J’aime les gens qui doutent…

La semaine dernière, le ciel s’est éclairci. Après des semaines d’angoisse, le pire semble être évité. Je voudrais vous dire que nous avons tous sauté de joie et que la vie a repris son cours comme avant, mais c’est un peu plus compliqué que cela. Il faut digérer tout ça, retrouver la légèreté qui s’était un peu fait la malle, apprivoiser l’idée que ça ne sera jamais totalement terminé, recommencer à se projeter dans un avenir moins gris.

Malgré tout, cette bonne nouvelle nous a donné la sensation de respirer à nouveau sans entrave. 

Mis à part ça, et vous aurez compris que ce « ça » prenait pas mal de place, ce début d’année se déroule sous le signe des projets, nombreux, à venir. Une période à la fois enthousiasmante – je mesure ma chance d’avoir comme plus gros problème actuellement de devoir refuser certaines propositions – mais aussi, évidemment, angoissante, parce que pavée d’incertitudes. A quel moment commencera l’écriture de tel ou tel scénario ? Sera-t-il accepté par la chaine ? Vais-je être à la hauteur ? Est-ce qu’un jour, je serai sereine ? Est-ce qu’il m’arrivera de ne pas douter de mes idées, de ma légitimité à me revendiquer désormais scénariste à part entière ? Sans doute que non, j’imagine que c’est un peu tard pour me transformer en cette personne à la confiance chevillée au corps.

Alors quand je ne me supporte plus, quand je me consterne d’être aussi peu assurée, j’écoute cette merveilleuse chanson d’Anne Sylvestre et je me dis que si ça se trouve, ça n’est pas si mal, de faire partie de ces gens qui doutent.

56 comments sur “J’aime les gens qui doutent…”

  1. ln22 a dit…

    une belle bouffée de douceur ce lundi matin. On a tous besoin. MERCI. La musique, décidémment, y’a rien de mieux pour adoucir les moeurs. Y’a des gens qui doutent pas?

    Répondre
  2. Nathalie a dit…

    J’ai écouté cette chanson en boucle pendant plus d’un an lorsque j’écrivais mon premier roman et j’aime l’idée de faire partie de ces gens-là… mais je crois qu’on en fait tous partie, à un moment ou à un autre. Il parait qu’Anne Sylvestre ne l’aime plus trop cette chanson parce que trop de gens ne la connaissent qu’à travers elle. En vrai je connais aussi « j’ai une maison » « pour dessiner un bonhomme » « un mur pour pleurer » et « si la pluie te mouille » (oui, mon père adorait Anne Sylvestre)
    . En tout cas je suis ravie que vous soyez sortis de cette interminable attente le coeur léger et certainement plus forts et plus soudés encore. Belle semaine!

    Répondre
    • Mrs T a dit…

      Moi aussi, Nathalie, j’ai été biberonnée à Anne Sylvestre, les fabulettes et aussi les chansons « de grande » (« Si la pluie te mouille » est sublime, je la chante à mes enfants ; 36 15 Oedipe). Quelle femme extraordinaire. Et du coup, je viens de découvrir là tout de suite, en lisant ton commentaire, ton site (qui a l’air top) et tes romans, que je vais commander de ce pas. Encore de la Carolination heureuse!

      Répondre
    • so a dit…

      et les yaourth à tout, et les nouilles, et rouge abricot cerise … et la petite Josette ! ici aussi Anne Sylvestre fait partie des héritages familiaux.

      Répondre
  3. DOMINIQUE a dit…

    Ouf ! Une belle nouvelle qui fait du bien, une ombre obsédante écartée ! Maintenant, tu n’as plus qu’à essayer de virer les ombres que tu te fabriques toute seule comme une grande. Là, on ne peut rien pour toi.
    Si ce n’est lever les yeux au ciel en faisant « pffff ».
    J’ai toujours aimé Anne Sylvestre pour sa voix, les paroles de ses chansons, sa musique. Tout, quoi. En plus, cette chansons a très bien été reprise par Delerm et Cie.

