Zermati, ça marche aussi en vacances (surtout, même)

DSC_0144
Dans un récent billet particulièrement larmoyant et rempli d'auto-apitoiement, je faisais la liste de mes maux de pré-rentrée. J'y confiais notamment ma légère angoisse d'avoir quelque peu porté le "lâcher prise" jusqu'à son paroxysme et d'en éprouver du coup les limites. En termes plus simples, je redoutais le moment de la pesée du retour, convaincue d'avoir pris un peu de partout, voire beaucoup.

Du coup, certaines d'entre vous m'avaient justement interrogée dans les commentaires sur ça, sur la difficulté de faire la part des choses entre le lâcher prise recommandé par Zermati et le grand n'importe quoi du barbecue en vacances.

Je n'ai pas toutes les réponses, mais je peux vous parler néanmoins de la façon dont je gère désormais depuis trois ans les périodes où je ne suis pas dans mon rythme quotidien. Avec en préambule cette précision: je n'ai en réalité pas pris un gramme pendant les vacances, j'imagine que cette impression d'avoir gonflé était à 50% psy et à 50% hormonale. Ou l'inverse.

Bref, en vacances ou en we chez des copains par exemple, je tente de me rappeler les échanges que j'ai eu à ce sujet avec le docteur Zermati. Lequel me recommandait en premier lieu de me faire confiance. Ça n'a l'air de rien mais quand on a été complètement dépossédé de son instinct et de son bon sens par des années de régimes à la con, se faire confiance c'est en soi un gigantesque défi.

Faire confiance, donc, à sa faim, à sa sensation de satiété mais surtout dans ce cas à la RÉGULATION. Ce mécanisme naturel qui va faire qu'après deux ou trois repas copieux et dépassant donc de loin le fameux seuil de satiété, le corps va spontanément vouloir mettre la pédale douce. Pour cela, il faut bannir la culpabilité et l'angoisse d'avoir grossi et c'est certainement le plus difficile, conditionnés que nous sommes à regretter le moindre écart.

Alors que les écarts, comme me l'a également souvent répété monsieur Z., sont la preuve d'une certaine manière de notre équilibre. Personne ne parvient à respecter jour après jour la même façon de s'alimenter, les quantités parfaites aux heures dues. Et même, ceux qui y parviennent sont peut-être encore plus névrosés que les compulsifs du Pringles que nous sommes. (que je suis en tous cas).

Bref, forte de ces conseils, je me suis attachée à les garder en tête et ne me suis privée de rien durant les vacances (ceci dit je ne me prive de rien non plus pendant le reste de l'année). Ce qui ne signifie pas non plus que je me suis gavée. Mais j'ai mangé du clafoutis un jour sur deux, du gâteau chocolat/chataignes ou des pizzas mortelles de notre resto fétiche. Le reste du temps, c'était ratatouille maison (environ 234 ratatouilles ont été cuisinées durant ces vacances, mes enfants sont d'ailleurs sur le point je pense de m'assassiner avec une courgette si j'en refais d'ici juin prochain), taboulé maison ou salade de tomates. 

A l'arrivée, donc, un poids quasi identique (à 500 grammes près mais les 500 grammes étant même en moins) à celui que je faisais en partant.

J'en déduis donc que c'est possible, ce n'est pas un scoop mais je crois que c'était le premier été où j'étais vraiment en mode "instinctive", sans restriction ou presque (il est long le chemin, hein…).

Ce que je note aussi c'est que ces vacances encore plus que les précédentes et d'une manière générale cela vaut pour le reste de l'année, goûters des enfants mis à part, je n'ai acheté que très très peu de "produits manufacturés". Je me tourne de plus en plus en effet et ce sans efforts vers les matières "premières" que je cuisine, même de manière ultra basique. J'entends par là que je n'achète plus jamais de trucs comme des croque monsieur tout faits, des lasagnes surgelées, des hachis parmentier sous vide ou des yahourts type Danettes ou La laitière (qui n'ont de yahourt que le nom).

Ma mère me faisait la réflexion que tout de même en vacances je faisais pas mal de gâteaux. Ce qui est vrai et qui l'est aussi hors vacances, j'adore faire de la patisserie, c'est mon truc à moi quand je suis en panne d'inspiration ou que sais-je, la cuisine me vide la tête. Mais, lui ai-je répondu, du coup les enfants ne mangent presque plus de patisserie industrielle ou de pseudo laitages blindés de sucre et de gras. Au final je crois que c'est mieux.

Qu'on se rassure, je ne suis pas en train de devenir une intégriste du bio ou une locavore acharnée. Mais je crois que tout ça fait partie d'une démarche globale, que se faire confiance c'est écouter ses envies et que le corps réclame rarement un Savanne ou des twix, surtout s'il sait qu'il aura bien mieux à la place.

Voilà le fruit de mes réflexions, j'ajouterai un bemol à tout ça: je continue à manger du chocolat bien industriel et au lait et je pourrais tuer celui qui termine ma tablette de Nestlé amandes/nougatine.

Edit: Je crois que l'un des grands malentendus s'agissant du "zermatisme", c'est que certains traduisent un peu vite le "se faire confiance" et "manger à sa faim" par "si on mange avec plaisir, ça ne fait pas grossir". Ce qui est évidemment faux. La notion de plaisir est importante. Mais quand on mange compulsivement, il y a du plaisir et ça fait grossir. Bref, Zermati ne conseille jamais de se baffrer, que les choses soient bien claires !

Edit: la photo c'est parce qu'au départ je m'étais dit que j'allais faire un billet sur ma jupe en jean, mon basique de l'été, mise à toutes les sauces et portées encore rien que ce matin. Et puis en la regardant de près, je me suis dit qu'elle avait justement été prise ce jour où je me sentais serrée et qu'en effet ça se voyait un peu. Et une pensée en entrainant une autre… Qui sait, peut-être demain… 

82 comments sur “Zermati, ça marche aussi en vacances (surtout, même)”

  1. Marie a dit…

    J’aime ces articles qui me font penser qu’un jour j’adopterai un peu plus de légereté et de confiance en moi… et qu’avec ça, je retrouverai une sorte de légèreté sur la balance… (en attendant il n’y a plus de pile dans ladite balance et j’ai accouché de ma 3° il y a 5 mois… alors j’attends)…
    bonne journée !

    Répondre
  2. Pomme a dit…

    merci Caroline pour ce témoignage qui me met en confiance ; après des années de régimmes restrictifs où mon corps a été malmené, le zermatage commence à faire son chemin et j’avoue que, si je parviens à faire des écarts, à m’écouter, je redoute encore la pesée post-craquage …

    Répondre
  3. ChaCha a dit…

    c’est très intéressant d’avoir ce point de vue avec quelques années de RA de recul. merci :)

    sinon pour les produits manufacturés je n’en achète que très peu. d’ailleurs quand j’ai envie d’un biscuit ou de chocolat je me rends compte… que je n’en ai pas. évidemment ça arrive tard le soir, le temps de me mettre aux fourneaux l’envie est passée…

    mais en ces temps estivaux je déguste beaucoup de fruits (surtout la pastèque), de yaourts (comme tout le reste de l’année). et quelques magnums double caramel.

