Puzzle #6: Quand Juliette parle de son coming out et de plein d’autres choses

 

"Je ne me souviens pas avoir lu de billets sur l'homosexualité sur ton blog. D'abord, tu les aimes les pédés ? Est-ce que tu es une fille à pédés ou même pas ?", m'a invectivée William hier sur twitter.

Attends.

Est-ce que Paris Hilton aime le rose ?

Est-ce que Sarkozy kiffe le Fouquets ?

Est-ce que Dominique de la Nouvelle Star aime la place de la Concorde ?

Est-ce que le chocolat aime la fleur de sel ?

Attends.

Pendant des années, j'ai cru que la chanson "Ziggy" avait été écrite pour moi. J'ai su avant pas mal de mecs qu'ils étaient gays. Pour la simple et bonne raison que j'en étais amoureuse. Or je compte sur les doigts d'une main les hétéros dont j'ai été amoureuse. A part le churros. Et encore, au départ, je le kiffais tellement que j'étais convaincue qu'il était du genre sensible.

Donc ouais, les gouines et les pédés, je les aime. Sauf les cons. Comme pour les noirs, les arabes, les grosses, les nains, les costauds, les chinois ou les roux. J'aime. Sauf les cons.

Plus sérieusement, je me souviens comme si c'était hier du premier coming out d'un de mes proches. Ce jour là j'ai voulu mourir mais c'est une autre histoire. Ensuite, bien après à vrai dire (une fois digéré le fait que j'avais été victime d'une très légère erreur de jugement) (c'est la première fois qui est la plus difficile), j'ai surtout pris la dimension parfois tragique de cette sortie du placard quand l'entourage n'est pas à même de l'accepter. J'ai été de toutes les gay pride pendant ma jeunesse, parce qu'il me semblait ahurissant qu'on puisse encore rejeter quelqu'un du fait de son orientation sexuelle. Et lorsque mes enfants sont nés, je crois leur avoir dit très vite, dès que j'ai pensé qu'ils étaient à même de comprendre (à trois semaines il me semble) qu'ils pourraient choisir qui ils voudraient plus tard et que fille ou garçon, là ne serait jamais la question. (par contre si possible pas de droite) (ça va, hein, laissez moi au moins ça en ces temps de deuil pour la gauche).

Je n'écris pas ça pour me vanter, je ne cherche pas l'habilitation gay friendly. C'est juste que récemment, j'ai été bien calmée dans mes illusions. Non tout n'est pas encore pour le mieux dans le meilleur des mondes. Le machin me rapportait ainsi que l'insulte la plus en vogue dans la cour de l'école reste "sale pédé". Juste après c'est "intello".

Surtout, j'écris ce billet aujourd'hui parce que l'épisode 6 de l'émission Puzzle d'Off TV est consacré à Juliette. Et qu'elle y parle de ça, de l'homosexualité, la sienne, mais aussi de ces adolescents qui parfois préfèrent mourir que d'avouer leur préférence. Et pour moi, ça compte, de relayer son discours. D'autant qu'elle est je crois la première artiste à s'exprimer sur cette initiative, "It's gets better", visant à rassurer justement les jeunes qui pensent que la vie ne vaut d'être vécue lorsqu'on n'est pas hétéro.

Regardez jusqu'au bout cette émission, Juliette est drôle, piquante, sans langue de bois. Pour moi elle est avant tout une femme qui revendique sa singularité, une artiste engagée. Je ne pense pas "Juliette = lesbienne". Mais j'adore l'idée qu'elle ait fait son coming out dans Télé Z il y a déjà un bout de temps et qu'elle l'ai exprimé ainsi: la journaliste lui demande "Et votre roméo ?". Et la chanteuse de répondre: "Mon Roméo ? Il s'appelle Juliette".

Edit: Le prochain puzzle ce sera le mien. J'ai hâte. Très.

125 comments sur “Puzzle #6: Quand Juliette parle de son coming out et de plein d’autres choses”

  1. The speculoos' mum a dit…

    Bon mtnt un commentaire sur le post… ben non! Euh je suis d accord quoi!
    Je me fous completement de l orientation sexuelle de gens, mais alors là COMPLETEMENT! Et je suis sideree que ce ne soit pas le mm pour tout le monde! En vivant ou je vis (= un des State bien reculot), ca me tue qu en 2011, l homosexualité soit encore consideree comme une deviance par certains republicains, non mais!

    Je te rejoins pour les enfants Caro, j ai deux petites filles (2 ans et 1 an) et quand on leur dit : « ton futur mari blablabla… » on ajoute presque toujours  » ou ta future femme »!

    Répondre
  2. Claire Drôle-de-Mère a dit…

    Oh Caro, tu oublies quelquechose d’important quand tu dis à tes enfants : « qu’ils pourraient choisir qui ils voudraient plus tard et que fille ou garçon, là ne serait jamais la question. (par contre si possible pas de droite) »
    Et RICHE, Caro, et riche!!! Comment veux-tu assurer ta retraite dans les mers du sud sinon…?
    Sur le fond évidemment, 100% sur la même longueur d’ondes que toi…
    (du moment que tu rajoutes « riche ». Non j’insiste parce que c’est important quoi… 😉

    Répondre
  3. Litchi a dit…

    chouette billet, assez de saison puisque la journee contre l’homophobie c’etait tout juste hier.

    Toi qui aime bien les series, est-ce que tu regardes United States of Tara? J’y pense parce que outre le fait que c’est une tres bonne serie et que je suis amoureuse de Toni Colette, l’homosexualite adolescente y est assez bien decrite, en finesse et avec realisme. Je sais pas si ca passe en france, mais vraiment je recommande! 🙂

    Répondre
  4. Cetroinzust a dit…

    L’interview est superbe, poignante et drole en meme temps.
    Je suis toujours choquee d’entendre « Untel, homo/gay/lesbienne/whatever », toujours outree qu’on demande a quelqu’un de preciser qu’il/elle est attire(e) par le meme sexe. Se definit-on uniquement par son attirance sexuelle ? Alors, depuis quelque temps deja, quand j’entends ce genre de stupidite dans une conversation, je precise aussi sec mes preferences personnelles. En general, c’est radical…
    J’espere que mes enfants vivront dans un monde ou les amoureux de meme sexe pourront se tenir la main/s’embrasser dans la rue sans peur et sans risque de represailles. Mais je crois malheureusement qu’il faudra attendre l’epoque de leurs propres enfants. Et c’est tres triste.

    Répondre
  5. Vanessa a dit…

    Je t’aime !
    je viens de faire mon coming out ‘tain ça fait du bien.

    merci pour ce billet que je vais m’empresser de relayer. Mes 2 meilleurs potes sont homo et même en 2011, même à Paris, ils subissent des regards pourris d’homophobie.

    Répondre
  6. Joelle a dit…

    En 2011 l’insulte number one au collège reste homophobe…. mais âge aidant, elle atteint des sommets dans la vulgarité. J’ai ainsi trouvé dans les poches de mon fils de 14 ans (non je fouille pas … je fais la lessive !) un aimable mot où on lui dit qu’il est le « mange-b..e » de son meilleur copain. Lequel est effectivement (selon moi) un garçon sensible. A la maison mon meilleur ami vient avec son ami et mon neveu vit avec un garçon.. de fait mon fils semble avoir une « tolérance » (c’est pas le bon mot mais vous voyez l’idée) rare à l’âge ou le plus important c’est de montrer un e supposée virilité et de stigmatiser les différences (toutes les différences : trop gros, grand, petit, maigre, à lunettes, à appareil dentaire, à oreilles décollées, etc.)

    Répondre
  7. Cupicake a dit…

    J’ai une amie dont les parents ont trois enfants, deux sont homos et ils pleurent, ils se demandent ce qu’ils ont fait de mal etc, pauvres enfants. Tu fais bien de laisser le choix aux tiens…

    Sinon, ça existe vraiment les MAG? (meilleur ami gay,avec qui on parle de sexe/hommes/vêtements/les trois ensemble, en buvant des cocktails)

    Répondre
  8. Axel a dit…

    1. Juliette est irrésistible.
    2. Les insultes de cour d’école sont plus que tolérées par certains adultes présents dans ces lieux.
    3. On peut être adolescente et ne pas comprendre cet ostracisme.

    « sauf les cons » voilà, tu as tout dit…

    Répondre
  9. Zaz 06 ou la chouette a dit…

    Petite phrase de ma fille quand elle avait environ huit ans, alors que nous parlions à table du mariage homosexuel: »Quoi, ils n’ont pas le droit de se marier? Mais POURQUOI? »
    Pourquoi? Ben je n’ai pas trop su quoi répondre. Pour une petite puce, on à le droit de se marier, ou de vivre ensemble, ou pas, si on s’aime. C’est logique.
    Au collège, effectivement, les insultes homophobes pleuvent. J’ai fort heureusement l’impression que ça se calme au lycée.
    Mais c’est pas gagné.
    Il y a à ce propos un article très intéressant sur le dernier Causette (mai-juin): Lesbiennes et gynécos, le malentendu. A lire!

