ça n’est plus un sujet…

IMG_1198

C’est assez amusant, en deux jours j’ai reçu trois demandes de journalistes pour témoigner dans le cadre d’émissions consacrées aux rondes ou aux kilos perdus. J’imagine qu’un billet sur le sujet a du ressortir sur google et que l’approche du printemps – et donc la programmation des papiers sur le poids – aidant, ceci explique cela. Il y a quelque temps j’aurais peut-être accepté, mais ça c’était avant. D’abord parce qu’il me semble avoir tout dit sur le sujet. Ensuite parce que je ne me vis pas comme une ambassadrice des « rondes » – je refuse désormais de me définir par mon apparence physique – et que je ne me sens plus non plus très légitime pour raconter ma perte de poids vu le nombre de kilos repris avec l’arrêt de la cigarette (à mon avis entre 7 et 10).

Surtout, la vérité c’est que ça n’est plus un « sujet ». Bien sûr que je râle quand je me sens boudinée dans mon jean, bien sûr que je regarde avec nostalgie certaines tenues qui m’allaient parfaitement au plus fort de ma thérapie avec Zermati et qui prennent gentiment la poussière sur leurs cintres (au nom du sacro-saint « au cas où »). Bien sûr que si j’avais la possibilité de me débarrasser en un claquement de doigts des… disons 7 kilos qui me pèsent le plus (ce qui ne ferait pas de moi une fille super mince mais je reprendrais mes fringues en 40 je pense) je signerais sans même regarder les conditions.

Mais j’ai fait mon deuil de ce corps fantasmé. Et surtout, j’éprouve une véritable sérénité à l’idée de savoir au fond de moi que plus JAMAIS, non plus jamais, je ne ferai de régime. J’en parlais avec mon amie L récemment et nous partagions ce même sentiment de légèreté sur le sujet. Une légèreté métaphorique, hein, mais tout de même. On se débarrasse d’un poids immense une fois qu’on a tiré un trait sur un vieux démon comme celui-ci. La privation n’existe plus, les interdits non plus. Alors bien sûr, les cuisses fuselées et le ventre plat NON PLUS (avec B on a caressé à un moment l’idée que par magie vu qu’on s’en occupait vraiment plus, notre corps déciderait tout seul de fondre mais à priori, non). Mais finalement, sans connaitre exactement mon poids actuel (j’évite soigneusement les balances depuis l’été 2014) je serais prête à parier qu’il est sensiblement le même que celui que je faisais en classe de seconde. Et je me dis que j’ai passé une bonne partie de ma vie à me battre contre un moulin à vent. Que j’étais vraiment programmée pour être celle que je suis aujourd’hui, à quatre ou cinq kilos près en fonction des événements de la vie. L’accepter m’aurait évité de perdre autant de temps et d’énergie. Me rêver mince avait à peu près autant de sens que m’imaginer droitière. Probablement qu’à force de me forcer on aurait pu m’apprendre à écrire de la main droite mais sans que jamais ça ne soit naturel.

Aujourd’hui, donc, je ne fais plus attention à ce que je mange. Et clairement je dois manger un peu plus que je ne devrais pour entrer dans une taille 40 (mon graal, vous l’aurez compris). Mais je fais des petits déjeuners très légers, je mange peu à midi en compensant avec un peu trop de chocolat avec mon café et les repas du soir ne sont pas non plus pantagruéliques mais souvent accompagnés d’un gâteau aux pommes ou marbré. Je ne grignote jamais entre les repas (mais vraiment jamais) et je tâche de cuisiner pas mal de légumes. Si évidemment les adeptes de l’indice glycémique bas ou les intégristes de WW s’étrangleraient sur le nombre de points que ça représente, moi je pense qu’en réalité, ça va.

Bref, je ne me kiffe pas tous les jours loin s’en faut, je ne saute pas au plafond à l’idée de me mettre en maillot sur la plage et je bave souvent devant certaines tenues qui ne m’iront jamais. Mais ça n’occupe plus mes pensées, je n’en parle quasiment jamais avec mon quelqu’un et ça ne compte plus. Je ne sais pas si c’est du lâcher prise, de la maturité ou de l’abdication. Et à vrai dire je m’en contrefiche.

Encore une fois, ça ne m’empêche pas de râler quand je vois des photos de moi, ni de parfois me lamenter sur la largeur de mon cul. Mais ça n’entrainera plus jamais de décisions drastiques sur un hypothétique nouveau régime miraculeux. Et comme des certitudes dans la vie, j’en ai peu (aucune en fait), c’est assez rassurant d’avoir celle-ci. (ça et peut-être aussi que le ciré jaune doit rester à l’Ile de Ré)

Voilà, vous ne m’aviez rien demandé, mais avec un peu de chance ce billet remontera sur google, plus haut que d’autres où je parlais de maigrir et on me fichera la paix avec des émissions sur la question…

255 comments sur “ça n’est plus un sujet…”

  1. Valérie de haute Savoie a dit…

    Pour moi aussi les régimes sont définitivement derrière moi, tu y es pour quelque chose, tu m’as fait avancer, je me suis mise au Yoga, découvert le shiatsu, je me réjouis de déjeuner, de diner, je ne pense plus à la nourriture avec souffrance mais avec plaisir. Je ne grignote plus du tout non plus d’ailleurs. Et j’ai donné les habits que je sais que je ne mettrai plus jamais.
    Sans doute que si nous n’avions pas passé une grande partie de notre vie à faire des régimes restrictifs et destructeurs, aurions nous des fesses moins rondes, mais l’important est que maintenant l’on pense à vivre et non plus uniquement à maigrir. Curieusement, j’ai perdu une dizaine de kilos en un an, et je m’y maintiens sans aucun effort et surtout SANS REGIME !

    Répondre
  2. Brunette a dit…

    Question subsidiaire : pourquoi tu ne refais pas Zermati pour rentrer dans du 40 ? Car je me rappelle de tes articles et tu disais que Zermati n était pas un régime? Je ne connais pas la méthode en elle même mais je suis curieuse de savoir si Zermati est un effort aussi , un peu comme un régime? Et bravo pour lâcher prise!! Je me dis que c est sûrement une question d âge ( 29 ans bien sur)

    Répondre
    • céline2102 a dit…

      Je dirais que justement Caroline a parfaitement intégré la « méthode » Zermati et Apfeldorfer (le pauvre est tellement souvent oublié !) 🙂

      Répondre
    • Caroline a dit…

      en réalité on ne « refait » pas zermati je pense, justement parce que ce n’est pas une « méthode » au sens où il y a des règles à suivre. Je pense que si j’ai tant maigri à l’époque c’est parce que d’une part j’étais dans une période de ma vie où j’étais très active avec pas mal de métro et de marche quotidienne et aussi sans doute que prise dans mon élan, je me suis un peu contrôlée, sans même m’en rendre compte. Du coup, le fait de travailler à la maison + d’arrêter de fumer = naturel qui revient au galop. Mais je pense qu’aujourd’hui justement, j’applique vraiment les préceptes de zermati. et ça me permet d’être stable désormais depuis presque un an.

      Répondre
      • Mimi_pompon a dit…

        Je vois depuis peu, en espérant suivre ton chemin, une nutritionniste GROS. Elle me disait qu’au delà des entrées de « carburant », il faut aussi penser aux sorties ! Donc oui, si on est sédentaire (c’est mon cas), des sorties il y en a peu.
        Je vais donc me mettre aux pilates et à courir, ça me fera aussi du bien au moral !!!

        Répondre
        • Christelle a dit…

          Oui Mimi-pompom, ta remarques est hyper pertinente, si on veut continuer à se faire à minima plaisir, il faut qu’il y ait des sorties. 3 fois du sport par semaine, après ça je n’ai aucune culpabilité à manger du chocolat et au delà du bien que ça fait à mon corps et des calories brûlées et il y a le bien que ça me fait à la tête, j’en reviens pas moi-même de comment je suis en pleine forme! (et on me le dit).

          Répondre
          • Mélisse a dit…

            Je marche, je fais du yoga mais comme je n’ai encore jamais maîtrisé Zermati (en fait si : je maîtrise hyper trop bien la non-restriction) bah là je ne suis pas à mon poids de forme mais je m’en rapproche depuis l’été dernier (oui, ça va durer, je sais!) parce que depuis l’été dernier : j’ai pris plusieurs décisions majeures qu’il me fallait prendre. Bon ces temps-ci les interdits liés à la listéria me font faire régime (j’ai rien droit de manger de tout ce que j’aime, y’aura un grosse risque de compensation sur le plateau de fromages….)

          • Selki a dit…

            Je compatis Mélisse ! Moi c’est à ma 2ème grossesse que la gynéco m’a avertie des risques liés à la listéria alors que pour la 1ère (même gynéco ^) j’ai allègrement descendu des plateaux de fromages, charcuteries and co, mais j’avoue avoir fait une entorse aux interdits pour la 2ème avec le foie gras (pas bien je sais 😉 )

  3. DOMINIQUE a dit…

    C’est sûr : le ciré très très jaune avec les baskets très très roses…
    Sérénité, confiance en soi, plaisir de vivre telle que l’on est. Maturité ?

    Répondre
  4. Marie de Levallois a dit…

    Je suis d’accord avec toi ! Sauf pour le ciré jaune. Il n’y a pas assez de cirés jaunes dans Paris (qui est tout gris 🙂

    Répondre
      • Selki a dit…

        Note à moi-même : acheter un ciré jaune, des bottes roses (les baskets j’ai déjà !) et à la prochaine vidourlade arpenter les rives du vidourle en espérant y croiser Gene Kelly pour sauter dans les flaques 🙂

        Répondre
        • Daphné a dit…

          Dans ce film, il avait un charme fou n’est-ce pas ?

          Quand la vie n’est pas aussi belle qu’on pourrait l’espérer, un petit visionnage de Gene sautant dans les flaques et s’inondant d’eau sous une gouttière et c’est reparti pour un tour !

          Répondre
          • Selki a dit…

            Je suis complètement fan des comédies musicales (je crois les avoir quasi toutes des plus anciennes en N&B jusqu’à maintenant 🙂 ) Et effectivement voir Gene Kelly dansant sous et avec l’eau me met en joie et totalement d’accord avec toi, il a effectivement un charme fou dans ce film !
            Mélisse, les envies de femme enceinte, normalement, sont dirigées vers les aliments, bizzare cet envie de ciré rouge 🙂 🙂 🙂

          • Daphné a dit…

            Comme dans Wall-E, ce serait beau que les archéologues du futur découvrent notre civilisation par le biais des comédies musicales – et des films de Chaplin – ah la danse des petits pains, je fonds !

          • Selki a dit…

            Yessssss, une balade un jour de pluie le long du vidourle, des nénettes habillées en jaune et rose et dansant façon Gene Kelly…… Mais on va avoir un succès fou (ou pas !!!!). Et après avoir soudoyé cygnes, canards et autres ragondins avec du pain sec, (pour avoir un public !) se retrouver autour d’un chocolat chaud et du marbré de Caro 🙂

  5. Nathalie a dit…

    Je trouve que le ciré jaune vous va très bien. Je pensais même que je devrais peut-être essayer alors qu’en tant que (fausse) blonde je n’ose jamais en mettre (de jaune). Belle journée.

    Répondre
  6. katutita a dit…

    Chouette billet, ça donne envie. Je n’en suis pas encore là mais j’espère arriver a cette acceptation. Merci et c est si bien écrit. Moi j’aime le ciré jaune et les baskets roses. Belle journée

    Répondre
  7. Flow a dit…

    Bizarrement ça ne saute pas aux yeux sur les photos que tu as pris au moins 7 kgs! J’ai l’impression que tu es la même et que tu portes le même type de fringues. Tu n’as pas cessé de mettre des slims par exemple!
    Et les combinaisons te vont bien! ( pas à moi qui fait du 42!) Bizarre bizarre…
    Bisous

    Répondre
  8. tallulah06 a dit…

    ce billet me parle je me pose des questions actuellement sur le poids que je peux maintenir sans m’affamer, et j’admire ta sérénité, que je n’ai pas encore acquise.
    Est ce que tu continues à appliquer les principes de base zermatiens (ne manger que quand on a faim, penser à ce qu’on mange etc) ou tu le fais sans y penser ou plus du tout?

    Répondre
    • tallulah06 a dit…

      Caro tu as répondu à ma question plus haut alors j’enchaîne sur une autre: aurais tu des recettes de légumes, pour changer des recettes de gâteaux (que je ne peux pas faire car je suis toute seule à les manger)?

      Répondre
        • Caroline a dit…

          ha c’est bien ça ! honnêtement je tourne toujours autour des mêmes recettes mais je vais essayer de vous en donner. Je ne cuisine que les légumes de saison donc inutile de dire qu’en ce moment ça oscille entre soupe de potimarron, gratin de chou fleur, carottes râpées et salade verte !

          Répondre
          • bergoda a dit…

            Dans la famille potimarron, j’ai le risotto de potimarron qui dépote (et puis, on peut rajouter de petits trucs qui changent d’une fois à l’autre). Et pour varier les soupes, la crème de carottes. Bref, comme d’hab’, avec du fromage et/ou de la crème, l’hiver est plus doux 🙂

          • Sarah a dit…

            Et le panais, le persil tubéreux, l’hélianthi, la mâche pour changer de la salade verte, les radis noirs/blancs/violets, les épinards, les blettes… y a de quoi ! 🙂

          • Mélisse a dit…

            Salade, outre celles mentionnées ci-dessus : endives, chicorée (c’est amer) + penser aux assaisonnements avec agrumes (jus d’orange dans la vinaigrette de la mâche) et/ou rajouter des trucs croquants (éclats de noisettes, pépins de courge, croûtons).
            note : l’endive cuite c’était bof avant mais cuite dans du jus d’orange c’est meilleur (et plusieurs versions envisageables, voire en garniture de tarte sous du fromage = goûté avec du brie (une tuerie) mais un coup d’oeil dans google m’indique moult autres possibilités…
            @bergoda : le lait de coco dans la soupe de carottes = ça l’enrichit mais c’est bon …
            En fait : avoir un bon primeur ou un bon marché

          • Selki a dit…

            Et hop, potimarron et butternut rajoutés à ma liste de courses pour samedi Merci Mélisse. Et aussi la soupe de lentilles corail au curry et lait de coco, une tuerie !!!
            @La semaine d’une gourmette, les choux j’en mets partout en hiver jusque dans le pot au feu 😉 et pour faire manger les choux de bruxelles aux ados pas vraiment fan, je les fais en gratin avec des carottes, des oignons et du fromage frais aux herbes.
            Bon, c’est pas que je m’ennuie, mais : à table !!!!!

          • Mélisse a dit…

            Bah un faux mail et un faux compte FB pour suivre des groupes de tout genre sans que PERSONNE ne sache que tu te passionnes pour « tantrisme et macramé » …

          • tallualh06 a dit…

            je sais pas si mon com va se mettre à la bonne place mais merci pour les idees de recettes. Bon j’ai un problème avec tout ce qui est potimarron, courge…je les aime mais je ne sais pas les eplucher, donc je les fait precuire, je me brule, j’en mets partout, une horreur!

