieux?

    On en parle de demain? De dans quinze jours? On en parle de la France qui a défilé en janvier le coeur au bord des yeux, sa liberté en bandoulière, son siècle des lumières punaisé sur la poitrine et qui s’est quand même laissée surprendre hier soir, prête à plonger à nouveau dans une stupeur solidaire? Ou alors on se regarde un peu en face pour changer?

    Hey l’ami, je viens avec toi si tu veux, on se regarde ensemble dans la glace, je crois qu’on est dans le même bateau. Moi non plus j’ai pas fait grand chose depuis janvier. Alors je ne vais pas te parler de politique, j’ai pas les billes, j’aurais peur de dire des conneries. Je vais juste te dire pourquoi j’étais pas Charlie, pourquoi ma photo de profil n’est pas tricolore, pourquoi je n’ai pas tapissé mon mur d’appels à donner son sang ou à ouvrir sa porte. Pourquoi je n’ai pas #prayforparis.

    Hey l’ami, ne le prends pas mal…. mais parmi tous ceux qui ont marché ensemble en janvier, parmi ceux qui marcheront demain, ou après le 23, quand on aura de nouveau le droit, combien sont retournés dès le lendemain à leur vie quotidienne inentamée, faite de choix presque invisibles? Combien ont choisi de ne voir que l’horreur, la marque du mal absolu, la menace infiltrée d’une barbarie venue d’ailleurs, fermant pudiquement les yeux sur notre participation silencieuse, passive, le plus souvent involontaire voire inconsciente à la société qui a rendu possible cet impensable?

    Hey l’ami. Je ne t’en veux pas. Je ne te juge pas, on est sûrement pareil. Peut-être même que toi non plus, tu n’as jamais changé de trottoir devant un groupe de plus de quatre gamins basanés en jogging. Peut-être que toi, sur Tinder, tu ne « swipe » pas systématiquement vers la gauche les Yassine, les Sofiane, les Mamadou et les Ibrahima. Peut-être que toi, tu ne refuses pas l’entrée en boîte aux petits arabes de la cité du coin, que tu ne retoques pas les CV des Coulibaly, Cissoko, Fofana, Abdallah, et autres Diabaté quand tu recrutes des télévendeurs. Peut-être que quand tu vois Mme Diaby ou Mme Ouali dans la rue avec leurs enfants de 2, 4, 6, 8, 10, 12 et 14 ans, tu te dis juste qu’elles aiment les mômes, et pas qu’elles en ont après les allocs. Peut-être que dans la salle d’attente du dentiste tu parles sans a priori à une femme voilée ou à un homme en djellabah. T’es mon ami après tout. T’es pas un connard raciste.

    Mais on en parle, quand même, de ce qu’on peut faire? Du pouvoir qui est entre nos mains de citoyens pour faire en sorte que ces mômes, ceux qui passent au minimum 10 ans, le plus souvent 15, entre les mains de la République, dans nos écoles qui prétendent ne pas faire la différence, aient d’autres chemins à emprunter, s’ils veulent se distinguer, briller,ou même juste en rêver; que celui des mosquées clandestines qui prêchent un communautarisme violent et leur promettent un sens, une lumière, une légitimité, une appartenance et même pourquoi pas, un destin de héros?

    Alors bien sûr, tu vas me dire qu’il y en a plein des mômes, qui traversent cette vie dont tu ne connaîtras peut-être jamais rien mais dont tu soupçonnes la part de souffrance, d’incompréhension et d’injustice, et qui pour autant, se contentent de fermer leur gueule et de ne jamais tuer personne. T’en connais même, je suis sûre, qui ont super bien réussi dans la vie. Peut-être même que t’en étais un toi-même.

    T’as raison.

    Mais moi, si je ne sais pas comment faire pour résoudre le problème des financement internationaux du terrorisme, si je ne sais pas non plus comment la police devrait fonctionner pour démanteler efficacement le traffic d’armes lourdes dans les banlieues, je me dis en revanche,un peu naïvement peut-être, que faute de pouvoir priver le grand méchant loup de ses ressources financières ou de son arsenal, il est en notre pouvoir d’empêcher qu’il se serve de nos mômes comme chair à canon.

    Je pose ça là en ayant bien conscience de n’apporter aucune solution, mais je crois que si notre société se regardait réellement dans la glace, au lieu de se draper dans sa grandeur bafouée, on pourrait commencer à PENSER ensemble, et pour ça il faut qu’on se parle. Tous. Même et surtout quand on n’est pas d’accord.

    Hey l’ami…. j’espère que je ne t’ai pas donné le sentiment que je veux t’empêcher de prier, ou de pleurer. Prier et pleurer, c’est bien connu, ça fait du bien – et je veux ton bien. Mais si t’as lu jusqu’ici…. j’aimerais bien qu’on parle, aussi.

    Alma

    Répondre
  6. Elodie a dit…

    Merci pour ces mots… Comme souvent, tu sais si bien exprimer ce que je suis incapable de dire ou écrire.
    Je veux croire en l’amour et l’unité, mais j’ai peur.

    Répondre
  7. Gwen a dit…

    Merci de dire une nouvelle fois si bien ce qui se bousculent dans nos têtes . Moi non plus je n’ai pas envie de prier, quelque chose reste bloqué quelque part… Demain je vais à nouveau devoir rentrer dans ma salle de classe et continuer à expliquer, faire le tri, écouter, et à nouveau expliquer…le 8 janvier a été l’heure la plus difficile de ma vie de prof de lycée pro. Demain il va falloir trouver le courage, et y croire, y croire, y croire. Pourvu que j’y arrive.

    Répondre
  8. Lily59 a dit…

    Merci de dire ta peur, et de la partager. « Même pas peur », c’est pas vrai, et tant mieux ! Eux n’ont pas peur, ils méprisent la vie, la musique et le bonheur d’un soir d’automne en terrasse d’un café. Nous avons peur par ce que nous aimons la vie, la musique, les rires des amis le vendredi soir, et le bonheur de débattre autour d’un verre, de ne pas être d’accord et de refaire le monde, parce que c’est ca aussi le bonheur de vivre en démocratie, parce que c’est ça la République. C’est parce que nous avons peur ensemble que nous trouverons aussi la force de faire face ensemble, et de rester debout, et de combattre s’il le faut, là où il le faut.

    Répondre
  9. SarahC a dit…

    Caroline, je lis ton blog tous les jours, et comme beaucoup je ne commente que très très rarement. Pourtant, hier j’ai eu une pensée pour toi, et je me suis demandé en premier lieu si tu étais en sécurité.
    Maintenant, j’ai plus qu’une pensée pour toi, pour ta famille, et pour vous tous, les parisiens qui allez bien être obligés de continuer à vivre le plus normalement possible, parce que le quotidien reprendra ses droits dès demain, mais avec la peur au ventre.
    Alors bon courage à vous tous, c’est tout ce que je parviens à dire.
    Et ça, aussi: <3

    Répondre
  10. Sophie a dit…

    Hier nous sommes allés en famille faire les magasins, manger au restaurant.
    Je reconnais qu’avant je me suis demandé si c’étais décent par rapport aux événements de la veille.
    Oui, la question m’est apparue.
    Puis vite oublié.
    J’habite à Nice.
    Hier je n’ai pas reconnu ma ville.
    J’ai eu de la peine.
    Une grande peine.
    Les rues étaient vides.
    Les magasins vides.
    Les restaurants vides.
    Le tramway vide.
    Et puis, j’ai compris.
    J’ai compris pourquoi j’étais là, en plein centre.
    Je vivais, nous vivions.
    Tout simplement.
    J’ai pris conscience que personne ne m’empêcherait de vivre.
    Je ne veux pas que la peur m’empêche de faire ce que j’aime.
    Rencontrer des gens, tous différents, parler à tout le monde – oui, c’est ce que je fais – , rire, sourire.
    Personne ne m’empêchera d’être libre.
    Merci pour ton billet, merci de me permettre de laisser ces quelques mots.
    Aujourd’hui le soleil brille encore, j’ai bien envie d’en profiter, j’espère que nous serons nombreux pour ceux qu’on a privé de liberté.
    Sophie

    Répondre
    • Tan a dit…

      On a mangé avec amis et enfants hier sur le cours Saleya, et après m’être posé la même question que toi, je me suis dit que j’étais contente de voir tout ce monde vivre.

      Répondre
  11. Jade a dit…

    Me sens incapable de faire autre chose que de vous envoyer à tous et à toutes de l’amour virtuel.
    J’en ai eu, et ai toujours, bien besoin en suivant les nouvelles depuis Bruxelles alors que mes parents, mon frère, beaucoup de mes amis les plus chers sont à Paris. Mon être entier réclame de l’amour et des câlins, comme un nourrisson, depuis vendredi soir.

    Répondre
  12. Et Pourquoi pas New York a dit…

    Des pensées et de l’amour pour vous tous depuis New York, où je me sens plus seule et isolée que jamais, et où la France ne m’a décidément jamais autant manquée. C’est bon de pouvoir venir ici, te lire et lire tout le monde. Alors de l’amour, de l’amour, de l’amour. C’est peut-être un début de réponse.

    Répondre
  13. Elodie a dit…

    Te lire fait du bien, depuis vendredi j’essaie aussi d’écrire quelque chose, rien que pour moi, pas forcément pour le diffuser, mais pour evacuer cette incompréhension, et les mots ne sortent pas, ou alors en boucle les mêmes, dans le désordre, c’est insensé. Je mesure comme toi chaque minute ma chance de n’avoir perdu personne dans cette tragédie, mais je ne peux pas m’empêcher de ressentir ce sentiment effroyable de perte. Malgré tout, on doit continuer à vivre librement, car nous sommes en France et que c’est notre droit le plus strict. Merci à toi pour tes mots :-*

    Répondre
  14. Les Mamies Stars a dit…

    Décousu votre billet, peut-être… Mais il dit bien des choses fondamentales. Et puis, n’avons-nous pas tous l’esprit décousu depuis vendredi soir ? Il n’y a pas de réponses toutes prêtes, évidentes. Il nous faut en quelque sorte repenser notre monde… il nous faudra du temps…

    Répondre
  15. Domi a dit…

    Je ne commente habituellement pas, bien que te lisant depuis fort longtemps.
    Mais je veux te dire combien tes mots m’ont touchée.
    Demain matin il va me falloir trouver l’énergie et les mots pour accueillir et écouter mes élèves. Et continuer, jour après jour à leur apprendre l’empathie, la coopération, l’entraide… à contre courant de la société actuelle.

    Répondre
  16. Val Làô sur la Colline a dit…

    Tu dis que tes mots sont maladroits, moi je les trouve justes et ils expriment tellement mon ressenti. Je dis depuis longtemps que l’éducation est une des réponses, des armes même. Il existe beaucoup d’associations qui proposent des ateliers d’alphabétisation, ouvertes à des intervenants bénévoles. On peut commencer par là. Échanges forts et enrichissants garantis 🙂

    Répondre
  17. Hélène a dit…

    Merci d’écrire malgré tous tes scrupules bien compréhensible. Les mots sont nécessaires et ont tellement de mal à sortir pour ma part…
    Alors merci!
    Et des câlins et de l’amour….

    Répondre
  18. Nanou a dit…

    Merci Caroline….. Ce que tu écris, je le partage comme beaucoup, je pense …. Enfin je l’espère. Mes larmes coulent mais ne sont elles pas dérisoires ? Mon chéri boudhiste et sri lankais a connu cette situation de terreur terroriste pendant plus de 30 ans. Il m’affirme qu’il faut se relever et sourire, s’aimer les uns et les autres et surtout croquer la vie à pleine dent car c’est l’amour qui est plus fort que la haine. J’aimerais avoir autant de certitudes que lui …. Pour moi un seul mot tourne en boucle dans ma tête depuis hier c’est POURQUOI ?

    Répondre
  19. Eurydice a dit…

    « la seule religion à laquelle je crois: celle du savoir et de l’éducation. Je ne sais pas encore comment, quelle forme cela prendra, mais je suis convaincue que notre salut viendra de là. » Comme tu as raison, Caro !
    Il aura fallu ça pour que je commente pour la 1er fois ton blog que je lis depuis longtemps. Je partage aussi ta réaction post-Charlie (j’étais dans la rue, j’ai fait des photos, bloggé, manifesté, etc …) et là, j’ai comme toi eu cette sidération sans mots, cette difficulté à ordonner mes phrases pour un billet de blog laborieux ( ce que le tien n’est pas, quoi que tu en dises). Nous sommes nombreux à partager ces sentiments. Mais j’ai envie de croire que nous sommes nombreux aussi à ne pas vouloir nous soumettre.

    Répondre
  20. Berengere a dit…

    Merci pour ce billet pas prevu…merci pour ces mots qu’on a du mal à expliquer. …ce que tu dis n’est absolument pas maladroit…bien au contraire. …
    Lorsque j’ai appris ces événements vendredi soir il m’a paru tellement normal de te demander si tout allait bien pour toi et les tiens….

    Répondre
  21. Cristina from Belgium a dit…

    Samedi matin en apprenant la nouvelle ma première pensée à été pour toi et les tiens. On ne se connais pas mais à travers ton blog tu fais partie de ma vie, comme une copine de loin.
    Je suis soulagée que physiquement vous n’ayez rien. Je me doute que psychologiquement c’est autre chose.
    En Belgique nous sommes aussi groggy, choqué par tant de violence. Je vous bisouille

    Répondre
  22. Michka a dit…

    Bonjour Caro, et toutes les autres.
    Je te/vous suis depuis des années, en sous-marin généralement. Je ne commente pas, parce que du fond de mon village, ta vie me semble un roman photo dépaysant…
    Et comme après les attentats de janvier, ici nous sommes touchés intellectuellement, mais pas dans notre chair, ni dans notre quotidien. Je n’ai su qu’hier midi ce qui est arrivé. J’ai fait mes courses comme d’habitude, les magasins étaient aussi pleins que d’habitude… C’est seulement à force de regarder les infos, et avec des posts comme le tien, que je commence à réaliser pleinement la gravité des faits. Et je me dis que tant mieux, parce que demain, il va falloir que je trouve les mots pour en parler à mes élèves. Donc Merci.

    Répondre
  23. Mina a dit…

    Je ne connais personne à Paris à part…vous… Et c’est à vous et à votre famille à qui j’ai d’abord pensé vendredi… (remerciant le ciel que mon fils n’ait pas décidé d’aller passer le week end à Paris comme il l’a fait le mois dernier pour retrouver des amis et comme il aime à le faire de temps en temps) J’ai guetté un signe de vous sur ce blog et votre premier tweet m’a rassurée.
    Je viens de lire votre billet et je l’ai lu à voix haute à mon fils et on a pleuré…Et on vient de se dire des choses qu’on taisait depuis vendredi assommés et hébétés par les infos qui déferlent.
    Merci Caroline! Prenez soin de vous et des vôtres. On vous aime.

    Répondre
  24. Daphné a dit…

    Merci pour ce mots, merci pour ces doutes, merci d’être là, merci de nous offrir un refuge bienveillant pour exprimer notre peine et notre soif d’amour. Je titube depuis vendredi, soir de sidération par écran interposé. Le 11 septembre 2001 mon bébé babillait sur mes genoux pendant que les tours s’effondraient, vendredi, mon grand de 15 ans me tenait la main, on ne voulait pas croire cet instant possible, même si on savait que ça arriverait. Je n’arrive même plus à pleurer aujourd’hui.

    Juste avant de lire ton article, mon fils me montrait justement l’illustration de Klaire sur le terrorisme, vue sur twitter. Il la renvoie à tous ses amis, à tous les parents de ses amis. Ca résume tout, seules l’éducation et la bienveillance peuvent nous guider. Prenons soin de nous, aimons nous envers tout.

    Répondre
  25. Laure du Sud a dit…

    Bonjour Caroline,

    je te lis depuis tellement longtemps, quasiment depuis le début, et je n’avais jamais commenté. Mais aujourd’hui je veux juste te dire merci de mettre des mots sur toute cette horreur. Je ne prie pas non plus un Dieu en lequel je ne crois pas. Je crois en l’humanité, en la tolérance, et surtout, surtout oui en l’éducation. Et aussi je veux croire que chacun à notre échelle nous avons notre rôle à jouer et que nous devons pas nous dérober, pas nous taire, cultiver nos différences et accepter celles des autres. La guerre sera longue, mais des jours meilleurs viendront…

    Répondre
  26. Shakti a dit…

    Je suis heureuse de savoir que ta famille et toi-même allez bien. Et je suis terriblement tristes pour tous ceux touchés par cette barbarie.
    Mais je suis aussi tellement en colère. Je n’ai pas de talent d’écriture et il est tellement difficile de faire passer les nuances dans es mots. Mais pour avoir gravité dans certains milieux décisionnaires à une époque (qui me paraît parfois lointaine mais finalement terriblement proche), toute cette horreur a été amorcée et « cautionnée » il y a quelques années maintenant.
    BRef, en tout cas, je suis d’accord : l’amour et l’éducation seront nos (faibles) remparts pour les quelques années à venir.
    J’ai même appelé mon ex-mari pour savoir s’il allait bien !!!
    <3<3<3

    Répondre
  27. Sophie MC a dit…

    Je te suis depuis longtemps, je n’avais jamais commenté.
    Depuis hier matin, je regarde ta page, d’abord inquiète pour toi et ta famille et rassurée par un commentaire d’une de tes lectrices, puis dans l’attente de ta réaction parce que tu es parisienne et que je partage avec toi pas mal d’idées et de positionnements.
    L’effet de sidération est total, plus grand encore qu’en janvier : les caricaturistes, on savait depuis longtemps qu’ils étaient dans le viseur, que ce n’était qu’une question de temps, d’opportunité saisie.
    Vendredi soir, c’est la joie, le vivre et s’amuser ensemble qui étaient visés, par des hommes qui vivent leur fin du monde et veulent entraîner les autres dans leur chute.
    Pour moi, rester humaine, c’est aussi penser à eux : je sais que je vais choquer en disant cela, car il est bien plus simple ou évident de voir ces hommes comme des monstres. Pourtant, ils ne sont pas monstrueux, ils sont fous, rendus fous par quoi ? Je ne sais pas.
    Mais ils pourraient être un ami, un frère, un amant.
    Ils font aussi partie de l’humanité et c’est ce qui rend cela encore plus insupportable : ils interrogent notre part d’ombre, celle dont tu parles, lorsque tu évoques ces pensées de haine, de rejet qui te traversent.
    Depuis vendredi, tourne dans ma tête une phrase entendue le 11 septembre et dite par une américaine : « Nous avons vraiment dû leur faire beaucoup de mal pour qu’ils soient à ce point désespérés ».
    Je ne justifie pas, je ne pardonne pas, je ne cautionne pas, juste je me pose la question : quelle est cette société, dans laquelle je vis, où j’éduque mes enfants, qui engendre un tel désespoir ?
    Et j’ai peur de ce monde où j’ai choisi d’enfanter, de ce monde que j’offre à mes enfants et à leur descendance.
    Et je résiste à ce gouffre, cet appel à la haine, car c’est ma dernière part d’humanité.
    Je t’embrasse Caro, et no pasaran !

    Répondre
  28. Sandrine a dit…

    Ils disent qu’il ne faut rien changer, continuer à vivre comme avant pour ne pas les laisser gagner … Mais moi, j’ai peur pour les miens ..
    Je vous embrasse prenez soin de vous.

    Répondre
  29. Blanche neige a dit…

    je suis peut être inconsciente mais j’ai décidé de ne pas avoir peur. Et je suis sortie hier pour m’en convaincre alors que tous mes proches me le déconseillaient car je vis dans un quartier dit à priori sensible. Et je vais aujourd’hui avec mes filles déposer des bougies devant le bataclan car même si je n’ai pas peur, j’ai mal et les larmes ne cessent de couler depuis vendredi soir.
    J’aurais pu faire partie de ces victimes car je sors toujours là bas. Un ami à d’ailleurs passé la nuit enfermé dans un café voisin et je mesure la chance que j’ai de ne pas avoir été au mauvais endroit au mauvais moment mais je ne m’empêcherai pas de vivre pour des malades fanatiques.

    Répondre
  30. Clémence a dit…

    Bonjour Caroline,

    Je voulais vous remercier pour vos mots. Cela fait du bien de lire qu’il est possible d’avoir peur et que ce n’est pas mal, ni de la faiblesse. Ces mots répétés à l’envi ‘ il ne faut pas avoir peur’ me révoltent. Ils ne font que culpabiliser les gens qui ont peur. Bien sûr que si nous pouvons avoir peur, parce que nous ne sommes pas des machines. La peur est irrationnelle. J’ai moi-même peur. Peur de ce que j’ai vécu à quelques centaines de mètres du Bataclan, peur de ce qui pourrait arriver encore, peur de notre société. Nous avons le droit d’avoir peur mais nous devons être courageux. Dans la forme que nous voulons. Par nos actions, petites ou grandes, silencieuses ou sous les projecteurs. Nous devons nous serrer les coudes et nous aimer. Merci encore pour ce post très juste.

