La culotte clandestine

Honte

J'ai la sale manie quand je me déshabille d'enlever pantalon, culotte et chaussettes en même temps et de balancer le tout dans le sac à linge sale.

Jusque là, je ne voyais pas trop le problème.

Maintenant, si.

Vu qu'hier je me suis retrouvée avec une culotte roulée en boule dans une jambe de mon jean huilé.

Je m'en suis rendue compte à 18h45 lors d'une réunion dans le bureau de grand chef.

18h45, putain.

Après environ une vingtaine d'allers-retours dans l'open-space, deux réunions et un rendez-vous à l'extérieur. Tout ça en étant convaincue d'être au top dans ma nouvelle chemise en jean. Courte. La chemise.

Je vous laisse je vais me pendre dans mon four.

Edit: Je ne sais pas. Je ne sais pas comment j'ai pu ne pas m'apercevoir de la présence de cette culotte. Et oui, je me demande depuis si elle s'est contentée de se planquer au niveau du genou ou si elle a commencé la journée en haut de la cuisse pour migrer petit à petit vers le mollet, là où elle se trouvait quand je l'ai repérée.

Edit2: Je confirme, il est tout à fait probable que certains aient pu penser qu'il s'agissait d'une fugue de serviette hygiénique. Ou alors qu'au lieu de planquer mon mouchoir dans ma manche comme les enfants j'avais moi cette petite manie de le glisser derrière mon genou.

Edit3: En même temps ça aurait pu être pire. Si. Mon slim était rentré dans des bottes hier. Ce qui m'a probablement sauvée d'une chute de la culotte sous le bureau de bigboss aux alentours de 18h46. 

Edit4: Elle était PROPRE. Si.

Edit5: Dans la famille denim j'ai aussi acheté la jupe, à monop. Ah ben moi on me dit que le denim c'est le nouveau noir, je fonce.

119 comments sur “La culotte clandestine”

  1. Shyze a dit…

    Ahahaha! Trop forte cette Caro! :D
    Ça fait très Bridget Jones comme plan.
    Ceci dit je ne me moque pas, ça pourrait très bien m’arriver. Je ne comprends juste pas trop comment tu as pu ne PAS la sentir, mais au moins la journée démarre avec un éclat de rire. :’)

    Répondre
  2. marykos a dit…

    J’ai un jour,été travailler avec un escarpin et une chaussure à talon compensé.Et évidemment,je m’en suis rendue compte une fois assise en face de mon chef.Je n’ai tjrs aps compris comment j’avais pu marcher du parking au bureau sans m’en apercevoir.

    Répondre
  3. J F F GrandsLieux! a dit…

    Les choses arrivent parce qu’elles doivent arriver.
    T’en fais pas, Caro, si quelqu’un l’a vu il a pensé que c’était un pansement sur la cuisse ou sur le mollet qui s’est entortillé et fait la malle !
    Bon, maintenant j’imagine que tu enlèves le jean puis la culotte…
    Bonne journée !

    Répondre
  4. Estel a dit…

    Une fois c’était ma chaussette toute fine, coincée dans ma jambe de pantalon et que je n’ai vu que le soir. Traumatisée, aussi j’étais. Donc je compatis !!!

    Répondre
  5. majusdule a dit…

    tout pareil mais c’était mon fils de 5ans… je l’amène à l’école, arrivée sur le seuil quelqu’un me dit “il perd quelque chose votre fils là”… le slip était parvenu au stade “chaussure”… big honte, je le fourre dans ma poche, jusqu’à ce que 2h plus tard au boulot en prenant mes gants, je fais tomber le dit-slip ! “mais qu’esse tu fous avec une culotte de ton goss ds ta poche ???????????” hum…

    Répondre
  6. nade a dit…

    Et c’est aujourd’hui que ce bon Docteur Zermatti se décide à venir jeter un coup d’oeil sur ton blog pour voir ce que tu écris sur sa méthode ……
    ha ha
    Caro, tu me fais mourir de rire !

    Répondre
  7. Caro d'ardèche a dit…

    Si ça peut te rassurer,

    Il y a des millions d’années lorsque j’emmenais ma L à la crèche nous devions enfiler des jolis petits chaussons en plastique bleu poubelle par-dessus les chaussures (ou quitter les chaussures) pour ne pas salir. Un matin j’ai traversé la moitié de la ville avec sans m’en apercevoir (malheureusement j’ai du être la seule à ne pas les apercevoir). Par la suite j’ai quitté chaque matin mes chaussures en me disant que repartir pieds nus je m’en apercevrais.
    Plus tard ma L m’avait fabriqué un splendide et immense (style assiette à dessert) collier coeur en carton monté sur ruban frizouilli de cadeau. le lundi matin suivant la fête des mères, elle m’attendait près de la porte pour le mettre autour du cou avant de partir. C’est léger le carton…..je suis rentrée dans mon bureau après avoir traversé tout le lycée un peu avant 8h avec cette magnifique pièce de jollaillerie.
    Mais longtemps après, cet été à Paris j’ai croisé une fille toute mince vêtue d’une petite jupe légère et fleurie, l’air enjoué et désinvolte. Je me suis retournée pour appeler les enfants qui trainaient derrière en me disant qu’elle était belle et là j’ai vu une magnifique fesse droite, sa jupe était restée coincer dans sa culotte. J’ai hésité et puis je me suis dit qu’il fallait que j’arrête le carnage. J’ai pris mon air le plus discret et sincèrement désolé. Je l’ai vu se désagréger sous mes yeux, défiler tous les lieux qu’elle avait du traverser. Je compatis encore…..
    Alors en arrivant au boulot ce atin dis toi que tu n’es pas seule et penses à de jolies chaussons bleus outremer ;-)

    Répondre
  8. zaza a dit…

    Caro tu es unique !!!! 18H45 purée 18H45 !!! un truc de ouf !!!

    Par contre pas top les collègues de ne pas t’avoir fait une remarque discrète… En fait trop jalouuuuuuuuuuuuses de ton rouge à lèvres !!!!

    bises et merci pour cet éclat de rire !!!