    • Caroline a dit…

      je continue à les appliquer mais sans y penser, avec parfois des moments où je vais plus loin que ma satiété, parfois des moments où je mange alors que je n’ai pas faim. Mais le docteur zermati m’avait prévenue, qu’on ne peut pas tout le temps être en pleine conscience, qu’il y a des moments où on dérape, ce qui compte c’est le long terme 🙂

      Répondre
      • Christelle a dit…

        j’ai longuement observé et questionné mes copines « minces » et qui pourtant n’ont pas l’air de contrôler leur alimentation. et bien en fait si, elles contrôlent… sans vraiment s’en rendre compte, après un gros WE, des vacances, des apero à rallonge… elles font plus attention dans les jours qui suivent. Naturellement, elles mangent moins, ou se font une semaine soupe le soir, elles grignotent peu, ne culpabilisent jamais si elle se font un kebab ou un 4 heures baklava/thé à la menthe. Elles savent s’arrêter quand elles n’ont plus faim, ayant acquis dans leur moi profond qu’elle pourront remanger de la raclette dés qu’elle le voudront…

        Répondre
        • Caroline a dit…

          voilà, on n’est pas mince par hasard je crois. après, plein de choses entrent en ligne de compte et malheureusement ça n’est pas évident pour tout le monde d’avoir cette façon de manger « naturelle » et instinctive. Pour tout un tas de raisons, physiologiques et psychologiques. Certaines réagissent à leurs émotions, quelles qu’elles soient, en mangeant. Et ça, c’est super difficile de le changer. J’en sais quelque chose…

          Répondre
        • Soleia a dit…

          Non, justement, elles ne sont pas dans le « contrôle », mais dans « l’écoute des sensations », et c’est ça qui change tout, et permet vraiment de le maintenir à long terme.
          Elles suivent leurs envies. Et c’est clair qu’après une période de repas chargé, le corps a naturellement moins besoin « de carburant ». Elles se régulent. Je sais que ce n’est qu’une question de vocabulaire avec ce que tu viens d’écrire, mais pour moi, cette différence est importante, justement parce qu’on nous parle tout le temps de « volonté », de « contrôle », de « maîtrise ». Alors que non, les maîtres-mots devraient être « écoute de soi », « respect de soi », « plaisir gustatif » (le vrai, pas le fait de manger beaucoup, sans s’écouter).
          Je me rends compte avec bonheur que même si ça a mis du temps, je commence enfin vraiment à zermater. J’ai commencé en 2007… avec des hauts et des bas, avec une première période où j’ai perdu du poids, en mangeant du chocolat, des glaces, etc. Mais rétrospectivement, j’étais encore un peu dans le contrôle, et du coup, au final, je mangeais vraiment peu de calories, « pour ne pas dépasser ma satiété ». Bref, je voulais écouter mes sensations trop parfaitement. Sauf que ça, c’est pas possible non plus sur le long terme. Zermati le dit: il y a aussi des moments, et c’est normal, où on mange sans faim, où on dépasse sa satiété… mais tant que ça reste occasionnel, et que sur le long terme, on suit bien ses sensations, c’est pas un problème du tout.
          Ensuite, passée cette période d’euphorie en ayant découvert Zermati et en l’appliquant trop strictement, j’ai eu le retour de bâton, forcément, suite à des problèmes personnels. Prise de poids, non écoute de mes sensations, etc.
          Au final, ça m’a pris du temps, j’ai traversé des périodes pas facile, j’ai vu mon « quelqu’un » pendant plus d’un an, j’ai réglé une bonne partie des problèmes qui me faisaient manger (il en reste, mais que je peux, je crois, gérer seule), et cette année, pour la première fois, pendant les fêtes (période qui a toujours été critique pour moi d’un point de vue alimentaire), je me suis rendue compte que je zermatais naturellement. Ben ça fait un bien fou! Et j’ai vraiment le sentiment que je peux manger comme cela « à vie », même si je traverse des épreuves difficiles (chose que je ne ressentais pas avant).
          Je précise aussi que j’ai commencé la course à pied depuis août, 2 fois par semaine (call me « le mouton » :)). Moi qui avais un gros passé de sportive, je ne pratiquais plus d’activité sportive régulière depuis 2006 et, je me suis rendue compte que ça me manquait énormément.
          Non seulement, certes, ça aide à brûler des calories, mais surtout, je trouve, ça aide à réguler les émotions, ça permet d’évacuer. Et maintenant que je suis devenue maman (depuis 2 ans), et bien ce temps consacré à la course à pied est MON TEMPS A MOI, et ça c’est top!

          Bon… j’arrête le « je raconte ma vie », mais tout ça pour dire: surtout, arrêtons de parler de « contrôle ».

          Répondre
          • cec jeune mariee a dit…

            Merci de raconter ta vie en fait 🙂 ca fait longtemps que j essaye de Zermater, avec des hauts et des bas, et ton parcours me fait garder espoir 🙂

          • Mélisse a dit…

            Je plussoie : merci de ton témoignage Soleia (oui je mange quand je suis contrariée ou que je m’emmerde)
            (j’ai été très contrariée ces dernières années et là, ça va beaucoup mieux : je contrarie les autres…)

          • Christelle a dit…

            Merci pour la précision. Tu as tout à fait raison, si je continue de considérer que je dois contrôler alors c’est que je n’ai pas encore compris le principe.
            Je vais l’écrire 100 fois : « je ne contrôle pas ma prise de nourriture, j’écoute simplement mes sensations », plus que 99 🙂

  9. Daphné a dit…

    Le fait d’être belle ne tient certainement à une taille de vêtements et tu irradies. Je ne serais jamais dans les standards actuels, mon corps est comme ça mais l’aime tel qu’il est, et il m’a permis d’avoir de beaux enfants en bonne santé. Comme toi, je fais du sport et je mange sainement tout en me faisant plaisir mais c’est pour être en forme le plus longtemps possible, c’est tout.

    Répondre
  10. LParis a dit…

    J’aime beaucoup ce texte. Bien écrit, sensible, intelligent, avec la pointe d’humour qui va bien : c’est exactement pour ça que je viens ici depuis dix ans… ❤️❤️❤️

    Répondre
  11. Clélie a dit…

    C’est tellement vrai tout ça ! moi aussi je me dis plus jamais de régime mais du coup en ce moment c’est plutôt le 44 que le 40 (un vieux rêve qui ne se réalisera probablement plus…) et je ne peux pas m’empêcher de lorgner sur les « recettes miracles » dont je sais parfaitement que ça ne fonctionnera toujours pas !! en tout cas, je rejoins les comm précédents , tes +7 ne se voient pas !!

    Répondre
  12. Carole a dit…

    Tu as raison, on nous parle de régime à longueur de temps et c’est lassant !
    Et le plaisir, le bonheur, ils y pensent ?
    On est comme on est, bien loin des filles des magazines (qui déjà sont retouchées et qui ne représentent pas la majorité des femmes).
    J’aimerais bien savoir quelle est la taille en vêtement qui se vend le plus en France pour les femmes.

    Répondre
  13. Kim a dit…

    Bonjour,
    MERCIIIII
    C’est incroyable comme tes mots raisonnent …Je me sens normale…..et même je pars au travail le coeur et le corps légers!!!
    Alors merci de continuer j’adore te lire, et te voir ( même en ciré jaune!!!) . Belle journée

    Répondre
  14. kro a dit…

    Je profites de ce billet pour te remercier.
    Je te remercie parce que c’est en te lisant que j’ai donc découvert Zermati. Je ne suis pas ronde, pas du tout, mais malgré tout, comme bcp bcp de femmes, j’ai fait très, trop souvent des régimes pour perdre ces fameux 2 ou 5 kilos de trop.
    Des régimes qui affament, des régimes qui rendent impossible toute vie sociale et des régimes qui nous font sentir encore plus minables une fois qu’on a craqué !
    Bref après la naissance de mon numéro deux, j’ai dit stop ! J’ai refusé de repartir la dedans et je me suis penché sur la méthode Zermati !
    Bilan : kilos de grossesse envolés sans frustration, une vraie prise de conscience et un retour d’amour pour mon corps !
    J’ai compris bcp de choses et je ressens la même chose que toi et je dois dire que purée, c’est une sacrée libération !!
    Alors voila, un grand merci pour tout ça !!

    Répondre
  15. Sosso a dit…

    Hello Caroline,
    Je te suis régulièrement mais post très peu.
    Mais là, je sais pas..le sujet m’interpelle, me parle et je te rejoins complètement.
    Il faut arriver à s’accepter, à rester libre, un défi de chaque jour !
    Belle journée à toutes.
    Sosso

    Répondre
  16. sirius a dit…

    Je crois qu’effectivement le corps est programmé pour peser plus ou moins un poids donné et que rien ne peut y être changé, à quelques kilos près.
    Je n’ai jamais fait de régime (la cigarette s’en chargeait) et j’ai du m’adapter quand j’ai arrêté de fumer. Hors de question de me priver, de m’affamer, ça m’aurait mis (encore plus) de mauvaise humeur sur le thème « à quoi bon ». Je ne me prive de rien mais je privilégie les légumes, les salades le midi, manger léger le soir.
    J’ai lu dans l’excellent « Le charme discret de l’intestin » qu’il faut écouter son corps et ses envies. Je pensais être monomaniaque avec ma salade d’endives (agrémentée de façon différente selon l’humeur et les jours) eh ben non, apparemment pas…

    Répondre
  17. Soeur Anne a dit…

    J’envie un peu cette sérénité ou cette indifférence que je n’ai toujours pas acquise, même s’il y a du mieux.
    Nous avons a priori le même graal, et partant, la même taille, et pourtant, j’ai soupiré en te voyant en combinaison « Ah, si je pouvais être aussi mince », ce qui prouve bien que l’on se voit à travers un prisme diablement déformant, et que si on était aussi bienveillant avec soi-même qu’avec les autres, voire même simplement plus neutre, on se porterait sans doute beaucoup mieux.
    Néanmoins, je remercie le yoga et la sophro qui donnent peu à peu une vraie sérénité, ainsi que l’âge… ca rend un peu plus calme d’avoir bientôt 28 ans depuis 20 ans 🙂

    Répondre
  18. Stéphanie a dit…

    J’ai fait un seul régime dans ma vie, il m’a rendue mauvaise comme une teigne… Ton chemin avec Zermati, le mien vers le sport, tout ça fait qu’aujourd’hui mon c*l rentre dans un 38 (mais les épaules dans un 42, paie ta recherche de la robe parfaite), cul que je n’ai pas, accompagné dans son néant par une poitrine absente.
    Même si je suis trop grosse pour certain(e)s, trop mince pour d’autres (ah ben si, ça aussi), aujourd’hui je me vis bien, et c’est la seule chose qui compte. J’ai une amie qui me fait le compte chaque jour des calories qu’elle a avalées vs le poids que lui a donné sa balance. Je ne vivrai plus jamais ma vie comme ça, ma vie je la veux libre joyeuse et sans angoisse débile liée au poids. J’aurai bien assez de trucs importants pour lesquels angoisser.
    Et fuck les régimes.

    Répondre
  19. Julie a dit…

    franchement +7kg pèsent assez peu dans la balance au regard du nombre d’années d’espérance de vie qui reviennent progressivement à l’arrêt de la cigarette, non? et heureusement que certains mannequins vraiment « grande taille » commencent enfin à montrer que la beauté n’est pas une question de volume…

    Répondre
  20. Kaylee a dit…

    Caro, c’est grâce à Toi, oui Toi, que j’ai pu changer avec bonheur de silhouette, même si je trouve qu’il en resterait à perdre (je confirme, il en reste), mais je n’attends pas de miracles et je me contente du résultat acquis. Grâce à un reportage dans lequel tu parlais de ton expérience, grâce à « Zermati et moi » sur ton blog, ce qui m’a fait aller sur LE site des docteurs Apfeldorfer et Zermati.
    Je comprends que tu n’aies plus envie d’en parler, et j’espère très très vivement que les magazines féminins qui nous culpabilisent chaque printemps avec leurs régimes liront tes lignes aujourd’hui. Et en tireront les leçons qui s’imposent : fini les régimes et les diktats !!!
    J’espère aussi, pour toutes les filles adolescentes ou jeunes femmes qui « rêvent » de devenir mannequins, qu’elles liront le livre témoignage de Victoire Maçon Dauxerre, « jamais assez maigre », ex mannequin qui ose témoigner en ce moment un peu partout dans les médias, à laquelle il était demandé de rentrer dans une taille 32 pour les défilés.

    Répondre
    • HeLN a dit…

      L’arrêt de la cigarette, c’est moins l’horreur de que fumer.
      Et à défaut de ne jamais commencer à fumer, mon expérience me permet de signaler qu’arrêter tôt c’est le gage de ne pas cumuler les kilos de l’arrêt du tabac + les kilos post grossesses ou + les kilos que l’on prend avec l’âge et qui s’incrustent plus facilement à 30 ans et + qu’entre 20 et 30…

      Répondre
  21. Shakti a dit…

    Moi je dis que c’est chouette d’en être arrivée là après tout ce que tu t’es infligé durant ces années à courir après « ton illusion ».
    Pour ma part, je n’ai jamais fait de régime. J’ai pleuré pour prendre du poids jusqu’à 28 ans. Quand j’atteignais péniblement les 63 kgs pour 1.77m, je faisais une danse du ventre.
    Et j’ai dû changer d’alimentation pour cause de gros soucis articulaires, osseux… et j’ai commencé à grossir.
    Puis les « coups psychologiques » ont commencé… résultat en 10 ans, j’ai pris 27kg !!! depuis 5 ans, ça yoyotait.
    Il y a un an, j’ai recommencé à manger « normalement », j’ai commencé à soigner ma thyroïde qui avait triplé de volume, et… -4kgs. Et depuis samedi dernier, je « linecoaching ». Je ne pense pas avoir déjà perdu de poids, mais j’ai resserré ma ceinture de jean’s.
    Et comme tu le racontais, ce que j’aime vraiment dans cette technique, c’est qu’il n’y a pas de restrictions, juste du réapprentissage de Soi.

    Bon, c’est une tartine, mais je sais qu’ici, on peut…. 😀

    Bonne journée

    Répondre
  22. leyleydu95 a dit…

    Je zermate avec plus ou moins de bonheur selon les périodes depuis 2012 et je dois constater qu’en arrêtant les régimes, si je n’ai pas maigri beaucoup (suffisamment toutefois pour passer de l’obésité morbide à l’obésite sévère), je n’ai pas non plus pris 20 kilos, ce qui m’amène à dire que je ne suis pas plus grosse en mangeant normalement et en écoutant ma faim qu’en ne me nourrissant que de yaourts à 0% et de salade sans sauce…alors j’ai choisi la méthode ou je suis la moins dure avec moi et c’est déjà un pas en avant.
    En ce moment, ma difficulté, c’est de rester droite dans mes bottes avec mon IMC de 36 en étant entourée de 3 « sleevées » qui ont perdu entre 30 et 40 kilos et partagent le même menu enfant quand nous allons au McDo…Je tiens mes positions mais je me sens parfois seule face à leurs tailles 38 et leurs appétits de moineaux!

