Je vous parle d’un temps…

Il y a vingt ans, après des mois allongée pour cause de col mou (quelle partie de mon corps ne l’est pas), la sage-femme qui me suivait a commis l’erreur de m’autoriser à me lever. Une salade césar plus tard, les contractions sont arrivées. Bien trop tôt. Le churros, appelé au secours, a déboulé paniqué et nous voilà partis à la maternité dans une bagnole prêtée par un ami, qui roulait par je ne sais quel miracle. Je ne m’étendrai pas sur la grâce avec laquelle je m’en suis extirpée. Très vite, j’ai compris que pour l’accouchement rêvé, il faudrait repasser. Non seulement les deux bébés étaient en siège mais pour une raison toujours pas vraiment élucidée (mais à priori une erreur de l’anesthésiste de garde) il a été décrété que je ne pouvais pas me voir administrer une péridurale pour la césarienne qui elle était non négociable. Ce serait donc une anesthésie générale, en urgence, à 34 semaines de grossesse, dans une clinique dépourvue de département néonat. La fête. Je me souviens avoir pleuré avant qu’on m’endorme et d’avoir crié que je ne voulais pas mourir sans voir mes enfants. Je ne suis pas morte ce jour là mais je n’ai pas vu mes enfants. J’ai pu toucher le pied de mon fils juste avant que la double couveuse soit emmenée par le Samu à l’autre bout de Paris. Je ne verrais le visage de mes bébés que trois jours plus tard, trois jours à me lyophiliser, à me vider de larmes qui semblaient se régénérer au fur et à mesure que les heures passaient.

Je me souviens de ces mots terribles d’une puéricultrice qui avait dû louper les cours de psychologie pendant son cursus. M’étonnant au bout de deux jours que personne ne soit venu me parler d’allaitement, elle m’avait gratifiée de cette réponse sans appel: « ah mais comme vos enfants ne sont pas avec vous, vous n’êtes pas dans la liste des nouvelles mamans ». Il ne m’en fallait pas davantage pour que ce sentiment d’illégitimité s’installe, pendant des mois, peut-être des années.

Et puis après trois jours à supplier le service, on a consenti à me mettre dans une ambulance, en grande partie grâce à ma soeur qui ce matin là a menacé l’hôpital entier de les trainer devant la justice (elle est avocate). On a traversé Paris, chaque soubresaut m’arrachait des grimaces de douleur, mais il ne serait pas dit que je dirais quoi que ce soit qui puisse mettre en péril cette rencontre tant désirée. La suite, ce sont ces deux crevettes qui luttaient dans cet étage dédié aux grands prématurés, ces corps minuscules, ces visages encore mâchés par cette naissance trop précipitée, les moniteurs qui hurlaient à tour de rôle, les sondes gastriques, ce tube sans lequel mon fils ne pouvait respirer et qui rendait ses pleurs silencieux. Je ne pense pas avoir vu depuis quelque chose de plus déchirant.

Des semaines d’allers-retours entre le 11ème arrondissement et le 15ème, où ils étaient confinés pour grandir. Leur vraie naissance, je la date un mois plus tard, quand enfin nous sommes rentrés à la maison tous les quatre. Mais n’empêche, aujourd’hui, ils ont vingt ans et merci le coronavirus nous sommes tous les cinq pour le fêter. Théoriquement, le grand aurait dû être encore au Québec à l’heure où j’écris ces lignes.

Vingt ans d’amour, de doutes, d’incompréhension parfois, de prises de bec, de câlins, de rires, de cris, de peurs, de débats à n’en plus finir, de voyages et de tendresse. Vingt ans que je suis, même si je n’étais pas sur la liste, maman.

Happy you, mes amours. Bienvenue dans l’âge des possibles.

79 comments sur “Je vous parle d’un temps…”

  1. Valérie de haute Savoie a dit…

    Oh bon anniversaire à ces jumeaux qui nous ont durant des années égaillé notre matin, à la lecture de tes billets.
    Et oui, voir un bébé pleurer sans aucun bruit parce qu’intubé, est quelque chose de terrifiant, je l’ai vécu lorsque mon fils opéré en urgence, et retrouvé dans une couveuse placée en salle de réveil adulte parce qu’hôpital en grève, m’a accueilli, alors que tout son corps pleurait, sans aucun bruit.

