Le Choix, de Désirée et Alain Frappier, une BD à offrir à toutes les femmes (et aussi aux hommes)

COUV le choix 3.indd

Désirée a passé son enfance à chercher sa place, trimballée de familles d’accueil en internats, avec, comme une parenthèse enchantée, une année chez celle qu’elle appelle « le bonheur », sa grand-mère, à Biarritz. Pourquoi ses parents semblent-il dépenser autant d’énergie à s’éloigner d’elle ? Pourquoi cette carte famille nombreuse dans sa poche et ces voyages pourtant seule ? Et ce prénom, Désirée, comme un pied de nez ? Les réponses à ces questions se trouvent dans un vieux carton, oublié dans un grenier…

L’enfance de Désirée Frappier dans les années 70 est contemporaine des débats sur l’avortement, la contraception, l’émancipation des femmes. Avec sa propre histoire comme fil rouge, elle raconte celle avec un grand H dans un roman graphique absolument magnifique, illustré d’un trait précis et poétique par Alain Frappier. Le Choix est à la fois une autobiographie, un reportage ultra documenté sur cette lutte qu’ont livrée les femmes pour obtenir le droit de disposer de leur corps. C’est un manifeste qui ne tombe pas dans le pamphlet, c’est un voyage dans le temps et les mémoires d’une jeune fille qu’on aurait voulu ranger. Un bijou qui vous change forcément un peu et qui reste longtemps en tête.

B81pMWwCUAEuWqz.jpg_large PlancheA_236477

Offrez-vous Le Choix, donnez-le à vos filles, faites-le lire à vos fils. Plus efficace qu’un cours d’éducation civique (j’allais écrire physique, délicieux lapsus), cette BD m’a bouleversée. J’ai retenu notamment cette phrase si belle, que Désirée écrit à propos de cette grand-mère morte sans qu’elle n’ait pu la revoir: « C’est tellement petit un au-revoir quand il oublie de dire adieu »…

La maison d’édition « La Ville Brûle » publie également de nombreux ouvrages frappés au sceau du féminisme, de l’égalité des sexes et de l’engagement. Rose a adoré « On est pas des poupées » et « On est pas des super héros », graphiques, drôles et bienvenus pour contrecarrer les idées cucul de Violetta.

Le Choix, de Désirée et Alain Frappier, éditions La Ville Brûle

 

39 comments sur “Le Choix, de Désirée et Alain Frappier, une BD à offrir à toutes les femmes (et aussi aux hommes)”

    • Jade a dit…

      Pour les Montreuillois(es) je viens d’apprendre qu’ils seront à la librairie Folie d’encre entre 11 et 14h pour rencontrer leurs lecteurs.

      Répondre
  1. Geneviève a dit…

    C’est sûr et certain que je vais chercher cet album: tu donnes très envie, j’aime le dessin et surtout, je n’ai jamais compris et aimé cette expression « TOMBER enceinte » ET « SE FAIRE avorter »… C’est peut-être un peu ridicule mais, dès les 1ères vignettes, je sais que ça va m’interesser.

    Répondre
  2. Maripi a dit…

    Je ne lis jamais de BD…vraiment jamais… même gosse, je ne lisais pas les « classiques »…mais là tu me tentes et je vais l’acheter, pour moi et pour ma fille aussi…je doute que mes fils (adultes) aient envie de la lire mais je peux toujours la laisser traîner sur la table de salon…comme ils sont curieux…peut-être l’ouvriront-ils , au moins leurs compagnes !!!

    Répondre
  3. Xochitl a dit…

    Je suis très curieuse de découvrir cette BD après la présentation que tu en fais.
    J’aime bien quand tu donnes des avis sur des bouquins, cela me permet de découvrir des auteurs inconnus ou des livres qui, à priori, ne m’auraient pas attiré. Dans une librairie j’aime beaucoup me laisser porter par mon instinct, être attiré par un titre, une couverture, répondre à l’appel d’un livre. Mais la production est tellement importante que c’est chouette aussi d’avoir des références à chercher sur les conseils de quelqu’un. C’est amusant de découvrir ce que d’autres aiment lire. Et puis savoir ce que quelqu’un aime lire c’est aussi apprendre à le connaître.
    Très belle journée presque de printemps pour le bleu du ciel

    Répondre
  4. Xochitl a dit…

    Pour l’expression « tomber » enceinte je ne l’aime pas non plus mais si maintenant nous avons le choix de décider du moment de notre grossesse, avant les femmes n’avaient pas cette possibilité. Et « tomber » enceinte était un terme approprié, car c’était un état pas toujours choisi.
    On est d’accord je ne cherche pas du tout à faire la leçon. Mais l’histoire des mots est passionnante et quand on les contextualise ils prennent une toute autre dimension. Moi dans « tomber » enceinte je vois une situation subit et ce terme m’attriste. Je pense à un reportage vu il y a longtemps sur l’avortement et je me souviens des femmes effondrées car elles étaient enceintes pour la 4è, 5è, 6è fois. On voyait dans leur yeux combien c’était affreux et un tel désespoir. « Tomber » enceinte me fait penser à elles.

