Confinement d’une hypocondriaque J34

Je sais que beaucoup ont commencé le compte à rebours jusqu’au 11 mai. Vous serez sans doute étonnés (ah, non ?) d’apprendre que je ne suis pas de ces gens là. Non, moi, quand le président a annoncé le déconfinement dans un mois, mon premier réflexe a été de me demander si genre on serait obligés.

C’est à dire qu’en gros, dans trois semaines, le virus sera toujours là, pour l’immunité collective on peut aller se faire cuire le cul et apparemment concernant les anticorps de ceux qui comme moi l’ont pourtant attrapé dix fois, rien n’est moins sûr. (en vrai je suis prête à parier que le jour où les tests sérologiques seront sur le marché (sans doute jamais vu qu’en gros, donc, cette saloperie peut se choper ad vitam) (oui je suis devenue épidémiologiste, foutez moi la paix) la seule imbécile du quartier qui sera négative, ça sera moi. Je préviens, je mentirai. Pas question d’admettre que j’ai fait chier tout mon entourage avec des symptômes qui n’en étaient pas.

Donc disais-je, le 11 mai qui sonne comme une libération pour certains équivaut ni plus ni moins pour moi à un arrêt de mort. Si les mecs pensent que j’ai pas compris leur combine de nous envoyer au charbon pour contribuer à l’effort d’immunité, c’est BIEN MAL ME CONNAITRE.

De toute façon très honnêtement, encore deux semaines de confinement et je serai définitivement en mousse. Hier, je suis allée à la poste, située à vol d’oiseau à 300 mètres de chez moi. A mi-chemin, exténuée, j’ai cherché le stand de ravitaillement du kilomètre 22. A quel moment ma rue est devenue si pentue, me suis-je demandé en haletant comme un clébard en fin de vie. Dire qu’avant je m’avalais mes 10 000 pas par jour sans broncher (FAUX !). Le covid m’aura tout pris. Ma blondeur et mon endurance.

Non vraiment, aucune raison valable de ressortir. Sachant que sur le terrain de l’amaigrissement, c’est en train de bien se stabiliser. C’est con, tout ça aurait duré trois semaines, j’avais une petite chance d’épater la galerie. Mais ce confinement est bien trop long, j’aurai eu le temps de perdre ET de reprendre mes kilos. En gros je vais faire une boucle. Personne ne va me regarder avec une admiration teintée de jalousie. Au mieux ça va être de la gêne, eu égard aux nombreuses fois où je me suis vantée de ma métamorphose.

Voilà, à part ça j’ai commandé de l’armoise également appelée artemise et censée être encore plus efficace que la chloroquine (c’est dire). J’ai fait venir mon précieux de Californie, au prix quasiment d’un aller-retour Paris – Los Angeles. Je me connais, je n’oserai sans doute jamais avaler une seule de ces gélules, de peur que ça me détraque le coeur ou le foie. Il n’empêche que j’en ai commandé, sans doute parce que c’est la femme d’Omar Sy qui les vend, ce qui quelque part me rapproche un peu d’Omar. Rigolez bien, vous n’êtes pas les seuls. N’empêche que rira bien qui rira le dernier quand toute la planète cherchera à s’en procurer, qui c’est qui aura un stock à côté de ses dix kilos de farine ? C’est Bibi.

On l’aura compris,  je ne ferai pas partie de la première vague des déconfinés et sûrement pas de la deuxième non plus. Pour une bonne raison (à part ma peur de mourir): je suis incapable de survivre plus de cinq minutes avec un masque. La dernière fois que j’en ai porté un c’était pour rendre visite à une amie à l’hôpital. Il a fallu que je sorte de la chambre avant de faire un malaise vagal. QUI PEUT RESPIRER AVEC ÇA ? Et je ne parle pas de l’épineux problème de la buée sur les lunettes.

Alors oui, beaucoup, comme le philosophe André Comte Sponville réclament leur droit à mourir comme ils le souhaitent. « Je préfère attraper le covid dans une démocratie que d’en être protégé dans une dictature », a dit récemment le gars. N’IMPORTE QUOI !  ça m’a rappelé cette maxime post attentats: « mieux vaut mourir debout que vivre à genoux ».

Désolée mais moi j’ai fait mon choix. La dictature à genoux sans corona. Appelez ça comme vous voudrez (oui, « lâcheté » est assez bien trouvé) mais bien qu’ayant compris depuis longtemps qu’on a tous une date de péremption, j’aimerais choisir ma sortie et celle qu’on me propose là tout de suite ne me convient que moyennement.  Bref, si vous me cherchez je suis sur mon canapé.