    Répondre
  9. nath a dit…

    C’est bon, ça !
    Et aussi l’histoire des chaussons bleus de Caro d’Ardèche !! (décidément, il doit y avoir un truc avec le prénom ;-))

    Il y a quelques années, une copine s’est retrouvée à refaire sa queue de cheval dans l’ascenseur de son boulot : elle s’est rendu compte que ce qu’elle tenait dans sa main n’était pas un chouchou noir, mais un STRING.

    Bizarrement, je crois avoir déjà raconté cette histoire ici…?! c’est un classique !

    Répondre
  10. leyleydu95 a dit…

    J’ai la facheuse manie de mettre un mouchoir dans mon soutien gorge…pas pour grossir ma poitrine,Nooonnn !…pour me moucher ou essuyer le bec sale de Petit Poupou…et régulièrement, il glisse de la bretelle et tombe de ma chemise/pull/gilet/tee shirt…
    Bon, j’ai l’air bête à chaque fois mais tout le monde autour de moi est au courant alors on me prévient maintenant !

    Et aussi, régulièrement, je mets ma culotte au linge sale avec le protège slip collé dedans…ça se lave très bien le protège slip en machine…et même pas ça “pluche” !!

    Ca doit être ça le surmenage…

    Répondre
  11. fabienne a dit…

    ça aurait pu être pire … si si
    ce qui est arrivé à ma maman, un jour, pantalon, pareil probablement la technique de déshabillage …
    devant des gens, elle sent quelque chose dans son mollet qui descend et la gène, et se baisse tout en parlant, et tire ce qu’elle croit être un mouchoir ? un ? en fait une culotte ben visible, qu’elle se retrouve à avoir en main, en train de la regarder perplexe, en même temps que les personnes à qui elle parlait …
    je peux te dire que c’est restée une des parties de fou rire en famille cette histoire …

    Répondre
  12. zézé a dit…

    Mouah ha ha! Mouah ha ha!!
    Merki Caro!!!
    Le truc c’est de ne plus mettre de culotte… c’est mon idée, elle vaut ce qu’elle vaut! ;)
    Autrement moi je suis une adepte du spray ultra-fixant pour ma coupe de punk, mais version planeur c’est en guise de déo sur aisselles pas forcemment époilées!!
    Ça colle un chouïa…
    Et l’inverse bien sûr:
    coiffage au déo… heu là, ça tient moins bien!!

    Répondre
  13. Mariléti a dit…

    Mouaaaaaarf “je vais me pendre dans mon four” merci pour l’éclat de rire.

    Quand j’étais ado, j’avais pas un pet de poitrine et c’était un drame dans ma vie, mais alors vraiment deux gouttes d’huile sur une tôle, rien pour retenir les bretelles des tops ficelle qui étaient déjà à la mode (enfin j’imagine) à l’époque. Je me souviens encore du regard écarquillé du bonhomme qui ne quittait pas des yeux mes microdoudounes (“ouéééé ça y est j’ai des einss : y’a un mec qui mate ! la teuf allez on fonce chez Etam lingerie je vais faire chauffer la blue card de maman !”) un certain jour d’été, à Toulouse. C’était dans la vieille ville, où on se baladait avec ma cousine, deux ans mon aînée et aussi mon nénée forcément. N’empêche que là, alors qu’on était ensemble ben c’est MA poitrine qu’il matait et toc ! …. tu m’étonnes, la bretelle gauche avait glissé et j’avais un téton à l’air … J’ai réclamé une pétrification instantanée, le bon dieu m’a pas entendue. Putain de sort.

    Répondre
  14. Doloqui a dit…

    Merci pour ce fou rire matinal !
    Mon père, lui, s’est trimballé dans la rue avec le doudou de ma fille posé sur la tête, par-dessus un chapeau, et ce sans ma fille… les gens ont dû penser qu’il était mignon le grand-père et/ou complètement zinzin !

    Répondre
  15. Béline a dit…

    Plus mettre de culotte ça marche pas. Moi j’ai eu le même problème avec une chaussette en boule (propre aussi évidemment!).
    Mais moi mon pantalon n’était pas rentré dans mes bottes. Mais la chaussette a été gentille. Quand elle a eu fini de faire sa sieste au chaud, en fin d’aprem, elle est sortie de sa tanière lorsque j’étais seule dans mon bureau.
    Je me demande encore si quelqu’un c’est rendu compte de cette nouvelle excroissance migrante au cours de ma journée. Personne ne m’en a jamais parlé et bien évidemment je n’ai pas lancé de sondage sur la question.

    Répondre
  16. iibelle a dit…

    ça prouve au moins que le pantalon n’est pas trop serré ( vive zermati ) et l’histoire de la jupe dans la culotte m’est arrivée, j’ai vivement remercié la dame qui m’en a informée au supermarché de mon bled de 4000 habitants. Je ne veux PAS savoir qui j’ai croisé ce jour là et j’ai jeté la jupe trop légère.

    Répondre
  17. kath de Belgique a dit…

    Juste merci ce matin, car depuis 3 jours j’ai
    1) découvert Biolay – respect total
    2) dévoré katarina mazetti
    3) et NON PAS tombée in love avec The Mentalist -j’ai déjà suffisamment d’addictions côté séries télé – donc j’ai préféré ne pas m’intéresser.

    PS -heureusement suis en congé cette semaine
    PS encore – merci encore

    Répondre
  18. Béline a dit…

    Dans la série humiliation du quotidien, j’en ai une autre sympatoche.
    Une pizzeria à Rome. Une grande tablée d’amis. On attend depuis assez longtemps quand nos commandes arrivent. Chacun attrape des mains du serveur la pizza qu’il a choisi. C’est au tour de ma voisine de table. Dans un geste gracieux mais empressé elle avance ces 2 bras vers l’assiette quand on voit jaillir de sa manche courte, telle une fronde, la bretelle de son soutif qui vient de lâcher. Le serveur ne savait plus ou se mettre. Plus de 10 ans après on en rit encore!

