Les neiges du Kilimandjaro

Les-neiges-du-kilimandjaro-16-11-2011-12-g
Le premier film que j'ai vu de Guédiguian, c'était "A la vie à la mort". L'histoire d'une bande de copains qui se retrouvaient au Perroquet bleu, un bar de l'Estaque, à Marseille. De l'amitié au kilomètre sur fond de misère et de loose sociale. Je l'avais vu avec mon cher E. qui depuis s'en est allé. Peut-être que si la vie avait un peu plus ressemblé aux joyeuses tablées de Guédiguian, elle l'aurait retenu. Peut-être pas. Il n'empêche que "Les neiges du Kilimandjaro" est sorti en salles cinq ans jour pour jour après ce départ trop brutal. Je veux croire qu'il n'y a pas de hasard.

Depuis "A la vie à la mort", je ne loupe pas un seul des opus du cinéaste marseillais, tant ses acteurs sont semblables à une famille qu'on retrouve tous les ans. J'aime cette fidélité qu'il a, cette façon de marier l'un avec l'autre, puis l'autre avec l'un, au gré des scénarios co-écrits avec Jean-Louis Milesi. Je trouve qu'Ascaride n'est jamais meilleure que dans les films de son mari Robert. Que Darroussin n'est jamais si subtil non plus et que Gérard Meylan excelle dans tous les personnages, qu'il s'agisse d'un Marius transi, d'un José barman au grand coeur ou d'un Marco, l'amant maudit.

J'aime les accents qui chantent, la mer toujours là, les drames qui se trament à l'ombre de la Bonne Mère, la dimension tellement tragique au sens grec des histoires que ces films nous racontent. 

J'aime surtout que Robert Guédiguian assume et revendique son envie de faire un cinéma social et engagé. "Les neiges du Kilimandjaro" n'échappent pas à la règle. Je ne vais pas faire comme Libé, Le Monde et cie qui en guise de critique nous balancent un résumé complet de l'intrigue. Ok ça n'est pas un polar mais j'aurais préféré je crois ne pas en savoir autant en m'asseyant dans mon fauteuil rouge du MK2 Bibliothèque.

Je me contenterai de vous dire que j'ai commencé à pleurer aux alentours de la 3ème minute et que je ne me suis pas beaucoup arrêtée ensuite. Qu'il y a une scène de belotte coinchée pagnolesque à souhait et qui restera dans les annales. Qu'il est question de la faute, celle qu'on voudrait pardonner sans y parvenir, celle qui brise un destin voire plusieurs. Qu'il est question de la vie après le labeur, de l'inventaire qu'on en fait à 50 ans. Qu'il est question de repentance et de miséricorde, de coupables qui sont des victimes et de victimes qui se sentent coupables.

Je voudrais tellement être certaine que dans la vraie vie, les personnages incarnés par Darroussin et Ascaride, des bons samaritains au sens propre du terme, existent vraiment. Mais peut-être n'est-ce pas grave que ça ne soit pas le cas. Comme le dit si joliment Robert Guédiguian dans Libé, "Ces temps-ci, il faut être con pour ne pas être pessimiste. En même temps, il est encore plus con de se résoudre au pessimisme".

Allez voir "Les neiges du Kilimandjaro", elles vous feront un blanc manteau…

65 comments sur “Les neiges du Kilimandjaro”

  1. marje a dit…

    Merci du conseil ciné Caro …. L’école des loisirs vient de sortir un petit opus sur la lecture “Lire est le propre de l’homme” : ce mini livre est à destination des jeunes et des adultes. Ferdjouhk, Murail, Ponti et d’autres écrivains (que j’adore)… ont écrit un libellé sur la lecture, l’écriture …Cet ouvrage est un bijou de réflexion, de témoignages : C’est gratuit sur ce site, si tu préfères je peux envoyer un exemplaire à PetiteChérie car je pense qu’elle appréciera ! http://www.ecoledesloisirs.fr/php-edl/demande-catalogues/manifeste.htm …Douce journée !

    Répondre
  2. Madile a dit…

    Comme tu as bien parlé de ce film ! magnifique ! j’ai pleuré aussi dès le début, et pourtant ce n’est pas dans mes habitudes !
    Marseille est magnifique, on aimerait y vivre, Daroussin et Ascaride pleins d’humanité, on aimerait les connaitre et cotoyer cette famille heureuse malgré tout parce que simple et bonne !