83 comments sur “Confinement d’une hypocondriaque J34”

  1. Marion Wyss a dit…

    Des années, peut-être 10 ou presque, que je n’avais pas rouvert votre blog. Le plaisir à la lecture est intact – non, meilleur.

    Répondre
  2. Rosier a dit…

    Merci pour ces billets truculents, j’adore.
    Moi je suis de celles qui sortiront le 11 mai, pour rouler en voiture jusqu à un coin de nature, et poser mes fesses par terre, voire m’allonger pour me sentir libre en regardant le ciel.
    Ensuite je mettrai mon appart en vente pour aller vivre dans un endroit avec un exterieur!!!!!!

    Répondre
    • Caroline a dit…

      je comprends tellement. autant pendant les grèves (ça me parait être y’a un siècle) je n’étais plus très sûre que la banlieue soit un bon choix, autant depuis un mois, pas un jour où je ne me félicite pas d’avoir pris cette décision il y a cinq ans, de nous éloigner pour gagner en espace.

      Répondre
      • Mamanpouleetses3cocottes a dit…

        Moi aussi le confinement me va bien… aucune envie de remettre mes poulettes à l’école le 12 mai, d’ailleurs je vais attendre le 25 date de retour de l’aînée pour peut-être y mettre aussi la cadette, en maternelle, qui devrait reprendre dès le 12… quand à la benjamine elle n’ira pas é crèche tout de suite non plus, vu le protocole de prise en charge annoncé ça ne va pas être simple donc on attendra le plus tard possible…
        Reste à savoir si mon employeur veut bien poursuivre le télétravail et ça c’est pas gagné ! Mais la santé de mes enfants (et la mienne!!) prévaut sur le reste tant qu’on peut se le permettre…

        Répondre
  3. Cécile a dit…

    Quel talent ! Tu me régales à chaque post, je suis définitivement fan
    Et j’espère quand même pour toi que tu exagères un ( tout petit) peu !

    Répondre
  4. Alice a dit…

    Ha je suis définitivement bien enfermée chez moi.
    Ce confinement m’a enfin déculpabilisée d’être casanière. J’y suis, j’y reste.
    (Pareil pour mes mioches, hors de question de casser ma vie en pyjama pour jouer l’accompagnatrice / taxi)

    Répondre
    • Lauredane a dit…

      Merci merci. Quand je lis à droite à gauche que les gens ont hâte d’être au 11 pour se prendre dans les bras et se faire des bouffes ça me terrifie.

      Répondre
  5. May_en_avril a dit…

    Oui, tout pareil, je suis roulée en boule au fond de mon terrier avec mes 2 petits (20 et 23 ans) et faudra me déloger à la dynamite! En revanche, je crois qu’eux seront contents de sortir…

    Répondre
  6. Tan a dit…

    Cette date me semble à la fois tellement proche et tellement loin ! Une seule règle pour moi : on vit au jour le jour et on ne se projette pas.

    Répondre
    • Diane a dit…

      Je suis d’accord, mais tirons-en toutes les conséquences, et exigeons que ceux qui nous ont mis dans cette situation payent, au sens économique (oui je pense à l’impôt).
      Et ne pas toujours demander des efforts aux mêmes, y a pas de raison.

      En tout cas cet article fait plaisir à lire, merci pour notre santé mentale.

      Répondre
  7. Valérie de haute Savoie a dit…

    Donc l’armoise sert à ouvrir l’appétit… là tout de suite, je n’en ai pas du tout besoin, mon appétit se porte on ne peut mieux, et je crains qu’à la fin du confinement je doive me racheter des fringues taille ++.
    Je vais donc passer mon tour, et plutôt continuer à me coudre des masques lavables. Je n’échapperai pas au déconfinement, autant faire en sorte de me protéger le mieux que je peux, vu mon grand âge.

    Répondre
      • Mouette a dit…

        Pour moi, l’armoire c’est la base de l’absinthe… Tu pourras toujours mettre tes gélules dans l’alcool ! Blague mise à part, moi aussi je suis extrêmement bien confinée avec mari et enfants petits et grands revenus au bercail. Les grandes tablées et les jeux vont me manquer.

