Catégorie : Non classé

Pâle copie…

Hier mes tous petits enfants ont passé le bac de français. Comme d’habitude, quelques heures avant l’épreuve, il y avait chez nous deux salles, deux ambiances. Ma fille, avec la mesure et la sérénité qui sont les siennes, était au bord de la crise de nerfs, égrenant comme une possédée toutes ses références d’ouvrages, en ponctuant sa litanie de gémissements et nous assurant qu’elle ne se souvenait de rien, qu’elle allait mourir d’angoisse devant sa copie et finir sa vie dans un carton sur le quai d’une station de métro. Mon fils, lui, n’avait pas vraiment le temps de se préoccuper de cet écrit de français, compte-tenu du fait qu’il avait découvert la veille Twin Peaks et qu’il m’avait entendu conseiller à sa soeur de prendre un peu de recul en se détendant. Conseil qu’il avait donc pris pour lui, même s’il ne reste pas grand chose à détendre chez cet enfant.

Quelques jours auparavant, il nous avait expliqué assez sérieusement qu’après un examen minutieux des textes, il était catégorique: rien ne l’empêchait d’apporter un kebab en salle d’examen. En lire plus »

Delerm ou la douce nostalgie

Mardi, je suis allée voir Vincent Delerm en concert pour la première fois. Je vous l’avais dit je crois, j’ai aimé Delerm sur le tard, avec son dernier album. Jusque là, je ne sais pas bien pourquoi mais j’étais passée à côté. Et puis, « A présent », donc, son récent opus, m’a charmée au point de me ruer sur le site de la Fnac dès que la tournée a été annoncée, il y a quelques mois.

Je n’aime pas toujours aller voir les artistes dont je ne connais pas bien le répertoire. C’est peut-être idiot mais l’essentiel du plaisir que je retire d’un concert provient de l’écoute de chansons que je connais et reconnais, arrangées différemment, certes, mais dont l’air m’est familier. J’avais donc cette appréhension mais aussi la crainte que ce soit un peu « mou », Vincent Delerm n’étant pas à proprement parler un excité. Mais on m’avait souvent dit qu’il était incroyable sur scène et j’en ai eu la confirmation. En lire plus »

Paris, tu m’as renversée

Je ne sais pas si c’est la perspective de n’avoir que peu de vacances cet été, ou en tous cas très tardives, mais j’ai l’impression de n’avoir jamais autant profité que cette année de ces week-ends prolongés. Et ce alors même que nous sommes à chaque fois restés à Paris (la Floride à Pâques c’était bien mais comment dire, ouch !). Comme s’il était vital et urgent de goûter chacune de ces minutes de farniente, comme si enfin, après six années de free lance, je m’autorisais ces parenthèses oisives. Hier, le churros, Rose et moi avons enfourché notre autolib (la meilleure invention de ces dix dernières années) pour rejoindre Paname et nous avons joué les touristes dans notre ville, sur les Rives de Seine, la portion des quais désormais réservée aux piétons, qui court du Port de l’Arsenal au tunnel des Tuileries (rive droite, donc). On me demande souvent quoi faire à Paris et si j’avais un conseil ce serait celui-ci: profiter de ces nouveaux espaces au bord de l’eau, qui font certes rugir les automobilistes (et je peux le comprendre, mais je raisonne là égoïstement en tant que sans-voiture) et qui permettent de découvrir la ville autrement. Pas moins de 7 ou 8 kilomètres de promenades possibles, entre rives et ponts, de guinguettes en étendues d’herbe. En lire plus »

Pitié, Vic…

Vous la connaissez la fille qui est TOUJOURS chiffon ? C’est la même qui nourrit manifestement une sorte d’attachement à la limite du fétichisme pour les combinaisons. Froissées donc. Je n’avais à vrai dire pas prévu de faire un billet de fashionerie mais comme d’habitude, à la faveur d’un déjeuner/shooting avec Violette, j’en ai profité pour me faire tirer le portrait et comme j’ai trouvé les photos sympas, les voilà. Ok, c’est aussi un billet de feignasse, je n’ai pas une inspiration débordante en ce moment, je crois que mes neurones ont fondu avec la canicule. ça promet pour l’été, hein. En lire plus »

Five little things #19

Billet écrit l’ordi bouillant sur mes genoux alors que le thermomètre indiquait 28° dans mon salon à 21h35. Veuillez par avance me pardonner quelques incohérences ou fautes de style, merci. Je confesse une tolérance à la chaleur qui va en s’amenuisant. Sachant que je n’ai jamais été une dingue de la cagna, de toutes façons.