    Répondre
  2. Clairotte a dit…

    Joyeux anniversaire à tes Twins !
    Je n’oublie jamais cette date … J.ai 37 ans de mariage aujourd’hui j’ai l’impression que c.etait hier!
    Et je me souviens, hier aussi, de ton post sur leur entrée au CP …
    Passez une douce journée confinée au chaud les uns avec les autres, les uns contre les autres, à savourer cet anniversaire qui ne ressemble à aucun autre …

    Répondre
    • Bea a dit…

      Bon anniversaire à tes enfants, j’ai déjà du écrire que les taureaux sont les meilleurs. Mais j’ai le droit de radoter à mon âge ! Et d’avoir la larme à l’oeil en te lisant… parceque la sensibilité, ça aussi, ça reste toute une vie .

      Répondre
    • Kate a dit…

      Hello Caroline et bon anniversaire aux Twins !
      Toujours beaucoup de plaisir à te lire ! 20 ans aussi pour ma fille qui a décalé la fête pour cet été……(j’avoue que je n’ose pas lui dire que cet été me paraît prématuré…..)

      Répondre
  3. Manoudanslaforet a dit…

    Happy birthday !!! Fillette a non fêté ses 30 ans loin de sa moman… et Djeune n3 fêtera ses 26 ans le 29 sans moi non plus… profiter de vous tous !!

    Répondre
  4. Marinemco a dit…

    Joyeux anniversaire Lou et Marius!
    Tu m’as tiré des larmes d’émotion avec ce récit vibrant de vos premiers jours, La suite, on l’a appréciée avec tes billets et j’aime les suivre encore maintenant en filigrane,

    Fêtez bien ça, 20 ans c’est pas rien!

    Répondre
    • Karine G-Ly a dit…

      Depuis les années que tu parles d’eux, ils ont quasiment grandi ici, Bon anniversaire aux Twins !

      C’est bien que le confinement vous permette de fêter ce jour tous ensemble.

      Et puis bon anniversaire à toi, car malgré les paroles désastreuses de cette informiere tu es devenue pleinement maman ce jour là surtout dans des conditions apocalyptiques pareilles (j’ai connu aussi pour mon aîné le combo césarienne en code rouge et syndrome du choc post-traumatique… Y a pas mieux pour démarrer sa vie de maman n’est-ce pas…).
      Dans des conditions pareilles non seulement tu étais une vraie maman mais une vraie warrior!

      Répondre
  5. Emmanuelle a dit…

    Happy 20 ans ans à vos twins ! Ma grande a eu 20 ans aussi le 15 mars… 1er week-end de confinement… Quel étrange monde pour leurs 20 ans…
    Votre récit sur la naissance prématurée m’a replongée dans des souvenirs très émus… Mon 2e (bientôt 18 ans) est né 1 mois d’avance, mais ne se réchauffait pas correctement. Direction le service de néonat’ (j’étais au CHU, donc avec lui). Mais j’ai souvenir de 3 jours où je montais dans les couloirs sombres le soir, seule, pour aller l’allaiter (j’étais sur la liste des nouvelles mamans… quelle horreur votre histoire…), mais il avait un cathéter au front pour des antibios, il ressemblait à un télétubbies, ça bippait de partout, il y avait des crevettes… Et surtout, un jour, je suis montée et le service accueillait une famille dont le bébé venait de décéder…
    Cela n’a été que 3 jours, mais c’est un souvenir traumatisant, marquant.
    Je vous souhaite de vivre une journée extrêmement joyeuse, avec plein d’amour dedans et une multitude de douceurs… 😉

    Répondre
  6. Vannina a dit…

    Que d’émotion ce matin à la lecture de ce post! Bon anniversaire à tes twins qu’on a tous l’impression de connaître un petit peu.

