Catégorie : Zermati et moi

Question de poids

DSC00998

Je n’ai pas parlé depuis un moment de tout ce qui tourne autour de mes histoires de poids, parce que d’une part je crois en avoir assez dit sur le sujet durant toutes ces années mais aussi sans doute parce que depuis mon arrêt de la cigarette j’ai vu réapparaitre certains des démons que je pensais avoir définitivement chassés. A savoir que le chocolat me tend toujours aussi grossièrement les bras au moindre coup de mou.

Si mes années de thérapie avec Zermati constituent malgré tout un terreau solide et m’empêchent de retomber dans mes vieux travers consistant à me promettre tous les soirs de ne plus rien manger le lendemain (pour craquer vers 13h45 et me lâcher sur tout ce qui dépasse les 45% de matière grasse), j’ai incontestablement repris du poids. Premièrement parce que ce que je fumais représentait une certaine dépense calorique (si si, fumer c’est un peu du sport, je sais, c’est fou), deuxièmement parce que même sans m’en apercevoir, j’ai compensé, surtout au début. En lire plus »

J’aime #57

IMG_4233

Alors déjà, merci beaucoup pour vos commentaires sous mon dernier billet, ces encouragements me vont droit au coeur et surtout, beaucoup étaient hyper intéressants. Je ne vais pas vous raconter d’histoires, je suis au running ce que le vacherin est à la diététique. Un cas désespéré, je pense. Mais je m’accroche autant que je le peux, luttant contre ma propension à détecter toutes les dix secondes le signe évident d’un arrêt cardiaque imminent. Je ne suis pas peu fière d’être enfin arrivée à tenir presque 20mn sans m’arrêter et j’alterne mes courses avec des sessions de marche sur la plage, accompagnée de Rose dont le babil rythme mes pas, ou seule, les cuisses dans l’eau, en jurant sur quatre générations que ça a intérêt à être un poil efficace. Et le soir, quand le soleil se fait pluie d’or sur nos peaux, avec ma copine de sable, on fait le petit chien, superman et autres figures ridicules et douloureuses. Une façon d’accompagner la chérie dans ses exercices obligés. Je sais bien au fond de moi que tout cela ne fera pas bien le poids face aux mille et unes corvées de la rentrée et qu’il ne faudra pas attendre plus de deux jours pour que je remise au placard cette nouvelle hygiène de vie, mais je suis désormais adepte de ce mantra qui me va comme un gant, « ce qui est pris n’est plus à prendre ». (ou comme dirait ma grand-mère, « toujours ça que les Allemands ne mangeront pas ». En lire plus »

Paleo, kesako ?

monshowroom

Encore un billet bien décousu je le crains, pas tellement de temps en ce moment pour de longs discours, je pense que ça ira mieux lorsque j’aurai terminé ce gros dossier qui me prend un peu la tête, j’en suis à une trentaine d’interviews que je dois désormais « dé-rusher », autrement dit déchiffrer (au sens propre, au fil des ans mon écriture manuscrite est de plus en plus proche du hiéroglyphe). Viendra ensuite la pire des étapes, celle de la rédaction, avec mes allées et venues du canapé au balcon, sans clope en plus, jusqu’à ce que miraculeusement je trouve cette fucking première phrase, sans laquelle rien n’est possible. Esprit un peu embrumé donc, mais quelques petites informations dont je ne voudrais vous priver sous aucun prétexte. En lire plus »

Gérard Apfeldorfer: « Manger n’est plus un acte réparateur mais une source d’angoisse »