    Répondre
  4. Marieal a dit…

    Oufffff je danse la danse de la joie avec toi
    Pour le reste il faudra faire avec … pas trop le choix que de vivre avec ses doutes , et je pense que c’est ce qui fait notre humanité. Les gens plein de certitudes sont généralement imbuvables.

    Répondre
  5. Smouik a dit…

    Contente pour vous tous que l’ombre qui planait se soit éloignée…
    Pour tes doutes, moi j’ai un truc qui vaut ce qu’il vaut mais si ça peut t’aider, alors je te le livre volontiers : pour tout ce qui est de mon ressort, qui dépend de moi, j’ai adopté l’adage du chartier embourbé : « aide toi, le ciel t’aidera », donc je fais de mon mieux et je vois ce qui se passe. Si l’angoisse est là, je l’accepte en lui demandant de ne pas prendre trop de place ; en revanche, pour tout ce qui ne relève pas de mon action propre, de ma décision, alors je laisse venir. Ça ne m’empêche pas de m’y intéresser mais l’angoisse n’a rien à faire chez moi et je le lui fais savoir (tu vois la dingue qui parle à ses émotions, c’est moi).
    Et finalement, ça marche assez bien. D’abord parce que tu commences par faire le tri de ce qui est de ta compétence ensuite tu peux établir ta « to do list ». L’apprentissage le plus dur a été pour moi d’accepter de ne pas avoir de prise… Mais au fond, c’est ce qui est le plus simple puisque tu n’y peux rien… Mais ça m’a pris du temps… Bonne semaine !

    Répondre
    • Pétunia a dit…

      Smouik c’est intéressant de parler à ses émotions. Je me rends compte que plus je tente de les faire taire, de les oublier, de ne pas en tenir compte et plus je me déconnecte du présent ou pire ça devient anxiogène au point que j’ai parfois eu la sensation de devenir bipolaire.

      Répondre
    • Marie Bambelle a dit…

      Smouik, c’est super intéressant ce que tu dis. As-tu lu « comme par magie » d’Elizabeth Gilbert (l’autrice de Mange Prie Aime entre autres) ?
      C’est un essai sur la créativité, sur comment les idées vont et viennent… C’est fascinant d’avoir son point de vue sur la question. Et elle aussi, elle parle à ses émotions, notamment à sa peur.
      C’est un livre que je conseille à tout le monde tellement il a changé mon rapport à ma propre créativité.
      D’ailleurs, Caro, il te plairait aussi je pense, pour t’accompagner dans tes phases de doute. Il se lit vite en plus.

      Répondre
  6. Ghislaine a dit…

    Quelle bonne nouvelle ! J imagine votre soulagement et me réjouis de vous savoir plus sereins.
    Jolie découverte pour moi cette chanson, merci Caroline.
    Et je ne peux que compatir pour ce qui est des doutes, j essaie, comme beaucoup, de chasser les miens…
    Hâte de lire ton nom sur un scénario !
    Belle semaine à toutes et tous

    Répondre
  7. Daphné a dit…

    Ouf ! Et puis quand les nuages se dissipent la vie est encore plus jolie <3 .

    Bien dosé, le doute est un vrai moteur ; ça aide à remettre en question des certitudes trop bien ancrées, à ne pas se reposer trop longtemps dans sa zone de confort et à se projeter autrement. Et puis surtout ça pousse à s'ouvrir au monde, à écouter les autres, et ça c'est toujours bon 😉 .

    Répondre
  8. Soa a dit…

    Quand il est question de douter, je ne pense pas que tu aies pulvériser mon record … car il est imbattable !!! Et puis, les petites victoires et les petites reconnaissances font que nous avançons et que nous nous demandons si nous ne sommes pas trops dures avec nous-mêmes !!
    Je suis contente que « çà » finalement n’est pas si grave pour toi ! En ce début d’année, grain de sable aussi de mon côté. Un grain de sable qui m’a mis à terre. Mais on se relève toujours de tout, n’est-ce pas ?

