Livres pour enfants: la chronique de Marje #7

DSC_0694
Bon les gars. Marje avec Noël, elle rigole pas. A savoir que sa chronique, elle fait un petit peu.. 50 pages. Et ça n’est pas une façon de parler, if you see what I mean. Franchement, s’il n’y a pas un éditeur ou un rédacteur en chef qui finit par la contacter pour lui confier une rubrique dans un mag ou carrément la responsabilité d’une collection, c’est que les gens sont vraiment cons.

Ce qui est une possibilité.

Ceci étant dit moi je me réjouis de la myopitude du tout venant parce qu’en attendant elle est rien qu’à moi, Marje. Et un peu à vous.

Comme Typepad, qui est déjà sous tranquilisants et à deux doigts de la cure de sommeil – sachez que JE NE SUPPRIME AUCUN COMMENTAIRE ET QUE JE MAUDIS SUR DOUZE GÉNÉRATIONS L’ANTISPAM QUI VOUS AVALE DES PAVÉS DE JOLIS MOTS TOUS LES JOURS – risquait de me jeter son tablier à la figure si je mettais l’intégralité de la chronique, j’ai coupé la poire en deux et vous propose ci-dessous une première moitié. Et demain, je mettrait l’autre moitié pour les plus grands.

Et juste là, parce que oui cette fois-ci ça a marché, vive le petit Jésus, les fichiers PDF, l’intégrale ou la liste en format tablette.

Je propose qu’on fasse une hola virtuelle à Marje, sinon.

La chronique de Marje est ici en format intégral
Téléchargement Carobloglijechron7top

et ici en format tablette (super mise en page Marje !)
Téléchargement Minitablocaroblog7

Allez, c’est parti…

– – – – – – – – – – – – – – – – –


PHOTO1(1)

 

N.O.E.L :
Quatre lettres qui peuvent parfois faire froid dans le dos alors que
ce mot devrait rimer avec bonheur, joie et retrouvailles. Ensevelie
sous les catalogues de jouets, couverte de listes d’envies des
enfants, stressée par les étalages qui se vident déjà, j’aimerais
que le PèredeNouel existe réellement et prenne en charge cette
corvée. J’espère que cette chronique vous aidera à remplir votre
panier-hotte. Elle est enrichie ! Je vous présente des coups de
cœur tout frais mais aussi une sélection des coups de cœur de
l’année indiquée à côté du titre. Vous trouverez aussi
quelques jeux que j’apprécie et que nous utilisons fréquemment
avec mes Loups ici et
aussi.


PHOTO2(1)

 

Je tenais à vous présenter aussi mon nouveau compagnon, il s’appelle Georges. Il est écolo, plutôt petit mais craquant à souhait. De caractère aimable et original, je me promène partout avec. Je suis in love de Georges. Malheureusement je dois le partager avec mes enfants … C’est pas juste ! Georges est un magazine original. Les différents numéros sont thématiques et surprenants : vélo, machine à laver, ampoule, lunettes …Composé d’histoires plus ou moins longues, de jeux, de rubriques distrayantes et intelligentes, ce magazine est vraiment un délice à partager. (6€/n°) http://www.magazinegeorges.com/les-numeros/. J’ai exploré quelques créations de papier et je vous présente une sélection des popup qui font des wip, des clips, crap, des bang, des vlops, et des zip shebam visuels !

Je remercie ma correctrice de l’ombre qui trouve du temps pour moi malgré ses 270 copies à corriger. Caro, j’oublie ma zone d’effort. Grâce à cette chronique, je dépasse la zone de confort et je ronronne en zone de réconfort ! Merci sincèrement de me faire confiance et de me porter.

Les dates d’édition sont les dates inscrites sur les ouvrages que je lis. Elles ne correspondent pas toujours avec les dates de dépôt légal.

PHOTO3(1)

 

0-3 ans

De quelle couleur – dépliant

Hélium – 2011 – 9.20 €

COULEUR/EVEIL/ANIMAUX

Tout comme l’imagier ou l’abécédaire, le livre sur les couleurs fait partie des classiques en littérature jeunesse. PetitPetit ayant machouillé systématiquement les livres concernant ce sujet, j’ai décidé de lui en offrir un pour ces deux ans (en vrai, je le lui ai donné avant !). J’ai choisi cet album-dépliant pour sa sobriété et sa simplicité. Six couleurs sont présentées et mises en valeur. Six animaux accompagnent l’enfant dans sa découverte. Au recto, les animaux sont posés en négatif de couleur, au verso, les animaux sont en couleurs sur un fond blanc. La correspondance un animal-une couleur est respectée au recto et au verso. Pour l’instant, mon fils se préoccupe plus des animaux que des couleurs en répétant inlassablement Bonjour, l’écureuil, bonjour l’hippopotame,  …. comme lorsque je lui lis cet album. Depuis quelques jours, il se sert de ce dépliant pour se faire une cabane. Il y enferme aussi ces animaux Schleich ou Lego. J’aurais préféré laisser ce bel ouvrage déplié en décoration sur sa commode mais non, il l’a adopté et ce livre est devenu son jouet préféré.

Pour les couleurs, comme ses frères avant lui, nous jouons avec des dragibus en rangeant ces derniers sur les carreaux de carrelage de la cuisine !

Il faut savoir dire non – M.Doray – 24 p.

Ecole des loisirs – 2006 – 9.50 €

OPPOSITION/PERSONNALITE/ENFANT/REPAS

Après la phase kesce c’est ?, nous sommes en pleine phase d’opposition, enfin je crois que mon PetitPetit est né en mode NON. Cela fait donc bientôt 2 ans, que j’entends en boucle et sur tous les tons : NON, NON avec une variante en NON PAS. Je n’ai donc pas hésité à choisir cet album pour voir la réaction de PetitPetit version Pinochet-Néron. Il a ri, aux éclats, en réclamant au moins quatre fois d’affilée la lecture de cet album. Michatmilapin (je n’ai pas réussi à déterminer l’animal) passe à table mais il ne veut ni petits pois, ni carottes même si elles sont habituellement son plat préféré. Il dit non aux gâteaux et même non aux bisous …Eh oui, il faut savoir dire non. Les situations du repas sont cocasses. Les personnages animaux sont crédibles. Un enfant qui dit non a le regard et la posture qui vont avec : tout le corps dit non. Les illustrations de Malika Doray transcrivent bien cet état émotionnel complet de l’enfant qui s’oppose. J’apprécie de nombreux albums de cet auteur et je vous en présenterai bientôt d’autres.

Si vous êtes en mode survie et que vous souhaitez approfondir cette délicate question de l’opposition avec votre enfant tant adoré ! Ici

Dire non – C.Dolto – F.Mansot – 28 p.

Giboulées – 2007 – 5.80 €

 

Petite main petit pouce – M.Perrin – 32 p.

Seuil jeunesse – 2012 – 11.40 €

JEU/MAIN/RECIT GRAPHIQUE

Ce livre est un livre-jeu mais aussi un livre-objet. Il est construit comme une comptine à doigts. Ce livre cartonné est une belle surprise de la rentrée littéraire jeunesse. Inspiré de la nouvelle vague des livres animés, un peu à la Tullet, chaque double page invite l’enfant à effectuer une action. Ces activités ludiques l’incitent donc à développer son vocabulaire, sa dextérité et son imagination. Concentré et emporté par les jeux visuels d’échelle, mon fils de deux ans adore poser ses petits doigts boudeboudes sur les différents chemins. Il découvre mille façons d’accomplir les missions de chaque double page. Les couleurs intenses sont saisissantes et permettent aux plus petits de découvrir de nombreux détails. Ce récit de pérégrination en mode zoom est à offrir à tous les enfants dès 18 mois.

 

Les chiffres – X.Deneux – 20 p.

Milan jeunesse – 2012 – 13.20 €

CHIFFRE/NUMERATION/COMPTER/SENS

Afin que PetitPetit dépasse le un-deux, un-deux à répétition, je lui ai acheté cet album de numération. Ce livre, épais et cartonné, propose d’aider les petits à découvrir les nombres jusqu’à 10. Chaque double page offre, à gauche un chiffre dont la forme est évidée dans l’épaisseur du cartonnage et à droite, une illustration avec des détails en relief. Pour la page du chiffre cinq, l’enfant pose le doigt sur la page de droite et peut suivre dans le sillon en creux la forme grand format de ce chiffre. La page de gauche offre une girafe et ses cinq taches en relief à compter. Inscrits en rouge sur un fond blanc, les chiffres sont xl. L’enfant visualise et enregistre la forme du chiffre et ses doigts gardent le souvenir de la forme. J’ai apprécié cet album carré tout en relief et en creux. Les couleurs sont franches et les illustrations abouties. La collection propose aussi les contraires, les formes et les couleurs ! Maintenant PetitPetit clame un, deux, quatre, neuf ! Je passe mon tour et je laisse ma place au Père Noël.

L’escargot, paisible dormeur – P.Starosta/B.Liance – 30 p.

Milan  Jeunesse  – 2012 – 11.35 €

ESCARGOT/DOCUMENTAIRE

Les escargots sont souvent les premières victimes de nos bambins. Combien doivent être borgnes, la coquille de travers et le cœur au bord des lèvres après avoir été déportés d’un coin de pelouse à l’autre par des petites mains potelées ? Dès leur plus jeune âge, j’ai essayé de convaincre mes enfants que les escargots n’aimaient pas être manipulés, qu’ils ne voulaient pas finir dans une boîte dans leur chambre et encore moins dans la cuisine. Pendant longtemps, le rêve de mon fils aîné fut d’être conchyliculteur, alors vous imaginez bien que j’en connais un rayon en matière de documentaire sur les escargots. Ce titre est très réussi. Des volets à rabattre, des tirettes à manipuler, des pop-up : ce documentaire est ludique. Les photos réelles grand format sont saisissantes et les enfants découvrent alors l’escargot en mode XXL. La famille gastéropode est passée à la loupe et photographiée de tout côté : la coquille, le pied, les cornes, la peau …. Saviez-vous que l’escargot n’est pas qu’un rigolo, il a quatre lèvres et un appétit dévorant. Malgré sa coquille, les habitudes et les mœurs de notre hermaphrodite sont présentées clairement et avec humour. Je pense que ce documentaire est destiné aux enfants dès 2 ans mais je suis sûre que les plus Grands seront contents de parcourir ce nouveau documentaire.

Dans la hotte du Père Noël, vous pouvez aussi ajouter dans la même collection : L’ours brun, le poney, la coccinelle, la tortue, l’abeille, le loup, la marmotte, le poney. J’ai choisi l’ouvrage sur la tortue pour MoyenMoyen 6 ans.

Mes animauxCollectif/M.Billet – 14 p.

Gallimard jeunesse Musique – 2010 – 9€90 (coup de Coeur février 2012)

ANIMAUX/SONS/IMITATION

Une fois de plus, je ne voulais pas acheter ce livre. J’ai tendance à être une intégriste du livre : un livre qui fait du bruit, n’est pas un livre !!! Mon fils est complètement fan et nous passons vraiment de très bons moments à faire crier les animaux ou les instruments de musique. Ce livre l’incite à imiter les cris des animaux et à répéter les noms des animaux. Même si je ne milite pas en faveur d’une littérature jeunesse pédagogique, l’interactivité l’occupe 5 minutes et je peux vaquer ! Dès 1 an.

Pomme de reinette et pomme d’api A.Louchard – 237 p.

Bayard jeunesse – 2005 – 14.16 €(coup de Coeur avril 2012)

COMPTINE/CHANT

S’il y avait un livre à offrir à un enfant ce serait peut être celui là. Je ne suis pas une férue de chansonnettes et comptines pour enfants mais mon fils a emprunté ce livre à la bibliothèque et nous avons attrapé le virus de la souris verte et de cerf, cerf ouvre moi : Ce recueil de comptines est superbement illustré, la lecture du soir devient originale et permet de calmer un enfant un peu énervé : le chant fait respirer profondément et donc calme les tensions nerveuses. Merci internet pour connaitre les airs de certaines chansonnettes !!!

Du même auteur : Tout un monde A. Louchard et K. Couprie est une merveille d’album. Pas de comptines, pas de chansons mais une succession de créations plastiques qui défilent en tournant les pages en fonctionnant par analogie : les enfants de tous les âges se prennent au jeu et je le range chaque jour à la maison. Dès la naissance.

Un peu perdu –  CHaughton – 32 p.

Edition Thierry Magnier – 2011 –  13.30 € (coup de Coeur avril 2012)

ANIMAUX/PEUR/ANGOISSE/PEREGRINATION/AMITIE

Catastrophe ! Bébé Chouette est tombé du nid ! Quelle angoisse Ou est Maman ??? Heureusement, qu’un écureuil rose passe par là, il va aider Bébé Chouette à retrouver sa Maman en lui présentant différents animaux qui semblent correspondre à la description faîte par Bébé Chouette. Vous verriez la tête des animaux rencontrés … C’est vraiment drôle ! La détresse de Bébé Chouette n’est pas angoissante mais elle correspond bien, je pense, à la peur ressentie ou rêvée par les enfants.