    Répondre
  10. thiphane a dit…

    Mon cousin est trans genre dc je pense que maintenant je peux dire ma cousine même si je ne l’ai jamais vu en femme…pourquoi?? parce qu’il pense que la famille le rejettera, ce qui est faux mais l’éloignement fait qu’il ne le sais pas…
    Sauf les cons ! ! ! ! j’adore….mon collègue est homo et con…dommage niveau soins du visage il déchire

    Répondre
  11. venise a dit…

    j’ai dit la même chose à mes enfants, bon peut être un tout petit peu plus tard qu’à trois semaines
    la seule crainte que j’aurais dans ce cas là ce serait que la vie leur soit moins facile encore, du fait de ne pas être dans la norme, norme qui englobe le fait qu’il faut être mince, en bonne santé, sportif, blanc, etc…
    j’ai peur d’être d’un conformisme excessif, j’ai été élevée ainsi et me sentais (sens ?) toujours à côté de la plaque, seule eurasienne de l’école, seule enfant de divorcés à une époque où ce n’était pas encore tendance, seule protestante dans un monde qui n’était pas fait pour ça, ronde de surcroît, j’en passe et des meilleures…
    je déteste les généralités, et les cons me font horreur aussi. Je désespère du genre humain assez souvent, et venir ici me fait un bien fou car on y croise une proportion de gens « bien » très supérieure au reste de la planète !
    bises douces du sud

    Répondre
  12. Aurora a dit…

    J’ai donc fait hurler ma mère (qui est le contraire de la tolérance)et mon mari(euh…) quand j’ai dit que je m’en foutais si ma fille plus tard, se mette en couple avec un homme ou une femme du moment qu’elle soit heureuse…
    Comment dire, parfois je me sens très seule dans ma famille.

    Répondre
  13. Pascale a dit…

    Mon frangin aime les garçons… enfin je crois, vu que personne (surtout pas lui) n’en a jamais parlé…
    Pourtant, vu le nombre de perches tendues, il aurait pu se confier!
    Mais dans notre petit village, « ça se fait pas », « que font dire les voisins », etc… Résultat, à 47 ans, il est seul, il a peut-être déjà été amoureux, ou l’est, mais j’en sais rien.
    Dans ma belle-famille, PD c’est l’insulte favorite, mon beauf’: « si un des mes fils est PD, il ne refout plus jamais les pieds chez nous ». Chéri et moi, en stéréo: « pas grave, il viendra chez nous!! ».
    L’une des cousines de mon Chéri est lesbienne, ses parents refusent de recevoir leur belle-fille, et après s’étonnent que leur fille soit parti vivre à 5000 km d’eux…
    Ma fille a deux marraines, qui vivent en couple depuis plus longtemps que nous, je leur confie mes gosses les yeux fermés (je ne les refile pas à ma propre mère, par contre). Je sais qu’en cas de coup dur, elles seront là (ce sont même les seules à avoir trouver les mots pour nous réconforter après ma fausse-couche il y a 8 ans).

    Répondre
  14. DOMINIQUE a dit…

    Ma grande crainte, quand mon neveu a commencé son adolescence, c’est qu’il soit homosexuel. Ne criez pas ! J’avais peur qu’il n’ose pas en parler, que sa préférence pour les garçons lui brouille l’esprit, peur qu’il se sente seul, anormal.
    Mon ami homosexuel m’a bien aidée pour que j’en parle avec mon neveu, car il a beaucoup souffert de cette « découverte » lors de son enfance. D’autant que son enfance se passait dans les années 50 !

    Surtout en parler aux enfants, c’est primordial.

    Répondre
  15. Sophissime a dit…

    Ma fille a eu une période attirée par les filles, l’année dernière. A 15 ans. Avec une vraie histoire avec une amie.
    Quand elle m’en a parlé, alors que je tenais le même discours que toi, au millimètre, j’ai paniqué!
    Une bonne grosse trouille.
    Parce que j’avais peur qu’elle souffre. Parce que c’est difficile d’être différent et que je ne pensais pas qu’elle aurait les épaules.
    Elle a été plus forte que moi. Elle a assumé face à tous ses amis. N’empêche, j’avais la trouille. Et je ne voulais surtout pas lui montrer! Alors j’en faisais des caisses pour qu’elle ne se sente surtout pas rejetée, ni incomprise! Mais quand ta fille est au collège, en 3ème et qu’elle affiche ouvertement sa liaison avec une fille, accroche toi.
    Mais ma fille est une championne, elle a serré les dents et assumé face au monde.
    Aujourd’hui, cette histoire est finie.
    Ma fille a maintenant un petit copain.
    Je ne sais pas si elle reviendra vers les filles ou si elle a juste testé. En tous cas, je sais maintenant qu’elle a les épaules pour supporter les attaques et ça soulage mon ventre.

    Répondre
  16. La peste a dit…

    C’est la différence de l’autre qui fait peur, si peur qu’on zappe le droit à la différence, même la sienne. Parce que bon, on peut être homo, noir, blanc, avec des tâches de rousseur (ah tiens comme moi), petit, grand, gros… quelle importance ?
    Ce qui me surprend toujours, c’est qu’une personne avec une différence que d’autres dénigrent puisse à son tour en dénigrer une autre (les leçons de notre vie ?). Peu importe nos différences, vive la diversité (j’ai l’impression de ne pas être claire, hum). Exemple : je suis grand et je dénigre le petit ou l’inverse…).
    Bon allez, je m’arrête là pour ce matin, cafééééééééééééééééééé 🙂

    Répondre
  17. Patty a dit…

    Cette Juliette est géniale : « Pour vivre heureux soyons ce que nous sommes…profondément… et qu’on ne nous fasse pas chier avec ça quoi ».

    Répondre
  18. venise a dit…

    deuxième comm après avoir pris le temps de voir la vidéo, je suis bouleversée par ce qu’elle dit, et aussi et surtout par rapport à la famille. je ne connaissais pas plus que ça cette dame, juste aperçue parfois à la télé, mais j’aime ce qu’elle dit, son discours est juste, humain, sans emphase mais poignant.

    Répondre
  19. William a dit…

    Je vous embrasse toutes, mesdames. Merci à vous et merci, aussi, à Caroline, qui ce matin parle de quelque chose qui me touche un peu plus que d’habitude.

    Bientôt, vous la verrez dans Puzzle #7. Elle avait oublié que son micro…et soudain…Mais Pepper, le danseur…A moitié nu…Alors que Jibé…et…chuuuuuut

    Répondre
  20. Pmgirl a dit…

    Waouh, tu vas être puzzler, trop la classe….
    Les coming out sont toujours difficiles.
    Je l’ai découvert avec l’infertilité…
    Le jour ou tu dois l’apprendre à ton entourage est un moment pénible voire douloureux.
    Sans parler des réactions….
    Sinon, j’aime les roux, j’aime Juliette et encore plein de choses!

    Répondre
  21. Mysukalde a dit…

    Je vis dans un coin de campagne assez conservatrice, dont se sont échappés pas mal de gays de ma connaissance pour pouvoir vivre le vie en paix. Récemment, un homme que je connais a pourtant décidé d’assumer. Il a construit sa maison avec son compagnon dans un tout petit village. Une autre amie, s’est installée dans une maison de village avec sa copine. Et bien tout se passe à merveille, aucun souci avec les voisin. Moi qui craignais le pire, j’ai réalisé que les gens étaient beaucoup moins cons que je ne pensais ! Un peu curieux, certes (mais c’est pas vraiment sa colocataire, hein ?), mais pas cons du tout. Ca fait du bien non ?

    Répondre
  22. La Cuiller en Bois a dit…

    Je suis très tolérante, anti-tout ce qu’on veut et je vote à gauche.

    J’ai toujours essayé d’anticiper si mes filles tournaient mal (drogue, meurtre, prostitution etc …) en me demandant qu’elle serait ma position, comment je pourrais réagir.
    Et je me suis évidemment poser la question « et si l’une de mes filles est lesbienne, je fais quoi ? »
    Bref, j’avais ma position « tolérance et acception toute naturelle »

    Et un jour l’une de mes filles m’a dit qu’elle était lesbienne.

    « l’acceptation toute naturelle » n’est pas si naturelle que cela en fait, même si depuis petite je le pressentais. Ce ne fut pas une « surprise » mais une confirmation de ce que j’avais ressenti.

    J’ai laissé mon trouble de côté pour ne voir que ma fille et je lui ai assuré, et je lui assure toujours (en fait non, car elle le sait et nous ne sommes plus dans « l’obligation de lui assurer ») que quelque soit ses choix de vie, ce sont les siens et que nous serions toujours de son côté. Que son bonheur, sa vie était le plus important. Que la personne la plus importante de sa vie c’était elle. Je lui ai demandé si elle était consciente des difficultés auxquelles elle risque d’être confrontées (mais tout le monde est confronté à tout un tas de difficultés). Que ce que je craignais surtout c’était le mal qu’on pourrait lui faire « gratuitement », mais que je serais à ses côtés. Pour la seule et unique raison que je l’aimais. Elle.