    Répondre
  31. Suzie a dit…

    Je ne t’ai pas contacté, mais j’ai guetté les messages ici et sur ton compte tweeter… C’est tellement difficile… Nous sommes tellement choqués et sidérés… Et oui, même s’il ne faut pas, nous avons peur… surtout pour nos enfants… L’ambiance ici en proche banlieue est tellement bizarre… Les gens restent ici, ne se déplacent pas en dehors de la ville (toutes les manifestations, cours de sport etc ont été annulés)… Ils marchent dans la rue, la mine grave, sans trop s’attarder… Mes fils auraient dû se trouver au stade de France avec leur père, mais finalement, au dernier moment nous avions renoncé à acheter des billets… Comment les envoyer sereinement à l’école, au collège, à leurs activités ? J’ai juste envie de les garder là, avec nous et qu’on reste ensemble tous les 5… pourtant demain, et après-demain et encore après, il faudra bien que chacun reparte à ses activités…

    Répondre
  32. Geneviève a dit…

    Comme beaucoup, je suis sidérée, scotchée, incapable de faire quoi que ce soit…
    Hier matin, je NE SAVAIS PAS quand je suis partie pour une grande marche (magnifique). En rentrant, j’ai appris les nouvelles, j’ai pris des nouvelles surtout des frères, soeurs etc qui vivent à Paris. Puis, RIEN ! capable de RIEN !
    Je dis comme toi qu’il ne faut pas se laisser aller aux « pensées négatives » (peur, rejet de l’autre…) mais c’est difficile.
    Ce matin, au soleil, je me suis forcée à sortir, à faire le marché dans mon petit village et ça m’a fait du bien mais c’est une toute petite ville.
    J’ai tellement besoin des échanges, du partage… Je crois que j’aime mieux faire confiance A PRIORI…

    Répondre
  33. Xochitl a dit…

    Merci pour tes mots.
    Amour, Compréhension, Education et Partage. Peut-être qu’on arrivera à s’en sortir avec ces valeurs, du moins il faut l’espérer et lutter pour.

    Répondre
  34. Pastelle a dit…

    Il est bien ton billet, t’inquiète, en tout cas mille fois plus organisé que la bouillie qui me sert de cerveau actuellement.
    Le savoir et l’éducation, oui, moi aussi je crois en cela.
    Mais il y a du boulot pour répondre à ceci « 200 croisés tués et encore plus de blessés, la louange et le mérite appartiennent à Allah », alors que le Coran dit que toute vie est précieuse. Comment répondre à la folie par la raison et l’amour ???
    Moi je ne sais pas… Hélas. :'(

    Répondre
  35. Mélisse a dit…

    Pas le courage de lire tout les coms pour une fois.

    Je me suis réjouie les 1ères heures : les plus proches étaient OK, hier aussi au fur et à mesure que j’élargissais le cercle.
    Un seul manque à l’appel à ce stade mais il a tendance à se déconnecter du numérique le week-end… alors j’espère.

    Que ceux qui veulent prier pour de l’amour/de la miséricorde, prient ; que ceux qui veulent picoler, picolent ; que ceux qui veulent écrire/dessiner/parler/éduquer le fassent ; que ceux qui voudraient faire 2 ou 3 des trucs précédents ou d’autres le fassent aussi.

    Mais PAR PITIE. Ne votez pas FN pour autant, ne faites pas d’amalgame, soyons en colère mais ne versons pas dans la haine et le rejet de l’autre.
    Parce que là, ces 8 abrutis auront gagné.

    Répondre
  36. YellowL a dit…

    Merci Caroline pour ces mots. Merci d’ouvrir ce lieu plein de tolérance et de bienveillance.
    Beaucoup d’amour, un tas, une montagne, pour éviter de nous replier sur nous-même et de céder à la haine.

    Répondre
  37. Tan a dit…

    Tu trouves ton billet maladroit, je trouve au contraire qu’il résume tout bien. Mélange de sentiments, colère, incompréhension et même rage, oui, même si je n’en suis pas fière. Mais continuer à vivre, espérer un monde moins fou, même si là tout de suite, dur de savoir comment y parvenir.
    Des pensées à toutes les victimes et leurs proches.

    Répondre
  38. Flo a dit…

    Merci. Merci de tes mots. Merci de savoir si bien exprimer ce que je ressens.
    Comme toi, je ne veux pas prier. Je veux juste rire, m’amuser, boire des pots en terrasse, chanter, danser en toute insouciance, et c’est ce que je veux laisser à mes enfant. Hier soir, nous avons maintenu une soirée avec des amis, nous avons ouvert de bonnes bouteilles, nous avons plaisanté, ri, et quand même en fin de soirée, même si nous n’avions pas tous les mêmes idées, nous avons exprimé notre peur des amalgames, des récupérations, et de l’extrémisme dont ces événements risquent de faire le lit….
    Tous ensemble, faisons que ces jeunes ne soient pas morts pour rien, et même si comme toi je suis morte de trouille, portons haut nos valeurs de liberté, d’égalité, de fraternité et de LAÏCITÉ!!

    Répondre
  39. emy a dit…

    Je n’ai pas lu tous les commentaires…
    Juste pour dire que moi aussi j’ai peur. Pourtant Je vis loin de Paris dans un tout petit village et grandeville est à plus de 40 km. Je n’ai appris les événements que hier en fin d’après midi quand j’ai voulu partager sur Fb la merveilleuse après midi que j’avais passé avec mes enfants. Depuis elle me semble encore plus précieuse. J’ai bien vite pensé à vous moi qui te lis tous les jours. Après avoir vu que vous alliez bien je me suis mise à ta place et je me suis dit comment laisser ses grands sortir et en même temps la vie ne peut pas s’arreter… Bref des pensées très décousues et dont j’ai eu un peu honte (comme heureusement qu’on ne vit pas dans grandeville etc…)
    Ce soir il y a un rassemblement dans petitvillage. J’ai pensé y aller juste pour dire… Et puis mon mari pourtant la zénitude incarnée m’a découragée. Il a peur car dans moyenneville juste à coté il y a eu des cellules terroristes démantelées après Charlie.
    Et tu sais quoi, si lui qui n’a jamais peur de rien et voit toujours le bon chez les autres doute… Alors oui j’ai peur.

    Mais je promets de ne pas laisser faire et d’éduquer encore et toujours, car c’est la seule solution viable.

    Répondre
  40. Berangere a dit…

    Je n’ai appris qu’au matin du 14 ce qu’il s’était passé la nuit en France. Je me souviendrais du matin de mes 30 ans. Nous pensons bien à vous depuis la Guinée où tous les guinéens ne cessent de m’adresser leurs condoléances et de me justifier que leur religion n’a pas voulu ça.

    Répondre
  41. Lottemiletzoe a dit…

    Merci pour ces mots. J’ai moi aussi le cœur au bord des lèvres depuis vendredi et peur pour les semaines à venir. J’espère moi aussi qu’il y aura beaucoup beaucoup beaucoup d’amour et ce que je lis dans les commentaires me réchauffe le cœur. Mais cela suffira t’il?
    En attendant, il va falloir prendre à nouveau le métro et laisser les enfants à l’école. Depuis hier, je les regarde vivre sans parvenir à déloger cette grosse boule au ventre…
    La chaleur humaine qui se dégage ici dans ce post et les commentaires allègent un tout petit peu ce fardeau, alors merci et prenons soin les uns des autres.

    Répondre
  42. S a dit…

    Coucou Caroline, je te suis depuis un bout de temps maintenant, je ne manque aucun de tes articles, et pourtant je n’ai jamais commenté! Je veux juste te dire que depuis vendredi soir, j’attendais un article de ta part, parce qu’honnêtement, tu arrives à chaque fois à mettre les mots sur ce que moi, je n’arrive jamais à exprimer! Alors voilà, je voulais absolument te le dire, encore une fois, tes paroles résonnent tellement justes à mes oreilles! Je n’ai que 19 ans et j’ai du mal à me dire que je vais devoir continuer à grandir dans un monde pareil, ça me parait tellement irréel… Bien sûr comme tout le monde j’ai peur, très peur même, mais je ne veux pas arrêter de vivre ma vie parce que c’est exactement l’objectif recherché, alors je me fais un devoir de sortir de chez moi et de profiter de ma vie, je le dois à tous ces gens qui ne peuvent plus profiter de la leur désormais! Enfin bref, je voulais juste te dire merci, alors merci! (et courage)(je sais qu’il va nous en falloir une énorme quantité à tous)

    Répondre
  43. Elsouille34 a dit…

    Tu écris ce que je ressens aussi… Je me suis surprise à avoir certaines pensées … Mais quand on aura un peu digéré notre raison reprendra le dessus . Ce sont des demeurés lobotomisés par des « cerveaux » animés de pouvoir. Mais je crois qu’au fond ce qui reste incompréhensible c’est cette envie de tuer ( même des enfants) et de mourir …j’ai lu quelque part qu’ils aiment la mort et pas la vie … Je me le demande

    Répondre
  44. Marilune a dit…

    Tout ce que je pense, tout ce que je ressens, je viens de le lire.le dire je ne peux plus, car je ressens aussi une grande fatigue. Découragée par l’humanité ? Demain est un autre jour.
    Merci en tout cas. J’ai attendu ton message tout le samedi, de savoir si pour toi et les tiens ça va autant que ça peut aller.

    Répondre
  45. Julie a dit…

    Bonjour Caroline
    Merci pour ces mots qui m’aident un peu à faire sortir des émotions. Mon corps mon coeur mes pensées sont bloqués depuis vendredi soir. Je n’arrive pas à en parler. J’habite boulevard voltaire. Vendredi j’ai déjeuné avec mon fils au restaurant visé par un kamikaze qq heures plus tard. J’ai peur. J’ai mal à mon quartier. Encore visé. Depuis près d’un an, 3 militaires postés en bas de chez nous ravivent chaque jour l’angoisse blottie dans un coin de nos têtes. Depuis 10 jours environ j’avais remarqué que la sécurité avait été renforcée. Je me disais que j’étais parano. Je n’ai pas la force de ces gens qui disent ne pas avoir peur. Je suis paralysée quand je regarde mes enfants. Tout cela est très confus mais tout ça pour dire que je n’avais pas encore pleuré avant de lire cet article, alors merci, merci de m’aider à faire sortir tout ça.

    Répondre
  46. Lolo27 a dit…

    La France peut et doit se relever une fois dix fois cent fois . Si nos grands pères grands mères ont réussi l’impossible vaincre le nazisme alors qu’à cette époque il n’y avait que très peu de moyen de communiquer, des milliers de personne au risque de leur vie ont dit NON . Si Mandela, Ghandi, Ann San Su Ki et bien d’autres ont réussi à s’imposer alors nous, nous pouvons également .
    Nous tous, même si depuis que nous sommes nés avons la chance de vivre dans un pays « en paix » , nous devons dire non à la haine, à la vengeance, mais nous devons relever nos manches pour que liberté, égalité, fraternité ne devienne pas un vain mot.
    J ‘habite un village, je suis à l’abri mais dès demain ma fille reprendra le chemin de l’université dans une grande ville avec le métro, une sortie prochaine prévue à Paris pour le salon du cheval, je me refuse à vivre dans la peur, à l’empêcher de vivre sa jeunesse parce que des terroristes en ont décidé autrement.
    A quoi cela servira t il de vivre ?
    Entrons en résistance.
    Ne laissons pas les extrémistes dirigeaient notre pays à l’approche des élections, ne nous laissons pas manipuler par la peur, ne laissons pas le FN passait (il fait des scores invraisemblables dans mon village alors qu’il n’y a que très peu d’étrangers) , Je ne fais pas de politique, je suis comme Renaud dans une de ses vieilles chansons du parti des oiseaux, des enfants et de l’eau, je ne suis pas particulièrement heureuse de notre président, mais ses mots dans la nuit du 13 m’ont touchés, ainsi que tous les témoignages de soutien de la planète TERRE . Des gens biens il en existe des milliards bien plus que les autres mais ils font moins de bruit, alors tous ensemble crions haut et fort NON .

    Répondre
  47. ESTELLE a dit…

    Merci pour ce billet…. Je te lis tous les jours et je commente rarement…. Mes enfants (5, 8 et 14 ans) m’ont demandé hier comment empêcher ce qui a eut lieu à Paris, comment devient-on terroriste?…. Je me suis laissé un temps de réflexion, hésitant à leur dire « en priant » comme on peut le voir sur les réseaux et finalement non, avec mon mari nous leur avons expliqué que c’est grâce à l’éducation, au savoir et à la tolérance que nous parviendront à vaincre le terrorisme et l’obscurantisme…. Et que ce n’est pas en nous terrant chez nous, comme le suggérait notre aînée, que nous empêcherons ce qui vient d’arriver, même si la tentation est grande…. Il faut continuer à VIVRE, là est peut-être cela notre revanche!

    Répondre
  48. Catwoman a dit…

    Je veux juste te remercier pour ce billet. Je ne le trouve pas brouillon. Il résume en grande partie ce que je pense et ressens, excepté la peur mais c’est extrêmement facile de ne pas avoir peur quand on vit en Corse, loin de tout ça.

    Répondre
  49. Carole Nipette a dit…

    Ton billet rejoint bien mes comportements et mes questions… j’ai écrit aussi aujourd’hui parce ça fait du bien, parce que c’est un besoin, il faut qu’on s’exprime et qu’on laisse sortir nos ressentis, nos peurs, nos émotions… j’ai tenté de répondre à ma fille qui a demandé « Il ne va rien nous y arriver ? » et comme toi je ne peux pas dire que je n’ai pas peur parce que même si je continue à vivre et à rire, j’ai peur… (un clic sur mon pseudo si tu veux me lire…)

    Répondre
  50. Estelle (une autre) a dit…

    La France, le Liban, la Syrie, …

    Pendant que nous pleurons nos morts a Paris, d’autres ressentent la meme chose, et a cause des memes ignobles personnages, dans un autre coin du monde.

    Les victimes sont athees, musulmanes, chretiennes, …

    Nous sommes unis dans la douleur et j’espere que nous serons unis pour rester debout ensemble.

    ISIS, ou l’etat islamique en francais, n’appartient pas a l’Islam.

    Alors moi je ne bois pas, je ne montre pas mes seins, etc, je suis musulmane, je couvre mon visage, et je suis une adversaire de ce groupe terroriste qui ne me represente pas ni ma religion.

    Mon coeur va aux victimes de par le monde. Et oui, je prie et je tiens aussi la main de ceux qui ne prient pas.

    Répondre
  51. JARDIN ANGLAIS a dit…

    Soyons Charlie plus que jamais… Refusons l’amalgame même si la colère est intense, autant que la nausée qui ne m’a pas quittée depuis janvier, depuis que j’ai réalisé qu’avec ces figures emblématiques était partie à jamais une forme d’insouciance…

    Répondre
  52. Fred b a dit…

    Moi aussi je veux encore croire à l’éducation. Même si….
    Une de mes amies est prof dans un lycée en banlieue lyonnaise. Un lycée difficile en zone sensible. Elle me décrit l’ambiance qui règne au sein de ses classes. Une sorte de bataille rangée entre deux camps qui se détestent. Parfois ça pète et elle se trouve prise en étau, chaque « camp » essayant de la rallier à sa « cause ». Elle est souvent désemparée face à ces gamins qui ne veulent tout simplement plus vivre ensemble. Pourtant, elle continue à y croire et elle se bat chaque jour en espérant que peut être, un peu grâce à elle, personne ne basculera du mauvais côté, celui de l’extrémisme.

    Répondre
  53. dany a dit…

    avec toute mon amitié et toutes mes pensées bien troublées ………… mon premier com mais j’aime tellement venir ici , chez toi , Caro ,, qu’hier j’ ai tt de suite pensé à toute ta famille et que j’ai même rêvé de toi cette nuit !
    Au-delà des mots …………… rien que l’AMOUR !
    « Ils ont essayé de nous enterrer. Ils ne savaient pas que nous étions des graines .  » proverbe mexicain

    Répondre
  54. sandralacouverture a dit…

    C’est Victor Hugo qui disait quelque chose comme « ouvrez des écoles, vous fermerez des prisons »…..alors oui, je suis comme toi, convaincue que c’est par l’éducation que tout ceci pourra être stoppé.
    Et merci de dire, d’écrire tout haut ces sentiments de haine qui malgré nous nous parcourent, ces mots méprisables que l’on a envie de lâcher, ces pensées qui nous hantent alors que l’on se croyait tellement différents de tous ceux qui les pensaient avant nous,…..oui, même si l’on refuse de se le dire, même si on ne veut pas leur donner cette joie, ils nous ont changé!
    Mais en réveillant en nous cet instinct de survie, cet instinct animal, ils nous on aussi prouvé que l’on pouvait compter les uns sur les autres! Cette société nombriliste si souvent décriée par les médias, cette population tournée sur son confort, fermant les yeux sur la misère des autres, et bien cette société vendredi soir a ouvert ses portes, cette société à sauvé des vies, a porté des blessés, soigné, rassuré…….
    Alors ce soir, j’ai bon espoir, oui, ils nous ont peut-être changé, oui peut-être que ce soir on s’aime tous un peu plus fort que vendredi matin!

    Répondre
  55. Lilas a dit…

    Émotions partagées. Je suis restée sidérée et littéralement sans voix pendant 24h, ne voulant pas croire que l’impensable s’était produit. Moi qui aime comprendre le monde qui m’entoure, j’apprends petit à petit à ne pas chercher d’explications, juste à constater. Et puis comme toi j’ai eu envie d’écrire quelques lignes, parce que l’écriture est une arme redoutable, et parce qu’elle laisse trace et fait fonction de piqûre de rappel au cas où nous reprenions la vie la vie l’air de rien.

    Répondre
  56. Pauline a dit…

    L’amour c’est (en vrac)
    … passer voir sur ce site et twitter s’il y avait un signe de toi. On habite la même ville (malgré ton déménagement tu es parisienne), on foule le même pavé, on respire le même métro, ses chanteurs, ses gens pressés, ses belles rencontres, ses cafés, ses terrasses et ses arbres, avec la lumière des saisons, sa mauvaise humeur et ses coins souriants, ce pouls de la ville on l’a en commun, et même si je ne te connais pas physiquement, je te lis depuis tant d’années que c’est quand même comme si je te connaissais, et ça m’aurait fait une sacrée peine, oui, s’il t’était arrivé quoi que ce soit à toi et ton entourage, de la peine comme pour une personne proche et j’ai eu une sacrée goutte d’émotion souriante dans la gorge en voyant hier que tu étais toujours là, toi comme quelques autres « gens du net », « gens de la vie que je suis sur leur espace virtuel.

    L’amour c’est ce lien formidable que tu as su tisser avec des mots et des images avec des inconnu-e-s et qui créent cette émotion, des billets légers, des billets profonds, du soleil des larmes et des cookies…

    l’amour c’est cette autre sacrée goutte d’émotion qui te tombe sur le coeur quand tu regardes ici et là ces visages de personnes souriantes que tu ne connaissais pas et qui sont mortes, disparues, blessées aussi, toutes ces victimes, et cette goutte elle dure, elle dure.

    l’amour c’est refuser de se blinder.

    L’amour c’est s’inquiéter pour ceux qui s’en sont sortis, comme mon amie C. qui était au Bataclan, et qui a eu de la chance, ce qui veut tout et rien dire, et dont je ne sais pas ce que ça va être « l’après », ni comment je vais pouvoir l’aider.

    L’amour c’est continuer à vivre, à aller en terrasse, au spectacle, c’est ne pas refuser de se trouver là où est la vie, c’est refuser de laisser crever l’art et la culture faute de public et « d’écoutants », et continuer à y aller…

    Et ne soit pas désolée d’avoir peur, ni d’être fouillie…. la seule chose dont on doit avoir peur c’est de manquer d’amour.

    Répondre
  57. Madame H a dit…

    Merci pour tes mots
    Même en fouillis ils nous font du bien et ils sont si justes.
    En état de sideration depuis vendredi soir.
    Demain à la fac je crois que ça va être difficile.

    Répondre
  58. béné a dit…

    Mon amoureux m’a réveillé vendredi soir, j’avais mis longtemps à comprendre le 7 janvier, j’ai mis 5 secondes à comprendre cette fois-ci, je me suis dégoûtée moi même de cette amère habitude…On s’est serrés fort, se redisant silencieusement notre amour…J’ai 25 ans et déjà peur de faire des enfants…Demain je vais retrouver mes élèves adolescents, j’ai tourné dans tous les sens ce que je pourrai leur dire mais je crois que je vais les laisser s’exprimer, leur dire de ne pas regarder trop d’images mais de me poser toutes les questions qu’ils veulent et leur redire toute l’importance du Savoir. J’essaie de ne plus avoir peur, j’ai envie de croire aux paroles qu’a énoncées un écrivain vendredi soir: « n’ayons pas peur, ne nous divisons pas, ne finissons pas leur travail »!