    Répondre
  9. Mrs T a dit…

    Cette chanson est magnifique (et par ailleurs, je suis heureuse que tu sois soulagée de cette grosse inquiétude qui te rongeait).
    Attention, minute protestante : le doute, c’est le sel de tout. De la foi (appelons-ça comme on veut, hein, si Jésus c’est pas votre came), du courage, de la joie (encore meilleure quand on a douté, sinon c’est trop fastoche), de notre condition à nous de petits moucherons d’êtres humains. Moi ce sont les gens qui ne doutent jamais de rien, ni d’eux-mêmes, ni de leurs convictions, ni de leur idéologie, ni de leur légitimité, qui me font flipper. Et à qui je n’ai souvent rien à dire, parce qu’ils ont réponse à tout. Après, bon, c’est sûr qu’au niveau confort personnel, il y a mieux et que ça peut devenir paralysant (merci les quelqu’uns de nous aider dans ces moments-là). Mais globalement, j’ai envie de te dire, comme l’aurait fait un mauvais rappeur en 1999 : « T’es bonne quand tu doutes. »

    Répondre
  10. Sarah a dit…

    C’est beau ce que dis Mrs T, et me réjouis que parfois le doute sorte aussi de la vie pour laisser entrer la lumière, particulièrement quand il s’agit des gens qu’on aime ce qui a eu l’air d’avoir été le cas de ces dernières semaines.
    Et merci pour la tendresse 😉

    Répondre
  11. Fanny a dit…

    Oh merci pour ce billet et cette chanson. Elle me met du baume au cœur en ce lundi incertain.
    Je trouve cette vidéon, en sus de la chanson, très touchante.

    Répondre
  12. Bérengère a dit…

    J’aime les gens qui aiment Anne Sylvestre !

    Et tellement heureuse pour le soulagement de la nouvelle

    Bon lundi et disons nous plus que 40 jours et le printemps sera là (oh et ton anniv aussi)

    Répondre
  13. Mino a dit…

    Quelle bonne nouvelle !!!!! Et comme on relativise ensuite…. La vie semble s’alléger d’un coup. J’ai adoré la prestation de Vincent Delerme que j’adore. Très jolie chanson.
    Je pense aussi à toi DOMINIQUE….

    Répondre
  14. La semaine d'une gourmette a dit…

    Douter, oui, c’est indispensable ! Mais pas trop quand même. J’ai tendance à douter avant, puis à décider et à faire – et je fais des conneries de temps en temps, ma foi, comme tout le monde.
    Anne Sylvestre a bercé mon enfance (j’étais toute petite à l’époque de ses premières fabulettes), puis mon adolescence et la suite avec ses chansons « pour adultes » (il faut écouter « Une sorcière comme les autres », « Tu n’as pas de nom », « Les punaises », etc.- des bijoux !), et j’ai acheté toutes ses fabulettes (qui s’étaient multipliées depuis mon enfance !) pour mes enfants – les seules chansons pour enfants que je peux écouter en boucle.

    Répondre
  15. Carson a dit…

    Mazeltov !
    Un Mojito virtuel et un hug virtuel pour fêter cette bonne nouvelle !
    Et puis Jeanne Cherhal qui chante Anne Sylvestre, quelle merveille…

    Répondre
  16. Maglérie a dit…

    Ah tiens : c’est drôlement plus joli vu dans ce sens!
    Il y a quelques temps, il m’est arrivé un truc qui a fait que j’ai eu l’impression de me faire chiper toutes mes certitudes. Et j’en avais déjà pas beaucoup, alors…
    Depuis, j’ai du mal à supporter les gens qui étalent leur confiance, leur assurance de tout savoir de la vie à longueur de conversation, comme un Breton étale le beurre salé sur sa tartine… (et j’adore le beurre salé!)
    Mais tu as raison, l’autre moitié du verre (la moitié pleine, cela va sans dire) est bien meilleure.
    La bise.