IMG_9467

Un petit moment que je ne vous ai pas parlé de Zermati, de la pleine conscience et de toutes ces choses qui m’ont aidées à ne plus considérer la nourriture comme ma meilleure ennemie. Trois ans désormais que j’ai arrêté la thérapie. Trois ans que je me suis à peu près stabilisée, oscillant parfois de deux ou trois kilos, sans que cela ne soit une source d’angoisse absolue, sans que je ne retombe dans mes vieilles lunes, me promettant le jeune durant trois jours, le bannissement à vie du chocolat ou la flagellation quotidienne en mode « je ne suis qu’une vache sans volonté ». Je ne vais pas vous mentir, je ne me réjouis jamais lorsque mes pantalons viennent à serrer et je reste assez terrifiée à l’idée de reprendre un jour tout ce poids perdu. Mais c’est une pensée assez lointaine, qui ne m’obsède plus comme avant et ne m’empêche jamais d’aller au resto, de profiter d’un gâteau maison ou d’un apéro. Bref, je ne suis pas certaine d’être « guérie », mais disons que la rémission dure depuis assez longtemps pour que je sois relativement sereine.

Ce petit préambule terminé, je me suis dit que cela pouvait être intéressant de vous proposer le point de vue de Gérard Apfeldorfer, psychiatre et psychothérapeute, comparse de Jean-Philippe Zermati. A l’occasion de la tenue cette semaine du congrès du GROS (Groupe de recherche sur l’obésité et le surpoids) il m’a accordé une interview, dans laquelle il revient sur les principes de base de la méthode que Zermati et lui ont mise en place. Sachez que samedi prochain, une session est ouverte au grand public. Elle aura pour thème « Mangez en faim » et vous pouvez y assister gratuitement, pour vous inscrire c’est ici. Sachant que c’est dans la faculté de médecine des Cordeliers, un endroit cher à mon coeur, c’est là que mon frère a présenté sa thèse. Un lieu plein d’histoire et magnifique, si moi même je n’étais pas en déplacement cette semaine je m’y serais précipitée, je n’en ai jamais assez à vrai dire d’écouter les discours des médecins du GROS, tant ils ont bouleversé ma vie…

Je laisse donc la parole à Gérard Apfeldorfer… En lire plus »

Promis je commence lundi

x9782824602592_1_75

Je crois qu’à l’origine c’est l’une d’entre vous qui m’a parlé de Mademoiselle Caroline et de son blog. Intriguée par l’homonymie, j’avoue, je suis allée jeter un oeil. Et j’ai adoré, le dessin, l’humour, sa façon de raconter sa vie de citadine expatriée à la montagne, ses anecdotes familiales et amoureuses, etc. Et puis un jour, Mademoiselle Caroline m’a envoyé un mail pour me proposer de m’envoyer sa BD intitulée « Je commence lundi, le régime anti-régime ».

Forcément, j’ai accepté. Et je n’ai pas regretté, tant cette histoire, la sienne, donc, est universelle (en tous cas c’est aussi la mienne et c’est un bon début d’universalité). Caroline a 29 ans elle aussi (ou presque), elle a commencé à se trouver grosse très petite alors qu’elle ne l’était pas, elle a multiplié les régimes complètement cons, a eu des envies de meurtre au bout de trois jours de diète protéinée à grand renfort de pancakes saveur caca ou d’omelettes au vomi et à la craie. Comme moi, elle est passée par des nutritionnistes fascistes, comme moi elle a perdu quantité d’amis à force de leur demander avant d’accepter leur invitation si la sauce de la salade serait servie « à part ». En lire plus »

Alimentation, thérapie, Zermati, Ze récap

DSC_0209
Depuis la diffusion du documentaire sur les régimes dans lequel je fais une brève apparition, je reçois énormément de mails. Des messages émouvants pour la plupart, de femmes mais aussi d’hommes qui se battent contre les compulsions alimentaires et/ou les kilos. Problème: y répondre m’est difficile. D’une part, ne nous voilons pas la face, parce que le temps me manque. Je suis déjà une vraie tanche en la matière mais là, à raison d’une dizaine par jour, autant vous dire que cela devient difficile, d’autant que je suis en période de bouclage pour deux journaux et que mes journées consistent à enchainer les interviews au téléphone. Hier j’avais des entretiens programmés toutes les heures, à un moment j’ai été tentée de faire pipi tout en prenant des notes mais quelque chose m’a retenu, probablement ma dignité.