    Répondre
  7. Poune a dit…

    Bonjour Caro,
    je date le jour où j’ai commencé à te lire quotidiennement au soir où j’ai pleuré toute la soirée à la lecture du récit de ton accouchement. Des larmes salvatrices, parce que je n’avais jamais entendu personne mettre des mots aussi juste sur ce que j’ai traversé. Je n’ai pas oublié non plus la sage-femme qui a conditionné ma rencontre avec mon fils en réa dans un autre hôpital à mon lever sans aide, et qui a tout de suite dit, me voyant tomber (de fatigue d’avoir pleuré 3 jours, de faim de n’avoir rien pu avaler avant d’avoir vu mon fils) : « ah bah ce sera pour demain si vous y parvenez, cette fois »…
    Mon chat sauvage va avoir 16 ans, et me défaire de ma culpabilité, de mon sentiment d’illégitimité fut long. Il m’y a aidée, beaucoup. Pas d’allaitement, pas de « premier regard magique qui celle la relation mère-enfant », même pas de peau à peau permis dans le service de réa, bref, rien de tout ce qu’on nous fait croire indispensable pour nouer le lien.
    Et bien mon chat et moi, on a fait sans. On se pourrit à longueur de journée parce qu’on a le même caractère, mais on ne s’endort pas sans un câlin, sans se dire qu’on s’aime et sans se dire qu’on a une chance de maboule d »être ce qu’on est l’un pour l’autre, comme pour son père et sa sœur.
    Je souhaite un joyeux anniversaire à tes loulous !

    Répondre
  8. Muriel a dit…

    Oh oui, je connais. Pas le bébé qui pleure silencieusement (le mien n’était que partiellement intubé, alors il pouvait donner de la voix) mais le bébé plein de tubes et de fils qui le relient à plein de machines stridentes, hélas je connais. Ce sont des instants de vie déchirants. Pour moi aussi tout s’est bien terminé, mais ces moments restent imprimés en moi, au point que je ne peux m’empêcher de pleurer quand je te lis. Je n’ai été séparée de mon tout petit que quelques heures, le temps pour moi de le rejoindre au service néonat’ de la grande ville, là où on l’avait transféré en urgence (lui, ce n’était pas pour prématurité), mais ce sont les heures les plus longues de mon existence. Qu’ils t’aient fait attendre 3 jours, je n’en reviens tout simplement pas… Dans tous les cas, je suis encore émue quand je repense au personnel de ce service et aux parents que j’y ai croisés. Ce sont des moments où on se sent reliés aux autres d’une façon très spéciale, notamment, avec les autres parents, parce qu’on vit des choses tellement intenses et tellement similaires, qu’on se comprend au premier regard. J’en garde le souvenir d’une connivence incroyable avec les autres et d’une écoute extraordinaire de la part du personnel hospitalier (ce que je n’avais pas toujours pu expérimenter jusque-là…). Pour moi c’est encore frais (mon petit n’a que 4 ans), mais je suis bien certaine qu’à ses 20 ans j’y penserai encore avec toute l’acuité que tu décris si bien dans ton billet. Bon anniversaire à tes twins (je me rappelle encore le billet sur leurs 10 ans… pour moi c’était hier… Qui accélère donc le temps qui passe ainsi?, c’est pénible à la longue…)!

    Répondre
  9. Karoll a dit…

    Après une naissance pas banale, tes Twins vont célébrer leurs 20 ans dans une situation pas ordinaire non plus, qu’ils n’oublieront jamais… Joyeux anniversaire à eux et belle fête à vous 5, ce sont des moments très précieux, puisse ce confinement resserrer les liens dans toutes les familles (je n’ai pas d’inquiétude pour la tienne qui semble déjà très unie).

    Répondre
  10. malilyne a dit…

    Happy Birthday les twins!!!!! déja 20 ans c’est dingue!!!
    Les miennes ont eu 2 ans il y’a 10 jours, je te suis depuis plus de 10 ans juste après la fin de mes études et je n’aurais jamais pensé avoir un parcours à peu près similaire. Mes filles sont nées a 30SG, et je me souviens de cette désolation quand aucune SF ne vient nous voir de la journée parce qu’on n’a pas de bébés à s’occuper alors qu’on est en train de douiller +++ après la césarienne, ni aucune puéricultrice pour nous donner des conseil sur que faire avec ces énormes seins qui vont exploser… Aussi quand on m’a « viré » de la maternité « allez il faut partir vite maintenant y’a des mamans qui accouchent et qui ont besoin de la chambre » alors que déjà on ressort sans bébés, les bras vides, mais toujours pliée en deux… Bref il y a tjrs un manque de tact aujourd’hui …

