Deux jours en apesanteur à Amsterdam


Je sais, je sais, je sais… J’avais plus ou moins promis d’être plus présente et puis… Et puis ce mois de janvier qui n’en finit pas d’être compliqué à tous les étages. Il y a des périodes comme celle-là, où l’on ne se sent pas complètement alignée, où l’on sait bien qu’à un moment où à un autre il faudra faire sauter quelques verrous, choisir, renoncer, se recentrer. J’ai eu l’habitude depuis des années, treize, en réalité – vous le croyez ? – de tout dire ici ou presque. Mais pour mille et une raisons, il m’est difficile cette fois-ci de m’épancher, parce que mes sujets de préoccupation engagent d’autres que moi, que ce soit sur le plan personnel ou professionnel.

Ce que je peux en revanche vous raconter, c’est ce week-end à Amsterdam. C’était mon cadeau de Noël pour le Churros, à ce moment là j’ignorais que c’était sans doute la meilleure des idées. La veille, je n’étais plus tout à fait certaine de vouloir partir, trop fatiguée, trop angoissée par des décisions à prendre et moyennement encouragée par la météo annoncée. La malédiction d’Amsterdam allait-elle encore frapper ? Il y a une dizaine d’années, nous nous étions déjà offert une échappée belle entre noël et le jour de l’an. Nous avions du renoncer pour cause de grippe carabinée, quatre jours dans notre lit à agoniser en disant adieu aux canaux et autres Coffee shops.

Et puis finalement, donc, vendredi, direction gare du Nord, où nous avons attendu notre Thalys près de 70 minutes avant qu’il se décide à partir (malédiction bis). Nous n’avons pas regretté notre persévérance. D’Amsterdam, je ne me souvenais pas de grand chose. Visitée à 19 ans avec deux amis, à l’issue d’un périple de deux semaines en Hollande, nous n’en avions que peu goûté les atours. Fauchés, nous dormions au camping loin, très loin du centre. Et nous étions tombés en plein congrès mondial sur le sida, avec sit-ins un peu partout et atmosphère bien moins festive que ce que nous avions imaginé. Cela m’avait laissé cela dit une impression de ville interlope, à moi la petite lyonnaise jamais vraiment sortie de ma banlieue sage.

Ce week-end, j’ai vraiment découvert la ville, arpentée de long en large, humée (au sens propre du terme, pas besoin d’acheter quoi que ce soit, certaines effluves vous envoient direct dans les vapes) et admirée, pour son silence, son calme, sa tranquillité. Je ne vais pas vous faire un City guide, deux jours c’est peu, mais voilà ce que je peux vous recommander.

 

  • Notre hôtel, le Kimpton de Wiit était merveilleusement bien placé à quelques centaines de mètres de la gare. Pas donné, mais valant son prix, avec un sens de l’accueil rarement expérimenté à ce point (verre de vin gratuit à 17h, thé et café toute la journée, feu de cheminée dans le lobby, fauteuils moelleux un peu partout, etc. Les chambres, décorées avec goût, sont vastes et la literie merveilleuse. Sans parler du petit déjeuner, simple mais savoureux. Bref, je valide à 100%.


 

  • Se balader le nez au vent, parce que chaque ruelle, chaque petit canal, a sa particularité. Nous avons tout fait à pied parce que le vélo je trouve, c’est mieux quand on connait un peu. Mais question de choix personnel.




 

  • Arpenter chaque rue du Jordaans, un ancien quartier ouvrier devenu assez bobo mais ayant gardé son authenticité. Chaque café donne envie d’y entrer, les rues ont des noms de fleurs et il y règne un calme dingue.

 

  • Aller au musée Van Gogh, pour y lire les lettres qu’il écrivait à ses amis et son frère, pleurer d’émotion devant certaines toiles maintes fois vues dans les livres et époustouflantes en vrai.

 

  • S’amuser à reconnaitre les maisons des « 7 pays » juste à côté du Vondelpark, non loin des musées.

 

  • Prendre le ferry gratuit pour aller de l’autre côté, à Amsterdam Nord, nouveau quartier un peu hype, où se trouvent des restos dans des hangars reconfigurés pour la peine et une tour haute de 100 mètres de laquelle on peut admirer la ville tout en buvant une blonde fraiche à souhait. (les plus téméraires peuvent y faire de la balançoire dans le vide, on a passé notre tour).