    Répondre
  19. tatabricolette a dit…

    Ohlàlà, je compatis, ça m’est déjà arrivée… En même temps, c’est plutôt une bonne nouvelle pour toi, ça veut dire que tu as tellement minci que ton slim est assez large pour laisser passer une 2ème couche, enfin culotte quoi… Bref… Girlpower quoi ;-D!

    Répondre
  20. chatperché a dit…

    Merci pour ce rire du matin
    J’ai pendant longtemps été spécialiste de la jupe coincée dans la culotte. Ce qui a fait que pendant des années, je me suis tenue au jean. Maintenant, je me regarde systématiquement dans le miroir avant de sortir.
    Et je comprends que la culotte ait mis tant de temps à descendre. Parce que le jean huilé, de la Redoute, est serré. Il fait des belles jambes fuselées, certes, mais on ne peut glisser des bottes en dessous.

    Répondre
  21. souslesmots a dit…

    mouarf..dans mes bras Caro !

    Il y a 3 choses sur lesquelles j’étais très fantaisiste : la couleur des cheveux, les chaussettes et les pantoufles.
    L’année de mon diplôme d’Educ j’étais en stage (6 mois) dans un hôpital pour enfant, service traumatologie, cas lourd etc..sérieux quoi. Le matin de la réunion de présentation de mon projet pour le service (comptant pour mon évaluation sinon ce n’est pas drôle) je me suis pointée avec des pantoufles vaches (taches, cornes, pis la totale) au boulot. J’ai pris un bus deux métros, marché 10 minutes et traversé le hall de l’hôpital, pris l’ascenseur et suis arrivée juste à temps pour monter sur l’estrade de l’amphi…devant le professeur du service ponte de chez ponte, les internes, j’en passe..pour les convaincre que ce projet était serieux et avait sa place.

    Evidemment çà n’a pas loupé, e ponte à relevé le serieux de ma tenue comme argument (déjà à l’époque j’avais les cheveux rouges sang et la coupe de Songoku…) quand j’ai vu mes “chaussures” j’ai du virer vert je pense.

    Le seul argument que j’ai trouvé : Quoi mes chaussures ? Elles sont la preuve évidente que personne ici ne peut envisager la vie sous un angle différent.

    Réponse du ponte : je validerai votre projet si et seulement si, vous parvenez à convaincre toutes les personnes concernées en leur parlant AVEC vos chaussures actuelles au pied.

    …Finalement il avait de l’humour le ponte.

    :))

    Le soir je suis rentrée avec des chaussons du bloc sur mes chaussons et curieusement là tout le monde me regardait..allez comprendre =

    Répondre
  22. Heelebore a dit…

    trop drôle, il m’est arrivé un truc dans le même genre il y’a quelques années. Grande fan des culottes en coton blanc et un peu fragile niveau du pif, j’utilisais des mouchoirs en tissu. A l’époque, je vivais encore chez ma mère qui accrochez-vous, repasse, mouchoirs et culottes et les plient avec amour et méthode. Donc, j’étais en terminale, cour de récréation, grand débat sur la dernière interro de bio et boum, je sors mon mouchoir qui en réalité était une culotte blanche (comme mes mouchoirs)… La honte totale! Depuis, j’utilise des mouchoirs en papier même si j’ai le nez ruiné au bout de 24h

    Répondre
  23. abfab a dit…

    Il m’est arrivé exactement la même chose il y a quelques années, sauf que c’est mon “chef” de l’époque, qui m’a dit demandé alors que je sortais de son bureau : “Qu’est ce qui dépasse de ton pantalon en bas ?”, je me penche, j’attrape la chose qui pendouille, et là……..Horreur, ma culotte de la veille !!!
    Donc je compatis, ô combien !
    Et je n’ai plus jamais enlevé pantalon, culotte et chaussettes en même temps !

    Répondre
  24. La Bureautière a dit…

    Mouarf! Ma mère a fait tomber la sienne au marché quand j’étais petite. “Maman, ta culotte est par terre!” / “arrête de dire des âneries et avance…oh, merde!”
    Ne te pends pas dans ton four, surtout, mettre un jean huilé sur le feu, ça ne doit pas être terrible.

    Répondre
  25. Caroline a dit…

    Bon, ok, la culotte qu’on sort de sa poche pour se moucher, c’est pire, hellebore.

    Abfab aussi, c’est pire.

    Souslesmots, c’est… beaucoup pire.

    Franchement merci les enfants, je me sens bcp mieux après avoir lu vos déboires, je sais c’est moche de se réjouir du malheur des autres. Mais c’est drôle aussi, parfois.

    Répondre
  26. Chtip a dit…

    Ha ha ha ha! Merci, mais vraiment merci pour ces fous rires matinaux! Que ce soit ton histoire, Caro, ou toutes celles des commentaires, j’en ris toute seule depuis 5 minutes! Allez, en vrai, même pas je me moque, je suis la telle spécialiste des hontes publiques que ça fait juste du bien de voir que l’on n’est pas si seule!

    Répondre
  27. desperada a dit…

    )))))
    je pense comme Zézé, No culotte no Cry,

    Extrémité libre du rouleau de PQ coincée dans la culotte. Rouleau de PQ déroulé des toilettes à la pièce où se trouvaient tous les invités du nouvel an 1900 et des poussières, comme une traîne de princesse.

    Répondre
  28. La Papote a dit…

    Moi j’dis que t’as du bol dans ton malheur parce que la petite culotte aurait pu se loger au niveau de la ceinture à l’arrière du jean et dépasser négligemment toute la journée…
    Ca m’est arrivé une fois mais j’ai eu la chance que ma fille me le fasse remarquer avant de sortir de la maison. J’aime ma fille ! ;o)

    Répondre
  29. Caroline a dit…

    despe, là je viens d’éclater de rire au beau milieu du bureau. Ok, j’avoue, moi, une fois, j’ai fait tomber un aérosol d’une étagère sur la cuvette des toilettes de gens chez qui j’avais été invitée après trois ou quatre années sans se voir. résultat: la cuvette s’est brisée en deux. Difficile de sortir des wah wah, d’autant que je venais d’y passer une bonne demi-heure à me vider (émotion des retrouvailles ?) et qu’à l’époque mes amis logeaient dans un minuscule deux pièces.