    Je me souviens aussi que sa crainte à elle c’était de nous perdre, qu’on soit « déçu » …
    Qu’elle se sentait de taille à affronter le monde entier mais tremblait de notre réaction. Alors qu’elle connaissait parfaitement nos positions de tolérance. Mais dans la réalité des faits et l’émotion du vécu, les craintes ressurgissent naturellement.

    J’imagine parfaitement la crainte de celui ou celle dont les parents sont ouvertement contre cette situation, avant même de connaitre la vie de leur enfant …

    Répondre
  23. zazco a dit…

    c’est que l’on a encore du chemin à faire…je suis dans la campagne vosgienne et l’oncle de mes demi-soeurs n’a rien trouvé de mieux que de dire à ma mère que mes fils seraient homosexuels, que se seraient ma faute car qd je leur dit « vous êtes bordéliques et c’est moi qui range(pas tt le temps,ils font leur part de rangement,linge,cuisine,etc…) mais vous verrez quand vous aurez un chéri ou une chérie ça se passera pas comme ça »
    monsieur à donc été choqué par cette phrase car il trouve que je « cautionne » l’homosexualité(euh comment dire c…..d).j’ai cru rêver quand ma mère m’a répeté ça, c’est lui qui est con pas moi.le pire sa mère et son frère(compagnon de ma mère) ne lui on pas dit de fermer sa petite gueule quand ma mère est partie et qu’il en a rajouté une couche en l’injuriant elle aussi au passage.c’est pas gagné donc car ils ne trouvent pas ça normal et je peux vous dire pas question de parler politique avec eux c’est à s’énerver de voir autant de racisme alors que mon beau oncle(ahah)à été marié avec une marocaine et à eu deux enfants avec elle mais qu’il nhésite pas à avoir des paroles racistes même devant eux et personne ne se gêne.

    Répondre
  24. Geneviève a dit…

    Quelle respiration ce matin !!! D’abord parce que je suis fan absolue de Juliette que j’écoute…SOUVENT, vraiment souvent (Malheureusement pour l’instant jamais en concert).
    Comme Venise, j’ai été touchée par ce qu’elle dit sur la famille. On avance quand même seule dans la vie. Si on peut s’appuyer sur une famille accueillante, aimante c’est tant mieux mais quelquefois le « familialement correct », c’est lourd. « Tu respecteras ton père et ta mère », ce n’est pas toujours une évidence.
    J’aime sa gaieté, sa simplicité… « Pour être heureux, soyons nous mêmes »!

    Répondre
  25. Marion Chocolat et Vieilles Dentelles a dit…

    Mon meilleur ami est gay et quand il me l’a annoncé enfin qu’il m’a dit qu’il sortait avec quelqu’un (on l’avait jamais vu avec personne), je lui est demandé comment ELLE était et il m’a répondu « et pourquoi pas ce ne serait pas IL? » mais a ne m’a pas du tout surprise au contraire comme soulagée qu’il soit heureux

    Répondre
  26. ti mounette a dit…

    une semaine que je n’avais pas retrouvé ton blog, qu’est ce que ça fait du bien de te relire…. Et puis cette vidéo est sacrement touchante …. un peu comme cette p….n d’actualité

    Répondre
  27. Virginie a dit…

    @ Axel: je ne suis jamais dans la cour avec mes chers collégiens. En tout cas, plus aujourd’hui (je l’ai quand même fait 7 ans…) mais jamais je ne laisse passer ce type de propos. C’est même sans doute ce que je laisse le moins passer. Autant il m’arrive de fermer les yeux quand l’un d’eux laisse échapper un juron, autant pour ça j’arrête mon cours. Pas pour engueuler le gamin. Ca, ça sert à rien. Je commence par dire que je ne tolérerai pas ça, que c’est puni par la loi, très calmement. Ensuite on engage la discussion. Et toi mon coco, on te demande ce que tu préfères? Tu as choisi d’être hétéro? Tu penses que tu pourrais changer d’avis? Enfin, tout dépend de ce qui a été dit, sous quelle forme et dans quel contexte (parce qu’en histoire-géo, y a pas mal d’occases quand même).. Bref, je perds un peu de temps, mais parfois le programme n’est pas le plus important.

    Tout ça pour dire que quand on est 2 adultes dans une cour avec 500 gamins, on n’entend pas tout et les gamins viennent rarement se traiter de tout les noms à 3 cm de ton nez, mais je ne crois pas moi qu’il y ait beaucoup d’adultes qui laissent passer ça. En tout cas, pas plus que n’importe où ailleurs et j’ai la faiblesse de croire un peu moins.

    Répondre
  28. Mah-Yu a dit…

    je commente peu sur le net en ce moment, et ça se ressent ici, mais je lis avec assiduité et ça fait plusieurs fois que j’ai envie de te dire que j’aime de plus en plus tes billets. Fond, forme, pertinence, tout… la liberté te réussit.

    voilà qui est fait.

    Pour le sujet du jour, je partage – quoique de loin, ayant relativement peu de proches concernés, toutes tes réflexions – je ne sais même plus comment j’ai été convaincue que l’orientation sexuelle était une liberté comme une autre, vu que j’ai été élevée dans un environnement plutôt traditionnel sur ce plan, mais j’ai l’impression que ça a toujours été évident.

    Pour les enfants, j’ai pris le parti de ne pas anticiper, et de ne leur parler que du couple hétérosexuel (j’aurais sans doute fait autrement si nous avions des couples homos dans notre entourage proche), en attendant que les questions viennent d’eux. Je me dis que c’est mon rôle de leur apprendre ce qu’est « la norme » sociale, mais aussi, le jour venu, de les guider quand il s’agira, sur ce plan ou sur un autre, de s’écarter de la norme.

    Répondre
  29. Cetroinzust a dit…

    Au lycee, encore un peu gamine. Une discussion entre copains, dont certains plus ages et plus « grands » (qui avaient une vie sexuelle, eux). Une des filles a eu une reflexion qui m’a profondement marquee, « Pour l’instant, j’ai un copain, je n’ai ete attiree que par des garcons. Mais un jour, peut-etre, je rencontrerai une fille dont je tomberai amoureuse. Et je ne tomberai pas amoureuse de son sexe mais de ce qu’elle est. Ou est le probleme ? ». Je ne sais pas ce qu’elle est devenue, quelle est sa vie mais ce que je sais, c’est qu’elle avait raison. Et je la remercie de m’avoir offert ces mots qui me suivent depuis maintenant pres de quinze ans et que l’interview m’a remis en tete.

    Répondre
  30. catou a dit…

    Suis aussi très contente que tu parles de l’homosexualité. Le frère de mon amie d’enfance était homo, je trouvais ça normal qu’il aime des hommes… Puis à 15 ans j’ai rencontré un jeune homme, en vacances, dont je suis tombée follement amoureuse. Nous étions ultra proches, très intimes, j’y croyais fort…. et puis un jour, il m’a avoué qu’il était attiré par les hommes, même s’il adorait la présence des femmes. J’ai pleuré de cet amour impossible mais nous sommes restés amis (+ de 35 ans) jusqu’à sa mort…il y a 5 ans de façon foudroyante, j’ai été ravagée…et je pense à lui tous les jours, c’était vraiment un être exceptionnel, drôle, brillant intellectuellement (agrégé de russe), me considérant comme son égale moi qui n’est que le bac… Enfin, excuse moi Caro de m’épancher sur ton mur…mais ce sujet me touche particulièrement, tu le comprendras…
    La marraine de mon fils aîné est homo aussi, et mon fils a toujours trouvé normal de la voir avec une fille.

    Répondre
  31. Cathrine en Norvege a dit…

    Comme toi, je les aime tous – sauf les cons. Au fait – Les gens de droite aussi bien que ceux de gauche. Et parfois meme j’aime beaucoup justement ceux qui sont tres cons, malgre leur connerie, tant qu’ils ne sont pas mechants. La, par contre, je n’aime plus. Par contre, pour mes filles, je ne suis pas sure de cautionner « n’importe qui » – elles sont exeptionnelles et meritent que le meilleur. Ou la meilleure, la n’est pas la question: mais ni con(ne), ni mechant(e), je veux quelqu’un d’intelligent, bien eleve, aimant(e) et gentil(le) avec sa belle-maman aussi bien qu’avec sa cherie. Pour le richesse je m’en fous un peu, ceux que ce interesse y arriveront et souvent par des moyens que j’aime assez peu.

    Répondre
  32. La Cuiller en Bois a dit…

    Ah je voulais préciser que « mon trouble » est parti depuis très longtemps.

    La vie est la même à la maison avant ou après de « savoir ».

    Et ce n’est pas un sujet de conversation récurent. Non par tabou, mais bon, on ne parle pas non plus de la sexualité de ses soeurs à table. Ce sont leurs vies !