(par contre tenez-vous bien à la poutre)

  • Manger la meilleure Apple pie de votre vie au café Winkel, merci à celles qui me l’ont conseillé, c’était dément.

 

  • Dénicher les Hofje, petits jardins autour desquels s’organisent des maisons de ville, invisibles depuis la rue. Certains sont ouverts durant la journée. Sans doute plus jolis en été, quand tout est fleuri.

 

  • Avoir les larmes qui montent devant la maison d’Anne Frank et  se mordre les doigts de ne pas avoir acheté en ligne les tickets d’entrée, deux mois avant son séjour. Puis se consoler en se rappelant que ledit séjour a été réservé un mois plus tôt.

 

  • S’arrêter dans un café brun, manger des trucs bien gras du coin en buvant une bière (j’ai bu pas mal de bières).

 

  • Retrouver l’émotion un peu coupable de ses quinze ans en achetant un joint, le fumer au bord d’un canal, rentrer à l’hôtel en pouffant de rire et ne même pas arriver à le terminer. Se dire que parfois, c’est pas mal, aussi, d’être un – tout petit peu – défoncés.

Voilà, j’imagine qu’on a raté plein de choses, deux jours c’est peu et on est du genre à trainasser, à ne jamais hésiter à se poser dans un café pendant une heure ou à passer vingt minutes dans un supermarché pour voir à quoi ressemblent les gâteaux ou les déodorants du coin. Mais tout ce que je peux dire, c’est que j’ai ressenti pendant ce week-end quelque chose qui ressemblait à de la sérénité. Et que ça ne m’était pas arrivé depuis un moment. Et ça n’était pas que l’effet du canabis (pas que, j’ai dit).

Edit: Niveau photo, c’est toujours à l’Iphone. Ce week-end plus qu’un autre, j’avais envie je crois d’être dans l’instant. Et puis le temps assez gris ne rendait pas hommage à la beauté de la ville. (certaines photos viennent de l’hôtel, vous les reconnaitrez)

 

51 comments sur “Deux jours en apesanteur à Amsterdam”

  1. Kty a dit…

    Programmé pour le printemps… Histoire d’être certaine d’atteindre l’aéroport le plus proche sans être enfouie sous la neige.
    Tout fait envie.
    Et ici, c’est votre résidence secondaire, vous y venez quand vous voulez ; je vérifie tous les jours si les volets sont ouverts, je grimace s’ils sont fermés longtemps à mon goût mais c’est chez vous… (et je sais pas mettre des smileys souriants)

    Répondre
  2. Maud tine a dit…

    Merci pour ce petit guide de voyage et puis merci parce que sans doute involontairement tu nous montres que même dans des périodes compliquées que l’on ressent et comprend on peut avoir des parenthèses de jolis moments… c’est précieux de mettre ça en valeur… belle journée

    Répondre
  3. 100drine a dit…

    Ton billet me rappelle de doux souvenirs d’un week-end en amoureux à Amsterdam. C’était au mois de novembre (l’amour du risque météorologique ! L’année d’avant on avait fait saint malo en novembre !) C’était un weekend doux, joyeux et qui m’a laissé une tonne de souvenirs (de ceux qui redonnent le sourire quand la vie nous fait tanguer un peu !).
    Je t’envoie des douces pensées de réconfort pour les tracas du moment

    Répondre
  4. sirius a dit…

    J’aime bien Amsterdam, visité la première fois à 19 ans, entre effarement (je venais de la Réunion) et émerveillement. Et beaucoup plus tard en famille, lors d’un échange – un appartement plein de jouets, les enfants étaient ravis. Dans la rue très calme se promenaient des hérons qui s’installaient sur les toits de voiture… On n’avait pas visité la maison d’Anne Frank parce qu’effectivement il faut réserver longtemps à l’avance, et on n’y avait pas pensé. Comme toi, dès que je suis à l’étranger, aller dans les supermarchés c’est obligé (ne serait-ce que pour faire des courses si on n’est pas à l’hôtel), ça fait partie du voyage et du dépaysement !