    Il a fallu expliquer le problème de cuvette tout en implorant mes hôtes d’attendre une bonne vingtaine d’années avant d’entrer dans ce lieu sinistré.

    Répondre
  30. Audrey a dit…

    Es-tu allée aux chiottes hier avant de l’avoir découvert ? J’espère que c’est NON car si c’est oui, il est fort probable qu’elle a commencé son trajet bien plus haut (du genre au niveau de la ceinture avec un bout qui dépasse, et comme la chemise était courte …!!!) et qu’elle n’est descendue que vers 17h, justement quand t’es allée aux chiottes !

    Trêve de plaisanteries ! Merci pour ce billet rigolo !

    Répondre
  31. Etincelle a dit…

    ça m’est déjà arrivé avec une chaussette (plusieurs fois) et le pire du pire c’est un tampon (non utilisé hein!) qui est tombé de ma poche en pleine réunion (mais pourquoi ils font des emballages avec des couleurs criardes?)

    Répondre
  32. ElSen a dit…

    Comment commencer sa journée par un grand éclat de rire ? aller sur le blog de Caro !
    Je commente jamais mais là, un tel gros fou rire que je dois te (si le tutoiement est permis) dire merci !
    La bise ensoleillée à la blogeuse et à tous les commentateurs !

    Répondre
  33. emmanuelle h a dit…

    quel fou rire, Caro, tu es exceptionnelle !!

    je me souviens pour ma part d’un moment très pénible….j’avais 20 ans, c’était l’été et je sortais mon chien dans la rue…laquelle était en plein 18° arrondissement, qui comme chacun le sait, est assez dense question population…
    bref, j’avais une robe fleurie et charmante, toute boutonnée devant.
    Je porte mon chien pour traverser les maréchaux et à l’arrivée, je me fais accoster par un charmant jeune homme.
    Et vas-y qu’on discute chien, race de chien, et le votre est charmant, vraiment…et quel caractère a-t-il ? et que mange-t-il ? etc etc

    ouais, jusqu’au moment où j’ai vu que la robe était entièrement déboutonnée, au niveau du buste sinon c’est pas drôle…

    et je faisais du 90 C facile à l’époque….

    Répondre
  34. Alizée a dit…

    Mouahaha! Merci Caro (et les autres, certaines aventures sont pas coton!) de m’avoir autant fait rire!
    Ca me rappelle la fois où en sortant d’un cours de danse, enfin après être rentrée chez moi en fait, je me suis aperçue que ma jupe était coincée dans ma culotte et que tout le monde avait vu mes fesses! MORTIFIEE! Déjà que je n’étais pas très jupe à l’époque, ça m’en a dégoûtée à vie! Caro d’Ardèche, j’aurais bien eu besoin de ton aide ce jour-là!
    Sinon, rien à voir mais j’aime bien ta photo Caro (la même qu’hier, mais cadrée plus bas ;))

    Répondre
  35. cian a dit…

    Excellent, merci ce fou rire de bon matin!!

    Perso, j’ai remonté TOUTES les marches d’une salle de cinéma avec ma jupe dans mon collant….Je n’ai compris qu’en m’asseyant, en voyant les visages hilares des gens retournés sur mon passage…Et tout le monde m’a dit au revoir très gentiment après le film…

    Répondre
  36. emmanuelle h a dit…

    la suite ? la honte !!!!

    je me suis carapatée rouge comme une pivoine, j’ai repris le chien dans les bras pour cacher le tout, j’ai planté le jeune homme et j’ai couru…..

    Répondre
  37. Caledonie75 a dit…

    Moouuuaarrff… !
    Et la serviette hygiénique qui reste toujours au fond du sac à main et que l’on ne trouve JAMAIS quand on en a besoin, mais qui un jour décide de faire un vol plané, à la sortie du porte-monnaie, dudit sac à main jusqu’à la caisse enregistreuse du supermarché et retombe nonchalemment sur le tapis roulant… devant les yeux ébahis de la caissière et des millions de personnes qui attendaient derrière…. elle se place où cette satanée serviette hygiénique sur l’échelle des “GRANDS moments de solitude” ??????

    Bizarrement, je suis toujours en vie !

    Répondre
  38. emmanuelle h a dit…

    j’ai aussi connu le dim up résille noir qui tient plus dès 9h00 du matin….alors qu’on fait cours toute la journée, qui plus est devant des classes exclusivement composées de mâles de 25 ans, dans un lieu peuplé de couloirs cauchemardesques…..

    Répondre
  39. nath a dit…

    Emmanuelle h ;-)
    Moi, un jour à la plage une nana m’a fait remarquer que la ficelle de mon tampon dépassait de mon maillot……………
    Grand, que dis-je, énorme moment de solitude :-(((
    (je ne me suis rendu compte que plus tard qu’elle avait été sympa de me le dire quand même !!)

    Répondre
  40. Arycie a dit…

    Grand fou-rire, merci Caro… Et les autres !
    L’humiliation de la culotte, je l’ai vécue, lorsque j’étais étudiante et que je bossais comme guide dans un château : cadre charmant, mais les wawa du personnel étaient en colocation avec toutes les mouches du canton… Bref, un après-midi, un peu à la bourre, je sors en trombe de ce lieu ô combien bucolique pour assurer ma visite de 15 h 30. Heureusement, j’avais un groupe de rêve : attentif, souriant… Tiens, de plus en plus souriant… J’ignorais que je pouvais être aussi hilarante sur la vinification du vin jaune, moi… Arrive la fin de la visite, au-revoir chaleureux, ils s’éloignent… Mais l’une des filles fait demi-tour, toujours tout sourire :
    -Mademoiselle…
    Moi : “oui ?”
    ” Je peux bien vous le dire, maintenant… Votre jupe est restée coincée dans votre culotte”
    La visite avait duré 45 min… Je me suis liquéfiée sur place, ce qui a permis à la demoiselle et à ses potes d’échapper à une mort violente…
    Et voilà comment on renonce à une prometteuse carrière de tueur en série…