    Répondre
  4. Blonde Paresseuse a dit…

    Merci pour ce compte rendu… et pour ta franchise.

    Partie 3 jours dans le Médoc, à faire des apéros à rallonge et à manger de façon inégale à des heures bizarres, je suis montée très angoissée sur la balance en revenant.
    Identique.
    J’étais contente, à croire que c’est quand je suis dans le “courant”, le quotidien que ça se barre en sucette.
    Faut que je bosse là-dessus. Entre autres.

    Merci Caro.

    Répondre
  5. Mariléti a dit…

    Ah la la moi Zermati ça n’a pas marché. Je n’étais sans doute pas prête. Bref ça fait quelques mois que j’ai lâché et, bizarrement, là, maintenant que j’ai l’impression de suivre mon instinct (je ne mange pas si je n’ai pas faim même si “c’est l’heure”) j’ai perdu 2 kilos en écoutant mes envies (pas de suppression du chocolat du soir; mais pas de gavage non plus). Va comprendre. (Bon ok il a fallu que je digère mon diagnostic de SEP et ça a interféré dans le zermatage. Vais ptete m’y remettre finalement ?)

    Répondre
  6. delle a dit…

    Bonjour, je profite de cet article où tu reviens sur Zermati pour te remercier. Car sans le savoir tu m’as aidé à passer un cap, je ne vais pas revenir sur les détails de ma vie ces 6 derniers mois, ce n’est pas le but.Juste le hasard faisant bien les choses (le hasard, le destin,ou ce que l’on veut d’autres…) je suis tombé sur tes témoignages sur Zermati j’en ai relu beaucoup en partant du début… et ce dont tu parlais repondait vraiment à ce que je ressentais, ça a vraiment fait écho, et sans que je m’en rende compte ou presque j’ai fait la démarche RDV chez une nutritionniste trouvée sur le site du GROS et depuis 6 mois j eme sent mieux (et je perd du pois accessoirement :-)) Bref j’ai dit que je racontais pas ma vie. Je voulais juste te remercier d’avoir partagé ça et de l’avoir écrit de façon si agréable à lire, et merci pour l’article d’aujourd’hui…ça me fait y croire encore plus. Bonne journée

    Répondre
  7. La Ronde a dit…

    Pas facile de trouver un équilibre entre le lâcher-prise et le n’importe quoi. Souvent, je me demande si j’ai vraiment faim ou juste “envie” et j’ai rarement une réponse certaine. J’essaie plein de petits trucs pour “tester” ma faim, mais j’ai alors l’impression d’être en mode contrôlme permanent… Exactement ce que je fuis dans les régimes !

    Mais, comme toujours, ton expérience permet de relativiser et de prendre du recul. Plusieurs fois, ces dernières semaines, j’ai pensé à toi avant de commander un plat au resto : aujourd’hui, je me fais plaisir, je mange au-delà de ma faim si ça me fait du bien. Comme le dit Caro, l’essentiel est de trouver un équilibre entre le respect de ses sensations alimentaires et de ses envies. Demain, je serai plus attentive à mes sensations et ça se régulera tout seul… Et effectivement, mon poids n’a pas varié (voire même a perdu un petit kilos). Une belle victoire ! :D

    Répondre
  8. Fafa a dit…

    C’est marrant ce que tu dis sur ta jupe, en voyant la photo j’ai pensé “elle est vachement mince, ils sont où les kilos soit disant pris?” Alors que, soyons honnête, je ne te connais absolument pas.
    Je te rejoins sur les produits industriels. J’ai le sentiment qu’en même quantité pour un produit identique mais maison, on grossit.
    Bref, félicitations, et vive la Fée Régulation.

    Répondre
  9. marje a dit…

    Je suis contente pour toi, Zermatti et toi, c’est pour la vie ! Le chocolat lait/amandes/nougatine est vraiment top, tu as raison mm si mon corps reste fidèle au lait/amandes caramélisées/pointe de sel ! A demain pour la jupe peut-être …Bonne fête à Rose.

    Répondre
  10. Carson a dit…

    Kalimera,

    pour être suivie par le docteur Z depuis plus d’un an (grâce à l’auteur de ce blog qui, pour cela, sera donc bénie jusqu’à la 12ème génération), je ne peux que confirmer que oui, ça marche aussi en vacances. Pour ma part j’ai pu donc passer 15 jours en club cet été en all inclusive sans me jeter sur les buffets mais sans me priver non plus et revenir avec le même poids qu’en partant, voire avec un kilo en moins. Ce que je n’aurai jamais cru possible au vu de mon passé compliqué avec la bouffe.

    Par contre le distributeur de sucreries du bureau m’a fait de l’œil hier et je l’ai donc soulagé de 2 Twix, non pas parce que j’avais faim mais par ce que les gens cons comme des malles avec qui je bosse m’avait énervée. Et j’ai bien sûr culpabilisé mais là, je n’ai pas vraiment énormément avancé, il faut bien le dire mais j’ai bon espoir :-)

    Répondre
  11. MY SHABBY FRENCH LIFE a dit…

    Je ne sais pas pourquoi, ton article me fait du bien. chez moi le poids c’est un peu dans la tête : je pèse le même poids qu’à vingt ans, mais à cette époque là, je voulais être belle et squelettique ! ce qui fait que je suis finalement une obsédée de la balance, alors que je ne grignote jamais, ni ne mange entre les repas, ni ne mange de chocolat (ou alors un carré). J’ai beau savoir que tout est dans l’acceptation de notre poids de base (comme te l’avait dit Zermatti au début d’ailleurs) ben j’aurais voulu…. lalala
    bisous

    Répondre
  12. fmior03 a dit…

    Waouh, quelle réussite! Parce que comme tu l’écris, il est long, le chemin pour se faire confiance dans ce domaine (et dans pleins d’autres mais là n’est pas le sujet).
    J’ai découvert Zermati en même temps que ton blog, l’un ayant mené à l’autre, après avoir dévoré “Maigrir sans régime” en me disant à chaque page “mais c’est bien sûr! Mais c’est bien sûr!” et je vais y revenir après une grossesse qui du point de vue alimentation a été plutôt sympa sans accuser trop le coup (+13 kg en mangeant du chocolat lait-noisettes entières de manière irraisonnée). Cela avait très bien fonctionné avant la mise en route de bébé et – bonheur suprême – tout cela en me sentant bien avec mon corps.
    Bonne reprise :)

    Répondre
  13. Lza a dit…

    Ca fait quelques années que mon poids et moi sommes plutôt en paix (enfin, à peu près :)) et je suis complètement d’accord avec toi : sans êttre une intégriste du slow food ou une locavore convertie, j’ai remarqué que moins tu manges de produits manufacturés, mieux tu te sens (textures et goûts bizarroïdes dans ces machins-là, souvent trop gras, salés, sucrés…). Donc j’essaie aussi de faire des choses simples mais “vraies”.