Mais ça n’est pas qu’un problème de temps. Les questions qui me sont posées, je ne peux tout bonnement pas y répondre. Je ne suis ni médecin, ni diététicienne, ni psychologue. Je ne peux pas donner de conseils personnalisés, je ne peux pas poser de diagnostic et je ne peux pas non plus donner le numéro de portable du docteur Zermati. Voici donc un billet récapitulant les ressources pouvant vous être utiles et tentant de répondre à vos interrogations.

– Les coordonnées du cabinet de Zermati ainsi que celui d’Apfeldorfer sont sur les pages jaunes. Je ne peux absolument pas vous booker un rendez-vous avec eux ni intercéder en votre faveur pour obtenir un rendez-vous plus vite. En lire plus »

Régimes, la vérité qui dérange, debrief

IMG_6793
Donc hier le documentaire « Régimes, la vérité qui dérange », a été diffusé sur France 2 dans le cadre de l’émission Infrarouge. Vous dire que j’ai vécu cette exposition – tardive, thank’s god – sereinement serait vous mentir. En réalité, depuis deux jours j’avais comme un noeud au ventre à cette idée. C’est tout moi, je fais les choses et je réfléchis ensuite. Limite j’oublie, d’ailleurs, parce que le tournage a eu lieu fin septembre – début octobre. Ce qui m’a laissé le temps d’enterrer ça bien profond dans ma zone de déni. Sauf que – note pour plus tard – ce qu’on enterre finit toujours par remonter à la surface (je me suis mise à regarder Dexter, j’en apprends beaucoup).

Après avoir visionné le reportage, ouf, pas de drame, déjà, le propos est fidèle à la promesse qui m’en avait été faite, il s’agit d’une dénonciation des effets pervers des régimes. Si le traitement un peu trop « vis ma vie » ne m’a pas emballée sur tous les points, j’ai apprécié l’image léchée et la façon très bienveillante qu’ont eu les réalisateurs de suivre Ingrid et Sandra, deux femmes touchantes. En lire plus »

Jean-Philippe Zermati: « Comment se « défusionner » de ses pensées négatives »

IMG_7077
Récemment, certaines d’entre vous
m’ont demandé où j’en étais avec la nourriture, ce qu’il me restait des principes
hérités de ma thérapie avec Zermati, etc. Une question à laquelle
il m’est difficile de répondre à vrai dire, tant désormais j’ai la
sensation que tout ceci est devenu assez naturel. Niveau poids, j’ai
du reprendre 2/3 kilos depuis deux ans. Ce qui ne
m’a pas vraiment étonnée, j’étais descendue trop bas pour moi, mon
« set point » est clairement celui auquel je suis
aujourd’hui et il me convient. Ce n’est pas celui d’une top model, ni même
d’une fille « gaulée », mais il me permet de m’habiller
comme je l’entends, de ne pas être essoufflée au moindre escalier
et de me sentir en phase avec moi même.

  En lire plus »

Quand Zermati et Apfeldorfer se paient Dukan

Dukan
Cela ne vous a sans doute pas échappé mais les docteurs Zermati et Apfeldorfer se paient enfin Dukan. Pas sur un ring, non, mais dans un petit bouquin, « Mensonges, régime Dukan et balivernes », que j'ai personnellement trouvé jubilatoire, tant il parvient à montrer au grand jour la dimension grotesque – et néanmoins terrifiante – du discours du pape de la minceur protéinée.

 Jubilatoire aussi par le style aiguisé et certaines tournures qui je l'avoue m'ont fait ricaner (je suis une ricaneuse en herbe, il faut dire, de celles qui se faisaient chopper systématiquement en cours pour avoir pouffé aux conneries des plus drôles que moi). Tout le mérite en revient aux auteurs, certes, mais finalement aussi à Dukan, dont les propos, repris et décortiqués dans l'essai sont en eux même une vaste blague. Où l'on apprend par exemple qu'une des solutions à nos kilos mais plus globalement à notre mal être réside dans la prise « à vie » de ce qui est « tout simplement une gourmandise » : les fameuses trois cuillères à soupe quotidiennes de son d'avoine. Mais bon son c'est bien sûr.