Un album haut en couleur rose, violet, noir, orange : c’est original et très agréable. C’est chouette !!! Dès 2 ans.

PRIX SORCIERES 2012, CATEGORIE ALBUMS TOUT-PETITS

Un amour de ballon – K.Sakaï – 34 p.

Ecole des Loisirs – 2005 – 12.07 € (coup de Coeur juin 2012)

BALLON/ATTACHEMENT/AMITIE/JEU

En voyant la couverture de cet ouvrage, vous devez vous dire que j’ai eu un coup de cœur pour la couverture rose ou bien pour la petite fille à croquer ! Eh bien, non, c’est l’auteur Komaka Sakaï que je cherchais. Cet auteur est une de mes lubies du moment. J’avoue que je ne suis pas déçue de mes découvertes. Un amour de ballon est l’histoire d’une petite fille à qui l’on offre un ballon de baudruche. Après la surprise, l’appréhension, Akiko adopte ce nouveau compagnon et ce beau ballon jaune devient son meilleur ami pour quelques heures. Malheureusement, le ballon s’envole et il reste coincé dans les branches de l’arbre du jardin. Le récit s’arrête sur ce ballon suspendu en l’air … Comme une promesse, comme l’espérance d’un lendemain, comme l’assurance des jeux à venir ! Depuis Albert Lamorisse avec le film le Ballon rouge, on sait qu’un simple ballon peut devenir un ami fidèle. L’histoire est simple mais pas mièvre. L’anthropomorphisme du ballon est juste et retrace bien la relation des tout-petits avec certains objets. La lecture ne dure que quelques minutes et ce temps resseré permet aux plus jeunes de rester concentrés et de suivre tout le récit. Les illustrations sont tout simplement magnifiques, si réalistes que l’on imagine les mouvements d’Akiko pendant la tourne des pages. C’est poignant de justesse et de sensibilité. A lire dès que vous avez envie mais je crois que dès 18 mois, les enfants se saisiront de l’histoire. Précaution d’emploi : à ne pas lire en cas de désir d’enfant non enseveli ! Les crayonnés de la petite Akiko sont juste à s’arracher le stérilet sur le champ !

Depuis la chronique précédente, mon fils est tombé d’amour pour Akiko et il me demande de lire en boucleNe bouge pas ! Encore un chef d’oeuvre jeunesse. Merci Mme Sakaï ! Je pense que ce dernier album peut être lu très jeune car ma future belle-fille Akiko parcourt le jardin en découvrant les animaux : lézard, pigeon, chat. Récit de pérégrination très court et petite surprise finale. Mon fils est vraiment tombé sous le charme et c’est la première fois qu’il demande la lecture d’un livre qui ne soit pas un imagier animalier !

Ne bouge pas – K.Sakaï – 24 p.

Ecole des Loisirs – 2008 – 5.32 €

ANIMAUX/PEREGRINATION/DECOUVERTE DE LA NATURE

Imagier des saisons – Pittau / Gervais – 84 p.

Editions Les Grandes Personnes – 2011 – 22.50 € (coup de Cœur août 2012)

IMAGIER/NATURE/FAUNE/FLORE

Gros coup de cœur pour ce magnifique imagier. Vous savez pourtant que j’ai une indigestion d’imagier mais celui-ci est la quintessence du livre d’images pour petits, un livre dont j’ai rêvé et les éditions Les Grandes Personnes confirment tout le bien que je pense de leur maison. Cet ouvrage est classé par saison. Chaque page présente un acteur du règne animal ou végétal. Chaque tourne de page offre une double surprise. Tout d’abord, un étonnement visuel par la découverte des illustrations proposées et une surprise tactile car certaines pages offrent des volets à ouvrir qui dévoilent, par exemple, l’intérieur d’un fruit, la croissance d’un animal, la maturité d’un légume ou bien son enracinement. Les découpes permettent aux deux éléments de la double page de prendre du relief et de la vie. Tous les sens des enfants sont sollicités car les illustrations sont très réelles. J’ai apprécié que les volets à tourner ne soient pas insérés régulièrement car l’enfant va chercher du regard des indices sur la présence ou non du volet, de son emplacement et de quelle manière il doit le tourner. Les animations créées permettent aux enfants de s’interroger et d’observer autour d’eux pour retrouver les objets, les animaux. J’avoue que certaines illustrations m’ont surprise et ravie : la figue est un bijou ! Mon fils de 20 mois réclame sans cesse ce livre et alors j’entends en bruit de fond « kes ce c’est ? »Je crois que lui craque pour la coccinelle

Le livre des bruits – S.Bravi – 118 p

Ecole des Loisirs – 2004 – 11.55 € (coup de Cœur octobre 2012)

IMAGIER/BRUIT/MUSIQUE/IMITATION

Je pense qu’avec ce livre, certaines d’entre vous risquent de me détester ! Je suis désolée ! Cet imagier sonore est une réussite ! Les enfants même les plus petits adorent et le réclament sans arrêt. Tenez-vous prête à caqueter, à hennir, à coasser, à chouiner. S’il vous reste des forces, vous devrez imiter les bruits de la voiture de police, les sons de la trompette, d’un baiser qui claque, d’une sonnette de vélo qui vrille, d’une goutte d’eau qui tombe, d’une porte qui claque, d’un train qui passe … Les premières lectures, l’enfant écoute et répète les sons. Puis un jour, vous retrouverez votre Chouquinou ou Chouquinette en train d’imiter la grenouille, le poisson et bien sûr la star de ce petit album : le lion ! L’album est solide, cartonné de format 14×14 : parfait pour les petites mains. Si autour de vous, vous avez, je ne sais pas moi, une belle-sœur agaçante, une collègue tire-au-flanc, une lointaine cousine usante, n’hésitez pas à offrir ce livre à son petit dernier : il sera ravi et ce cadeau vous permettra de régler vos comptes ! Dès 1 an.

Pour la nouvelle édition, vous pouvez télécharger l’application : le livre des bruits sur iphone et ipad ! 2.99 €

Mémo des fleurs – J.Safirstein

Edition Mémo – 2012 – 20 €

Ceci n’est pas un livre, non vraiment ! Les éditions MéMo propose deux jeux de mémoire Mémo des fleurs etMémo des feuilles. Je ne vous explique pas les règles du jeu de memory. MoyenMoyen est imbattable au jeu de mémo depuis des années. Nous avons testé plusieurs jeux et il gagne à tous les coups avec une décontraction qui m’horripile qui m’émerveille. J’ai déjà épuisé les mémory Djeco et Ravensburger. Je frôle la crise de nerfs lorsqu’il me propose un mémo des animaux ou de héros de dessins animés. J’ai donc craqué pour ce magnifique jeu afin de perdre en passant un agréable moment visuel. Les illustrations sont savoureuses et les couleurs contrastées. Les fleurs ne sont pas reproduites à l’identique mais elles sont symboliques. Délicates, limpides, reposantes, ces illustrations incitent l’enfant à observer et à mémoriser tout en éveillant son sens artistique. La boîte est une décoration à elle seule et le cartonnage épais me laisse espérer jouer au mémo avec PetitPetit dans quelques mois. Je ne doute pas de sa vivacité intellectuelle et je suis sûre que lui aussi me battra à plates coutures malgré tous mes efforts de concentration et de visualisation. Un petit livret permet de connaître le nom des fleurs présentées. L’honneur est sauf : je peux encore épater mon fils en lui apprenant le nom des fleurs. Malgré mon prénom prédestiné, je ne suis pas botaniste dans l’âme et je garde toujours le livret à l’œil !

Boite carton 10,2 x 9,4 cm – 32 cartes + 1 carte règle du jeu- Un livret accordéon recto verso

EAN 9782352891505 – 20 €

PHOTO4(2)

3-6 ans

Au lit, les affreux ! I.Bonameau – 42 p.

Ecole des Loisirs – 2011 – 13.01 €/5.32 €

COUCHER/PEUR/MONSTRE/CHAT/REVE

Cet album m’a été recommandé par Chag ! Elle a bien fait car ce livre ravit MoyenMoyen de 6 ans. L’histoire commence à l’heure du coucher. Zélie est dans son lit et semble un peu angoissée à l’idée d’affronter seule la nuit qui arrive. Elle a peur des monstres. Mais heureusement son petit chat Sufi veille sur elle. Emportée par son rêve, Zélie traverse une forêt sombre afin de combattre tous les monstres qui l’inquiètent : la Sorcière, l’Ogre et Grand Méchant Loup. Les uns après les autres, Zélie et son chat domptent les monstres. A la queue leu leu et tout en chantant, les affreux sont sommés de mettre leurs pyjamas et d’aller se coucher ! Zélie et Sufi peuvent enfin dormir paisiblement. Cet album qui semble simple recèle pourtant de nombreux clins d’œil aux classiques de la littérature jeunesse. Tout d’abord, la petite Zélie ressemble étrangement au Petit Chaperon rouge perdue dans les bois. Les combats de Sufi contre les Affreux sont une belle référence aux montres de Max et les maximonstres et au Chien bleu de Nadja. La répétition de la comptine « Promenons-nous dans les bois » captive les enfants qui seraient bien soulagés d’avoir eux aussi un chat protecteur. Un livre au récit fermé qui rassure les enfants, les apaise et leur donne du courage pour affronter les horribles angoisses du coucher. Vous savez que j’aime les petites filles héroïques.

Pomelo et les couleurs – R.Badescu/B.Chaud – 80 p.

Albin Michel Jeunesse – 2011 – 11.15 €

ELEPHANT/POESIE/COULEUR/AMITIE

J’avoue que Pomelo me faisait de l’œil depuis quelques années. Epuisée par Elmer et Babar, j’avais juré plus d’éléphant, de trompe, d’anthropomorphisme : NON ! Mais le jeune Pomelo s’est glissé subrepticement dans mon panier à la bibliothèque, merci MoyenMoyen ! J’ai essayé de le perdre, de le camoufler sous les autres ouvrages mais non, j’ai dû le lire un soir de désespoir. Quelle surprise ! J’ai adoré. Depuis nous lisons consciencieusement tous les Pomelo. Pomelo est devenu mon ami et le sien aussi. Pomelo est un éléphant miniature rose qui vit dans un jardin potager. Il vit sous un pissenlit et il essaie de dompter sa trompe définitivement très longue. Ses amis ne sont pas piqués des hannetons. Pomelo est un peu philosophe, un brin psychologue, très astucieux et complètement craquant. Ne vous inquiétez pas, Pomelo n’est pas une série sur les différents apprentissages des enfants si vous voyez ce que je veux dire…! Non, Pomelo est une invitation, enfin, plutôt une suite d’invitations à la réflexion, à la découverte, à la curiosité. Pomelo cogite, s’émeut et trace une possibilité de solutions. Sur un sujet vu, revu et complètement usé : les couleurs eh bien Pomelo a réussi à nous faire sourire ! Nous avons d’ailleurs essayé de trouver des parallèles graphiques aux essais plastiques land-art de cet éléphant rose(Je vous dis Pomelo, c’est un VIP de la littérature jeunesse). Imaginez le bleu éteint de la nuit, le bleu mouvant du ciel, le bleu des rêves. Certaines illustrations sont cocasses et les situations sont très drôles tant pour les enfants que pour les parents. Les aventures de Pomelo sont comiques mais aussi poétiques. Vous retrouverez bientôt d’autres titres dans mes prochaines chroniques.

Tout ce qu’une Maman ne dira jamais – N.Carlain/R.Badel – 32 p.