    Répondre
  14. Marine92 a dit…

    J’avais tenté de suivre les préceptes de Zermati en suivant son site l’année dernière.
    Peu concluant pour moi, je n’ai pas réussi à saisir le truc par internet. C’est que j’ai besoin d’humain moi!
    Cependant au retour de mes 15 jours de vacances en Californie que je redoutais j’ai perdu presque un kilo.
    Et pourtant c’est dangereux les US pour la (mal)bouffe.

    Alors est ce le non stress des vacances, le lâcher prise ?
    Je ne sais pas définir cette sensation mais j’ai apprécié et je tente de conserver cet état de grâce ( et pas grasse) depuis mon retour. Mais j’ai senti que je me faisais plaisir en faisant les bons choix…
    Peut être que j’ai pige le truc finalement?

    Répondre
  15. anacoluthe a dit…

    Y’a un mec qui a théorisé ça ?! Je pratique cette méthode depuis des années sans le savoir, je suis hostile aux régimes depuis toujours (d’où mon ignorance sur Zermatti), j’écoute mon corps, je ne me prive pas de bons trucs… et je pèse grosso mode pareil depuis 20 ans.

    Mais bon, en général, c’est un sujet dont je ne parle pas, parce que je me sens toujours extra-terrestre vu que la plupart (toutes ?!) les femmes semblent toujours être au régime/en finir un/en commencer un… et je ne veux pas me la ramener avec mon “moi jamais de régime !”. Mais je suis contente qu’un médecin valide ce qui me semblait un bon sens terrien pas trop réfléchi !

    Répondre
  16. madamezazaofmars a dit…

    J’ ai opté pour cette méthode et ne me suis pas privée non plus cet été. Résultat apres deux mois de glaces, d’ aubergines a la parmesane, et autres tenteaions estivales, je n’ ai pas pris un gramme.

    Répondre
  17. Xiou_Isa a dit…

    Je vais sans doute mettre un pavé dans la mare ici car j’avais la même sensation que l’auteur de ses lignes en rentrant de vacances et de mon côté, j’ai effectivement pris 3 bons kilos ;)
    J’ai lâché prise notamment sur les apéros et les sorties multiple au resto. Je me sentais super bien…

    Je ne culpabilise pas vraiment, je pense juste que je suis plus proche de mon poids de forme (poids autour duquel ma balance varie depuis 15 ans maintenant…) sauf que ce poids de forme est bien ne me convient pas vraiment car il est bien loin des standards de la mode. Ben oui, je ne rentre pas dans un 42 dans bien des enseignes et je n’aime pas trop l’image que ça renvoie de moi.

    Je voulais juste dire que le chemin de l’acceptation est long et compliqué; j’ai compris que ça ne servait à rien de me battre avec des régimes et de m’affamer, ça épuise mais la société dévalorise encore beaucoup les femmes rondes comme si c’était du laisser aller.

    Désolée pour le coup de calgon du matin…

    Répondre
  18. La Fée de Marseille a dit…

    Je suis très loin de cette serennité que je vous envie… et malheureusement la nourriture n’est pas encore devenue un plaisir, qu’on arriverait à contrôler.
    Je sais maintenant qu’il y a des heures critiques et notamment le soir à dix huit heures quand tu rentres du boulot à moitié morte et qu’une autre journée t’attend. Tu as l’impression que manger ( et pas une pomme j’ai déjà essayé) t’aide à tenir.
    Il est long le chemin c’est sur… Mais quand on voit ce que ça a donné avec toi, on ne peut occulter l’espoir qu’un jour les choses s’apaisent et se calment…
    Pour ce qui du plaisir de cuisiner soi-même, j’ai pu constater aussi, que
    prendre un repas n’en est que plus agréable.Mais c’est ce p—– de temps, j’ai l’impression de ne pas y arriver…

    Répondre
  19. Automne a dit…

    Personnellement, après des décennies de mauvais traitements divers et variés infligés à ma pauvre enveloppe corporelle, l’acupuncture, la médecine chinoise et le yoga m’ont aidé à avoir cette approche globale du corps, m’ont détachée de l’approche intellectuelle que l’on en a, exit le control freak, hello les sensations, et, oui, se faire confiance.

    Je suis toujours un peu ronde, mais je ne connais plus l’enfer des troubles du comportement alimentaire et rien que ça c’est une victoire.

    PS : et je n’ai moi non plus pas pris un gramme durant cet été.
    PS2 : on devrait monter un club.
    PS3 : ou pas ? :)

    Répondre
  20. L'épice a dit…

    Que ça fait du bien de lire ton billet puisqu’il fait écho à ce que je vis depuis quelques temps.
    Alors d’abord: immobilisée chez moi depuis près de 2 mois pour cause de zona puis de jambe cassée, je n’ai donc quasiment pas bougé. Pourtant, j’ai bien mangé, je me suis fait plaisir, j’ai refusé de renoncer à mes m&m’s… résultat? ben rien. ça va. je ne bouge pas mes fesses, mais je ne grossis pas (et je perds même un peu).
    Comme quoi, en dehors du stress quotidien du boulot, mon corps arrive à se faire entendre et à réguler ses demandes selon les dépenses que je lui impose.
    2e point: depuis presque 2 ans maintenant, on a considérablement réduit les gâteaux industriels. Je fais des muffins maison qui nous servent pour le ptit déj et du coup on a arrêté les biscuits Gerblé & co. L’idée de base, dans notre cas, c’était le désire de réduire l’huile de palme de notre alimentation. Et ça se propage doucement mais sûrement à d’autres choses que les gâteaux. On part désormais beaucoup plus de légumes de base pour se faire des ptits plats simples mais goûteux.
    Tout va bien, quoi. Zermati reste pour moi le top du top de la nutrition. En tous cas, il m’aide à m’approcher de mon bonheur concernant la nourriture (c’est à dire: manger ce que j’aime, jusqu’à satiété, et sans culpabilité).
    Sauf que le retour au travail est prévu dans une dizaine de jours et que du coup, je m’inquiète à l’avance de comment je gérerai tout ça…

    Répondre
  21. Juekiblog a dit…

    j’aime beaucoup ce que tu écris, et j’adhère totalement..; j’ai l’impression que ton vécu ressemble au mien. J’ai été ronde, moins ronde, plus ronde… depuis la naissance de mon second enfant, mon corps et mon cerveau se sont enfin connecté et tranquillement mais surement je suis passée de ronde , à pulpeuse, … ma troisieme grossesse n’a rien changé… il faut juste que je me remette au sport! Mais j’arrive instinctivement sans jamais la sensation d’être frustrée ou privée, a manger sainement!
    Merci en tout cas, de partager ton expérience de la vie, c’est bien écrit donc toujours agréable lire ;)