    On parle des problèmes de relations quand elles en ont, et là, peu importe si le « sujet » s’appelle Pierre, Paul, Jacques, Marie ou Sophie … les joies et les chagrins sont les mêmes, et je console, réconforme ou conseille de la même manière.

    On n’a pas fait non plus le tour de la famille et des amis pour annoncer la « nouvelle », comme je ne l’ai pas fait non plus pour annoncer que mes autres filles couchaient avec un garçon !

    Mais on ne « cache » pas non plus.

    En fait, c’est un élément de sa vie comme un autre, qui ne nécessite pas d’un traitement différent des autres.

    Répondre
  33. catou a dit…

    J’ai oublié de dire que j’ai aidé mon ami à faire son coming-out auprès de ses parents… chose très délicate qui s’est très moyennement passée. Sa mère le traitait comme une personne « malade » et son père, à son grand étonnement, avait plutôt bien pris la révélation, était surtout très interessé par sa vie sexuelle….étranges les réactions des gens
    PS : je corrige une grosse faute sur mon post précédent « qui n’ai que le bac »…

    Répondre
  34. odrai a dit…

    Je m’en fiche complètement (sur une échelle de 1 à 10, environ 10,5) de l’homosexualité, et même de l’hétérosexualité voir même de la bissexualité. En fait je me fous de savoir qui couche avec qui (si c’est consenti, bien entendu #bistougate). Et j’espère sincèrement, qu’un jour, ce sujet n’en sera plus un…

    Répondre
  35. La Cuiller en Bois a dit…

    Et on n’a pas à « aimer ou pas » les homos, les noirs, les aveugles …

    D’ailleurs on n’est même pas obligés d’aimer ses parents … c’est dire

    On aime telle personne ou pas suivant ce qu’elle est, ensuite si elle couche avec UN ou UNE c’est secondaire … non ?

    Répondre
  36. Caroline a dit…

    Un grand merci pour vos témoignages et commentaires aujourd’hui. Je trouve très émouvant celui de la cuiller et je sais bien évidemment qu’il y a de la marge entre affirmer qu’on se fout que son fils soit pédé et l’acceptation le jour où éventuellement on y est confronté. Comme dit venise, on a peur qu’ils souffrent. Et puis aussi, soyons honnête, il y a la crainte du jugement et la frustration de ne plus correspondre au joli modèle social qu’on nous impose depuis toujours.

    Voilà, sinon bien sûr la cuiller, on n’a pas à « aimer » les homos ou autres. Je répondais à la boutade de William. Mais en réalité, je n’aime pas « les » gens, mais « des » gens.

    Répondre
  37. Nadine a dit…

    Je laisse rarement de commentaire sur les blogs que je consulte (je sais, c’est mal). Mais là, il faut.
    Juliette, je l’adore. Pour tout.
    Et puis, cette phrase là : « Donc ouais, les gouines et les pédés, je les aime. Sauf les cons. Comme pour les noirs, les arabes, les grosses, les nains, les costauds, les chinois ou les roux. J’aime. Sauf les cons », je l’adore… vous me l’avez volée, c’est moi qui l’ai écrite !
    Je n’ai toujours pas compris pourquoi, il y a quelques années on nous a gonflé avec le fait que PPDA était « intérimé » pour la première fois par un journaliste noir. En 20xx, on en était encore à parler de la couleur de peau d’Harry Roselmack, alors que moi, tout ce que je voyais, c’était qu’il était beau comme un dieu, avec un sourire à damner toutes les femmes de la terre (ou les hommes, m’en fous) et que c’était un bon journaliste.
    Et puis, aussi, en passant… moi aussi j’aime bien François Hollande. Oui, d’accord, je sors.

    Répondre
  38. La Cuiller en Bois a dit…

    J’avais tout à fait compris Caro ton positionnement 😉

    Et oui, le modèle social, la morale, les habitudes, la société pèsent sur nos réactions, même inconsciememnt. Surtout inconsciemment d’ailleurs. Ce n’est pas encore naturel, même pour ceux à qui cela ne posent pas de problème. Dès qu’on n’est plus dans la « norme » (mais quelle norme ?) on est mal à l’aise.

    Moi aussi ce sont « des » gens que j’aime.

    Répondre
  39. venise a dit…

    je crois qu’on a toujours peur que ceux qu’on aime souffrent.
    Ce que je demande à celui ou celle dont mes enfants tomberont amoureux, ce n’est pas qu’il ou elle soit d’un sexe différent ou de la même couleur, mais simplement qu’ils les rendent heureux… c’est bien utopique je crois
    Ce qui me fait peur également c’est la foule prête à lyncher, à juger au moindre prétexte, le manque de recul, comme dans l’interview de Juliette lorsqu’elle parle de ce jeune passé à tabac pour une démarche éfféminée
    On ne serait pas en train d’en revenir au sujet du précédent billet, là ? au delà des cons, je déteste aussi ceux qui ont des opinions toujours si tranchées, ceux qui sont persuadés d’avoir raison et donc qui ne prennent pas le temps d’écouter le moindre argument
    zut, désolée, je squatte aujour’hui

    Répondre
  40. Un long Mélo a dit…

    Super grand merci pour m’avoir fait découvrir cette discussion de Juliette. Elle a vraiment les mots justes, comme toi… Bonne journée à vous deux !

    Répondre
  41. Annick a dit…

    Hello tout le monde,

    Il y a maintenant 7 ans, mon frère annonçait à mes parents 2 choses : 1) après 3 années brillantes d’études en Informatique, il arrêtait tout et voulait de venir infirmier.
    2) il aimait les hommes et avait d’ailleurs un copain. Ça il l’a annoncé par téléphone car il faisait ses études plus loin et ne rentrait que le week-end.

    Au-moins on a su que mon père n’était pas cardiaque ;-). Je l’ai vu en pleurer mon père, se dire qu’il avait raté quelque chose en tant que papa et que peut-être c’était juste une passade pour mon frère. Ça lui a fait mal pendant 2 jours. Le temps que mon frère rentre le week-end suivant. Il lui a juste demandé si il pouvait rencontrer son copain, ce qui fut fait très vite …

    Et finalement, mon frère, ce garçon si timide, si effacé, … est devenu le président de l’association des étudiants homo de son campus, a aidé plein de jeunes étudiants qui se sentaient mal, est devenu infirmier (même si mon père voulait alors qu’il fasse médecine).

    Depuis, naturellement le copain à changé, mais il vit en concubinage avec qqn pour qui il a quitté la région familiale. Mon père en est fier, si fier de son fils… et je sais qu’il lui manque beaucoup comme il le voit moins souvent.

    Et moi je suis fière de ma famille, de mes parents, de mon frère et ma sœur. Ce qui me rend fière, c’est que cela n’a jamais été tabou … Une fois que mes parents l’ont su, et bien tout le monde l’a su. Son copain a été de toutes les communions, mariages, baptêmes, anniversaires. C’est comme cela et puis c’est tout.

    Juste pour l’anecdote … le compagnon de mon frère a mis 5 ans avant d’oser avouer son homosexualité à son père, il en mourrait de trouille … Il vivait déjà avec mon frère et lui disait que ce n’était qu’un copain. Finalement, c’est sa maman qui a lâché le morceau au papa (ils sont divorcés). Le père a pris son téléphone, et les a invité à un BBQ le we suivant. Mon frère dit que c’est le plus sympa de la famille 😀

    Bon j’ai écris un pavé, j’ai de la buée sur les lunettes et mon clavier est noyé …

    Répondre
  42. Gravos a dit…

    J’adore Juliette et son talent, nous sommes croisés dans un hall d’aéroport et je n’ai pas osé aller lui dire que je l’aimais. Mes filles ont toujours été traitées d’intello comme si c’était une vrai tare et cela les rendait malheureuses car elles n’avaient l’impression de nuire à personne. C’est exactement comme être stigmatisé pour son orientation sexuelle, cela ne nuit à personne (contrairement à la politique de droite).

    Répondre
  43. siobann a dit…

    moi je suis tellement un radar .. que j’ai mis 16 ans à demander si ma tante était homo tellement cela me paraissait naturel qu’elle vive avec sa copine xD –‘
    mais je l’ai toujours connu avec sa moitie, je savais gamine qu’elle avait quitté son mari pour cette femme, qu’elles dormaient ensemble etc… mais alors le lien tatie = homo …. il a fallut une mission de ça se discute pour que je m’aperçoive que ce n’était pas « naturel » pour tout le monde d’où ma question :
    « et N…. elle est homo? » (siobann 17 ans et à l’ouest) je suis réactive je sais…

    que dire si ce n’est : Merci Jean-Luc ^^

    j’m pas les cons non plus ^^

    Répondre
  44. Koa a dit…

    « It gets better » (pas it’s gets better)

    Et merci pour ton billet touchant, émouvant… Je fais suivre à mon meilleur ami du bout du monde, qui n’habite pas au bout du monde par hasard, et qui trouve ça plus facile dans un pays pourtant tout sauf ouvert que près de sa famille.