    Répondre
  3. Cetroinzust a dit…

    Je n’ai pas vu beaucoup de films de Guediguian mais ceux que j’ai vus, je les ai profondement aimes. Parce qu’Ariane Ascaride, parce que Marseille ou j’ai vecu huit ans, parce qu’il y a tant d’humanite dans ses films qu’il est impossible d’y etre insensible.
    Je ne sais pas quand je pourrai le voir, peut-etre finira t’il un jour par arriver sur les etageres de notre video shop mais il faudra que je le voie, c’est sur.
    Bon vendredi ! Ici, c’est deja le week-end et apres une semaine sur le terrain par 40 degres avec des mouches absolument partout (j’en ai boulotte quatre avant d’enfiler mon filet anti-mouches), c’est un week-end particulierement attendu…

    Répondre
  4. JLM a dit…

    Ah, si les critiques avaient ce talent de vous donner envie de voir un film sans rien (ou presque) en dévoiler ! C’est une des raisons qui fait que depuis longtemps déjà je n’en lis plus (ou presque). Mais l’énorme différence entre vous et un critique, c’est que, parlant du film que vous avez vu, vous nous parlez aussi de vous. Vous vous impliquez. Vous ne jouez pas à l’érudite (et sans doute l’êtes-vous tout autant qu’eux). Non, vous nous parlez surtout du fond du cœur. Là est toute la différence. Merci.
    Jean-Louis Milesi (scénariste et dialoguiste des Neiges du Kilimandjaro)

    Répondre
  5. Tef a dit…

    Oups, je ne sais pas si je vais oser commenter après le talentueux Mr JLM… Bon, je commente, mais je dis trois fois rien, juste que tu m’as donné envie de voir ce film, j’irai, et je pleurerai, et ça fera du bien…

    Répondre
  6. Cécile a dit…

    Hier soir, en préambule aux “Neiges du Kilimandjaro”, j’ai revu “Marius et Jeannette”. Chair de poule et larmes au bord des cils. Il est fort, ce Guédiguian. Rien que sur son nom, je sais que je vais aimer son film. La bande-annonce de ce dernier opus ne fait pas exception et je vais me précipiter au cinéma ce week-end pour le voir. Il est de ces films qui font du bien, qui gonflent le coeur et nous font croire qu’un monde meilleur est possible. Une parenthèse dans le pessimisme, une façon de ne pas s’y résoudre, en effet. Ceux de Guédiguian en font partie. Et par les temps qui court, c’est peu dire que c’est salvateur…
    Bonne journée à toutes et tous !

    Répondre
  7. La Mouty a dit…

    tu m’as donné vaiment envie de voir ce film,etJLM te rend un bel hommage,et je suis heureuse et fiere de te lire (presque )tout les jours.
    bien sur que tu as droit à ton repos hebdomadaire,mais tu manque!

    Répondre
  8. AnneduSud a dit…

    C’est trop joli que de voir JLM dans les commentaires. Ca doit te toucher fort!
    J’irai bien sûr voir le film parce que Marseille a été ma vile pendant 20 ans et puis parce que Guédiguian et puis parce que je suis certaine qu’en Avignon c’est Utopia qui diffuse et puis parce que ta conclusion!

    Répondre
  9. Cccil a dit…

    Tu donnes très envi de le voir en tout cas, ce film. Peu de gens savent faire du cinéma social et/ou engagé sans brasser des clichés de références, j’espère juste qu’ici ce n’est pas le cas. Dans le registre anti-déprime, je suis allé voir (comme la France entière) intouchables et je l’ai trouvé juste, drôle, émouvant. En état de grâce. Un état rare dans le cinéma français qui a tendance à verser dans le trop ceci ou trop cela, cinéma qui aime trop les cassifications en vérité.
    Moi qui suis d’Aix en Provence à la base, j’ai hâte d’aller prendre une dose de soleil et d’accent (et j’espère encore une fois pas trop de clichés) en ce mois de novembre morose!

    Répondre
  10. nathalie a dit…

    Il finira bien par arriver jusqu’à moi ce film … ce qui est bien quand on est cinéphile à Paris c’est qu’on peut sortir n’importe quel jour et voir le film de son choix … ou pas ! par contre quand on est loin (et ici c’est vraiment loin malgré le tgv !) on attend les sorties et il ne faut pas rater LA séance et faire attention quand on rentre aux sangliers qui traversent la route allègrement en ce moment !
    Au programme la semaine prochaine Polisse et Intouchables.
    Vive le cinéma !