    Répondre
  22. Milky a dit…

    Je te suis à fond pour les produits industriels…
    Dans le même genre, au bout d’un an de non-achat de produits contenant de l’huile de palme, surprise ! Mon cholestérol avait drôlement baissé. Ce serait bien que les médecins arrêtent de nous embêter avec nos tartines de beurre et notre saucisson, , alors que les vrais méchants ne sont certainement pas les gâteaux choc-châtaigne préparés avec amour (si c’est préparé avec amour, c’est dégusté avec respect, et c’est plus compliqué de s’empiffrer comme ça qu’avec des BN, non ?)
    Reste que si on bosse comme un dingue, c’est quand même un peu plus compliqué de cuisiner, même très simplement ; l’hiver dernier j’avais un compte chez Picard… C’est pour ça (entre autres) que je suis passée à mi-temps !

    Répondre
  23. Nath (encore une) a dit…

    exemple de mes vacances : après 3 jours apéro copains / dîners table d’hôte / resto à midi, et ben… on n’avait vraiment plus faim que pour petit déj et repas le soir, notre corps nous a dit “tu peux zapper le midi, je te dirai quand reprendre”. Et c’est ce qu’il fit :-)
    au final, je pèse moins qu’avant les vacances (en mode super stressée)

    Répondre
  24. Marie DD a dit…

    J’ai essayé Zermati quand tu as commencé à en parler, puis avec l’aide de linecoaching. Le site m’a un peu déçu tellement il était non-personnalisé au point d’avoir des réponses d’ordinateur qui se contredisaient sur deux phrases, mais au final j’en ai retenu les principes fondamentaux, et ça m’aide beaucoup au quotidien, indéniablement.
    Par contre ce qui ne change pas, c’est les grignotage sans faim devant la télé, devant les séries à la con, et parfois même le baffrage en cas de bouh la vie c’est de la merde. J’ai pas le souvenir de t’avoir lu parlant de gros craquages – en dehors des laisser-allers vacances, potes etc.
    Ca veut dire que tu as toujours réussi à gérer depuis que tu as commencé, sans grosses rechutes, sans gouters qui durent jusqu’au repas du soir?

    Répondre
  25. Blanche neige a dit…

    Ca tombe bien que tu parles de ça aujourd’hui car j’ai un souci et j’aurais besoin de conseils. Depuis les problèmes qu’on a eu avec son papa, ma fille ainée a en quelque sorte compensé par la bouffe et a beaucoup grossi. Elle a 9 ans et a la taille d’ine enfant de 9 ans mais porte du 12 ans dans lequel elle devient serrée.
    Je ne sais pas comment aborder les choses sans la traumatiser à vie sur son poids.
    Help j’ai besoin de conseils.

    Répondre
  26. Valérie a dit…

    Finalement je ne crois pas qu’il faille faire la paix avec soi-même, son corps, la nourriture, tout ça.
    J’étais tellement agacée par tes anciennes lamentations à propos de quelques kilos en trop, si dérisoires à côté des miens : c’en était blessant, et même insultant. Je me souviens en particulier de quelques mots à propos des photos des vacances en Corse qui ont suivi la naissance de Rose : « une femme à laquelle je ne voudrais pas ressembler »… alors que je pèse bien plus que le poids de deux de ces femmes-là.
    Mais finalement c’est cette non acceptation qui t’a conduit à la démarche « zermatienne », démarche qui te convient, t’a permis de perdre du poids et de te sentir mieux. C’est cette non acceptation qui te permet de rester vigilante.
    Alors non, finalement, il ne faut pas faire la paix. Cette paix (ou je-m’en-foutisme-bien-obligée, ou tactique-de-l’autruche, ou tant d’autres choses) qui m’a conduit à peser 180 kilos.

    Répondre
  27. Plum' a dit…

    Hello du début d’après-midi..

    Hier soir nous fêtions nos noces de plomb.

    Le lâché prise dans l’assiette fut aussi de rigueur.

    Ce restaurant qui cuit les mets dans un four de charbon végétal est sublime. Je n’avais jamais mangé de dorade et quand j’ai vu l’assiette arriver je me suis dit que la bestiole était ENORME, et bien non, j’ai tout mangé sans culpabiliser ! Je crois que le ‘mode plaisir’ était à son paroxysme avec la glace gourmet aux fraises.
    Tout cela pour dire que je dis merde à la balance depuis quelques mois et que je m’écoute plus.

    Je fais énormément de cuisine aussi, ces temps derniers je suis également clafoutis à fond, j’ai d’ailleurs des mirabelles qui attendent leur tour d’aller au four cet après-midi. J’achète de moins en moins de produits préparés…sauf le chocolat et les pâtes de fruits bien sûr !

    (Ps : La cerise sur le gâteau(la glace en l’occurrence) fut le cadeau de mon chéri :(un peu en rapport avec votre billet d’hier) mon mari m’a offert un bracelet en cuir rose Chamilia et a fait rajouté à celui-ci une petite pièce ronde en verre de Murano avec des motifs en forme de coeurs.
    Il m’a dit qu’à chaque événement je pourrai rajouter une pièce de mon choix au bracelet. Je ne connaissais pas le concept de cette marque de bijoux mais je dis bravo à mon Doudou qui-d’habitude- n’a aucune idée. )

    Bien à vous.

    Plum’

    Répondre
  28. SarahC. a dit…

    C’est peut-être (sans doute) con, mais depuis que tu parles de Zermati, je me demande si d’une manière ou d’une autre, on pourrait adapter ses théories à la cigarette.
    Peut-être parce que beaucoup des sensations que tu décris (la culpabilité, le fait d’en fumer 15 à la suite quand une tentative se solde finalement par un échec … ) se retrouve dans le sevrage du tabac.
    Je sais pas si je suis claire ou si y a vraiment une concordance et mais je me pose pas mal la question depuis tu parles de ce docteur.
    Bon, je reviens dès que j’ai développé une théorie un peu solide … : )

    Répondre
  29. Plum' a dit…

    Valérie, chaque personne est différente et chaque situation aussi. Est-ce bon pour vous de vous comparer à une autre personne ? Se ‘nourrir’ de témoignages divers sans aucun jugement est peut-être plus positif, non ?

    Bon après-midi.