    P.S: tu as raison pour le bandeau Charlie, le poster géant sur la baie vitrée de mon voisin me faisait un peu sourire ces derniers temps, il m’a fait pleurer hier, on oublie trop vite…

    P.P.S: tu peux être fière de ta petite bulle d’amour créée ici, nous attendions tous tes mots et si on en donne chacun un peu, ça devrait bien faire beaucoup beaucoup beaucoup d’amour non?

    Répondre
  59. Estelle (une autre) a dit…

    Je souhaite partager le texte suivant avec votre accord Caroline :

    Par le musicien Baraka Blue
    http://barakablue.com/

    Dearly beloveds, watching the world react to Paris and reaching out to my friends I made there and in Beruit, which was bombed the day before, I am reflecting on how the value of human life is messaged to us in the western media. I performed in Beruit and Paris and made many good friends there. I know the faces and streets and skies of both cities. Ironically, Beruit is called the Paris of the Middle East. It is very westernized and full of people who dress and live « like us ». It is not a war zone. It is a beautiful Mediterranean city where people go to work, and socialize in clubs (it has one of the most cracking night lifes on earth) and go to the beach in bikinis. But there is no option to change my profile picture to a Lebanese flag. There was no Facebook updates for friends there to let the world know they are safe. How about this attack in Kenya a few months back. Do we even remember it? More people were murdered than in Paris, if it were about sheer #’s, sheer scientific data of human suffering, then surely that should be a bigger concern. Does it become a date which we can reference which we will all understand the implications immediately like 9/11 or 7/7? No, nobody remembers what date it happened. Why not? Why do we not see the colors of the flags around the world projected on Western monuments and government buildings when atrocities are carried out in non-European countries day in and day out?

    I’m a white man in California and I just listened to black and brown (and white) Muslim women express their fear about walking outside in their head coverings in the aftermath of Paris attacks. I live in a predominately black neighborhood and I hear the people here every day concerned about walking the streets or driving a car in a black body in America.

    I count among my friends people from Syria, Iraq, Afghanistan, Nigeria, Palestine, the First Nations of these lands, and the descendants of African slaves who don’t even have the luxury of knowing which countries their ancestors are from, and many other countries which have been enduring tragedies and atrocities day in and day out for years or decades.

    It comes down to this one thing: we as a White Western society don’t value all life as equal. We don’t see all people as « us ». The French are « us ». The British are « us ». The Israelis are « us ». But the Kenyans and the Iraqis and Lebanese and Pakistanis and the Palestinians aren’t « us. » And the point is: we will never be safe until everyone in this global village is our family. Until everyone is « us. » ISIS only exists in a world where there is « us » and « them. » They thrive in that world. They only thrive in that world. They are the products of the people and places we Westerners treat as the wretched of the earth. Where we value the natural resources of those lands more than the people of those lands. They can’t exist in a global village that treats everyone as part of the village. Let me explain,

    I have been watching the way this ISIS nightmare has been presented since its inception… I wish I could say in disbelief. But actually it doesn’t surprise me that the context is totally missing.

    Where was ISIS formed? The leaders of ISIS met in a US prison in Iraq. ISIS was born in a US prison. How often do you hear that reminder on the nightly news? These prisoners were fighting against an occupying army. From my country. Baghdadi was a neighborhood preacher with no history of violence before the U.S. Invasion and occupation of his country. Obviously this dude is a terrible person. Maybe he was then. Maybe he became so in the midst of the insanity of war. He’s a horrific nightmare of a person who would like to kill me and the vast majority of Muslims if he could. I’m the last person to ride for him. That dude is the enemy of me and everyone I love. But what context created a place where thousands of people would find his radicalized voice the most appealing? It’s definitely not a place where people have stability, security, and a future for their families. It not a place where people are included in the global village. You can’t destabilize an entire region and remove entire governments and armies and install your own puppet leaders, kill hundreds of thousands of people, and have your Vice President’s company rebuild it for billions of dollars and expect them to thank you and then act surprised when shit goes haywire and then blame the chaos on Islam or on sectarian strife and not even mention the context when the power vacuum you created gives rise to blood thirsty extremists. That is peak whiteness. That is the definition of hubris. Imagine if we would have done that to France or Britain. You can’t, right? How come? Because they are white. They are « us. »

    And every time some Muslim blows something up I see millions of Muslims tripping over themselves to apologize and express their outrage. They are scared for their lives and their children. But you don’t see that in the news. They don’t air those voices. It doesn’t fit their agenda. They say « where are the moderate Muslims! » Oh you mean the 99.99999999999% of the 1 in 4 people on earth that you don’t want to put on TV. Ok.

    How bout this though. I’m a white man. I’ve never once been expected to apologize for George Bush leading my country into an occupation which killed half a million civilians. I never once had to apologize for the police officer that killed Tamir Rice or countless other black boys and men. For Hiroshima or Nagasaki. For the extermination of the indigenous people. For slavery. For colonizing almost every country on earth. For anything. It’s probably never even crossed the mind of most white people that these acts were done in their name. In the name of keeping them safe. In the name of their religion. The religion of white supremacy. The religion of « us » vs « them. »

    This brings me to the point which is lost in the Western discourse: The religion/ideology with the most blood on its hands in human history is the religion/ideology of White Supremacy. Which is defined as seeing white people, institutions, ways of being and knowing, history etc as better than and more important than people we deem non white. All this can only be understood through the lens of white supremacy. We have called some lives more valuable than others, based largely around the triviality of skin pigment, for 500 years. We don’t mourn all lives equally. We don’t love all lives equally. We don’t see all people as « us. » And guess what, black and brown people don’t have the luxury to not notice that. It’s not lost on black people that the people who wrote the Declaration of Independence had slaves. That they have to pay their rent with bills with the faces of slave owners who believed they were 3/5 of a human being and owned their grandparents. It’s not lost on the Iraqis that the country that occupied theirs, killing hundreds of thousands of civilians, and decimating the infrastructure, considers itself the harbinger of freedom and democracy around the world. And actually had the nerve to initially call the invasion « Operation Infinite Justice. » Excuse me? What kind of twilight zone Orwellian dystopian novel are we trapped in? It’s not lost on black people that white people can’t even bring themselves to say « black lives matter » without countering « all lives matter » and silencing the discourse about our unresolved racial oppression.

    If you want to understand ISIS imagine that « them » is « us ». Just imagine for a moment if instead of us attacking Iraq in the wake of 9/11 the tables were turned and it was another country. Say, 9/11 never happened to us, but happened to Iraq. Say on sept 11 Norway attacked a country in the Middle East, like Iraq, and knocked down the towers of their financial center. And in response Iraq launched an all out war on America (which had no relationship to the actions of Norway) – removing our president GW Bush and dismantling the entire government and armed forces and installing puppets loyal to the Iraqis in all those positions. What would happen? Well, I’m 100% sure all those crazy ass right wing white patriot groups that are armed to the teeth would be fighting to the death. A lot of average Americans themselves would take up arms and join them (not necessarily because they agreed with them but because they liked them better than a foreign army), our armed forces which had been dismantled would form militias, and others would take up arms just to defend themselves from the chaos. Black and brown people in the inner cities would take up arms too, as much to defend their neighborhoods from an occupying army as the right wing white militias who are roaming the country setting up their own biblical courts. And guess who would come to power in the insane anarchy and occupation of our country? I’m willing to put my money on the most extreme violent right wing racist militias. Because they are militant and united under a very myopic frightening apocalyptic world view and believe themselves chosen to do God’s will. They live in a black and white world of pure good and evil. And they are already strapped. And already trained. And all the anti NRA nice peaceful Christians who work in IT wouldn’t pose much of a resistance.

    So, when Bill Maher or Sam Harris smugly assert that « you can draw a straight line between ISIS and the Koran » he is obfuscating the entire context. Sure, there is a straight line to Rumi and Hafiz and the Koran too. Just like there is a straight line between the Bible and the KKK on the one hand and a straight line between the bible and MLK on the other. You can make a text mean whatever you want it to mean. But the real question is – why were the conditions ripe in Iraq/Syria for the voices of ISIS to come to power as opposed to the compassionate preachers, charity workers and mystical love poets? Many of the greatest mystical love poets are Iraqi after all. Because as we say in America, desperate times call for desperate measures…. And hellish circumstances give birth to Devils and demons. But we still hear on the news, « Why do they hate us? » « We don’t understand their pure evil. » « What is it about Islam? » Is it possibly because they were born out of horrific acts done to them in the names of freedom, justice, democracy and world peace? You don’t see Muslims in Indonesia, the most populous Muslim country on earth, blowing people up.

    Only the veil of white supremacy, a willful ignorance, could cause one to lump 1.5 billion people into the same camp. When ISIS represents .00000000001% of that population. Why don’t we associate the KKK with Christianity when they are quoting the bible left and right and claim to be acting in God’s name? Because they look like us. And we « know » we are « good ». We are « us ». So even liberals like Sam Harris can sit on TV and actually say with a straight face that our atrocities are just mistakes of the pure and good intentioned « us ». While all the evil that « they » do is a product of their evil natured intention. To put it in philosophical terms: our essence is goodness, our evil is an accident. While their essence is evil and as such they must be eradicated. That’s a pretty medieval theological argument for an atheist.

    All I’m really saying is that this « us » vs. « them » has got us in the situation we are in. We have to see everyone as « us. » And we have to start with « us ». If we blame « them » we have already lost. We will never be safe until everyone in this global village is our family. Until everyone is « us. » France is us and Palestine is us and Ferguson is us and Mali is us. I believe in us and I love us but I weep for us for what we do to us in the name of us.

    Répondre
    • DOMINIQUE a dit…

      « All I’m really saying is that this « us » vs. « them » has got us in the situation we are in. We have to see everyone as « us. » And we have to start with « us ». If we blame « them » we have already lost. »
      Exactement ce que je ressens.

      Répondre
    • ES a dit…

      Merci pour ce texte. Je ne suis pas forcément d’accord avec tout, mais il pose beaucoup de questions intéressantes.

      En particulier, j’ai repensé à tous ces attentats très meurtriers ces dernières années, en Irak, au Nigéria, au Pakistan, en Syrie, qui souvent n’occupaient que quelques minutes des journaux télévisés… Quand on voit l’horreur et le désespoir que les attentats du 13 novembre ont provoqué en France, on n’arrive même pas à imaginer ce que doit être par exemple la vie au Nigéria où ce sont les fous de Boko Haram qui massacrent à tour de bras (plus de 2000 morts civils pendant les 6 premiers mois de 2014)… Et pendant ce temps les commanditaires, eux, doivent se réjouir de leur pouvoir, de leur argent (Daesh accumule une énorme fortune en rackettant les populations et en vendant du pétrole) et de la terreur qu’ils font régner…

      Merci pour le lien vers le site de Klaire.

      Répondre
  60. claire chamaillard a dit…

    Un petit message d’une lectrice qui t’aime vraiment beaucoup. J’attendais ton post sur le sujet pour savoir que ça allait pour toi et parce que ton point de vue permet parfois/souvent de mettre en mot ce que je ressens.
    Bises
    Claire

    Répondre
  61. anne a dit…

    Une sale gueule de bois depuis vendredi soir.
    De notre lointaine province, Concarneau, mes enfants ont perdu une amie au Bataclan et son compagnon a reçu une balle ….. Pour l’instant je ne fais que pleurer, on verra demain.

    Répondre
  62. Justine a dit…

    Un cauchemar… Quand j’ai su ce qui se passait je me suis dit que ça n’était pas possible.

    Et maintenant j’ai peur que ce soit encore et encore possible.
    J’ai peur. Et je pleure d’avoir dû dire à mes enfants que ça pouvait encore arriver même si les terroristes étaient morts… parce que malheureusement il en existe d’autres des abrutis sans coeur ni esprit.

    Ces dernières heures, à chaque fois que j’avais un coup de moins bien, j’allais regarder mes enfants, m’abreuver de leur beauté, de leur gentillesse, de leur altruisme, de leur intelligence… Ils sont l’avenir et l’espérance.

    Et ce soir, à table, mon 5 ans et demi a déclaré: « il n’y aura plus d’attentats quand tous les terroristes seront tous en prison ou morts! »

    Répondre
  63. Marie de Levallois a dit…

    Merci beaucoup, Caroline pour ces mots si justes et si touchants qui font du bien à l’âme et au coeur. Je suis venue plusieurs fois ce we pour pouvoir te lire : je suis contente que tu aies réussi à (nous) écrire. Merci également à la communauté de ce blog pour tous les commentaires emprunts de bienveillance et d’intelligence. De quoi panser bien des plaies aujourd’hui.
    A tous et toutes : <3

    Répondre
  64. Justine a dit…

    Et puis si j’ai été assez vite rassurée sur les plus proches membres de ma famille, j’ai eu le coeur tordu pour ma meilleure amie… Elle a perdu 2 de ses amis et 1 « collègue ». Je pense à elle, je prie pour eux. Parce que comme à dit mon fils, oui encore lui, « je crois que Dieu ne veut pas qu’on tue des gens pour Lui, ça n’est pas vrai, on ne peut pas dire ça! Dieu, il veut qu’on vive ensemble même si on ne croit pas pareil. »

    Répondre
  65. Yokoflo a dit…

    Contente de savoir que tout va bien chez toi. J’ai peur de ce qui va m’attendre au boulot. J’ai découvert par hasard que des connaissances éloignées étaient au Bataclan. Elles s’en sont sorties. Mais avec quelles séquelles psychologiques ?
    Il faut continuer à vivre et focaliser sur le positif, sur toutes les petites choses qui font du bien. Effectivement, fluctuat nec mergitur !

    Répondre
  66. mammouth a dit…

    Merci, caro, de ta franchise habituelle même dans les choses difficiles à décrire. Être honnête avec ses sentiments profonds, c’est déjà énorme et à terme salvateur. C’est une qualité qui, malheureusement, fait défaut à trop de monde. Nommer et reconnaître ses peurs, sa colère, sa haine, c’est salutaire. Ça nous met en relation avec nous-mêmes et nous permet d’être à l’écoute de nos besoins insatisfaits, ce qui nous aidera à trouver une solution plus viable aux émotions négatives qui nous envahissent et à les transformer en humanité.

    Courage pour demain. J’entends ta peur de laisser partir les tiens.
    Avec tendresse

    Répondre
  67. Caroline a dit…

    Je voulais ajouter quelque chose que je n’ai pas écrit dans le billet: il m’a traversé l’esprit que l’un(e) d’entre vous pourrait avoir disparu et que je n’en saurais rien. Alors voilà, sachez que dès que je lis l’un de vos commentaires et que je reconnais votre pseudo, je me dis ouf, elle, ça va. Mais je sais aussi que vous êtes une petite partie seulement à commenter, et que ça ne veut pas dire du coup qu’il n’y ait pas un ou une lectrice qui soit tombé sous ces balles. Alors voilà, merci à vous aussi de me rassurer. On ne se connait pas en vrai, mais on a tissé des liens tangibles depuis tout ce temps, sachez que vous comptez.

    Répondre
    • Geneviève a dit…

      J’ai été assez vite rassurée de te lire sur Twitter mais je comprends tout à fait ce que tu dis là… J’ai cherché moi aussi les pseudos connus ici pour pousser le même soupir de soulagement quand je les lisais. J’attends avec impatience de lire Reine…

      Répondre
          • Reine a dit…

            Je découve à l’instant ces coms…et ..je suis tellement émue par votre sollicitude. Tellement surprise aussi …Pardon,pardon,pardon….j’étais sous le choc …je suis venue ici très vite , j’ai vu que Caroline avait tweete , donc elle était ok…j’ai lu le com de Dji et j’ai pleuré car comme elle c’est mon quartier qui a été cible …la si souriante patronne de mon bar/QG est morte sous les balles, les serveurs blessés. .et certainement des petits jeunes que j’avais l’habitude de cotoyer nont pas survécu ou sont mal en point. Je n’ai pas de mots ..
            Si: merci, merci à toutes celles qui ont pensé à moi… une de vous a remercié Caroline pour avoir su créer une bulle d’amour à travers ce blog…ce soir je ressens cet amour fort…et je voudrais tant pouvoir vous serrer dans mes bras!

          • Celle qui n'osait pas a dit…

            Voilà pourquoi j’aime tant venir ici ! Comme tu le dis Reine, Caro a su créer une vraie bulle d’amour sur son site.
            Virtuellement, je te serre dans mes bras, même si on ne se connait pas, mais je pense qu’ici le chagrin des uns est partagé par tous. Et j’ai envie de rajouter, de façon bêtement bisounours, (mais c’est mon 2ème prénom !), l’amour vaincra.

    • Natacha a dit…

      On ne se connaît pas Reine mais j’habite dans le 19ème près de Belleville et j’ai entendu les sirènes une bonne partie de la nuit. Heureuse que vous soyez saine et sauve mais tellement triste pour toutes ces personnes qui ne sont plus là ou qui sont en train de se battre pour leur vie. Des bises

      Répondre
  68. séco a dit…

    En écoutant france inter en boucle ce matin, je me suis dit que le seul moyen de faire changer les choses était certainement de faire quelque chose en plus pour nos jeunes qui ne s’identifient pas dans notre société. Je rejoins donc l’idée du savoir et de l’éducation que tu cites dans ce billet. Ou d’autre chose qui puisse leur faire comprendre qu’ils font partie de la république, et que la république fait partie d’eux. Si quelqu’un a une idée de comment on peut s’engager dans cette direction, merci de m’éclairer, je ne sais pas par où commencer.

    Une pensée amicale à tous les prches des victimes qui passent par ici.

    Répondre
      • Estelle (une autre) a dit…

        Les musulmans de France sont des francais qui vivent dans chaque couche sociale de notre societe. Je suis professeur de francais mais exilee au Canada car je ne peux enseigner en France avec mon voile. Je pense aussi que la laicite a la francaise fait beacoup de mal. Au Canada, chacun est libre de s’exprimer. On peut etre seins nus ou porter le voile. C’est la vraie laicite et le vrai respect. Je pense qu’en France il y a trop cette banniere « EUX » (les arabes, les pas vraiment francais quoi) et « NOUS » (les gaulois comme dirait quelqu’un de ma famille) (cette personne est athee au fait, ce terme auquel il s’identifie n’est donc pas une insulte)

        Donc voila je pense que si on autorisait les jeunes filles a aller a l’ecole avec des jupes longues et des voiles, que si on laissait les femmes voilees travailler, que si on ne pensait pas que musulmans = forcement jeunes delinquants de banlieues, etc, etc, etc … et bien oui, ca irait peut etre un peu mieux.

        Bref, c’est bien de vouloir parler de tout cela mais gardez a l’esprit que ce qui vient de se passer en France n’est pas reliE aux musulmans de France.

        Ces terroristes ne sont PAS musulmans.

        Paris est maintenant sur la triste liste des cibles de ce groupe et elle rejoint donc Beirut, Baghdad et tant d’autres.

        Les premieres victimes de ces fous, ce sont des musulmans.

        Alors serrons nous les coudes et avancons, ensemble.

        Répondre
        • Estelle (une autre) a dit…

          Note : une fois encore pardon pour la mise en texte. Je suis sur un clavier qwerty et je surveille mon petit bebe de quelques mois en meme temps que je vous ecris.

          Répondre
          • Emmanuelle Fenice a dit…

            Je suis complètement d’accord avec vous. Je suis athée mais la façon dont sont traité-e-s les musulman-e-s ces derniers temps me désespère (les témoignage dans Les filles voilées parlent sont à pleurer de rage). Ça et la politique extérieure et unilatérale de notre cher gouvernement, quelle meilleure recette pour ce qui vient de se passer …
            Répondre à ça par plus de répression, c’est tellement bête que je ne sais même plus exprimer mon décontenancement :-/

          • Valdeslandes a dit…

            Estelle, j’ai i envie de vous demander pourquoi vous portez le voile (intégral si j ai bien lu) et qu est ce que cela apporte dans la pratique de votre religion ? Merci de vos réponses, cela m intéresse beaucoup. Caro j espère que cela ne te gêne pas que j intervienne ainsi.

          • Estelle (une autre) a dit…

            @Valdeslandes pardon je decouvre votre question maintenant uniquement.

            Dominique m’avait posee la question elle aussi et j’avais prefere donner une autre piste de reflexion, a savoir que dans une societe harmonieuse on ne devrait pas avoir a se justifier tout le temps et que nous devrions accepter les autres sans avoir a comprendre le pourquoi du comment de leur croyances.

            Mais si Caroline me l’autorise, je vais maintenant repondre. C’est un vaste sujet et par-consequent une reponse donnee en commentaire de blog est presque une insulte. Disons que j’ouvre une fenetre pour vous, a vous de faire des recherches par la suite sur ce sujet. Attention, des recherches serieuses.

            Ce n’est Pierre Paul Jacques (monsieur tout le monde) qui peut parler d’un sujet si precis.