L’Elan Vert – 2012 – 11.59 €

VIE FAMILIALE/REGLE DE VIE/CONTRAINTE/OBEISSANCE/HUMOUR

Adultes sensibles s’abstenir ! Dans cet album, les auteurs ont décidé d’imaginer un véritable calvaire parental. 18 situations cauchemardesques sont recensées dans cet album : « Laisse tomber les légumes mais je te prie de terminer tous les bonbons, Arrête de lire, ça fait mal aux yeux, Ne fais pas tout de suite tes devoirs, il y a encore des dessins animés à la télé ». Vous avez compris le concept ! J’ai tout de suite adhéré à ces situations retournées et j’ai noté (en grinçant des dents) que ces 18 préceptes sont les phrases que je répète le plus à la maison … Nous suivons donc les péripéties d’un jeune garçon qui suit les recommandations de sa Maman à la lettre. Accompagné de son chat, il est particulièrement appliqué et obéissant (le bougre). La chute est attendue mais savoureuse. Nous nous reconnaîtrons toutes dans ce précepte final ! Chaque double page offre deux situations infernales et donc deux règles de vie à méditer. Les jeux typographiques sont intéressants et ponctuent les ordres donnés. Les illustrations sont mises en valeur et enrichissent les situations lues. Certains dessins sont rocambolesques, les expressions du chat sont vraiment drôles. MoyenGrand, 10 ans et MoyenMoyen, 6 ans adorent cet album qu’ils lisent à tue-tête. Ils n’ont de cesse d’imaginer comment ils pourraient détourner certaines règles de la maison comme « range ton cartable » ou « Mets quelque chose dans tes pieds  (je sais je suis vieille France) ». Dans tous les cas, j’aime lire cet album à mes Loups. Il permet d’aborder et de synthétiser les règles de vie que j’ai à cœur. Le rire et le dialogue offrent des perspectives nouvelles et proposent à chacun un moment de parole et j’espère, de compréhension. Depuis, lorsque le climat familial le permet, je m’amuse à reprendre certains préceptes de cet album et … miracle, les enfants s’exécutent en souriant …

Mon premier atlas de la Terre – C.Jugla/S.Laboucarie/J.Mercier

Tourbillon – 2012 – 16.95

JEU/DECOUVERTE DU MONDE/VOYAGE/AUTOCOLLANT

Noël approche, les catalogues de jouets débarquent dans les boîtes aux lettres et le Père Noël s’affole ! Je suis stressée car certains enfants proches m’ont fait comprendre que les livres, c’est chouette mais que bon … Les parents sont devenus tout rouges mais je les ai rassurés et je me suis lancé le pari de trouver un livre qui ne soit pas un livre, qui ne soit pas qu’un livre. Je cherchais donc un hybride qui leur plairait et qui me plairait. Je crois qu’avec ce livre-dépliant, j’ai trouvé le livre-jouet que je cherchais. Cet ouvrage est composé de trois modules séparés (vendus ensemble sous blister). Tout d’abord, un triptyque cartonné grand format qui s’ouvre sur un planisphère. Puis on trouve une planche de 80 autocollants repositionnables en relief représentant des animaux, des monuments célèbres, des végétaux, des objets culturels. Et enfin, un livre souple de 48 pages. Ce livret est un documentaire dont les informations sont classées par continent. La présentation est très agréable. Les explications sont claires et succintes. Chaque chapitre commence par une carte complète du continent avec tous les autocollants positionnés, l’enfant devra donc retrouver le bon emplacement pour son sticker. Il devra se repérer sur le grand planisphère et coller son autocollant au bon endroit ! Je n’ai pas encore l’avis de l’enfant concerné mais MoyenMoyen me demande s’il ne pourrait pas avoir le même à Noël car il vendrait sa mère pour 80 autocollants il trouve ce dépliant «Génial» et surtout il rêve d’un grand planisphère (71 cmx31 cm) le long de son lit. Ce livràjouer remplit toutes les conditions : il est beau, il est attrayant, il est ludique, il est pédagogique, il incite à la lecture ! Marché conclu, j’attends avec impatience la réaction de mon filleul martyrisé par les livres.

Mon doudou me dit … P.Lechermeier/V.Hié – 36 p.

Gautier-Languereau – 2007 – 13.95 €

DOUDOU/OBJET DE TRANSITION/GRANDIR

Tinane, Nounou, Girafe et Ratibus sans oublier les autres totottes, pouce et compagnie : sont les meilleurs compagnons de mes enfants. Je voue une admiration sans borne à ces pelures peluches qui ont subi les pires outrages sans jamais broncher, chouiner ou baisser les bras. Vaillantes, toujours fidèles, ils ont encore tous leurs doudous dans leurs lits. Je vous l’accorde certaines sont méconnaissables mais mes fils y tiennent beaucoup. J’ai choisi cet album car j’aime Philippe Lechermeier (ici et ) et je voulais découvrir comment il s’en sortait sur ce thème vu et revu du doudou. Comme d’habitude, il m’a épatée : j’ai parfois ri, parfois un nœud s’est formé dans ma gorge. Un jeune garçon raconte sa vie avec son doudou mais attention dans cette histoire, Doudou prend une majuscule car il est un personnage à part entière avec ses défauts et ses qualités. Effectivement ce Doudou est particulier, il parle, il boude, il sort et il a une seconde vie qui l’attend chaque nuit derrière le lit. Chapitre après chapitre, notre jeune héros nous raconte en détail sa relation avec Doudou. En compagnon irréprochable, Doudou le console, le rassure, lui donne du courage, l’endort, il est gardien des secrets et peut éventuellement servir de défouloir. En tout cas, il permet à notre jeune héros de grandir harmonieusement. Mais le temps passe et plein de questions s’entrechoquent dans sa tête : Est-ce qu’un doudou grandit ? Et plus tard, est-ce qu’il aura une barbe ? Que sont devenus les doudous de mes parents ? … Cet album échappe aux discours gnan-gnan habituels sur les doudous car dans le chapitre «Colère noire», je peux vous dire que Doudou prend de sérieux coups. Le style de l’auteur est très agréable tantôt léger et humoristique tantôt profond et philosophique. Les illustrations double page encadrent le texte à merveille même si Doudou semble parfois être une souris, parfois un lapin, parfois un kangourou et ce don de métamorphose est peut-être son plus grand secret. Un album évocateur qui permet à l’enfant de verbaliser sa propre relation à son Doudou s’il le souhaite ! Dès 5 ans.

Lola, la lapine qui ne mange pas de carottes – Pérouème/V.Hermouet – 31 p.

Editions Belize – 2012 – 9.45 €

ALLERGIE/RELATION ENTRE ENFANTS/DIFFERENCE/ECOLE

Je m’attendais à un ouvrage sur le thème de l’opposition ou de l’alimentation. J’ai été surprise de découvrir un album sur un thème peu abordé en littérature jeunesse : l’allergie. En France, 1 personne sur 4 serait allergique. Les enfants sont particulièrement touchés par cette réaction du système immunitaire. Asthme, eczéma, rhinite peuvent compliquer la vie de certains enfants. Lola est une jeune lapine qui ne peut pas manger de carottes. Chahutés par ces petits camarades, Lola passe du rire aux larmes, de la joie à la colère. Gênée par son eczéma, il faut toute la malice de Victor pour rassurer Lola sur sa jolie frimousse. Mais à peine rassurée, elle doit affronter une nouvelle épreuve, elle ne pourra pas assister à l’anniversaire de sa meilleure amie car la Maman de Clara ne sait pas cuisiner un autre gâteau que le traditionnel gâteau aux carottes ! Heureusement Victor veille, un fois de plus, à son amoureuse. En lisant cet album à MoyenMoyen, il m’explique qu’il connaît Enzo, un copain de classe qui ne peut pas manger les crêpes faîtes à l’école car il nallergique aux zoeufs et il y a Romane, qui a une boitacantine car elle est nallergique aux huiles. Il ne m’avait jamais parlé de ses amis allergiques mais il semble bien comprendre qu’ils ont besoin de faire attention à ce qu’ils mangent, boivent ou portent. Dans cet album, les illustrations sont toutes douces et très délicates. Dans la même collection, vous trouverez Attention, Léon. Léon est un petit chat turbulent. En vacances chez ses grands-parents, il s’aventure dans tous les recoins de la maison. Heureusement que Maman veille à la sécurité de son Petit en lui expliquant les règles de sécurité. J’ai aimé ce livre qui permet d’ouvrir le dialogue sur les accidents domestiques particulièrement lorsque nos enfants vont vivre dans un lieu inconnu. Les recommandations sont claires sans être alarmistes ou angoissantes. Je remercie chaleureusement Laurence Pérouème de m’avoir fait découvrir ses albums très réussis.

Attention, Léon ! L.Pérouème/V.Hermouet – 31 p.

Editions Belize – 2012 – 9.45 €

ACCIDENT DOMESTIQUE/SECURITE/PREVENTION/DIALOGUE

PHOTO5(1)

Je ne suis pas comme les autres – J.Coat – 40 p.

Editions MeMo – 2006 – 13.49 €

ANIMAL/DIFFERENCE/INDIVIDUALITE

Ce court album est un bestiaire original. Organisé en double page qui se font écho, l’auteur nous invite à découvrir des animaux qui diffèrent de leurs congénères. Page de gauche, l’animal est représenté dans son environnement habituel, page de droite, un représentant de cette espèce est nommé et mis en valeur dans sa différence. Vous savez que les piranhas sont carnivores et bien maintenant vous saurez qu’Horace, lui, est végétarien. Les hippopotames aiment les bains de boue et bien Popov, lui, préfère son jacuzzi. Tous semblables mais tous différents. Tous reconnaissables et pourtant tous uniques. Si la première lecture jouant sur la comparaison et la particularité de chaque animal est drôle, l’enfant comprendra que lui aussi est semblable aux autres enfants et en même temps qu’il est unique. Tout comme un enfant au comportement différent peut comprendre qu’il fait partie des enfants malgré ses envies différentes. Les illustrations sont harmonieuses, les couleurs sont intenses et mettent en éveil le sens de l’observation des petits. A chaque tourne de page, l’enfant cherche les indices visuels qui différent. Ils seront surpris car l’auteur réserve des surprises à chaque page. Je suis sur la piste de cet auteur et je savoure chacun de ses albums …Mon hippopotame ! Bientôt, je vous présenterai ABC Bestiaire du même auteur qui est une belle découverte !

Barbouille et Mauricette font de la confiture avec les fruits de la forêt – L.Cadars – 46 p.

Eponymes – 2012 – 9.50 €

CUISINE/FRUIT/RECETTE/FORET

Après avoir délesté un potager de ses fraises bien mûres, Barbouille, renard très gourmand, cherches ses amis dans la forêt. Mais son museau barbouillé de rouge les effraie. Notre jeune renard rencontre Mauricette, rate très gourmande qui déguste les dernières gouttes d’un pot de confiture délicieux. Mauricette fait partie d’un gang. Ce clan familial rançonne le Petit Chaperon rouge qui doit payer un droit de passage, en confiture maison, aux rats de la forêt. Barbouille est un peu froissé par cet aveu … Il propose donc à Mauricette de lui apprendre à faire des confitures avec les fruits de la forêt. Un tour de cuillère plus tard, ils sont en cuisine et nous aussi pour découvrir sept recettes : confiture de fraise, confiture d’aubépine, gelée de myrtilles, gelée de fleurs, confiture de noisette, de châtaignes et de pommes. Hum ….Cet album-livre de recettes est original car il commence comme un album avec une histoire de Petit Chaperon rouge rackettée par des rats de la forêt puis les héros nous accompagne vers un livre de recettes très réussi et des confitures savoureuses (vous connaissez ma prédilection pour les confitures !). Les illustrations sont elles aussi originales : sur un fond gris, les encadrés illustrés sont très contrastés et les couleurs noir, blanc, rouge sont mises à l’honneur. De nombreux conseils d’hygiène et de sécurité sont expliqués aux enfants. Des jeux de mots, des indices visuels sont glissés tout au long de l’album et du livre de recettes. Même si la couverture un brin austère ne vous emporte pas, faites-moi confiance ! Je suis sûre que les enfants à partir de 6 ans se régaleront les yeux et le ventre grâce à ce bel « album à recettes ».

POPUP POPUP POPUP POPUP POPUP POPUP POPUP

Dans la forêt du paresseux – A.Boisrobert/L.Rigaud – 12 p.

Hélium – 2011 – 15.35 €

DEFORESTATION/PROTECTION DES ANIMAUX/DEVELOPPEMENT DURABLE/FORET/ANIMAUX/POP-UP

Les livres pop-up ont le vent en poupe ! Ce n’est pas peu de le dire et les gondoles de librairie regorgent de petits trésors visuels. J’en ai lu et manipulé plusieurs, j’ai testé leurs résistances, leurs maniabilité. J’ai cherché une cohérence récit/visuel. Je voulais un pop-up vraiment destiné aux enfants et non aux adultes.Dans la forêt du paresseux est un pop-up vraiment réussi. « Tout est vert, tout est vie dans la forêt du paresseux » un jour les machines entrent dans la belle forêt et déciment tous les arbres. Attention ! le paresseux dort, il n’entend pas le bruit de la forêt qui se vide de ses habitants à plumes et à poils. Pelleteuses, tractopelles s’acharnent et bientôt tout est désolation. Heureusement un homme arrive … Le livre se déploie en volume et la lecture peut s’effectuer recto-verso du montage papier. La lecture est enrichie d’une recherche visuelle du paresseux dans les arbres dépliés. De multiples détails, des tirettes sont à découvrir et les enfants transforment ce livre en plateau de jeu … Mes fils ont descendu les playmobils et les animaux schleiss, ils ont commencé à envahir ma table de cuisine en inventant tout un monde autour du livre déplié. Au réveil de sieste, le PetitPetit a voulu participer et à empoigner le livre et làj’ai hurlé je lui ai expliqué que nous allions le lire ensemble et donc le poser entre nous deux. Je pense que ce livre est à conseiller aux enfants à partir de 3 ans si l’enfant est un tant soit peu « civilisé » ! A l’heure des livres enrichis, des applications numériques, ce pop-up m’a plus surprise que certaine version numérique d’album jeunesse. Lorsque l’ouvrage se déplie, c’est tout une forêt qui s’offre à nos yeux. Miniature certes mais si bien représentée et découpée que je serais bien restée dans cette forêt allongée sous la canopée à observer le paresseux qui sommeille. J’ai vu un clin d’œil à L’homme qui plantait des arbres de J.Giono et vous ? Je vous emmène dans la forêt rencontrer ce beau paresseux : vidéo Dans la forêt du paresseuxproposée par les éditions Hélium.