 Où l'on découvre aussi que Dukan préconise que l'industrie de la beauté « participe à la prise de conscience du rôle dévastateur du surpoids dans l'équation de la beauté, dans l'épaississement des traits du visage, l'expression du regard, etc », qu'il envisage de créer un « mac-du », « sosie du big mac » avec à l'intérieur… des galettes de son, what else…  Sans parler de « sa future école internationale de cuisine de lutte contre le surpoids », ou d'une « Académie française de cuisine anti-surpoids ». Fais péter le son, one more time…

 Je pourrais vous en parler longuement tant certains passages m'ont également touchée – le livre est drôle par son ironie mais n'en oublie pas d'être sérieux – alors même que je suis désormais familiarisée avec les théories des deux auteurs. 

 Touchée parce qu'il apparaît assez rapidement qu'au delà des délires cosmiques et impérialistes de Dukan, ce qui fait le socle de sa méthode réside dans la stigmatisation de celui qu'il appelle lui même « le gros ». Je n'avais jamais lu ses écrits et si je me doutais qu'il franchissait souvent la ligne rouge, je ne pensais pas qu'il jouait aussi cruellement avec ce qui fait justement l'essence du « gros » : sa mésestime de lui. Dans leur ouvrage, Jean-Philippe Zermati et Gérard Apfeldorfer s'emploient à démontrer cela mais aussi à réhabiliter l'honneur des personnes en surpoids.

 Je pourrais vous en parler longuement, donc, mais j'ai préféré demander au docteur Zermati de répondre à quelques questions, donc après ce long préambule, voici ses réponses.

 

  • Pourquoi ce livre maintenant, pourquoi avoir décidé de le consacrer à Dukan ?

 

Le nombre de patients complètement détruits par la méthode Dukan, que nous recevons tous les jours avec Gérard Apfeldorfer nous a fait réagir. On ne parle plus aujourd'hui d'un épiphénomène, mais de millions d'adeptes, comme il le revendique lui même. Tous ces naufragés nous ont bouleversés, nous ne pouvions plus nous taire.

 

  • Vous avez alors décidé de vous plonger dans son oeuvre, pour comprendre le phénomène ?

 Exactement. Il s'avère qu'en réalité, je n'avais jamais lu ses écrits. Je connaissais sa méthode, je l'avais déjà entendu sur les plateaux de télévision, mais je ne m'étais jamais immergé dans ses livres. Et là, ce que nous avons découvert nous a stupéfiés. Plus que ses préceptes pour maigrir, c'est sa philosophie qui est terrifiante. Cet homme ne se contente pas de vouloir nous faire perdre du gras, il veut en toute modestie sauver la France, pour ensuite partir à la conquête de la planète. Partant du principe que les « gros » le sont parce qu'ils réagissent à leurs émotions en mangeant – un constat que nous partageons -, que propose-t-il ? Rien de moins que d'éradiquer le malheur. On est dans le délire le plus complet, dans une aspiration à une société lisse et « purifiée », sans émotion et peuplée de gens beaux et heureux parce que minces. Une philosophie qui évoque celle d'un gourou, voire des heures plus sombres de l'histoire…

 

  • Qu'est-ce qui est selon vous le plus dangereux dans le régime Dukan ?

 Le véritable danger réside dans la destruction à long terme des sensations alimentaires avec à la clé des troubles du comportement alimentaire difficiles à soigner. Par dessus tout, par sa stigmatisation constante des personnes en surpoids, qu'il décrit comme étant « déshumanisées », Dukan finit par anéantir toute estime d'eux mêmes. Il a très bien compris que la principale angoisse de ses patients est d'être rejetés. Il joue sur ce sentiment de désamour et d'exclusion, en leur promettant de les rendre beaux et donc à nouveau aimables. Et dans un premier temps, il les fait en effet maigrir. Tout en les prévenant que s'ils ne suivent pas à la lettre ses préceptes, ils reprendront du poids. 