    Répondre
  41. kabibi a dit…

    Oui, alors moi, je ne sais pas si le pire, c’est qu’on te le fasse remarquer, ou qu’on en te dise rien… Moi, à l’époque où j’ai eu une aventure du même ordre d’idée, j’étais dans la foule, en train de faire la queue pour manger au Restaurant Universitaire. Avec tous mes copains. Et là, un parfait inconnu m’a dit tout fort: “Mademoiselle, votre petite culotte dépasse de votre jean !”
    Le pire, c’est qu’il avait raison…
    J’ai voulu mourir. Mes potes, de vrais potes, ont fait comme s’ils n’avaient rien entendu. Pas les gens autour…

    Répondre
  42. Doloqui a dit…

    Si, mon ancien chef a passé la journée avec une fermeture de braguette cassée… quand quelqu’un a osé lui dire, il a mis son pull autour de la taille !
    Un autre collègue, formateur, a craqué son pantalon en se baissant pour ramasser un feutre devant un groupe de 20 personnes !
    Donc oui, ça arrive aussi aux hommes !

    Répondre
  43. Leslie a dit…

    Rapport à l’edit3: C’est ça d’être si mince, non seulement on arrive à rentrer ses mollets dans ses bottes, mais aussi son jean!! Qui a dit que la vie des femmes minces n’était pas plus facile?

    Répondre
  44. Pascale a dit…

    Ah oui mais des fois c’est même pô de notre faute… moi j’ai une machine à laver extrèmement farceuse qui s’amuse à planquer les culottes de ma fille dans nos pantalons! (elle fait pareil avec les housses de couette, je retrouve tout le linge lavé avec dedans)
    J’en ai retrouvé une comme ça qui m’est tombé sur le pied dans l’ascenseur, vu que j’avais repassé mon jean à l’arrache (genre juste un coup sur les jambes 3 minutes avant de partir!), je ne l’avait pas sentie.
    L’autre était cachée dans le jean de mon Chéri, tout en haut près de la ceinture entre la toile et une poche, mon fer à la main, j’ai commencé à le maudire en me disant qu’il avait encore laissé un paquet de chewing-gum dans sa poche (sa grande spécialité) et bien non, j’ai trouvé une Petit-Bateau! Heureusement pour lui, imaginez une culotte de petite fille qui tombe en pleine rue du pantalon d’un mec de 37 balais, y’a de quoi crier au pervers!!

    Répondre
  45. isa - biblioboss a dit…

    -:) j’ai bien ri car comme beaucoup tu m’as rappelé un incident aussi glamour !
    j’ai la facheuse manie de tout mettre dans mes poches quand j’accompagne les enfants à l’école et que je ne prends pas mon sac ; et là je devais payer une sortie scolaire à l’instit de maternelle, donc je mets la main à la poche de l’imper et en ressors….. un protège-slip pliable (non utilisé !!!) à la place du billet de 5 euros ! hum…ce fut un grand moment de solitude.

    Répondre
  46. Alice a dit…

    Ha moi elle était tombée la culotte.
    Bon j’avais 10 ans, c’était en CM2. C’est moins grave, mais je m’en souviens encore de ma culotte au milieu de la cour de récré.
    L’avantage quand ça t’arrive jeune (t’es pas vieille, hein, j’veux dire gamine quoi), c’est que t’es vaccinée (de la culotte dans le jean)pour les années à venir.
    En plus ça ne m’a pas empêchée d’embrasser pour la première fois un mec avant l’entrée au collège!

    Répondre
  47. mariec62 a dit…

    Ca me rappelle une aventure qui m’est arrivée alors que j’étais au lycée. Tous les matins je mettais ma culotte dans ma poche pour la descendre au sale (quelle idée aussi…). Sauf qu’un jour j’ai oublié de la larguer dans le panier.

    En plein cours, j’ai été prise d’une irrésistible envie d’éternuer, et là évidemment, le premier mouchoir que j’ai trouvé, c’était ma culotte de la veille…

    Et pour te prouver que ce genre de connerie arrive à d’autre je me souviens d’un grand moment de solitude dans l’isoloir : j’étais allée voter avec mon chien et je portais une jupe portefeuille. Mon chien m’a tourné autour, la laisse et le rideau se sont enroulés avec la jupe qui s’est ouverte jusqu’à la taille. J’entends encore les commentaires des hommes, hilares, du bureau de vote : “c’est bien les élections quand il fait beau – dommage qu’on ne vote pas tous les dimanches…”. Bref, la honte…

    PS : je profite d’être en vacances pour laisser un com, au boulot je peux toujours lire ton blog mais plus laisser de commentaire depuis le changement d’adresse.

    Répondre
  48. Pascale from Perpignan a dit…

    Une nuit en boite en Espagne il y a une vingtaine d’années… On dansait comme des folles sur la piste quand tout à coup l’une de mes amies se penche pour ramasser sur la piste…. la culotte qui venait de tomber de son pantalon ! Une honte et un fou rire inoubliables !

    Répondre
  49. Labelka a dit…

    Première fois que j’écris bien que je suis depuis longtemps ce site.
    Alors pour la petite histoire, mes enfants (et moi aussi d’ailleurs), se déshabillent comme toi tout un coup (slip, pantalon, chaussettes) et souvent hop dans le bain (et vetements dans le sac à linge sale).
    Un matin je l’habille et direction l’école. Tous les matins, à l’entrée de l’école, on passe devant la directrice qu’est plutôt du style pète-sec, pas du tout rigolote.
    Et là, la maman derrière moi me dit, juste devant la directrice, “votre fils, il a un truc qui dépasse de son pantalon.”
    Je me penche, je ramasse “oh un slip, quelle surprise”
    La tout le monde se met à rigoler et moi, je devient pivoine!

    Répondre
  50. souslesmots a dit…

    :) j’ai eu une période gaston lagaffe prolongée si cela peut te rassurer je ne pense pas que celle là soit la pire..