Malgré mon ras-le-bol des abécédaires, j’ai aussi craqué pour ABCD Animaux qui ravit PetitPetit et MoyenGrand. Je ne vous explique pas le principe : une lettre à découvrir et un animal qui se déploie à la tourne de page. C’est basique mais très réussi.

ABCD Animaux – M.Haines – 52 p.

Editions Milan – 2011 – 14.40 €

Dans le rayon pop-up, n’hésitez pas à offrir ABC 3D à un enfant qui découvre le plaisir des lettres, la magie de la graphie et des sons qui s’harmonisent ! Ca change des abécédaires et peut-être que nos Petits vont se passionner pour cet art si paisible : l’origami. Vidéo ABC 3D.

ABC 3D – M.Bataille – 36 p.

Albin Michel – 2008 – 14.92 €

Pour les un peu plus grands ou peut-être pas finalement car le plaisir n’a pas toujours l’âge que l’on croit :

Cache-cache – D.A.Carter – vidéo

Albin Michel – 2012 – 23 €

600 pastilles noires – D.A.Carter – vidéo

Gallimard jeunesse – 2007 – 21.25 €

Je me suis émerveillée sur les pop-up de la maison d’édition Les Grandes Personnes. Tout particulièrement celui-ci :

Big Bang pop – P. Ugg

Les Grandes Personnes – 2012 – 16.65 €

Pour découvrir un aperçu : ici

Si vous êtes intéressés par cette ingénierie de papier, je vous conseille ces lectures :

Pop-up, révolution de cartons – E.Grangeray/E.Pierrot – M le Monde magazine – 03/12/2011 – p. 74

Aujourd’hui l’album – Coll. – La Revue des Livres pour enfants – BNF – n° 264 – avril 2012 – p. 76

POPUP POPUP POPUP POPUP POPUP POPUP POPUP

Dictionnaire du Père Noël – G.Solotareff – 352 p.

Gallimard jeunesse – 2011 – 15 € (coup de Coeur février 2012)

PERE NOEL/COUTUME/DETOURNEMENT/LUTIN/HUMOUR

J’ai un faible pour Solotareff mais là j’avoue j’ai adoré. Ce livre est un petit dictionnaire au ton insolent, impertinent … d’une intelligence fine. Dans ce dictionnaire, Le Père Noël est dans tous ses états : les enfants adorent voir le Père Noël tout nu ! Gros coup de cœur qui permet une lecture du soir qui change un peu ; c’est un dictionnaire donc les entrées sont multiples et les enfants peuvent sélectionner leurs lectures par thème ou par image. Effectivement les illustrations sont originales ( à la Solotareff), surprenantes complètement dans le ton du texte !

Un livre – H. Tullet – 56 p.

Bayard Jeunesse – 2010 – 11 € (coup de Coeur février 2012)

JEU/INTERACTIVITE/COULEUR/IMAGINATION

Ma découverte au Salon du livre jeunesse ! Gros coup de cœur ! Ce livre est tout simple dans son graphisme : un ensemble de point de couleur. Mais il est complètement innovant dans sa conception. L’enfant doit suivre les instructions page après page « appuie sur le rond jaune » et les images se succèdent dans une illusion d’interactivité ! C’est génial ! J’ai rencontré l’auteur et j’ai d’autant plus envie de soutenir sa conception de l’album jeunesse.

Le Petit Lapin de Noël – Nadja / Olga Lecaye – 36 p.

Ecole des loisirs – 1999 – 4.25 / 11.85 € (coup de Coeur mai 2012)

CONTE/ANIMAUX/PEUR/FORET/AMITIE

Pour une fois, coup de cœur pour un album classique, très classique même : l’histoire, les illustrations !!! Je ne sais pas pourquoi mais l’expression du Petit Lapin sur la couverture m’a attirée. Je ne suis pas déçue de ma découverte car malgré ses airs de petite chose fragile ce lapin est un fieffé courageux ! J’ai adoré l’histoire du Père Noël qui loupe sa livraison, Petit Lapin qui récupère tous les naufragés de ce Noël troublé. Les illustrations sont de véritables tableaux, les détails sont minutieux et créent un décor parfait pour imaginer un monde de sous-bois et de forêt. Au fil des pages, nous rencontrons les lutins du Père Noël et je leur trouvais un air familier ! Alors oui, clin d’œil aux 7 nains de Blanche Neige mais il y avait autre chose …Et après quelques recherches, j’ai trouvé : les lutins du Père Noël de Solotareff (Rappelez-vous Chronique 1) !

J’ai donc lu la biographie de cette artiste et j’ai découvert que le talent est génétique : Nadja et Grégoire Solotareff sont ses enfants ! Je ne sais pas vous, mais moi ça m’a émue, cette destinée transgénérationnelle pour la littérature jeunesse. Depuis je lis toutes les œuvres de Mme Lecaye et je l’avoue j’ai un gros faible pour ces albums sur le fil du conte, emplis de poésie et de philosophie. Découvrez Didi Bonbon : le récit est un savant mélange du Petit Chaperon rouge, Cendrillon, du Géant de Zéralda. Si comme moi, vous souhaitez nourrir vos enfants d’histoires envoûtantes, riches et subtiles : investissez dans ce beau recueil :

Lapins, souris et compagnie ! O. Lecaye – 173p.

Ecole des loisirs – 2009 – 25 €

La petite grenouille qui avait mal aux oreilles – Voutch – 32 p.

Editions Circonflexe – 2009 – 11.45 € (coup de Cœur juin 2012)

HUMOUR/MALADIE/ACCIDENT/GRENOUILLE

« Il était une fois une petite grenouille qui avait mal aux oreilles » : quel début bizarre pour un album … Mais je faisais confiance à coup de coeur car cette grenouille avait une tête qui me revenait et j’étais sûre que je ne serais pas déçue …

Effectivement, j’ai même été surprise ! Gros coup de cœur pour cet album qui m’a fait rire, rire … Zouzou est une grenouille qui a mal aux oreilles. Elle consulte de nombreux médecins, moult spécialistes mais ni le pédiatro-batraciologue, ni le grenouillopathe ne peuvent la soigner. Plus le temps passe et plus Zouzou a mal aux oreilles. L’imminent Monsieur Grenouyou-patatopathe décèle une oreillite putrescente : horreur, vite à l’hôpital. Voilà Zouzou installé dans l’ambulance entre le chauffeur et l’imminent spécialiste mais là … Je ne vous raconte pas la fin de cet album pour conserver toute la saveur de la surprise, du rire, de la légèreté … Le rire est salvateur et rire ensemble crée une harmonie intense entre l’adulte et l’enfant. Rire ensemble est le signe d’une complicité, d’une connivence et d’une égalité dans le plaisir, dans la compréhension : bravo ! A lire et relire !

Une nuit, loin d’ici : Un bestiaire qui se dévoile de page en page – J. Wauters – 24 p.

Editions Hélium – 16.34 € (coup de Cœur août 2012)

ANIMAUX/JEU VISUEL/DECOUVERTE DU MONDE/FAUNE

Quel album, j’avoue j’ai été bluffée ! La conception est ingénieuse, les illustrations sont de grandes qualités. Ce bestiaire révèle un vocabulaire riche. Cet ouvrage dépasse le simple bestiaire car l’enfant doit retrouver les animaux pendant l’écoute, cette dernière est primordiale car les indices sont dans le texte. J’avoue que je n’ai pas pu m’empêcher de chercher les animaux décrits. Comme d’habitude, mon fils fut plus rapide. On découvre la nuit dans la savane africaine, dans la taïga russe, dans la jungle amazonienne, dans les profondeurs de l’océan et enfin une nuit près d’ici. Chacune de ces régions comporte trois pages qui se superposent afin de découvrir toute la faune et la flore Mon fils faisait des ah ! Oh ! à chaque tourne de page ou de transparent. La dernière page est un inventaire de tous les animaux aperçus dans le bestiaire. C’est ingénieux car l’enfant souhaite se replonger dans l’album afin de repérer les animaux cités … Une fois de plus les éditions Hélium ne doutent pas de la vivacité d’esprit des enfants et les invitent à s’ouvrir au monde en confiance. Un bel ouvrage à offrir et à lire sans limite d’âge car je ne sais pas vous mais moi je n’avais jamais vu un barbican bidenté, ni un grandgousier-pélican !

Tip tap – A.Boisrobert / L.Rigaud – 46 p.

Editions Hélium – 16.30 € (coup de Cœur août 2012)

INTERACTIVITE/LIVRE-CD/CREATION/ART VISUEL

Vous connaissez mon attachement aux éditions Hélium. Je suis toujours heureuse de découvrir leurs nouveautés. Je n’ai donc pas résisté à l’appel de cet imagier interactif ! Après le kindle, me voilà partie à explorer une évolution du livre. Je consulte d’abord le livre que je trouve merveilleux. Le papier épais, légèrement granuleux est un vrai plaisir à lui seul. Les illustrations sont épatantes. L’ouvrage est construit par thèmes : Les petites bêtes, les transports, lire et jouer …Je vous avoue que le livre aurait suffit à mon plaisir. Je l’ai présenté à mon fils de 5 ans qui a tout de suite adhéré à cet imagier. J’attends d’être seule et j’insère le CD dans mon ordi et voilà moi aussi j’ai 5 ans ! Je suis vraiment ravie de cette invitation multimédia. Le fonctionnement est simple, l’enfant est invité à créer un tableau en tapant les mots présentés dans l’imagier papier. Chaque mot peut être enrichi par des adjectifs ou des actions : grand, rose, devant …L’enfant peut toujours modifier la dernière image créée. Au fil des pages, les petits peuvent développer leur scène en tapant des mots « dynamiques » vent, rapide moi j’adore la tempête qui fait basculer tout le tableau. Les sons sont doux et la musique proposée grâce aux instruments est vraiment agréable. Le mode jour et nuit est très ludique aussi. Une fois le tableau achevé, l’enfant peut l’enregistrer et l’imprimer. Une fois de plus, j’ai proposé à mon fils de 5 ans de tester l’animation CD-ROM. Il a tout de suite compris le fonctionnement. Alors que moi, j’essayais d’avoir une idée précise de mon tableau avant de commencer, lui laissait son imagination fleurir à l’écran (un peu à la Dali, débordant, surréaliste). Son frère de 10 ans passe par là et comprends lui aussi immédiatement l’intérêt de l’animation. Deux, trois coups de coudes plus tard, voilà le Moyen-Grand en train de créer un tableau superbe, onirique et vraiment très réussi. Je ne juge pas de leurs capacités artistiques, je souligne l’intérêt de cet imagier qui invite les enfants d’âges différents à s’approprier l’outil. Comme vous le savez, j’ai essayé des applications i-pad et j’ai donc pu comparer ces deux modes d’animation et bien j’avoue que cet imagier me semble vraiment innovant. Les possibilités de création sont infinies. L’incitation pédagogique est présente par le biais des mots à retrouver et à saisir mais je trouve que l’on est loin d’un martelage à l’apprentissage de la lecture. Ce n’est pas tape à l’œil, ce n’est pas criard, ni clinquant. A la différence des jeux vidéos, l’animation permet à l’enfant d’être concentré sans être happé, la création d’une scène est toujours un moment de fierté et de partage entre l’enfant et l’adulte. Ce livre-jeu m’a séduite ainsi que mes fils. Depuis je l’ai pas mal offert autour de moi et je crois qu’il a séduit pas mal de familles. Ce livre-CD-Rom est compatible PC et MAC. La mise en route est vraiment simple et rapide. Je ne sais pas vous mais je trouve que les éditions Hélium méritent toute notre attention.