            En Islam, il n’y a pas de « je pense que », « il me semble », « selon moi ». Il y a des textes religieux, des precedents, une intepretation Classique et un savoir passe de generation en generation.

            Aussi, il faut que la personne soit savante selon la science musulmane et non, par-exemple, une personne etudiant les musulmans. D’experience, je sais que ce genre de personne cherche souvent a condamner l’Islam plus qu’autre chose.

            Introduction : Dans la religion musulmane, il y a un code vestimentaire pour l’homme et un pour la femme. Nous croyons que cela a ete ordonne par Dieu. Ici, je vais traiter du code vestimentaire de la femme.

            IMPORTANT : Obeir ou ne pas obeir est un choix personnel. En Islam, il est interdit d’obliger une personne a appliquer la religion, cela doit venir de soi-meme sinon cela n’aurait aucun sens, tout est en effet une affaire d’intentions. Si je me couvre mais ne le desire pas au fond de mon coeur alors je n’aurais aucun merite dans l’Au-dela.

            1 –> la religion musulmane contient 4 grandes ecoles de pensees. Nous ne sommes pas divises, c’est un peu comme un arbre qui aurait 4 pommes. Nous obeissons aux memes regles generales mais avons chacun quelques cas particuliers. Chacun peut choisir son ecole d’appartenance. Et nous respectons nos petites divergences quant a ces sous categories de la religion. Nous pensons que c’est une benediction de Dieu pour que nous ayons un large eventail possibles d’actions, pour trouver notre place et que la pratique de la religion soit facile.

            Note : Et l’action qui semble le plus difficile a pratiquer (par-exemple couvrir son visage VERSUS uniquement ses cheveux) n’est pas forcement la meilleure. Il faut choisir celle que nous ferons le plus sincerement.

            Pourquoi avoir une ecole ? Car une personne lamba n’a pas le savoir necessaire pour batir sa propre pratique de la religion. Alors il est vital d’etudier l’une des ecoles a un niveau academique pour ne pas dire ou faire n’importe quoi.

            J’ai une licence Islamic Studies faite aupres de Mufti Aasim Rashid au Canada, un tel diplome n’est pas autorise en France.

            Du coup, les musulmans de France doivent s’expatrier pour apprendre ou rester sans savoir en proie a tout et n’importe quoi.

            En Islam, le savoir amene la tolerance. Plus je connais ma religion plus je deviens humble et j’apprends a accepter les autres, musulmans et non musulmans.

            Note 2 : Mon enseignant est la plus haute autorite religieuse de ma province canadienne.

            Bref, ces ecoles sont : hanafi (la mienne), maliki, hanbali, shafi’i

            2 –> unanimement, pour toutes les ecoles, le port du foulard est un acte religieux obligatoire pour la femme

            3 –> concernant le fait de couvrir son visage, cela est obligatoire pour l’ecole hanbali uniquement … et optionnel pour les 3 autres ecoles

            Vous remarquerez donc que ce n’est pas un acte religieux obligatoire dans mon ecole (hanafi) mais c’est un acte optionnel que j’ai decide d’appliquer.

            Est-ce que le foulard sert a cacher la femme du regard des hommes ? En prevention du viol par-exemple ?

            Surprise : Pas du tout !

            Les hommes ne sont pas des animaux, du moins, je l’espere !

            De plus, le viol est un acte de haine qui n’est donc pas lie a un desir sexuel.

            Ce pourquoi les victimes peuvent avoir 10 comme 80 ans, porter une mini jupe ou un voile integral.

            Du coup, le voile ca sert a quoi ?

            A etre reconnue dans la rue ! A etre visible.

            « tiens voila une femme musulmane qui passe »

            De cette facon, les passants savent que je suis une femme musulmane.

            Est-ce que je veux vous convertir en montrant que je suis musulmane ?

            Encore une fois, pas du tout ! Il y a plusieurs choses a dire :

            1) Cette visibilite est avant tout un rappel pour moi-meme, et ensuite pour les autres, que je suis une ligne de conduite dans ma vie.

            – ne pas mentir
            – ne pas trahir
            – ne pas dire du mal des autres
            – ne pas etre obscene dans mes mots
            – etc

            Je vous invite a en savoir davantage sur le port du voile en ecoutant l’explication de la savante Aminah Assilmi : https://www.youtube.com/watch?v=kdxj_ygsCPQ

            2) Cela ne veut pas dire bien sur que je suis exemplaire. Personne n’est parfait. Cela veut dire que j’essaye chaque jour d’etre meilleure que je n’etais hier, le voile est un rappel constant pour moi de cela.

            Cela m’aide pour mes interactions avec les autres. Je pense a eux (comment aider, etre certaine de ne pas faire du mal, etc) avant de penser a ma petite personne.

            3) c’est aussi une protection dans le sens que les autres surveilleront leur paroles en ma presence (gros mots), leur actions, etc. Aussi, cela m’aidera a penser a deux fois avant de me lancer dans une action peu reluisante moralement et/ou physiquement.

            Notez que les juives pratiquantes portent un voile elles-aussi ou des perruques.

            Les chretiennes couvraient elles-aussi leur cheveux autrefois, regardez les images dans les eglises montrant la vierge marie ou les saintes. Puis, ce fut uniquement la mantille. Aujourd’hui rare sont les femmes Chretiennes qui couvrent encore leur cheveux.

            Et donc pourquoi vouloir se couvrir le bas du visage ? Vous etes une radicale ou quoi ?

            Comme expliquE en amont, c’est un acte optionnel sauf pour les Hanbali. Pour eux, comme pour les autres ecoles, le fait de porter le voile integral est un desir d’excellence de caractere, de bonnes manieres, de but spirituel elevE.

            Cela veut dire que je suis une personne qui lutte avec elle-meme pour ressembler aux meilleures femmes du monde, notamment la vierge Marie (et oui, un chapitre du Coran parle d’elle, que Dieu soit satisfait d’elle, et de son fils Jesus Christ, paix soit sur lui).

            J’ai commence a porter le voile en 2012.

            Puis j’ai eu un bebe il y a 7 mois. Depuis 4 mois, je porte le voile integral (pas la burqa, ca c’est afghan). Cela veut dire que j’ai un niqab qui couvre ma bouche.

            Devenir maman m’a donne le desir de me perfectionner spirituellement.

            Donc au final, pourquoi les musulmans font tout cela (prieres, code vestimentaire, code moral, code alimentaire, et tout le tralala) ?

            Je vais schematiser grossierement.

            Pour nous, l’humanite est comme une classe d’ecole, la vie est un test, nous sommes tous en competition bienveillante pour avoir le maximum de bons points.

            Une bonne action = un bon point
            Une tres bonne action = un point ++++++

            Le juge est Dieu et le resultat c’est d’avoir la place au paradis la plus proche de lui <3

            Le code vestimentaire est donc lie a la modestie (vestimentaire, morale, intellectuelle, et meme emotionnelle).

            Le mot de la fin :

            Obliger une femme ou un homme a se couvrir ou a se decouvrir est une chose parfaitement ignoble. Ce choix doit etre personnel et il est lie a notre relation avec notre Createur.

            Je m'insurge quant on juge une personne parce qu'elle porte une jupe "trop courte", je m'insurge quant on la juge parce qu'elle porte une jupe "trop longue".

            Au final, dans la vie, les gens ne seront jamais contents de vous. Trop ceci, pas assez cela. Je ne cherche donc a plaire a personne si ce n'est plaire a Dieu. Et tant mieux, car se faisant c'est encore la meilleure facon que j'ai trouvE pour etre juste envers les gens 🙂 puisque Dieu nous ordonne, par-exemple, de repondre aux insultes par des mots de paix.

            C'etait long et je sais que mon clavier anglais rend la chose difficile a lire (cela me donne aussi une grande flemme orthographique et grammaticale … mais au moins je vous epargne le langage sms) alors merci si vous avez tout lu !

          • Celle qui n'osait pas a dit…

            Estelle merci de toutes ces explications. Je vais répondre d’une façon qui 1/ n’engage que moi 2/ extrêmement réductrice mais surtout sois assurée qu’en aucun cas je ne te blesser.
            Nous sommes nombreux sur cette planète musulmans, juifs, chrétiens, boudhistes, athées, agnostiques, croyants, non croyants etc à avoir la même ligne de conduite dans notre vie (et heureusement), mais, bien que profondément croyante et absolument pas pratiquante, je ne souhaite pas être « étiquetée » catho par les personnes croisées dans la rue, je ne souhaite pas « porter » ma religion en « étendard » ni par mes vêtements, ni par un signe ostentatoire bien visible (et pourtant il m’arrive de porter ma croix, un magnifique bijoux ouvragé, et plus porté pour sa joliesse que pour afficher ma religion)…… en gros nul besoin pour moi que quoi que ce soit me rappelle la ligne de conduite que J’AI choisi, si ce n’est l’amour des autres, le respect et la tolérance et la bienveillance dûs à chaque être humain.
            C’est pourquoi et je le répète, mon commentaire ne veut en aucun cas être blessant, je pense que JAMAIS je ne comprendrai le pourquoi du voile (intégral ou non, de la même façon que je ne comprends pas le pourquoi de la perruque chez les juives et de la mantille chez les cathos d’ailleurs) et je continuerai à être profondément agacée en croisant des femmes voilées (je jour où les hommes se voileront entièrement aux aussi, peut-être serais-je moisn agacée mais j’en doute !!!).
            Alors si j’entends le pourquoi tu te voiles, pour moi, le Dieu auquel je crois et toutes mes excuses si j’en choque certains, n’en a absolument rien à foutre de la façon dont on s’habille, dont on se coiffe, dont on se maquille, dont on se rase ou pas etc etc et ne s’occupera que de la façon dont on a tendu la main à son prochain,(ceux qui ont cette ligne de conduite sans croire en Dieu…… Chapeau bas !) et c’est pourquoi, même si ça m’agace que tu sois voilée, je respecte le choix que tu fais mais comme je vis dans une république laïque je cache aussi mon signe ostentatoire d’appartenance religieuse dans les lieux publics et ce même si ça m’emmerde de le faire (parce qu’elle est jolie ma croix !).
            Voilà un commentaire certes réducteur mais qui reflète en gros ce que je pense et, je le répète, ne veut en aucun cas blesser.
            Caro, n’hésite pas à le supprimer si tu penses que ce n’est pas le lieu, ni le moment d’aborder ce sujet hautement sensible et passionné et passionnel.
            Des bises d’amour à tous !
            P.S. : maitrisant mal les boutons répondre, je précise que je réponds au commentaire d’Estelle du 18 novembre 5H46

          • Estelle (une autre) a dit…

            @Celle qui n’osait pas … je suis contente que vous ayez osE me repondre ! Merci de m’avoir lu et pour votre reponse respectueuse mais franche.

            J’espere que vous allez sourire quand meme a ces femmes qui vous agacent car qui sait cela pourrait etre moi 😉

            Je vous promets que nous sommes super abordables et sympas

            Pour en revenir au voile, comme je le disais, je pense qu’il faut accepter parfois de ne pas comprendre le choix de l’Autre, et meme de ne pas etre d’accord avec celui-ci.

            Mais il est vital de ne pas tomber dans la discrimination.

            Un post a ce sujet (sur le sexisme en fait mais vous pouvez appliquer le schema de pensee a notre sujet) : http://projetcrocodiles.tumblr.com/post/108245129893/pour-aller-plus-loin-des-femmes-peintres

            Dieu que c’est important que de savoir se remettre en question !

            Donc voila, je porte le voile, partie integrante de ma personne, de mes valeurs, j’en suis heureuse et fiere. Je ne fais du mal a personne, n’oblige personne a le porter et sa justification est reelle a mes yeux. Je suis pratiquante, c’est mon desir personnel que je ne devrais meme pas a avoir a justifier (meme chose pour les juives, les protestantes, les catholiques, etc)

            Cela devrait etre suffisant.

            La laicite, telle qu’etablie lors de sa creation, dit que c’est suffisant.

            Selon l’Article 2 de la declaration universelle des droits de l’homme adoptee par les nations unies c’est suffisant :

            « Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d’opinion politique ou de toute autre opinion, d’origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation. […] »

            Notons egalement l’article 18

            Article 18

            « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites. »

            Je rappelle que la France est l’un des membres fondateurs des nations unies (ONU)

            Et je pourrais continuer longtemps en citant Amnesty International par-exemple : https://www.amnesty.org/en/latest/news/2012/04/muslims-discriminated-against-demonstrating-their-faith/

            Malheureusement, j’ai l’impression que malgre toute la force que je mets dans ma petite voix, on me repondra encore et toujours la meme chose sur air de « la France tu l’aimes ou tu la quittes ».

            Sauf que le vrai amour c’est aussi de dire quand cela ne va pas. Etant enfant de la Republique, j’ai le droit de critiquer, c’est d’ailleurs une qualite de mon ADN francais lol

            Mais critiquer pour ameliorer

            Et surtout, autant je suis ravie que l’on aborde le sujet, autant il est capital avant de parler de se renseigner un minimum si l’on souhaite critiquer et incriminer aka les hommes musulmans ont un code vestimentaire. Vetements amples couvrant tout le corps. Un couvre chef aussi !

            Bref, on ne refera pas le monde ni la France ce soir … mais j’espere qu’au moins on se serra rapprochE un peu vous et moi.

            Je vous embrasse toutes

        • Caroline a dit…

          Je n’ai pas très envie de me lancer dans un débat sur le voile ici et aujourd’hui, mais même si je comprends ce que tu veux exprimer, je ne peux pas te laisser dire que la laïcité française est à l’origine de tout cela. ça non, je ne peux pas. Je ne sais toujours pas moi même que penser de cette loi sur les signes ostensibles de religion, mais je suis bien placée pour voir au quotidien dans mon nouveau quartier que les femmes se déplacent voilées, parfois intégralement, sans qu’on leur interdise. Que l’école laïque et républicaine exige que les enfants ne montrent pas de signe ostensible religieux ne me choque pas. Au final d’ailleurs, il n’y a eu que peu de problèmes d’exclusion ou autres. Pointer du doigt la laïcité française pour expliquer ce qui s’est passé vendredi est intolérable pour moi. Encore une fois, je ne cherche pas à entrer dans un débat sans fin ni à te blesser, mais autant je refuse de stigmatiser la religion musulmane pour ces attentats, autant je ne peux pas non plus accepter que l’on insinue que nos principes fondateurs de laïcité puissent être à l’origine de tout ça. Je te rappelle que des attentats il y en a eu dans des pays où les femmes ont le droit de porter le voile. Qu’en Belgique où le voile est accepté, il y a des niches de fondamentalistes aussi. Donc non, je ne crois pas que laisser les filles aller à l’école voilées changerait quoi que ce soit à l’affaire. Même si personnellement, encore une fois, je ne sais pas si je suis pour ou contre cette loi. Je sais juste que je ne comprends pas pourquoi les femmes devraient cacher leur tête, leur visage et leurs jambes. Je ne juge pas mais je ne comprends pas.

          Répondre
          • amelstos a dit…

            Je crois qu’il faut surtout arrêter de chercher les « causes » de ces attaques ou des explications à l’innommable, comme si en quelque sorte nous pouvions « l’avoir cherché ». C’est ce qu’ils veulent. Je vais reprendre une phrase de Jean-Pierre Filliu entendu samedi matin sur France Inter : ils ne nous attaquent pas pour ce que nous faisons mais pour ce que nous sommes. Autrement dit, voile ou pas voile, intervention Syrienne ou pas, peu importe, ce qu’ils attaquent c’est notre occidentalité. Tout le restes est faux prétexte selon Filliu. Je ne sais pas si c’est vrai je ne prétends pas détenir la vérité à ce sujet mais on notera que Londres et New York ont été touchées alors même que la laïcité positivie anglo saxonne y est pratiquée. Il n’y a pas d’explication rationnelle à de telles attaques, je le crains. En revanche, comment et pourquoi de jeunes français en arrivent à partir faire le Djihad, c’est une vraie question et quelque chose qu’on peut tenter de résoudre… Une fois qu’ils sont partis malheureusement je crains que ce ne soit foutu.

          • DOMINIQUE a dit…

            J’avais concocté dans ma tête une réponse équivalente à la tienne. Rien ne n’empêche qui que ce soit d’enseigner en France, à condition de ne pas porter de signe extérieur d’une quelconque religion. Rien n’empêche cette personne, hors les murs des établissements scolaires, de porter un foulard.
            La laïcité a été dure à avaler par l’église catholique, cela a été une grande victoire de la démocratie en France au début du XXème siècle. Cette séparation de l’église et de l’Etat a été l’achèvement de la Révolution Française.
            Il est hors de question de revenir en arrière, pour quelque raison que ce soit. Tout citoyen est libre d’exercer le culte qu’il souhaite, mais dans la sphère purement privée.
            Et pourtant, je suis catholique pratiquante (mais non croyante).

          • nothing a dit…

            Bonjour,
            sur la perception du voile j’avais déjà commenté ici, et je comprends qu’on ne veuille pas forcément alimenter le débat ici et maintenant.
            (une parenthèse tout de même : dans l’école de mes enfants, les mères portant un foulard n’ont pas le droit d’accompagner les sorties de classe. Pourtant, pour avoir échangé avec quelques-unes d’entre elles, je leur confierais mes enfants « les yeux fermés », et je trouve donc dommage de dresser des barrières entres nous, des barrières nous en avons assez…C’est comme ça que je prends le commentaire intéressant d’Estelle sur le Canada, et aussi le terme de laïcité positive donné dans un autre com. Et puis, elles font confiance à l’école de la République, elles, ce n’est pas rien !)
            Parenthèse fermée 😉
            Dans le sens d’Estelle, je voudrais encore ajouter que pour lutter contre l’embrigadement, il nous faut accepter notre diversité. La diversité de mon quartier, en Seine Saint Denis, j’aimerais la voir ailleurs que dans les articles compatissants du Monde ou Libé, où les propos pleins de bonhommie qu’on prête à Aziz ou Farid sentent le procédé narratif à plein nez (et si ce n’est pas le cas, je demande pardon pour mon manque de respect).
            La diversité je veux la voir dans les écoles de commerces, les grandes écoles et ensuite aux plus hauts postes de représentation, d’exemplarité, comme la preuve que nous pouvons vivre ensemble.

          • Estelle (une autre) a dit…

            Caroline, je vous invite a me relire. J’ai dis que c’etait bien de vouloir parler de tout cela (aide a l’ecole, blabla) mais que si vous vouliez aider la communaute musulmane, il fallait en gros aussi terminer les discriminations religieuses. ET j’ai conclus en disant que tout ce discours n’avait pas sa place ici car la communaute musulmane n’est pas a l’origine des attentats. Ces terroristes ne sont pas musulmans. Donc non votre reaction ne me blesse pas, elle est juste un peu a cote. Mais je ne vous en tiens pas rigueur, amicalement

          • Caroline a dit…

            vous avez tout de même parlé du voile et fait le lien entre les problèmes d’intégration et la laïcité à la française 🙂 Mais moi non plus je ne vous en tiens pas rigueur ! Je crois que ce sont deux sujets différents. La preuve d’ailleurs, la majorité des jeunes recrues qui partent en syrie ne sont même pas musulmanes à la base. Je suis d’accord, la discrimination des musulmans et d’une manière générale des immigrés et leurs descendants français génère de la frustration, de l’exclusion et de la violence. et je suis contre, absolument contre cette discrimination. Mais je ne suis pas certaine que le port du voile dans les administrations et les écoles aille forcément dans le bon sens. Et je suis sûre que ce n’est pas parce qu’on interdit ce voile que les terroristes nous canardent aux terrasses des cafés. En tous cas si c’était le cas, ça ne serait de toutes façons pas justifiable.

          • Caroline a dit…

            et j’ajoute que les musulmans ne sont pas discriminés de manière religieuse en france. Chacun est libre en france d’exercer son culte, qu’il soit musulman, juif, catholique. On demande juste que la religion reste une affaire privée. Il y a beaucoup de discriminations en france, mais je ne pense pas qu’il soit juste d’accuser la france d’empêcher les musulmans de vivre leur foi.

          • Anneso a dit…

            Je suis complètement d’accord avec Caroline.Je dirais même que ce commentaire mettant en cause la laïcité à la française me choque profondément.En France,c’est comme ça et c’est tout.