Cinq petites choses, donc, histoire de commencer la semaine en douceur. En lire plus »

14 idées pour décorer une chambre d’enfant

 

 

Partenariat

Maisons du Monde fait partie de mes fournisseurs officiels de déco. Je trouve leurs sélections hyper variées, toujours dans l’air du temps et moi je l’avoue, en matière de déco, je suis un vrai petit mouton. J’ai évidemment des constantes (mon bordel) (mais aussi un goût pour ce qui est chaleureux) mais j’aime bien, aussi, céder aux tendances du moment, comme la prolifération des ananas, des flamants roses ou des cactus. Et à Maisons du monde, on trouve toujours de quoi mettre un peu de fantaisie dans une pièce. En l’occurrence, leur offre pour les enfants est hyper jolie et s’il y a bien des endroits que j’aime enjoliver, ce sont les chambres de mes trois têtards.

Bref, quand l’enseigne m’a demandé de proposer une sélection d’objets pour la déco des chambres d’enfants, je n’ai pas éprouvé beaucoup de difficultés à m’exécuter. Sans compter qu’en réalité, tout (sauf peut-être la veilleuse lapin) (mais il n’y a pas de honte non plus à aimer une petite lumière quand on est grand(e)) peut être aussi placé dans d’autres pièces de la maison…

Voilà, je vous souhaite un bon long week-end…

1 – Déco Enjoy, 14,99 euros – 2 – Déco DREAM, 14,99 euros

3 – Patère 8 crochets, 6,99 euros – 4 – Attrape rêve, 25,99 euros

5 – Six cadres photos, 35,99 euros – 6 – Chaise enfant, 59,99 euros

7 – Flamant rose, 49,99 euros – 8 – Déco Surf, 17,99 euros

9 – Ananas, 19,99 euros – 10 – Coiffeuse, 399 euros

11 – Veilleuse lapin, 5,99 euros – 12 – Lampe rose, 39,99 euros

13 – Tipi, 89,99 euros – 14 – Guirlande, 16,99 euros

Thérapie: dix enseignements

Cela fera trois ans en juillet que j’ai entamé une thérapie. Pour ceux qui me prennent en route, j’y suis allée suite à des crises d’angoisse à répétition, qui commençaient tout simplement à m’empêcher de vivre, avec des pics d’hypocondrie qui tournaient à l’obsession. Sans être devenue prosélyte de la psychothérapie (ou de l’analyse, à vrai dire je ne sais pas trop si je fais une analyse ou une thérapie, à l’occasion je lui demanderai), je dois avouer qu’en ce qui me concerne, il y a eu une nette amélioration de mon état. Sans qu’il y ait eu non plus de révélation fracassante, comme j’en parlais d’ailleurs dans un précédent post. Ceci étant dit, avec ce recul, voici ce que je retiens de ces séances. En lire plus »

J’aime #127

Hello hello, je ne sais pas vous mais j’aime d’autant plus le lundi quand je sais que le vendredi arrivera dans deux jours. Ce qui en réalité n’a pas beaucoup de sens compte-tenu que je n’ai pas vraiment prévu de faire le pont, mais quand même, dans l’idée c’est sympa. Et puis, enfin, ça sent un peu l’été, les soirées qui s’éternisent, la douceur et ce petit goût des possibles… En ce moment, j’oscille beaucoup entre des instants d’exaltation à la perspective de projets qui m’enthousiasment et d’autres de découragement, de crainte de ne pas y arriver. Je voudrais, je crois, ne garder que le plaisir de « l’idée du projet » sans passer pas la case « angoisse d’échouer », voire « pénibilité de m’y mettre ». Je garde toujours en tête cette phrase d’un écrivain à qui on demandait « vous aimez écrire ? » et qui répondait: « j’aime surtout avoir écrit ». Ce qui fait d’ailleurs froncer les yeux de mon quelqu’un, qui me suggère quand j’évoque ça, que ce qui serait souhaitable tout de même, c’est que le plaisir vienne pendant l’action et pas après. (comment expliquer que tout ce qui se dit en analyse finisse par évoquer quelque chose de sexuel ?).