    Et curieusement en fait, je crois avec le recul que çà m’a aidée à gagner la partie pour le projet ! L’histoire avait fait le tour des étages et les gens attendaient de voir si je me dégonflerais ou pas :) Quand j’arrivais ils avaient le sourire et donc disons que je partais avec un capital sympathie/clown..

    Ces pantoufles sont même devenues un de mes atouts dans le taff, les mômes et les parents étaient pliés de rire quand j’entrais dans les chambres avec çà aux pieds :) Bon par contre fallait assurer pour rester crédible :)

    Répondre
  51. Dina a dit…

    Dans la même lignée, après un passage en cabine d’essayage à H&M, je me suis rendu compte, à la caisse devant l’oeil aguicheur du caissier, en baissant les yeux pour chercher mon portefeuille, que mon chemisier était déboutonné jusqu’au nombril!!! Après m’être baladée 20mn dans tout le magasin, hein, sinon ce n’est pas drôle! (je n’y ai pas remis les pieds depuis…!!!)

    Répondre
  52. Eva au Chocolat a dit…

    Vous la connaissez,l’histoire de la nénette de 17 ans (plutôt timide et gentille fille) qui passe l’après-midi chez son petit copain, et qui au moment de sortir de la chambre dire bonjour à la maman accompagnée d’une amie, se rend compte au bout de quelques minutes de conversation qu’elle a mis son haut A L’ENVERS, avec la magnifique couture bien en relief qui court le long du bras et l’étiquette bien en vue ?

    Et celle de la nana (la même) qui part un peu vite (parce qu’en retard) de chez son petit ami (le même), et qui, la fois suivante, retrouve son soutient-gorge qu’elle avait oublié (déjà faut le faire), sur le bureau, BIEN PLIE, comme seule la maman (la même) a pu le faire ?

    Et cette étudiante qui, pour la première fois, se place dans les premiers rangs de l’amphi à la fac, et qui, après avoir attrapé des documents donnés par la fille du rang devant elle, se rassoit en oubliant que les siègent se relèvent tout seuls, comme au cinéma… et finit sous la table…
    Je crois n’avoir jamais entendu autant de personnes pouffer en même temps derrière moi…

    Tu vois,je suis Pierre Richard, je pourrais en raconter des tonnes comme ça.
    Je crois qu’à chaque fois j’exorcise un peu plus.
    Si si.

    Répondre
  53. Bé@ a dit…

    Et la salade coincée entre les dents!
    Vécue par ma meilleure amie en soirée où était invité un mec avec qui elle voulait sortir. Le mec l’a raccompagnée elle s’attendait à un bisous bisous mais rien.
    Elle a compris quand elle s’est regardée dans le miroir de l’ascenseur de son immeuble. Mdr!!

    Répondre
  54. Gaëlle a dit…

    Super drole!!! j’ai vécu la même aventure il y a une petite vingtaine d’année à Montréal. Comme je sortais beaucoup le soir je passais un temps très réduit pour le déshabillage une fois rentrée. Bref, un soir APRES le boulot je m’arrête dans le métro pour voir des chaussures. Je demande ma pointure au vendeur. Pendant qu’il va chercher les chaussures je reste sur un pouf en regardant mes pieds, et là, je vois un “mouchoir” dépasser de mon pantalon, je tire dessus… ma culotte de la veille!! à pleines mains dans la magasin: J’ai pas pu attendre le vendeur tellement ça m’a fait rire. J’ai filé prendre mon métro, toujours en rigolant. J’ai tellement rit pendant le voyage qui a suivit qu’une partie des gens qui étaient dans la rame riaient avec moi: z’ont jamais su pourquoi ils riaient, eux!

    Répondre
  55. Bé@ a dit…

    Je pose le tableau :

    Jeune fille 14 ans avec jeune garçon 14 ans dans une maison sans parent.

    Le gars en question tanné toute l’aprés midi la jeune fille pour faire LA chose, la jeune fille amoureuse cède.

    15 minutes après, le papa klaxonne dehors pour dire qu’il attend avec son collègue de travail la jeune fille pour rentrer à la maison.

    Cette dernière remonte son pantalon sort vite fait de la maison pour pas faire attendre le papounet et là elle le voit mort de rire avec son collègue.
    Tout le trajet elle ne comprend pas pourquoi ce foutage de gueule!

    Arriver chez elle, elle va voir sa maman pour se plaindre que papounet et son collègue se moque d’elle et qu’elle ne copmprend pas pourquoi.

    A ce moment la dite maman se retourne et se liquifie sur place et d’une voie mono corde dit à sa fille de 14 ans que son pantalon est à l’envers…

    Ma meilleure amie n’est pas sortie de sa chambre de toute la soirée tellement elle était mal à l’aise…

    Répondre
  56. Tangerine a dit…

    Merci pour le fou rire ! J’imagine le coup de stress que tu as dû te taper à 18h45.

    Dans le genre, j’ai fait pas mal au dernier réveillon du 31. Je portais une robe sous laquelle je porte toujours un débardeur, parce qu’elle est hyper-décolletée et le haut étant blanc, transparente. Avant de partir je check tout, maquillage ok, coiffure ok, chaussures ok, sac ok, let’s go. Sauf que j’ai oublié débardeur ok, et c’est en enlevant mon manteau chez l’amie chez qui je passais la soirée que je me suis rendue compte que mon soutien gorge dépassait presque de la robe, et que de toute façon, vu qu’il était noir (bah oui, en plus je suis trop maligne), on le voyait à travers la robe. Et pas de gilet pour dissimuler le tout, bien-sûr. J’en ai encore honte !

    Répondre
  57. amanda a dit…

    t’inquiete t’es pas la seule ! moi aussi ca m’est arrivé et a lépoque du lycée en plus. et c’était la mode du jean pat d’eph , pas du slim…
    alors la culotte je l’ai senti une fois arrivée au mollet, bien en bas sur la cheville, mais personne l’avait vu et je l’ai vite mise dans ma sacoche !