    Répondre
  11. Camille Legoline a dit…

    Ce texte m’émeut … je n’ai pas eu de jumeaux… mais deux « accouchements » compliqués : anesthésie générale pour la première (je pensais que ça ne se faisait plus…le choc !) ma vie attachée à un fil et la réa pour la deuxième… les heures suspendues devant ce petit corps inerte… Mais nos histoires finissent bien tout comme la votre ! des petites filles pleines de vie (trop parfois ! 😉 ) Et comme l’histoire finit bien, je ne changerais leurs naissances pour rien au monde. Ca été dur, traumatisant même, mais nous en sommes sortis différents et grandis ! Jamais je ne pensais être capable de surmonter de telles épreuves ! Le personnel soignant est souvent si doux… mais parfois si dur et c… (me faire engueuler par l’anesthésiste parce que je ne faisais pas assez le dos rond pour la piqure…alors même que mon bébé ne bougeait plus dans mon ventre : check!)

    Par contre j’ai eu une pédiatre merveilleuse, qui a fait un livre merveilleux… émouvant… et si beau : https://www.decitre.fr/livres/histoires-d-avant-9782914528788.html
    Un recueil de photos prises en rea et neonat… âmes sensibles : armez-vous de mouchoirs… 🙂

    Bel anniversaire aux jumeaux ! 20 ans ! le bel âge ! 🙂

    Répondre
  12. MarieG a dit…

    Bel anniversaire aux twins. Décidément Caro ne fait rien à moitié: la naissance a été dramatique, les vingt ans sont fêtés dans des circonstances que même notre blogueuse préférée, scénariste de génie, n’avait même pas imaginées…

    Et que celles et ceux qui nient les violences obstétricales lisent ne serait-ce que les commentaires de ce billet. Chères mamans, vous avez été confiées à des soignants-pas-soignant.

    Belle journée

    Répondre
    • Silvia a dit…

      Joyeux anniversaire à tes 2 grands!!
      Quel horreur les mots qui t ont été dits… maman d une très grande prematuree, j ai eu un vécu à ce niveau là beaucoup plus doux… mais les premiers moments sans elle ont été si difficiles..
      De gros bisous à tous et profitez bien

      Répondre
  13. lenaed a dit…

    Bon anniversaire les Twins !
    Fêtez ça bien ! (un avantage de les avoir tous grâce au confinement)
    Ici pas pu voir mes deux aînées étudiantes depuis Noël, j’espère qu’elles pourront rentrer cet été……

    Répondre
  14. nathalie a dit…

    Très heureux anniversaire à tes deux amours !
    Quant à ton récit, je l’ai lu avec émotion et avec un sentiment de colère aussi. Comment est-ce possible aussi peu d’humanité ?
    En lisant les commentaires, je m’aperçois que pour beaucoup, le plus beau jour de leur vie aura été marqué par beaucoup de violences assénées par des personnes ou des institutions chargées de prendre soin…
    Bises à toutes.

    Répondre
  15. Sophie a dit…

    Ce post me rappelle que quand j’ai commencé à vous lire ils n’avaient je crois, que 12-13 ans et j’étais moi-même au seuil de l’âge des possibles… Ça passe vite mais à 26 ans je peux affirmer que la vingtaine est une décennie d’une richesse incroyable, en termes d’apprentissage et d’expériences.
    Je leur souhaite un merveilleux anniversaire et des vingt ans doux et passionnants.

    Répondre
  16. Justine a dit…

    Toujours aussi émouvant de lire tes mots quand tu parles de tes twins, de leur naissance en particulier qui résonne maintenant dans toute leur relation et celle avec toi.
    Joyeux anniversaire à eux 2, Joyeux anniversaire à vous 3, et 4.