    Répondre
  30. Plum' a dit…

    En cas d’envie de grignotage intempestif devant la télé je décidait d’enregistrer, il m’arrivait de téléphoner à un(e) amie, ou de sortir marcher un peu..Ce qui fonctionne bien ET qui fait du bien aussi : se préparer un bain de pieds loiiiiin de tout, ça détend et ensuite on exfolie les petites peaux etc….Bon d’accord, c’est juste des petites astuces à la noix mais ça peut fonctionner pour d’autres ;)

    Bon , cette fois-ci , bon après-midi à toutes et tous

    Plum’

    Répondre
  31. Olivia a dit…

    Merci je suis en train de finir leur thérapie GROS et j’ai parfois des doutes. Je suis rassurée de voir que c’est normal et pas si grave que ça (en tout cas sur la balance)

    Répondre
  32. berengere a dit…

    si je m écoute moi je vais bien prendre ! Suis quasi sure que c est fait d ailleurs !!! Même si le fait d être un plus hâlée que d habitude pourrait me faire croire l inverse !
    On a beau abuse de viande ou poisson grillés ici en Croatie (bon de bière, de ajvar de fruits et de ….brignets aussi) monter sur la balance ou essayer un vêtement que je n ai pas mis ds ms valise sera une petite épreuve lundi !!!! bon je note comme résolution de rentrée me mettre à la pâtisserie et trouver une aussi jolie petite jupe en jean que la tienne ! D’ ailleurs c est quoi ce billet que tu devais écrire !!!???!!!

    Répondre
  33. Moly a dit…

    Bravo Caroline et Merci!

    Merci de nous faire suivre ton expérience Zermati, elle m’a convainue comme d’autres ici on dirait.
    J’applique cette méthode de façon “allegée”: j’attends la faim pour manger et j’essaie de m’arrêter a satiété ( c’est un peu plus difficile..). Par contre je n’ai pas fait de carnet alimentaire, pas d’exercices de pleine conscience etc…et bien a ma grande surprise je n’ai pris qu’un kilo a 5 mois de grossesse et en ne me privant de rien, alors qu’a ce stade pour les précédentes grossesse c’était déjà la cata.

    Une question, sait tu ce que pense Monsieur Z de l’application de sa méthode pendant la grossesse?. Je tiens a préciser que je mange de tout et que je ne me prive pas donc pas de risque de carences..

    Donc voilà mon petit témoignage et encore merci pour ton blog

    Répondre
  34. Sibylle a dit…

    Tu sais qu’étant une mince sans problème de poids, tes articles sur Zermati ont tout de même changé mon rapport à l’alimentation, je “conscientise” mieux ma satiété, j’ose m’arrêter dès l’entrée sans me dire que ce n’est pas équilibré ou que sais-je, je fiche surtout une paix royale à mon garçon s’il ne veut pas manger, je réponds toujours “c’est toi qui sait” histoire de faire passer le message que personne d’autre que lui n’éprouve ses sensations et ne peut donc décider s’il doit finir ou non son assiette etc. Et je te dois beaucoup !!
    Là je suis enceinte avec un diabète gestationnel, et ce qui me gêne ce n’est pas tant ce qu’il y a dans mon assiette (j’adore les légumes donc ok) que le fait de perdre la spontanéité de mon alimentation, ça m’a rendue hystérique les premières semaines, avec la peur de perdre mes habitudes assez zermatiennes finalement…
    Voilà, c’était ma petite histoire, mais c’était surtout pour te remercier de tes très précieux témoignages sur ce sujet (et les autres !).

    Répondre
  35. Marie DD a dit…

    C’est vrai qu’avec les bouquins ça marche moins bien parce tourner les pages avec une main dans le paquet de pringles c’est pas facile

    Répondre
  36. DOMINIQUE a dit…

    Je ne peux pas m’en empêcher. La dernière mode fashion to have to be, bref. Le chignon genre “donut” sur le sommet du crâne.
    Glamour à souhait.
    Déjà que Lana Del Rey nous fait le coup de la choucroute des années 60…
    Au secours !

    Répondre
  37. Catherine a dit…

    Je dois dire que depuis que je suis son programme sur internet (pour cause d’éloignement) j’ai maigri sans même savoir comment, sans rien changer à ce que je mangeais avant, seulement en mangeant différemment. Ce n’est qu’un début mais il est vraiment prometteur et j’espère, dans 3 ans, pouvoir dire la même chose que toi.

    Merci de me l’avoir fait connaître.

    Répondre
  38. SmouikSmouik a dit…

    meuh non, faire des yaourts, c’est supra simple… sérieux ! Préparation : 5 mn montre en main. Bon OK, pas pour se faire des youarts super compliqués (quoique je ne me suis jamais vraiment lancée de dans) mais j’en fais une fois par semaine à la vanille et franchement c’est top. Et ce n’est pas vraiment pour le côté “bio” et sain mais plutôt pour l’économie d’emballage que je m’y suis mise. Allez, si vous décidez d’acheter une yaourtière (après étude de marché la SEB avec pots de 125 ml est top), je vous donne mes “trucs”, compil de ce que j’ai glané sur les forums après quelques ratages notoires…

    Répondre
  39. dorothée a dit…

    Je te kiffe!
    Zermati est rentré dans la ma vie grâce à toi, de manière peu efficace dans les faits pour l’instant, mais intellectuellement c’est l’extase!
    Et oui, je crois que le mot “c’est global” est le plus juste!
    Ca veut rien dire ce com’ …
    Enfin si ça veut dire “trop en phase!” (ce qui ne veut rein dire non plus…)
    Bon je vais me coucher!

    Répondre
  40. dorothée a dit…

    Moi aussi cet été j’ai repensé à la bannière du blog, avec cette femme en maillot de bain. Moi aussi je me souviens avoir applaudi des deux mains cette femmme!
    Et là,je me suis regardée, moi,(84kg!) j’avais sur le derrière un bas de maillot de bain un peu serré, avec la graisse qui bloubloutait de chaque côté de l’élastique et ma magnifique culotte de cheval ressortant certainement derrière. L’apothéose étant que j’avais décidé de faire du monokini. J’ai 33 ans, j’ai allaité mon fils 9 mois, je fais du 95D, bref j’ai les seins qui tombent. Mais je me promenais à moitié à poil sur cette plage (où personne ne faisait de top less d’ailleurs.)
    Et je me suis dit que, peut être derrière, les gens se disaient que c’était vilain de se montrer quand on n’est pas une sylphide, mais peut être aussi que l’ado rondelette là bas qui garde son tee-shirt se disait que y’avait des trucs plus graves qu’un petit bourrelet…et puis surtout finalement j’me suis dit que j’en avais rien à péter! J’étais juste bien!
    Acceptation de son corps?? C’est cela que je voulais dire par l’extase intellectuelle.

    Répondre
  41. ladymarlene a dit…

    A ce propos, je tiens à dénoncer un scandale.

    Les mini rochers Suchard.

    Non mais c’est quoi ça ?

    Les rochers Suchard, c’est GROS. Sinon c’est pas des rochers Suchard.