    Répondre
    • Selki a dit…

      Leyleydu95 comme ça m’interpelle ce que tu écris ! Il y a 3 ans à la même époque, je faisais le tour des chirurgiens pour en finir avec ce poids qui me pesait (au propre comme au figuré) 45 kg à perdre pour retrouver la ligne de mes 35 ans. Mais de recherches sur les différentes techniques en forum de paroles de celles qui avaient sauté le pas, (je passe les détails hein ?!!!!) je me suis résignée à en repasser par la case WW car impossible pour moi d’imaginer un appétit de moineau et surtout devoir choisir en été (et chez nous le thermomètre est souvent plus près des 30/35 que des 20) (enfin les bonnes années !!!!) entre l’eau et la bouffe (sachant qu’en hiver je descends minimum 2 bouteilles /jour). Après un mois et demi de WW et -4kg sur la balance j’ai tout envoyé chier ne supportant plus du tout de compter les points, de manger que des légumes ou des fruits parce que à midi j’aurai craqué et tout ça tout ça. Ma rencontre, qq mois plus tard, avec Caro (virtuelle !) et du coup avec Zermati/Apfeldorfer en passant avec le site du « gros » a changé ma vie 🙂 Depuis bientôt 3 ans je n’ai pas beaucoup perdu (5 – 6 Kg) mais j’ai retrouvé une vie plus sereine et le mot régime a été banni de mon vocabulaire. Encore du chemin à parcourir mais le plus gros (ha ha ha !) est fait. Le regard apitoyé de 2 ou 3 copines, comme toi, qui sont passées soit entre les mains du chirugien soit dans celles d’une diététicienne (qui ne fait pas faire de régime hein ?!!!!) (oui pas de régime mais -15 kg en 2 mois sans s’affamer faut m’expliquer) et qui ne comprennent pas ton choix parce que c’est bien de pouvoir s’habiller en 40/42 et que toi ma pôv si tu avais un peu de volonté…… et le regard de certaines personnes de ta famille qui trouve fort dommage ce laisser-aller et je ne parle pas de ceux qui t’expliquent qu’avec ton 46 (voire 48 parfois) et le fait que tu vieillis, ben oui 52 ans ET grosse, même pas la peine de penser pouvoir trouver un compagnon.
      Bref, encore une fois l’article de Caro résonne chez moi, et si je ne maigris pas comme je voudrais, j’ai réussi à stabiliser mon poids, à faire la cuisine que j’aime, à me lâcher parfois aussi sans culpabiliser, à m’habiller avec autre chose que des trucs informes, à porter à nouveau des talons sans finalement ressembler (trop !!!!) à Peggy la cochonne, à mettre de la couleur et à me remaquiller de temps en temps ; prochaine étape nouvelle coupe de cheveux ! Et oui je vais continuer moi aussi à me sentir seule avec toutes les tailles 38 à 42 qui m’entourent, j’aurai parfois une pointe d’envie/jalousie, mais vite envolée quand je vois le chemin sur Soi parcouru.
      Leyley, on se fait un bon restau à midi ?!!!! 😉

      Répondre
      • leyleydu95 a dit…

        Selki, pour le resto, c’est toujours avec un grand plaisir!
        Merci pour ton témoignage qui me fait me sentir moins seule!!

        Extraits choisis des phrases entendues depuis peu :
        – Ma tante sleevée depuis un an a dit à ma mère « mais pourquoi Leyley ne fait pas la sleeve ? »…ca m’a rendue triste parce qu’elle ne voit que la grosse en moi!

        – Ma cousine (fille de ma tante) qui va bientôt être opérée et qui « entretient » son gras en attendant pour être sure d’être acceptée dans le protocole de la sleeve

        -Ma sœur sleevée depuis presqu’un an qui a perdu 40 kilos et que je trouvais plus jolie avec ses rondeurs

        Je ne peux me résoudre à faire ce choix là parce que j’ai encore confiance en moi et en mes capacités à « ré-éduquer » ma tête et mon corps sur le long terme (on ne parle pas de 2 semaines ou 2 mois mais de toute la vie) grâce aux propositions de Zermatti/Apfeldorfer ou de Michel Desmurget.
        Et si ma vie est d’être une grosse, je vais m’employer à être une grosse en bonne santé qui vieillira le mieux possible avec son surpoids.

        Répondre
        • kro a dit…

          Vos écrits sont très poignants ! Finalement le plus douloureux ne serait-il pas ce jugement permanent des autres, ces regards mi accusateurs, mi apitoyés !
          C’est un sacré combat que vous menez les filles ! Chapeau !

          Répondre
          • zaza a dit…

            leyley et Selky, je réagis à vos commentaires car je suis « sleevée » et je ne me reconnais absolument pas dans les remarques faites autour de vous.
            De mon coté j’ai fait cette opération pour des questions de santé et de « stop à la souffrance morale ». Je ne recommande pas cette opération. C’est un sacrifice terrible, et osons les mots : une mutilation !
            J’arrive à vous parler de cette opération parce que je suis un peu anonyme derrière mon écran. La sleeve pour moi c’est l’échec de ma vie, oui un echec car je ne suis pas arrivée à me battre seule, il m’a fallu un chirurgien pour aller mieux… Et j’ai honte de dire que je suis sleevée…
            Et moi je vous admire parce que vous vous battez
            Des bises

          • leyleydu95 a dit…

            @Zaza, je veux aussi te répondre : il n’y a aucune honte à être sleevée ,je dis juste que je ne veux pas considérer cette opération pour moi.
            Chacun fait comme il peut et il veut. Ma sœur m’a dit qu’elle n’était pas heureuse avant et si, aujourd’hui, elle se sent bien, alors c’est que cette opération était la seule issue et je suis ravie pour elle.

          • Selki a dit…

            Leyley, des phrases assassines dites « avec amour », « pour ton bien » j’en ai entendues aussi et combien de fois je me suis précipitée dans le frigo ou le placard pour manger moi aussi mes émotions (super cette expression, je la fais mienne et on s’arrangera sur les droits d’auteur chers à Mélisse ! 😉 ) Comme toi, je suis sur le chemin de l’acceptation d’être grosse et moi aussi je vais m’employer à être une grosse en bonne santé et qui vieillira le mieux possible avec son surpoids. Merci Leyley Bises
            Zaza, mais pourquoi avoir honte d’être sleevée ? Pourquoi prendre cette opération comme un échec ? Tu as fait ce choix pour des pb de santé et trop de souffrance. Moi je dirais plutôt bravo : reconnaitre qu’on a besoin d’aide et aller chercher cette aide n’est pas une démarche facile. Et moi je t’admire d’avoir fait ce que tu dis être une mutilation (moi, j’ai pas pû m’y résoudre). Sur le site de linecoaching, il y a bcp de personnes qui ont subi cette opération. N’aie pas honte du choix que tu as fait.
            Je t’embrasse Zaza
            Shakti, merci d’avoir de grands bras 🙂
            Mélisse, la phrase entendue bien souvent pour moi, c’est faudra pas t’étonner si aucun mec ne veut de toi 😉
            Bonne soirée à toutes (et tous)

        • Shakti a dit…

          LeyLey (et Selki aussi, j’ai de grands bras), entre ce que tu écris juste là et les remarques de tes parents un peu plus loin, j’ai juste envie de te faire un gros câlin !
          C’est idiot, hein, mais ça m’a rempli les yeux de flotte.

          Répondre
          • leyleydu95 a dit…

            Merci Shakti, tu es mignonne…J’ai réglé ces problèmes avec un « quelqu’un » et je crois que c’est aussi pour cela que mon poids a tendance à baisser : je mange beaucoup moins mes émotions; même si ça m’arrive encore, c’est beaucoup moins « violent » qu’il y a quelques années!

        • ABY a dit…

          Je suis touchée par ton commentaire sincère. En ce qui concerne la sleeve, j’aimerais que des personnes qui l’ont faite disent franchement comment elles se sentent. Je dis bien franchement ou honnêtement si vous préférez. Parce que je côtoie très régulièrement une personne qui en a fait une et je peux vous dire que moralement ce n’est pas le top. Elle est constamment fatiguée (malgré ses tas de vitamines et minéraux) et sur les nerfs, elle s’énerve pour un rien, ça en devient flippant !!!

          Répondre
          • Mélisse a dit…

            Je ne connaissais pas ce nom du nouvel « anneau gastrique » (si j’ai bien compris)
            Oui le pire c’est le regard d’autrui : « tu pourrais te tenir un peu quand même », « faudra pas t’étonner que ton mec aille voir ailleurs »
            merde ! moi dans la vraie vie j’ai une sainte horreur qu’on me parle de mes hausses et baisse de poids (c’est pas parce que je m’entends bien avec une collègue ou une copine non proche que ça me passionne ses poins WW) (les très proches savent que ce n’est pas un sujet)

            (zut alors, les commentaires publics ou privé élargis sur la surface de mon cul : on n’est pas au comice agricole !)

          • Marion a dit…

            On vend la sleeve comme le nouveau Graal, c’est grave. C’est loin d’être anodin comme opération.
            J’ai adoré l’expression « je mange mes émotions ».
            Moi j’ai des kilos de grossesse à perdre. J’ai un bide tout mou, strié de vergetures rouges, des abdos aux abonnés absents, une cicatrice de césarienne rouge vif. Mais je le kiffe mon ventre déglingué, il a porté pendant neuf mois la petite merveille qui roupille sur son tapis de sol derrière moi.
            Bon après, comme dit mon endocrino, il faut un jour retrouver son corps de femme. Oui mais à mon rythme et sans me faire engueuler.

          • Selki a dit…

            Marion, une crème miraculeuse pour les vergetures débutantes, disparition assurée (c’est du vécu, je l’aime d’amour ma gyneco qui m’a apporté un tube dès qu’elle a vu les traces rouges sur le décolleté et les seins), jonctum si elle existe toujours non seulement elle fait des miracles mais en plus à l’époque elle coûtait 3 francs 6 sous.

          • zaza a dit…

            J’ai fait cette opération en mai, et je n’ai aucun effet secondaire que tu décris… j’ai fait en novembre le bilan des carences : aucune carence… franchement je revis niveau santé comportement etc etc
            En parlant de fatigue : ton amie avait elle un traitement médicamenteux qu’elle continue à prendre alors qu’elle n’en a peut etre plus besoin ? En tout état de cause, il faut qu’elle parle de ces problèmes à l’équipe qui l’a opérée, moi mon référent c’est l’endocrino. Et meme s’il faut trois mois pour avoir un rdv normalement, moi je lui fais un mail et il me reçoit dans la semaine… car effectivement ce n’est pas une opération anodine et il faut être suivie.

          • Selki a dit…

            C’est vrai Kro, le regard des autres pèse aussi lourd que les kilos et d’autant plus celui de ta propre famille.
            Geneviève, tu fais partie du club aussi ?
            Bizzz les filles

      • Geneviève a dit…

        Je ne fais pas partie du club Selki (je n’ai jamais eu de pb de poids dans l’enfance ou ado mais ça ne veut pas dire que l’on s’aime, on peut avoir des tas d’autres raisons de ne pas s’aimer). Pas partie du club parce que mes parents n’ont jamais je crois prononcé une parole blessante sur nous, les enfants.
        Ensuite, dans ma vie adulte, j’ai pris régulièrement de nombreux kilos, sans y prendre garde. Le ras-le-bol est arrivé il y a 6 ans, ma vie devenait triste et compliquée. J’ai lu Zermati, j’étais convaincue d’avance et j’ai progressé. Après une rupture très douloureuse d’avec le père de mes enfants, j’ai perdu 15 kgs, je me suis mise à la marche… Maintenant, j’ai repris un peu, je marche moins mais j’espère m’y remettre, ça m’apporte un vrai réconfort.
        Je suis très touchée par ce billet et vos témoignages.

        Répondre
        • zaza a dit…

          Les filles j’ai les yeux remplis de larmes en vous lisant
          vos commentaires m’ont beaucoup touchée
          Selki, je me suis toujours battue seule contre mes kilos, et devoir admettre que je n’y arrivais pas est très difficile.
          C’est une opération qui est lourde, on te retire tout de meme un organe vital, faut pas l’oublier ! et c’est une décision qui ne doit pas se faire à la légère comme on décide de faire une épilation !!!
          Chaque personne et chaque cas est différent, j’ai été opérée en mai 2015 le parcours médical avant l’opération a duré 1 an, mais j’ai muri ma décision avec les « je fais je fais pas » depuis 2012… la psy qui fait partie du staff m’a dit « je vois qu’effectivement vous n’avez pas décidé à la légère »
          En tout cas merci à toutes de vos encouragements
          De mon coté, je vous renouvelle mon admiration devant votre combat et surtout votre combativité ! Bravo !
          Des bises à toutes, vous êtes des filles formidables, et ne laissez personne vous dire le contraire !

          Répondre
          • Selki a dit…

            Mais toi aussi tu mènes un combat, et je te dis chapeau pour le courage qu’il t’a fallu.
            Tu vas retrouver le chemin de la santé et ta souffrance s’atténuera, tu t’es prise à bras le corps (si je peux m’exprimer ainsi !). Bravo
            Des bises aussi Zaza et un gros câlin

        • Selki a dit…

          C’est vrai Geneviève, d’autres raisons qu’un surpoids pour ne pas s’aimer ; enfant et ado aucun pb de poids mais une couleur de cheveu qui m’a valu de nombreuses remarques et moqueries. Mais là j’avais le « soutien » des miens, les paroles blessantes sont arrivées lorsque j’avais 35 ans et ça fait aussi mal qu’à 15, enfin je crois.
          Prends soin de toi, et oui reprends la marche, quand je peux j’en fais et ça vide la tête d’être dans la nature 🙂
          Des bises et très bon week-end

          Répondre
  23. Pastelle a dit…

    Je suis encore loin d’avoir acquis cette maturité et cette sérénité, alors que j’ai largement plus de 29 ans. Mais il y a quand même du progrès, ça ne m’obnubile plus. Je reste inscrite chez Zermatti cependant. Mais j’oublie d’y aller.
    J’ai un ciré tout rose, je me demande si je devrais m’acheter des chaussures jaunes ? L’ensemble est gai comme tout. 🙂

    Répondre
  24. Jade a dit…

    « Une légèreté métaphorique », haha merci pour l’éclat de rire ! Bravo de t’être débarrassée de ce vieux démon.
    Ayant toujours fait attention à ce que je mange depuis gamine (mon père est médecin), j’ai il y a quelques années laissé tomber le calcul de « 5 fruits et légumes par jour », en réalisant que tant que je mangeais des choses variées et pas trop de merdes industrielles, c’était tout bon. Même si cette règle alimentaire est bien loin de tout ce qu’il est possible de s’infliger en matière de régimes, même à ce niveau je me suis rendu compte que le mieux, c’est de se faire plaisir en variant ce qu’on mange, et sans se prendre la tête surtout.
    Bonne journée 🙂

    Répondre
  25. magan maryse a dit…

    bravo Caroline ! j’adore !!
    j’aime ce « lâcher prise » (si si) accepter n’est pas se résigner …

    « puis-je avoir la sérénité d’accepter les choses que je ne peux changer,
    le courage de changer les choses que je peux et
    la sagesse d’en connaître la différence …

    avec la sophrologie j’accompagne de nombreuses personnes en demande de « perdre du poids » et je commence par un travail sur « et si je m’aimais » … non pas en mode narcissique mais en mode une belle amitié avec soi-même, comme une meilleure amie et …. les kilos s’en vont pour atteindre le « juste poids » celui où la personne se sent bien ! pas celle des magazines …

    alors bravo ! profite de la vie !!!
    bises bises
    Maryse

    Répondre
  26. Cloudy a dit…

    Il me plait et me touche ce billet.
    Sans doute parce que je n’en suis pas encore là, sans doute parce que pour moi le poids reste et demeure un sujet (douloureux).
    C’est entre moi et moi bien sûr et aussi entre moi et ce que la société impose de normes, critères, étiquettes, qui viennent m’atteindre malgré moi.
    Un vaste sujet donc…
    Et je rêve qu’un jour j’aurais suffisamment confiance, je m’aimerais suffisamment pour dire et écrire que je vis bien telle que je suis et que ça va (merde !)
    Belle journée à toutes

    Répondre
  27. Corinne a dit…

    Merci pour ce rappel et de partager tes « règles » de mieux vivre… Bientôt 45 berges et j’ai décidé d’accepter ce corps avec les kilos en trop, sa cellulite, etc… et je donne avec plaisir mes vieilles fringues que je gardais « au cas où » et qui sont toujours à la mode et qui font le bonheur de ma petite nièce de 20 ans… et ben ça, ça me remonte bien le moral ! Je mange ce que j’aime ( alleluyah j’aime mes légumes), je me fais plaisir en faisant plaisir à mes enfnats (l’excuuuuuse :)) et pis voilà !