    Répondre
  17. Christiane Spring a dit…

    Tout d’abord Joyeux anniversaire aux jumeaux. Je me retrouve dans ton texte Caro. J’ai des jumeaux. J’ai eu beaucoup plus de chance que toi. Ils sont nés à 37 semaines de grossesse et j’ai eu une césarienne sous péridurale.
    Mais c’est pour mon aîné. Naissance difficile. Je ne l’ai pas vu pendant 24 heures. Oui je sais bien moins que toi. Il est né la veille de mon anniversaire et le jour de mon anni, pas eu de nouvelles jusqu’à ce que mon mari arrive. J’ai pensé que Guillaume était mort.
    Je ressens ce que tu as ressenti. Belle journée à vous cinq. Bisous

    Répondre
  18. Mathilde a dit…

    Quel joli texte.
    Je me souviens des mots de mon père pour mes 20 ans, un email inoubliable qui lui aussi ma parlait de ma naissance et de son émotion.

    Belle célébration !

    Répondre
  19. sirius a dit…

    Ce genre de naissance traumatisante, je connais. Ton témoignage a tout fait remonter, mon fils a désormais 21 ans et c’est un garçon plein de vie et de joie. Je me rappelle avoir pu aller au service de néonat à l’autre bout de Paris, après trois jours. On m’avait indiqué sa couveuse et j’avais enfin fait sa connaissance. Je n’avais qu’une photo prise par l’infirmière juste après l’accouchement, mais quand même je ne le reconnaissais pas, il avait plein de cheveux. Et pour cause, une infirmière est venue m’annoncer que ce n’était pas « mon » Baptiste mais un autre. Choc de le voir si petit, fragile, quand le premier Baptiste me paraissait plus grand. Choc aussi d’avoir murmuré des petits mots à un bébé qui n’était pas mon fils. Par contre l’infirmière fautive s’est longuement excusée, choquée elle aussi par son erreur.

    Répondre
    • Michèle Faure a dit…

      C’est vrai, j’ai l’impression de les connaître tes enfants,  » le duvet  » reste une des meilleures histoires de ton fils, là sans réfléchir… bel anniversaire à eux.

      Répondre
  20. Ghislaine a dit…

    D habitude je souris, je ris, je suis touchée ou amusée, ça dépend des billets.
    Là ce sont des larmes, j ai l impression de vivre ces moments en temps réel. J imagine l angoisse et aussi l émotion que vous avez dû ressentir un mois après en rentrant tous les quatre…
    Merci encore Caro, je me rends compte à quel point vos billets me manquaient.
    J avais fini par me résoudre à la « fermeture » de ce blog, j en mesure d autant plus la chance de vous relire.
    Comme quoi on peut toujours trouver du positif dans ce confinement imposé… qui devient difficile à supporter pour moi. Trop hâte de revoir en vrai les enfants et petits enfants !

    Répondre
  21. lilipetitemadame a dit…

    Et moi aussi aujourd’hui je pleure d’émotion….
    Très bel anniversaire à vos Twins et à vous, parce que oui aujourd’hui cela fait 20 ans que vous êtes maman ! Mon aîné a eu 6 ans le 9 avril et chaque 9 avril je nous souhaite à moi et à son papa un bel anniversaire de parents 🙂

    Répondre
    • Bérengère a dit…

      Quelle émotion à lire ce récit ! Tu m’as mis les larmes au bord des yeux ! Tes twins on les « connait » depuis des années ! Nos matinées, nos tasses remplies de café ou de thé en dévorant leurs histoires, leur rentree au collège, les anniversaires, les voyages, les réunions profs, les premiers croquis de Lou, les histoires abracadabrantesques en forêt de Marius, puis les opérations, l’attente….le soulagement…voilà tes twins ont vingt ans et je leur souhaite tout le bonheur possible ! Heureux anniversaire <3

      Répondre
  22. Bérengère a dit…

    Quelle émotion à lire ce récit ! Tu m’as mis les larmes au bord des yeux ! Tes twins on les « connait » depuis des années ! Nos matinées, nos tasses remplies de café ou de thé en dévorant leurs histoires, leur rentree au collège, les anniversaires, les voyages, les réunions profs, les premiers croquis de Lou, les histoires abracadabrantesques en forêt de Marius, puis les opérations, l’attente….le soulagement…voilà tes twins ont vingt ans et je leur souhaite tout le bonheur possible ! Heureux anniversaire <3