    Sinon absolument d’accord avec tout ce qui a été marqué précédemment. Et archi d’accord avec toi quand tu dis que ceux qui font toujours attention à tout ce qu’ils ou qu’elles se collent dans la bouche (oui, j’ai conscience du double sens présent dans cette phrase,) sont plus névrosée que nous, addicts des curly. (Oui moi, c’est le curly…)

    Répondre
  42. ladymarlene a dit…

    Et j’ajoute que je suis d’autant plus d’accord que j’ai assisté à une discussion HALLUCINANTE d’ignorance et truffées d’idées reçues à propos d’une gamine visiblement atteinte de troubles alimentaires. J’ai mis mon grain de sel en disant à la mère (inquiète forcément) qu’elle ferait bien d’emmener sa fille voir Zermatti..réponse : “ma belle soeur est nutritionniste elle lui dit de mieux manger !”
    Cette jeune fille a besoin au minimum d’un nutritionniste qui fait aussi attention au mental, mais surtout d’un PSY. Et sa mère a également dit que les garçons la regardaient plus…..d’une part, de nombreux garçons regarderaient une chaise en jupe, d’autre part je pense que sa mère elle même la trouve plus belle maintenant qu’elle est squelettique…(et je n’exagère pas…) j’ai bien peur qu’on n’ait pas le cul sorti des ronces pour ce genre de problèmes….

    Répondre
  43. ingrid a dit…

    Je suis contente pour toi Caro..c’est la cerise sur le gateau de découvrir en rentrant que finalement, malgré nos craintes légitimes, on a réussi à gérer nos petits excès de vacances !
    Moi comme toi, je suis un peu obsédée de la balance.. j’ai beau me dire que ça sert à rien de me peser tous les jours…quand je suis chez moi, je suis comme attirée …d’ailleurs, j’ai déjà remarqué que si je me fais violence quelques jours pour ne pas me jeter sur la balance, mon poids a tendance à descendre ..!! pourtant je “zermate” depuis bientot DIX ans, d’ailleurs relativement avec succès..mais j’ai fait sa méthode avec ses livres et ceux d’Apfeldofer.. et du coup, j’ai du louper l’épisode où on apprend à lacher la balance (à moins que ce chapitre n’y figure pas).. bref, quinze jours de vacances déjà sans monter sur la balance..dur dur !! mais bon, je fais tellement de sport (bon d’accord j’adore ça)..que je serai capable d’avoir pris du poids (du muscle en l’occurence)..et ça me déprimerait bêtement !! :-)…
    je te rejoins sur le côté “industriel” que j’ai tendance à bannir.. notamment pour les plats tous préparés..(en plus,je les trouve franchement mauvais)..et je fais aussi de plus en plus de gateaux maison..mais je continue à acheter des gateaux tous fait par manque de temps et aussi parce que les enfants et l’Homme..ça mange !!(et pas toujours envie de manger ce que j’ai fait)..pour ma part, je me sers énormément de ma machine à pain (je voulais l’emmener en vacances, mais mon homme a ralé, ça prend beaucoup de place).. je fais des brioches, des pains de mie..etc en fait, pour moi le secret pour ne pas s’en lasser c’est de faire la pâte dans la machine et de cuire au four ! c’est bien meilleur !
    je crois que j’ai fait une disgression..mais c’est pas grave..
    pour en revenir à toi.. ta jupe te va très bien et tu as une très belle ligne !! :-) ..
    bon, aujourd’hui je quitte la basse normandie pour rejoindre la Haute Normandie et continuer mes vacances..alors rangement et ménage m’attendent pour la journée..c’est pas le moment qu’on préfère !
    bonne journée à toutes !

    Répondre
  44. marina a dit…

    il m’a fallu plus de trois ans pour arriver à fonctionner en mode zermati mais au bout de 3 ans j’ai 10 kilos de moins et surtout, surtout( et pour ça je ne le remercierais jamais assez) j’ai retrouvé (ou trouvé) le vrai plaisir de manger !

    Répondre
  45. anne a dit…

    moi je vais peut-être jouer le vilain petit canard mais j’ai quand même une petite précision a apporter : nous te lançons un vrai challenge : celui de l’arrêt complet du tabac et ensuite continuer la mathode zermati sur du long terme et la seulement nous jugerons reellement car chacun sait que ce fichu tabac est aussi un excellent coupe-faim pour beaucoup d’entre nous ; pari tenu ? et la vie trépidente, moderne ne permet malheureusement pas toujours de disposer d un peu de temps pour bien cuisine, faire de la patisserie etc… c est vrai que je me rattrape pendants les vacances mais elles sont si courtes.

    Répondre
  46. SmouikSmouik a dit…

    Elle est pleine de bon sens M’dame Jo… et moi j’adore tous ces échanges… Merci Caro de nous laisser cette tribune libre grâce à ces posts renouvelés sur tous ces sujets qui nous préoccupent !

    Répondre
  47. Lola a dit…

    Je m’autorise un commentaire un peu acerbe, peut-être parce que je me sens personnellement visée par certains mots de ton article (on est d’accord sur la rationalité du “personnellement visée” alors que tu ne m’as jamais vue, hein).

    Quand je lis “attention, je ne suis pas devenue une intégriste du bio ou une locavore acharnée” (de mémoire), j’avoue, ça m’énerve. Parce que bio ne rime pas forcément avec intégriste et locavore avec acharnée. Parce que continuer à associer ces mots à “sectaire allumé qui vit en communauté en chantant des mantras”, ça ne sert à rien. Parce que peut-être que la démarche Zermatti, ou l’idée qu’un gâteau maison vaut mieux qu’un yaourt industriel, il y a 10 ans, tu l’aurais condamnée avec d’autres mots… Alors le fait que tu aies aujourd’hui plus de conscience par rapport à l’alimentation fait que peut-être, un jour, tu te diras aussi que le bio ça a sacrément du sens et que le local c’est important.

    La prise des conscience des enjeux, ce n’est pas être chiant, c’est parfois simplement de l’intelligence.

    Donc dire “attention, c’est pas parce que je ne me fouts pas de tout que je suis chiante”, c’est juste encourager l’idée que ceux qui ont de la conscience c’est chiant, et moi je trouve ça très… chiant. N’ayons pas peur de ceux qui ont des convictions et les assument ! On peut trouver saoulant ceux qui ont des convictions et les assènent comme des dogmes, mais c’est loin d’être une spécialité des bio, si tu veux mon avis (qui, eux, n’ont pas fait 20% aux élections, suivez mon regard).

    Coup de gueule du jour, dont je pourrais bien comprendre qu’il te gonfle vu que des récents commentaires, mais dont je t’assure, au fond, de la tendresse liée à des années de lecture de ton blog.