    Répondre
  28. Suzanne a dit…

    Même quand je pesais 53kg je me trouvais grosse. Ma mère et ma soeur aînée sont perpétuellement au régime, ma soeur en parvenant à se surveiller en permanence (après une période où elle a frôlé l’anorexie) et ma mère en se faisant vomir (oui, à 68 ans).
    Quand je suis arrivée à Paris j’ai pris 20kg (coucou les frites pizza du resto U). Que je n’ai jamais vraiment perdus depuis. Parfois j’arrive à perdre 5/6 kg au prix d’efforts insensés pour moi qui adore manger (j’avais même testé slimfa*t, la poudre et son shaker…à part une haleine -et une humeur- de coyote et une crotte à l’avenant, aucun résultat d’ailleurs) et je les reprends assez vite. Évidemment.
    Je garde aussi mes fringues en 38 « au cas où ». Mais ya du progrès : elles sont dans un carton chez mes parents (à La Réunion, donc).
    Alors le chemin vers la sérénité pondérale, j’y suis pas encore, j’avoue. Je me dis toujours que lundi je m’y mets (au sport/régime) parce que commencer un jeudi c’est pas sérieux (et en prévision du jeûne et des privations, je me goinfre). Idéalement, d’ailleurs, il faudrait que je commence un lundi qui serait aussi le premier du mois. Le prochain est en février. Argh.
    Je vous tiens au courant.
    D’ici là, j’espère que tu m’auras transmis un peu de ton lâcher prise, parce que je déteste les régimes.
    En tout cas, ça fait plaisir de lire un tel état d’esprit, tu n’es pas forcément zen à chaque instant à ce sujet, mais c’est déjà super encourageant.

    Répondre
    • Selki a dit…

      Slim truc machin, rooooh le souvenir d’avoir fait ça aussi ! Et merci pour l’éclat de rire…. La crotte à l’avenant, oui c’est du vécu, aussi 🙂 🙂 🙂

      Répondre
      • Mélisse a dit…

        Le slim encore… mais les sachets « préconisés » par les médecins à la fin du siècle dernier… et mon toubib qui m’a dit 2 ans plus tard qu’il s’en voulait à mort de s’être fait avoir (c’est Insu-machin et ça coûtait un bras)
        (du coup j’ai plein de carton pour ranger des papiers parce que c’était livré dans des cartons « discrets »)
        J’ai réussi à oublié les sachets et autre « fausse bouffe » en … heu… 2007-2008
        Pétard, les sacs hors de prix que j’aurais pu m’offrir à la place ! (Morgane de Sézane : désole)

        Répondre
  29. 9eye a dit…

    Ca fait du bien de lire ces quelques lignes. Je te suis depuis les débuts, j’ai souvent ri, parfois pleuré, en de plus rares occasions j’ai même envié cette jolie trajectoire, cette écriture et me suis dit « tu vois cette nana, elle fait des trucs, pas comme toi … », ca m’a découragé, ca m’a encouragé. Aujourd’hui, je trouve ton billet, simple, humain, touchant.
    Pas un billet qu’on trouve sur la blogosphère parfois un peu éliste, non, Un billet de CARO comme je l’aime !

    Répondre
  30. Princesse Strudel a dit…

    Une petite fille qui m’est proche me confiait récemment qu’à l’école on disait qu’elle était grosse… Elle a 11 ans. c’est une belle fillette, solide et bien campée sur ses jambes. Une walkyrie plutôt qu’une danseuse étoile, oui. Elle est juste « normale ». J’espère qu’elle m’aura entendue lui dire qu’elle est belle, que les tops en couverture des magazines sont en réalité maigres et ne sont pas forcément des modèles, et que la beauté a plein d’aspects – dont le sien, le mien… Elle a assez de force de caractère pour se moquer de l’opinion de ses pairs, et je lui souhaite de garder cette superbe indifférence à ce qu’on pense d’elle (d’un autre côté, si elle en parle, c’est que ça la touche, malgré tout…).
    Et je boycotte la presse féminine, qui pond des articles contre l’anorexie, l’orthorexie et pour le bien-être alimentaire et l’acceptation de soi, tout en nous bombardant d’articles « régime / crème anti-capiton » et de photos de filles trop minces en nous ordonnant de leur ressembler. Je trouve cette hypocrisie rebutante et me sens prise pour une imbécile.

    Répondre
    • DOMINIQUE a dit…

      Mais bien sûr qu’on nous prend pour des imbéciles. Pas seulement d’ailleurs dans les magazines : regarde les tailles de fringues dans les magasins.

      Répondre
        • Daphné a dit…

          Mais ce peut aussi être une chance pour repenser sa façon de s’habiller.

          Comme je sors des standards vantés par la presse et les chaînes à la mode – comme que j’aime m’habiller et ne trouve rien qui me plaise dans les chaînes très présentes qui proposent ma taille et refuse de m’habiller par dépit, j’investis dans des vêtements plus haut de gamme qui dureront et créent un vrai style.

          Du coup, je fais des achats réfléchis et tous mes vêtements sont rentabilisés.

          Répondre
          • Selki a dit…

            Daphné je suis curieuse, où donc trouves-tu tes vêtements ? Parce que moi aussi j’ai du mal avec le peu de propositions sur le marché actuel, j’ai découvert 2 boutiques pas trop loin (entre Gardon et Vidourle !) qui font dans les « vraies » grandes tailles et plutôt sympas, mais
            je ne serais pas contre d’autres nouveautés.

          • Daphné a dit…

            Désolée Selki, je ne suis pas trop boutiques, les journées sont trop courtes et je suis munie d’enfants donc nos sorties sont plutôt nature.

            Mon lieu de perdition absolue, c’est Boden, une marque de vpc anglaise très swingin’ sixties – vêtements originaux et qualité impeccable. En soldes, ça passe dans mon budget.

          • Princesse Strudel a dit…

            Je fais comme toi Daphné. Achats de vêtements et de chaussures de grande qualité, en soldes, et je les garde… Heu… Très, très longtemps. Avec le soutien efficace de mon cordonnier chéri et de ma chère couturière / retoucheuse. La mode me sied rarement, les vêtements Zara & co me vont en général comme des palmes à une poule, et je reste perxplexe quant à l’utlité d’acheter chaque mois de nouveaux vêtements qui finiront dans une poubelle au bout de quelques semaines / mois pour cause de mauvaise qualité.

          • Mélisse a dit…

            Boden : parfois il y en a sur ebay pour celles que le 2ème main ne rebute pas.
            Je vais aller mettre des palmes aux poules de mon voisin : l’idée jubilatoire
            (à mon avis, le voisin va être moyen d’accord : c’est le seul voisin chonchon du poney tout le temps…)

  31. La morue rieuse a dit…

    Je t’envie tellement… Pour la cigarette et les régimes que tu ne feras plus.
    De mon côté, j’ai repris à fumer, j’ai perdu 2 kg en une semaine : la vie est vraiment trop injuste !!!
    Bonne journée Caro

    Répondre
  32. faiza kaddour a dit…

    et les sorties petites foulées oxygénantes avec les copines c ‘est aussi du passè? Sinon souhaite qu un des magasine publie ce billet à la place du 1 000 régime de merde pour Pâques.

    Répondre
    • Caroline a dit…

      ah non, je continue, je t’avoue que cette semaine avec ce froid de gueux je pense que je vais passer mon tour, mais je cours une à deux fois par semaine, mes 24 minutes réglementaires 🙂

      Répondre
      • celine2102 a dit…

        Un cache oreille ou un bonnet, des gants et un mouchoirs (pour moi, en tissu pour éviter les mouchoirs en papier qui se disloquent) et roule ma poule …. j’adore courir qd il fait froid ….

        Répondre
        • Princesse Strudel a dit…

          Idem ici… j’aime courir quand il pleut (mes lunettes sont pleines d’eau, du coup j’ai l’impression d’être dans ma bulle) ou qu’il fait froid. Et dans la nuit, aussi. Bien couverte (surtout les mains et la tête), la musique… Et hop.

          Répondre
      • faiza kaddour a dit…

        alors là c’est TOP!!!! Je dirais que même c’est le plus important des efforts celui là. Bravo. S’il pleut et qu’il ne fait pas trop froid, essaye la course sous la pluie : surtout pas trop se couvrir (que du synthétique) et je te promets que passé le bref passage du mouillage après c’est « hyper sexy » ( euphorisant même de se sentir une Lara Croft quand tu rentres (trempée), parce que rien ne t’arrête quoi !… Et à ce propos surtout pas s’arrêter de courir pour ne pas se refroidir (+ méga gros kif assuré avec la douche chaude). Merci encore de …TOI!

        Répondre
  33. Lily59 a dit…

    Merci pour ce billet… J’espère que ta réflexion sur le sujet apporte l’apaisement à beaucoup de femmes… Grâce à toi, j’ai suivi le même chemin… Par contre, « je ne tâche pas de cuisiner pas mal de légumes » (Zermati m’a complètement déculpabilisé par rapport aux injonctions de l’équilibre alimentaire) et quand je le fais, c’est uniquement autour d’une recette qui va m’apporter du plaisir… (Mes enfants remercient aussi beaucoup le bon Dr Zermati : grâce à lui, ils ne sont JAMAIS obligé de manger des légumes ou des fruits, et ils mangent biscuits et bonbons à volonté sans aucune remarque de ma part (sauf 10 mn avant le repas, mais uniquement sur le thème « Si tu as moins faim, tu prendras moins de plaisir à manger ton repas ») J’ai raté et rate encore beaucoup de choses dans leur éducation, mais sur ce sujet, je suis soulagée (leur rapport à l’alimentation était une angoisse pour moi à leur naissance) : une boîte de chocolat à disposition sur le buffet met des semaines à se vider… et j’imagine du coup que le chocolat n’ayant absolument pas le goût de l’interdit, ils risquent moins de le manger avec compulsion à l’âge adulte… (j’attends de voir quand même).
    Cela dit, je ne pavoise pas. Je n’ai pas résolu la question de la maîtrise de mes angoisses, et j’ai remplacé les compulsions alimentaires (même si ça m’arrive encore, mais beaucoup plus rarement et sans – presque – de culpabilité) par beaucoup de sport … ce qui me permet d’évacuer pas mal d’anxiété, et aussi de découvrir mon corps, ses capacités, sa résistance, ce que je n’avais jamais fait dans ma vie… Mais je ne perds pas de vue que le « trop de sports » est aussi un piège, et qu’il me faudra, un jour ou l’autre, m’atteler à la pleine conscience et à la méditation… quand je ne me sentirai prête…

    Répondre
    • Caroline a dit…

      non mais quand je dis je « tâche de cuisiner des légumes », c’est juste pour essayer de contrer ma flemme, si j’écoutais uniquement ma paresse je ferais des pâtes à tous les repas 😉

      Répondre
      • Mélisse a dit…

        Les pâtes (des céréales) + ketchup (du jus de fruit) + du râpé (protéines) + une giclé d’huile d’olive (du gras) + une bonne charcuterie italienne pas grasse (des protéines) (ou du thon) = c’est pile poil le tableau des 5 catégories d’aliments qu’on voyait en cours de Sciences Nat’ au collègue + affiché à l’infirmerie (je tirais peu ma flemme mais je me cassais la g’ en sport…)
        Réhabilitons la pasta ! (en plus, même pour les pâtes y’a des ayatollah du bon goût = http://www.slate.fr/source/68083/floriana <– d'accord, elle est énervée la dame mais j'ai fait comme elle dit & c'est drôlement meilleur…)

        Répondre
          • Mitou a dit…

            Caro Essaie de faire un peu de gym , tout simplement , du pilates c’est idéal et pas du tout désagréable , même assez relaxant… Au bout de quelques mois ton corps sera comme tu le souhaites , fuselé , aminci , ventre plat . Tu ne perds pas en poids mais le corps s’affine . Réellement . Avec deux séances par semaine .Tu fais venir le prof chez toi … C’est assez sympa en fait ! Oui c’est cher mais pas plus que le reste , et quel plaisir , s’affiner sans régime !!!!!!!
            Bise pour cet anniv !

  34. lavieacinq a dit…

    Moi aussi j’ai pris du poids depuis l’arrêt de la cigarette, environ 5 bon kg je pense (comme toi, pas de balance!). Je n’ai plus de problème avec mon corps ou même mon apparence! Peut-être que c’est l’âge aussi? Je ne sais pas… Je suis bien avec mon homme (ensemble depuis bientôt 20 ans) qui m’aime toujours aussi fort et me trouve toujours désirable! Je n’ai plus rien à prouver, à personne (alors que plus jeune, oui, et à tout le monde!!), je suis beaucoup plus zen, je relativise plus aussi, bref…. Je vieillis 🙂
    Les choses importantes pour moi aujourd’hui ne sont pas les même qu’il y a encore 10 ans, mes priorités ont changé!

    Très beau billet, très bien écrit!

    Répondre
    • Caroline a dit…

      je pense en effet que c’est aussi l’âge. il y a un moment où il parait moins nécessaire d’être désirable à tout prix. et avoir un compagnon qui vous aime telle que vous êtes, forcément, ça aide.

      Répondre
      • Reine a dit…

        Absolument , c’est un des rares avantages de prendre de l’âge !!! et si le chéri continue à vous dire qu’il vous trouve belle ….alors là …
        Mais je pense qu’il y a aussi , quelque part bien accroché, le regard de Maman et Papa sur l’ancienne petite fille que nous étions…
        J’ai essayé de dire à mes filles le plus souvent possible (et le papa aussi) combien je les trouvais belles, et pourquoi, et je ne leur ai jamais parlé de leur poids (en même temps , ce sont 3 minces naturelles)….elles sont aujourd’hui des femmes qui sont sures de leur charme,sans ostentation, et qui ne se posent jamais la question de ce quelles doivent ou ne doivent pas manger….j’espère y être pour quelque chose…

        Répondre
        • tallulah06 a dit…

          J’ai plus de 40 ans et mes parents continuent à commenter mon poids. Ma mère a pleuré quand j’étais obèse elle a eu peur que je meure… Actuellement je suis « presque Bien » pour mon père.

          Répondre
          • Lily59 a dit…

            « il y a aussi , quelque part bien accroché, le regard de Maman et Papa sur l’ancienne petite fille que nous étions… » Cette phrase me met les larmes aux yeux… (c’est donc qu’elle est très juste… et très difficile à admettre aussi…)

          • leyleydu95 a dit…

            tallulah06,ça me parle tellement ton commentaire!
            Je n’oublie pas que mon père m’a renié quand j’avais 15 ans parce que j’étais trop grosse!
            Il est revenu sur ses mots depuis et me « tolère » telle que je suis mais moi, je n’ai pas oublié…
            Ma mère,elle,a toujours pensé que grosse=moche…

          • DOMINIQUE a dit…

            Tallulah, Leyley, Lily, quel courage faut-il donc pour résister au regard de ses parents… Les miens ne m’ont jamais dit quoique ce soit de désobligeant, sauf bien sûr pour mon éducation (école, tenue, langage, etc.). Ils ont toujours, toujours été attentifs et bienveillants. Je mesure ma très grande chance.
            A tel point, d’ailleurs, que je n’aurais jamais cru possible que des parents puissent critiquer leur enfant sur leur aspect physique. Je suis bien naïve !

      • kinou a dit…

        Mais c’est ça le truc… tu es désirable. Point . Et c’est faire injure à ton mec que de renier son désir parce que toi tu ne t’aimes pas. Et c’est dangereux parce qu’à force tu pourrais le convaincre qu’après tout tu as peut-être raison, tu es moche et pas digne d’être aimée. C’est ce que je me suis dit. Alors je me force à m’aimer pour être digne de son amour. (bon je sais c’est confus je confonds amour et désir mais bon tu vois l’idée générale)

        Répondre
        • Mélisse a dit…

          ah oui les parents… les grand-parents, les frères …
          J’ai commencé les soucis vers 14 ans (merci la gynéco qui m’a donné une pilule fortement dosée pour mes règles douloureuses…) après ça allait peu ou prou jusqu’à la vingtaine… en revanche même avec d’excellents bulletins de notes y’a toujours une matière qui n’allait pas, une copine qui était trop ceci… , un passe-temps qui était trop cela… J’ai envoyé tout ce petit monde bouler à 20 ans (c’est hyper hyper hyper dur).
          J’ai eu l’immense chance d’ensuite nouer une très belle relation avec Maman et c’est plutôt pas si pire avec un de mes frères.
          Les autres… qui a dit déjà « ce qu’on te reproche, cultive-le : c’est moi » … c’est fou ce que je suis moi-même depuis l’été dernier… avec un effet « tri dans le carnet d’adresses », certes mais moins d’insomnies.
          Et les soirées amicales sont des vraies soirées amicales.