        Répondre
      • Laure a dit…

        Apparemment oui…

        Les propriétés médicinales de l’armoise
        UTILISATION INTERNE
        Soulage les troubles digestifs : coliques, diarrhées chroniques, douleurs viscérales, sensations de distension, flatulences.
        Stimule la sécrétion du suc gastrique , favorisant ainsi l’appétit.
        Puissant vermifuge : élimine les vers intestinaux.

        Voilà voilà 🙂
        Après ça reste une plante hein, qu’elle vienne de Californie ou pas, ça devrait pas tuer qui que ce soit 😉

        Répondre
  8. Soa a dit…

    Qand je vois autour de moi des gens qui tueraient pour avoir le droit de sortir un peu, je ne comprends pas, je suis de ceux qui adoooorent le confinement. Le télétravail c’est carrément le bonheur, et rester à la maison 24/24 ne me fait pas du tout peur, au contraire ! Donc, tout çà en plus du fait qu’on est sait tous que le virus sera encore là des semaines encore, j’ai presque pleuré quand on a annoncé la fin du confinement chez nous (Mada) :(.

    Répondre
    • Marion a dit…

      Je suis d’accord. Le 11 mai on aura le droit de sortir travailler avec la boule au ventre. Quelle magnifique perspective… alors oui on pourra aller marcher en montagne et ça j’en rêve mais pour le reste. .. En même temps rester confinés jusqu’a un éventuel vaccin paraît impossible. Va juste falloir apprendre à vivre avec cette peur…

      Répondre
    • AnneSo a dit…

      Pas des semaines: des années. Est-ce qu’on va rester confinés des années? L’Europe amorce un timide déconfinement et je trouve que, à l’instar des soignants,des caissières, des facteurs, des boulangers, des éboueurs etc etc, il va falloir se lancer à un moment donné.
      Il est vrai que j’ai très envie de revoir mes enfants, mes amis, mes collègues, de vivre,quoi.

      Répondre
  9. Soph' a dit…

    « Bref, si vous me cherchez je suis sur mon canapé. » => j’adore ! Je te choisis comme mentor et t’imiterai, parce que moi non plus, je n’éprouve aucune envie d’aller me frotter aux miasmes des autres. Quoique je changerais peut être d’avis devant l’appel d’un petit blanc en terrasse… 😉

    Répondre
  10. Isabelle a dit…

    Pour ma part j’ai très très hâte de pouvoir retrouver un semblant de vie… Sortir sans remplir d’attestation au préalable, pouvoir retourner chez le dentiste et le coiffeur (=très urgent!). Libre à ceux et celles qui le souhaitent de rester enfermés, moi je sors dès que possible !

    Répondre
  11. Elch a dit…

    ah c’est clair que la buée sur les lunettes, c’est le mââââl !

    Alors moi je tangue, je suis à la fois une introvertie qui donc ne pâtit pas trop du confinement et en même temps je rêve de pouvoir retourner courir sous les arbres

    Et sinon, oui, je suis aussi une des sceptiques de « si si, déconfinons les écoles, les gestes barrières et la désinfection ça va marcher »
    euh, pardon ?! O_O

    on n’arrive déjà pas à faire en sorte que les élèves soient pas assis partout sur les marches d’escalier et là par magie ils vont tous être à 1m les uns des autres dans un bahut trop petit ?

    Prenez nous pour des truffes… X-(

    Répondre
    • Laure a dit…

      Moi ce qui m’a fait doucement rire, c’est le coup des « 15 enfants par classe » ! Il faudra qu’on m’explique comment ils vont procéder dans des classes à plus de 40 ?! (j’ai connu ma propre classe de 1ère à 41 élèves…)

      Répondre
  12. Eloïse a dit…

    Merci Caroline d’avoir écrit exactement ce que j’aurais écrit si j’écrivais sauf pour les gélules… mais c’est peut-être parce que je n’en avais pas encore entendu parler… Bon déconfinement aux autres mais ce sera également sans moi !

    Répondre
  13. AnneduSud a dit…

    Reste bien confinée, je n’ai qu’une trouille c’est qu’ une fois dehors ton blog passe à l’as. Je vote donc pour 10 ans de confinement !