    Répondre
  48. lablune a dit…

    Je n’ai pas grand-chose à rajouter si ce n’est “merci”, de rappeler cette petite chose qu’est le plaisir mêlé à l’instinct, qui peut tout rendre bien mieux, si l’on enlève la culpabilité ;)

    Bonne rentrée ! =)

    Répondre
  49. Plum' a dit…

    Avoir la logique locavore me paraît très intéressant aussi à partir du moment tu rencontres ces petits producteurs non loin de chez toi. Je n’associe par contre pas ces derniers à des producteurs qui font forcément dans le bio néanmoins. Le producteur local peut tout aussi bien foutre plein de pesticides et autres. Tout comme les produits estampillés bio peuvent venir de pays situés à des milliers de km aussi.
    Si on veut avoir une démarche écologique on a intérêt à bien ouvrir ses mirettes ;)

    C’était juste une petite ()

    Bonne après-midi

    Plum’

    Répondre
  50. fmior03 a dit…

    Bien d’accord avec Plum: je reste très perplexe quand je vois les vitrines du magasin bio d’à côté annonçant des fruits ou légumes venant de l’autre bout du monde…
    Et bien d’accord aussi avec Lola: on peut avoir une conscience de tout cela, sans pour autant acheter systématiquement bio ou local, mais en… “pleine conscience” ;-)
    Trois pistes:
    * regarder d’où viennent les fruits et légumes que l’on achète et privilégier l’origine française (si c’est faisable, bien sûr). En plus, ça aide nos agriculteurs.
    * enregistrer qu’il y a des saisons et privilégier les fruits et légumes de saison
    * acheter des “paniers de producteurs”: fruits et légumes de saison garantis, surprises au programme (mais qu’est-ce que je vais faire de ce truc??)

    Répondre
  51. Caroline a dit…

    lola, tu vois des choses dans cette phrase qui n’existent pas. Je voulais simplement dire que je n’étais pas pour autant devenue une militante du bio ou du “manger local”. Pas parce que je trouve que les militants en question sont des illuminés, juste parce que voilà, je n’ai pas vraiment de “principes” chevillés au corps en la matière. Tout ce qui relève du dogmatisme me gonfle, qu’il s’agisse de la défense des animaux, de l’allaitement à vie ou de la promotion du bio. Surtout, franchement, le stand bio de mon marché vend des ananas et des cerises en novembre. Bio mais importées. Idem pour le manger local, parfois le producteur d’à côté met des pesticides partout, hein. Bref, j’essayais juste d’expliquer que par gout plus que par “idéologie”, je me tournais de plus en plus vers les produits “bruts”. S’ils sont bio et cultivés pas loin de chez moi, c’est encore mieux. Mais pas plus, pas moins… Mais d’une manière générale, j’ai en effet une certaine méfiance vis à vis des défenseurs de causes, même si les causes en question valent la peine. Je suis trop pleine de doutes et tient trop à mon autonomie pour me sentir à ma place dans ces mouvements. J’admire quelque part ceux qui sont prêts à intervenir partout pour défendre leurs idées et développer leur argumentaire. J’admire encore plus ceux qui appliquent leurs convictions au quotidien. Je ne suis pas comme ça, j’ai mes faiblesses qui m’empêchent de rester droite dans mes bottes et respectueuse de mes convictions. Voilà ce que j’essayais d’expliquer, pas sûre d’y être mieux parvenue.

    Répondre
  52. Marieand a dit…

    Bravo, c’est assez remarquable, après quatre semaines en Corse, et j’en sais quelque chose, comme tu t’en doutes (mon poids était identique également mardi, mais nous ne sommes restés que dix jours). ;-)
    Je suis à nouveau ravie de t’avoir croisée cette année avec ta jolie famille, bonne rentrée à vous …

    Répondre
  53. Lola a dit…

    Mais évidemment que “local” ça veut pas dire “local à tout prix” et “bio” “n’importe quoi qui ait un label”… Quand on dit “je suis plutôt de gauche”, la réaction première n’est généralement pas de conspuer l’ex-URSS en disant qu’ils étaient de gauche et qu’ils ont fait n’importe quoi, si ? (chez moi, non : je comprends plutôt que la personne est plus branchée “social” que “libéral”, ce qui est quand même le sens premier de ce qu’elle dit, me semble).

    Quand on parle de local et bio, à la base, ça veut dire cultivé sans produits chimiques et transporté sur une distance raisonnable, et souvent, la démarche qui sous-tend ça, c’est la compréhension de ce qu’est la nourriture, les enjeux pour soi et la nature. C’est plutôt intéressant… C’est bizarre comme systématiquement on vient te dire “mais attention, cette démarche, elle peut être galvaudée”. Bien sûr qu’elle peut l’être ! Comme n’importe quelle démarche ! C’est juste pas l’idée première…

    Répondre
  54. Mathilde a dit…

    Bonjour Caroline,

    Merci pour ce blog vivant et diversifié,on sent que tu n’es pas dans le “storytelling” de ta propre histoire icimais dans un vrai échange, ca fait du bien!
    Sur le sujet Zermati… je ne peux que plusseoir. Souffrant de TCA sévères depuis plus d’un an (anorexie boulimie), je reve de cette douce libération de la tyrannie alimentaire…Je ne suis pas une ancienne (ni meme tout a fait une actuelle) grosse, mais je crois que Dukan Cohen et ces chrononutritionnistes de mes fesses nous menent tous droits vers l’exploision des TCA. Et sans rire, je ne souhaite cela à personne. J’ai 23 ans, des études brillantes et une tete potable et je risque de perdre mon boulot et mes amis a coté de cette maladie. Rien que pour ca, zermatons plutot que régimons.

    Répondre
  55. Caroline a dit…

    mathilde, je te souhaite de tout coeur que ça s’arrange. et oui, bien sûr, les cohen, dukan et cie ne font qu’intensifier le problème, créant de la frustration et par conséquent des compulsions. Courage…

    Répondre
  56. Caroline a dit…

    lola, j’entends bien que tu as envie de lancer un débat sur ce sujet mais encore une fois, ça n’était pas mon propos, je précisais juste que je n’étais pas pour autant devenue une adepte permanente du local et du bio, plus par flemme et manque d’opportunités d’ailleurs que par conviction ! et je n’ai jamais traité personne d’ayatollah du bio !

    Anne, je comprends le sens de ton commentaire, mais je me permets malgré tout de te répondre que je ne demande à personne de me “juger” ou de m’attribuer des bons points. Je suis désolée mais je ne conçois pas mes choix de vie comme des challenges que je raconterais sur ce blog et n’attends pas d’approbation ou de félicitations de la part des gens qui me lisent, que ce soit pour une perte de poids ou l’arrêt du tabac. Quant à la dimension coupe faim du tabac, of course, je la connais et c’est d’ailleurs pour ça que j’en parle systématiquement, par honnêteté. Ceci étant dit, quand j’ai commencé zermati, je fumais déjà et ça ne m’empêchait pas d’avoir des compulsions et de grossir depuis deux ans sans pouvoir enrayer le phénomène…

    Répondre
  57. Joëlle a dit…

    Merci pour ce billet…tu m’as donné le courage de monter sur la balance. Ca fait deux semaines que les vacances sont finies, et deux semaines que je repoussais ce moment…bon, en même temps rendez-vous chez ma diète (qui me suit depuis plusieurs années, qui est devenue ma psy de la bouffe…) la semaine prochaine….mais en te lisant ce matin, hop, j’ai pris mon courage à deux mains…et incredible but true, deux kg envolés. Résultat, je cours, je vole, je plane, le tout avec le sourire aux lèvres….Merci encore une fois!