          Bon j’avoue : je suis plus têtue qu’une mule & capable d’être mal-aimable à faire complexer une porte de prison… (mais justement, si on m’avait pas autant cassé les pieds, hein…)

          Répondre
  35. Nathalie a dit…

    Ça fait vraiment du bien de lire un billet aussi apaisé. Et ça fait plaisir aussi!!!

    Moi aussi, je me dis « plus jamais de régimes!! » mais vraiment : plus jamais, je ne peux même plus supporter l’idée. Après la naissance de mon dernier, je me suis inscrite sur linecoaching, j’ai perdu tout mon poids de grossesse, sans me priver de rien. Depuis que j’ai repris le travail, j’ai repris du poids, je vois bien que je mange « trop », mais je ne ferai pas de régime!!!! J’essaie plutôt de modifier ma vie pour avoir moins d »envies de manger » (il faudrait par ex. que je sois moins fatiguée…. mmmmhhhhh)
    Quand tu dis « je me suis battue contre des moulins à vent » c’est exactement aussi ce que je ressens. Et c’est ce que je vois aussi avec mes enfants! Qu’est ce que j’ai pu faire chier mon aîné, qui à 2 ans et demi/3 ans était franchement plus rond que ses copains!! Qu’est ce que j’ai pu contrôler ce qu’il bouffait (sans que ça n’ait AUCUN effet sur son poids en plus!!!) Je me battais aussi contre des moulins à vent avec lui. (En plus, il a fondu d’un coup vers ses 5 ans… à un moment où je foutais à tout le monde une paix royale. Ça valait le coup de se pourrir la vie). Maintenant je vois bien que le poids, le mien, celui de mes enfants, ça fait partie de ce qu’on est, comme la couleur des cheveux ou la taille. Ton exemple de la main d’écriture est mieux choisi, parce qu’effectivement, sur le poids on a l’illusion du contrôle, de la volonté, mais c’est tellement mieux de s’accepter comme on est, et d’être vraiment soi. C’est mon travail du moment, être moi-même, être pleine de gratitude pour ce que j’ai, et aider mes enfants à devenir eux-mêmes, chacun selon son potentiel… Du pain sur la planche, quoi 🙂

    Merci pour ce billet Caroline, il rentre dans la catégorie des « billets qui m’ont marquée » (on en reparle aux 20 ans de ton blog?) et j’espère qu’il sera lu, et qu’il touchera d’autres personnes en souffrance avec leur poids.

    PS: moi j’aime bien le ciré jaune!!!! J’ai acheté le même à ma fille! Bon , OK, elle a 6 ans…

    Répondre
  36. Natacha a dit…

    Bin c’est cool que tu sois bien dans tes baskets roses 🙂 Les seules fois où je monte sur une balance sont chez le gynéco (ma vie mon oeuvre…) et le deal c’est que je ne veux pas connaître le chiffre (ou plutôt le nombre). Je me sens moi aussi bien dans mes baskets. Faut juste que je me remette à courir 🙂

    Répondre
  37. Fanny a dit…

    C’est trop marrant, ce matin au réveil j’ai eu un peu le même genre de réflexion, toutes proportions gardées. Je n’ai pas vraiment de problème de poids et jamais fait de régimes (d’avoir découvert Zermati ici m’a conforté dans cette idée), mais je me suis dit que je mange quand même équilibré, ne grignote pas mais parfois prend un goûter, et pourtant j’ai ces 4/5 kilos qui je trouve sont en trop …
    Après la lecture du billet, je me dis que ma foie, ça doit être mon poids de croisière et autant les accepter.

    Répondre
  38. Hepner a dit…

    Bonjour à tous ! Caroline, je lis régulièrement tes articles, dont je me délecte à chaque fois. J’ai souvent eu envie de commenter ton blog, mais je ne l’ai pas fait jusqu’à aujourd’hui (je ne saurais pas vraiment dire pourquoi, en fait…). Une première intervention aurait mérité une présentation, que je ne ferai pas pour ne pas lasser tes lecteurs !
    Aujourd’hui, j’ai vraiment envie d’intervenir parce qu’il se trouve que je ne partage pas, mais alors pas du tout, ta vision des « régimes » ni celle des personnes qui ont commenté. Et comme justement, c’est la divergence des opinions qui permet d’enrichir le débat, je me permets d’exposer ici ma modeste expérience.
    Ton billet a m’a forcément interpellée, dans la mesure où je viens de perdre 10 kg. Comme toi, j’ai fait plusieurs régimes, avec plus ou moins de succès, et les circonstances de la vie ont malmené ma garde-robe… Après chaque grossesse, notamment, il m’a fallu lutter pour retrouver un corps que je trouvais « acceptable » (par moi-même, j’entends, bien sûr), sans parler des effets collatéraux d’un cancer qui m’a changée à vie… A chaque fois, me lancer dans un régime a eu un effet salvateur, à défaut de conséquences durables. Oui, réussir à perdre du poids était et reste un « challenge » magnifique, et me donne immanquablement la sensation de prendre ma vie en main, de maîtriser le monde qui m’entoure à travers ce qui passe dans mon estomac. Vision de la vie peut-être réductrice, j’en conviens, et certainement un peu immature, mais qu’importe : le bien-être l’emporte très largement sur les privations (que j’essaie de limiter quand même, merci WW) et les contraintes. L’amélioration de ma qualité de vie et la satisfaction immense de sentir que je « reprends la main » sur ma vie n’ont pas de prix et valent bien quelques « calculs » de points et de calories. Quand tout va mal, c’est à ça que je me raccroche : la satisfaction que maigrir, je PEUX le faire ! Oui, je suis capable d’obtenir un corps que j’aime regarder dans la glace à la seule force de ma motivation !!! Et ça, c’est un « pouvoir » qui me fait tenir debout… Alors je me suis résignée à faire des efforts pour cela toute ma vie, à partager mon existence avec ma balance, mon podomètre et mon compteur de calories, mais mon « estime de moi » et mon bien-être personnel sont à ce prix.
    J’ajouterais pour conclure que je ne connais, hélas pas le « juste milieu », et ce dans tous les domaines… Donc ou et « lâche tout » et je mange n’importe quoi, ou je compte chaque calorie absorbée et dépensée. A mon âge, je crois qu’il est trop tard pour changer : j’ai le choix entre l’ordre et le chaos, et vivre avec un corps qui me fait horreur m’est insupportable.
    Perdre ces 10 kilos récemment est un pied de nez à la maladie, à ces fichus médicaments qui ont malmené mon organisme, aux circonstances de ma vie actuelle qui auraient tendance à me pousser plus que de raison vers le réfrigérateur. Alors le « régime » (je devrais plutôt parler de « contrôle alimentaire », rééquilibrage, efforts pour bouger plus…) devient une arme, une bouée de sauvetage, un exercice indispensable, une façon de me sentir avancer dans la bonne direction, tout simplement.

    Répondre
    • Caroline a dit…

      je comprends tout ce que tu écris et cette euphorie durant l’amaigrissement je l’ai connue et je peux même la regretter en te lisant. Le problème c’est que moi, je ne tiens pas. Et que je reprends. Et que pour disons un an (et je compte large) d’euphorie et de satisfaction d’avoir perdu, je me cogne deux ans de reprise pas à pas, avec l’estime de soi au plancher, la peur au bide de monter sur ma balance, l’envie permanente de manger tout ce dont je me suis privée. Je ne suis pas prosélyte, chacun fait comme il peut je crois. C’est juste que moi je suis arrivée à un moment de ma vie où j’ai compris que oui, je PEUX maigrir, mais que non, je ne PEUX pas rester mince sans des efforts permanents 😉

      Répondre
  39. rideerieuse a dit…

    J’aime bien lire ça, un peu de recul par rapport à la balance. J’ai pris 10 kg en 35 ans et je me dis – c’est mieux que 35 kg en 10 ans. Pendant des années, j’ai dit que c’était les kg des grossesses qui étaient difficiles à perdre. Quand ma dernière fille a eu 20 ans, j’avais encore les kg de grossesse. Je confirme, ils ne sont pas partis. à 55 ans, je confirme que les kg de grossesse sont difficiles à perdre.

    Répondre
  40. sysyinthecity a dit…

    Je faisais du 40 après ma cinquième grossesse, j’ai pris 10 kilos il y a 3 ans cause soucis dans la vie, je n’arrive plus à les perdre, après 40 ans c’est difficile. mais quand je te lis j’envie le fait que tu aies réussi à lâcher prise, je n’y arrive pas ça me rend vraiment malheureuse, la hantise du maillot de bain, voir mes photos, les tenues que je pouvais porter… enfin bref un grand bravo à toi !!

    Répondre
  41. Nade a dit…

    Heureusement que tu as changé le nom de ton blog sinon ce ne serait pas 3 mais 10 demandes de journalistes que tu aurais eues !
    La vraie difficulté pour moi a été de trouver la bonne distance avec mon poids, toi, Zermati et mon cher yoga y sont parvenus .Maintenant, je me penche plutôt vers la qualité de ce que je mange, en essayant là aussi de rester à la bonne distance…..
    Bonne journée à tout le rade !

    Répondre
  42. Mel (une autre) a dit…

    Je retiens qu’on a un autre point commun que l’âge : le fait d’être gauchère ! 🙂
    Je me demande s’il y a beaucoup de personnes qui n’ont aucun rapport conflictuel à leur corps à un moment ou un autre de leur vie. Toute l’idée de l’acceptation de soi et de l’amour de soi, c’est un très vaste sujet. En tout cas, la lecture de ton billet fait du bien et incite à prendre les choses comme elles sont. Du point de vue de la morphologie et du métabolisme, je ressemble clairement à l’ado que j’étais en 4ème et qui se lamentait d’être trop grosse (alors que je n’ai jamais été en surpoids, c’était toujours ces foutus 2,3,4 ou 5 kgs en trop). Ce qui m’a préservée du surpoids je crois, c’est que je n’ai jamais fait de régime, j’aime trop manger pour cela, et je suis bien trop flemmarde pour compter les calories. Côté acceptation, il y a encore du chemin, mais je ne désespère pas.

    Répondre
  43. nostrovia a dit…

    Je partage le même plaisir (jubilation en fait) de savoir que plus Jamais je ne ferais de régime ,je n’ai plus de balance depuis quelques années déjà mais j’avoue que depuis que je ne scute plus mes bourrelets ,le zoom s’est recentré sur le visage : tu sais que t’es vieille quand t’es content que ton gras fait effet hyaluronique sur tes rides !
    Une excellente journée à toi Caro et aux visiteuses du jour .

    Répondre
  44. Calista a dit…

    La nutrition, c’est à mon avis une vaste fumisterie 🙂 je grignote pas mal entre les repas et je mange trop le soir (tout ce qu’il ne faut pas faire !) et je flotte dans du 34. Le pire c’est que ma mère et mes soeurs font au dessus du 44 ! et ma mère me disait l’autre jour qu’enfant je faisais déjà l’inverse de ce qu’il fallait en m’enfilant des paquets de gâteaux ou du chocolat entre les repas. Mes parents étant intelligents et voyant que j’étais maigrichonne ont laissé faire. Donc quand je vois les régimes et autres trucs du genre, a me fait hurler de rire.

    Répondre
    • Caroline a dit…

      je pense comme toi que mère nature est une belle garce qui ne dote pas tout le monde des mêmes atouts. Peut-être aussi que même en grignotant et en mangeant trop le soir, tu manges moins de calories que tes soeurs et ta mère dans la journée. Je crois que la clé de tout ça est là. Ce n’est pas ce que tu manges qualitativement qui compte mais uniquement la quantité (pour le poids, hein, pour la santé probablement que varier les plaisirs c’est une bonne chose, mais là aussi franchement je crois qu’il faut se calmer avec le « bien manger ».

      Répondre
      • celine2102 a dit…

        Et comme le fait d’être gaucher ou droitier, il y a un métabolisme de base propre à chacun conjugué à un flore intestinale elle aussi unique à chaque être qui fait que notre poids de croisière est celui auquel on est sans effort particulier et hors objectif de maîtrise. De même, je suis d’accord qu’on ne se rend pas forcément compte du nombre exact de calories ingurgité (en trop ou trop peu).

        Répondre
        • Les yeux dans les arbres a dit…

          Je confirme le concept de « métabolisme de base »… qui, me concernant, fait de moi une maigre constitutionnelle. Je fais trois repas par jour, je goûte et je grignote par-dessus le marché, et pourtant je ne dépasse pas la taille 36. Et donc, une question (sérieuse) me vient (même si j’ai fini par m’accepter ainsi) : est-ce qu’en « zermatant » je pourrais grossir un peu ? ou alors dois-je me mettre à fumer pour arrêter par la suite… en vue de prendre des kilos ? (je plaisante, là, hein !) Parce que tout de même, 1 mois après mon accouchement, je pèse 49 pauvres petits kilos pour 1,72m. Alors certes certaines peuvent m’envier mon ventre plat, ma silhouette « élancée » inchangée, je peux bien sûr le comprendre. Mais je n’ai pas envie de me transformer en bâton de bois et je lis déjà le soupçon dans certains regards…

          Répondre
          • celine2102 a dit…

            En « zermatant », tu apprends à être gentille envers toi et ça aide sur le chemin de l’acceptation. Ton corps est tel qu’il est et tant qu’il fonctionne bien, pourquoi vouloir le changer? Pour le regard des autres? Tu es parfaite telle que tu es 🙂 ( tout comme moi qui pour la même taille pèse le double (bon ok fin de grossesse mais bb ne fait pas 50 kg hihi)

          • Mélisse a dit…

            J’aimerais bien faire 1m72 pour attraper les trucs posés haut… en revanche, ça doit t’embêter pour t’occuper de tout petits…
            T’es en forme ? Bah pour les regards soupçonneux inspire du déguisement de Mrs Doubfire…

  45. Sophie a dit…

    Bonjour Caroline,

    Je lis avec beaucoup, beaucoup de plaisir ton blog qui me fait rire et aussi qui m’interpelle parfois. J’ai tremblé pour Jiji et guetté ses photos sur instagram pour vérifier qu’il n’avait pas été raccompagné manu militari à la frontière et j’ai fait hurler de rire ma grand mère de 92 ans en lui lisant ton billet sur la minceur par le froid (les fesses congelées).
    Bref, j’interviens aujourd’hui pour la première fois car j’ai constaté depuis quelque temps que le 40 n’est plus du tout ce qu’il était……Je fais 60kg pour 1m75, je pratique ski, rando, etc…. j’ai donc un minimum d’activité sportive (je vis à la montagne donc ça n’est pas 1 semaine par an). Bref, je me trouve plus dans la catégorie des minces que des rondes. Et bien, je ne peux rentrer dans des 40 qu’à condition de maitriser parfaitement l’apné…..et j’ai enfin accepté l’idée que le 42 était la taille faite pour moi, ronde ou pas…….

    Répondre
  46. Linda a dit…

    Merci Caro pour ce joli billet. Si je le pouvais je te ferai un calin pour te remercier… Il prouve que, s’en détacher est possible.
    Ta vision des choses est si apaisante et en même tps si énérgique. Comme j’aimerai me libérer de tout cela, de ces chaines qui pendent à mon cou (© JJG) 😉 mais je n’ai pas les épaules. Mes kilos me pésent encore plus dans la tête.

    « …c’est que ça n’est plus un « sujet » » Voilà une phrase que j’aimerai faire mienne.