          • Rondelette a dit…

            Merci merci merci de dire ça… <3 Et pour ton billet, qui résume tellement mon sentiment… Tu as mis des mots sur l'absence des miens…

          • Rondelette a dit…

            Amelstos : Filliu a aussi dit qu’il fallait arrêter de croire pouvoir comprendre ces gens-là de notre point de vue d’occidentaux, car ils ne réfléchissent pas comme nous (je parle en tout cas de ceux qui se font embrigader). Ils sont dans une logique apocalyptique, selon lui, car ils pensent que la fin du monde est proche et qu’ils vont de toute façon mourir… Comme quoi, le manque de repères et d’éducation, hein… Et pourtant, je suis parfois dubitative vis-à-vis de notre conception de l’éducation, mais c’est un autre débat…

        • Lola sur la Toile a dit…

          J’ai beaucoup réfléchi à votre commentaire et je le trouve en fait très juste. J’étais fière de vivre dans la France laïque, mais il est vrai que si on la regarde vraiment, la France pratique une laïcité qui exclut (et qui juge), et pas une laïcité qui inclut. Une France qui dit tout haut « chacun fait comme il veut chez lui » mais qui passe son temps à juger l’autre sur ce qu’il fait, ce qu’il porte, ce qu’il mange… et donc aussi comment il prie…
          Après quel lien avec les attentats ? Peut-être aucun. Mais peut-être aussi qu’on pourrait se poser des questions sur notre France… Ces attentats, ceux qui les ont perpertrés sont Français. Mulsulmans ou convertis. Puis radicalisés. Bcp bcp de jeunes Français sont partis en Syrie. Au départ, ce sont des jeunes à la recherche de sens, de spiritualité qui tombent dans de mauvaises mains (la France laïque laisse les franges les plus radicales de l’islam former les immams), qui engrangent frustrations et sentiments d’injustice envers la communauté qu’ils se sont choisie, qui se radicalisent… et qu’on perd.

          Répondre
        • Edith (de Savoie !) a dit…

          J’aimerais bien, quant à moi, que des jeunes filles puissent porter des minijupes si elles le souhaitent sans se faire intimider et traiter de putes. Je m’inquiète aussi quand on parle « d’aménager » la loi sur la laïcité. Aménager, autrement dit, la triturer, la violenter, la bafouer. Quand sous plume d’Edwy Plenel, on lit le « beau » terme maurassien de « laïcards », quand on voit les avanies que subit Caroline Fourest, il y a de quoi s’interroger.

          Répondre
          • Estelle (une autre) a dit…

            Ah mais on est d’accord ! Ce que nous faisons avec notre corps est un choix personnel.

            Mini jupe ou voile meme combat.

            Sachez que si je suis temoin de pareille discrimination, je n’hesiterais pas une seconde a venir defendre la victime. Je peux le dire l’ayant deja fais.

            Ah ! Si vous saviez comme pour le coup j’ai de la colere contre ce genre de choses.

            Fort heureusement cela n’arrive pas, du moins pas en ma presence, au Canada.

            De plus, la perversite de pareille messieurs ne s’arrete pas a un voile croyez moi. Si je m’habille comme je le fais ce n’est certainement PAS pour eux mais pour moi et Dieu.

        • Estelle (une autre) a dit…

          Note : j’ai dis a maintes reprises que les musulmans de France ne sont pas a l’origine de ces attentats et que DA’ESH n’est pas lie a l’Islam. Par consequent chercher une solution pour faire rentrer dans le moule les francais de confession musulmane est hors sujet.

          Je pense que les reactions sont brulantes et que mes dires seront mal compris mais j’essaye quand meme une derniere fois …

          En reponse a @AnneSo

          J’ai mentionnE le probleme de laicite a la francaise en reponse a @seco sur le pourquoi « nos jeunes qui ne s’identifient pas dans notre société » PAS en justification aux attentats !

          J’ai dis que vouloir eduquer c’est bien mais que :

          1 – il est faux de penser que les musulmans de France sont tous pauvres et sans education

          2 – que le probleme « des jeunes a probleme » est lie pour moi a la discrimination religieuse aka la laicite a la francaise

          Je developpe : Oui, il y a de la discrimination religieuse en France. Quand on dit a une jeune fille que sa jupe est trop longue pour aller a l’ecole, c’est de la discrimination religieuse.

          Je suis francaise, musulmane et j’ai vecu dans deux pays mettant en pratique la laicite de manieres differentes.
          Exemple:

          Au Canada, il y a les plages nudistes et le port du voile est autorise egalement (a l’ecole, au travail, etc).

          En France, il y a les plages nudistes mais interdiction du voile (a l’ecole, au travail, etc).

          Et bien sur, il ne s’agit pas que du voile.

          Au fait, la definition premiere du terme laicite c’est de maintenir un gouvernement sans attaches religieuses afin que toutes les religions du peuple puissent librement s’exprimer.

          Mais au fil des agendas politiques, cette definition est passee a l’as.

          Last but not least, me dire de garder a la maison mes croyances revient a demander a un vegetarian ou a un vegan d’etre bien gentil avec son regime alimentaire, il peut manger ce qu’il veut chez lui mais dehors c’est charal obligatoire (mmm charal! – un peu d’humour dans ce monde de brutes)

          Sur-ce j’espere ne pas lire une enieme fois que je dis que la laicite a la francaise est a l’origine de tout cela.

          Répondre
          • DOMINIQUE a dit…

            Oui, Estelle, mais la religion est avant tout une affaire de ressenti personnel, de pratique personnelle, de conviction et non de signes extérieurs, qui n’ont aucune importance fondamentalement.
            Je dois être un peu bouchée, mais je ne vois pas ce qu’un foulard peut apporter à ta foi. Comme de porter une croix en pendentif ou une médaille de baptême, d’ailleurs.

          • DOMINIQUE a dit…

            « afin que toutes les religions puissent s’exprimer » Je dirais plutôt « afin que toutes les religions puissent se pratiquer ».

          • Estelle (une autre) a dit…

            Dominique, la religion est une affaire de convictions et de valeurs qui s’expriment en actions. C’est une pratique personnelle mais cela ne veut pas dire que je dois la cacher. Bref, je ne veux pas polluer les commentaires et ce n’est pas le sujet d’aujourd’hui. Toutefois, je reste a disposition si vous voulez en discuter (Caroline a mon email dans les coulisses du blog je pense).

          • Estelle (une autre) a dit…

            Une derniere chose, vous me demandez ce que m’apporte le voile, au lieu de vous repondre je me permets de vous donner une piste de reflexion:

            Je ne comprends pas par exemple ce qu’apporte le fait de se mettre nu ou d’etre saoul, mais a un moment donnE il faut savoir accepter de ne pas comprendre et se contenter de respecter l’autre dans sa difference. Laisser l’autre etre et ne pas le pousser a se justifier constamnt.

            On peut ne pas etre d’accord, ne pas vouloir cela pour soi, mais dans le pays de la Liberte, personne ne devrait avoir son mot a dire sur mon choix vestimentaire. C’est ma liberte d’expression.

          • Caroline a dit…

            Tu remarqueras juste que personne dans les commentaires n’a abordé spontanément la question du voile. Personne à mon avis n’y a même pensé. C’est juste ça en fait qui me pose problème. Parce que quelque part on se retrouve à débattre du voile alors que ça n’a rien à voir avec ce qui s’est passé hier. Et que je persiste à penser que ça n’a pas grand chose non plus à voir avec la façon dont les musulmans se sentent mal perçus en France. Des cas de jeunes filles refusées dans leur lycée parce qu’elles ont une jupe trop longue, il y en a peut-être eu deux en plusieurs années, pas plus en tous cas que des jeunes filles à qui on a demandé d’enlever leur trop plein de maquillage ou de rallonger la dite jupe parce qu’elle était trop courte. Il ne faut pas créer à mon sens des problèmes où il n’y en a pas. Mes enfants étaient dans un collège où plus de la moitié des enfants étaient de confession musulmane. Et il n’y a jamais eu un seul problème avec leur tenue vestimentaire. Bref, je comprends que ton voile soit important pour toi. Moi le voile me heurte parce qu’il heurte mes convictions féministes. Je ne comprendrai JAMAIS pourquoi une femme doit se cacher et pas un homme. Et il me semble que ça n’est pas la même chose que boire de l’alcool puisque tu as pris cet exemple. Mais je n’ai aucun problème avec le fait que tu le portes. j’ai juste un problème avec le fait que ce sujet ait été introduit dans ce billet, parce que justement, je trouve que c’est contre productif, on se retrouve à débattre d’un sujet en rapport avec la religion musulmane alors même qu’on est ici tous d’accord pour ne pas associer religion musulmane et attentats. Et même si ce n’est pas ce que tu voulais faire, je l’ai compris, c’est dommage…

          • Estelle (une autre) a dit…

            Relisez les commentaires alors … les allusions au voile sont presentes dans les commentaires.

            J’ai personnellement evoque le voile car je parlais de discrimination religieuse et il me semble que le voile est un exemple que tout le monde connait. Que je n’aurai pas a m’expliquer sur mon exemple en plus du reste.

            Quant a l’alcool … j’ai pris l’exemple de l’alcool mais cela aurait pu etre autre chose. Un sage n’a-t-il pas dit je pointe la Lune et vous regardez le doigt ? Mon but etait de parler de respect et de tolerance. Je souhaitais faire passer le message que bien qu’etant musulmane, je reste tolerante d’une personne athee par-exemple qui desire boire. Et que j’attends en retour de cette personne athee de la tolerance egalement sur le fait, par-exemple, que je ne consomme pas d’alcool.

            J’imagine bien que dans le lycee de vos enfants, il n’y a pas de probleme car logiquement ceux qui souhaitent s’habiller differemnt ne sont pas acceptes en France.

            Derniere chose, je ne me cache pas (!) mais si vous vouliez dire que j’ai un code vestimentaire et pas l’homme, et bien sachez que l’homme a lui aussi un code vestimentaire en Islam.

            Seulement il faut bien que quelqu’un aille travailler, n’est-ce pas ? De plus, je pense que la femme est plus forte de caractere que l’homme. C’est que cela demande du courage de maintenir sa foi en France.

            Bref, si nous en sommes a chercher le dernier mot, je vous le laisse.

            Encore une fois, ma pensee va aux victimes. Mon coeur pleure avec vous tous et toutes.

          • Caroline a dit…

            on pleure ensemble et c’est le principal et je le redis, pour moi ces attentats n’ont rien à voir avec la religion musulmane (mais les femmes en voile intégral que je croise tous les matins se cachent un peu à mon sens quand même, non ?). Bref, même si on est pas d’accord, on est capables de parler sans s’agresser et ça c’est énorme, Estelle, donc j’espère que tu te sens toujours la bienvenue.

          • DOMINIQUE a dit…

            Mon commentaire peut paraître ambigu. Je suis intimement convaincue que ces attentats n’ont rien à voir avec la religion musulmane.

          • Estelle (une autre) a dit…

            Dominique merci de ce dernier mot.

            Bien sur, j’ai commente aujourd’hui en insistant bien que je suis musulmane pour l’unique raison qu’il est important pour moi d’expliquer que nous (musulmans a travers le monde) ne reconnaissons pas Da’esh comme etant une partie de nous, ni de pres, ni de loin.

            Moi aussi j’etais dans la panique ce jour la. J’ai de la famille en France et a Paris. Et des amis.

            Je me suis souvenue de mon cousin qui adore le rock, mon amie S. qui sort souvent boire un verre en terrasse le soir apres ses cours ou apres son travail …

            Nous sommes tous egaux face a cette tragedie.

          • Estelle (une autre) a dit…

            Je porte le voile integral (se couvrir la partie basse du visage) mais la signification n’est pas de se cacher, loin, tres loin de la. Caroline, j’aime votre blog, votre style d’ecriture et croyez-le ou non nous avons bien plus en commun que vous ne pourriez le croire. Si vous venez un jour a Vancouver, je serais heureuse de vous rencontrer et de vous montrer mon petit coin de Canada

      • Celle qui n'osait pas a dit…

        Estelle, je tiens à te rassurer, je souris tout le temps (un peu moins en ce moment) et oui je souris aussi aux femmes voilées et je leur parle et il m’est même arrivée d’en complimenter 2 qui arpentaient comme moi les allées d’un grand magasin tellement elles étaient belles (leurs visages étaient totalement découverts) avec leur voile de couleur qu’elles avaient agrémenté de bijoux et un maquillage discret mais coloré. Elles ont été très étonnées d’ailleurs mais j’ai eu un magnifique sourire en retour et un gentil merci. Ben oui je suis pleine de contradictions…….. Mais je reste agacée quand même et je leur ai dit et elles ne se sont pas fachées. Promis j’irai voir les liens que tu mets dans ta réponse mais je suis sûre que je resterai agacée !!!!!
        Bises de mon petit coin du sud et on se croisera certainement à nouveau dans la piscine bienveillante de Caro où il fait bon faire trempette!

        Répondre
          • Estelle (une autre) a dit…

            Et pour le fait de se tromper de bouton, je compatis. J’ai mis Dominique en colere contre moi a cause de cela justement ! J’espere qu’elle lira mes excuses. En attendant, je suis triste de ma maladresse du coup !

  69. Sylvie a dit…

    Je suis en colère, triste, sidérée. Que nous réserve l’avenir ? Comment reprendre le fil de sa vie ? Je ne sais pas. Pour l’instant pas la tête à rire.

    Répondre
  70. Cotidiane a dit…

    Merci, pour ces mots.
    Je n’habite pas Paris pourtant, je me suis inquiétée d’abord pour mes frères puis les copines puis les bloggeuses et bloggeurs. Et, je me disais, et s’il/elle ne publie pas? Et s’il/elle ne publie plus jamais? J’avoue, cela m’a retourné le bide.
    Pas seulement pour les articles qui n’auraient pas vu le jour, mais parce que derrière chacune des personnes virtuelles que je suis, il y a une vie, souvent une famille. Cela est terrible.
    C’est la première fois que j’ai peur de la mort. Même pas de la mienne. Non, peur de devoir continuer à vivre alors que des personnes chères seraient touchées par un drame comme celui-ci.
    J’ai peur aussi de nous. De nos pensées, de la terreur qui a mangé un peu de nos coeurs. Demain, je vais retrouver mes élèves chéris, et j’ai peur de les entendre. D’entendre la haine plus que l’amour.
    Alors, merci, de tes mots qui disent l’horreur mais prône encore l’amour.

    Je ne sais pas si c’est limpide, mais je n’ai qu’une envie : crier, mon cerveau ne réfléchit plus.

    Répondre
  71. Katelig a dit…

    J’étais dans un bar vendredi soir et je riais comme comme une file qui a trop bu avec des gens en train de passer du statut de potes à celui d’amis. C’était une excellente soirée qu’on avait d’ailleurs commencé trop tôt et j’étais ronde comme une queue de pelle lorsque les premiers textos de ma province sont tombés « Où es tu ? » Ça va? » « Réponds vite ».
    Alors tout le bar a compris et tout le monde est parti. J’ai pris le métro, c’était tendu, ma rue (pas su tout à côté du drame hein) était silencieuse.
    Alors voilà, ça va et ça va pas. J’ai été à un salon du vin ce soir sur une péniche et je suis rentrée à pied par les quais avec vue sur la tour Eiffel et putain que c’était beau et putain que j’étais émue.

    Répondre
  72. Nono a dit…

    Merci Caro. Merci pour tes mots qui résument si justement ce que j’ai ressenti ces dernières heures… et merci aussi pour ta merveilleuse recette de cookies Nutella cacahuètes ! (Qui nous ont franchement bien aidé à survivre ce week end.)

    Répondre
  73. Mouche a dit…

    Merci Caro pour ces mots, je m’y retrouve.
    J’ai peur, et je n’ai pas envie d’être rendue aigrie par la peur, même si là les messages d’amis ou de famille de Province m’énervent presque… j’ai envie de dire Oui c’est facile de parler de courage quand on vit dans un petit bled pommé, mais moi demain j’accompagne mes enfants à l’école la boule au ventre, et ensuite je vais aller prendre le Métro et le bus, en sachant que je suis là où ces fous veulent frapper.
    Continuer à vivre, c’est résister, ok. C’est surtout ne pas avoir le choix… Là, si j’avais le choix, je prendrais mes jambes à mon cou et je partirais. Et je n’en suis pas fière. Mais c’est ce que je ressens, j’en suis la première désolée.

    Répondre
    • Geneviève a dit…

      Ne sois pas aigrie ou même simplement agacée par les encouragements de tes parents ou amis en province… D’abord parce qu’ils te souhaitent du courage, ils pensent à toi.
      Ce n’est pas facile de parler de courage, ce n’est pas facile de résister à la peur ou aux idées noires même dans un petit bled perdu. J’habite dans une petite ville et ça ne m’empêche pas de partager les peurs, les inquiétudes, les souffrances même de mes amis, de mes enfants, de ma famille à Paris, à Belfast ou ailleurs.
      La solution, c’est le partage et ce qui est difficile pour moi en ce moment (en plus de l’inquiétude « pour les autres »), c’est d’avoir du courage ou de lutter contre les idées noires et les pensées négatives toute seule dans mon bled perdu.
      Alors courage pour tout le monde parce que tout le monde en a besoin et courage à ceux et celles qui sont seul(e)s ou éloigné(e)s de leur famille (je pense à Jade par exemple) et qui aimeraient bien partager tout ça avec quelqu’un (ou quelques uns) …

      Répondre
      • Mouche a dit…

        Merci Geneviève pour tes mots et pour ce partage de la façon dont tu le vis, d’un peu plus loin. Oui, je comprends bien ce sentiment d’impuissance, et de peur malgré tout. Partage et courage, malgré tout, encore et toujours.

        Répondre
    • Suzie a dit…

      Ne t’en fais pas, tu n’es pas la seule à ressentir tous ces sentiments contradictoires… Comme ça a été dur de laisser tout le monde partir ce matin… La journée va être très longue avant le retour de chacun…

      Répondre
  74. Suzanne a dit…

    Malgré ce que tu penses de ton écrit, tu parviens à mettre les mots sur ce que je ressens.

    En janvier, j’ai été sidérée, et triste, et en colère.
    Aujourd’hui, en plus, j’ai peur.

    Vendredi soir, j’ai appris la nouvelle, j’étais abasourdie, je n’arrivais pas à y croire vraiment, je devais rejoindre des amis au bord du canal et j’ai eu la flemme (comme je la chéris). Heureusement, ils sont tous saufs, mais sont restés de longues heures dans le bar où ils étaient avant de rentrer chez eux la peur au ventre. J’ai pris des nouvelles de tous ceux que je connais et qui vivent dans le coin, certains ont vécu les attaques d’assez près mais là encore, tous sont en vie.
    La nuit a été bien mauvaise.
    Et on est sorti samedi soir, chez des copains, c’était bien et bizarre, on a fait des blagues de mauvais goût, parce qu’on est pas classe et que l’humour douteux est souvent dans notre bande une façon d’exorciser un sentiment négatif.

    Mais j’ai peur, j’ai peur des moments où je serai séparée de mon mari et de mes enfants, j’ai peur de ne plus reussir à assister à un concert, ou boire un coup en terrasse sans arrière pensée.
    Comme toi j’aimerais savoir quoi faire et comment le faire, à mon modeste niveau, pour essayer de changer les choses.

    En tout cas, merci pour ton message. Prenez soin de vous et des vôtres.

    Répondre
  75. luva a dit…

    … Et ce qu’on vit maintenant, je me dis que d’autres le vivent à quotidien depuis de nombreuses années.
    Qu’on en entend parler sous forme de points (sur une carte) et de chiffres (en termes de morts), et que ça ne fait que quelques lignes ou phrases dans nos journaux.
    Mais comment y arrivent-ils?
    Je pensais arriver à imaginer leur calvaire. Mais en fait non. Il faut la voir sous sa fenêtre pour saisir l’horreur que sont ces attentats. Et la peur. Constante.
    On ne peut pas imaginer l’inimaginable.

    Il faut arriver à propager les idées de paix et de tolérance comme ils propagent leurs idées de haine.
    Il faut les instiller, les cultiver, les inculquer, les perfuser, les éparpiller, les matraquer!!
    Ils y arrivent bien, eux…

    Répondre
  76. Nivelle a dit…

    Je suis très contente de savoir que toi et les tiens allez bien…
    C’est passé tellement près cette fois ci, je n’en reviens toujours pas… La nuit de vendredi à samedi a été horrible, j’ai passé la journée du samedi sidérée à suivre les infos et mon Facebook… Ce qui m’a vraiment fait du bien c’est sortir hier soir et partager de l’amour avec les amis pour lesquels j’avais eu si peur la veille…
    J’ai tellement de peine pour ceux qui n’ont pas eu la chance de retrouver leurs proches…
    Plein de bisous

    Répondre
  77. Nine a dit…

    Depuis vendredi soir, mon cerveau est sidéré : pas de pensées, d’analyse cohérente. Merci pour tes mots qui arrivent à mettre en forme ce qui tourne en rond dans ma tête.
    J’ai mal dormi vendredi : lors de mes réveils, le titre d’un de tes précédents articles me revenait régulièrement en tête « scène de guerre en temps de paix ». Mais sommes nous (étions nous) encore réellement en paix ?
    Hier soir, encore plus que d’habitude, je suis allée vérifier le sommeil de mes enfants : soulagée qu’ils soient en sécurité dans leur lit, triste que d’autres mères n’aient pas cette même chance, inquiète du monde qui se dessine pour eux…
    Take care.