    Répondre
  11. Anne de Dakar a dit…

    Avant qu’il ne soit programmé au Centre Culturel Français de Dakar ou disponible en DVD, je vais devoir attendre un peu avant de le voir, ce film… Dommage, je suis fan moi aussi de l’univers de R. Guédiguian.

    Dis donc, bel hommage de monsieur JLM ! Je suis allée faire un tour sur son site et j’ai découvert plein de films qui m’avaient échappé ces dernières années. Être larguée au niveau cinoche, voilà bien un des petits inconvénients de “la vie d’expat”…

    Bon week-end.

    Répondre
  12. Caroline a dit…

    Bon, je suis officiellement décédée d’émotion, merci JLM pour ce petit mot ce matin, sans raconter (un peu trop) ma vie, il va m’accompagner alors que je dois m’acquitter dans une heure d’une tâche difficile et pénible. Et ce qui est fou, c’est que j’ai failli mettre votre nom dans le billet hier soir, pour rendre hommage à votre plume scénaristique, et puis je me suis dit justement que ça allait faire “je me la raconte” en citant le scénariste. Mais puisque c’est ça, je rajoute, m’en fous.

    Répondre
  13. Cathy du Gard a dit…

    J’adore Guédiguian, quelque soit le sujet, une fois les larmes versées, j’en sors avec la patate, et ça, ça n’a pas de prix … oui, l’intelligence du cœur, la plus belle et aussi hélas, la moins partagée et surtout la plus dissimulée dans une société de réussite show-off permanente.

    PS1 : pour celles qui m’ont zondées hier, mille mercis, encore une petite biopsie et ça devrait aller … je me ferai plaisir à Noël avec ma princesse de 3 mois pour me consoler. Encore merci de votre solidarité les filles, c’est bon comme un Guédiguian ..

    PS2 : pourquoi ne pas croire à la synchronicité Caro ? je pense que c’est un clin d’œil que nous font les absents d’où qu’il soient, car je crois “aux forces de l’esprit”

    Répondre
  14. Nade a dit…

    Je suis une inconditionnelle de Guédiguian !Tous ses films me touchent profondément surtout que mes premières années d’instit se sont déroulées à Marseille (l’Estaque et Saint-Henri)….fin des années 70 ! oups, je suis vraiment vieille !
    A la fin de la projection de Marius et Jeannette, je me souviens que la salle avait applaudi et que cela m’avait émue aux larmes
    Bon courage Caro !!

    Répondre
  15. Gaelle von D. a dit…

    Merci Caro pour cette envie et cette emotion du matin… bon courage pour ta matinee… et au plaisir de te lire quotidiennement, meme si je commente que trop rarement…

    Répondre
  16. Dji a dit…

    Alors là Caro c’est la consécration ! Merci en effet de ne rien nous dévoiler si ce n’est l’émotion, si belle chez Guédiguian.
    @Cathy du gard, heureuse pour toi, tiens-nous au courant.
    Bon presque week-end !

    Répondre
  17. just me a dit…

    Merci de ne pas tout dévoiler ; d’habitude ça ne me dérange pas mais sur les films “émotionnels” , je préfère pas.
    en effet, on s’attend tellement a quelque chose de grandiose qu’au final on est déçu ; un peu comme avec les critiques de livre.

    donc, je vais aller le voir et surtout ne rien lire dessus avant d’y aller !!

    Répondre
  18. La Papote a dit…

    Il faut que je trouve un moment pour y aller absolument !!!
    J’avais découvert Guédiguian grâce à ” Marius et Jeannette” et je me suis dit que je voulais d’un monde comme ça et, aujourd’hui, je me dis que le réalisme du pessimisme me donne plus de mal pour me lever tous les matins que mes fantasmes d’un monde meilleur.

    Répondre
  19. Elosyia a dit…

    J’ai vu quelques uns de ces films, mais c’est vrai que même si je n’ai pas toujours pris le temps d’aller en voir un, j’apprécie toujours de retrouver cette bande cinématographique qui ne sont pas dans le chichi et qui jouent tellement “vrai”.
    Très jolie critique qui vaut bien mieux qu’un résumé de film qui spoile tout.
    @Cathy du Gard : je suis contente que les ondes positives se propagent au delà du net :-). Moi aussi j’aime l’idée de synchronicité. J’aime penser aussi que les hasards de de la vie sont parfois des clins d’oeil lumineux, revigorants et pleins d’amour de nos chers disparus. Juste une manière de dire pour eux de dire je suis là.
    Bonne journée à tous et à toutes !