    Bref….je te fais des bises. Et bravo pour le rose et jaune, tu es le soleil du net <3
    L'

    Répondre
    • Caroline a dit…

      attention hein, je ne dis pas que je « m’accepte » ou que je « m’aime comme je suis ». C’est juste que j’ai décidé de ne plus en faire une préoccupation. C’est comme je ne sais pas, reprenons la comparaison avec le fait d’être gauchère. J’ai une écriture de merde, on dirait une enfant de trois ans quand j’écris. Mais c’est ainsi. Je n’aime pas mon écriture, mais c’est moi, voilà. Alors je fais avec 🙂

      Répondre
        • Caroline a dit…

          oui tu as raison. je voulais juste essayer de préciser que ça n’est pas pour autant que je me trouve magnifique ou quoi. Ni que je ne me fantasme pas autrement. Ce qui n’est plus un sujet, ce sont les régimes. Le reste, comme tout le monde, ça va ça vient. Je ne veux pas donner l’impression d’être une sorte de maitre Zen, ce que je ne suis pas 😉 C’est juste que je sais désormais qu’il n’y a pas de solution miracle.

          Répondre
          • celine2102 a dit…

            Celui qui se proclamerait maître zen demontrerait par la même occasion qu’il en est encore loin.
            Même Christophe André se considère comme un tâcheron de la méditation (cf La Grande Libraire sur F5), rien n’est jamais acquis,tout est en mouvement perpétuel. La maîtrise, dont celle de son corps est de ce fait à jamais une illusion.
            Ce que je ressens à travers tes écrits est que tu te sens en accord, en harmonie avec toi, certes, comme pour tout, ces sensations font des vagues, parfois ça monte et parfois ça descend mais globalement, sur la durée, c’est plutôt serein 🙂

          • Mimosas a dit…

            dire que t’aurais pu résumer ton post avec « alors je fais avec » 😉

            Le plaisir de te lire et de lire tous les commentaires ne me quitte jamais, à aucun de tes posts…

            Bonne journée Caro et bonne journée à tous les commentateurs et commentatrices 🙂

  47. Julie a dit…

    Merci pour ce billet… A 27 ans, j’ai passé la moitié de ma vie à me battre contre moi même. J’aimerais trouver cette sérénité dont tu parles, j’ai l’impression qu’elle n’existe pas pour moi. Pourtant je suis normale, ni maigre ni en rondeurs, plutôt mince, mais jamais satisfaite. Jamais à la hauteur des critères que j’ai édicté pour moi.
    Ton article me fait réfléchir, mais surtout envoie un peu d’espoir!
    Merci!

    Répondre
  48. eliiiiiiiise a dit…

    Bravo et merci pour ces mots ( en fait je dis toujours la même chose dans les rares commentaires que je laisse ici )

    Effectivement ce n’est plus un sujet puisqu’au début je venais te lire pour ça, et qu’aujourd’hui ce n’est plus du tout le cas !

    Répondre
  49. Anne-Ginette a dit…

    Ils feraient mieux de t’inviter à une émission sur la bienveillance envers soi-même, y a tant à dire sur ce sujet, et à te lire depuis 10 ans, je trouve que tu y aurais vraiment toute ta place ! Bon évidemment, c’est moins marketing comme sujet…
    Sinon, vive les gauchers/gauchères (j’adore « rencontrer » des gauchers comme moi 🙂 )

    Répondre
  50. Pascale a dit…

    Je pense souvent à cette phrase prononcée par Zermati ou Apfledorfer je ne sais plus, à un colloque du GROS ouvert au public : « si le régime était un médicament, il ne passerait pas la barrière de l’AFSSAPS »
    Pour moi, qui ai fait 72 régimes, perdu jusqu’à 17 kilos et repris tout autant, c’est extrêmement parlant.
    Et comme toi Caroline, j’ai renoncé à la taille 40 (et aux privations) après l’arrêt du tabac (il y a 6 ans bientôt).
    Mais quelle libération…

    Répondre
  51. Val de Bruxelles a dit…

    Je t’envie cette sérénité, avec mes +12kg d’arrêt de la cigarette (enfin c’est pas comme si j’était de nature mince avant) j’y pense tout au long de la journée en faisant pile le contraire de ce qu’il faudrait.
    Parfois je m’imagine qu’un jour, ayant atteint le point de zenitude absolue, mon corps se régulera de lui même et afin j’aurai le poids idéal (60kg/173cm) sans rien faire, juste être naturellement moi (ce qui ferait aussi que je me passerais les brossettes interdentaires à chaque brossage, que j’irais courir tout les jours parce que mon corps le réclame, je ne m’énerverais plus jamais, etc…)

    Répondre
  52. celine2102 a dit…

    Je lis des commentaires de bataille, de lutte, de maîtrise de soi par le contrôle. Le tout dirigé contre soi même.
    Par ailleurs, sur d’autres sujets évoqués sur ce blog, l’envie de partager l’amour, la bienveillance transpirent non seulement des articles de Caro mais aussi de contributrices régulières ou occasionnelles (ce qui fait que j’y viens 🙂 )
    Alors, si la paix pouvait venir au monde grâce ou déjà par la paix avec nous-même?

    Répondre
    • Caroline a dit…

      voilà, moi je ne veux plus être dans la maitrise de moi ou le contrôle, juste dans l’envie, le désir et le plaisir. Ce qui peut parfois impliquer de l’effort (comme celui, là tout de suite, consistant à me mettre au travail) mais comme dirait ma psy, mieux que l’effort, il y a l’élan 😉

      Répondre
  53. Anne a dit…

    J’adore cet article. Ça me fait du bien. Il me semble que je suis dans le même état d’esprit depuis mon deuxieme enfant. Je ne me sens pas toujours canon canon dans mon corps, mais je ne veux pas me priver, je ne veux pas me torturer. Alors je mange comme je veux. Mais je fais aussi du sport. Quelque part, j’ai du arriver à un statut quo avec mes kilos 😉 Bonne journée!

    Répondre
  54. Tatie Coquie a dit…

    Je n’étais pas venue depuis un moment lire tes billets (par manque de temps, trop de boulot) et je suis revenue ici après avoir vu le lien sur twitter.
    Ce billet me fait du bien au moral, vraiment.
    Il est optimiste !
    Pas besoin d’atteindre l’objectif de ressembler à un mannequin, juste s’arrêter et se poser là où on se sent bien. C’est bien que ce soit dit.
    Je comprends que ce ne soit plus un sujet, quand on en arrive à ce stade, c’est qu’on vit bien avec soi-même. J’espère y arriver un jour 🙂
    PS : n’empêche que cet ancien sujet avait permis un super spectacle sur scène, j’avais adoré les pensées d’une ronde au théâtre 🙂
    PS² : c’était le churros sur Europe 1 il y a quelques minutes non? Il a un faux air de Guillaume Canet ! Et j’ai presque compris comment fonctionnait la retraite !!

    Répondre
  55. Madame H a dit…

    Cette acceptation de soi , c’est vraiment ce qu’il y a de plus difficile à atteindre en effet et je suis admirative de toutes celles qui y parviennent …
    Moi, j’étais cette fille qui a toujours été insolemment mince, qui aimait manger et boire et qui faisait toujours un petit 36.
    A chacune de mes grossesses, j’ai pris plus de 25 kgs (et encore je n’en ai jamais mené une à terme !), et j’ai tout reperdu en quelques semaines, retrouvant mon corps de jeune fille …
    Et puis, la vie … Des chagrins, des pertes, l’arrêt de la cigarette, des modes de contraception inadaptés ou pas hyper bien dosés, et depuis 7 ans (j’ai 47 ans) j’ai pris 10 à 12 kgs … je suis passée du 36 au 38, puis au 40, et je ne parviens pas à l’accepter, tout en étant incapable de me restreindre (je n’ai jamais fait un régime de ma vie et je sais que j’en suis incapable !)
    Mais je crois qu’en réalité, au-delà de cette question de poids, c’est le deuil de mon corps de jeune fille et de jeune femme, et donc de ma jeunesse, que je ne parviens pas à faire; c’est « ne pas me reconnaître » dans le miroir ou sur la balance qui m’est si difficile … Bref, l’âge est censé nous rendre plus philosophes, plus détachées sans doute par rapport à notre apparence physique, mais là tout de suite, j’ai du mal … Je vois bien que j’ai une vision déformée de mon corps (de la dysmorphophobie si je ne m’abuse …), puisque je vois toutes les autres femmes plus minces que moi !
    Alors je suis très admirative de cette acceptation que tu décris et j’espère y parvenir bientôt .
    Sinon, dans un tout autre registre, c’est quoi ce billet où il n’y a rien à gagner ???? Même pas un ciré jaune ? Un vrai scandale !!!

    Répondre
    • DOMINIQUE a dit…

      Madame H, il y a un passage qui est, selon les femmes, difficile ou non à passer : celui de la séduction immédiate. Je m’explique. On veut séduire, tout nous pousse à vouloir séduire, que les hommes se mettent à te tourner autour, t’admirent ou te désirent. On est formatées pour cela, fringues, maquillage, apparence toujours l’apparence. Les magazines sont faits pour cela.
      Moi, à 50 ans, nouvelle vie, nouveau milieu et j’ai lâché la rampe. Libérée de cette façon de voir les rapports humains. Les hommes sont devenus des amis, des confidents, et je n’étais plus un gibier programmé. Li-bé-ra-tion.
      J’ai 60 ans et suis tellement apaisée par rapport à ma silhouette, mes cheveux blancs et mes rides. J’ai mon âge de femme normale.
      Alors, Madame H, j’espère pour toi plus de sérénité, car ça vaut le coup de décrocher des standards que l’on nous impose.

      Répondre
          • Mélisse a dit…

            Je plussoie l’indignation du manque de cadeau (tout se perd ma pov’ dame) mais sur la séduction…. c’est très curieux. à poids (conséquent) égal : si je suis bien dans ma tête (bon et que j’ai un peu mis de maquillage, me suis démélée la crinière et mis un fringue de filles) … ben y’a toujours un « appareil uro-génital externe » pour faire de l’eye-checking en mode « y’a moyen ou bien » ? (il paraît que des fois y’a des filles aussi, mais ça je percute jamais)
            (ou alors je me fais des films à mort les jours ou je me maquille… m’en fiche ça fait du bien à mon égo)

          • Daphné a dit…

            Je crois vraiment que le poids n’est pas une question importante dans la séduction – d’ailleurs les hommes qui nous plaisent vraiment ne sont généralement pas des kite-surfeurs, n’est-ce-pas? – mais il faut déjà se plaire à soi-même pour que les autres nous désirent.

  56. Maud a dit…

    Je commente tres peu ici (jamais en fait!) mais je tenais a te dire merci, pour ce billet et pour tous les autres sur la méthode Zermati que j’ai decouvert sur ton blog il a quelques années et qui m’a permis de completement lacher prise avec la nourriture. Quelques années plus tard (et une grossesse), je fais toujours la meme taille de vetement. Pas le poids de mes reves, mais ca m’est complement egal. Bonne journee!

    Répondre
    • yoelle a dit…

      J’aurais pu écrire ce commentaire mot pour mot !
      Je dirais même que de te lire Caroline m’a permis de prendre le « raccourci » vers le lâcher prise et le bien-être, alors que je me suis TOUJOURS sentie trop -trop grande, trop grosse, trop gauche, etc etc). J’ai acheté le livre de Zermati « maigrir sans régime »… et je me suis rendue compte qu’en fait je n’avais AUCUN souci avec la nourriture. Cela m’a remis les pendules à l’heure et depuis plusieurs années j’ai le même poids à 2 kg près (enfin je crois ? m’en fous en fait…), j’ai baissé d’une taille de vêtements et puis voilà, parfois je mange trop, mais au final je me régule et voilà.
      Bref, tout ça pour dire : un grand merci Caroline, car si je vais bien c’est aussi un peu grâce à toi 🙂 (tout cela me semble bien niais, bien que sincère ^^)

      Répondre
  57. SwissGirl a dit…

    Qu’est-ce que j’aimerais avoir cette sérénité sur le sujet… J’ai parfois l’impression que j’en suis proche et puis je tombe sur une photo ou j’essaie une fringue et là tout s’écroule.
    Je me dis que j’ai le temps, que j’essaierai de faire coller ma réalité à mes envies une autre fois… Qui sait, peut-être qu’un jour pas si lointain ce sera le cas ? Ou peut-être que je ferai l’inverse et que comme toi mes envies s’adapteront à ma réalité ? Dans les 2 cas, ça me va !

    Répondre
  58. Christelle a dit…

    Depuis l’arrêt du tabac j’ai pris 8 kg, et au delà du poids que je fais, il y a surtout que je me sens mal dans ma peau parce que je suis beaucoup moins mobile (j’ai du mal à lacer mes chaussures, et ça c’est vraiment difficile à vivre)…. Et ton billet, goood, qu’il résonne en moi!!
    Faire un régime moi aussi je dis plus jamais, pourtant je veux perdre du poids… la quadrature du cercle… donc, sans »faire » Zermati », parce que y’a pas de Médecin dans mon coin et que le linecoaching je le sens pas vraiment.. j’ai décidé la chose suivante : faire du sport 3 fois/semaine (ça fait 6 mois maintenant, sans AUCUN résultat) et depuis 10 jours en mode fractionné ET contrôler ce que je mange en terme de je ne mange pas plus que ma faim. Du coup je note, je repése les quantités que je mange et j’évalue ce dont j’ai besoin et je me rends compte que j’ai pas tant besoin que ça. J’élimine aucun aliment évidemment (je l’ai jamais fait de toute façons, c’est ma chance et mon malheur, je n’ai aucun aliment tabou) et j’ai perdu 1 kg en 1 semaine. Je pense que je fais une sorte de Zermatti, mais sans le doc et sans la méthode je pense pas que ça soit trop le top!
    Du coup, je me demande si ce que je fais là n’est quand même pas un régime?! Bref, je me questionnais déjà pas mal et v’là que tu fais ce billet… 😉 A suivre… (ma prochaine étape pourrait être la RPC)

    Merci en tous cas

    Répondre
  59. Ingrid a dit…

    Je trouve que tu as raison de refuser ce type e interview..il faut arrêter avec les étiquettes et surtout s assumer même si parfois..On préférerait être différente ! 🙂 pour ma part..la méthode Zermati m a littéralement transformé ..je ne supporte plus l idée de régime ou d interdit alimentaire..j en fais un total rejet..et j en suis bien contente ! Comme toi..j essaie de garnir mon alimentation de légumes et de fruits..et de chocolat ! 🙂 et puis le sport m aide à garder un juste équilibre …! 🙂 bref..je valide totalement ton point de vue !

    Répondre
  60. Julie a dit…

    Merci pour cet article, qui décrit bien l’état d’esprit à atteindre selon moi. Faire la paix avec soi-même, et pas uniquement avec son corps, et atteindre la sérénité, le graal !
    De mon côté j’ai vécu les excès inverses (l’anorexie) pendant quelques années, vers l’âge de 18-22 ans. La « guérison » est survenue il y a plus de 8 ans maintenant, et m’a permis de manger normalement, de sortir, d’avoir un poids « normal » ou du moins non contraint, mais au prix d’efforts intérieurs que l’on ne soupçonnait pas de l’extérieur – se répéter des mantras comme « avec qui tu manges compte plus que ce que tu manges » « prendre 1 kilo n’a aucune importance » etc
    Finalement la vraie guérison a mis beaucoup plus de temps à arriver, et c’est tout récemment que j’ai atteint ce stade où l’alimentation et le poids ne sont plus du tout des sujets d’angoisse, et deviennent même des non-sujets … laissant le temps à la vie d’être vécue.
    Maintenant mon quelqu’un non plus n’entend plus parler d’alimentation et de poids… Après 10 ans c’est une belle victoire!
    Je souhaite à tout le monde d’atteindre cet équilibre que tu décris si bien, et de le conserver précieusement !