La colère de Banshee – J.F.Chabas / D.Sala – 24 p

Casterman – 2011 – 14.90 € (coup de Cœur octobre 2012)

MAGIE/SORCIERE/MYTHE/RELATION MERE-FILLE/COLERE

J’ai longtemps attendu cet album. Il était sans cesse emprunté à la bibliothèque de ma ville. Après des réservations loupées, des réservations perdues, il a fallu que je parte en vacances pour l’emprunter à la médiathèque du village de montagne que nous fréquentions. Je n’ai pas regretté mon attente et je sais maintenant que je vais l’acheter pour l’avoir dans ma bibliothèque. Même si je ne suis pas pour une catégorisation par sexe, je pense, néanmoins, que cet album est plutôt à conseiller aux petites filles. Elles seront sensibles aux images et comprendront mieux la jeune héroïne Banshee. Savez-vous que dans les légendes irlandaises, la banshee est la plus puissante des fées. Ses pouvoirs sont si intenses que les hommes et les druides plient devant la force de ses malédictions. Nous, lecteurs, sommes tapis à l’orée de la forêt aux portes du Palais de Cristal. Qu’attendons-nous ? Pourquoi attendons-nous ? Nul ne le sait mais lorsque les portes du Palais s’ouvrent à la volée pour laisser passer Banshee, petite fille parée d’une robe dorée, il nous est impossible de rester cacher dans les sous-bois. Nous suivons notre jeune héroïne dans la forêt. Tête baissée, cheveux ébouriffés, les petits pieds nus de Banshee brûlent l’herbe qu’ils touchent. Lors de cette course effrénée, elle essaie de calmer sa colère mais tout son corps participe à l’embrasement de ses émotions. Arrivée sur la grande plage, sa fureur n’est toujours pas calmée et ses forces se décuplent au contact des différents éléments : roche, eau, vent. Bourrasque, tempête puis tsunami, rien ne l’apaise, ni la peur des poissons, ni les cris des oiseaux affolés et certainement pas les prières des marins terrorisés. Mais quelle est la raison de cette colère noire et qui va réussir à calmer la fureur de Banshee qui maintenant hurle au bord de la plage ? La fin de l’album est surprenante et rompt le rythme de cette colère toute puissante. Le récit est déroutant et j’ai dû lire plusieurs fois l’album pour appréhender toutes les dimensions magiques évoquées au fil des pages. Mais je pense que la force de cet album est dans les illustrations. Flamboyantes, somptueuses, j’ai été captivée par reflets mordorées et les arabesques des images. A la manière de Klimt, chaque double page est une invitation à la rêverie et à la démesure. Mes doigts ont caressé chaque petit pas doré de Banshee et je suis complètement tombée sous le charme de cette héroïne au caractère bien trempé. Un album qui permet d’inviter l’enfant à s’approprier à la fois un conte, une réflexion sur la maîtrise de ses émotions et une invitation à l’art. Merveilleux album qui mériterait bien plus que mon simple coup de cœur.

PHOTO6(1)

6-9 ans

Le dimanche de Rita et Machin – JP. Arrou-Vignod/O.Tallec – 32 p.

Gallimard Jeunesse – 2012 – 5.70 €

DIMANCHE/ENNUI/JEU/RELATION ENFANT-ANIMAL/COLERE

Je sais j’avais promis, j’avais juré mais je suis tombée (encore) sur une excellente série. Rita est une petite fille espiègle, un brin audacieuse et complètement despotique avec son chien Machin. « Aujourd’hui, c’est dimanche. Il pleut. Impossible de mettre le bout du nez dehors … Que faire quand on s’ennuie à la maison avec un chien qui dort tout le temps ? » Rita, ne perd pas une minute de ce dimanche pluvieux pour s’occuper. Elle propose à son ami de devenir chien-obus pour le spectacle de cirque, modèle pour l’atelier coiffure, Chevalier Polochon pour délivrer RitalaplusBelledesPrincesses mais Machin ne veut pas jouer. Il ne souhaite que dormir, dormir et ronfler. Rita s’énerve, trépigne et traîne son chien par la patte pour l’obliger à jouer (je vous assure elle est terrible !). Mais l’heure du coucher a sonné. Rita baîlle car s’occuper d’un chien paresseux, c’est fatigant. Après toutes ces heures de sieste, Machin n’a plus sommeil et maintenant sonne l’heure de la vengeance pour Rita. J’ai adoré cet album. J’ai beaucoup ri et mon MoyenMoyen de 6 ans aussi. Il a d’ailleurs relevé un parallèle intéressant entre Machin et son père (au niveau de l’activité dominicale, on s’entend !). Les illustrations en crayonné noir et rouge sur le fond blanc de la page sont ravissantes et révèlent les expressions des personnages. Elles multiplient le plaisir de lecture et soulignent le comique des situations. Les décors sont presque inexistants et pourtant la magie opère et je visualisais Rita et Machin à la tourne des pages et au coin des ellipses. Les dialogues sont comme je les aime : pertinents, ciselés et très réalistes. Rita est infatigable et un brin tyrannique alors que Machin est un chien adorable complètement lymphatique. Plus de quatorze titres sont disponibles pour faire rire les enfants garçon ou fille dès 5 ans.

Le jardin voyageur – P.Brown – 34 p.

Editions NordSud – 2010 – 13.30 €/4.95 €

JARDIN/RELATION ENFANT-NATURE/ENVIRONNEMENT

Dans une grande ville inconnue, peut-être dans un autre monde ou dans un futur plus ou moins proche, il est impossible de trouver une fleur, de s’asseoir sur un coin de pelouse ou de compter fleurette en effeuillant des marguerites. La flore a disparu ! Heureusement Liam, petit garçon obstiné, découvre un tout petit coin de verdure le long d’une voie ferrée désaffectée. Obstiné de « nature », Liam va arroser, désherber et entretenir ce jardin miniature qui grandit et s’étale. Ce jardin n’est pas un jardin ordinaire, c’est un jardin voyageur qui compte bien courir tout au long de la voie ferrée et peut-être envahir toute la ville. Cet album est un hommage à la réhabilitation de la High Line de Manhattan (pour faire rêver Caroline). J’ai apprécié les jeux de mise en page et de perspectives des illustrations. La succession d’images encadrées, parfois pleine page ou éparpillées donnent l’illusion du temps qui passe et du jardin qui croît. L’opposition de la première et dernière double page a beaucoup amusé MoyenMoyen qui a passé plusieurs minutes à relever les détails et les modifications apportées dans la ville par la nature. Le parallèle entre la personnification du jardin et la transformation de l’enfant en jardinier est très réussi et engage les enfants sur la voix de la réflexion et du cheminement philosophique. Optimiste, décidément tourné vers le développement durable et l’épanouissement personnel, cet album est une belle découverte que je conseille à tous les enfants à partir de 5 ans.

Ma petite fabrique à histoires B.Gibert – 21 p.

Editions Autrement – 2008 –  13.25 € (coup de Coeur avril 2012)

CREATION LITTERAIRE/JEU/PEDAGOGIE

Ce livre atypique est parfait pour les 6/7 ans. Chaque page est découpée en bandes colorées de texte : ce livre ressemble à un grand « cadavre exquis »  C’est très ludique, les enfants peuvent inventer des histoires à l’infini : les pro pédagogie trouveront toutes les méthodes pour inciter les enfants à lire et à comprendre la syntaxe française. Mes enfants et moi apprécions la création de phrases improbables mais complètement poétiques : clin d’œil à Cent mille milliards de poèmes de Queneau.

Ma pomme – O.Solminihac / M.Kerba – 79 p.

Ecole des loisirs – 2008 – 7.32 €

RELATION GARCON-FILLE/JEU/PEUR/IMAGINATION

Scène de vie : Des amis arrivent avec leur fille de 6 ans, MoyenMoyen s’écrie : «Mais Maman, c’est une fille, c’est nul, je peux pas jouer avec … » Les jeux d’enfance ont parfois un drôle de goût quand on se retrouve à jouer avec un enfant de sexe opposé. Mes fils grandissent en horde exclusivement testéronée et les jeux mixtes peuvent leur poser question. J’ai choisi ce livre pour le lire à mon MoyenMoyen qui voit parfois d’un mauvais œil l’arrivée de ses cousines et des filles de nos amis. Ce court roman est l’histoire de l’enfance et surtout de ses jeux : cabane, bataille, aventure, de ses bêtises : mini mensonges, menus larcins mais aussi de ses peurs et de ses incompréhensions entre filles et garçons. Le récit est un petit régal de douceur et de délicatesse, notre jeune héros doit partager un après-midi avec Marilyn qui comme son prénom l’indique, est une fille. Elle ne semble pas très intéressée par sa collection : bâton de pêche, bâton flute, bâton boomerang … Elle ne veut pas non plus chasser le loup. Elle propose de chasser les serpents mais notre Héros a une peur bleue des serpents. Ce n’est pas simple de trouver des jeux communs, cela demande une complicité, une connivence, des accointances. En sirotant un élixir grenadine-mouches, ils se mettent d’accord pour conquérir le monde. Après avoir traversé le jardin potager, escaladé le portillon, ils partent à l’aventure. La petite fille est tantôt songeuse et souvent triste. Malgré les questions de notre jeune héros, Marilyn ne veut pas partager son chagrin : elle « était tellement recroquevillée que je ne pouvais pas localiser ses mains. Elle ressemblait à un parallélépipède rectangle et, même, quand on aime la géométrie, on ne prend pas un parallélépipède par la main pour la consoler ». Mais l’aventure les appelle et rompt ce moment d’intimité car un monstre terrible leurs barre le chemin : un Blancus gigantescus. Malgré son épée, le jeune garçon n’arrive pas à dompter la Bête. Heureusement que Marilyn domine la situation, sans combat, sans bain de sang, elle libère la voie et voilà notre binôme sur la voix de l’amitié, de l’échange, du respect et de la découverte des différences et de ses richesses. J’ai beaucoup aimé ce roman. Court, tout en retenu, sans gnangnanrie, le style est très agréable et les jeux de mots sont vraiment pertinents. Les dialogues sont drôles et les personnages sont crédibles et permettent aux enfants de s’identifier. Les illustrations de Muriel Kerba animent élégamment le récit. Un roman à partager dès 6 ans garçons et filles mêlés.

Aliocha ou le secret du vent – S.Borten/V.Wowczak/S.Desmazières – 21 p.

Casterman – 2005 – 11.50 €

CONTE/RELATION MERE-ENFANT/PEREGRINATION

Aliocha est un jeune garçon qui part à la recherche de sa mère, Mamounia, emprisonnée dans les geôles du Roi des Nuages. Ebloui par la voix et les chants de Mamounia, Le Roi a décidé de l’enlever pour garder Mamounia pour lui seul. C’est mal connaître ce PetitHomme, bien décidé à partir en quête de sa mère. Il devra s’appuyer sur des alliés mystérieux, il affrontera les pires sorcières et les peurs les plus ancestrales pour délivrer sa Maman. Une belle pérégrination qui nous est proposée. De nombreux personnages attachants et connus apparaissent au sein de cet album : Baba Yaga, le Génie du Samovar, l’épouvantail vivant, Ondine et bien d’autres encore … Les illustrations sont généreuses. Le style est agréable et le vocabulaire riche sans être difficile. Les petites notes de bas de pages sont très agréables car elles servent d’accroche et d’introduction à l’épreuve que devra affronter Aliocha à la page suivante. L’enfant orphelin en quête est un thème récurrent de la littérature jeunesse mais Aliocha part retrouver sa mère, ce qui est rare. Les épreuves rencontrées l’endurcissent et lui permettent de découvrir des valeurs morales importantes : le courage, le partage, la vivacité d’esprit. Partir en quête, c’est accepter de changer, de grandir et de devenir grand ! Inspiré de la tradition slave, ce conte est un récit riche, profond qui côtoie les mythes fondateurs.

 

Le récit est long, il peut donc être lu seul par l’enfant vers 7 ans. Mais les plus petites oreilles se régaleront aussi dès 5 ans pour une lecture sur plusieurs soirs !

Le bonheur prisonnier – J.F Chabas/D.Sala – 30 p.

Casterman – 2011 – 14.20 €

CONTE/BONHEUR/SUPERSTITION/CHINE

Liao vient d’avoir sept ans quand il entend pour la première fois, le grillon protecteur de la famille, lui parler. Comme le veut la tradition chinoise, un grillon porte-bonheur est enfermé dans une cage en or afin de préserver la chance et la prospérité aux membres du foyer. Liao et le grillon entament une discussion à bâton rompu sur les capacités extraordinaires du jeune insecte. Liao est abasourdi quand le grillon lui demande de le libérer. Que faire ? Un véritable dilemme s’impose à Liao : faut-il préserver le bonheur de sa famille au prix de la liberté de son nouvel ami ? Liao réfléchit pendant plusieurs jours avant d’ouvrir la cage dorée … Les malheurs s’abattent sur lui et sa famille : il déclare les oreillons, le temple des ses ancêtres brûle, sa petite sœur se casse le doigt…. Liao est dépassé par les événements. Sur les conseils de son arrière grand-mère, il décide de se rendre au temple et de prier Bouddha pour que celui-ci rétablisse l’harmonie et la félicité au sein de sa famille. Les prières de Liao seront-elles entendues ? Cet album est d’une très grande qualité tant sur le plan du récit que des illustrations. David Sala, l’illustrateur, s’est inspiré de Klimt pour traiter ce beau conte chinois. Certaines pages rappellent les œuvres du célèbre peintre comme les trois âges de la femme. Pleine page, sur papier glacé, les illustrations sont magnifiques et s’accordent parfaitement au récit qui rend le jeune Liao très attachant. Les épreuves traversées par notre héros et sa famille sont décrites sans jugement et avec un recul qui laisse au lecteur une interprétation vraiment libre. La morale de ce conte est douce et savoureuse comme le nougat chinois. Un bel album à offrir ! Je m’intéresse de plus en plus aux éditions Casterman et je vais hanter leur stand au prochain salon du livre à Montreuil. Dès 7 ans.

PèredeNouel si tu me lis, prière de m’apporter le dernier album de ce magnifique duo …

Féroce – J.F.Chabas/D.Sala – 32 p.

Casterman – 2012 – 15.80 €

Cendrillon – K.Pacovska – 24 p.