  •    Et que ça sera entièrement de leur faute…

 Bien évidemment ! C'est le fondement même de sa théorie et des régimes en général. Le patient maigrit ? C'est grâce au médecin. Il reprend ses kilos ? C'est parce qu'il n'est qu'un minable sans volonté. C'est magique et merveilleux parce que ça marche à tous les coups. 

 

  • Avez vous bon espoir d'être entendus et que cessent enfin ces pratiques ?

 Je crois qu'il y a vraiment actuellement une prise de conscience des acteurs de la santé de l'inefficacité des régimes. Le rapport de l'ANSES sorti en 2010 dénonçant justement l'iniquité des régimes a été un véritable déclencheur, même s'il n'était pas une révélation pour nous qui travaillons depuis 15 ans sur des méthodes alternatives. Mais là encore il y a des malentendus. Beaucoup ont voulu voir dans ce rapport une sorte de comparaison entre bons et mauvais régimes. Or ce que le rapport met en question, c’est le concept même de régimes. Certes nous savons faire la différence entre les délires de purification mondiale de Dukan et la méthode bien plus light de Weight Watchers par exemple, mais il est faux de penser que Weight Watcher n'est pas un régime.

Nous esquissons dans notre ouvrage quelques pistes qui sont le fondement de notre méthode : l'écoute de soi, le respect des sensations alimentaires et le travail sur les émotions. Il y a des solutions. Mais elles impliquent que l'on accepte ce postulat de départ : tout le monde a un poids d'équilibre et ce poids d'équilibre n'est pas modifiable. L'objectif de nos thérapies est de parvenir à retrouver ce « set point », pas d'afficher une perte de poids spectaculaire, même si cela arrive parfois, lorsque le patient est justement bien au dessus de son poids d'équilibre.

Edit: Les docteurs Zermati et Apfeldorfer viennent de mettre en ligne une pétition contre les régimes. Je vous invite à la signer si vous adhérez à cette position. Vous pouvez aussi laisser votre témoignage sur le site. Par ailleurs, vous pouvez retrouver ces deux médecins sur Linecoaching. On y trouve des articles super intéressants, à commencer par celui-ci. (c'est également un portail proposant un suivi en ligne, payant).

Zermati, ça marche aussi en vacances (surtout, même)

DSC_0144
Dans un récent billet particulièrement larmoyant et rempli d'auto-apitoiement, je faisais la liste de mes maux de pré-rentrée. J'y confiais notamment ma légère angoisse d'avoir quelque peu porté le "lâcher prise" jusqu'à son paroxysme et d'en éprouver du coup les limites. En termes plus simples, je redoutais le moment de la pesée du retour, convaincue d'avoir pris un peu de partout, voire beaucoup.

Du coup, certaines d'entre vous m'avaient justement interrogée dans les commentaires sur ça, sur la difficulté de faire la part des choses entre le lâcher prise recommandé par Zermati et le grand n'importe quoi du barbecue en vacances.

Je n'ai pas toutes les réponses, mais je peux vous parler néanmoins de la façon dont je gère désormais depuis trois ans les périodes où je ne suis pas dans mon rythme quotidien. Avec en préambule cette précision: je n'ai en réalité pas pris un gramme pendant les vacances, j'imagine que cette impression d'avoir gonflé était à 50% psy et à 50% hormonale. Ou l'inverse.

Bref, en vacances ou en we chez des copains par exemple, je tente de me rappeler les échanges que j'ai eu à ce sujet avec le docteur Zermati. Lequel me recommandait en premier lieu de me faire confiance. Ça n'a l'air de rien mais quand on a été complètement dépossédé de son instinct et de son bon sens par des années de régimes à la con, se faire confiance c'est en soi un gigantesque défi.

Faire confiance, donc, à sa faim, à sa sensation de satiété mais surtout dans ce cas à la RÉGULATION. Ce mécanisme naturel qui va faire qu'après deux ou trois repas copieux et dépassant donc de loin le fameux seuil de satiété, le corps va spontanément vouloir mettre la pédale douce. Pour cela, il faut bannir la culpabilité et l'angoisse d'avoir grossi et c'est certainement le plus difficile, conditionnés que nous sommes à regretter le moindre écart.