    Répondre
  78. Delph a dit…

    Je ne commente jamais pourtant je te lis tous les jours. Mais aujourd’hui j’en éprouve le besoin. J’ai pensé à toi vendredi et j’ai espéré comme beaucoup d’entre nous que tout allait bien oour toi et tes proches. Je ne suis pas parisienne et y suit d’ailleurs rarement allé. Non je suis plutôt casanière et reste plutôt chez moi dans mon coin de paradis qu’est la Bretagne. Mais samedi, je devais y aller à Paris, voir U2, des billets acheté il y a 6 mois à peu près. La garde des enfants (j’en ai 3) était gérée, l’hôtel réservé. Et puis vendredi, à la fin du match j’ai entendu que quelque chose se passait. J’ai zappé sur les chaînes d’info et j’ai découvert l’horreur. La joie de mon concert était bien loin…La tristesse, l’incompréhension, la colère, l’incrédulité, tout ces sentiments l’avaient remplacé. J’ai pleuré pour les attentats de janvier et aujourd’hui encore je pleure. Même si je ne connaissais personne parmi les victimes, je pleure quand même et j’ai peur, oui, je le reconnais, même du fin fond de ma Bretagne j’ai peur. J’ai peur mais je ne m’arrêterai pas de vivre car il faut que nous continuons tous à vivre. Et je transmettrai mes valeurs de tolérance, de respect, de liberté, d’égalité, et de fraternité à mes enfants.

    Répondre
  79. Kaylee a dit…

    Oh Caro, combien de fois je me suis connectée ce week-end pour aller voir si tu avais posté quelque chose, un signe montrant que… tu étais là et tu étais tristement en colère… Ouf !
    J’habite à 700 kms de Paris, je me suis couchée tôt vendredi soir, réveillée par plein de textos d’amis me demandant des nouvelles de mon fils qui habite à Paris, je suis descendue allumer la télé, je n’arrivais pas à le joindre, 2 h d’angoisse pendant lesquelles mes mains ont été envahies par de l’eczéma. Ouf, il était entier, n’était pas allé dîner au Petit Cambodge comme il le fait souvent le week-end. Longue discussion nocturne avec mon fils, j’avais envie de le toucher, le prendre dans mes bras… j’étais tristement en colère moi aussi. Plein de « pourquoi ??? » tournent dans ma tête, sentiment d’injustice, d’incompréhension…

    Répondre
  80. Lorraine a dit…

    Depuis vendredi, j’ai mal pour les victimes et leurs familles, j’ai peur, j’appréhende le futur avec la crainte de perdre l’un des miens. Il faut que tout cela s’arrête…
    Ma famille habite Paris et samedi j’étais terrorisée pour mon grand frère qui habite dans le 11eme et qui aurait pu se trouver à la terrasse d’un de ces cafés.
    Mais merci Caroline, merci à vous tous car cela me réconforte, me soulage un peu, de voir que nous avançons ensemble. Un tel élan de solidarité fait tellement de bien. Les manifestations de soutien des autres pays m’ont elles aussi apaisée car j’ai l’impression qu’il n’y a que main dans la main que nous arriverons à combattre le fanatisme et l’obscurantisme…
    Enfant, je ne réalisais pas la fragilité des valeurs démocratiques et républicaines. Elles me semblait si naturelles, si évidentes. Mais aujourd’hui, les leçons sur la citoyenneté et le vivre-ensemble prennent tout leur sens et je réalise que rien n’est jamais acquis.
    Aujourd’hui, je suis fière d’être française et de défendre ces valeurs.
    Bisous à toutes.

    Répondre
  81. Galia a dit…

    Perdu ami et ex-collègue abattu au Petit Cambodge. RIP Sébastien. J’ai passé mon enfance et jeunesse dans un quartier difficile de Bruxelles. J’ai compris depuis longtemps qu’il n’y a pas d’espoir de cohabitation. Je n’y ai connu que le harcèlement et la domination. Bonne chance à tous et courage à ceux qui y croient encore.

    Répondre
  82. Marine a dit…

    Merci Caroline. Comme de nombreuses lectrices, j’ai guetté ce post et il est arrivé avec les mots qui semblent sortir de nos bouches mais en mieux. En mieux exprimé et réfléchi.
    On a tous eu l’impression d’avoir été frôlés par la mort, même si tous nos proches sont restés à l’écart de ce carnage.
    Continuez à écrire, cela fait aussi partie de la lutte contre ces barbares ! Bisous.

    Répondre
  83. Alice a dit…

    🙂
    Je ne commente pas souvent même si je te lis depuis des années
    Il y avait foule aujourd’hui à Lyon. Des bougies place des Terreaux
    C’était mon anniversaire
    Que me souhaiter m’a t’on demandé ?
    Alors moi je voudrais aller manger des pizzas en terrasse encore longtemps, rire m’amuser avec légèreté avec mes amis, que mes enfants vivent toujours dans une France libre et digne, (enfin non ils ont le droit d’aller vivre aussi à l’étranger bien sûr 😉 ) , de pouvoir serrer mes proches dans mes bras quand je veux, de n’avoir jamais peur pour eux.
    Voilà c’est tout, et aujourd’hui j’ai l’impression que c’est déjà beaucoup.

    Répondre
  84. Silène a dit…

    Depuis ce vendredi soir, j’ai ces quelques mots, inscrits en lettres de lumière à Paris, en janvier, qui tournent en boucle dans ma tête.
    NOT AFRAID.

    Je refuse d’avoir peur, tu entend ? Je dis, « tu entends », hein, mais j’aimerai le dire à chaque personne effrayée, après l’avoir pris contre moi pour l’entourer de mes bras. S’il y a une manifestation, bientôt, pour rendre hommage aux victimes, j’irai, la tête haute, sans peur.
    J’ai vécu aujourd’hui, je vivrai demain, et jusqu’à ce que mon coeur s’arrête je garderai ma liberté, parce que c’est MA vie et que la peur serait une bien trop grande victoire pour eux. Eux, ce sont les extrémistes, les salopards qui pensent qu’en foutant des bombes partout ils vont m’apprendre à penser autrement, à craindre mon ombre même. Que m’importe leur religion, ou ce qu’ils revendiquent comme religion (peut on vraiment respecter une religion en tuant des gens ? De mes maigres connaissances, elles disent toutes que la vie est sacrée.)

    Alors aimez vous, offrez votre amour au monde et à votre voisin, portez votre sourire en étendard, pour vos amis comme pour les inconnus qui croisent vos journées et ne laissez pas la peur ternir la couleur de votre âme. C’est aussi, et je ne sais pas si je suis très fière de ça, mais je ne refuse pas non plus de le ressentir, mon doigt d’honneur aux extrémismes, quels qu’ils soient.
    NOT AFRAID (moi qui n’ai jamais voulu me tatouer, la pensée m’effleure depuis deux jours. Je l’ai dans la tête, cette phrase, et pourquoi pas dans la peau ?)

    Et puis, enfin, c’est à un ami de mes heures d’enfance solitaire, que je voudrai laisser les derniers mots. Il parle tellement mieux que moi

    CYRANO
    Je crois qu’elle regarde…
    Qu’elle ose regarder mon nez, cette Camarde !
    Il lève son épée.
    Que dites-vous ?… C’est inutile ?… Je le sais !
    Mais on ne se bat pas dans l’espoir du succès !
    Non ! non, c’est bien plus beau lorsque c’est inutile !
    Qu’est-ce que c’est que tous ceux-là !- Vous êtes mille ?
    Ah ! je vous reconnais, tous mes vieux ennemis !
    Le Mensonge ?
    [Il frappe de son épée le vide.]
    Tiens, tiens ! -Ha ! ha ! les Compromis,
    Les Préjugés, les Lâchetés !…
    [Il frappe.]
    Que je pactise ?
    Jamais, jamais ! -Ah ! te voilà, toi, la Sottise !
    Je sais bien qu’à la fin vous me mettrez à bas ;
    N’importe : je me bats ! je me bats ! je me bats !
    [Il fait des moulinets immenses et s’arrête haletant.]
    Oui, vous m’arrachez tout, le laurier et la rose !
    Arrachez ! Il y a malgré vous quelque chose
    Que j’emporte, et ce soir, quand j’entrerai chez Dieu,
    Mon salut balaiera largement le seuil bleu,
    Quelque chose que sans un pli, sans une tache,
    J’emporte malgré vous,
    [Il s’élance l’épée haute.]
    et c’est…
    [L’épée s’échappe de ses mains, il chancelle, tombe dans les bras de Le Bret et de Ragueneau.]

    ROXANE, [se penchant sur lui et lui baisant le front]
    C’est ?…

    CYRANO, [rouvre les yeux, la reconnaît et dit en souriant]
    Mon panache.
    (CYRANO à qui Edmond Rostand a si tendrement prêté sa plume)

    Répondre
    • Anne-Clo a dit…

      Je pleure à chaque fois que je lis cette pièce, et ce passage en particulier, mais là, il prend une nouvelle dimension.
      Merci Caroline pour tes mots, pudiques et justes.

      Répondre
  85. Sofinet lov Guisane a dit…

    Je sors tout juste de ma torpeur… abasourdie comme beaucoup… une sale gueule de bois !
    Je ne trouve pas les mots et comme toujours tu parviens à trouver les plus justes pour nous.
    Exceptionnellement mon frère et sa femme avaient programmé 4 jours sur Paris ce WE pour aller au concert de U2. Un sms « ne vous inquiétez pas, on va bien, on est loin des fusillades » m’a sorti de mes rêveries. La télé a terminé de m’assommer… Parce que je ne comprends pas cette horreur, et parce que très égoïstement, si les kamikazes avaient choisi un autre concert je serais peut être en deuil de mon frère et de ma belle sœur, aux côtés d’un orphelin de 16 mois… Ce n’était pas leur heure contrairement à tellement d’autres.
    Alors j’ai été sidéré, j’ai pleuré… et j’ai serré bien trop fort mes filles en les couvrant de bisous…
    Et ce soir j’ai reformulé à mon compagnon ce désir de mariage… au plus profond de moi… comme pour resserrer ces liens d’amour et de famille au milieu de la haine. Espérons qu’il m’entende…
    Et comme la vie est parfois étrange, je serai exceptionnellement sur Paris toute la semaine, en formation… Pourtant ni trouillarde ni parano, j’avoue avoir tout d’abord hésité à annuler… mais j’y serai…
    J’avais prévu de profiter de mes soirées solo pour sortir voir des spectacles chaque soir… sans doute irais-je poser quelques bougies. Et peut-être croiserais-je certaines d’entre vous, peut-être échangerons-nous des regards de fraternité et de « communion »… et sans doute cela me réchauffera et me rassurera sur la nature humaine…
    Merci Caro

    Répondre
  86. ghislaine a dit…

    Deux messages que je tente de poster et qui ne passent pas, sans doute une fausse manipulation de ma part, je ne poste quasiment jamais.
    Donc en résumé. ..merci Caroline pour ces mots qui me touchent, merci à toutes d être presentes au quotidien, merci pour ce lieu d échanges où je me sens chez moi.
    Prenez soin de vous, vivons en faisant passer les valeurs de liberté, de tolerance, par la connaissance et le savoir.

    Répondre
  87. Estelle (une autre) a dit…

    Je reviens une troisieme fois pour partager et dire :

    By boringfstarstarcunt on Tumblr

    « Don’t call it Islamic State, ISIS, ISIL, etc. etc. Call it Da’esh. Calling it anything with “Islamic State” in it gives it false legitimacy; it is not a state, and it is not truly a Muslim group. Call it Da’esh, which is a pejorative that roughly means “a coward who imposes his views on others.” They’ve begun cutting out the tongues of people who use that to refer to them, because this term is incredibly offensive to them. Now, why would we use a term for them that legitimizes them? No, use Da’esh. »

    PLEASE EVERYONE USE THIS

    They are not ISIS, not any state of Islam, they are cowards who imposes their views on others. They are using the name of a religion to commit their sickness.

    DA’ESH

    Répondre
    • Phoebe a dit…

      Soit, en français, approximativement :
       » Ne les appelez pas « Etat Islamique », ni « EI », ni « ISIS  » (nota : l’acronyme en anglais de « Islamic State in Irak and Syria »).
      Appelez les « Da’esh ».
      Leur donner un nom comprenant les mots « état » ou « islam » les légitime. Ce ne sont pas un état, ce ne sont pas de vrais musulmans.
      Appelez les « da’esh », c’est un terme péroratif, qui signifie plus ou moins « un lâche qui impose ses vues aux autres ».
      Ils ont commencé à couper la langue des ceux qui utilisent ce terme à leur sujet, tant il leur semble offensant.
      Pourquoi utiliserions-nous des mots qui leur donnent une quelconque légitimité ?
      Non, appelez les « da’esh » .  »

      DA’ESH

      Répondre
  88. AimeCat a dit…

    Oui à l’ouverture,à l’amour et à l’éducation mais aussi comme le disait Alma River post-10: de la reconnaissance par le boulot et non la mise de côté à cause d’un prénom à consonance étrangère , d’un foulard . Et arrêtons d’écouter ces politiques de droite ou d’extrême droite qui veulent enfermer encore plus, qui feront monter la haine des gens . Combien de musulmans modérés vont souffrir les jours prochains ?
    Caro, je te remercie d’être là et à toutes les personnes qui prennent la parole dans les commentaires : vous me donnez espoir dans l’être humain .
    Et pour ma fille droite dans ses bottes qui est allée prendre un pot sur une terrasse cet après-midi à Paris: qu’est ce que je l’aime et qu’est ce que j’ai peur !

    Répondre
  89. Jane B. Root a dit…

    Puisque nous sommes en guerre je rentre en résistance. Car c’est nous les femmes qui avons le plus à perdre dans cette histoire. Alors je remets mes résolutions ici :

    Ce que vise daesh, et donc ce qu’ils détestent par dessus tout, c’est notre façon de vivre, notre démocratie, notre vivre-ensemble, notre culture et notre liberté à nous les femmes. Alors puisque c’est la guerre, je rentre en résistance, et je promets de continuer sans peur à honorer mon pays en ayant des amis de toute couleur, de toute origine géographique et culturelle, de toute orientation sexuelle et de toute religion ou sans religion
    Et aussi :
    – d’enseigner aux filles
    – d’enseigner à ces filles et garçons, de toute couleur et de toute origine sans jamais leur demander leur religion
    – d’être une femme libre tête nue cheveux aux vent
    – de conduire une voiture
    – d’exercer mon droit de vote
    – d’exercer librement une profession
    – de percevoir mon salaire en toute liberté
    – de boire du vin, des liqueurs et des eaux de vie
    – de manger des pizzas aux terrasses des cafés
    – de dire à mes filles qu’elles valent autant que les garçons, qu’elles ont les mêmes droits mais aussi les mêmes devoirs envers leurs semblables
    – de lire Le Canard, Charlie et Marianne et de rire à leurs caricatures
    – de ne pas imposer Charlie à mes amis qui ne veulent pas le lire
    – de mettre un maillot de bain et d’aller à la piscine ou à la plage
    – de monter à califourchon sur un cheval ou un vélo
    – de fréquenter par amitié ou pour le travail d’autres hommes que uniquement ceux de ma famille
    – de continuer à rire et à m’amuser
    – d’aller au musée voir des œuvres profanes ou religieuses
    – d’aller au cinema voir des films de toutes cultures et de toutes origines
    – d’écouter la musique qui de Guillaume de Poitiers à Christine and the Queens, a façonné mon paysage audio
    – d’écouter et de lire des journalistes indépendants et critiques
    – de partager cette culture française et européenne avec mes enfants comme une chose sacrée à protéger et à perpétrer…

    Répondre
  90. claire a dit…

    Cet après midi, nous étions nombreux réunis devant le City Hall de San Francisco : une seule pensée émue qui s’envolait vers la France et Paris…

    Répondre
  91. Coralie a dit…

    Merci Caro c’est très beau, ça rejoint beaucoup mes pensées.

    Je crois que c’est la première fois qu’un évènement comme ça me fait réellement peur, alors que, bien que j’habite dans le 11eme, je suis en ce moment à LA où il fait beau et je me sens très loin. Mais j’ai peur de tout d’un coup, hier mon chauffeur uber roulait trop vite, mon amie prenait l’avion, il y avait des pas derrière moi dans le noir, bref j’ai une angoisse de vivre que je n’ai jamais ressentie auparavant.

    Je pense très fort à tous ceux qui ont perdu des proches et à ma ville chérie.

    Répondre
  92. Madile a dit…

    Bonjour, Caro, merci d’avoir posté hier, ton texte est très beau. Comme beaucoup, je n’ai pas les mots pour pour parler de cette tuerie, mais je réalise la chance que j’ai et que j’ai eue. J ‘ai 62 ans et je n’ai jamais connu de guerre, j’ai vécu dans un pays en paix, dans lequel il y avait du travail pour tous et où le racisme était loin d’être palpable comme aujourd’hui.

    Et je pense à l’après, à ce monde en décomposition que nous allons laisser à nos enfants et petits-enfants……Que vont-ils vivre, auront-ils peur chaque fois qu’ils sortiront, qu’ils voyageront, devront-ils être sur le qui-vive en permanence ?

    Oui, j’ai peur pour eux, vraiment peur, comme je comprends ton angoisse de mère et d’épouse de ne pas voir revenir ceux que tu aimes……

    Ton blog est d’utilité publique, il permet de se rassembler, de lire et d’échanger…..

    Je pleure pour toutes les victimes et leurs proches, pour tous les parisiens touchés par cette horreur inqualifiable, je pleure pour la France.

    Répondre
  93. amelstos a dit…

    Merci Caroline pour ces mots toujours si justes. Vendredi soir j’ai appelé tous les miens, frère, amis, cousins. Tous vivants, tous ailleurs qu’au mauvais endroit au mauvais moment. J’ai pensé à toi, après, car j’avais dans la tête que c’était un quartier où tu étais susceptible d’aller. Je t’ai envoyé un message sur twitter ton absence de réponse a décuplé mon inquiétude. C’est fou c’est vrai ce lien tissé malgré tout, et puis finalement toi et les tiens « allez bien ». Aujourd’hui comme hier je suis démunie : que faire , comment aider, comment accepter cette horreur, comment ne pas pleurer pour tous ceux qui ne sont plus ? Rester libre à l’intérieur de soi, continuer à vivre évidemment alors j’ai mis une jupe courte, j’ai laissé mes cheveux détachés, j’ai mis du rouge à lèvre et je suis partie travailler. Et je me suis dit « Fuck Daesch ». C’est dérisoire mais c’est pour l’instant le seul moyen trouvé… Pensées pour vous tous, pour Paris et pour notre liberté.

    Répondre
  94. Soeur Anne a dit…

    Moi, j’ai juste envie de vomir…
    Et je suis en colère…
    Mais de là à savoir structurer un texte comme tu l’as fait, c’est encore trop tôt…
    Moi je crois en un Dieu, mais là, je n’ai pas envie de prier, mais d’agir. Il y a tellement de choses à faire changer. La première, c’est de continuer à inculquer un vent de liberté à nos enfants…

    Répondre
  95. Plum' a dit…

    J’ai du mal à me départir de cette colère sourde qui résonne en moi. Tant de vies anéanties…, profondément athée j’ai toujours cru en l’Humain, là cela a pris un gros coup de canif j’avoue.
    Je peux me battre contre la maladie, contre cette faucheuse qui a pointée son nez deux fois, mais contre des barbares que je ne comprends pas je n’y pourrai rien, et cette impuissance me donne la rage. Faut juste que je trouve un milieu pour qu’elle ne m’aveugle pas, que cette trouille de voir mon mari se déplacer regulièrement dans différentes capitales européennes ne m’empêche pas d’y croire encore à cet Humain.

    En tout cas, Merci pour vos mots Caroline.

    Des bises.

    Plum’

    Répondre
  96. Jul' a dit…

    Moi non plus ma banniére charlie n’est pas enlevé et moi non plus je ne l’enleverrai pas.. tes mots ta ‘bouillie’ comme tudis es nécessaire et salutaire.. merci de lesposer a notre place toujours dans l’intelligenceet dans l’amour et non ne basculons pqs a notre tour.. merci caro!

    Répondre
  97. HeLN a dit…

    Bonjour Caro,
    Merci encore une fois pour ton billet et cet espace d’échanges, ou je viens puiser un peu de tolérance, de réflexions intelligentes et d’amour dont beaucoup manquent aujourd’hui. L’éducation est sans aucun doute la clé principale, je te suis à 100% sur ce point.
    Pensées à tous les parisiens, et aux proches des victimes de ce week end.

    Répondre
  98. Agatha a dit…

    Merci Caroline pour ces mots .
    La peur est là il va falloir la surmonter , dire même pas peur et continuer à vivre à notre manière française qui doit beaucoup déplaire à ses terroristes .
    Paris n’est pas à côté de chez moi mais un jeune homme de ma ville , qui est allé dans la même ecole et la même lycée que ma fille , et que j’ai sans doute croisé plein de fois enfant , est mort au bataclan . Et dans la ville où mon autre fille est instit , suite à une perquisition on vient de trouver des détonateurs , des pains de plastique etc… nul n’est à l’abri même en province .
    Partageons ce midi autour de la minute de silence .