    Répondre
    • Libellule a dit…

      Je suis en train d’inonder mon téléphone… de larmes! Il ne te remercie pas! Trois jours et trois nuits…sans eux… Cette séparation, cette attente, ce vide je ne l’ai ressenti que quelques heures après la naissance de mes enfants.
      Deux ans après j’ai encore la rage contre ce système hospitalier et cette infirmière de neonat en particulier qui a refusé de me laisser voire mes enfants avant le matin sous prétexte qu’ils dormaient enfin!! Cette femme m’a interdit tétée d’accueil et premier câlins à mes deux fils … J’en suis encore bouleversée… Je n’étais pas une nouvelle jeune maman. J’avais 40 ans et un petit garçon. Je ne me suis pas laissé faire…Et pourtant cette nuit là elle m’a renvoyé à mon statut de patiente… Et j’ai dû patienter… Une déchirure …
      La césarienne à côté de ça…une formalité. Et la culpabilité pour la vie…

      Aujourd’hui ils vont avoir deux ans et je les imagine à 20 ans grâce à toi. Merci!
      ( Je m’autorise le tutoiement après tout ce temps « ensemble » ! )

      Répondre
  23. kath de Belgique a dit…

    Quel talent de maman ! Quel talent de narratrice ! (je te passe le détail de mes trois enfants de trois pères et de trois mères différents) bravo à toi et merci pour cette très belle histoire , bon anniversaire à eux et à toi !

    Répondre
  24. Violette.b a dit…

    Coucou Caro j’ai moi aussi fêté cette semaine les 22 du loulou confiné avec moi , né en catastrophe à 33 semaines…je l ai vu passer au dessus de ma tête avant la couveuse, pareil j ai attendu pour le voir il etait dans un autre hopital ….j ai fait un malaise direct devant ce petit sorti de réa ..bref à chaque anniversaire j’ai la preuve qu’il ne faut rien lâcher…je suis toujours aussi émue.

    Répondre
  25. Cécile a dit…

    Ou comment me faire monter les larmes aux yeux au petit dej… Tu racontes aussi bien la frénésie compulsive de l’achat de farine que la naissance de tes enfants. La transmission des émotions, c’est un sacré talent !! J’ai envie de dire aussi « happy toi ! ». Parce que quoi qu’en dise cette puéricultrice imbécile (<== euphémisme), c'est aussi un peu beaucoup l'anniversaire des mamans le jour de la naissance de de leurs enfants. Et encore plus quand ce jour-là, on devient maman pour la 1ère fois…

    Répondre
  26. Hémeline a dit…

    bon anniversaire à tes deux grands !!
    j’ai fêté mes 20 ans en pleine tempête du siècle (oui je suis d’un temps que les moins de 20 ans…) et c’était pas super fun, personne n’avait pu venir, j’espère qu’ils vivent bien le leur… mais je suis sure que tous les 5 vous vous réchauffez les coeurs! et je te colle deux bises, comme j’aurais fait si je t’avais croisée dans la vraie vie d’avant 🙂

    Répondre
  27. Carole Nipette a dit…

    Mais quelle horreur cette phrase de la puéri…
    20 ans et en plus sur deux enfants en même temps c’est quelque chose 🙂 encore joyeux anniversaire à eux et à toi !
    de confinement en confinement, une histoire qui a commencé il y a 20 ans <3
    (hier sur insta je t'ai dit que je pleurais en voyant la photo mais dans un autre contexte, mon voyage annulé de cet été…je n'avais pas encore lu ton billet)

    Répondre
  28. As a dit…

    Ce texte est magnifique.
    La césarienne en urgence sous AG fais résonner en moi des traumatismes qui restent après plusieurs années…
    Le reste, je n’ose l’imaginer.
    Bravos à ces deux petits guerriers devenus deux beaux adultes.
    et Happy b Day

    Répondre
  29. Armelle a dit…

    Un très joyeux anniversaire à tes twins !
    Joli billet qui fait résonner toutes mes angoisses de grand-mère dans l’attente de la naissance des jumeaux de mon fils il y a quelques mois.
    Profitez bien de ces moments précieux et rares en famille.

    Répondre
  30. Odile a dit…

    Accro depuis 7 ans à ce blog, aucun commentaire? Il était tant de dire merci…
    Est-ce le confinement ou le partage d’une naissance prématurée, aujourd’hui je me lance : merci pour ces moments partagés!

