Catégorie : Un film ?

Jusqu’à la garde: le coup de poing

On m’avait prévenue. « Tu verras, c’est une claque, on n’en ressort pas indemne ». « ça commence comme du Depardon et ça finit comme du Shining ». Tous mes amis qui l’avaient vu, étaient unanimes: « c’est insupportable, mais d’une certaine manière, nécessaire ».

J’y suis donc allée avec quelques appréhensions, voir « Jusqu’à la garde », de Xavier Legrand. Et je n’ai pas été déçue, que ce soit dans mes espérances ou mes craintes. Rarement un film m’a autant bouleversée. Je pleure souvent au cinéma, mais ce sont généralement des larmes d’émotion, des larmes qui font, comment dire… du bien ? Là, ce sont des sanglots qui sont sortis, des pleurs de panique, pas comme ceux que l’on peut avoir dans un film d’horreur hollywoodien, non, plutôt cette peur organique qui nous saisit lorsqu’on est soi même en danger. Je veux dire par là qu’il n’y a pas ce frisson qu’on s’offre exprès en allant voir Vendredi 13 ou autre (enfin pas moi parce que je déteste les films d’horreur en réalité). Il y a cette projection que l’on fait, ce réalisme incroyable qui vous fait penser que ce que vous voyez, c’est la vraie vie.  En lire plus »

Burning Out, dans le ventre de l’hôpital

Hier soir je suis restée scotchée devant un documentaire qui a fait un peu parler de lui cette semaine, « Burning-Out, Dans le ventre de l’hôpital », de Jérôme Lemaire, diffusé sur Arte. Vous me connaissez, je nourris une fascination pour le milieu médical, en bonne hypocondriaque que je suis. Rares sont les reportages traitant du sujet qui échappent à ma vigilance. Mais celui-ci était différent. Plutôt que de se concentrer sur des parcours de malades, avec toute la putasserie que cela peut avoir parfois (je veux dire par là que ça vient titiller nos instincts parfois les plus bas, cette espèce de satisfaction que tout ça n’arrive pas à nous), ce documentaire se focalise sur le personnel médical de l’hôpital Saint-Louis. Le réalisateur a pu filmer pendant des mois, jusqu’à être en totale immersion et, fait rare, complètement adoubé manifestement par ses sujets, qui montrent à plusieurs reprises leur sympathie, à l’égard de cette caméra qui les accompagne dans leur souffrance. En lire plus »

Et La la land, alors ?

Ben oui, et La la land finalement ? A moins de vivre sur l’ISS avec le joli Thomas Pesquet, difficile d’échapper à cette question, tant le film est en lui même un « phénomène ». D’autant plus lorsque vous faites partie, comme moi, de la catégorie des fanatiques de comédies romantiques et/ou comédies musicales (le must étant évidemment la comédie romantique musicale) (oh, wait…).

Donc, La la land. En préambule, je rappelle que j’ai vu l’affiche dans mon cinéma il y a environ deux mois de cela et que depuis, je comptais les jours. A l’arrivée bien sûr, j’y suis allée avec deux semaines de retard en raison d’impératifs divers et variés qui nous ont poussés à attendre les vacances (c’est à dire que jusque là, mes grands étaient de merveilleux baby-sitters, gratuits en plus. Mais désormais autant vous dire qu’ils ont autre chose à faire que de regarder des myasaki avec leur petite soeur les vendredi et samedi. Qui c’est qui est niqué ?) (=> nous). En lire plus »

Manchester by the sea

manchester2

Sur les conseils de certaines d’entre vous je suis allée voir « Manchester by the sea ». Et je ne saurais que trop vous recommander ce film. Autant vous prévenir, il n’est pas des plus joyeux. Ok, il est définitivement triste. Mais beau. Mais triste. Mais beau.

Il y est question de la consolation impossible, d’une tentative de rédemption, des liens qui unissent deux frères, de la résilience. Difficile de vous en parler davantage sans trop en dire, mais en gros, après le décès soudain de son frère Joe (Kyle Chandler, le héros de Bloodline et de ma série préférée de tous les temps, Friday nights lights), Lee (Casey Affleck) est désigné comme le tuteur de son neveu Patrick, adolescent dont la principale préoccupation consiste à trouver des solutions pour avoir des rapports sexuels avec ses multiples petites amies. En lire plus »

Demain tout commence

demain-tout-commence

Ce week-end nous sommes allés voir avec Rose et le Churros, « Demain tout commence », d’Hugo Gélin. Je ne suis pas forcément très objective, parce que la productrice exécutive du film est ma chère amie L. et que j’avais il y a quelques années réalisé le dossier de presse de « Comme des frères », du même Hugo Gélin, que je connais donc un peu. Mais si je n’avais pas aimé, je n’en parlerais pas. Et la vérité, c’est que je me suis laissée embarquer dès les premières minutes.

Parce que parfois, j’aime aller au cinéma pour en prendre plein les yeux et les oreilles, m’évader dans une histoire bigger than life, rire et pleurer à la fin. « Demain tout commence », c’est tout ça à la fois. Omar Sy, qui joue donc un jeune branleur obligé de mettre un peu d’ordre dans sa vie le jour où il se retrouve avec un bébé – sa fille dont il ignorait l’existence – sur les bras, est formidable. Il sait être drôle, on le savait, il sait aussi être émouvant. Et sexy. Et drôle. Et émouvant. Et… sexy. Il est possible que je sois tombée un peu amoureuse. La jeune comédienne qui joue sa fille une fois qu’elle a grandi, Gloria Colston, est ultra douée, on lui prédit un très bel avenir. Mention spéciale également pour Antoine Bertrand qui joue un producteur hystérique plus vrai que nature et pour Clémence Poesy, dont le personnage n’est pas des plus sympathiques mais qui l’incarne tout en nuances. En lire plus »

Brad en vrai

img_5708

Hier j’ai eu la chance d’être invitée à l’avant-première du film « Alliés », de Robert Zemeckis, avec Marion Cotillard et Brad Pitt. Pour ceux qui ne le situent pas, Zemeckis c’est « Retour vers le futur », « A la poursuite du diamant vert », « Forrest Gump », etc. On va dire, pas le perdreau de l’année.