    Répondre
  20. luciep@netcourrier.com a dit…

    Cela me remplit de joie de trouver enfin quelqu’un qui aime comme moi Guédiguian, j’ai vu moi aussi tous ses films,celui-ci c’est pour dimanche.
    Je suis allée à l’Estaque il ya dix ans pour voir, au cas où…..
    je sais c’est bête.
    Je vous aime d’aimer Guédiguian (et toute sa famille…ah Meylan !!!)
    Lucie

    Répondre
  21. Tan a dit…

    Après Jaenada et Klapisch, Jean-Louis Milesi. Décidément, tu peux être fière de ton blog et de tes billets ! Que de beau monde ici.
    Je suis une grande amoureuse des films de Guédiguian aussi. Et l’humanité qui s’en dégage se retrouve ici au fil des commentaires je trouve.

    Répondre
  22. leyleydu95 a dit…

    Jamais vu un film de Guédiguian car je ne SUPPORTE pas Ariane Ascaride…Toutes les fois ou je l’ai vue en interview,je l’ai trouvée puante et pas sympathique pour un sou…Désolée si je casse l’ambiance avec mon commentaire !
    J’aime beaucoup Darroussin en revanche et j’ai écouté pas plus tard que la semaine dernière une longue interview de lui sur France Inter dans une émission dont le nom m’échappe ;je l’ai trouvé intéressant et plein d’empathie envers la journaliste qui l’interrogeait;il expliquait bien son travail d’acteur j’ai passé un très bon moment.

    Répondre
  23. Sarah a dit…

    Aaaahh, c’est le genre de film qui me fait regretter de vivre a l’etranger ou il y a tres peu de chance qu’il passe en salles. Il faudra que j’attende la sortie DVD. Justement il y a quelques semaines, je suis tombee completement par hasard sur “Marius et Jeannette” qui passait sur TV5 Monde, en plus le film venait de commencer! Superbe film, et le passage ou l’ancien patron de Jeannette devenu vendeur de lingerie sexy vient vendre sa camelote est a mourir de rire (et tellement bien vu!) Merci pour ce post qui donne tellement envie de voir le film.

    Répondre
  24. Xochitl a dit…

    Merci pour ce bel article qui donne vraiment envie d’aller voir ce film. Lequel était déjà tout en haut de ma liste car j’aime beaucoup Guédiguian. J’ai un souvenir très touchant de “A la vie, à la mort”. Je me souviens être en larmes sur mon siège à la fin du film ! J’ai aussi adoré Marius et Jeannette.

    Répondre
  25. Caro d'ardèche a dit…

    Rien à voir avec le sujet du jour mais en ce moment je suis un peu décalée !!
    Un passage éclair pour dire merci pour toutes les pensées et ondes positives envoyées il y a quelques jours même si ce n’est pas du concret (comme certaines l’ont dit) ça fait drôlement du bien :)
    ….et je signe un bail ce soir, je vais avoir un chez nous (je pense à ma fille)….Comme quoi les ondes savent volées jusqu’en ardèche ;)
    Bon WE à toutes et tous

    Répondre
  26. ptico a dit…

    Je suis allée hier soir voir “les neiges…” comme d’habitude avec les
    films de Guédiguian, beaucoup d’émotion. J’ai vu Rose (dans les petits enfants)

    Répondre
  27. Marie a dit…

    Le seul film que j’ai vu de Robert Guédiguian c’est ‘Marius et Jeannette’ et j’avais adoré. J’ai vécu à Marseille des années et je reconnaissais les endroits et c’était trop bon ! Le film m’avait beaucoup plu. Celui-ci, j’irai sans doute le voir, tu m’en as en tout cas donné l’envie, Caro ! J’espère que tu as surmonté ta tâche difficile et pénible de ce matin. Bon WE.

    Répondre
  28. mammouth a dit…

    Ah la bonne nouvelle venant d’ardèche!

    Caro, le scénariste a raison. Vous savez raconter sans tout dire et donner l’envie de voir le film. Vous faites souvent de même pour les livres.

    @JLM, scénariste: elle écrit trop bien notre tenancière; elle a déjà écrit une pièce de théâtre, vous savez, et je suis certaine qu’elle pourrait écrire de bons et beaux scénarios de film aussi.