    Répondre
  99. Chloé a dit…

    Bonjour Caroline, +1000 pour le savoir et l’éducation. J’ai publié ça sur facebook samedi matin, je me permets de le partager car il me semble que nous avons des valeurs communes.

    La République est Une est indivisible depuis plus de 200 ans. Elle est laïque, démocratique et sociale, comme le précise l’article 1er de notre constitution.

    La haine de l’autre est attisée par la bétise et l’ignorance ; on ne peut rien contre la première, par contre nous pouvons tous à notre niveau éduquer, expliquer, comprendre et faire comprendre. Lire, encourager à lire, l’histoire de France et du monde notamment. Mais aussi apprendre aux enfants à décrypter les vidéos de propagande sur internet, à utiliser les réseaux sociaux intelligemment.
    Répondre à la haine par plus de démocratie, plus d’éducation et plus de tolérance envers les différences des autres.

    Mais également plus de fermeté. Notre monde, à ce jour, ne permet plus de laisser nos frontières ouvertes. Ne permet plus aucune tolérance avec les prêches extremistes, les appels au djihad, les embrigadements sauvages, les ventes d’armes illégales.

    Pas de retour de la peine de mort, pas d’amalagames, pas de récupération par les partis d’extrême droite.

    Aucun enfant qui va naître dans notre pays n’est né pour mourir en martyr. Seul l’éducation qui lui sera donnée par tous les adultes qui l’entoureront lui permettra de grandir en comprenant le monde, en développant suffisamment sa capaciter à raisonner pour se faire ses propres opinions et résister à la tentation des extrêmes, quels qu’ils soient.
    Et de grandir comme un enfant de la République.

    Répondre
  100. colombe a dit…

    Voilà. Et le pire est devant, hélas.
    En echo à un de mes commentaires, sous un plus vieux article (la misere du monde je crois) : http://www.atlantico.fr/decryptage/retour-baton-france-est-elle-consciente-aide-concrete-qu-elle-apportee-aux-djihadistes-en-syrie-depuis-4-ans-roland-hureaux-2444108.html?yahoo=1.
    Prendre conscience de nos contradictions, ouvrir les yeux pour regarder en face notre ennemi, ce que nos ainés ont fait en 14,en 39 et j’en passe. Le faire ensemble. Il n’y a que ca qui sauvera ces temps. Quand ils disent qu’ils veulent faire un califat… c’est pas pour se limiter a 129 morts a Paris, et au depart du president Syrien.
    Bon bah je vais encore me faire taper.

    Répondre
  101. Banane a dit…

    Moi aussi, je suis assez persuadée que leurs « têtes pensantes » sont avides de pouvoir et sont très très loin de toute idée religieuse. C’est pour ça que « l’amalgame », dont on nous rabat les oreilles, ne me viendrait pas à l’esprit.
    L’éducation me paraît aussi la meilleure des pistes pour construire un monde meilleur à nos enfants.
    Mais comme nous le disions il y a peu, je suis assez pessimiste sur le fait qu’on ait encore le temps/courage pour ça : on est assailli de sujets d’inquiétude (environnement, santé, budget…), rester ouverts et constructifs, voir à long terme avant tout, ça demande un effort énorme quand on est en mode « survie ».
    Bref, j’éduque mes enfants (et ceux des autres quand l’occasion m’en est donnée, au parc par exemple 😉 ) mais j’aimerais faire plus sans savoir comment trouver le temps pour ça. Dans quelques années, quand les enfants seront plus grands et moins demandeurs. Mais c’est maintenant qu’on voudrait agir.
    En attendant c’est dur de s’y mettre ce matin, brasser du vent pour payer le loyer est un peu trop futile…

    Répondre
  102. Val de Bruxelles a dit…

    Merci pour ces mots. Ici en Belgique est touché, on connaît qq qui a perdu qq, finalement le monde est si petit, mais en plus… on culpabilise; nous aussi nous avons couvé les bêtes immondes sous des pensées bien chaleureuses de tolérances, de » vivre ensemble » … Je suis perdue maintenant…

    Répondre
    • DOMINIQUE a dit…

      Hey, Val, pas de culpabilité parce que Belge ! Européenne, c’est tout. Qu’ils aient eu leur base en Belgique, quelle importance. Ce pourrait être en Allemagne, en Italie, que sais-je.

      Répondre
      • Henriette a dit…

        Bien sûr qu’il n’y pas à se sentir coupable d’être belge mais la Belgique est le pays d’Europe qui fournit le plus de djihadistes par habitant il y a donc des questions à se poser…

        Répondre
  103. SwissGirl a dit…

    Chère Caro,
    Je n’ai pas de mot. Je suis moi aussi dans un état de choc depuis vendredi soir. La sidération absolue, je suis incapable de réaliser que tout ça est réel. Je fais les choses machinalement. Je ne comprends plus rien. Trop longtemps que ce monde dérive. Là-bas, ici, la souffrance est insoutenable.
    Je suis probablement un peu lente. La rage n’est pas encore là, le choc n’est pas dissipé, la tristesse profonde est seulement en train d’arriver.
    Je ne te lis pas depuis bien longtemps, et je ne commente pas souvent. Manque de confiance, peut-être, sentiment que tout a déjà été dit, sûrement, certitude toute égoïste que je ne saurai pas capter ton attention, que tu ne me liras pas forcément et qu’écrire là, sous un article, a donc peu de sens.
    Pourtant tes mots résonnent et je partage beaucoup de tes idées.
    Je suis très heureuse que tu ailles bien et que tu sois entourée des tiens, indemnes. Très heureuse que tu n’aies pas eu envie de sortir vendredi.
    Moi aussi, je vais bien. Je ramasse les morceaux de mon insouciance, et j’ai frémi comme toi, touché l’effroi du doigt quand les miens, au Stade de France et dans la capitale ont tardé à répondre.
    Et je ne peux m’empêcher de penser à tes lectrices et lecteurs qui n’ont pas notre chance, à ceux qui ont perdu un des leurs, ceux qui étaient sur les lieux et ont été témoins ce carnage, ou n’en sont pas revenus…
    Je pense en boucle à ces 129 personnes. CENT VINGT NEUF personnes. Comment tolérer l’intolérable ?

    Répondre
  104. Sarah a dit…

    Comme le disait si bien Romain Gary au sujet des nazis dans les cerfs volants, le problème n’est pas qu’ils sont inhumains, mais bien humains.
    Je n’ai pas de mots, suis en « amour » autant que possible avec tout le monde – ce que ça sonne con comme terme, et pourtant je suis convaincue aussi que c’est la seule et unique façon de s’élever chacun.

    Répondre
  105. la belle bleue a dit…

    Merci Caroline,pour vos mots qui résument si bien ma pensée.Samedi ,en allant faire mes courses,j’ai croisé des jeunes femmes voilées et en djellaba,comme d’habitude ,ça m’a agacé ,en tant que femme le voile,touça,touça .en rentrant chez moi ,j’ai réalisé qu’à aucun moment je n’avais fait d’amalgames et je me suis dit: voilà,ces salopards n’ont pas réussi à jeter la haine dans mon coeur! petite victoire! j’espère que je ne suis pas trop confuse!
    je vous serre toutes contre mon coeur.

    Répondre
    • Estelle (une autre) a dit…

      Une petite victoire qui est enorme pour des femmes comme moi (musulmanes) alors merci. Je pense que l’on peut depasser l’agacement pour aller vers la tolerance (dans les deux sens) et l’amitie. Cela serait beaucoup plus difficile s’il y avait le facteur haine. Donc votre commentaire me donne de l’espoir au final.

      Répondre
  106. rideerieuse a dit…

    C’est tellement vrai ce que tu dis et tous ces commentaires pleins d’humanité …
    Nous avons la chance d’être, de nous poser des questions, laissons nous le temps d’imaginer des solutions et c’est une belle idée d’apporter un soutien scolaire, l’alphabétisation puis l’éducation.

    Répondre
  107. khaddy a dit…

    merci pour tous ces commentaires et cet article…
    Après le choc, j’ai voulu manger une cote de porc… ensuite je me suis dis que peut être ce n’était pas la solution, que mes parents aussi illettrés qu’ils étaient m’ont fait comprendre que chez moi c’était la France.
    Et comme dirait mon vieux père (désolée d être aussi grossière mais il le faut) ‘ces enfants de putains de commanditaires devaient être au même moment entourés de putes avec un jéroboam de vodka’
    papa président.
    prenez soin de vous.

    Répondre
  108. Carine a dit…

    Chacun(e) peut contribuer à ce que nous sortions de l’engrenage de la violence et de la haine. Ce n’est pas seulement une question de valeurs, mais tout simplement d’habitudes quotidiennes. Notre mode de vie est dommageable à des populations entières et les accule au désespoir.
    La Syrie a plongé dans le chaos en 2011, à la suite de trois années d’une sécheresse sans précédent : 1,5 millions de Syriens ont dû quitter les régions dévastées, alors que le pays (15 millions d’habitants) accueillait déjà 1,5 millions de réfugiés irakiens. Par comparaison, à l’échelle de la France, ces mouvements de population représenteraient 13,4 millions d’habitants.
    Une sécheresse exceptionnelle qui déclenche de graves troubles politiques, cela paraît simpliste ? Il est vrai que nous avons totalement oublié ce que c’est que d’avoir faim et de ne pas pouvoir nourrir ses enfants. Nous préférons croire que tout est affaire d’idées. Alors qu’il y a des précédents majeurs, comme la Révolution française ou les révolutions de 1848 en Europe (Le Roy Ladurie), mais aussi le mouvement des Boxers en Chine (Mike Davis).
    Ce qui est nouveau, c’est que la sécheresse au Moyen-Orient n’est pas naturelle, mais due au réchauffement climatique. Donc à notre mode de vie, à nous, les riches. Le lien entre la sécheresse, les troubles politiques et le réchauffement climatique a été établi par des chercheurs américains, et publié dans l’une des meilleures revues scientifiques : http://www.pnas.org/content/112/11/3241.full.
    Argument tiré par les cheveux, toujours trop simpliste ? Alors il y a un autre argument, plus classique, dans le même sens : l’État islamique tirerait une grande partie de ses ressources du pétrole, et dans une moindre mesure du soutien de puissances pétrolières, d’après un rapport du Groupe d’action financière, organisme intergouvernemental chargé de lutter contre le financement du terrorisme (http://www.fatf-gafi.org/media/fatf/documents/reports/Financing-of-the-terrorist-organisation-ISIL.pdf). Là aussi, à nous de demander et de soutenir une sortie de la dépendance pétrolière.
    Pour voir ce qui peut être fait concrètement et efficacement au niveau individuel, il existe un très bon outil, le Bilan Carbone Personnel : http://www.calculateurcarbone.org/
    Ce serait tellement bien de répondre au pire par le meilleur, et de redonner son sens au mot « fraternité ».

    Répondre
    • phoebe a dit…

      Lu avec intérêt. J’en retiendrais deux idées immédiatement applicables :
      – toujours avoir sur soi de quoi vous identifier
      – PASSEZ VOTRE BREVET DE SECOURISTE . Je l’ai fait, ça ne prend pas tant de temps que ça, et ça donne , en plus de réellecompétences, une assurance et une confiance qui valent largement l’investissement.

      Répondre
  109. Mitchka a dit…

    ce billet est bien meilleur que tu ne le crois, je l’ai commencé à pleurant, je le finis en pleurant mais il me fait du bien. Oui ça me fait bien de lire quelqu’un qui assume sa peur. Depuis samedi, tout le monde affiche son courage, moi j’ai pas la force, j’ai la trouille ! Alors bien sûr on va reprendre petit à petit une vie normale, et j’espère que bientôt nous pourrons tous écrire/lire/partager des choses plus légères, mais je crois aussi qu’il va falloir apprendre à vivre avec la peur. Ce matin, devant l’annonce de la minute de silence, je me suis résignée à parler de tout ça avec ma fille de 5 ans, elle m’a répondu « c’est comme un petit peu la guerre » (nos cœurs se sont serrés) et elle a enchaîné  » c’est triste, j’aimais bien la tour Eiffel » … nous l’avons rassuré en lui disant que la Tour Eiffel n’avait rien (nos cœurs ont esquissé un sourire : merci à mon bébé) !
    merci pour ces mots, je suis heureuse que ta petite tribu aille bien…avec toute mon amitié

    Répondre
  110. insofa a dit…

    Des vendredi soir, je suis venu plusieurs fois sur ton blog; je ne sais pas trop pourquoi, enfin si en premier checker que tout allait bien pour toi et les tiens et puis pour lire tes mots qui expriment nos émotions.
    L’humanité encore une fois recule et moi aussi j’ai peur. J’ai peur de ce monde que nous allons laisser à nos enfants.
    Bien à toi.

    Répondre
  111. Bibiche a dit…

    J’ai précisément cette même « bouillie » dans le cerveau. Ce billet que je n’ai pas écrit dit précisément ce que je pense.

    Nous sommes en vie NOUS, alors, je vais serrer les dents pour l’instant (et pour éviter de dire des choses qui manqueraient de sang froid) et dans mes bras, je vais serrer mes petits chaque matin, comme si un « au revoir » devait valoir un « adieu ».

    Répondre
  112. Ninapia a dit…

    Pris un café en terrasse ce matin, en centre ville à Lyon, même pas un acte de bravoure, j’adore me poser devant un café/clope le matin et observer la ville qui se réveille, mais même si Lyon n’est pas menacée comme Paris, je l’avoue, j’avais peur, à l’affût de la voiture qui s’arrête, du scooter qui ralentit….Peur aussi de savoir mes enfants dans le métro…Alors j’imagine ce que vous ressentez, vous les parisiens…et je pense à vous…
    Et après la sidération…vient la colère…et je déteste ce sentiment qui m’anime, ces regards que je n’ai pu m’empêcher de poser autour de moi, suspicieux parfois…Je les déteste ces fous… ces assassins… qui insidieusement me transforment..qui mettent à mal une vie de foi en l’humain…Je sens que mes propos sont confus mais j’avais besoin de les poser ici , sur ce blog pétri d’humanité justement, en écho à ton billet.

    Répondre
  113. Une nouvelle lectrice a dit…

    La sidération, la peur, le flottement, le désarroi…
    Ici (Lyon), j’ai passé le samedi matin à joindre les parisiens – ceux qui sont restés là bas depuis que je suis partie, et aussi les « jeunes », les frères et soeurs qui font leurs études ou débutent dans leur boulot, et les collègues de la « centrale »… Beaucoup vivent dans ce coin là, ou bien sont susceptibles d’y passer la soirée. Ils ont bien choisi leur lieu, les salauds. Et la peur ici aussi.

    Pour reprendre le contrôle, sinon de la situation, du moins de nous même, réfléchir, analyser… Les matins de France Q était très intéressant ce matin. Filliu sur la Syrie, Dounia Bouzar sur l’embrigadement des gamins – parce que, oui, ce qui nous arrive aujourd’hui prend racine dans un substrat lié à la manière dont on traite les « français d’origine » ; mais ces « êtres immondes », la France (et la Belgique) n’ont pas été les seules à les couver – on nous les a transformé, aussi, avec des méthodes subtiles et efficaces. Et ce qui sont derrière cette politique de manipulation ne se sont pas fait exploser, eux!
    C’est ici : http://www.franceculture.fr/emission-les-matins-syrie-les-itineraires-d-une-guerre-2015-11-16

    Et aussi, aimer, faire attention aux autres, et à soi. Pas toujours très naturellement, un peu maladroitement, en faisant des choses un peu absurdes… Mais oui, aimer, et se tenir chaud.

    Merci pour vos mots.

    PS à Khaddy : le commentaire de votre papa sur les commanditaires est très juste, il soulage et il fait sourire (jaune…). A diffuser…

    Répondre
  114. vero44 a dit…

    Bonjour Caro,
    Samedi matin, mon 1er reflexe a été de contacter nos proches vivants sur Paris, et ensuite j’ai guetté une signe de ta part, tu fais partie de mes amis. Même si l’on ne se connait pas, je lis tous tes posts depuis des années et j’ai l’impression de te connaître. Merci pour ce texte.

    Répondre
  115. Sibylle a dit…

    Merci pour ce texte, merci d’exprimer si sincèrement ton ressenti, merci d’écrire et de poser ainsi des mots,
    Merci d’être là, merci de continuer, merci de transmettre, d’éduquer, de croire en cela.
    J’ai pensé aussi à toi et à tes proches ce WE, connaissances auxquelles on tient parce que cette communité ici et ce qu’elle apporte n’est pas virtuelle, très loin de là.
    Je commente très rarement mais je suis là tous les jours. Je n’écris pas tous les jours merci, mais ça déborde aujourd’hui… Alors merci…

    Répondre
  116. Gloria a dit…

    Ben moi j’ai peur. Je vous trouve tous très courageux.
    Pourtant je ne suis pas à Paris… Pourtant tous mes amis parisiens sont saufs… Pourtant mon mari est rentré à la maison vendredi soir…
    Je suis à Lyon et je vais bientôt déménager. Je voulais profiter de cette dernière année ici pour aller voir les lumières en décembre et profiter de cet instant magique avec mes enfants… Mais je suis paralysée.

    Répondre
    • mammouth a dit…

      Ben si ça peut aider: il y a franchement plus de risques de mourir ou d’être blessée dans un accident de voiture voire dans le transport public que dans un attentat. Oui, des terroristes sont là parmi nous. Et ils continueront fort probablement à commettre des attentats, à Paris ou ailleurs en Europe. Mais voilà quoi, on ne peut pas se laisser envahir par la terreur, sinon ce n’est juste pas vivable. Ce n’est pas tant une question de courage que de simple bon sens et de lâcher prise sur les choses qu’on ne peut pas contrôler.

      Répondre
  117. Mayoun a dit…

    Merci pour ce texte et tous ces commentaires, loin de la folie et de la violence. Je pense à B, jeune fille de 15 ans, qui a passé 2 heures cachée sous une pile de cadavres vendredi soir au Bataclan. Elle est vivante mais tant d’autres ne le sont pas. Je n’arrive pas à penser à autre chose.

    Répondre
  118. Edith (de Savoie !) a dit…

    Merci Caroline pour tes mots toujours si justes. Comme beaucoup, je suis venue samedi ici et ai été rassurée de voir que tu avais twitté. Comme toi, ma seule religion est la foi en le savoir et l’éducation, foi quelque peu entamée par ce que m’en dit ma belle-fille prof dans un lycée professionnel : elle appréhendait la journée d’aujourd’hui et les provocations de ses élèves. Merci aussi pour ta réponse sur la défense de la laïcité, bien trop souvent battue en brèche. Je ne comprends pas non plus pourquoi une femme devrait se dissimuler.

    Répondre
  119. isa a dit…

    Merci pour ces mots et de nous permettre de venir ici partager.
    Gros chagrin chez moi, encore plus pour ma fille touchée indirectement par la tuerie du Bataclan.Grosse pensée pour ce papa qui cherchait sa fille…
    Grosse colère devant la bannière d’Amazon avec le drapeau français associé au mot solidarité. Ca n’est pas passé et je suis remontée comme un coucou.Solidarité de quoi? Fiscale? Ils se foutent de nous? On aurait pu construire combien de lycées,de bibliothèques,engager combien de policiers etc… avec ce qu’ils passent à l’as?????
    Mon petit geste à moi, ça a été de commander chez un libraire, au même prix, et qui paie lui ses impôts en France.Et je crois que je vais faire attention maintenant à ma façon de consommer. Je ne voyais pas les choses comme ça avant de voir cette banière.
    A mon tour d’être  » solidaire »…

    Répondre
  120. Celle qui n'osait pas a dit…

    Depuis quelques années que je te lis, je n’ai jamais osé ajouter mon grain de sel. Mais aujourd’hui……. Aujourd’hui, je viens moi aussi te dire merci pour tes mots, dire merci également à toutes celles dont je vois le prénom régulièrement (ou moins), merci pour cet endroit où quelque soit le sujet, on trouve de la réflexion, des échanges d’idées et de point de vue, des débats, une ouverture d’esprit (la liste n’est pas exhaustive !) et surtout, surtout de la bienveillance, du respect, de la tolérance et aujourd’hui beaucoup beaucoup d’amour malgré l’horreur. Je pense sans arrêt à toutes les personnes dont la vie s’est arrêtée brutalement un 13 novembre, à leurs familles et à leurs amis (j’ai été soulagée lorsque j’ai vu ton post et les habituées des commentaires).
    Tout ça pour oser dire que moi aussi je crois en l’éducation, au savoir, au partage, au débat, à la discussion et en l’Amour. Le chemin va être long, difficile, douloureux, rempli d’écueils de toutes sortes ; nous aurons parfois l’envie de flancher, de tout lâcher, alors moi, c’est ici (entre autres) que je viendrai puiser les ressources nécessaires pour que mes filles (toutes jeunes adultes) et nos enfants continuent à vivre dans un pays où les mots Liberté, Égalité, Fraternité auront toujours un sens et ne s’effaceront jamais.
    Alors pour tout ça encore merci Caroline et merci à toutes celles qui par leurs commentaires parfois enrichis liens et des textes me permettent également « d’élargir » et d’approfondir mes réflexions.
    Je ne sais si je reviendrais « commenter », mais sachez que malgré mon silence, celle qui n’osait pas jusqu’à présent, ose aujourd’hui vous dire à toutes : je vous aime.
    Yalla !