    Répondre
  17. Ciloubidouille a dit…

    C’est rigolo cette chanson. Comme beaucoup, bercée par cette parolière de génie, je l’ai fredonnée. J’ai eu la chance de connaitre dès le début le répertoire adulte d’Anne Sylvestre autant que ses Fabulettes. Et plus grande, je suis allée l’écouter en concert, plusieurs fois, même récemment, alors qu’elle oublie les paroles, ne chante plus très juste et a du mal à rester dresser sa grande taille.
    Mais cette chanson, à chaque fois, Anne Sylvestre râle dessus. Elle râle des reprises, comme s’il n’y avait que celle-ci parmi les centaines d’autres pépites, elle râle de ses propres paroles et de sa manière de la chanter. Finalement, même elle manque de bienveillance sur le chemin parcouru de ses productions.
    Quand elle mourra, je vais être immensément triste.
    En attendant, et bien je suis heureuse pour toi. Car même si on se méfie toujours des épées en lévitation au-dessus de nos têtes, quand l’une d’entre elles se désagrège, il est important de se réjouir. Il faut prendre les joies où elles se trouvent et laisser le bordel se démerder pour coincer son pied dans nos vies. C’est son taf. Nous, on a juste celui de vivre le plus heureux possible. Je t’envoie de ma joie parce que celle-ci vient de la bonne nouvelle que tu as annoncée ! Love.

    Répondre
    • Marie Bambelle a dit…

      Oh Ciloubidouille, j’adore cette phrase : « Il faut prendre les joies où elles se trouvent et laisser le bordel se démerder pour coincer son pied dans nos vies. C’est son taf. »
      Je me la note, merci !

      Répondre
  18. Lo a dit…

    Heureuse de te lire et surtout de voir que les choses deviennent plus légères pour toi… Beaucoup de pensées douces pour la suite.
    Moi aussi, j’aime les gens qui doutent, ceux qui hésitent, qui tergiversent, qui réfléchissent (même trop !)… <3

    Répondre
  19. Dorian a dit…

    Heureuse de savoir que cela s’arrange pour vous tous.. Tes projets!! j’imagine l’angoisse, mais je ne doute pas de ton talent et de réponses positives pour la concrétisation. Et cette chanson ma chanson de cœur, je la veux pour mes funérailles ok c’est un peu sombre ce que je dis là, mais cette chanson me touche tellement mon chouchou me dit souvent c’est normal c’est toi et je l’avoue j’aime qu’il me percoit comme cela…

    Répondre
  20. Marie Bambelle a dit…

    Je célèbre ta bonne nouvelle avec le reste du rade. Parce que ce n’est pas parce que je ne t’ai jamais rencontré « en vrai » que je n’ai pas l’impression de te connaitre.
    Je ne sais pas si ce mot pourra effacer tes doutes (et je ne le souhaite pas, parce que quand tu doutes, tu écris), mais Caro, sache qu’au fil des années, tu m’as apporté beaucoup grâce à ta plume. J’ai appris énormément, sur beaucoup de sujets. J’ai noué des amitiés, j’ai partagé tes billets. Si j’écris aujourd’hui, c’est grâce à toi aussi. Tu es un modèle de femme forte et déterminée et ton parcours est admirable. Alors doute, doute, doute, puisque ça t’as menée aussi loin.
    PS : les gens qui ne doutent pas me font peur.

    Répondre
  21. tallulah06 a dit…

    ravie que tu aies eu de bonnes nouvelles.
    il n’y a pas anne sylvestre sur ta video, je n’ai pas compris le rapport au debut. Je suppose que la chanson est d’elle, honte à moi de ne pas la connaitre. Pourtant je connais encore par coeur certaines de ses chansons pour enfants, qui sont magnifiques. J’ai l’impression que l’on ne les fait plus ecouter aux petits maintenant, quel dommage!

    Répondre
  22. Laure a dit…

    Merci pour cette chanson Caroline qui me bouleverse et fait du bien. J’adore cette version. Heureuse des meilleures nouvelles. On n’aime pas quand t’es triste. Que cette vie faite d’épreuves est éprouvante et passionnante. Douces pensées.