    Répondre
  58. ladymarlene a dit…

    Je dois dire qu’à l’époque de ma vie où j’ai vraiment perdu du poids, les “mais c’est bien, tu as maigri !” m’ont vite gonflé….
    Parenthèse vite fait….
    ceci dit, un courant encourage aussi à fuir les supermarchés et à favoriser les petits producteurs. Moi je veux bien mais quand j’achète des oranges chez mon fruitier, qu’elles sont petites et infectes et que celles de lidl sont meilleures….ben ça me pose un problème au niveau du porte monnaie….

    Répondre
  59. ava a dit…

    euh moi j’ai pris 4 kg en me lâchant les chevaux en juillet… gâteaux maison, barbecues et apéros, aucune salade de tomates compensatoire n’arrive à inverser la tendance ;)… mais le corps qui se retient toute l’année, je crois que quand arrive la période de liberté estivale, il stocke en sachant bien que la saison des trucs sans sucre reviendra bien assez vite…

    Répondre
  60. reine a dit…

    Heu, et ben non, pour moi , ça n’a pas marché non plus…2 semaines de vacances = + 2,5 kilos.ok, compris,les crêpes au chocolat et la pina colada , plus fortes que tout :))

    Répondre
  61. Kyra a dit…

    Deux ans que je vais voir une nutritionniste qui semble assez proche des principes de zermati et je n’ai rien perdu ! j’ai arrêté de grossir et c’est déjà ça, je sais aussi que plus jamais je ne souhaite suivre de régime, mais j’avoue me sentir un peu frustrée quand je lis tout ces témoignages de réussite, je me demande ce que je n’ai pas su faire, ce que je n’ai pas compris… J’ai rendez vous dans quelques jours et je me demande si je ne vais pas tout arrêter…

    Répondre
  62. pillowlawa a dit…

    Hey Caro !
    Merci d’avoir partagé et de continuer à nous faire de temps en temps un point zermattage :)

    Depuis que je les suis, j’ai doucement perdu les kilos accumulés par quelques années de stress.
    Concernant le lâcher-prise des vacances d’été, j’ai remarqué les trois dernières années une sorte de “cycle annuel” :
    – début septembre marque une sorte de poids maximal annuel
    – début février marque à l’inverse un poids minimal annuel
    La période où je perds le plus de poids est… à Noël.
    On parle bien sûr d’un nombre de kilos insignifiants et, au final, sur trois ans, mon poids a bien diminué. Ce qui montre bien qu’il ne sert à rien d’être obsédé par la balance au quotidien !
    Bises à tous et toutes

    Répondre
  63. Elolou a dit…

    Tout à fait d’accord avec toi!!! Avant d’en faire un métier, j’ai moi aussi repensé ma façon de me nourrir. Et bien qu’ayant pris quelques kilos en 10 ans et 3 enfants, plus j’avance et plus je suis en paix avec la nourriture. Plus de plats industriels, des gateaux maison pour le gouter quand c’est possible, le moins possible d’huile de palme, et pour le reste, on essaye de manger à notre faim, sans plus. Et si on se gave un jour, on n’en fait pas une maladie, on mange moins le lendemain…Je rajoute en ce qui me concerne un peu de sport pour réduire le tour de taille et me calmer les nerfs quand la vie m’encombre…Pas de balance en vacances et malgré des apéros midi et soir, et un ptit rosé “bien frais bien agréable”, j’ai pris 400 grammes en 3 seamaines, soit…RIEN! Bonne rentrée à toutes!

    Répondre
  64. Elolou a dit…

    Bonjour Blanche Neige,

    la relation à la nourriture à cet âge est souvent fondatrice de ce qu’elle sera sa vie durant. Je pense que vous avez raison d’être prudente. Le problème de votre fille semble reposer plus sur son histoire familiale que sur un trouble du comportement alimentaire, peut-être aurait-elle besoin d’une aide extérieure (psychologue ou autre?) pour faire le point sur ce qui la pousse à manger? N’angoissez pas trop sur son poids actuel, elle est encore très jeune,surtout ne la mettez pas au régime!, l’idéal serait qu’elle arrête de grossir pendant un temps, ou à un rythme plus lent, sa croissance fera le reste.

    Répondre
  65. Sandrine a dit…

    Ancienne anorexique/boulimique, zermatisant depuis désormais 4 ans environ, je ne peux qu’abonder dans ton sens.
    Ici, 15 jours de vacances, des apéros à foison, des repas pour le moins déséquilibrés, des horaires inexistants.. mais une écoute totale des sensations… Je reviens de vacances avec un poids identique à celui du départ (même pas 100g d’écart).. et c’est la 2e année… Et c’est aussi un poids que je maintiens, naturellement, dans une fourchette de 2 kilos, depuis maintenant 4 ans. Personnellement, compte-tenu d’où je reviens, j’estime avoir gagné la bataille :)

    Répondre
  66. Sosso a dit…

    Un peu pareil ici! Bientôt un an que je suis le groupe de Zermati, et cela a changé énormément de choses dans ma vie mais…pas encore mon poids.

    Je sens que j’ai toutes les clefs en main mais la porte résiste toujours! J’ai l’impression qu’elle cédera d’un coup (à moins que je ne tienne les clefs à l’envers ;-)

    Répondre
  67. Caro a dit…

    J’adore la façon dont tu parles de ton ressenti face au comportement alimentaire (une phrase qui est bien plus pompeuse qu’elle ne le paraissait dans ma tête, désolée). J’adore lire tes posts, ton humour bien placé, j’ai les mêmes réflexions et complexes question silhouette et nourriture, et oh là là, j’ai le même prénom que toi!! On s’en fout mais c’est pour dire l’effet que ça fait quand j’ouvre ton blog et que je lis ce genre d’article!! Et j’aime aussi tous les autres, bien sûr. Merci de nous faire rire comme ça, sur des sujets graves ou pas.

    Répondre
  68. La Moule a dit…

    Je tombe sur ton blog par hasard, et quel plaisir de voir que l’on parle de Zermati, et pas une énième fois de Dukan ou de WW. Apparemment tu suis une “thérapie” avec lui? quelle chance ;-) j’aimerais bien aussi…

    Si tu veux passer lire quelques lignes sur mon blog (tout nouveau tout beau) n’hésite pas. J’en parle un peu aussi ;-)

    Au plaisir de te lire de nouveau

    Répondre

Vote commentaire

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current ye@r *