    Répondre
  31. marieatoutprix a dit…

    Je pleure toute seule…
    Et je me dis aussi que le temps passe vite. La seule fois où je t ai vu « en vrai » c était à la première de ta pièce et les.jumeaux avaient 6-7 ans ?
    En même temps hier je regarderai ma grande de 6 ans qui jouait avec sa poupée. La dite poupée portait une robe de la demoiselle en 3 mois. Le choc.

    Répondre
  32. et de trois a dit…

    Cette épreuve, puisque ça en a été une, a crée une force incroyable en toi qui n’aurait sans doute pas été la même si tu les avais eu vers toi. Ce courage pour attendre 3 jours avant de les voir, ce manque inimaginable, cette solitude si soudaine et interminable, que d’émotions ont dû te traverser mais tu en a fait une force c’est inévitable.
    Tu es une battante et tes twins aussi !!

    Pour chacun de nos 3 enfants j’ai passé la première nuit en leur tenant la main, mon gros doigts dans leur minuscule main… Pour l’ainée c’était une évidence, comme le besoin de ne pas tout de suite me détacher d’elle, je me souviens de cette position un peu inconfortable de mon bras appuyant sur le rebord du berceau durant toute la nuit, mais pour rien au monde j’aurai voulu lâcher cette main. Du coup pour les 2 qui ont suivi j’ai refait pareil. Alors je n’imagine pas tes premières nuits sans eux et ce manque qui devait t’envahir.

    Happy birthday les twins !!

    Répondre
  33. Sécotine a dit…

    Oh mais qu’il est beau ce billet, j’ai bien sûr comme souvent la larme à l’œil. J’ai vu grandir tes enfants virtuellement, je me suis souvent reconnue dans tes doutes/joies/émotions, je profite comme toi de la situation pour engranger des souvenirs et profiter du temps qui passe avec eux. Et même si j »ai eu cette chance inouïe d’avoir des grossesses beaucoup plus faciles que celle que tu décris, il m’a fallu quelques mois pour me sentir légitime dans mon rôle de maman. Alors happy birthday à tes grands !

    Répondre
  34. Marjorie a dit…

    Très bel anniversaire à ces deux grands, et à leurs parents (depuis que je suis maman, j’ai compris à quel point les anniversaires des enfants sont aussi forts pour les parents)…

    Répondre
  35. Marion Chazelle a dit…

    Vos mots me bouleversent, comment peut-on être si dépourvu d’empathie et de bienveillance? Peut-etre que vous n’étiez pas sur la liste, car bien au dessus des autres? Une maman qui ne rentre pas dans les « normes ». <3

    Répondre
  36. Evelyne a dit…

    Un bel anniversaire à tous ! Car les enfants nous font parents… et inversement. Tes mots résonnent dans mon coeur de maman qui a connu, il y aura bientôt 27 ans, une naissance « fracassante » avec départ de bb en néonat, service situé en dehors de l’hôpital, et un « tricotage » de la relation maman-bébé quelque peu… compliqué (fusionnel ?). J’ai senti dans ton joli billet toute la relation « spéciale » qui peut se construire malgré tout, ou grâce à tout, quand on a travaillé ensuite à restaurer son image et sa place de maman. Merci pour tes mots qui font rire et la pudeur entre les lignes. Biz

    Répondre
  37. Coupdouble a dit…

    Happy Birthdays à tes twins !!!
    Je me reconnais tellement dans ton histoire, c’est incroyable. La césarienne d’urgence, le médecin qui cherchait désespérément 2 places pour eux, j’entends dans ma tête à chacun de leur anniversaire « non, ce sont des jumeaux, il nous faut de places !!! », leur séparation, un dans le 15eme, l’autre dans le 14ème et moi dans le 11ème. La même douleur que toi quand j’ai enfin pu être transporter en ambulance pour les voir. Et cette puéricultrice qui rentre dans ma chambre après 3 jours de larmes de séparation avec mes bébés pour m’expliquer comment les allaiter et qui me dit « ah autant pour moi, je croyais que vous aviez déjà accouché ».
    C’est loin, tellement loin tout ça et pourtant c’était hier.