    Répondre
  61. Nathalie, Poisson Plume a dit…

    Quel billet ! Pourvu qu’il remonte haut dans Google.
    Ah… Si les magazines féminins acceptaient que c’est bien l’idée de ne PAS faire du poids des femmes un pseudo-sujet central de l’année qui nous fait du bien… (serons-nous belles à la plage ? Je dirais plutôt… Fera-t-il beau quand nous irons à la plage, là est la question !! 😉 ).
    Passe une belle année, Caroline. Selon les saisons, tu rentres ou non dans tes meilleurs jeans, mais peu importe : tu apportes toujours avec toi un rayon de soleil dans ce blog. Chapeau. (Et bravo pour la cigarette…)
    Bon jeudi,
    Nathalie

    Répondre
    • Mélisse a dit…

      Faudrait que les magazines de filles cessent la pression normative pour TOUT : avoir le bon mec, le bon job, les mômes parfaits, la déco de rêve, cuisiner comme Anne-Sophie Pic, faire du 34, être dispo pour ses amies/sa mère/la terre entière, avoir tout lu/vu (expo, film), être une chaudasse experte oui mais polie, visiter un pays hors de prix tous les mois, faire du sport, j’ai sûrement oublié une catégorie = c’est de la schizophrénie à ce stade !

      Répondre
  62. Axelle a dit…

    Merci pour ce chouette billet.
    C’est un plaisir de te lire. Et moi, j’aime le ciré jaune, et les baskets rose fluo qui vont avec.

    Je suis relativement en paix avec mon corps (ça a pris du temps), à 38 ans. Il y a d’autres sujets d’angoisse mais ça, ça va.
    Je suis passée à l’adolescence par l’anorexie, pas extrême, mais tout de même : le temps de comprendre ce qui s’était passé, et à lire depuis quelques années ton blog, je ne manque jamais de dire à haute et intelligible voix ce que je pense de la c!!*???*! des régimes. C’est peu dire que je ne suis pas toujours entendue, mais chacun doit faire son expérience, je suppose.
    Eh, les filles, aimez vos rondeurs, si vous en avez : au XVIIe siècle, vous auriez été au top de l’idéal féminin !

    Répondre
  63. Carole Nipette a dit…

    Je ne sais pas si c’est la maturité qui fait que (on ne va pas dire l’avancement en âge dans la vie!) mais c’est ce à quoi on devrait tous tendre : s’accepter et vivre avec soi, ne pas se détester et ne pas en faire un sujet qui prenne le pas sur le reste de sa vie, ne pas oublier de vivre tout simplement ! je n’ai pas fait trop de régimes et j’ai des kilos en trop mais j’arrive à vivre avec et à faire que ça ne me pourrisse pas la vie surtout, c’est déjà énorme (sans mauvais jeu de mot !)… tu as bien résumé une partie de ma pensée !

    Répondre
  64. Isabelle a dit…

    Comment fais-tu pour ne pas connaître ton poids ? Les médecins me font toujours monter sur la balance…et pour certains examens de sang, il faut le donner. Snif ! Je crois que ta grande chance est que l’homme que tu aimes t’accepte telle que tu es et que de plus tu as confiance en lui.

    Répondre
    • Caroline a dit…

      écoute malgré mon hypocondrie je ne vais pas super souvent chez le médecin déjà. ensuite, ma gynéco me connait et elle sait que je n’aime pas monter sur la balance alors elle me demande mon poids et je donne une réponse que je pense être la bonne (si ça se trouve pas du tout mais bon, je me connais, je sais à peu près combien je pèse et si c’était déconnant, j’imagine qu’elle tiquerait). Et je ne dois pas être trop « inquiétante » pour les médecins parce que les deux généralistes que j’ai vus récemment ne m’ont même pas demandé combien je pesais 🙂

      Répondre
    • Jade a dit…

      Perso je fais toujours un petit « caprice » pour que les médecins lisent mon poids sans le dire à voix haute. Je leur dis que quel que soit le chiffre, même « idéal », il ne me paraîtra jamais le bon et que je serai capable de me faire souffrir inutilement avec ça pendant une après-midi entière (alors que je ne sais même pas quel poids je suis « censée » faire pour ma taille). Du coup, même s’ils me disent à chaque fois que je n’ai aucun souci à me faire de ce côté là, ils respectent, et moi, je ne me prends pas la tête pour un bête chiffre 🙂

      Répondre
  65. Sabine a dit…

    Je le trouve drôlement chouette ce billet !
    Je t’ai « connue » grâce à Zermati, mes recherches de l’époque ( ahem il y a bien 5 ou 6 ans ) m’avaient amenée à lire ton blog puis à consulter messieurs Apfeldorfer puis Zermati.
    Très vite, j’ai assidument suivi quotidiennement ton blog parce que c’était toi, que c’était drôle, touchant, super bien écrit…bien des fois, tu m’as redonné le sourire, l’envie, etc ! Et ça n’avait rien à voir avec une quelconque perte de poids.

    Ma thérapie zermati n’a pas été ultra concluante…peut être pas le bon timing…peut être trop de maitrise de ma part…blablabla
    Cependant, elle est restée ancrée en moi et donc plusieurs années plus tard, à force de boulot d’acceptation et autres, je me régule, je perds du poids, je me retrouve…
    Là, je suis enceinte et j’occulte totalement les paroles diététiques à tout va , et, pour la première fois de ma vie j’ai l’impression d’avoir tout bon face aux toubibs : je monte sur la balance on me dit que c’est vraiment bien mais que quand même il faudrait que je prenne quelques kilos ( je suis encore en surpoids alors non merci, et, en plus, je fais comme je le sens, sans restriction ni obligation )… Pour la première fois je crois j’arrive à faire confiance à mon corps ! Puis s’il est capable de fabriquer ce truc dingue inside, c’est qu’il n’est pas si mauvais !

    Bref… Caro ! merci pour ce que tu es !

    Répondre
  66. Angela a dit…

    J’ai fait comme qui dirais ce deuil…. Des régimes et autres culpabilités. Je suis moi dans mon corps. Il m’arrive de ne pas l’aimer mais je me surprends à de plus en plus être satisfaite de son apparence.
    J’apprécie de te lire. J’aime ce réalisme féminin, drôle, doux et bienveillant.

    Répondre
  67. mammouth a dit…

    Je passe en coup de vent, pas le temps de lire les commentaires, mais juste pour te dire (même si je ne te connais pas et nous ne sommes pas intimes) à quel point ton billet me fait plaisir à lire et me rend heureuse pour toi. Vraiment.

    Répondre
  68. Marion a dit…

    Quel joli billet!

    J’ai 28 ans, et j’ai été pas mal emmerdée par mon poids lors de mon adolescence. J’ai toujours été un peu « ronde ». De mes frères et soeurs, j’étais celle qui adorait manger. A l’adolescence, forcément, cela devient un peu difficile à gérer entre le regards des autres, mon propre regard et le celui des parents (pour le coup, surtout celui de mon père). Bref, j’ai eu des troubles alimentaires durant quelques années. Aujourd’hui tout cela est derrière moi et je crois avoir atteint ce fameux point où l’on se sent bien « malgré tout ». Je crois être mince. Peut être pas aussi mince que je le voudrai, ni « mince » aux yeux de certaines personnes; mais je me sens bien.
    J’en discutais avec une amie recemment et nous sommes tombées d’accord sur le fait qu’on aimerait toujours faire deux ou trois kilos de moins. Peu importe le poids qu’on fait. Mais j’aime manger, j’aime cuisiner et me priver, reviendrait à me pourrir la vie.

    Et la vie depuis quelques années, je l’aime drôlement fort.

    Répondre
  69. isa a dit…

    Au fait Caro, tu te rappelles d’un truc que tu avais dit une fois quand tu assistais à un shooting de mannequins?
    Que les filles se jetaient sur le buffet et mangeaient un tas de cochonneries et évidemment, tu rageais parce qu’elle étaient toutes fines.
    J’ai lu ou entendu un truc, c’est que quand elles sont en présence de journalistes, elles ont  » obligation » de manger devant vous et hop après, pas de miracle elles se font vomir.

    Voilà, on nous ment…

    Répondre
  70. The speculoos mum is a doula a dit…

    Merci pour cet article…
    Je commence 2016 en essayant de me remettre a « Zermater ». J’avais bien integre il y a 4 ans et puis un grossesse,suivie de deux demenagements (dont un par dessus l Atlantique) et c est tout foutu. Je me suis mise a remanger avec mes emotions.
    Alors la, j ai commencer a m ecouter a nouveau. Les enfants ont un peu grandi, j ai moins besoin d’engloutir mes repas entre deux cris, une assiette renversee et un enfant sur les genoux. J ai aussi repris la course a pied, essentielle pour moi et pour evacuer mes emotions autrement.
    Et je me sens tellement mieux mais j envie ta serenite…

    Répondre
  71. Carole a dit…

    Tu as bien raison d’arrêter de te battre contre toi-même finalement, car au fond c’est bien une histoire purement subjectivo-obsessionnelle : pendant toute ma décennie 20-30 ans je me suis toujours trouvé grosse d’ici, grassouille de là… (Pour info je mesure 1.78m et je pèse dans les 62-65 kg, je fais du 40 donc tout va globalement pas mal, en fait). Je détestais mon ventre mou et pas assez plat, mes fesses molles et trop plates, mes seins pas assez gros, ma taille pas assez marquée; bref je trouvais toujours beaucoup mieux que moi, dans la rue (Normal, y’a toujours beaucoup mieux que soi).
    Aujourd’hui j’en ai bientôt 38, je fais sensiblement le même poids, j’ai jamais été sportive, j’ai un bon coup de fourchette pour à peu près n’importe quoi et j’ai 2 gosses en bas âge qui sont passé par là, et aujourd’hui quand je vois des photos de moi à l’époque je me dis que j’ai été sacrément con de me retourner la tête avec ces conneries, qu’à l’époque j’étais une « bombe » (comprendre : tout allait très bien niveau IMC) et que je ne m’en rendais même pas compte… Tout est dans sa propre perception…
    Et en fait, toutes ces pensées ne m’infligeaient que malheur et tristesse alors que, ben, il était où le problème ? Nulle part, comme toi…
    Tu as peut-être quelques kilos en plus de nature, eh bien moi je suis poilue (mais je me soigne !), et j’ai eu des cheveux blancs très tôt, bon ben voilà, j’assume ce que j’assume, une fois qu’on a dit ça, on peut vivre, et heureux qui plus est….!
    Tu as bien raison, envoie les tous chier !

    Répondre
  72. Mélisse a dit…

    Ah ben zut : j’avais complètement oublié que tu es – toi aussi – gauchère !
    (ceci dit, les talentueux polyvalents hein… c’est un truc de gaucher qui vit dans un monde de droitiers) (niark niark niark <– ricanement sardonique drôlement mal fait)

    Répondre
  73. Bérengère a dit…

    J’aime ce billet et ce qu’il exprime ! La maturité en fait !! On te sent effectivement débarrassée de tes démons ….n’avais tu pas oublié ton tensiomètre pour les vacances à l’île de ré ?!!!
    Bonne fin de journée !

    Répondre
  74. Amy | Foodetcaetera a dit…

    Je ne peux que t’applaudir sur cette excellente résolution de ne plus te préoccuper, comme sur le fait de manger comme bon te semble. Ce diktat du poids est une belle saloperie qui fait que quel que soit le poids que l’on fait / la forme de notre corps ou la couleur de nos cheveux, on ne sera jamais complètement satisfaite. J’essaye depuis quelques années à faire comme toi, j’ai balancé la balance aux ordures et j’essaye de ne pas trop me préoccuper, mais au final, ce n’est jamais assez bien, et je trouve ça pesant! (Quant aux magazines et à leur prétendue volonté de mettre en avant des personnes rondes, JE RIS en voyant ces nanas en 38. Rondes?)

    Répondre
  75. Frenchie au Canada a dit…

    C’est vraiment un sujet qui m’interpelle, et j’ai en tete depuis un moment de poster un billet sur la confiance en soi. Car a (presque, encore 4j) 31 ans, je m’accepte enfin. Apres etre passe par des troubles alimentaires (anorexie et boulimie) le chemin a ete tortueux.
    Il y a de ca 2/3 ans, je m’etais accepte dans mon 40 et j’avais compris que je ne serais jamais filiforme (ben quoi c’est bien aussi les fesses et les seins). Mais j’ai ensuite pris du poids sans raison, je mangeais sainement et faisais du sport. Et bien j’avais en fait un trouble hormonal et un probleme d’hypoglycemie.
    Du coup, grace a mon traitement, je suis maintenant heureuse dans mon 38. Surtout parce que ma sante c’est amelioree et que je n’ai plus l’impression de gonfler tout le temps.
    Et jolie photo, j’aime bien le manteau jaune et les baskets 🙂

    Répondre
  76. Batice71 a dit…

    Bravo pour ce message et si cela te convient tant mieux ! Les vêtements au cas où, je crois qu’on en a toutes dans nos armoires…moi la première. Après avoir essayé les diététiciennes et autres régimes, j’ai enfin trouvé mon grâal : une psychanalyse et cela me fait beaucoup de bien depuis 2 ans. certes, je n’ai perdu que 13 kilos mais j’ai gagné en confiance et j’ai résolu certains de mes soucis.

    Répondre
  77. nati a dit…

    ça avance grave, c’est super ! moi aussi je crois que je m’en tape : je ne me pèse plus depuis belle lurette… je m’inquiète juste quand je perds trop de poids alors que je continue à manger normalement…mais ça je crois qu’il faut vraiment : c’est un des symptômes d’un état dépressif. Sinon c’est moi en flou derrière toi !!! c’est cool !

    Répondre
  78. Nag a dit…

    Tu as bien raison! J’ai hâte que ça ne soit plus un sujet pour moi aussi malgré mes 2 ans et demi de thérapie avec Zermati puis une diététicienne du GROS. Pas de kilos perdus mais plus de kilos repris et beaucoup plus de sérénité… je suis sur la fin mais j’ai vraiment hâte que ça ne soit pas un sujet pour moi non plus…

    Répondre
  79. Estelle a dit…

    Je suis entierement d’accord. Je n’ai jamais ete adapte des regimes (ni du sport d’ailleurs) et plutot satisfaite de mon corps en general bien qu’imparfait. Je ne fais pas le 36 revE. La grossesse laisse des marques aussi sur la peau. Mais au final, Alhamdulelah. Comme vous le dites si bien, mon corps ne me defini pas.

    Dans le meme temps, si je souhaite reprendre une activite sportive et si je mange sain, ce n’est pas pour maigrir mais pour me sentir bien dans mes baskets. Le sport et la nourriture saine aidant a etre plus active, moins fatiguee et plus heureuse.

    Pardon si je repete les commentaires que je n’ai pas encore lu …

    Ah et sinon, j’aime bien le cirE jaune. Il ferait fureur sur la cote Atlantique 😉

    Répondre
  80. Christelle a dit…

    Je n’ai jamais autant commenté un billet. Je viens de tout lire, c’est juste passionnant. Bravo à toutes, toi, CAro, et tes lectrices, ce billet est riche en tout, et particulièrement en émotion.
    Du coup j’ai mangé un kebab et arrivé à un peu plus de la moitié, j’avais plus faim et bien je l’ai jeté! Un petit pas, après un autre petit pas 😉

    Répondre
    • Selki a dit…

      Bravo Christelle, moi j’y arrive toujours pas après 3 ans de zermatage ! Ceci expliquant peut être pourquoi je me suis stabilisée mais sans maigrir 😉

      Répondre
      • Christelle a dit…

        Quand j’aurai jeté 10 moitié de Kebab, on en reparle, là je suis en plein dans ma réflexion, depuis 2 semaines, plus le billet de Caro du jour, on va dire que c’est facile… m’est avis que ça pourrait ne pas durer (et jeter cette nourriture m’a demandé un effort, j’ai trouvé ça tellement nul, mais il le fallait, et je réfléchis déjà à demander un « demi-kebab », la prochaine fois!!)