    Répondre
  5. Daphné a dit…

    Ces 2 jours avaient l’air si doux – que j’aime cette ville qui est à loin si typique et tellement déroutante aussi. Si calme, réservée et en même temps on sent ce grain de folie dans l’air, cette tolérance que que les néerlandais portent en étendard.

    Mais ce que j’aime par dessus tout, c’est explorer une Amsterdam plus secrète, en quittant les sentiers très touristiques du centre-ville. Avec l’afflux de touristes certains quartiers sont devenus des caricatures d’eux-mêmes.

    C’était génial de voir les maisons des 7 pays dans ta story – j’adore cette rue derrière Vondelpark et l’histoire de ces maisons qu’on dirait sorties d’un magasin de poupées.

    Bon retour à Paris, le cœur un peu plus léger pour continuer à cheminer vers le reste de l’année !

    Répondre
  6. Bérengère a dit…

    Sérénité et folie voilà ce que je retiens des photos qui m’ont bien fait envie tout au long du we !
    Ici on parle d’un tour aux Pays Bas cet été…. Amsterdam Rotterdam Utrecht….
    Bonne journée…

    Répondre
  7. Céline a dit…

    D’Amsterdam je ne connais que la gare, les rues sombres et une sorte d’hôtel-bateau où il suffisait de traverser les couloirs pour être complètement défoncé… la faute aux « découchés » imposés par mon ancien boulot d’hôtesse Thalys (je constate d’ailleurs que ça s’est pas amélioré niveau timing en 12 ans…).
    Je ne suis du coup pas spécialement attirée par cette ville. Néanmoins, j’ai ressenti une sorte de plénitude, de décrochage dans tes photos sur Insta, l’impression que vous avez vécu un moment suspendu et que c’est juste ce dont vous aviez besoin tous les deux… gardez ces moments en tête pour les prochains canaux à traverser, en espérant qu’ils ne seront pas trop nombreux.

    Répondre
  8. La semaine d'une gourmette a dit…

    J’ai paasé quelques jours à Amsterdam avec mon père quand j’avais 17 ans, il y a donc très très longtemps. Faudrait vraiment que j’y retourne ! Par contre j’ai vu La Haye récemment (pour retrouver une amie américaine que j’ai peu l’occasion de voir et qui y était de passage), c’est étonnamment joli !
    Moi aussi, les supermarchés des pays étrangers m’enchantent…

    Répondre
  9. Lilie a dit…

    Moi je l’ai visité la maison d’Anne franck. J’avais 16 ans. Je venais de lire le livre.
    Alors cette maison oui c’est fou parce-que en vrai elle est petite et étroite et qu’il faut monter par des escaliers très raides et on se demande vraiment comment ils ont fait pour ne pas y faire de bruit.

    Répondre
  10. Soa a dit…

    C’est tellement bien raconté que çà donne envie d’y aller tout de go ! En tout cas, çà y est, Amsterdam est sur ma liste des destinations à envisager.

    Répondre
  11. Nomadic Bernique a dit…

    Merci pour cette parenthèse hollandaise. Elle avait l’air douce et salvatrice.
    Je n’ai découvert Amsterdam que l’été dernière à 37 ans lors d’un weekend entre copines. C’était génial, tout Amsterdam semble naturellement bobo et charmant. Mais l’hiver, j’imagine que la ville doit avoir un côté hyyge qu’il me plairait de découvrir 😉

    Répondre
  12. mammouth a dit…

    Ah j’adore Amsterdam. L’ambiance, les canaux, l’architecture, la coolitude. Je n’ai pas visité de musée ni de maison. Juste me promener pendant des heures en m’arrêtant dans des cafés au gré de mes envies. C’est le genre de ville à ça. Y’a juste les vélocistes qui sont dangereux! Et le prix des chambres est indécent. Bref, j’y retourne en mai.

    Contente pour vous que cette parenthèse ait pu ramener un certain calme. Y’a pas, le rire, ça fait toujours du bien.

    Répondre
  13. Carole Nipette a dit…

    J’y suis allée en mars dernier mais il faisait moins 12 et je n’exagère pas du coup j’ai eu tellement froid que le séjour n’a pas été à la hauteur de ce qu’on attend d’Amsterdam… mais j’ai adoré les musées, avec le froid j’en ai fait 5 dont la maison d’Anne Frank qui remue dans tous les sens… et j’ai préféré le musée d’art contemporain au Van Gogh…
    dommage j’ai loupé des demandes de bonnes adresses sinon je t’aurais conseillé de goûter et ramener des cookies de chez Van Stapele… je note la tarte si j’y retourne !
    en tout cas un week end qui vous a fait du bien !