    (pour moi, ça pourrait être la définition de la tristesse, cette histoire…)

    Répondre
  45. Axel a dit…

    @Virginie – Merci pour ton témoignage. Malheureusement je parlais en connaissance de cause. Bien sûr que tout le monde ne « laisse pas passer », mais hélas, certains encouragent carrément et ça me désespère.

    Répondre
  46. Paqui a dit…

    Encore un post que j’aurais pu écrire, notamment sur la partie « légère erreur de jugement » et « j’ai voulu mourir ».
    Tous ces parallèles entre nous continuent de beaucoup me toucher.

    Répondre
  47. YellowL a dit…

    Je ne connaissais pas Juliette, mais çà me donne envie de la découvrir et d’écouter ses chansons.

    Ma fille a 2 ans, et je me dis peu importe qui elle aimera, homme ou femme, ce sera son choix. Quelqu’un disait plus haut que tant que c’est une personne merveilleuse qui la mérite, qu’importe son sexe. Je ne suis on ne peut plus d’accord !

    Répondre
  48. Pastelle a dit…

    Merci pour cette note et cette interview. Je me suis régalée, j’adore cette fille, et je ne savais même pas qu’elle était lesbienne. Et je m’en fous. Je suis parfaitement d’accord, on ne définit pas les gens par leur orientation sexuelle, mais par le fait qu’ils soient plus ou moins intelligents, sensibles, intéressants, plein d’humour et qu’ils soient humains.
    Ainsi toi je viens de décider de te mettre dans mes liens, non pas parce que tu es hétérosexuelle, mais parce que je te trouve intelligente, sensible, pleine d’humour, intéressante et humaine. 😉
    Et que j’ai un immense plaisir à te lire à chaque fois.

    Répondre
  49. La Cuiller en Bois a dit…

    Je ne vous ai pas dit comment elle me l’a dit …

    Par msn…
    Alors que nous étions toutes les deux à la maison.
    Il était tard, j’étais dans la salle à manger sur l’ordi de salon et elle, dans sa chambre sur un portable.
    Lorsque j’ai vu sur mon écran « maman j’ai quelque chose à te dire »
    j’ai compris, instinctivement…
    Nous avons longuement discuté par ce biais.
    Je ne l’ai vu que le lendemain, je l’ai serrée dans mes bras et elle m’a juste murmuré « merci maman je t’aime »
    Par la suite j’ai su que, toutes les deux, derrière nos écrans, à chaque bout du couloir, nous avons pleuré longuement durant nos échanges.
    Larmes de soulagement, de peur, de crainte, d’amour, d’émotion.
    Nous le savons mais nous n’avons pas vu les larmes de l’autre, donc il nous reste juste la tendresse et l’amour de l’échange pas la peine/douleur ou autres choses que peuvent véhiculer des larmes…

    C’est au cours de ce genre de moment qu’on sait, que viscéralement, on sera toujours du côté de nos enfants, quoiqu’il arrive, quoiqu’il leur arrive …

    Répondre
  50. Koa a dit…

    Merci pour tes écrits si touchants. Et merci de dire la vraie vérité : c’est bien beau les positions de principe, mais on n’est jamais sûr de comment on va réagir, vraiment, profondément, quand on est touché dans la chair de sa chair. Comme pour tout dans la vie, bien sûr. J’avoue que je souris, tristement, quand j’entends les assurances assurées de certain-e-s : « Oh non mais moi, c’est sûr, AU-CUN PRO-BLEME ! » On en reparlera…

    Et merci de ton témoignage, de l’amour qui s’en dégage. Belle et longue vie à chacune de tes filles, et à votre relation qui me touche. Je n’ai pas de mère et chaque mère dont je sens l’amour, l’amour dans la vérité, l’authenticité, la profondeur, nourrit l’orpheline en moi. Vraiment merci.

    Répondre
  51. Mariposa a dit…

    Tu aurais dû le publier hier ce post, le 17 mai, c’est la journée de lutte contre l’homophobie et bien évidemment, je suis d’accord à 500% avec tout ce que tu as écrit. Comme toi, il n’y a qu’une chose que je ne supporte pas, c’est la connerie. A partir du moment où on n’entre pas dans la case « connerie », j’aime beaucoup les gens et l’humanité.

    Répondre
  52. Katell a dit…

    Je n’ai pas eu le temps de regarder l’interview de Juliette car j’ai pas mal de boulot. Mais bon, j’ai lu tous les commentaires déposés ici (cherchez la logique…).
    Certains m’ont fait venir les larmes aux yeux, notamment celui d’Annick et ceux de La cuillère. Moi qui suis sur le point de devenir mère après un long parcours PMA, je me pose beaucoup de questions. Et le témoignage de « La cuillère » me montre une voie et j’avoue que je suis assez admirative. J’aimerais réagir à peu près de la même façon qu’elle si je devais un jour me trouver dans la même situation qu’elle. On sent qu’elle est proche de ses enfants, tout en restant maman et non copine. Merci pour cette leçon de vie !

    Répondre
  53. Cécile - Une quadra a dit…

    Bon allez je fais mon coming out, je l’ai déjà fait sur mon blog alors…
    Ma première vie de couple c’était avec une fille, pourquoi ? Ben c’était elle, c’était moi et c’est tout, ça s’est fait naturellement, en douceur, l’amour est venu et voilà, pas d’autres questions.
    J’étais déjà à l’époque entourée d’une majorité de copains homo, sans doute parce que le système des relations sociales est ainsi fait, j’ai d’abord eu un ami homo, puis les amis de mes amis peuvent devenir mes amis et que souvent on se regroupe par affinité et que dans les années 80 même si ce n’était plus vivons sous terre on ne s’exposait pas pour autant et pouvoir être naturel entre copains c’est reposant…
    Avant de rencontrer ma compagne j’avais eu une vie sexuelle hétéro, certes j’avais été draguée par des filles mais j’avais décliné, comme j’avais décliné les propositions de garçons, pas envie, la personne ne me plaisait pas, voilà tout.
    Lorsque nous avons commencé notre vie commune je l’ai présentée à mes parents comme une amie colocataire. Parce que même s’ils étaient ouverts pour mes potes homos je ne savais pas comment ils réagiraient pour leur fille unique. On est resté dans le non-dit pendant 5 ou 6 week end non consécutifs, puis un jour, ma mère nous a accueillie par un « les filles j’ai préparé un seul lit dans la chambre, ça vous posera pas de problème » (ma chambre de jeune fille comportait 2 lits, 1 90 qui faisait office de divan et un 140 😉 et voilà tout a été dit. Elle a été de toutes les fêtes de famille sans que la question ne soit posée, sauf une où elle n’a pas été conviée, je ne m’y suis pas rendue lorsque on m’a dit que ça serai moi sans elle (le seul couac).
    Avec le temps nous avons évolué, nos priorités et envies ont changées, l’amour s’est dilué et métamorphosé en amitié, on s’est séparées en très bon terme. C’est mon amie, je suis son amie, si y a besoin on peut compter l’une sur l’autre. Nous nous sommes mariées toutes les 2 (chacune de notre côté), elle a eu 3 enfants et à priori plus aucune aventure homo, je me suis mariée bien plus tardivement qu’elle et j’ai alterné longtemps filles et garçons au gré des rencontres, des coups de cœur, des envies. Je me considère toujours comme bi, je ne sais pas si un jour une fille ne me fera pas craquer. J’ai très longtemps gardé une majorité d’ami(e)s homo, jusqu’à ce que la vie, la mort, nous sépare et ne disperse le groupe, les nouvelles connaissances sont plus hétéros.
    J’essaie d’inculquer à ma fille la tolérance mais surtout le sens que tant qu’on s’aime et/ou qu’on est bien ensemble le reste on s’en fiche. J’ai eu droit à quelques questions au sujet d’amis qu’elle a vu en couple, je lui ai répondu simplement qu’ils s’aimaient et vivaient ensemble.
    Lors de question sur le mariage (oui à 5 ans en pleine période princesse et prince ça chiffonne de penser à 2 mecs pour un mariage, d’un point de vue esthétique manque la robe) je lui ai dit que ce n’était pas possible en France mais que d’autre pays l’autorisait, en faisant le lien avec le sacrement religieux et l’aspect civil d’une union. C’est comme ça qu’un jour au parc elle aperçoit 2 filles qui s’embrassent, va les voir, leur demande si elles sont mariées, stupeur en face, puis sourire et réponse, alors mademoiselle sans se démonter leur annonce que si elles veulent elles peuvent aller en Espagne ou en Hollande pour pouvoir le faire et surtout mettre LA robe… les enfants sont formidables.
    A 8 ans elle m’a déjà annoncé qu’elle avait plusieurs amoureux, 2 garçons et 1 fille… ben ma foi, si ça lui convient et si ça convient à tout ce beau monde…
    Je lui ai juste expliqué que généralement les amoureux n’aimaient pas être plusieurs en même temps…
    Pour l’instant je ne m’inquiètes pas de ses préférences, plus grande elle aimera qui elle veut. La seule chose qui me fera frémir ça sera la crainte qu’elle ne souffre des autres si son choix n’est pas dans la norme, mais j’essaierai d’être là pour lui atténuer la violence des choses et qu’elle ait un endroit où se réfugier et surtout de lui dire et rappeler que je serai toujours là, tout comme son père, et que c’est sa vie, son bonheur, ses choix qui comptent pas les miens… Pour l’instant je fais passer le message via des choses très concrètes, avec les fringues, jeux ou dessins animés, je lui explique que bon ce n’est pas toujours ce que j’aime et apprécie mais si ça lui plait c’est ok je veux bien lui acheter ou laisser regarder (dans la limite de ce qui est conforme à son âge bien sûr). Pour l’instant elle semble avoir bien intégré que chacun peut avoir des gouts différents sans que ça soit un problème et m’appelle mon mes DA favoris 😀