    Répondre
  14. Caroline a dit…

    Je fais partie de celles et ceux qui comptent les jours… Je me suis confinée en banlieue alors que j’habite Paris et mon appartement me manque (aussi, j’ai peur qu’il lui soit arrivé des malheurs). Les Parisiens ne me manquent pas vraiment, mais ma vie de quartier, aller voir mes commerçants de quartier, etc. ça oui, ça me manque. Je rêve de me promener en forêt (pourtant, nous disposons d’un jardin). De prendre le train. De voir la mer.
    Aussi, j’avais un rendez-vous urgent chez le dentiste le 18 mars et ça, c’est reporté à la St Glinglin (la procédure pour prendre un rdv chez un dentiste, c’est en gros, ils ne prennent des rdvs que pour dévitaliser ou arracher une dent. Bienvenue en 1730).
    Bref, sortez-moi un peu!!!! (et réglez mon problème de dent!)

    Répondre
  15. sylvie1961 a dit…

    Moi le confinement c’est 48h par semaine les jours de repos en somme sinon direction l’hôpital et les patients
    Oui la peur au ventre je l’ai eue ,des insomnies aussi mais depuis quelques jours ça va mieux .L ‘habitude ?
    Quel plaisir de te lire à nouveau plus efficace que l’armoise pour se sentir mieux !!!

    Répondre
  16. tallulah06 a dit…

    tu as absolument raison, vu que ton job se fait en grande partie chez toi! et puis ça veut dire qu’on aura un journal du confinement après le 11 mai n’est ce pas? non non aucune pression 😉
    Pour ma part je ne sais pas comment se fera la reprise au boulot pour le moment je n’y vais que 2 jours par semaine et c’est vraiment cool, ça va être dur de reprendre un rythme normal. Sinon à part la dépression capillaire et ma frange qui va jusqu’au nez tout va bien!

    Répondre
  17. Véronique a dit…

    J’ai un colis parti d’Italie. Il a mis 6 jours pour arriver, week-end pascal inclus. Depuis mardi 14 avril, il est en centre de tri. Dispo. Mais pas dispo ! Livraison prevue par la Poste : le 17 MAI. Alors, un colis des USA, ……., bon courage !

    Répondre
  18. MarieV a dit…

    Si l’armoise (de Californie !!) ouvre l’appétit (entre autres vertes), votre blog ouvre …le rire et l’humour
    J’ai fait des masques pour mes enfants et des amis qui prennent encore les transports en commun ..
    Sont partis depuis plus d’une semaine , toujours pas arrivés..
    Peut-être pas perdus pour tout le monde !!

    Répondre
  19. ln22 a dit…

    Je pensais que j’étais la seule à trouver la date du 11 mai trop proche. Je suis pas mal chez moi et dans ma chambre/bureau:salle de yoga/salle de lecture
    ça me rassure !!!! et surtout ça me fait bien rigoler

    Répondre
  20. Nanny de Joinville a dit…

    Merci pour vos billets d’humeur qui enchantent beaucoup d’entre nous. Je suis assistante maternelle et suis bien chez moi toute l’année et ce depuis 6 ans maintenant ! Pour avoir goûté pendant près de 23 ans au confinement en bureau plus de 8 heures par jour, je préfère de loin ma situation actuelle. J’ai une pensée malgré tout pour toutes celles qui n’auront pas d’autre choix que de retourner travailler à l’extérieur après avoir « finalement pas détesté » cette expérience

    Répondre
  21. sirius a dit…

    Habituée à travailler à la maison (c’est ce que me disent les collègues, « de toute façon tu ne ressens pas de changement si ? » Si, mon cours de Pilates s’est évaporé et je ne suis pas une machine), je me sens bizarre et effectivement toute molle quand je sors faire les courses (un coup laits -les céréales tu comprends, un coup jus de fruits, litières de chats, le problème d’un 5e étage sans ascenseur c’est qu’on ne rapporte pas tout, en une seule fois).
    Tu me rassures donc (ou pas)… En fait je me rends compte que certes je travaille déjà à la maison mais que j’étais beaucoup plus active que je ne le pensais finalement !
    Merci Caroline en tout cas d’avoir repris ton blog, ça vient me distraire et me faire rire ou réfléchir tous les jours…

    Répondre
  22. la girafe a dit…

    Prof, je suis censée reprendre les cours dans la semaine du 18. Pour l’instant, le seul masque dont je dispose est un masque en tissu intérieur polaire cousu par une amie très chère. Je lui suis très reconnaissante de me l’avoir fait – et d’en avoir cousu un aussi pour ma moitié, qui va reprendre son poste de prof elle aussi. Mais… Je ne sais pas DU TOUT comment je vais pouvoir faire cours à travers un carré de laine polaire, sachant que la dernière fois que je l’ai porté, j’ai limite fait une crise de panique : j’étouffais et j’ai failli tourner de l’oeil comme une donzelle du XIXème trop serrée dans son corset… Donc