    Répondre
  23. Elise a dit…

    Ah mais Caro… Caro que je lis depuis tant d’années parce que si souvent entre les lignes et même en plein dedans d’ailleurs je me reconnais… Je suis la lectrice passive parce que parfois c’est un luxe reposant que de l’être et merci Caro pour tout cela… Mais là bim bam boum tu balances Anne Sylvestre, et la coïncidence, ou pas, est trop belle ! Parce que j’ai été élevée à Anne Sylvestre (pas aux fabulettes que je ne connais que de nom mais bien aux gens qui doutent, à Xavier, à non tu n’auras pas de nom et à carcasse, cette grande dame fait partie de la petite femme que je suis et de ma fierté), parce que merde mais comment tu fais pour faire toujours mouche Caro ? Premier comm pour moi mais made with passion !
    Merci <3

    Répondre
  24. olympe a dit…

    Marrant, hier, touchée par ton questionnement sur le doute et la légitimité (ma croix, le sentiment d’imposture), plus tard j’allume la radio et je tombe pile sur « Les gens qui doutent » chanté par Anne Sylvestre choisie par le psychanalyste Jean-Pierre Winter sur France Inter dans L’Heure Bleue de Laure Adler et qui s’exprimait sur la richesse du doute. Journée thématique partagée 🙂

    Répondre
  25. isacoolpix a dit…

    Soulagé pour toi, et vous… je pensais tous les jours à cette ombre… avec le mistral qu’il y a ici, nul doute que ça l’a aidée à filer!!!!
    J’aime les gens qui doutent, et j’adore cette chanson… vive la douceur du doute, parfois inconfortable, mais après la pluie …le beau temps …. belle journée et si j’ose… crois en toi, et file écrire un prochain livre stp!!!!!

    Répondre
  26. Cécile a dit…

    Moi aussi j’aime infiniment cette chanson… Probablement parce que moi aussi je fais partie de ces gens qui éternellement douteront. Qui à 50 balais traînent encore ce fucking syndrome de l’imposteur. Mais finalement moi aussi j’aime les gens qui doutent. Ils m’attendrissent souvent. Alors ce serait bien si un jour j’apprenais enfin à aimer celle que je suis. Qui doute.

    Répondre
    • Carson a dit…

      Tout pareil Cécile !
      On travaille toutes à être notre meilleure amie et j’aime à croire qu’on y arrivera.
      A 40-12 ans comme dirait Caro, ça m’arrive déjà bien plus qu’à 17 donc l’espoir est permis 🙂

      Répondre
  27. HeLN a dit…

    Je suis heureuse de lire ces bonnes nouvelles Caro.
    Rien à voir, mais j’ai pensé à toi ce matin en entendant François Ozon sur France Inter, presenter son film « Grâce à Dieu », et je me suis dis que tu étais certainement un petit peu pour quelque chose dans la médiatisation de La Parole libérée, et de ce qui s’en est ensuivi, c’est chouette je trouve ☺️
    Bises

    Répondre
  28. Alexandrine a dit…

    Je suis heureuse de lire que le plus sombre est derrière vous et j’adresse aussi d’affectueuse pensées à DOMINIQUE.
    Je fais partie des gens qui doutent…beaucoup. C’est souvent une souffrance. Mais si j’envie si ceux qui ne doutent jamais, ils me sont rarement sympathiques.
    Je me dis tout de même que sans être comme eux un juste milieu ce serait quand même pas mal.
    Quant à Anne Sylvestre c’est comme beaucoup mon enfance, chaque année je dois me planquer un peu pour ne pas avoir l’air ridicule avec les larmes aux yeux quand « je pense à Noël » arrive sur ma playlist spéciale « décoration du sapin ».

    Répondre
  29. Angelilie a dit…

    J’aime beaucoup ton blog. Un plaisir de venir flâner sur tes pages. Une belle découverte et un enchantement. Très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésite pas à visiter mon univers. A bientôt.

    Répondre

Vote commentaire

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>