    Aïe ça fait beaucoup là

    Répondre
  54. MarionM a dit…

    Caroline,

    Je suis ravie de lire ton article, en temps que suiveuse cachee de ton merveilleux blog je suis ravie que tu parles de l’homosexualite d’une facon si simple, sans langue de bois, a la caroline quoi ! Merci aussi de partager cette video, c’est bon d’entendre ces mots, Juliette est geniale, simple, vraie, loin de tout ces prejuges que l’on peut avoir.
    J’ai moi aussi une amoureuse, et les mots qu’elle dit sur la famille resonnent en moi, parce que ce n’est pas facile, et que finalement dans l’histoire tout ce que je demande c’est d’etre acceptee pour qui je suis…
    Alors voila, quand j’ai lu ton article, je me suis dit que ca valais bien le coup de me de-cacher, et de te remercier pour ton blog, dont je suis une fervente liseuse cachee !
    (ps: desolee, pas d’accents dans le pays d’ou je te suis..!)

    Répondre
  55. l'espoir fait vivre a dit…

    @La cuiller en bois : j’ai les larmes aux yeux…

    @koa : d’accord avec toi (les positions de principe, on est jamais sûr..

    J’ai toujours su que j’étais homo mais je n’ai jamais osé l’assumer malgré une famille tolérante. Donc, je n’ai fréquenté que des garçons, me suis mariée et ai eu deux enfants (jumeaux garçon, fille). Ma vie de couple a été un échec et j’ai divorcée.

    A 45 ans j’ai décidé de vivre ma vie et j’ai rencontré une femme formidable. Prenant mon courage à deux mains je l’ai annoncé à mes parents (mon père : je m’en doutais) (ma mère : tu as le droit d’être heureuse).
    Sauf que 2 jours après ma mère me téléphone et là………une bombe me tombe sur la tête. Elle a été odieuse et méchante à un point que vous ne pouvez imaginer et j’ai fini par lui dire qu’elle de m’aimait pas. Mon père m’a téléphoné « en douce » pour me dire que pour lui rien n’avait changé et qu’il m’aimait (merci papa).
    Depuis, elle fait comme si la femme que j’aime n’existait pas et ça fait très mal.
    Heureusement la réponse de mes enfants a été : maman tu as le droit d’aimer qui tu veux.

    Les commentaires de la cuiller en bois me touche(je suis sincèrement ravie pour sa fille) et le com de koa me parle.

    Désolée d’avoir raconté ma petite vie, mais si cela peut faire réfléchir « certains parents » je serais heureuse.

    Répondre
  56. Danslemille a dit…

    Je ne me pose pas la question de l’orientation sexuelle des gens que je rencontre. Peut-être parce que je vis en Belgique, un des rares pays au monde où peu importe:
    – le sexe de ton conjoint pour vouloir et pouvoir l’épouser;
    – ton appartenance sexuelle si tu souhaites un enfant (vivent les bébés Thalys).
    Une lectrice hétéro qui s’est souvent pris des rateaux avec des garçons sensibles…

    Répondre
  57. Aurora a dit…

    Merci pour ce beau témoignage.
    Et je suis entièrement d’accord sur le fait que la sexualité fait partie de la vie et que ce n’est pas ce qui définit quelqu’un.

    Répondre
  58. Shakti a dit…

    Je me dis souvent aussi que mes enfants pourront choisir qui ils veulent aimer mais que le moment de « l’annonce » doit être assez délicat à négocier.
    De toutes façons, je suis sincèrement convaincue que l’amour est une question de personnes et non de sexe : j’ai plusieurs copains et copines, qui ont commencé par leur opposé pour finir avec une personne de même sexe ; et vice versa.
    Le principal, à mon humble avis, étant de réussir à vivre ses choix sereinement et en paix.

    Belle journée à tous et toutes

    Répondre
  59. Tayiam a dit…

    Je ne sais pas pourquoi j’ai toujours été touchée par l’homosexualité. Je me suis posé mille questions sur la mienne. Parce qu’à force de tomber « amoureuse » de mecs avec qui toute relation réelle était impossible, je me suis quand même demandée si ce n’était pas des actes manqués destinés à me faire prendre conscience de mon homosexualité. (J’avais d’ailleurs une théorie qui se vérifiait à tous les coups : les mecs que je trouvais mignons étaient soit pris (je n’ai jamais réussi à draguer un mec pris, c’est plus fort que moi), soit cons (no comment) soit homosexuels!)

    Bon, le seul hic de cette théorie, c’est que je ne suis jamais tombée amoureuse d’une fille. Et puis, j’ai rencontré mon chéri, qui a démenti ma fameuse théorie, hihi. Et voilà quoi…

    N’empêche, cela m’a toujours interpelée. Je n’ai jamais compris la haine que l’homosexualité inspire. Au même titre que toutes les haines inspirées de généralisations, d’ailleurs (couleur de peau, origine, richesse, etc). Pourtant, je viens d’une famille où mon père, d’origine tunisienne, n’aurait sans doute ni compris ni apprécié la chose (même si j’ai le sentiment que le dialogue aurait été possible) et où ma mère, belge, m’a seriné toute mon adolescence (et encore maintenant) que si un de ses enfants devenait homosexuel, cela voudrait dire qu’elle aurait raté quelque chose dans son éducation (hum).

    J’ai trois 3 petites soeurs et 5 petits frères (oui, je viens d’une famille trèèèès nombreuse !). Je les ai toujours imaginés hétérosexuels… (Clichés obligent, sans doute).

    Pourtant, l’une de mes soeurs m’a annoncé, au début de l’année, qu’elle avait eu UNE copine. Elle a encore plein de doutes sur son homosexualité et ne veut pas en parler à ma mère tant qu’elle n’est pas elle-même sure (tu m’étonnes).

    Que faire face à une ado de 16 ans qui souffre de n’avoir pas une sexualité ‘normale’ ?

    Avec toute la sincérité que j’ai ressentie, je lui ai juste expliqué que, selon moi, cela n’avait rien d' »anormal » et que c’était à elle de faire les choix qui lui convenaient. Si elle se sentait mieux dans une relation avec une fille, pourquoi s’en priver ?

    Maintenant, j’estime que ce n’est pas à moi à révéler ses orientations sexuelles à mes autres frères et soeurs ou à ma mère. Elle m’a fait confiance et je me dois de respecter cette confiance.

    Ton sujet du jour me touche donc, tout particulièrement, Caro.

    Pour le reste, j’aime les gros, aussi. (Tu n’as pas parlé que des grosses ! :-p).

    Répondre
  60. Loop of Kurland feat Fallières and Barre a dit…

    Le père de mes enfants étant un aimant à amitiés homosexuelles, sans doute une conséquence de son abyssale neutralité à l’égard des genres, ça doit se sentir, les enfants considèrent le fait qu’on aime qui on aime comme allant de soi, vu que fondamentalement ils ont assez peu d’exemples proches de couples hétéros. Les seules questions étant en rapport avec le fait que deux mamans ont quasi toujours des enfants, mais qu’aucun de leurs « tontons » n’en a. (en relisant, le « sinon on l’appellerait ma Tante m’est venu dieu sait pourquoi, mais je présente par avance mes excuses aux organisations féministes).

    Sainte mère! Et si en réaction mes gosses me ramènent une brancardière de Lourdes!

    Recrute couple hétéro avec enfants, pour amitié et barbecue, afin parfaire attitude mère à pédé castratrice. Ecrire à Caro qui fera suivre.

    Répondre
  61. Lucylou a dit…

    Merci Caroline pour cette vidéo. Je ne savais pas que Juliette était homo, je ne connais pas sa musique même si mes parents sont fans et en disent le plus grand bien. Ses propos m’ont beaucoup émue, ainsi que ceux de La Cuiller et beaucoup d’autres dans les commentaires.