    Répondre
  14. Katell a dit…

    Quelle jolie parenthèse au milieu d’un passage de ta vie plutôt mouvementé.
    Je suis allée à Amsterdam avec un ami alors que j’avais 20 ans (hier, quoi !) et à ce moment là, y’avait pas besoin de réserver des mois à l’avance pour avoir des billets pour la maison d’Anne Franck. D’ailleurs, on avait pris les billets sur place le jour même de la visite. Comme on peut s’y attendre, on n’en sort pas indemne…

    Sinon, pour parler d’un sujet un peu plus léger. Je suis ravie de voir que je ne suis pas la seule à aimer visiter (pour moi, c’est une vraie visite) les supermarchés à l’étranger. Y’a plein de gens qui me regardent d’une manière un peu étrange lorsque je dis que je le fais. Mon mari m’accompagne car il n’a pas le choix mais il a du mal parfois à comprendre cet intérêt. Pour moi, c’est aussi une façon de découvrir le pays !
    En tous les cas, bon courage pour affronter les épreuves qui vous attendent après cette pause bien méritée !

    Répondre
    • mammouth a dit…

      Je fais ça aussi, juste pour voir ce qu’ils ont comme produits, par curiosité, surtout le coin des épices dans certains pays. Mais il y a un risque évidemment pour le poids de la valise au retour…

      Répondre
  15. Madame H a dit…

    Je suis allée à Amsterdam il y a 13 ans, avec un homme qui n’était pas le bon, mais à ce moment là je ne le savais pas … j’ai adoré cette ville, et j’ai visité la maison d’Anne Franck, puisque c’était LE but de mon voyage, sans avoir réservé parce qu’à l’époque ça ne se faisait pas, et quasi seule, parce qu’il était 9h du matin et que ça venait d’ouvrir (merci le guide du routard qui recommandait de s’y pointer tôt pour éviter la foule)…
    Et Mon Dieu, quelle émotion !
    Moi qui ai lu ce livre à tous les moments de ma vie depuis mes 13 ans, lu et relu, tellement que certaines lettres sont gravées dans ma mémoire, qui ai attendu que ma fille ait 13 ans pour le lui coller entre les mains et voir la magie opérer, moi qui ai longtemps pensé, comme des milliers de jeunes filles je suppose, qu’Anne Franck c’était moi, moi qui m’étais figuré cette annexe tant de fois, qui avais imaginé les rues ou les toits qu’elles voyait de sa fenêtre, c’était un tel moment de grâce de pouvoir enfin y être que j’ai pleuré comme une madeleine dès que j’ai monté les escaliers étroits qui menaient à l’annexe.
    Je ne suis pas mystique, ni croyante ni rien de tout cela, mais ce jour là, je crois bien que je l’ai sentie, Elle, à mes côtés, Elle qui étais depuis si longtemps en moi et qui m’avait accompagnée depuis si longtemps … Bref, c’était une expérience extraordinaire et en sortant, j’ai appelé ma mère puisque c’est elle qui m’avait mis le journal d’Anne Franck entre les mains à 13 ans pour voir la magie opérer, et je l’ai remerciée mille fois de m’avoir fait ce cadeau.
    Un seul regret : ma fille de 20 ans est allée à Amsterdam l’été dernier, mais n’a pas pu réserver la visite à temps, puisque son voyage a été programmé à la dernière minute.
    Voilà, tout ceci est un peu hors sujet, mais pour moi Amsterdam, c’est Anne Franck …

    Répondre
  16. Anna Chiarra a dit…

    Je suis de plus en plus comme toi sur le fait de se débarrasser de toutes ces injonctions à « faire » ce qu’il « faut » lors des voyages… Souvent les plus belles rencontres et les plus beaux moments viennent justement nous cueillir quand on prend le temps de prendre vraiment un café, qu’on lâche son téléphone et qu’on se laisse porter.
    Ce sont pour moi des moments que l’on peut mettre dans une jolie boîte et y retourner pour faire face aux tuiles de la vie…
    Pleins de bisous pour cette période éprouvante…

    Répondre
  17. Cécile a dit…

    Ça fait dix ans que je vis dans la banlieue chic d’Amsterdam. Je suis dans la ville plusieurs fois par semaine, et je suis toujours sous le charme, je ne m’en lasse pas….