    Répondre
  121. et de trois a dit…

    Comme disait hier notre fille de 12 ans. Bien sûr c’est très triste pour une famille d’avoir perdu quelqu’un, mais toute la vie on perd des gens qu’on aime. Par contre ceux qui s’en sont miraculeusement sortis, ceux qui ont assisté en témoin et en potentielle cible, ceux là ne s’en remettront jamais d’avoir vécu et vu ça.
    Ils sont de vraies victimes que même toute l’aide psychologique aura du mal à faire revivre normalement. Sans frayeur au quotidien, ni cauchemar la nuit…
    Pensons fort à eux !

    Répondre
    • Natu a dit…

      En effet, perdre des gens qu’on aime, ça fait partie de la vie.
      Mais les perdre dans de telles circonstances…comment faire son deuil ?
      Pensées à tous ceux touchés de près, de loin, dans leur chair, dans leur âme.

      Répondre
  122. Gigi la M. a dit…

    Merci Caro et merci vous tous et toutes pour ce partage .C’est bon de vous lire ici .
    Ma meilleure amie devait fêter son anniv’ vendredi soir dans un des restaus mitraillés ,la soirée a été annulée pour diverses raisons et reportée au lendemain….
    Voilà .
    Soyons bienveillants .

    Répondre
  123. Natu a dit…

    Lectrice régulière de l’ombre , je commente rarement.
    Merci d’avoir posé des mots sur « ça ».
    Hébétée, en état de sidération encore…
    En effet, on va vivre avec, mais j’avoue que ce qui me fait terriblement peur aujourd’hui, c’est d’avoir la certitude que ce n’est pas fini, et que l’on n’assistera encore à ces atrocités.
    En dépit de ça, il faut vivre, vivre….

    Répondre
  124. Camille a dit…

    Juste un petit commentaire pour rejoindre les autres : tes mots ne sont pas vains.
    Au quotidien, je lis et m’amuse de tes articles. Après les attentats de Charlie Hebdo, sur la question des réfugiés et devant cette nouvelle horreur terroriste, j’en ai eu besoin.
    Tes mots et ceux des autres commentateurs m’ont permis de me rappeler que nous ne sommes pas seuls. Tu permets cette solidarité quand tu nous unis dans tes valeurs de fraternité et d’humanité. Merci.

    Répondre
  125. Summertime a dit…

    Je ne prie pas pour Paris mais je pleure ses morts. Tous ces gens jeunes et pleins de vie fauchés sans raison : quelle abomination ! Bien sûr je suis soulagée de savoir épargnés tous ceux que j’aime ou que je connais, mais cela n’empêche pas le chagrin… Comme tant d’autres avant moi je te remercie, Caro, de toujours répondre présente à l’appel et de réussir à exprimer clairement (si si !) ce que nous ne savons pas toujours dire : tu es irremplaçable ! 🙂
    Et puisque beaucoup de liens ont été proposés , voici un article qui interpelle :
    http://deredactie.be/cm/vrtnieuws.francais/Politique/1.2496898
    Je vous embrasse tous et toutes très fort.

    Répondre
  126. Floconnette a dit…

    Merci pour ce post Caro et merci à tous et à toutes pour vos commentaires ….
    Merci pour toutes ces paroles qui changent des commentaires vus sous les journaux web …
    MERCI

    Répondre
  127. Sar a dit…

    Bonjour Caroline,
    Je lis ton blog depuis 5 années environ maintenant et je pense qu il s agit de mon 1er commentaire.
    Merci pour ces MOTS.
    Je suis vraiment soulagée de savoir que toi et les tiens aillent bien ( j ai l impression que je te connais et m inquiète pour toi comme pour une  » copine »)
    1000 pensées aux disparus et à leurs proches.
    Prends soin de toi et des tiens ♥️

    Répondre
  128. Dorothée a dit…

    Après un week end bloquée sur « scènes de guerre en temps de paix » , j’ai passé la journée sur « la douleur une salope qui se laisse pas partager ». Et puis je me suis dit que tu avais tort que quand même ton texte et tous ces commentaires c’était quand même une façon de partager cette douleur.
    Merci à tous.

    Répondre
  129. Bobette a dit…

    je lis vos commentaire à toutes et cela me fait du bien de voir cette bulle d’échanges, de bienveillance. Ils veulent nous fracturer, nous disperser, nous abîmer dedans, dehors. mon commentaire ne sert à rien mais les commentatrices habituelles et toi Caroline avez retranscrit beaucoup de choses coincées dans ma gorge…

    Répondre
  130. LParis a dit…

    C’est dur depuis vendredi… J’ai été vite rassurée pour mes proches qui zonent habituellement dans les quartiers touchés, mais c’est dur. J’ai déménagé de la rue de la Fontaine au Roi il y a dix-huit ans, j’ai quitté la rue Béranger il y a huit ans, mais ça reste «mon» quartier et c’est dur. Et puis le bataclan, où j’ai passé je ne sais combien de soirées… c’est vraiment dur. Du coup, je m’occupe… mais je crois que je fais un peu n’importe quoi ! (mais pour l’instant ça ne se voit pas trop !) (enfin je crois !) Bon courage à toutes et tous.

    Répondre
  131. Noisette a dit…

    Ma fille,de votre génération habite à Oxford avec sa famille,comme elle n’avait pas le moral elle est venue voir ce que MA Caro avait écrit ,conclusion: c’est parfait,cela m’a fait beaucoup de bien.
    En fait je comprends qu’elle vous lit régulièrement et j’en suis très fière.

    Répondre
  132. sanchone a dit…

    Merci Caro pour ces mots posés, ces pensées que je partage.
    Merci à chacune d’entre vous, je me sens moins seule.
    Et Merci plus précisément à Paola44 et Phoebe (commentaire 165) qui m’ont donné des clés pour dominer ma peur; la semaine dernière, alors que je venais d’aider une jeune femme en pleine crise de spasmophilie, je me suis dit qu’il fallait que je passe mon brevet de secouriste, donc, là, je vais vraiment me pousser à le faire; et à mon prochain jour de repos, je file chez le bijoutier faire réparer ma gourmette et y faire inscrire mon groupe sanguin

    Répondre
  133. Filledesbrumes a dit…

    Je me suis demandée ce que je pouvais faire. Je me suis demandée ce que je pouvais dire. Et finalement je n’ai trouvé que ça: vivre. Vivre et aimer la vie.
    Silencieuse, mais toujours fidèle.

    Répondre
  134. Mag a dit…

    Toutes mes pensées émues depuis la Belgique.
    Ma moitié étant Français ayant vécu 25 ans sur Paris… C’est dire si le climat est morose ces derniers jours. Nous entamons la paperasse pour enfin déclarer notre fille de 3 ans en France et qu’elle puisse avoir la double nationalité. Parce que nul doute qu’elle en sera fière.
    Je ne sais meme plus si j’ai déjà commenté ici mais je reste une fidèle lectrice des articles et commentaires. Du coup, je m’inquiète un peu, c’est peut-être con, mais… quelqu’un a des nouvelles de Reine ?
    Bon courage à tous

    Répondre
  135. Isabelle a dit…

    Je lis dans beaucoup de commentaires que les attentats n’ont rien à voir avec la religion musulmane…les croisades, les exterminations faites au nom de la religions chrétienne n’ont rien à voir avec la religion la religion chrétienne?…oui ne pas faire l’amalgame avec 95% des musulmans de France qui pratiquent une religion modérée. Mais ces attentats sont faits au nom d’une religion et comme dans toute religion il existe des extrémistes. Arrêtons le politiquement correcte et ayons le courage de voir les choses telles quels sont. Et non je ne voterai jamais FN et oui je suis affreusement triste et en colère. En colère car hier en sortant je me suis rendue compte que mon regard avait changé. Je crois que je viens de ressortir un peu de cette colère. Merci Caroline pour ton texte, ta tolérance et ta compassion.

    Répondre
    • DOMINIQUE a dit…

      Souvent, si ce n’est toujours, la religion n’est que le vecteur d’intentions plus… terre à terre. Croisades ? S’ouvrir des territoires marchands avec l’orient. Il est plus facile de fanatiser des gens en invoquant un dieu quelconque, ou une foi quelconque, que de les convaincre rationnellement de faire la guerre. Car risquer sa peau pour l’ambition de quelques dirigeants, bon on réfléchit. Dire que sa peau sera récompensée dans l’au-delà donc un truc complètement hypothétique, cela peut convaincre des esprits influençables, en jouant sur la haine, la peur, le sang versé, tout ce que l’homme a de plus moche.

      Répondre
    • Estelle (une autre) a dit…

      Da’esh n’a absolument aucune attache avec la religion musulmane. Ils veulent destabiliser notre pays (et malheureusement pas que notre pays) en divisant.

      Ils ont massacre des musulmans en Syrie, Liban, Kenya, etc. Avez-vous deja oublies ?

      Imaginez les attaques de Paris etre votre quotidien. C’est la realite du peuple Syrien. Voila pourquoi ils fuient !!

      Comment pouvez-vous dire que Da’esh a une attache quelconque avec ma religion ?

      J’ai entendu dire que Da’esh etait a l’Islam ce que le KKK est au christianisme. J’espere que cela peut vous aider a comprendre.

      Amicalement (meme si je sonne un peu enervee, desolee pour ca)

      Répondre
      • DOMINIQUE a dit…

        Estelle, c’est la dernière fois que je te réponds, et je le fais parce que tu m’as interpellée dans le billet qui suit celui-ci. Lis attentivement mon commentaire, et tu verras ce que je pense : la religion, concernant Da’esh, n’est que le moyen de recruter et de fanatiser. En aucun cas cela ne reflète le vrai visage de ta religion.
        Tu remarqueras, en outre, que je ne cite pas que l’Islam, mais aussi le Catholicisme, ce que j’ai fait scrupuleusement depuis le début de nos échanges.
        C’est pour cela que je m’abstiendrai désormais de commenter tes écrits sur ce blog.

        Répondre
    • mammouth a dit…

      Oui, quelqu’un a posté ce lien hier et je l’ai lu avec attention.
      Ce qui me gêne aux entournures, c’est cette accusation que les occidentaux, et surtout les Américains, Bush en tête, ont créé le terreau pour Daesh avec une attitude guerrière et ont totalement déstabilisé la région. Je ne dis pas que l’attitude guerrière, c’est top. Je n’ai jamais apprécié Bush loin s’en faut. Alors j’apprécie moyen le discours de guerre de Hollande, même si je comprends d’où il vient à chaud après les événements barbares. Seulement, l’instabilité au Proche-Orient n’est pas nouvelle, elle date bien avant l’arrivée belliqueuse de Bush. Ces pays se déstabilisent très bien sans notre intervention directe. Les factions religieuses musulmanes s’entretuent sans que l’occident les y poussent créant à force un terreau propice au terrorisme, à la barbarie et à l’extrémisme. Les dictatures créent des tensions à l’interne, des écarts profonds entre les communautés au niveau social et économique. Là aussi, ça favorise un terreau pour rebelles (qui sont appelés terroristes jusqu’à prise du pouvoir, on s’entend).
      Peut-on vraiment affirmer, comme ce journaliste le fait, que la guerre contre Sadam lancée par les Américains a déclenché Daesh et déstabilisé totalement la région? Je n’en suis pas si certaine.
      C’était une guerre inutile et stupide, j’en conviens. Mais Sadam n’était pas l’amour de tout un peuple. Et puis, il y a eu des groupes extrémistes antérieurs à Daesh (qui d’ailleurs aujourd’hui se font couper l’herbe sous le pied par Daesh, chiche), antérieurs à la guerre en Irak par les Américains. Ce n’est pas comme si Sadam Hussein était l’homme de la situation pour la stabilité de la région quand il était au pouvoir, hein (oui, les Américains le préférait à Khomeini, entre deux maux il faut choisir le moindre, so to speak). Sadam a déclaré la guerre à l’Iran (huit ans de guerre, ça crée un terreau de terreur et ça saigne l’économie) parce qu’il avait peur que Khomeini prennent le pouvoir dans cette région (dont l’intention était de se débarrasser de Sadam et d’étendre l’islam à l’extérieur de ses frontières, il me semble), pouvoir que Sadam voulait pour lui-même. La différence avec machin qui aujourd’hui veut créer un grand califat dans cette région, c’est quoi au fond? Et c’est encore les occidentaux qu’on accuse d’avoir une attitude de conquérants et de belliqueux? Je ne parle même pas de la guerre civile au Liban et du rôle joué par la Syrie. La guerre civile en Syrie et la déstabilisation qui s’ensuit et dans laquelle s’est inséré Daesh vient aussi de notre attitude belliqueuse? De la guerre en Irak par les Américains? Vraiment? Le Proche-Orient a-t-il jamais été stable? Ce n’est pas comme si ces pays étaient des modèles de tolérance et de démocratie. Alors je veux bien prendre ma part de responsabilité dans la déstabilisation de la région à cause de l’attitude guerrière des pays occidentaux, mais faudrait pas charrier non plus, hein.

      Mais au fond, après cette tirade, je dirais que mon irritation vient du fait que y’en a marre des accusations, du « american bashing » et que je voudrais surtout surtout surtout qu’on se focalise sur les solutions. Parce que je suis ainsi faite. Oui, il a raison le journaliste, le discours belliqueux n’est pas la solution. Bien sûr, on peut chercher à analyser le passé et les causes pour trouver des solutions, mais parfois, ça ne sert à rien, car elles sont trop complexes et multiples, et qu’on se perd en argumentation. Ça ne sert à rien d’accuser au final, ce qui compte, c’est de trouver une façon d’aller de l’avant à partir d’où on part maintenant, avec ce qu’on a maintenant, pas il y a 10 ou 20 ans. Ce n’est jamais noir et blanc sur l’échiquier politique mondial. Et l’histoire a un passé trop long pour que l’exercice soit si utile. Là, maintenant, on fait quoi pour aller de l’avant? C’est ça la question que l’on devrait se poser, individuellement et collectivement.
      Et donc je reviens à la solution de caro qui a toujours été mienne: l’éducation, l’éducation, et encore l’éducation, de tout le monde.

      Répondre
      • ES a dit…

         » Alors je veux bien prendre ma part de responsabilité dans la déstabilisation de la région à cause de l’attitude guerrière des pays occidentaux, mais faudrait pas charrier non plus, hein. »

        Je suis loin de m’y connaître en géopolitique, mais il me semble que les pays occidentaux sont aussi ceux qui ont décidé du tracé des frontières de ces pays après 1918 lors de la chute de l’Empire Ottoman (par ex il était prévu un « territoire autonome des Kurdes » lors du traité de Sèvres, mais celui-ci n’a jamais vu le jour, entre autres parce que la France, qui vendait des armes au mouvement de Mustafa Kemal, avait refusé de le ratifier, et aussi sous la pression de la Russie, et lors du traité de Lausanne le Kurdistan a été partagé entre plusieurs pays…) C’est juste un exemple, mais il me semble que depuis longtemps les pays occidentaux ont un rôle important dans la région (et parfois ont fait et défait les régimes, en particulier lors de la guerre froide…)

        Répondre
        • mammouth a dit…

          Merci de ton commentaire. Je ne cherchais pas à faire un cours de géopolitique, bien au contraire. Je n’ai pas bien su formuler ma pensée qui est que nous sommes tous responsables à notre échelle de notre comportement et des sentiments qui nous habitent. Et oui, la mondialisation ne date pas d’hier et les flux migratoires non plus; les guerres encore moins.

          Je voulais dire que selon moi les pays touchés sont tout aussi responsables de la montée de Daech et de la déstabilisation de leur région que nous. Parce que même si les occidentaux font et défont des régimes, ce ne sont pas que des pantins qui vivent dans cette région. Les différentes factions musulmanes s’entretuent sans notre ingérence. L’intolérance des musulmans dans ces régions est bien la leur propre. Les occidentaux profitent des guerres dans la région, c’est le jeu de la géopolitique. Mais les peuples sont aussi responsables de leurs actes et de la violence qu’ils génèrent au quotidien par leur façon de vivre et de penser. Aucun de ces gouvernements n’est un modèle de tolérance et de démocratie. Déresponsabiliser le peuple de son intolérance envers les femmes, les autres religions, les migrants, les différents, etc. en rejetant la responsabilité sur le comportements des occidentaux ne va pas nous aider à trouver une solution pacifique globale. Chacun devrait se remettre en question dans sa façon de vivre et du pourquoi de sa violence et son intolérance.

          Répondre
  136. Xochitl a dit…

    Cela fait du bien de lire tous ces commentaires qui s’inquiètent pour la taulière mais aussi pour les habitué(es) et qui restent très tolérants et bienveillants.
    Hier matin j’ai écouté Jonathan Sfar sur France Inter, chez Augustin Trapenard. Il était très juste et émouvant. Surtout il a dit et répété que face à ces attentats la réponse est la philosophie et la pensée. A ceux qui lui ont dit qu’ils priaient pour Paris,il a répondu ne priez pas, PENSEZ !!! Réfléchir, ouvrir le débat, parler, échanger, aller au théâtre écouter les classiques (on parlait du Tartuffe de Molière ce matin chez le même Augustin Trapenard). On a tous peur mais la peur est mauvaise conseillère, nos grands-mères nous l’ont bien dit, elles qui ont connus une ou deux guerres sur le territoire plus quelques autres dans les colonies… Alors malgré la peur qui nous serre le coeur, restons tolérants et ouverts à l’AUTRE à tous les autres.
    Je vous souhaite une belle et bonne journée quand même, malgré tout, envers et contre tout.

    Répondre
  137. Agatha a dit…

    Ce matin une pensée m’a traversée l’esprit .
    Et si tout cela pouvait au moins être un très très grand mal pour un tout tout petit bien .
    Je vais essayer de m’expliquer , et surtout je ne veux créer aucune polémique .
    En janvier , lors des attentats , sur certains réseaux sociaux , des personnes disaient : oui c’est horrible ,on ne doit pas assassiner ainsi mais …les dessinateurs de Charlie avait insulté le prophète et notre religion , donc je ne suis pas Charlie. On ne doit pas tuer c’est horrible pour l’hyper casher mais… le gouvernement israélien tue souvent des enfants palestiniens .Ce sont des assassins , c’est horrible mais ils ont des circonstances atténuantes .

    Cette fois-ci , les meurtriers ont tué des personnes lamdas , de toutes confessions , de toutes origines , de plusieurs nationalités, des personnes qui buvaient un verre en terrasse , qui mangeaient au resto , qui chantaient dans une salle de spectacle , donc ils ont tué vous et moi , Les personnes , dont je parle , ne peuvent là trouver aucune circonstance atténuante , et peut-être , peut-être cela pourra les faire réfléchir et éviter de les faire basculer un jour du côté extrémiste .

    J’ai entendu ce matin , un monsieur qui faisait partie du personnel de sécurité du bataclan , et qui connaissant la salle comme sa poche avait aidé pas mal de personnes à s’enfuir par des issues de secours , et il disait , qu’il s’était vraiment senti français et qu’il allait demander la nationalité française alors qu’il ne l’avait pas envisagé avant .

    Répondre
    • Les yeux dans les arbres a dit…

      Avant tout j’ajoute mon « merci à Caroline » pour cette « bouillie » roborative. Et sans polémiquer non plus, mais pour aider à clarifier les idées sur certains ressentis soulevés par Agatha, je suggère l’écoute (parfois agaçante j’en conviens ; il faut faire abstraction du ton docte et un peu arrogant) de Raphaël Enthoven (hier sur France 2) :
      http://www.france2.fr/emission/5649cbb070676595a79c0000/5631abc0706765e34c03ca02
      Pour vous y rendre directement : 18’30 et 37’35.
      Qu’il est réconfortant de vous lire, toutes. De l’intelligence, du recul, de l’authenticité, de la bienveillance malgré « tout » : c’est puissant.

      Répondre
      • Celle qui n'osait pas a dit…

        Grand merci pour le lien ; effectivement ce que dit Enthoven clarifie les idées ( malgré sa façon de parler la bouche en cul de poule aurait dit ma maman !!!!!).
        Je trouve que cela rejoint le post de Xochitl également qui nous relaie ce que dit Jonathan Sfar : Pensez ! Ok je suis partante, puisque je suis (!), je vais donc penser et à mon petit niveau, philosopher et avec vous parler, débattre, réfléchir … Etc
        Que de belles personnes chez Caro !!!!! Oui c’est réconfortant et puissant <3 <3 <3

        Répondre

Laisser une réponse à Lottemiletzoe

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>