    Dans mon groupe d’amis, nous avons deux amis italiens que nous voyons peu mais qui viennent systématiquement ensemble nous voir à Paris (aucun soupçon de ma part évidemment). Au dernier réveillon du jour de l’an, ils nous ont avoué en tremblant qu’ils étaient ensemble DEPUIS 15 ANS ! Chacun était le premier amour de l’autre ! Ma première réaction a été « attends, vous aviez PEUR de nous l’annoncer ? Et bien moi j’avais peur que vous ne soyez amoureux de personne! ». Et je vous laisse imaginer leur trouille de l’annoncer à leurs parents, qui vivent dans un bled paumé en Italie…

    Bref, sujet qui me touche beaucoup, moi-même j’ai toujours peur d’être rejetée alors que je suis plutôt banale finalement. Mais on est tous le « différent » d’un autre… Merci Caroline de provoquer de tels débats, de telles émotions !

    Je ne m’excuse pas pour la longueur alors 😉 #3615malife

    Lucie

    PS : je te lis depuis mon dernier congé mat (2 ans et demi donc) et c’est la première fois que je commente. Ce billet est-il donc encore plus excellent que les autres ? 😉

    Répondre
  62. Marylène a dit…

    Pour les 20 ans de mon dernier, nous avons organisé une grande fiesta invitant la famille, les amis, les voisins des plus jeunes au plus âgés.
    Pour situer le paysage, j’habite la campagne profonde où sous des airs de bonhomie et de porte ouverte,est ancré le racisme pur et dur.
    Donc, j’invite entre autres deux couples (couple homo).
    La magie de la journée : Non seulement tout s’est très bien passé mais nos voisins paysans nous ont félicités pour la journée et surtout de la compagnie de ces deux couples. Depuis, nos amis sont invités dans le quartier et font partie des relations de nos voisins. Tout n’est donc pas perdu.
    (Par contre, s’il y avait eu le moindre regard, la moindre allusion, j’aurais sortie mes griffes et aurait fait du ménage rapidos!)

    Répondre
  63. MarieSouricette a dit…

    Bravo Caro pour ce post. Malheureusement quand on est de l’avis qu’il est « ahurissant qu’on puisse encore rejeter quelqu’un du fait de son orientation sexuelle » on a tendance a penser que c’est comme ca pour la majorité des gens… et on en est encore bien loin (un peu comme l’égalité homme femme: vu qu’il y a les lois on croit que le probleme est réglé… ahem…)Je me suis retrouvé un midi avec des collegues pas si vieux qui affirmaient que « l’homosexualité ets une maladie » et que « le SIDA ets une maladie d’homo » (le gars en question etait contrarié d’apprendre qu’il y avait une forme de SIDA pour chat vu que le SIDA= HOMO et que comme HOMO= MALADIE ben pouvait pas y avoir de chats homo…Je sais y’a du level dans ma société…)

    Répondre
  64. funambuline a dit…

    Le fils d’une amie, 11 ans, est régulièrement traité de « sale PD » dans sa cour de récré. Son grand pêché, apparemment, c’est d’aimer lire tout seul et d’être ami avec 1 fille.
    Sa mère est particulièrement choqué de la violence que ça implique pour lui… et de ce que ça implique comme mentalité « générale ». Je ne m’en remets pas.

    Répondre
  65. Jessica_IT a dit…

    Etant moi meme lesbienne, je ne peux que te féliciter pour ce billet plein d’humour et de sensibilité.
    Le coming-out n’est jamais facile, ni pour celui qui le fait, ni pour celui qui est en face mais heureusement les miens se sont toujours bien passés.
    Le plus émouvant ? Ma filleule, qui avait alors 11 ans, a  » découvert  » (en fait mon ex est allée lui dire opur se venger…très intelligente la fille ! ) mon homosexualité est m’a fait tout un discours sur  » comment ce serait trop cool si il y avait un ou une homo dans la famille « . j’ai découvert après qu’en fait elle savait déjà pour moi, on en a parlé et elle m’a dit : Mais tu sais pour moi ça change rien tu es toujours la marraine la plus géniale de la terre !
    Quand ça vient d’un enfant, ça touche encore plus 🙂

    Répondre
  66. Miss Olfiie a dit…

    Très bel article et très beau reportage avec Juliette. J’aime beaucoup son franc-parler et sa simplicité pour expliquer son point de vue. Ça me donne envie de découvrir davantage sa musique.
    J’ai des amies lesbiennes dans mon entourage et je suis toujours choquée par l’incompréhension et le qu’en dira t-on devant un couple homosexuel et l’homosexualité en général. Ça me ramène souvent au fait que je serais maman un jour et je me suis toujours dit que je ferais en sorte que mes enfants soient tolérants avec les autres quelqu’ils soient. Je sais que c’est un vaste projet mais je ferais mon possible pour leur inculquer cette valeur essentielle qui manque à trop de personnes de nos jours.
    La bise !
    Ps : j’ai hâte de voir ta future interview Caroline.

    Répondre
  67. Nine a dit…

    Un billet qui résonne en moi…
    J’ai en effet des doutes sur les orientations de mon frère, qui a presque 40 ans et que je n’ai vu avec personne dans la vie sauf quand il avait 17 ans (une fille). Avant, il semblait seulement célibataire, maintenant, je soupçonnons qu’il a quelqu’un dans sa vie depuis quelques mois, voire deux ans (en même temps, nous habitons loin l’un de l’autre). C’est sa vie, il est largement adulte : c’est sa liberté de ne rien nous dire. Mais, pour en avoir discuté avec ma mère, je ne suis pas seule à me demander si la raison pour laquelle il ne dit rien serait qu’il ne soit homosexuel. Moi, la seule chose que je voudrais c’est que son silence ne l’empêche pas d’être complètement heureux, parce que de mon côté (y compris mon homme) il n’y aurait pas de souci…
    Autant je suis affirmative sur ce point, autant je ne suis pas complètement sûre qu’il ne me faudrait pas quelques jours pour digérer le coming-out d’un de mes enfants. Ma conviction a toujours été la tolérance (à tous niveaux), mais c’est au pied du mur qu’on voit le maçon comme on dit. Ca a été déjà dit ici dans certains comms, etje l’avais vu dans le documentaire ‘dans les yeux d’Olvier – les femmes qui aiment les femmes’ : une maman qui avait toujours affirmé qu’elle était open sur le sujet avait néanmoins eu une digestion de coming out un peu difficile…Je pense qu’on projette plus ou moins ses enfants dans l’avenir, dès qu’on nous annonce leur venue et qu’il est parfois difficile de se décoller cette image de la rétine pour en remettre une différente (mais pas moins bien) à la place.

    Répondre
  68. Yakadi a dit…

    Mon père, espagnol de 70 ans et particulièrement intolérant pour la cause homosexuelle, a accepté avec une grande réticence, de se rendre au mariage homo de ma cousine, en Espagne.
    Aujourd’hui, il m’a annoncé au téléphone, comme une chose toute naturelle, que ma cousine était enceinte (insémination artificielle).
    Comme quoi, on peut toujours évoluer.

    Elle est toute emmêlée ma phrase, désolée.

    Répondre
  69. Tite_bulle a dit…

    Je me reconnais beaucoup dans le commentaire de Siobann.
    Mes parrains sont homo, depuis tjs je les ai connu ensemble mais c’est que vers 16 ans que j’ai mis un « nom » dessus.
    Pourtant j’avais déjà demandé qui dormait de quel côté du lit etc :p
    Sinon on est parfois surpris des évolutions des gens… Quand je racontais à mon père mes premiers émois il m’a dit qu’il était heureux que ce n’était pas avec une fille. Et mtn ce même père vit avec un mec… cherchez la logique.

    En tout cas, j’ai tjs dit que pour moi on tombe amoureux(se) d’une personne et pas d’un genre. Et même si je n’ai encore jamais aimé une femme c’est pê simplement pcq je n’ai pas encore rencontré de femmes dont je pourrais être amoureuse ?

    Je discutais il n’y a pas longtemps du sujet de l’homosexualité avec mon homme. Justement en parlant des coming out. Et ce que j’espère c’est que, si un jour j’ai des enfants et si l’un deux est homosexuel, il ne faudra jamais passer par cette phase « j’ai un truc à vous dire ». Je n’ai jamais dit à ma mère que j’étais « hétéro », j’en ai tjs parlé comme un sujet comme un autre « untel me fait craquer, j’ai embrassé celui là » etc… Alors j’espère que mes enfants pourront aborder ce sujet aussi facilement, que ce soit à propos d’un ou d’une…

    (bon c’est tout décousu je crois ce commentaire)

    Répondre
  70. 3 petits bouts ,ma vie a dit…

    je ne commente jamais de blog, j’en lis même très peu. pourtant j’ai avalé le votre d’une traite comme une gourmandise, il transpire l’amour des vôtres, l’amour tout court. Et aujourd’hui j’y trouve cet article qui me touche particulièrement, profondément. Je voudrais quand même dire que la souffrance des parents, des mamans, n’est pas un leurre que derrière l’acceptation qui de toute façon est inscrite dans le coeur il y a une immense angoisse et une grande peur. Il y a aussi beaucoup beaucoup d’amour qui mérite d’être respecté… je voulais juste le dire.

    Répondre
  71. Zhu a dit…

    C’est « it gets better » je crois (désolée, déformation pro, je suis réviseuse).