    Répondre
  18. sirius a dit…

    Pour les fanas d’architecture décomplexée (détruite pendant la guerre, la ville a été reconstruite de diverses façons) et de ports démesurés (il se visite, c’est un must), je recommande aussi Rotterdam: sa tour Euromast, ses maisons cubes… Il y a aussi quelques canaux, et on peut aussi y faire du vélo. En deux/trois jours on peut s’aérer la tête facilement, c’est très dépaysant.

    Répondre
  19. Carson a dit…

    Amsterdam, what else ?

    Alors toi aussi tu vas dans les supermarchés quand tu es à l’étranger ? Dans mes bras Caro !
    On y fait toujours un tour, voire plusieurs, pour voir ce qu’ils mangent, boivent et acheter des choses du quotidien à ramener à Paris. Et du coup quand tu sors l’huile d’Olive ou le dentifrice, ça nous rappelle Florence, ou Helsinki et les vacances se rappellent à nous 🙂

    Répondre
  20. alexa a dit…

    Je suis toujours ravie quand je vois que tu as écrit un nouveau billet . Je sais que j’arrive après tout le monde, mais je viens enfin (hier) de dévorer « Mission Hygge » dans le Thalys qui me ramenait à Düsseldorf (pas loin d’Amsterdam). D’ailleurs ton « Amsterdam » est très Hygge, je trouve!

    Répondre
  21. rose a dit…

    Rien à voir mais tombée hier sur Sam que je n’ai jamais regardé et vraiment, BRAVO! J’ai accroché, mon mari aussi, bien écrit, drôle, à la fois réaliste, parfait pour ce mois de janvier un peu lourd aussi…

    Répondre
  22. tallulah06 a dit…

    J’ai adoré aller à Amsterdam mais je n’ai pas eu le temps de tout faire, maison d’Anne Frank, Nord de la ville, villages autour,et voilà j’ai envie d’y revenir. Je t’ai suivie quasiment en live sur Instagram,me suis retenue d’envoyer plein de commentaires (ok pas totalement).

    Répondre
  23. Sylvie a dit…

    Amsterdam je l’ai découverte en été ,il s’en dégageait une telle douceur de vivre (herbacée certes mais pas que)
    Depuis cette ville est définitivement mon coup de cœur quelque soit la saison et s’y balader à vélo sans but particulier est un vrai plaisir

    Répondre
  24. Frédérique a dit…

    Je te/vous souhaite d’avoir rapporté un peu de cette douceur avec vous et qui se sent dans les lignes de ce post…
    Et je fais aussi partie des accros aux visites de supermarchés étrangers. Avec aussi les petites épiceries de quartier et les cinémas. J’ai vu « Avatar » en VO sous-titré espagnol, dans un grand complexe ciné à Mexico City, pa

    Répondre
  25. Pétunia a dit…

    Quel joli article <3 je sens bien la sérénité. ça doit être étrange de ressentir le calme dans une ville.
    Pour moi l'hiver, dès fin décembre (je n'aime pas la période de Noël) est une période difficile.
    Alors je la parsème d'arcs en ciel et autres douceurs. Y compris une réservation pour une destination lointaine, géographiquement et au niveau de la date, me met du baume au coeur.

    Répondre
  26. Camille Legoline a dit…

    Amsterdam ! Je l’ai visité deux fois avec mon cher et tendre (dont un nouvel an) car il était étudiant en Belgique et franchement je kiffe cette ville ! Je ressens carrément l’atmosphère, l’ambiance en te lisant ! Et moi aussi j’adore trainer dans les magasins pour découvrir les produits différents :)) je croyais que j’étais la seule à aller sentir les gels douches :))) me voilà rassurée 😉

    Ça me donne envie d’y retourner 😉 ….