    Répondre
      • Maud a dit…

        Elle fait comme elle veut/peut. On dirait que c’est une obligation pour elle de bloguer… Avoir un blog c est du boulot, elle a une vie à côté. Oui c’est peut être « reparti » pour un an de silence peut être 2 ou 3 ou qu’elle ne postera plus jamais. Peut être bien oui. On pourrait juste lui dire merci pour tous SES posts, durant toutes ces années, au lieu que tout le monde marque un petit mot qui sent la déception. Elle manquera c’est clair, mais elle a tant apporté à beaucoup. Ne le prenez pas contre vous, mais parfois j’ai l’impression que les gens critiquent alors que les blogueurs ont une vie, des contraintes, un job une famille. Belle soirée à vous

        Répondre
    • Maud a dit…

      Ah merde, elle a une vie…. 😀 ça fait un peu ça quand même votre commentaire non? Je lui souhaite du boulot par dessus la tête si elle a envie/besoin…

      Répondre
  38. Smouik a dit…

    c’est le jour où jamais : « BONNE FETE MÔMAN »
    En tout cas, j’espère qu’ils te l’ont hurlé dans l’oreille en te serrant fort dans leurs grands bras 🙂

    Répondre
  39. Roux a dit…

    Un blog alimenté une fois par an à quoi ça rime ? Ceux qui tiennent à ce blog viennent régulièrement voir s il n y a pas un nouvel article… pour rien ; autant prendre une décision et annoncer d arrêter le blog plutôt que de faire perdre du temps à tout le monde

    Répondre
    • lapommeduverger a dit…

      C’est bizarre cette injonction faite à l’écrivain!? L’écrivain est libre de son temps; vous gérez le vôtre…quitte à croire que vous le perdez si vous vous promenez par ici. Chère écrivaine, j’ai adoré et adore encore passer par ici, même s’il n’y a pas de « nouveau » message. Je relis parfois d’anciens posts. Bon déconfinement à vous toutes et tous et merci pour les relectures et éventuellement de nouvelles moissons…sans pression aucune. La vie c’est beau et zen.

      Répondre
      • nostrovia a dit…

        Bonjour lapommeduverger ,
        Caro arrive merveilleusement à nous embarquer dans son univers, émotionnellement aussi , donc rien d’étonnant que certaines lectrices expriment émotionnellement leur frustration face au manque… ! c’est une forme d’amitié virtuelle qu’on retrouve ici, une communauté peut-être aussi , pas juste l’auteure ou l’écrivaine aussi talentueuse soit-elle. Bonne lecture à toi, moi je vais me relire un post conseil lecture pour cet été . Au plaisir .

        Répondre
    • Diane a dit…

      Pour éviter de venir pour rien, et être quand même au courant si il y a des nouveaux articles, vous pouvez activer le flux RSS (à côté des logos « profils sociaux » sur cette page par exemple, juste à côté du F de « facebook », du logo oiseau de twitter ect.)
      Demandez à google (vous écrivez votre question dans la barre de recherche) c’est quoi un flux RSS et comment le mettre en place sur votre ordi, vous allez voir ça va vous changer la vie.
      Ce système vous met une alerte dès qu’un nouvel article est publié, donc plus besoin de revenir pour rien (et d’être déçue, je suis d’accord ça peut être frustrant).
      Sinon, demandez de l’aide si vous avez une association d’informatique dans votre coin et que vous n’y arrivez pas.

      Répondre
  40. Brigitte a dit…

    Dernier livre de Virginie Grimaldi qui raconte une histoire similaire : Et que ne durent que les moments doux.
    Très beau livre, jolie histoire, attachante, émouvante. Je recommande.
    Je suis très en retard pour souhaiter un joyeux anniversaire aux twins, mais je leur souhaite le meilleur.

    Répondre
  41. Nag a dit…

    Ouh là! J’ai arrêté de suivre ton blog depuis un bail, sans raison… la vie, les gosses, l’abandon de Feedly… et je viens de finir Mission Hygge et me revoilà ! Eh oui ça change les choses d’être une maman… Je n’ose imaginer quand ce moment arrivera, les miens sont tous petits… Mais je sais, ça passe vite!

    Répondre

Vote commentaire

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>