    Est-ce qu’on doit chercher l’habilitation gay friendly? Je ne pense pas, parce que finalement, les choix d’orientation sexuelle ne sont pas importants…

    Répondre
  72. DOMINIQUE a dit…

    Cécile une quadra, ton récit est remarquable et touchant.

    Loop, on ne sait jamais, tu peux tomber sur une brancardière de Lourdes lesbienne…

    Répondre
  73. sandrine a dit…

    Bonsoir
    j’ai hésité toute la journée avant de savoir si je devais m’exprimer ou pas, et puis je viens de décider.
    J’ai été très choquée par une petite phrase au milieu de ce long post,la petite phrase étant « par contre si possible pas de droite ».
    Il se trouve que je suis de droite. Et là je viens de me prendre une grande claque. Oui, je savais que dans la blogo on se targue d’être de gauche, j’ai bien compris que ce n’est pas à prendre au 1er degré, encore que ….., il est tellement de bon ton de taper comme ça en passant, l’air de rien sur la droite, quand on est bloggeur.
    Mais dans un post dont l’objet est quand même de villipender la discrimination, c’est un comble. En effet les opinions politiques ont été rajoutées à la liste de la repression des discriminations (art 225-1 du code pénal)
    Certains font de la prose sans le savoir, d’autre s’essaye à la discrimination.
    Oui je sais, vous allez me dire, c’était pour rire, je ne le pensais pas, je ne voulais blesser personne gna gna gna
    J’ai envie de vous dire, assumez, si vous le pensez, et si vous ne le pensez pas, ne l’écrivez pas.
    Sans doute ne pensiez-vous pas avoir des lectrices de droite ?
    Je vous rassure, dès demain vous en aurez une en moins, parce que je vais reprendre la lecture typique des femmes de droite le matin, le figaro en ligne.

    Répondre
  74. solidor a dit…

    Ma fille est lesbienne, ça ne me pose pas de problème,ça n’en pose pas à son père, à la mère de son amie, ni à son employeur, ni à ses voisins.
    Et j’adore ma « belle fille » (faut bien lui donner un nom).
    Bon, d’accord, on est à Paris, dans un milieu un peu bobo (même si pas de gauche).
    Quant aux injures de cour de récré, moi ce n’est pas « intello » que j’ai entendu le plus souvent, mais « sale juif ».

    Répondre
  75. Loop of Kurland feat Fallières and Barre a dit…

    ça c’est vraiment dégueulasse.

    Des mois, voire des années pour les plus vieilles d’entre nous qu’on s’échine TOUS LES JOURS et parfois même plusieurs fois par jour quand il y a plusieurs billets à trouver la Meilleure Qualification Pénale (diffamation, injure publique, menaces, menace à caractère terroriste, publicité mensongère, qu’on lit scrupuleusement tous les commentaires, et là VLAN. ça nous a échappé à toutes et Sandrine est tombée dessus. Direct. La chance du débutant, sans doute.

    bon, compteurs à zéro dès demain matin.

    Répondre
  76. DOMINIQUE a dit…

    Mon Dieu, non seulement nous sommes dans un blog « pornographique », mais en plus « discriminatoire (art. 225-1 du Code Pénal) ».
    Je me demande bien ce que nous faisons ici…

    Répondre
  77. Loop of Kurland feat Fallières and Barre a dit…

    En plus, franchement, dans ce pays où la Droite est assiégée, outragée, bafouée, où les « gens de droite » sont forcés de se cacher, de fuir, de planquer sous le matelas leur carte de l’UMP, face à la discrimination aveugle de bobos sanguinaires le couteau entre les dents, franchement c’était VRAIMENT pas le moment de dire que tu préférais un pédé à un sympathisant de droite. Merde quoi.

    Répondre
  78. Marion V a dit…

    En « réponse » à la cuiller :
    Comme j’ai pleuré quand mon père m’a dit il y a un ou deux ans qu’ « on [mes soeurs et moi] ne pouvait pas le décevoir, parce qu’il n’attendait rien de nous. » Même si dans les faits il appuie du côté auquel il est favorable, c’était (émotionnellement) fort.

    Caroline, merci beaucoup (pour le blog) et pour la découverte de Juliette ! L’ayant vu seulement 30 s à la télé et n’ayant jamais entendu une seule chanson, je la pensais trop « rugueuse » pour moi.
    Finalement, pas tant que ça !

    Répondre
  79. Caroline a dit…

    je veux dire, sandrine, il ne t’est pas venu à l’esprit que je me moquais surtout de moi, de ma prétendue tolérance, genre pédé d’accord, mais pas UMP ? Bah, je ne sais pas quoi te dire (je l’ai déjà dit, ok)

    Répondre
  80. Xiou a dit…

    Décidément les derniers posts ont suscité beaucoup de réactions et certaines parfois violentes…

    En tout cas, Caroline vous m’aurez amené à réfléchir tout au long de ces derniers jours, c’est vrai que je faisais du décapage d’encadrements de porte et on a donc tout le loisir de cogiter et notamment sur la politique, on n’y revient pas ici!

    Heureuse de lire votre post sur l’homosexualité. Les commentaires précédents sont justes et touchants.
    J’avais vécu dans une petite ville de province à la campagne et ce n’est pas toujours simple d’être différent. Ma cousine est homo, perso je crois que je l’ai toujours su. Au départ, elle a vécu avec une femme de 20 ans de plus qu’elle, alors cela a ajouté un critère de difficulté. Ses parents ont très mal pris l’annonce et puis le temps a passé, elle a une super chouette copine et tout le monde est ravi. J’ai été une fois encore agréablement surprise par la réaction de ma mère car c’est elle qui a fait les premiers pas dans la famille et qui a invité ma cousine et sa copine au mariage de ma soeur. Comme qqn l’a dit précédemment, j’ai été atterrée par les commentaires le jour du mariage. Je pensais qu’au XXIe siècle on ne pouvait pas entendre : « ah non elles ne vont pas faire des gosses! »
    Je ne sais pas qu’elle sera ma réaction si ma fille nous apprenait une telle nouvelle. J’essaie de lui apprendre l’ouverture d’esprit en terme de religion, de sexualité et de politique 😉
    Personnellement, y a des cons et des incompétents des 2 bords.

    Répondre
  81. Domydom a dit…

    A Dakar, enfin au Sénégal, comme malheureusement encore dans pas mal de pays d’Afrique, l’homosexualité reste un délit, et la récente tentative du gouvernement de le légaliser s’est heurté à un tollé général. Pour nous qui sommes dans l’idée qu’homosexuel ou pas, l’important c’est d’aimer, cela parait presque inconcevable. Miss E, mon ado, ne s’est pas fait que des amis ici, en revendiquant à chacun ou chacune la liberté de pouvoir choisir l’être aimé, bon, elle ne s’est pas fait que des amis non plus en proclamant sa gauche attitude, et son athéisme.

    Mais dans son entourage d’adolescente, malheureusement, beaucoup de jeunes qui ne peuvent sortir du placard, pas seulement par peur des mentalités qui restent archaïques, mais aussi tout simplement pour ne pas finir en prison.

    Inconcevable, mais une triste réalité.

    Répondre
  82. Loop of Kurland feat Fallières and Barre a dit…

    Je connais quelqu’un qui a voté Sarkozy.

    Fallait que ça sorte. vous êtes gentils vous le gardez pour vous: j’assume pas.

    Répondre
  83. Pascale a dit…

    Loop, tu connais la théorie des 6 degrés de séparation?? Ben j’suis à deux de Sarkozy, pour un peu j’pourrais lui claquer la bise… les boules.
    (merci Jolie-Maman, au passage!!)

    Répondre
  84. Loop of Kurland feat Fallières and Barre a dit…

    ben non, pascale. En te lisant j’ai pensé que tu étais un ayant droit de notre Président.

    donc je suis allée voir, et apparemment, si je comprends bien, ta belle-mère est amie avec le Président sur facebook?

    Répondre
  85. Pascale a dit…

    Si c’était que sur Face de Bouc… non non c’est IRL, le petit ami UMP de Jolie-Maman a cotoyé régulièrement not’ président.
    (cela dit, je connais aussi quelqu’un qui a voté Sarkozy (la papa de ma filleule)) ;-))

    Répondre
  86. Loop of Kurland feat Fallières and Barre a dit…

    ça c’est de la vraie dénonciation calomnieuse, Pascale…Moi j’ai bien pris garde de ne pas révéler quoi que ce soit qui puisse conduire quiconque à connaître le nom de celui ou celle qui a voté Sarkozy dans mon entourage.

    Répondre
  87. mammouth a dit…

    Chapeau à William. J’ai hâte au prochain puzzle (je me demandais justement hier quand sortirait celui de Caroline).

    Mes félicitations sont sincères, même si j’ai une option sur Bowie avec Jean-Baptiste comme cameraman.

    Répondre
  88. Mamo a dit…

    Caro et toutes les autres : je vous aime !!! très beau billet et commentaires, tout est juste et vrai. On se sent très bien ici !

    Répondre

Vote commentaire

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>