    Répondre
  58. zaza a dit…

    Oh en parlant de salade entre les dents !!!! Et comme quoi meme les people y ont droit !!!

    J’ai une copine et sa soeur qui ont eu la chance d’aller voir Patriiiiick en backstage, à la grande époque de Patriiiiick. Et il venait de manger de la salade, et bien ma copine a focalisé sur le bout de salade coincé entre les dents de Patrick et elle a pas vu autre chose que ça !!!! sa soeur défaillait presque de joie de pouvoir parler à l’idole, mais elle coincée à se demander “je lui dis ou pas ?”

    Alors voilà, meme les people…

    Répondre
  59. Fractale a dit…

    J’ajoute une honte… en 96, je me lève un matin, les pompiers passent vendre leur calendrier. Ils sont drôlement joyeux je trouve…
    Je m’apperçois quelques minutes après leur départ que le devant de ma nuisette est coincée dans la ceinture de mon peignoir… évidemment, je n’avais pas encore mis de culotte (et dans ce cas, zézé, je suis désolée mais ça m’aurait sauvée d’une bonne partie de ma honte! )

    Répondre
  60. evepom a dit…

    L’histoire de la culotte de la veille qui descend le long du jean et commence à ressortir par le bas de la jambe est arrivée à une amie… au milieu d’un aéroport.
    Moi j’ai traversé la gare st Lazare avec ma jupe coincée dans ma culotte… mais c’était moins pire que la fois où un tampax (neuf !) a été éjecté de ma poche et a roulé sous le bureau d’un de mes clients pendant un rendez-vous. Le plateau du bureau était en verre…

    Répondre
  61. chupachup a dit…

    oui ça arrive aussi aux hommes.
    En ballade avec mon ex en plein ete sous 40 degres, on fait une pause sur un banc.
    Je vois tous les regards des passants se poser sur lui:
    Monsieur portait un short sans slip dessous, assis sur un banc les cuisses légèrement ouvertes, on voyait une couille qui sortait et qui venait delicatement se poser sur le banc…

    Répondre
  62. zaz' a dit…

    sur l’ile de Ré, au restau tous ensemble, lendemain de fête, je ne me rappelle plus laquelle, je me lève et Arnaud me demande ce qui dépasse d’une des jambes de mon jean, ah ça euh! rien pourquoi?(ma culotte de la veille), ça doit être pour ça que je n’ai jamais eu grand chose à lui dire….

    Répondre
  63. Nulle en Pseudos a dit…

    haaaaaaaaannnnnnnn! ça c’est du bon moment de solitude. je dis rien, je crois que j’ai pris un abonnement pour ma part, avec pour apothéose une diarrhée explosive inattendue dans les chiottes de mon ancien cabinet, situé dans un ancien appart haussmanien donc wc donnant direct sur le couloir, résultat: standing ovation de l’ensemble des collaborateurs de l’étage lorsque j’ai enfin ouvert la porte (m’a fallu 10 bonnes minutes pour nettoyer la cuvette ET la brosse).

    Répondre
  64. J F F GrandsLieux! a dit…

    Les hommes ?
    emmanuelle h, un grand classique, c’est la braguette, on ne sait pourquoi, qui est restée ouverte toute la matinée… à cause d’un réveil et d’un habillage précipité peut-être.
    C’est quand tu vas aux toilettes vers midi que tu saisis le pourquoi du sourire des petites collègues. Tu rejoins ton bureau en cherchant à être naturel mais bien sûr, tu ne penses qu’à ça et tu fais tes pronostics sur qui l’a vu qui ne l’a pas vu !

    Répondre
  65. Missgavotte a dit…

    J’adore !! ça fait du bien de savoir que ce genre d’incident arrive à toutes ! J’ai déjà vécu le grand classique de la jupe coincée dans la culotte ; j’ai traversée toute une salle (style salle polyvalente de village) remplie de gens qui venaient participer à un fest-noz…

    Répondre
  66. une ronde aussi a dit…

    J’étais au sport d’hiver la semaine dernière.
    C’est là bas que ma dignité est décédée.

    N’ayant pas encore commencé Zermatti, j’étais un peu serrée dans ma combi de ski ROUGE taille 46. En vérité j’étais à flux hyper tendu

    A l’arrivée du telesiège, juste au moment où, si t’as pas d’abdo t’en chie ta race, (et moi des abdos j’en ai peut être mais vachement caché en dessous du reste) ma combi a cédé à la pression , l’altitude sans doute …j’ai entendu crac … cette conne s’est déchirée au cul sur 20 cm.

    Bien evidemment, c’est arrivé en haut du domaine skiable. J’ai du descendre 20 mn de pistes puis retourner à la station en combi rouge éclatée avec la moumoute blanche qui dépasse skis à la main rouge de honte sur 500 mètres.

    Mon mari qui s’foutait de moi en plus:
    “avec ta petite queue blanche, on dirait un faon qui gambade dans la montagne ” ducon va !

    Répondre
  67. Anne la belge a dit…

    Moi, je les cumule…
    Quand j’étais étudiante, en kot (chambre d’étudiant in belge), la salle de bain était à l’étage en dessous…je vais m’y laver, en la quittant je me rends compte que j’oublie ma culotte sale..donc je la fourre dans la poche de mon jeans.
    Une heure plus tard, au labo d’électronique, seule fille de la classe…moi je suis toujours enrhumée, je veux me moucher..
    Je sors la culotte de mon jeans…grand, très grand moment de solitude…les copains (hyènes, va!) se gondolent, moi moins…et je me fais engueuler par le prof, un vieux hargneux qui ne supportait qu’une fille se permette d’assister à ses labos…
    La deuxième, c’est il y a 2 ans, je suis en mission de prévention chez un client, une grande entreprise…la longue jupe de gitane dans la culotte, classique…je m’en suis aperçue en repassant aux toilettes en partant…j’étais allée avant aux wawa à 13H, on était 17H et j’avais circulé dans un atelier toute l’après-midi…Le plus grave : cette mission a duré 2 mois, un jour par semaine..donc la semaine suivante et les autres, il a fallu y retourner…
    Et en plus, je suis ronde!!! chienne de vie…
    Caro…avec toi donc!