Minedition – 2009 – 20.23 €

CONTE/CENDRILLON/ART VISUEL

Kveta Pacovska est une des auteurs jeunesse que je préfère. Je vous ai déjà présenté Hansel & Gretel. Je souhaite maintenant partager mon enthousiasme pour cet album merveilleux : Cendrillon. L’histoire est tirée du conte traditionnel de Charles Perrault. Vous connaissez donc le récit. Nous avons toutes les images Disney et autres en tête. Cet album de K.Pacovska est un tremplin pour dépasser ce récit éculé afin de redécouvrir toute la profondeur et le mystère de ce conte. Les illustrations de l’album sont magnifiques et rappellent toute la matérialité du livre. Ensemble de collages, assemblage de matière et de couleurs complètement innovant. Les œuvres plastiques sont abstraites et aiguisent le sens esthétique de l’enfant. Ouvrir un album de K.Pacovska avec un enfant, c’est l’inviter à ressentir les émotions à travers des formes plastiques, des couleurs. C’est lui permettre de comprendre que chaque histoire est unique, que l’histoire qu’il est en train de lire est son histoire car les illustrations lui permettent d’échapper à un récit graphique univoque. Chaque enfant va interpréter ce conte selon son histoire, ses peurs, ses difficultés et ses victoires. Comme pour Hansel & Gretel, je conseille de lire cet album avec une autre version de Cendrillonafin que le jeune lecteur appréhende toute la dimension artistique, tout le pari plastique pris par Kveta Pacovska. Pour une œuvre comme cet album, il est difficile de conseiller un âge de lecture car la réception dépend de la sensibilité de l’enfant mais je l’offrirais à un enfant à partir de 7 ans.

L’invitation – K.Pacovska – 20 p.

Les Grandes Personnes – 2012 – 15.20 €

PEREGRINATION/ANIMAUX/GOUTER/MAISON/HOSPITALITE

Je viens d’acheter L’Invitation du même auteur à MoyenMoyen pour mettre au pied du sapin. Cet album est merveilleux aussi. Destiné à des enfants plus jeunes, il les emportera autour d’une table à l’heure du thé. Ils discuteront avec des animaux et des individus incroyables. Cet ouvrage en trois dimensions leur permettra d’imaginer les animaux les plus farfelus et les plus fous ! Les couleurs sont très contrastées, le travail plastique est précis et accapare l’œil : le brillant, le mat, le plein, le vide, l’éclaté, le rassemblé. La typographie est partie intégrante du récit et le lecteur est invité aussi autour de la table. Récit de pérégrination comme les enfants les aiment, gros coup de cœur de dernière minute. Dès 5 ans. Vivement Noël !

Nacéo – Pittau&Gervais

Les Grandes Personnes – 2012 – 21.50 €

OCEAN/FAUNE MARINE/POISSON/MAMMIFERE MARIN/VIE AQUATIQUE

Dans mon premier panier de Noël, il y a aussi ce magnifique imagier des océans pour MoyenGrand, 10 ans. Explorateur dans l’âme, je suis persuadée que cet album très grand format (28 cmx36 cm) va l’entraîner à la découverte de la faune et de la flore marines comme lors d’une sortie en plongée. Les tirettes, les flaps, les montages sont admirablement bien agencés. Cet imagier est aussi une source d’inspiration car les différents volets s’ouvrent et se ferment afin de créer des animaux extraordinaires. Les illustrations sont d’une précision incroyable. Je pense l’acheter en plusieurs exemplaires pour l’offrir autour de moi. Si vous souhaitez découvrir d’autres réussites de ces auteurs, c’est ici et  dans mes anciennes chroniques !

Et moi dans tout ça ? H.Dubos – 63 p.

Editions du Jasmin – 2009 – 7.60 €

DIVORCE/FAMILLE RECOMPOSEE/LIEN MERE-FILLE/LIEN PERE-FILLE

Lola est une petite fille de 7 ans qui essaie de s’adapter à un bouleversement majeur de sa vie : ses parents divorcent ! Deux parents, deux maisons, deux beaux-parents, des nouveaux frères et sœurs, une nouvelle ville, une nouvelle école et une nouvelle maîtresse : Madame Grumeau, horrible et détestable Madame Grumeau … Que de changements ! Iola est complètement débordée par tous ces nouveaux visages, ces va-et-vient incessants. Mais ce petit BoutdePrincesse est courageuse et volontaire. Elle aborde donc avec philosophie et optimisme cette nouvelle vie. Ce court roman illustré, abordable, dès 6 ans, évite le ton misérabiliste. Il contourne aussi habilement l’écueil du divorce bisounours qui serait une bénédiction pour tous les membres de la famille. Les enfants ne sont pas dupes ! Un beau roman délicat et écrit avec beaucoup de sensibilité. Les illustrations sont parfois juste crayonnées, parfois peintes à l’aquarelle. L’harmonie texte-illustration est très réussie et encourage les lecteurs débutants. Dès 7 ans.

Le vieux fou de dessin – F.Place – 108 p.

Gallimard – 2008 – 5.61 €

JAPON/XIXeme/APPRENTISSAGE/DESSIN/PEINTURE/ART VISUEL

Je continue mon tour du monde de François Place et mon cœur a manqué un battement quand j’ai refermé ce court roman illustré. En 1830, à Edo au Japon, un jeune vendeur de galettes de riz, Tojiro connaît tous les habitants de son quartier. Apprécié de tous, il est la vivacité et l’espièglerie même. Parmi les clients de Tojiro, il y a un homme étrange et un peu fantasque : le peintre Hokusaï. Lors d’une altercation devant la maison de l’artiste, l’artiste invite Tojiro à entrer dans son atelier afin de lui montrer ses dernières œuvres. Tojiro est ébahi devant tant de beauté, chaque estampe est une invitation au voyage, chaque illustration l’envoie au cœur de l’action. Hokusaï observe le jeune garçon et décide d’en faire son protégé et son commis. A partir de ce jour, Tojiro aidera le peintre chaque matin. En échange, le peintre lui apprendra à lire et à écrire. Ce duo maître-élève se révèle être une vraie réussite pour les deux protagonistes. Tojiro devient un jeune garçon appliqué, curieux et volontaire. L’artiste Hokusaï goûte, lui, à nouveau aux plaisirs du rire et de la joie. Au fur et à mesure des jours, le jeune garçon découvre que son maître est un des plus grands artistes japonais de son époque. Illustrateur de talent, son maître est aussi l’inventeur du man-ga : « dessins au fil de la pensée ». Tojiro est fasciné par le dessin mais son maître ne lui a jamais proposé de lui apprendre à dessiner : Tojiro se demande s’il n’a pas déçu son Maître. Ce roman est court et peut-être proposé aux enfants dès 7 ans. En grande partie illustré, cet ouvrage est aussi un documentaire et permet aux enfants de découvrir le Japon du XIXème, les arts visuels comme l’estampe et la calligraphie. Les relations entre Tojiro et maître Hokusaï sont pertinentes et enlevées. Le style de François Place est très agréable, fluide sans être creux, riche sans être indigeste, hum !!! Vous pouvez coupler cette lecture avecComment Wang-Fû sauvé et vos enfants seront comblés !

Comment écrire comme un cochon A. Finn – 154 p.

Ecole des loisirs – 1997 – 8.20 € (coup de Coeur avril 2012)

DEMENAGEMENT/AMITIE/DYSLEXIE/DIFFERENCE/HUMOUR

J’adore, j’adore, j’adore : ce livre n’est pas récent (1997) et c’est quelque part un vieux coup de cœur  « Je crois bien qu’à cet instant j’ai pulvérisé le record du monde de haine pour une nouvelle école. J’ai déménagé autant de fois que vous avez regardé les dessins animés du soir à la télé » : Belle entrée en matière pour Chester, élève rude, ironique, irrévérencieux et un brin sarcastique qui fait une énième rentrée dans un nouvel établissement. Chester est très mûr pour son âge, il semble avoir du recul et il juge sévèrement cette nouvelle école. Comble de malchance, il est installé auprès de Joe : l’élève le plus brouillon du monde. Mais Joe est gentil, aimable, aidant : tout le contraire de Chester. Je sais les ficelles semblent un peu grossières … Néanmoins le récit est truculent, l’écriture ciselée et les dialogues sont singuliers. Notre équipe Joe/ Chester devra réaliser un projet pour la kermesse de l’école et les surprises seront au rendez vous. Les propos tenus par Chester sont parfois un peu rock’n’roll et pas du tout bien-pensants et c’est pour ça que j’adore ce roman : l’enfance n’est pas le pays des bisounours mais la sincérité et la spontanéité sont encore parfois préservées. Dès 7 ans.

Prince de naissance, attentif de nature – J.Benameur / K .Couprie

Editions Thierry Magnier – 2004 – 17.39 €

PERSONNALITE/POUVOIR/ART VISUEL/GRANDIR-DEVENIR

J’ai choisi cet album car j’essaie de lire tous les ouvrages de Katy Couprie, j’aimerais mieux connaître cette illustratrice dont les œuvres me font voyager. Je n’avais pas vraiment regardé la couverture et j’ai été surprise en découvrant un album hors des albums «classiques». Les illustrations sont des photographies de personnages en carton en milieu naturel. Dès la page de garde, le personnage semble sorti de son carton comme un pinocchio qui profiterait du sommeil de son créateur. Couronné, ce prince regarde avec attention le carton dont il vient de s’extraire, de dos, il semble étonné de son exploit. A la première page, on retrouve notre prince qui arpente un chemin. Effectivement, malgré sa noble naissance, il aime se promener en forêt accompagné de sa nourrice qui trouve que ce prince deviendra un roi bon et juste car il est très attentif à toutes les formes de vie qu’il croise. Il évite d’écraser les insectes, il va discrètement pour ne pas déranger les animaux. Mais à la mort de ses parents, il devient roi à son tour. Les obligations du royaume, les conseillers du trône, le détournent de ses préoccupations et briment son empathie naturelle pour les autres. Surtout que les tambours de la guerre appellent tous les hommes dans les rangs. De guerre en guerre, de royaume en royaume, notre jeune roi perd complètement les rênes de sa vie et de ses envies. Heureusement, notre roi, attentif de nature, trouvera la force de dire non et de gouverner comme bon lui semble …Cet album est vraiment différent. L’histoire est surprenante et semble anecdoctique mais j’ai trouvé une réelle richesse dans les thèmes traités, tout d’abord le passage délicat de l’enfance à l’âge adulte : serais-je un adulte fidèle à l’enfant que je suis ? Puis les thèmes de l’amitié, de la performance, de la gloire sont touchants. Le récit est d’une grande finesse et d’une qualité rare. J’ai aimé la métaphore du baptême, de la nécessité de retourner aux sources pour trouver en soi ce que l’on désire être ou pas. Les photomontages sont époustouflants et donnent encore plus de force au récit. Les jeux de point de vue, de zoom, de champ-contre champ permettent d’entrer dans l’image. Cet album innovant est une vraie réussite. Il porte un message d’espoir à tous les jeunes lecteurs. Dès 7 ans.

Le Hollandais sans peine MA. Murail – 56 p.

Ecole des loisirs – 2010 – 6.17 € (coup de Coeur avril 2012)

LINGUISTIQUE/MENSONGE/VACANCES/FAMILLE/AMITIE

Oui je sais ! Encore MA Murail, je sais, j’entends, je prends note mais ce roman est indispensable pour les enfants dès 7 ans. Je dois vous le présenter : Le Père de Jean-Jacques décide d’organiser les vacances de famille à l’étranger afin que Jean-Jacques bénéficie d’un bain linguistique. Que de bonnes intentions ! Jean-Jacques va effectivement devoir parler « étranger » pour passer de bonnes vacances. On suit Jean Jacques dans son parcours du combattant du langage : les aventures sont souvent inattendues, légères et en même temps complètement plausibles : Roman court, hilarant et qui peut déclencher une vraie dynamique de lecture …

Ou es-tu Lulu ? L.Pérouème/C.Rescan – 42 p.

Naïve – 2012 – 12.35

MORT/CHAGRIN/DEUIL/AMITIE

Un matin, Théo arrive à l’école mais son meilleur ami est absent. Inquiet, Théo demande à la maîtresse si elle sait pourquoi Lulu n’est pas à l’école. Les yeux rougis, Emilie, l’institutrice, lui annonce que Lulu a eu un grave accident. Mais c’est la Maman de Théo qui lui dit que son ami est mort et qu’il ne reviendra jamais. Théo ne peut se résoudre à accepter la mort de son meilleur ami. Il pose des questions, il se révolte, il invente mille subterfuges pour retrouver son ami. Théo doit aller au bout de sa détresse, au fond de sa tristesse. Accompagné par ses parents et son amie Pauline sur le chemin difficile du deuil, Théo apprivoisera le chagrin et la solitude. J’ai apprécié la délicatesse du récit, la justesse des questions de Théo. Je pense que nous nous sommes tous posé ces questions un jour mais peut-être qu’en grandissant nous oublions qu’il est nécessaire de les formuler pour comprendre la vie et la mort. De belles métaphores sont proposées pour guider l’enfant dans son cheminement. Les illustrations sont très réussies et fourmillent de détails pertinents qui enrichissent le récit. Le personnage de Théo est vraiment crédible. Le désarroi des parents de Lulu est touchant mais j’ai apprécié la justesse de leurs réponses. Un bel album sur un sujet difficile. Dès 8 ans.