    Répondre
    • Sofinet lov Guisane a dit…

      Tout d’abord quel bonheur de t’avoir retrouvée via ton blog avec cette étrange impression, comme avec une vieille amie, que nous ne nous sommes quittées qu’hier… pourvu que ces retrouvailles durent !
      Pour le reste je me suis décomposée à l’annonce d’un déconfinement le 11 mai tellement incompréhensible surtout pour les scolaires. Cette date me paraît tellement proche que pour ma part j’imposerai à ma tribu un déconfinement a minima scolaire pour la rentrée de septembre. Etant à risque j’avais déjà confiné mes filles dès le retour des vacances de février alors je ne voudrais pas anéantir tous nos efforts en nous précipitant au premier coup de sifflet… Evidemment avec la chance d’avoir une maison avec un petit terrain le confinement est plus doux…
      Affaire à suivre…

      Répondre
  23. cécé a dit…

    Idem que toi, ce déconfinement me fait peur. Rien n’est réglé, les services de réa manquent de médicaments indispensables. Donc voir que pour certains le 11 mai est le retour à la vie « normale », aux repas entre amis… me choque. L’épidémie va reflamber. Essayer d’atteindre l’immunité collective en réouvrant les écoles pour libérer les parents et leur permettre de travailler, de se contaminer de façon statistiquement moins grave (car jeunes) me paraît n’avoir que peu de sens étant donné que l’on ne sait même pas si une personne ayant eu le covid est immunisée, ni si cette hypothétique immunité dure des semaines ou des mois. On va relancer l’économie, certes, mais à part cela, à moyen terme, qu’est-ce que cela va donner?

    Répondre
    • DOMINIQUE a dit…

      Mais que faire ? Juste 5 à 6% de gens ont été ou sont contaminés. On peut aussi rester confinés jusqu’à noël ou mi-2021 où un éventuel vaccin sera trouvé… Le confinement a eu pour but d’éviter une surcharge des hôpitaux, pour leur laisser le temps aussi de réquisitionner plus de lits et de matériel pour accueillir plus de patients.
      Alors, peur ou pas, si certains ont la chance de pouvoir rester confinés, tant mieux. Pour les autres, ceux qui n’ont plus de salaires, les enfants déscolarisés, les enfants dont la cantine est le seul repas complet, les commerçants qui n’ont plus de revenus. Il n’y a pas que les industriels et les grands groupes qui ont besoin du retour au travail.
      On verra bien ce que cela va donner, car on ne peut pas faire autrement face à l’inconnu. C’est si facile de critiquer, les politiques nous en donnent un bel exemple, mais essayez simplement de faire une pâte à crêpes dans le noir absolu, avec une cacophonie de conseils contradictoires. Bonne chance !

      Répondre
  24. La semaine d'une gourmette a dit…

    Ici en Suisse on commence lundi à déconfiner (très graduellement), et je trouve que c’est bien.
    De toute manière, le virus va survire très très longtemps, on ne va pas rester confinés des années, non ? Pensez aux personnes âgées dans les maisons de retraite, seules à se morfondre, sans voir personne d’aimé, alors que la durée moyenne de vie en maison de retraite est de 2 ans (puisqu’on n’y va que quand on ne peut plus faire autrement), on leur vole leurs derniers mois de vie… Pensez à tous les petits restaurants, commerçants, qui ont perdu leur gagne-pain pendant des semaines, le nombre de faillites et de drames personnels que cela va créer… Quant aux écoles, la bonne nouvelle semble être que non seulement les enfants sont très rarement malades, mais ils ne sont pas non plus un vecteur de contamination. En Suède, ils n’ont jamais fermé les écoles, au début les enseignants avaient très peur, et après quelque temps ils se sont rendus compte que le nombre de malades parmi eux n’était pas supérieur à celui de la population générale.
    En ce qui me concerne, je suis en télétravail, dans un nouveau job, ce n’est pas de la tarte de comprendre une nouvelle matière et d’établir des rapports avec les collègues dans ces conditions ! Je me réjouis de pouvoir bosser sur site…

    Répondre
  25. Aline a dit…

    Ben moi en tout cas, je trouve que tu fais super fine et toute menue sur ta photo !
    Pas du tout telle que tu t’étais décrite récemment… bravo !

    Répondre
  26. Laetitia a dit…

    Quel bonheur de te lire de nouveau! Merci d’alimenter ce blog en cette période difficile et bravo de réussir à nous faire rire en ce moment!!