    Répondre
  68. Geneviève a dit…

    Pareil avec une culotte il y a quelques années… Culotte tombée dans la salle de repos des petits ! Ca a fait hurler de rire une collègue instit qui a mené l’enquête pour trouver la propriétaire… J’AI NIÉ EN BLOC !!! La collègue a donc épinglé la culotte sur le tableau d’affichage et elle a disparu au bout de quelques jours… Résultats, une culotte perdue !

    Répondre
  69. catou a dit…

    Qu’est-ce que j’ai pu rigoler aujourd’hui en lisant déjà ton texte du jour et toutes les comms suivantes ! J’ai ri toute seule de bon coeur, qu’est-ce que ça fait du bien ! Merci Caro

    Répondre
  70. stephaline a dit…

    MDR !!!!!!!!!
    Perso, y’a quelques années de cela, je me suis tapée une honte du tonerre en plein été.
    Je te passe les details pour ne garder que l’essentiel :

    Ma tenue : petite robe d’été legere (ben oui, en pein été …)

    Le lieu : Dans un magasin de meubles en libre service, j’attendais mes meubles dans la salle d’attente comme environ 100 autres personnes ..

    Le IC : mes anglaises avaient débarquées, j’avais donc la serviette hygienique d’usage …

    Et la, en plein milieu de la salle, J’AI PERDU MA SERVIETTE !!!!!!!!!!

    Quel idée de porter un tanga trop grand les jours de grand rouge !!!!!!!!!!!!!

    Voila, .. tout ca pour te dire que je compatie :-)

    Répondre
  71. proff a dit…

    Sinon, y a aussi le coup des dim up, qui collent bien au cuissot devant le miroir à la maison, qui glissent inexorablement pendant les cours pour finir roulés en boule au dessous du genou (le jour où on a mis une jupe courte, et pas de bottes).
    Ce jour-là, j’ai fais cours planquée derrière mon bureau…

    Répondre
  72. AnneduSud a dit…

    Hilare, je suis litteralement hilare, grace a toi Caro et grace a vous toutes, c est un vrai bonheur mais ce sont aussi de vrais grands moments de solitude…

    Répondre
  73. frederique-etc a dit…

    Je n’ai même pas pu commenter hier tellement je pleurais de rire ! j’étais hilare devant mon écran sous l’oeil étonné de mon chéri ! Et même une fois couchée, je gloussais encore !
    Merci pour cette bonne rigolade, vos témoignages sont top !!!
    Et Caro, après avoir lu tout ça, tu dois carrément te sentir légère !
    (le coup du briquet – tampax, j’ai hurlé de rire !)

    Répondre
  74. nospseudo a dit…

    Ma petite fille commençait à s’habiller seule le matin. J’arrive à l’école. Et je découvre que sous sa tenue fraichement et fièrement enfilée, le pyjama était toujours là. Elle avait juste oublié de l’enlever.

    Répondre
  75. zazzou a dit…

    eh benh je n’ai qu’une chose à dire, c’est du propre !
    j’ai l’impression que des chosez plus ou moins similaires sont arrivées à tout le monde. Pour ma part, on était partis chercher notre voiture qu’on avait garé dans la pampa barcelonaise et on avait nos sac à dos de backbackers. J’étais en jupe vu la chaleur. Pendant tout le chemin, ma jupe est remontée jusque ma taille pour exposer mon postérieur agrémenté d’une culotte quand même. Je m’en suis aperçue en enlevant mon sac, mon copain n’avait rien vu non plus… la honte

    Répondre
  76. Shyze a dit…

    Bin tiens, j’ai perdu mon bas droit ce matin en allant en court. Un bas accroché à une cuisse, et l’instant d’après, roulé en boule sur la cheville. En pleine rue bien sûr.
    Alors on a beau prendre un air “quoi mon bas? Ben ouais, rien n’a fout”, je remonte mes bas en pleine rue, chui comme ça moi”, franchement, fait chier.

    Répondre
  77. Tella a dit…

    Bonjour !

    1er commentaire ici mais il fallait absolument que je te dise que ce matin j’ai pensé à toi que je ne connais pourtant pas.
    En marchant vers mon bureau, avenue de l’Opéra, que vois-je sur le trottoir, un string noir et rose. Je n’ai pu m’empêcher de sourire en me demandant si la demoiselle qui avait perdu ce bout de lingerie, l’avait également oublié dans une jambe de pantalon…

    Répondre
  78. Sandrine a dit…

    Je fais pareil et ça m’est arrivé aussi.
    En revanche, le string puisque c’en était une est lui, tombé de la jambe du jean… dans l’escalier de mon bureau…sous le nez d’une brochette d’ouvriers hilares…Grand moment de solitude.

    Répondre
  79. judith a dit…

    Et oui cela arrive, j’ai eu la même expérience il ya pas si longtemps que çà. Rien d’inquiétant pour moi, la culotte s’était logée derrière le genou et a fait çà vie jusqu’au soir, lorsque j’ai qu’en même senti une petite gène et je l’ai trouvée blottie, souriante…
    Ce qui me préocupe vraiment, c’est que je n’ai éprouvé aucun sentiment de honte. faut il vraiment avoir honte, d’être un tantinet écervelée?

    Répondre
  80. Mélanie a dit…

    Trop drôle! :-D
    Il m’est arrivé un truc similaire, sauf que, va savoir pourquoi et comment, ma culotte s’était logée dans la manche de mon blouson, c’est à peine si elle dépassait pas de la manche… je m’en suis rendue compte après une longue ballade avec des amis, ballade au cours de laquelle je tenais la main, cette main là, à plusieurs moments, à un mec qui me plaisait bien mais que je ne connaissais que très peu.
    Je t’explique pas l’effroi quand je me suis imaginé que, éventuellement, il aurait pu se retrouver avec ma culotte dans sa main…

    Répondre

Vote commentaire

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current ye@r *