Laurence Pérouème m’a envoyée ce livre et je le présente dans mes coups de cœur avec plaisir.

Sur le thème douloureux de la mort d’un ami pendant l’enfance, je vous conseille ce roman pour les enfants à partir de 9 ans. Il n’est plus édité mais vous pouvez le trouver d’occasion sur le site Amazon par exemple.

Le goût des mûres – B.Smith – 104 p.

Gallimard jeunesse – 2000

Les Gratte-ciel – G.Zullo/Albertine – 38 p.

La Joie de Lire – 2011 – 17.33 €

ARCHITECTURE/VOISIN/CONVOITISE/JALOUSIE/CONSOMMATION

Quel drôle d’album, complètement farfelu, totalement décalé au format original : 18 cmx 37 cm. Sur un papier grège, épais, les doubles pages présentent en opposition deux belles demeures. Sur la page de gauche, la maison de d’Agenor-Agobar Poirier des Chapelles et sur la page de droite, la maison de Willigis Kittycly Junior. Vous noterez la simplicité des noms qui sont aussi long que les limousines garées devant les portes. A chaque tourne de page, les deux maisons prennent de la hauteur et de la valeur. Chaque propriétaire imagine et ajoute des étages avec par exemple une sculpture réalisée par le grand artiste contemporain Michaël Walkerestount, un tigre de Bengale empaillée, une salle de collections mais aussi un ascenseur panoramique, un piano de concert à queue et bien évidemment une bibliothèque de livres rares et anciens. Il est évident que nos deux voisins mènent une compétition féroce pour détenir le gratte-ciel le plus haut, le gratte-ciel le plus beau et bien sûr le gratte-ciel le plus cher. Toute la vie des chantiers est présente en périphérie des demeures en construction : Carlos Grizon le manœuvre, Marcel Cathieux, maître charpentier, Olivio le jardinier et plus de quatre architectes qui se succèdent. A chaque tourne, les pages se remplissent et les gratte-ciel montent de plus en plus haut : la dernière mesure évalue à 1227 m la maison de Willigis Kittycly Junior. Mais les architectes les plus chers du monde sont formels, il est tout à fait impossible de construire plus haut ! Peut-être est ce le moment de reprendre pied sur terre et de vérifier ses fondations : n’est-ce-pas Monsieur Agenor-Agobar Poirier des Chapelles ! Cet album confirme tout le bien que je pense de Germano Zullo et Albertine. Une fois de plus, La Joie de Lire porte bien son nom et j’avoue que j’explore leur catalogue avec délectation. Les illustrations sont très réussies et fourmillent de détails croustillants. J’ai dû le lire plusieurs fois pour faire le tour des immeubles. Les récits graphiques et textuels se mêlent avec harmonie : en partant du rez-de-chaussée d’une des demeures, l’œil est attiré par les différents détails architecturaux puis par les personnages et les dialogues autour du bâtiment, ce petit intermède permet de passer à l’étage supérieur et de découvrir à nouveau des salles, des décors fantastiques. Construit comme un escalier, les récits s’appuient les uns sur les autres pour nous porter tout en haut des gratte-ciel. Mon GrandMoyen, 10 ans, était complètement absorbé par sa lecture. Une belle allégorie de la sur-consommation, comme la Tour de Babel, rien ne suffit, jamais. Il n’y a que la folie des hommes qui soit infinie. Cet album peut être lu dès 5 ans avec un lecteur adulte mais je le conseille à partir de 8 ans pour une lecture autonome.

Le Yark – B.Santini/L.Gapaillard – 80 p.

Grasset Jeunesse – 2011 – 12.35 €

PERSONNALITE/POUVOIR/ART VISUEL/GRANDIR-DEVENIR

Ames sensibles s’abstenir ! Dans cet album, il n’est pas question de gentils monstres, d’abominations aux cœurs tendres ou de bisounours un peu énervés  : non, le yark est une horrible bête qui adore dévorer les enfants. « Il raffole de leurs petits doigts, de leurs petits pieds, de leurs petites langues qu’il mâchouille avec un brin de menthe comme une friandise sucrée et merveilleusement gluante. »Mais ce monstre est difficile car il ne goûte que les enfants sages et ses critères de sélection sont sévères : l’enfant doit être sage, poli, propre et bien élevé. Comprenez bien que le yark vit avec la faim au ventre ! Pourtant il a essayé de varier son menu mais rien à faire le moindre marmot turbulent l’empoisonne et manque de le tuer. Saviez-vous que les bêtises modifient la composition chimique d’un enfant ? (Je suis rassurée le Yark ne mangera pas mes enfants ! Ils doivent être complètement toxiques). Ce monstre affamé cherche désespérément de la chair fraîche et sage. Il cherche, il cherche et à défaut d’enfant, il trouve une idée de génie. Il va voler la liste du Père Noël, la liste confidentielle des enfants sages du monde entier. Mais rien ne se déroule comme prévu et le yark va être confronté à des enfants étonnants qui lui feront découvrir l’amour et l’amitié …Le récit est drôle mais aussi caustique. Le style est fin, les jeux de mots et les clins d’œil sont subtils. Quelques passages caca-boudin pimentent les pérégrinations de ce monstre vraiment pas comme les autres. J’ai apprécié la qualité de la narration qui s’appuie sur un vocabulaire riche et parfois recherché. Les illustrations noir et blanc sont savoureuses. Je conseille sa lecture aux enfants à partir de 8 ans, une fois que les peurs du noir et des monstres sont passées car les descriptions peuvent être terrifiantes pour des enfants plus jeunes.

Cahier de Gribouilles C.Lecullée – 100 p.

Actes Sud junior  – 2010 –  16.60 € (coup de Coeur avril 2012)

ART VISUEL/JEU GRAPHIQUE/IMAGINATION/CREATION PLASTIQUE

Gros coup de cœur pour ce livre d’artiste en herbe. J’ai adoré l’offrir à mon fils. Ce cahier est un ensemble de pages à colorier, à décalquer, à créer. C’est un recueil de dessins, de photos à compléter selon leurs envies : j’ai failli me l’offrir mais je sais que ce serait donner de la confiture aux cochons ! En tout cas, cet ouvrage vaut ses 16 € (quand mm), à offrir à tous les enfants jusqu’à 10 ans !

PHOTO7(1)

PHOTO8

 

62 comments sur “Livres pour enfants: la chronique de Marje #7”

  1. Marie a dit…

    ton poste tombe à merveille, je cherche justement un cadeau pour un petit de 6 ans (le fils d’une amie de la famille, que je ne connais pas), je vais regarder tout ça avec attention! Bonne journée!

    Répondre
  2. LaClairette a dit…

    Pomelo est définitvement l’éléphant le plus craquant pour petits et grands.
    Le dictionnaire du Père Noël est ma bible philosophique depuis longtemps.
    Et je conseille vivement les romans d’Ann Finne (Comment écrire comme un cochon), drôles et faciles à lire.
    Merci Marje pour tous les autres conseils !

    Répondre
  3. Desperate Teacher a dit…

    C’est trop bien Caroline ton blog en décembre, c’est trop comme un calendrier de l’Avent bloggesque et virtuel, tous les jours une nouvelle surprise, j’adore!
    Et une holà virtuelle pour Marje, je saurai où venir chercher le jour où j’aurai à acheter des livres pour des tout petits et des moins petits, merci à elle et xx à toutes

    Répondre
  4. Marje a dit…

    J’espère que cette chronique va aidera pour vos achats de Noël. Lorsque mes enfants ouvrent leurs cadeaux, leurs yeux pétillent à l’ouverture des playraides et des golé. Lorsqu’ils tombent sur un livre ou une BD, ils le posent à côté d’eux avec un sourire poli. Généralement, après la tornade, je ramasse les ouvrages et les dépose dans chaque chambre. Je ne m’inquiète pas car je sais que dans quelques jours ou quelques heures, ce sont ces livres qui vont les accompagner toute l’année. Je sais que mes fils les découvriront au fur et à mesure, un petit bout de Noël demain, un autre dans 2 mois … Comme le Petit Poucet ! Bonne lecture et bon marathon de Noël …

    Répondre
  5. Joelle a dit…

    J’ai une colle pour Marje.
    Voici que ce Noel j’ai eu l’idée (géniale ou sotte allez savoir) d’offrir à chacun des enfants de moins de 12/13 ans de mon entourage un livre dont le héros (ou l’un des héros, allez je suis pas psycho-rigide) porterait le même prénom qu’elle/lui. Je suis bien consciente que le dire ici c’est en gros me faire piquer l’idée par le million de lecteurs de Caro…c’est cadeau ! Donc Mme Marje la fée, comment je fais moi pour trouver ça ? les libraires indépendants de la ville se comptant sur le doigt d’une main, ont un personnel plus que réduit,etc.. j’aimerais arriver avec une liste. Mais autant je sais faire des recherches sur les BDD scientifiques autant là.. je sèche.. Merci Mme Marje pour vos bons conseils

    Répondre
  6. Dijo du Gard a dit…

    Plus trop de petits autour de moi mais un grand merci à Marje pour ce travail titanesque et ces conseils livresques super intéressants.
    Bonne journée et bon we à toutes.

    Répondre
  7. fmior03 a dit…

    Merci Marje, c’est génial! Il y a tant de choses dans les librairies pour enfant qu’on ne sait que choisir donc cela va être d’une aide précieuse 🙂

    Caroline, je crois que Typepad s’est vengé avec les polices de caractère de ton post… m’enfin, même pas peur!

    Répondre
  8. mammouth a dit…

    Je suis comme toujours soufflée par l’immensité de ton travail. Je ne sais pas si tu te rends compte de tout le talent que tu as pour nous raconter les livres. Sans compter ta présentation si belle et si pratique. C’est très impressionnant, je te le jure. Merci à caro et à toi de nous l’offrir en pdf. Un cadeau, chaque fois.

    Répondre
  9. Geneviève a dit…

    J’ai téléchargé ta chronique Marje, merci et merci Caro !
    Comme j’ai besoin de légèreté ces jours-ci, je retiens que tu partages comme moi le goût pour les romans d’Anne Fine. Je recommande vivement les romans pour enfants (TOUS) mais aussi ceux pour les grands aux Éditions de l’Olivier: un bonheur de lecture.

    Répondre
  10. Shakti a dit…

    Bon, ce matin, je vais faire mon intéressante…(pour rire, hein !)
    La vague, ça s’écrit OLA (sans H), avec le « H », ça veut dire « Salut ». Ce qui est bien aussi.
    En fait, on peut faire la ola en disant Hola ! 😀
    Bonne journée

    Répondre
  11. chrisssine a dit…

    ollllllllllllllllllllllllllaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

    je passais en losdé, je m’arrête quand même pour imprimer cette chronique (j’ai toujours besoin d’idées de livres à offrir) et un immense merci et chapeau bas à Marje.

    pour rebondir sur ses recos, j’ai offert à mon loulou de 3 ans « Un livre » : gros succès à la maison et à l’école. merci, merci, merci Marje.

    Répondre
  12. Covima a dit…

    Wahou mais quel boulot !!! Je n’imaginais pas en demandant ses idées à Marje il y a qq jours que ce serait si riche (les pop-up, les pop-up !!!), alors là bravo Marje et Olaaaa !
    Merci Caroline d’avoir devancé les désirs d’une lectrice, j’ai déjà téléchargé les listes précédentes, celle-ci ne va pas faire exception !
    Je reviens plus tard déguster tout ça…

    Répondre
  13. berengere a dit…

    Merci Caro merci Marge !!! Une hola à l arrêt de bus pour vous 2 ! Je ne crains pas le ridicule ! Quel boulot ! C est bien qu on te garde pour nous, non ??
    Cette chronique me ravit à bien des sens !!! En effet la biblio de mes filles contient 80% des ouvrages cites pour les 0/3 et les 3/6 et même qq livres de la sélection 6/9 comme ma fabrique à histoires et le dimanche de Rita…et le cahier de gribouilles qu on renouvelle fréquemment entre les collages des stickers panini monster High !!!
    En plus d être addict des fringues et accessoires je vénère la littérature pour enfants ! D ailleurs je les devore avant de leur en faire la lecture !!! Mon trajet bus est terminé…je suis arrivé ….chez Decître !!!
    Bonne journee

    Répondre
  14. Bellechuchu a dit…

    Marje…

    Je confirme le Cahier de gribouilles est extra. La maman instit’ d’un copain de Louise lui a pris pour l’anniv’ entre cop’ et elle adore.
    Merci pour ce travail fastidieux!

    J’en profite pour te demander si tu connaîtrais une référence reprenant les fables de La Fontaine en version abordable pour les enfants de 5 ans sachant que ma fille est assez mure pour donc on peut tabler aussi sur les tranches d’âge supérieures.