    Répondre
  27. Edith en Savoie a dit…

    Ambivalence quand tu nous tiens… Comme toi, nous prolongerons probablement le confinement au-delà du 11 mai. Âge, surpoids, diabète, mon mari et moi cochons plusieurs cases qui nous incitent à la prudence, d’autant que jeunes retraités, nous n’avons pas à nous soucier de travail et que nos conditions de confinement, en maison avec jardin sont loin d’être les pires. Cependant, je conçois que les familles en appartement avec de jeunes enfants vivent ces semaines beaucoup plus durement. Et quand s’y ajoute l’angoisse du chômage, le manque d’argent… Une fois de plus, ce sont les plus modestes qui paient le prix fort

    Répondre
    • DOMINIQUE a dit…

      J’ai sursauté quand j’ai lu « mon mari et moi cochons… » ! J’ai bien ri, et j’avoue humblement que je ne m’étais pas penchée sur la conjugaison du verbe « cocher » !!!

      Répondre
      • Edith en Savoie a dit…

        « Cochons », J’avoue que je n’avais pas pensé à l’équivoque. Au moins tu m’as fait rire, Dominique, et je vais occuper mon confinement à chercher un synonyme au verbe « cocher » !

        Répondre
        • DOMINIQUE a dit…

          J’ai cherché sur Internet les synonymes de « cocher », et je ne vois guère que « pointer ». Il y a aussi, on n’en sort pas, un mot que je ne connaissais pas : « patachier »…

          Répondre
          • Edith en Savoie a dit…

            Patachier ? Je vais donc m’en tenir à cocher. oui, c’est une contribution importante au débat. On passe le temps comme on peut…

  28. Suzanne a dit…

    Merci Caroline pour cet article qui m’a à nouveau beaucoup fait rire !
    Je fais pour ma part partie de la population qui continue à aller travailler tous les jours depuis le début du confinement (je travaille en production dans l’industrie pharma…), et honnêtement, dans la mesure où mon entreprise met en place les protections et mesures de distanciation adéquates, je ne me rends pas sur mon lieu de travail avec la peur au ventre, loin de là ! Et au contraire : je trouve que voir du monde chaque jour et garder un semblant de vie sociale est réellement salvateur en cette période si particulière. La situation risque fort de durer et il va falloir apprendre à vivre avec ce virus; alors autant s’adapter. Rester tous confinés chez nous n’est pas tenable sur le long terme…

    Répondre
  29. Mel (une autre) a dit…

    Merci pour ce billet qui m’a fait rire (ça fait du bien) ! C’est plus difficile que jamais de ne pas se prendre les pieds dans ses propres contradictions en ce moment. Il y a plein de choses qui me manquent mais le fait de mettre un masque me donne des attaques de panique, et comme je vais devoir reprendre les transports en commun j’angoisse à fond. Déjà pour faire les courses l’autre jour, j’en ai mis un artisanal sous lequel j’étouffais à moitié et je n’ai pas renouvelé l’expérience. Rien que d’y penser je me sens mal. Et pourtant mes chouettes collègues me manquent. De toute façon il va falloir reprendre, alors on verra bien.
    j’aurais aimé faire de l’humour sur le sujet mais je crois que je vais plutôt relire tes billets !

    Répondre
  30. Pastelle a dit…

    Toujours je te lis avec un grand sourire et le même plaisir.
    T’inquiète moi je te regarde avec une admiration teintée de jalousie.
    Et ok pour le canapé. Mais dans le jardin.
    Et avec la famille et les copains.

    Répondre
  31. corinne a dit…

    Oh mais merci Caroline ! Je n’étais plus revenue après avoir vu pendant des semaines votre dernier billet (le Lemon Curd je crois) et là, au hasard de mes recherches sur le net, vous revoilà ! Enfin !! avec cette belle plume qui sait me faire rire ou me faire frissoner…et même que j’avais de la lecture en retard ! Vous êtes mon bonheur du jour !
    A part ça, je suis de celles à qui le confinement plaît, de celles qui n’a pas à s’inquiéter pour son travail et pour les fins de mois, de celles qui ont un bel environnement de vie. Donc, aucune envie de revenir à une vie d’avant, ni de retourner au bureau.
    Mais enfin et surtout, ce que je voulais vous dire c’est que je suis heureuse de vous retrouver, moi qui vous lit dans l’ombre depuis si longtemps. Merci !

    Répondre

Vote commentaire

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>