    Répondre
  29. beatrice a dit…

    bon je vais faire ma chieuse de marseillaise mais…le Perroquet bleu il se trouve pas à l’Estaque, mais en centre ville de Marseille. mais c’est pas grave, tu parles si bien de ce film qu’il te sera beaucoup pardonné :)

    Répondre
  30. JLM a dit…

    @beatrice, si je peux me permettre, le perroquet bleu du film se situait bien à l’Estaque. Celui qui se trouve à Marseille, c’est celui à qui nous avons emprunté le nom pour inventer le nôtre.

    Répondre
  31. Xiou a dit…

    Merci de rien nous dévoiler et de nous donner envie d’y aller. J’avais été très émue par Marius et Jeannette. Je crois qu’en ces temps compliqués, un peu de bons sentiments ne peut pas nous faire de mal. En plus y a Daroussin et au fil des films c’est un acteur que j’apprécie de plus en plus. …
    Maintenant j’espère qu’il passera encore à la fin du mois quand j’aurais le temps d’aller au ciné.
    Sympa d’avoir un mot du scénariste.
    Bon week end.
    Xiou_Isa

    Répondre
  32. venise a dit…

    assez absente ces quelques derniers jours, je rattrape mon retard de lecture,
    je vais surement aller voir ce film, tes mots me touchent
    je suis très heureuse des bonnes nouvelles reçues pour Caro d’Ardèche et pour cathy du gard :) Les zondes fonctionnent alors ondoyons ondoyons

    Répondre
  33. beatrice a dit…

    @jlm c’est vrai vous l’avez inventé ? ah c’est drôle j’ai toujours cru que vous aviez tourné dans celui-là :) merci en tout cas pour la réponse et continuez à nous fabriquer de si jolis films

    Répondre
  34. fredonzeweb a dit…

    Oui ils existent les bons samaritains mais ils restent dans l’ombre. Et ils ont bien raison. Exemple? des lecteurs de blog qui envoient des ondes positives…
    Je vais y aller voir “Les Neiges”, je vais chialer, je vais aimer, et ça va sans doute me rendre plus forte dans ce monde un peu trop sombre en ce moment.
    Allez tiens, des bises à toi, ta tribu et à toutes celles et ceux qui liront.

    Répondre
  35. Geneviève a dit…

    Je prends les bises … et les Zondes ! Demain c’est LE jour du divorce pour moi. Finalement, en 16 mois exactement, son départ, la liquidation, la maison promise à la vente et le divorce prononcé, c’est très expéditif après 31 ans de vie commune, trois enfants et des constructions communes…
    J’étale ma vie une fois encore Caroline, je n’arrive pas à m’en empêcher…

    Répondre
  36. AnneduSud a dit…

    Promis Geneviève des tonnes d’ondes pour toi demain. Tu vas y arriver et une fois la journée passée je suis sûre que tu respireras mieux, du moins je te le souhaite très fort.

    Répondre
  37. Sabinekinouk a dit…

    Geneviève… Eh bien moi je guette tes posts, et je comprends ce que tu ressens quand tu dis que tu ne peux pas t’en empêcher En pleine tourmente on a besoin d’être soutenues. Je pense aussi à Caro d’Ardèche… Je vous (nous) souhaite à toutes bon courage, et je dis un grand MERCI à Caro pour son blog qui m’aide à garder un lien supplémentaire avec la marche du monde, à travers ses propos drôles, pertinents et j’en passe!! Merci…

    Répondre
  38. Fauvette a dit…

    ‘A la vie à la mort’ est le premier film de Guédiguian que j’ai vu. Et il m’a tellement bouleversé ce film…
    Merci d’en avoir parlé !
    Merci pour ce billet sensible et sincère, j’ai vu’ ‘Les Neiges…’ hier moi aussi au MK2, et me retrouve dans vos émotions.

    Répondre
  39. josephine a dit…

    Grace à ce billet, j’y suis allée, j’ai adoré…
    J’ai révé d’un amour aussi…évident
    Et pour le billet de ce jour, moi j’aime ce blog tout simplement.

    Répondre
  40. Ccil a dit…

    Retour métro hier soir, dans une rame de la RTM, sur fonds d’ambiance calme voir morose post défaite de l’OM sur son terrain… et moi avec mes émotions pas même rentrées, sortant du ciné place Castellane, la tête dans les neiges du Kilimandjaro, le coeur retourné et les yeux bien rougis. Incapable d’ouvrir le bouquin que je m’étais réservé pour les quelques stations à parcourir, l’impression d’aimer Marseille finalement fort et avec une sorte d’acuité “sociale” exacerbée.
    Ce film, c’était juste beau, c’était juste… juste.

    Répondre

Vote commentaire

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>