    Caro… désolée de squatter les com’ aujourd’hui mais ça fonctionne alors j’en profite 😉 Merci encore pour tes billets délicieux.

    Répondre
  15. Lau a dit…

    Merci Marje, je dévore ta liste avec fruition! En ce moment nous sommes sous le charme de Tobie Lolness et de sa lutte contre l’affreux Jo Mitch, que je lis tous les soirs avec ma fille (elle a 10 ans mais n’est pas francophone donc nous continuons de lire ensemble le soir, un peu parce que je sais que même si elle a toujours un livre sous le coude, elle n’ouvrira pas un livre en français toute seule, beaucoup parce que l’intimité de l’histoire du soir, en pij’, lovées dans le canapé, reste un moment que la miss est très attachée – ok, moi aussi). Je vais mettre Vango et quelques autres dans notre panier lors de notre prochain passage en France. Tu les as peut-être déjà recommandés mais nous avions adoré Verte et Pome de Marie Desplechin.

    Répondre
  16. Marje a dit…

    Merci à toutes vos commentaires d’encouragement ! Je suis fière et légère aujourd’hui. Je suis contente que vous trouviez des idées de livres à offrir. En ce qui concerne les Fables, Bellechuchu, je te conseille Les Fables illustrées par Rebecca Dautremer – Magnard Jeunesse – 13.20 € ou 4.95 € slon le format. Cette illustratrice est vraiment talentueuse. Son interprétation des fables est originale et réussie. Je l’ai rencontré cette semaine, c’est une femme chouette dans tous les sens du terme.

    Répondre
  17. Miss Math a dit…

    Merci beaucoup pour ton travail fait avec passion Marje. Je cherchais justement une idée de livre pour un enfant de 7 ans, je vais lui offrir « Le hollandais sans peine ». Et pour une jeune fille de 12 ans, j’ai choisi « Mon nez, mon chat d’amour et moi ». Encore merci!
    Je cherche aussi un livre pour un jeune garçon de 15 ans. Vu qu’il aimerait être journaliste sportif, j’aimerai bien trouvé un livre sur le thème du sport. Si quelqu’un a en tête un livre d’un journaliste sportif qui raconterait son travail avec passion, je suis preneuse.

    Répondre
  18. Bellechuchu a dit…

    Ah oui son nom me disait quelque chose! J’aime beaucoup son style, je le trouve très doux. J’ai déjà eu l’occasion de voir plusieurs de ses livres, lors des séances de lecture où j’emmenais les enfants à Lyon. Et Louise, la fois dernière, à la bibliothèque a choisi Princesses oubliées et inconnues comme livre à lire.
    Et je viens de m’apercevoir que c’est elle aussi qui illustre la série « les questions de Justine » chez BELIN.

    Je regarderai le titre que tu me proposes la prochaine fois que j’irai dans un temple de perdition financière… 😉

    Répondre
  19. Stephanie a dit…

    Elles ont tout dit !! Que Maje est merveilleuse de nous permettre d’entrer dans son monde à elle, que j’aime et que j’adore cette chronique… Et que j’ai hâte d’avoir la suite et que je trépigne-pigne-pigne !

    Répondre
  20. Céline a dit…

    J’ai lu attentivement l’avis de Marje sur Pomelo… Parce que Pomelo, c’est LE grand amour de mes jumelles!!!l
    La bibliothèquaire nous l’an conseillé l’an dernier et nous l’avons rapporté à la maison sans trop savoir de quoi il s’agissait…
    Et la magie a opéré… Tous les jours pendant 3 semaines nous avons du lire « Pomelo grandit » et je pense que ce livre ne se lit pas au même niveau quand on est enfant ou adulte…
    Depuis un an, quand on va à la bibliothèque, les filles cherchent toujours leur ami Pomelo et quand on retombe dessus c’est la liesse!!! Une vraie holà!!! Pour Noël, leur marraine est mandatée pour nous livrer l’éléphant rose à domicile… (J’ai hâte de voir leur tête!)

    Répondre
  21. Marje a dit…

    J’ai compris, Monsieur Zetesvoushumain n’accepte que les mini commentaires. Céline, le nouveau Pomelo est très bien : Pomelo et la grande aventure, c’est le PèredeNouel qui doit me l’apporter !

    Répondre
  22. Marje a dit…

    Miss Math, j’ai lu Arsène – J.Arnaud – Casterman – 12.80 €. Le héros souhaite devenir commentateur sportif. J’ai aimé ce roman mais le héros n’est pas crédible. Il a normalement 12 ans mais ses réactions correspondent à un enfant de 8/9 ans …

    Répondre
  23. Marje a dit…

    Ce décalage a aussi gêné mon fils de 11 ans qui est en 6è comme le héros. L’identification n’a pas fonctionné. Ce roman n’est donc pas dans ma chronique. L’enfant concerné a 15 ans, il a la maturité nécessaire pour apprécier ce roman sans s’identifier. Il pourra trouver une belle histoire d’amour et beaucoup de références au football … Je cherche dans mes tablettes si j’ai mieux.

    Répondre
  24. Marje a dit…

    Stella, les applis ne fonctionnent pas avec les Loups, pas de grasse matinée en Touraine. Desperada, dis-moi que tu es medium, extralucide ou cartomancienne … Zut ! Merci encore à toutes d’être là.

    Répondre
  25. sandrinett' a dit…

    Merci beaucoup pour cette nouvelle chronique, je me suis « inspirée » (euh plus que ça même) de la dernière pour les cadeaux de Noël de mes nièces. Enfin j’ai envoyé la liste au père noël quoi.

    Répondre
  26. AnneduSud a dit…

    OOOOOOOOLLLLLLLLLLAAAAAAAAAAAAAAAAAAA
    Je suis accro de tes chroniques!!!
    J’en suis encore à la précédente. Ce matin, j’ai récupéré chez mon libraire chéri: Petit Prince Pouf, le Colorissimots, Il faut le dire aux abeilles et Le livre le plus génial que j’ai lu. J’attends ce soir pour les lire.
    Je peux même pas dire que c’est pour offrir à mes petits enfants à Noël… C’est juste pour moi!
    Du coup, je n’ose pas lire en détails ce que tu as écrit aujourd’hui mais je télécharge.
    J’ai survolé et ai juste quand même repéré Le livre des bruits, incontournable ici et Le livre (sur la photo) qui est trop fort, ça fonctionne à tous les âges, ma fille de 23 ans était hilare la première fosi où elle l’a lu!!!!
    Un idée de livre pour un Anatole d’un an? Avec son prénom? Il a un grand frère qui a deux ans mais Loévan, c’est plus compliqué….
    Et encore un immense merci, je suis certaine qu’un jour tu devrais te faire repérer pour tenir une rubrique dans un journal!!!

    Répondre
  27. DOMINIQUE a dit…

    Marje, bien que n’étant absolument pas concernée (je suis plutôt dans la vieillerie), je te tire mon chapeau. Un travail de fourmi, un travail intelligent, de quoi faire pâlir n’importe quel critique littéraire.
    Je me demande comment tu te débrouilles, entre tes enfants, ton boulot et tes critiques littérature enfants.
    Il n’y a pas de doute : les femmes ont plusieurs cerveaux.

    Répondre
  28. Marje a dit…

    AnneduSud, je pense à En route Anatole – Milan – 14 €. Cet ouvrage fait partie d’une série. Je l’ai feuilleté à la librairie mais je ne l’ai pas lu … Pour les livres personnalisés, j’ai reçu un mail d’un éditeur qui propose des livres personnalisés http://lescontesdelapetiteboutique.com/. j’espère que tu trouveras ton bonheur.

    Répondre
  29. Marje a dit…

    Dominique, merci. Ton commentaire me donne de l’énergie et me touche sincèrement ! Quelque soit l’âge, je te conseille Vango et chaque soir à 11h ! Promis, juré, ces romans sont excellents. J’ai testé sur une amie (53 ans) qui ne goûte pas trop la littérature jeunesse et elle a adoré ! Tu peux les trouver en bibliothèque normalement …

    Répondre
  30. DOMINIQUE a dit…

    @ Marje : merci pour le tuyau. La bibliothèque de mon trou ressemble plus à un vide-grenier qu’autre chose. Cependant c’est noté et je vais brancher une librairie géniale à Marseille, qui a TOUT. Un lieu de perdition.
    Je n’ai rien contre la littérature jeunesse, loin de là. Dans les cartons de livres de mes parents j’ai retrouvé « les malheurs de Sophie », texte original, sur lequel j’ai fait mes tout premiers pas de lecture seule, dès que j’ai commencé à apprendre à lire au CP. A le feuilleter, j’ai retrouvé ma joie de toute petite fille, de pouvoir lire seule. Il est tout mâchouillé, ce livre, mais c’est un trésor.

    Répondre
  31. Marinambule a dit…

    Je dirais même plus: olalalalaaa!
    Quel boulot! Un jour prochain je vais imprimer toutes tes chroniques, les relier et aller faire un carnage dans la librairie du quartier!
    Je confirme que le hollandais sans peine marche du tonnerre: mon grand CE1 a du le lire pour l’école et on s’est bien amusés tous les deux!
    Et je vais me laisser tenter par comment écrire comme cochon…
    Tu en as peut être déjà parlé mais en ce moment nous (avec mon 5 et mon 7 ans) sommes plongés dans Champignon Bonaparte et c’est un délice: « Il en va des champignons comme des gens, certains sont délicieux, d’autres juste comestibles, quelques uns sont de vrais poisons »
    Merci merci pour ce boulot phénoménal et tous ces précieux conseils. On est vernis ici 😉

    Répondre
  32. Kez a dit…

    Merci pour cette liste, je l’ai fat circuler.

    Pourquoi ne pas faire votre propre site avec un lien vers un libraire en ligne qui vous reverserait une commission, cela serait une juste rémunération pour votre travail. Et puis pas obliger de prendre un monstre en ligne, il y a des libraires indépendants en ligne.

    Répondre
  33. dola a dit…

    Merci Mille fois à Marje et Caro , cette chronique est une vrai mine d’or :-)).
    En France je passais beaucoup de temps à discuter avec les libraires ou les bibliothécaires et ne ratais jamais le Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil ( j’y avais d’ailleurs acheté en autre les Fables de la fontaine illustrées par Rebecca Dautremer, les enfants l’adorent).

    Ici à Berlin, c’est beaucoup plus limité ( enfin pour les ouvrages en français ) et je vais pouvoir piocher dans cette chronique des livres pour Noël que je ferais envoyer.
    Je suis complètement incapable de choisir un livre enfant sur le net…tous les livres offerts jusqu’à maintenant ont été testés et/ou feuilletés.

    Répondre
  34. Aline a dit…

    Mille mercis Marje pour cette nouvelle chronique toujours aussi alléchante, je m’en inspire bcp pour mes nièces et mon neveu, et ds quelques temps je serai ravie de me replonger dedans pour le bout’chou qui a élu domicile ds mon ventre 🙂 C’est vraiment un travail extraordinaire et c’est génial de nous en faire profiter. D’ailleurs un grand merci à Caro qui partage cette mine d’or avec nous!! Dominique, pourriez-vous partager l’adresse de « la librairie qui a tout  » à Marseille, ça m’intéresse et je ne suis peut-être pas la seule… Merci et bonnes lectures à toutes

    Répondre
  35. Marje a dit…

    Kez c’est une idée … Marinambule Comment écrire comme un cochon est un vrai bonheur de lecture. Je l’ai lu plusieurs fois par plaisir. AnneduSud, merci beaucoup. Dominique, cet été, j’ai lu les Malheurs de Sophie. J’ai trouvé ce roman difficile et un peu obscur. Je ne sais pas ce qui est Sophie ? Petite fille modèle ? Psychopathe en puissance ? J’ai aussi lu Peter Pan de Barrie et là aussi, le personnage est difficilement « cernable ». Il me reste Pinocchio de Collodi mais pour l’instant je n’arrive pas à le finir …

    Répondre
  36. DOMINIQUE a dit…

    @ Aline : cette librairie est dans une rue vers le bas de la canebière, elle donne sur la place où il y a un manège ancien (bonjour la précision). Je l’ai repérée depuis la boutique Nespresso. Elle est juste dans la rue qui longe cette boutique.
    Je suis une nullité géographique. Et bien sûr je n’ai pas retenu son nom, ce serait trop simple.
    Félicitations Aline pour ce petit habitant de ton ventre.

    Répondre
  37. DOMINIQUE a dit…

    @ Marje : en y repensant, c’est un roman très bien pensant façon XIXème, tout en étant un tantinet cruel. Et décalé par rapport à aujourd’hui.
    Je détestais Camille et Madeleine.

    Répondre
  38. Aline a dit…

    @ Dominique : je vois très bien de quelle librairie il s’agit, elle s’appelle L’Odeur du temps. Elle est effectivement très bien. Merci pour l’info et votre petit message.

    Répondre

Laisser une réponse à chrisssine

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>