Quant aux deux acteurs principaux, ne les présentons pas, ils se débrouillent très bien tous seuls. Le pitch avait l’air sympa, une histoire d’espions sur fond de seconde guerre mondiale, un film de genre dans la lignée des Casablanca et autre Faucon maltais, tout ce que j’aime. Et puis surtout, Brad Pitt himself qui serait là. Il n’en fallait pas plus pour me décider à sortir de chez moi un dimanche soir pluvieux. Mon fils sous le bras (ou plutôt l’inverse en fait), on s’est rendus à l’UGC Normandie et on a sagement attendu dans nos fauteuils que le spectacle commence. (à vrai dire le spectacle était aussi dans la salle, bocal de célébrités plus ou moins notables, d’une ancienne miss France à ma gauche (qui s’est avérée charmante je dois le préciser) (en fait, en présence de Brad Pitt, la vérité, c’est que tous les utérus présents dans la salle vibraient à l’unisson, sans différence de classe) (phrase éminemment sexiste j’en conviens mais un chercheur en phéromones en aurait je vous l’assure perdu son latin, ça sentait le DÉSIR à plein nez !) à une ancienne miss météo en passant par de vraies actrices totalement éclipsées par des blogueuses mode sapées comme jamais ou un fameux youtubeur arrivant à la dernière minute, juste avant Brad, histoire sans doute qu’on comprenne bien, nous la plèbe, qui c’était le patron. En lire plus »

« Le Stratagème », un film de Gilles Tillet, rien que pour vous

affiche_stratageme

Je ne sais pas si vous vous souvenez mais je vous avais parlé du projet de film de Gilles Tillet, mon ami réalisateur. « Le Stratagème ». Certains et certaines d’entre vous avaient même participé à son financement. Pour l’anniversaire du blog (oui, les dix ans c’est toute l’année 2016), Gilles vous offre le visionnage de son moyen métrage. Pour le voir, c’est ici. Au passage, il a rédigé une petite bafouille qui bien sûr m’a tiré quelques larmes, de rire et d’émotion. Il a également déterré quelques dossiers photographiques qui en diront plus que de longs discours sur ce qui nous lie mais aussi sur les années ingrates par lesquelles je suis passée (celle illustrant ma première (mais aussi dernière) randonnée en montagne vaudrait à elle seule un minute par minute. Je crois que l’expression de mon visage est l’incarnation du désespoir)…

Le Stratagème, c’est une histoire de marivaudage et de jeu. Deux mots qui résument selon moi à la perfection ce qu’est mon ami. Un amoureux des jeux amoureux.

Je vous souhaite un bon week-end et une bonne séance…

Les dix films qui m’ont fait le plus rire

10617_backdrop_scale_1280xauto

Oh mais que vois-je, un billet de feignasse ? Oui mais j’ai une excuse, j’ai une cystite (yummy !) Alors entre deux lames de rasoir à expulser, je me suis dit, tiens et si j’essayais de me rappeler des films qui m’ont fait le plus marrer ? Autant vous dire que vous pourrez vous y fier parce que là tout de suite, on ne peut pas non plus dire que je me tape des barres de rire. En lire plus »

Tout pour être heureux…

photo.Tout-pour-etre-heureux.180750

J’ai vu ce joli film il y a déjà un petit moment, lors de la première projection avec l’équipe. J’ai parfois ce privilège et je dois avouer que c’est à chaque fois une expérience hyper émouvante, de sentir la salle vibrer à l’unisson, de percevoir le trac des acteurs, des techniciens, du réalisateur et des producteurs. C’est à ce moment là que l’on comprend à quel point un film est la somme d’innombrables énergies, un condensé de travail minutieux, qui s’étale dans le temps. Avant cette fameuse projection, il y aura eu des allers-retours interminables sur le scénario, des castings, des souffles que l’on retient avant de savoir si on en sera, des bonnes et des mauvaises nouvelles de producteurs, des dates de tournage que l’on aura peur de ne pas respecter, des galères, des caprices, des instants de grâce, des fous-rires, des larmes, des kilomètres de rush, des heures dans une cabine de montage, et puis, donc, cette pellicule qui enfin se déroule et s’imprime sur nos rétines. En lire plus »

Mustang, le coup de poing

maxresdefault

Paradoxe pour une apprentie scénariste, je ne suis jamais allée aussi peu au cinéma que ces derniers mois. Il y a probablement un lien avec notre expatriation de l’autre côté du périph, mais tout devrait rentrer dans l’ordre d’ici quelques semaines puisque le petit cinéma en travaux à deux pas de chez moi va rouvrir ses portes. Vlà les séances à cinq euros sans la queue !

En attendant, je me rattrape avec la VOD dès que les films sont accessibles sur les plateformes de location. Et après la soirée des Césars, je n’avais qu’une envie, découvrir enfin Mustang réalisé par Deniz Gamze Ergüven, dont on m’avait maintes fois parlé et que je me maudissais d’avoir loupé. En lire plus »

Page 1 sur 512345