Alors place à ce que j’aime ici et maintenant… En lire plus »

Mission imperméable

La dernière fois, on a décidé de changer un peu nos habitudes avec Violette et au lieu d’aller shooter dans la cour carrée (c’est un peu trop connoté politiquement désormais) on a choisi un lieu plus popu, le Palais Royal (oh, wait…). On a pas pu rester bien longtemps, on s’est fait dégager par un agent de sécurité – charmante au demeurant – au prétexte que l’administratrice des lieux ne donne pas les droits photos du lieu. SCANDALE, non ? Après on s’est dit que ça avait peut-être un lien avec le tournage en cours dans le jardin. Mais comme on est cruchonnes (on est blogueuses) on n’a même pas regardé de quoi il s’agissait (alors que je peux rester d’ordinaire des heures dans une rue dès que je vois les fameux camions noirs annonciateurs d’un film en cours, pour généralement réaliser qu’il s’agit d’un téléfilm de merde). Loi de Murphy oblige, la seule fois, donc, où je me désintéresse totalement du Barnum, j’apprends ensuite qu’on était en pleine scène de Mission impossible, avec l’éventualité, donc, de la présence de Tom Cruise (qui ne me fait plus tellement fantasmer depuis qu’il est scientologue, mais quand même, Top Gun, Maverick, fais moi l’amour ou je ne réponds plus de mon corps, quoi).

Voilà, on sera peut-être dans un coin de l’écran et même pas créditées au générique. En lire plus »

J’apprends l’arabe, par Hyam Zaytoun

La première fois que j’ai vu Hyam, c’était sur un plateau. J’étais là comme une petite souris pour assister au tournage d’un épisode de Parents Mode d’Emploi. Hyam jouait Nora, la copine de Sergio. C’était émouvant parce qu’elle jouait – à la perfection – une scène qu’on avait écrite à trois avec B. et A. Je m’étais dit qu’elle était drôlement jolie et qu’elle avait l’air gentille. Et que c’était magique d’entendre nos mots dans la bouche d’une comédienne. C’était la première fois qu’un truc comme ça m’arrivait. On a échangé quelques sourires et B. nous a présentées et je suis repartie.

Et puis quelques mois plus tard, projection de ces premiers 26 minutes, en présence de toutes l’équipe. J’y étais avec ma petite famille, ainsi que tous les acteurs de la série. Et alors qu’Hyam s’installe devant nous, Rose s’écrie alors: « maman, y’a ma prof de théâtre ! »

Et en effet, c’était elle. Je n’avais pas assisté à la première réunion du fameux cours et n’avait donc pas fait le rapprochement.

Comme je dis souvent, paraphrasant Etienne Daho, il n’y a pas de hasard, que des rencontres. Hyam Zaytoun, donc, comédienne que vous avez peut-être vue notamment dans la saison 1 du bureau des légendes, se trouve être ma presque voisine et prof de théâtre de ma fille.

Petit à petit, nous avons sympathisé et commencé, même, à écrire ensemble. J’ai découvert une comédienne engagée, qui déploie son talent aussi bien sur grand écran que sur des scènes de théâtre de banlieue parisienne et qui a à coeur de s’inscrire dans une démarche citoyenne, en développant des projets solidaires, en lien avec le quotidien des gens de notre petite ville. Je ne m’étendrai pas plus sur cette amitié naissante qui nous appartient, mais quand elle m’a fait lire ce feuilleton radio qu’elle avait proposé à France Culture, j’ai eu envie de vous en parler. Parce que c’est une histoire si jolie, si contemporaine, si pleine de sens en ces temps tellement complexes pour toute personne issue d’une double culture. Et puis rien n’est plus à la mode aujourd’hui que les podcasts et je dois avouer que c’est un concept auquel j’adhère sans réserve, en accro à la radio que je suis depuis toujours.

Je vous invite vraiment à écouter sur France Culture cette série, « J’apprends l’arabe », par Hyam Zaytoun. Vous suivrez pas à pas Leila, qui un jour, décide d’apprivoiser la langue de son père, l’arabe, donc. Et plutôt que d’essayer de vous expliquer cela plus en détail, j’ai eu envie de laisser la parole à son auteur, le temps d’une petite interview. En lire plus »

Page 1 sur 5712345102030Dernière page »