Alors que les écarts, comme me l'a également souvent répété monsieur Z., sont la preuve d'une certaine manière de notre équilibre. Personne ne parvient à respecter jour après jour la même façon de s'alimenter, les quantités parfaites aux heures dues. Et même, ceux qui y parviennent sont peut-être encore plus névrosés que les compulsifs du Pringles que nous sommes. (que je suis en tous cas).

Bref, forte de ces conseils, je me suis attachée à les garder en tête et ne me suis privée de rien durant les vacances (ceci dit je ne me prive de rien non plus pendant le reste de l'année). Ce qui ne signifie pas non plus que je me suis gavée. Mais j'ai mangé du clafoutis un jour sur deux, du gâteau chocolat/chataignes ou des pizzas mortelles de notre resto fétiche. Le reste du temps, c'était ratatouille maison (environ 234 ratatouilles ont été cuisinées durant ces vacances, mes enfants sont d'ailleurs sur le point je pense de m'assassiner avec une courgette si j'en refais d'ici juin prochain), taboulé maison ou salade de tomates. 

A l'arrivée, donc, un poids quasi identique (à 500 grammes près mais les 500 grammes étant même en moins) à celui que je faisais en partant.

J'en déduis donc que c'est possible, ce n'est pas un scoop mais je crois que c'était le premier été où j'étais vraiment en mode "instinctive", sans restriction ou presque (il est long le chemin, hein…).

Ce que je note aussi c'est que ces vacances encore plus que les précédentes et d'une manière générale cela vaut pour le reste de l'année, goûters des enfants mis à part, je n'ai acheté que très très peu de "produits manufacturés". Je me tourne de plus en plus en effet et ce sans efforts vers les matières "premières" que je cuisine, même de manière ultra basique. J'entends par là que je n'achète plus jamais de trucs comme des croque monsieur tout faits, des lasagnes surgelées, des hachis parmentier sous vide ou des yahourts type Danettes ou La laitière (qui n'ont de yahourt que le nom).

Ma mère me faisait la réflexion que tout de même en vacances je faisais pas mal de gâteaux. Ce qui est vrai et qui l'est aussi hors vacances, j'adore faire de la patisserie, c'est mon truc à moi quand je suis en panne d'inspiration ou que sais-je, la cuisine me vide la tête. Mais, lui ai-je répondu, du coup les enfants ne mangent presque plus de patisserie industrielle ou de pseudo laitages blindés de sucre et de gras. Au final je crois que c'est mieux.

Qu'on se rassure, je ne suis pas en train de devenir une intégriste du bio ou une locavore acharnée. Mais je crois que tout ça fait partie d'une démarche globale, que se faire confiance c'est écouter ses envies et que le corps réclame rarement un Savanne ou des twix, surtout s'il sait qu'il aura bien mieux à la place.

Voilà le fruit de mes réflexions, j'ajouterai un bemol à tout ça: je continue à manger du chocolat bien industriel et au lait et je pourrais tuer celui qui termine ma tablette de Nestlé amandes/nougatine.

Edit: Je crois que l'un des grands malentendus s'agissant du "zermatisme", c'est que certains traduisent un peu vite le "se faire confiance" et "manger à sa faim" par "si on mange avec plaisir, ça ne fait pas grossir". Ce qui est évidemment faux. La notion de plaisir est importante. Mais quand on mange compulsivement, il y a du plaisir et ça fait grossir. Bref, Zermati ne conseille jamais de se baffrer, que les choses soient bien claires !

Edit: la photo c'est parce qu'au départ je m'étais dit que j'allais faire un billet sur ma jupe en jean, mon basique de l'été, mise à toutes les sauces et portées encore rien que ce matin. Et puis en la regardant de près, je me suis dit qu'elle avait justement été prise ce jour où je me sentais serrée et qu'en effet ça se voyait un peu. Et une pensée en entrainant une autre… Qui sait, peut-être demain… 

Page 1 sur 712345Dernière page »