    Répondre
  27. Marieal a dit…

    Ravie de voir que vous avez réussi à vous ressourcer pour affronter l’adversité.
    De cette ville j’ai un souvenir lointain un peu confus: arrivée par bateau sur un voilier école anglais ( c’était la version de nos séjours linguistiques d’adolescents) nous avions « visité » la ville en recherchant l’un d’entre nous qui n’avait rien trouvé de mieux que de ne pas rentrer de la première sortie en autonomie en faussant compagnie à son binôme… résultat j’ai visité le quartier chaud en rentrant dans toutes les «  boutiques «  roses… et le lendemain le capitaine a préféré lever l’ancre plutôt que de reprendre le risque de voir l’un d’entre nous se fourvoyer dans les bas fonds d’Amsterdam…
    du coup ton résumé de ce WE me donne bien envie d’y aller!

    Répondre
  28. Marie Bambelle a dit…

    Oh Caro, comme je suis contente de te lire à nouveau (bravo à celle qui a suggéré l’image de la maison de vacances ici, c’est tout à fait ça. Je passe tous les jours, histoire de voir si par hasard tu ne serais pas là. Et quelle joie quand tu y es !
    Pour le musée van Gogh, j’en rêve depuis des années; Ce peintre, c’est une passion depuis mes 5 ans. J’ai vu pour la première fois quelques-unes de ses toiles au MET de New-York il y a trois mois, j’en suis encore toute retournée et comme toi, j’ai pleuré comme une madeleine devant certaines. J’ai écris là dessus il y a quelques semaines d’ailleurs, c’est drôle de voir ce parallèle avec toi.
    Je t’envoie des baisers du Pérou d’où je te lis (tu es ma petite habitude pour ne pas avoir le mal du pays) et te souhaite que la période que tu traverses s’apaise le plus vite possible, pour le meilleur.

    Répondre
  29. Violette.b a dit…

    Super retour d’escapade qui donne de belles envies .
    Je ne connais pas Amsterdam , mais j’irais un jour c’est sur , quand au we en amoureux ……comment dire …..ben c’est sur ma to do list …

    Répondre
  30. Fabienne a dit…

    Merci pour ce billet, je suis admirative que tu puisses écrire dans une période de ta vie que l’on devine compliquée…dans ces cas-là, la peur me paralyse et je me recroqueville sur moi-même…et cela ne s’arrange malheureusement pas en vieillissant…

    Répondre
  31. Val Lao sur la Colline a dit…

    Aaaah ! Une ville que j’adore, son ambiance, son format… L’Amoureux, c’est chez lui alors… Mais on n’y va pas assez souvent ! Pour nous cette année, ce sera plutôt Bruxelles, notre grande vient de s’y installer pour 6 mois, on va en profiter.

    Daphné a écrit plusieurs articles très bien renseignés sur Amsterdam, à voir pour ton prochain séjour (car oui, tu y reviendras !)
    https://www.befrenchie.fr/?s=amsterdam
    Pour ma part, la dernière fois qu’on est allé dans un coffee shop, j’ai eu un tel bad trip qu’on ne m’y reprendra plus ! (très très drôle avec le recul, mais tellement flippant à vivre !)
    Sinon, les week-end de ce genre, à deux, juste comme ça, c’est tellement ressourçant. Je trouve que les bénéfices s’en font ressentir sur plusieurs semaines,

    Répondre
  32. Tania a dit…

    Ah, Amsterdam… J’y vais presque chaque année, et je ne m’en lasse pas. Si un jour tu y retournes, et que tu en as le temps, je te conseille de louer un petit bateau et de naviguer sur les canaux par toi-même, au coucher du soleil, avec de quoi pique-niquer (et prendre l’apéro). L’architecture vers la gare notamment est sublime et certaines zones ne sont accessibles que via l’eau. C’est l’un de mes meilleurs souvenirs de voyage – et là non plus ça n’était pas QUE lié au cannabis. Sinon les villages de pêcheurs, à 1h en bus d’Amsterdam, je te les conseille aussi pour une virée en amoureux un peu hors du temps (Marken, Volendam) (Si tu vas à Volendam je te conseille le Big Spaander, un hôtel chargé d’art et d’histoire). Oui je sais je donne des conseils une fois que tu es revenue, 100% efficacité 😉 Bon courage pour les décisions 🙂

    Répondre

Vote commentaire

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>