        Répondre
        • leyleydu95 a dit…

          Christelle,
          N’hésite plus à demander des « demies portions » ou à ne prendre que l’entrée et le dessert par exemple…ou à demander un doggy bag!
          Au début, c’est une gymnastique puis tu t’habitueras; perso, quand je me pose la question de la satiété et que l’image mentale que j’ai est une poubelle (en gros, je me dis que mon corps n’est pas une poubelle de table), je sais qu’il est temps d’arrêter de manger…mais je le redis, ça ne fonctionne pas à chaque fois!

          Répondre
  81. Violette a dit…

    Moi j’adore les cirés jaunes dans Paris! Et toi tu es vraiment lumineuse Caroline 🙂
    Je confirme qu’il arrive un moment où le poids, ou autre chose d’ailleurs (!) passe à l’as, où on s’affirme comme on est, sans complexe, où on se sent BIEN point barre.
    Et c’est ça l’important dans la vie: être soi…

    Bises à toutes! Et oui, non seulement on aime le blog de Caro mais aussi on aime les commentaires! 🙂

    Répondre
  82. Rose a dit…

    Je ne pouvais pas laisser passer ce billet … En effet, ma vie a constamment tourné autour de ces problèmes de poids. Premier régime très restrictif vers11 ans, reprises de poids régulières suivies de régimes divers et variés. J’ai souvent dit que j’arrêtais les régimes. Mon seul désir était de ne pas grossir. Malheureusement, pour moi, ne pas maigrir signifie souvent grossir ! Avec l’âge, les yoyos, la thyroide & co, j’ai atteint « mon » sommet. Et puis, après t’avoir lue, j’ai rejoint le clan des Linecoaching que je suis plus ou moins et que j’adapte à ma sauce. J’en retiens surtout que le plus important est le plaisir. Alors j’ai jeté mes yaourts 0% et mon beurre allégé et ne m’en porte que mieux. Autre leçon de la vie : je regarde parfois des photos de mes 20 ou 30 ans et je ne me trouve pas si mal alors qu’à l’époque je ne m’aimais pas; Alors un conseil les filles, aimez-vous !

    Répondre
  83. laurence a dit…

    Ah les régimes.
    J avoue j ai sérieusement pensé à faire zermatti et puis j ai lu qu’ avec l arrêt du tabac tu avais recommencé à manger un peu plus. Je me suis dit que finalement mais ça c était pas sur à cent pour cent.
    Alors je n ai rien fait et je suis arrivée à peu près au même résultat je ne réfléchis pas trop à ce que je mange et ma foi ça me réussit plutôt bien.
    Je pense que ta vie est remplie de choses beaucoup plus intéressantes et joyeuses et du coup le poids se fait presque oublié.
    Les régimes et surtout les magazines insuivables nous on pourrit la vie.
    Je suis contente de ne pas avoir contaminer ma fille de 18 ans elle est mince mange à satiété cochonneries ou pas et se pèse trois fois par an. Quel bonheur ! Bonne continuité à toi sur le chemin du lacher prise

    Répondre
  84. Jade a dit…

    Merci,

    De m’avoir fait découvrir Zermati.
    De m’avoir, moi aussi, réconseilliée avec la gestion de mon poids.
    De m’avoir permis de remettre en cause tout ce qu’on avait pu m’apprendre pendant mes études de diététicienne et de ne pas créer de frustration chez mes patients, au nom des fameux « 5 fruits et légumes » si chers à notre PNNS.

    Répondre
  85. dali a dit…

    Bonjour Caro,
    grace à tes conseils j’ai perdu 8 kgs, je fais 74 kgs pour 1M63, je sais que plus bas je pourrais pas, alors je m’en contente et je me dis que la vie est belle tant qu’on a la santé, grâce au ciel, merci de nous faire rire, sourire, amuser et vibrer avec ta jolie plume, bonne et longue continuation et belle vie pour toi et ta famille, bizzz
    Dalila

    Répondre
  86. Carson a dit…

    Merci pour ton billet Caro, ça fait vraiment écho.

    Pour avoir un peu le même vécu que toi et de pas mal de lectrices par rapport à la nourriture, je peux témoigner qu’on peut se sortir de la spirale des régimes et du « mal-aimer » de soi et de son corps.
    Bien sûr j’ai encore des compulsions quand je suis contrariée ou que je m’embête, je ne me flagelle plus après par contre. J’essaye de comprendre pourquoi ça m’arrive encore et je passe à autre chose.

    La nourriture ne prend plus toute la place, juste celle que je lui donne.

    Je vous embrasse toutes.

    Répondre
  87. Xochitl a dit…

    Bonjour Caro,
    Billet fort intéressant qui génère de touchants commentaires. Et me fait réfléchir sur ma propre expérience. Pour ma part j’ai aussi abandonné les régimes depuis quelques années faute de trouver la volonté de les faire. Cependant je n’y vois pas la manifestation d’une certaine sagesse mais plutôt un renoncement. Comme pas mal d’entre vous, semble-t-il, enfant j’ai entendu des commentaires désobligeants sur mon physique et mon poids qui ont un peu plombé l’image que j’ai de moi-même et aussi une mère pour qui gros=moche et laissé aller. Bref j’ai fait des régimes très souvent et surtout fait attention à ce que je mangeais tout le temps. Pour un bon résultat, objectivement j’étais plutôt mince et jolie mais jamais satisfaite de ce poids et de mon physique et toujours dans une vision négative de moi-même. Après deux grossesses je n’ai pas eu la force de me reprendre en main et j’ai laissé s’accumuler une dizaine de kilogs depuis une dizaine d’année. Objectivement rien de grave mais je ne peux plus me regarder dans une glace sans un sentiment de dégout et de rejet. Et pourtant je ne fais plus attention à ce que je mange, non parce que je me suis acceptée comme je suis, mais parce que j’ai renoncé. Entre l’âge, un certain désenchantement de la vie, le manque d’énergie et de projet je me dis ah quoi bon ! Je suis intellectuellement d’accord que l’aspect extérieur, notre image, ne nous définis pas, mais émotinellement incapable de l’accepter.
    Désolée pour ce billet un peu larmoyant et plombant.
    Merci pour le lien qui permet de voir et d’entendre enfin THE Churros

    Répondre
  88. Nine a dit…

    Merci pour ce post et tous ces commentaires que j’ai lu hier soir avec attention. Lire tout cela montre bien combien il est difficile de vivre avec son propre corps et combien la perception de soi-même est quelque chose de complexe, beaucoup plus que la perception que l’on peut avoir des autres.
    Et j’aime savoir que ton lectorat se fournit de la taille 34 aux grandes tailles : pour moi cela confirme que sur ton blog ‘ça’ n’est plus un sujet (ou alors un parmi tant tant d’autres)

    Répondre
  89. Mitou a dit…

    Caro Il y a la solution gym pour acquérir finesse des cuisses et ventre plat .
    Mets toi au pilates deux fois par semaine , tu verras ton corps se sculpter, s’affiner , ton ventre s’aplatir , tes épaules se délier….vrai ! Pas besoin de régime ni de perte de poids , tu te sentiras comme tu veux : délièe . Ce n’est pas une histoire de balance .
    Bon oui ça coûte un peu , beaucoup plus à Paris . Et alors ??????? Tout coûte cher , et se plaire ça n’a pas de prix .
    Bonus du sport , on est beaucoup plus cool .

    Répondre
  90. Ka a dit…

    J’ai lu ton billet en vitesse hier et zappé mon com.
    Je reviens aujourd’hui, la veille de ton billet, j’ai regardé « mince alors », film de C de Turckheim (Grégory Fitoussi figure au générique). Ma scène préférée si je puis dire, quand …. (Catherine Hosmalin nom d’actrice) saute dans la piscine sans faire attention et risque d’écraser un garçonnet (obèse, on est en cure), la jupette du joli maillot de bain qui se soulève avant le plouf!. Le film est léger malgré les soucis de chacun. J’ai assez aimé l’interview de C de T joint au DVD. Y a pas de saison pour regarder ce film. Faut-il dire qu’il est divertissant? Bonne journée

    Répondre
  91. Onze a dit…

    Je ne commente pratiquement jamais mais je voulais juste partager mon soulagement suite à la lecture de ton article. J’ai découvert ce blog l’année de mes 18 ans (il y a 8 donc), en tombant sur l’article de la cabine. Je m’étais empiffrée en une journée l’ensemble des articles déjà écrits (boulimique, mais pas seulement de la nourriture) et depuis je te lis quotidiennement. Je m’étais tellement retrouvé dans les premiers écrits quand tu évoquais les humiliations du quotidien, tes premiers amours, les premiers moments avec le churros (cette rigolade). J’ai un peu évolué depuis mais franchement pas tant que ça. En revanche, voir tout ce qui a changé pour toi et lire ces quelques lignes c’est juste foufou et plein d’espoir. Ça motive à arrêter les régimes, à arrêter d’avoir peur de son ombre dans un magasin ou dans une fête où la jolie robe est obligatoire. Arrêter aussi d’être persuadé de pas plaire.
    Je me dis qu’à ton âge, j’aimerais vraiment avoir atteint cette sérénité, être à ce point sortie de ma zone de confort. T’es un peu le modèle de mes résolutions pour les trois prochaines années (j’ai 26 ans, toi 29, ça fait bien ça : trois ans ? )

    Merci.

    Répondre
  92. Laure-d-c a dit…

    Comme je t’envie…
    J’ai 25 ans et cela fait déjà plus de 10 ans que je me bats contre mon corps. Depuis quelques temps, et depuis toi en fait, j’essaie de l’aider plutôt que de le combattre. Finis les régimes (que de toute façon je ne peux pas tenir)…Mais la quête de l’acceptation est longue. J’ai lu Zermati et Apfeldorfer, je suis persuadée que ce sont eux qui ont raison. Il n’empêche qu’il m’est difficile de ne pas céder à l’appel des sirènes du régime miracle ou du programme sportif qui me fera ressembler à une bombe en deux mois.
    J’essaye de mieux gérer les retours à la maison après le travail, c’est le moment le plus difficile pour moi. Si je mange à ce moment là, je ne peux plus m’arrêter, je culpabilise et ma soirée est gâchée…
    Bref, merci de m’avoir fait découvrir Zermati, il me permet d’imaginer qu’un avenir plus serein est possible. Un avenir où la nourriture ne serait pas obsédante…

    Répondre
  93. Liberty Riveter a dit…

    A 34 ans, je ne suis pas encore totalement dans la réconciliation et l’acceptation de mon corps…

    Note d’espoir : je m’en rapproche petit à petit. Je suis déjà un tout petit peu plus consciente que je ne ferai jamais un 34-36, du coup, je n’achète plus du tout de vêtements dans cette taille en me disant que cette année, le mois prochain ou la semaine prochaine, promis juré, je me mets à la soupe à chou et à l’eau 🙂
    J’achète du 42, de la taille L ( voire XL pour les collants) et déjà, pour moi, c’est une grosse victoire que d’avoir franchi ce cap ! Ca montre que je suis de plus en plus réaliste, de plus en plus consciente de ma morphologie et de moins en moins dans une vision déformée de mon corps.

    Aussi, je mange des gâteaux, des pommes de terre sautées, des saucisses et même du fromage 20% ( et plus 0%) sans trop culpabiliser ou avoir envie de me faire vomir. Et ça, c’est vraiment génial !!!!

    Je travaille dur pour entrer dans la sérénité, j’espère que j’y arriverai bientôt 🙂

    MERCI pour ce magnifique article et merci aux commentatrices pour leurs posts aussi éclairés.

    Répondre
  94. marieal a dit…

    c’est drôle, j’ai posté le même genre de réflexion sur un site FB de course à pieds féminine, 24h avant toi parce que ça me désolait de voir des filles hyper fines culpabiliser parce qu’elles craquaient sur du chocolat , tout ça parce qu’elles avaient un kilo à perdre …
    mais c’était surement moins bien écrit que toi! d’ailleurs, vu certaines réactions, je n’avais pas réussi à me faire comprendre…du coup, je leur ai mis ton sujet en lien pour éclairer mes propos. Merci pour ce coup de main 🙂
    et bravo pour ce lâcher prise total sur le contrôle, je n’y suis pas encore sûre d’y être tout à fait (car je maigris pour l’instant…pas vite mais j’ai perdu 2 tailles de pantalon en 1 an donc difficile de dire si j’accepte de faire définitivement le poids que je fais) mais ce qui est sûr c’est que plus jamais je ne pèserai, compterai , ou écarterai un aliment juste pour maigrir.

    Répondre
  95. Sophie a dit…

    Pour moi aussi, plus de régime pour de multiples raisons mais en premier mes soucis de santé qui une année m’ont fait perdre 20kg et cette année là, j’ai été contente en fait d’avoir été en surpoids avant, j’avais de la marge :). Depuis , j’ai repris ce surpoids à un kg près, ce qui m’a fait dire que j’étais constituée ainsi et qu’aucun régime ne pourra y faire grand chose.
    Actuellement, les soucis de santé sont revenus et je me dis que j’ai bien eu raison de ne pas me priver car l’année va etre difficile 🙂

    Répondre
  96. Loulou a dit…

    Bonjour,

    J’ai fais le même choix que toi, à savoir, le détachement.
    Le poids qui fais des yoyos, le régime et les 10 kilos repris derrière j’ai connu ça aussi. Je suis une mangeuse « émotionnelle » et c’est vrai que c’est assez dur à contrôler. Et il faut dire qu’à Paris, le fait de pouvoir se faire livrer à peu près tout ce qu’on veut quand on a la flemme de cuisiner est assez néfaste…
    J’ai tout de même l’objectif de perdre mes 10 kilos en trop mais en y allant tout doucement, à mon rythme, juste en modifiant quelques petites choses dans ma vie quotidienne et sans me priver. Si j’ai envie d’une pizza, je la mange et sans culpabiliser. Mais j’essaierai de me calmer un peu sur le repas suivant ou à un moment donné sur la semaine.
    J’ai adopté des recettes gustativemment satisfaisantes et j’essaie de faire un peu plus de sport mais toujours sans me forcer, en gros si j’ai la flemme, je n’y vais pas.
    Et je vois que petit à petit mon corps « dégonfle »et ça me fait du bien. J’ai tout de même appris à le regarder différemment, à le trouver beau, et à en prendre soin.

    Quelques bonnes idées recettes sur ce blog: The roasted root, notamment la « Taco salad » ou comment transformer la mal bouffe en une recette saine…testée ce weekend et j’ai adoré!

    Répondre
  97. Bénédicte a dit…

    Quelle qualité dans les commentaires ! Bravo caroline, je ne sais pas si d’autres blogueurs/euses ont ce réseau bienveillant et intelligent autour d’eux, crois moi, ça compte beaucoup, un grand merci.

    Répondre
  98. Cilce a dit…

    Merci Caro pour ce billet!
    Je suis exactement dans le meme etat d’esprit par rapport a mon corps et aux kilos! Et la balance, je la frequente uniquement chez le gynéco…une fois par an, et aucun stress a monter dessus!
    Par contre, contrairement à toi, je ne regrette pas cette partie de ma vie où je me suis battue contre mon poids! Au contraire, c’est ça qui forge ce que je suis aujourd’hui!
    Et pour le coup, avoir été ronde ado, et maigri grâce à WW, repris puis reperdu un peu grace a Zermati, je trouve que c’est un beau parcours d’acceptation de soi! Je suis tres fiere de moi, d’etre passée à autre chose (mine de rien, ça prend du temps ces conneries 🙂 ) et d’avoir acquis une certaine sagesse!
    Et, egoistement, ce qui me fait le plus plaisir en me comparant avec mes copines du lycee, c’est que moi, je n’ai aucune nostalgie de mon corps d’avant (il etait pas terrible!)…je suis juste dans le plaisir de mon corps d’aujourd’hui, qui me porte et me fait avancer tous les jours, que je trouve bien, avec ma bouille tjs aussi jolie…et mes rides qui pointent le bout de leur nez!
    A bas l’autoflagellation!

    Et Happy 10 ans Caro!

    Répondre

Vote commentaire

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>