    Répondre
  5. Suzanne a dit…

    Mon fils ne sait même pas encore comment on fait les bébés. Misère.
    Il est pétri de certitudes à ce sujet d’ailleurs.
    « Maman, un jour, tu es allée à viens de récupérer hôpital et la cigogne est venue t’apporter un bébé »
    « Oui ? Elle aurait été bien sympa de le déposer un peu plus loin, alors et pas directement dans ma. ..euh. ..là »
    Mais je retiens pour le moment l’idée des autres parutions de cette maison d’édition. Et sans doute acheter Le Choix pour moi même personnellement (je viens de récupérer une nouvelle CB, perdu la mienne juste avant les vacances et j’ai donc rien pu m’acheter AAAARGH je suis en manque).

    Répondre
  6. Marilune a dit…

    J’aurais pu passer à côté de cette BD sans y prêter attention ( en ce moment, on est plus du côté des mangas dans la famille), et ça aurait été vraiment dommage, j’aime le dessin, le thème m’intéresse fortement… Merci de la découverte Caroline.

    Répondre
  7. viobulle a dit…

    Merci Caro! Ca a l’air génial cette BD.

    Et puis la phrase sur la grand mere , ca me touche et ca me fait pleurer, moi qui suis en train de perdre la mienne, mais étant a 2000 Kilomètres d elle , je ne peux pas aller la voir. Et puis elle est dans le coma. Je lui dirai jamais au revoir.

    Mais cette phrase me rassure.ou plus précisément la façon dont je l interprète me rassure!

    Bonne journée à tout le monde,

    Répondre
  8. dandan a dit…

    je l’ai lu pour le « comité de lecture » de ma médiathèque municipale, je vais le recommander à l’achat( pour la médiathèque et mes amis)
    j’ai tout aimé mais le passage sur « le bonheur » est extraordinaire et tragique, ça m’a tordu le cœur.
    un ouvrage magnifique et indispensableà offrir et à s’offrir

    Répondre
  9. Niña a dit…

    Fan de romans graphiques et des petites histoires dans la grande Histoire, cet album me fait vraiment de l’œil. J’achète de plus en plus d’albums (La Panthère et Ici sont les derniers, et je les conseille vivement !) et de moins en moins de livres de poche… la bibliothèque va bientôt exploser !

    Concernant « On n’est pas des poupées » et « On n’est pas des super héros », je les ai commandés, mais je n’ai pas encore eu le temps de m’y pencher. Je me demande dans quelle mesure que pourrai les offrir à des enfants de mon entourage (je n’ai pas d’enfants) dont les parents sont peu sensibilisés aux questions « de genre ». Si vous avez des avis sur la question, je suis preneuse ! (Et il faut que je les lise aussi pour me faire une opinion, évidemment.)

    Répondre
    • Marje a dit…

      Je ne connais pas cette BD mais j’aime les ouvrages jeunesse de la Ville Brûle. On n’est pas des poupées et On n’est pas des super héros sont top. Les illustrations de Claire Cantais sont graphiquement saisissantes. J’ai aussi beaucoup aimé Pourquoi les riches sont de plus en plus riches … Mes deux aînés et moi-même avons appris beaucoup de ce documentaire. J’ai rencontré Marianne au Salon du Livre, c’est une femme charmante ! Malgré mon horrible rhume, j’étais été chaleureusement accueillie …Demain, mission BD !

      Répondre
    • Marje a dit…

      J’offre souvent ces albums à des PetitsProches dont les parents sont justement pas très cool sur le sujet … Je n’ai jamais eu de retour négatif. Peut-être qu’ils ne les ont pas lu, peut-être qu’ils ne se sentent pas concernés mais je suis contente que leurs enfants les découvrent !

      Répondre
      • Niña a dit…

        Merci Marje pour ton avis éclairé !!! Je lirai ces albums, puis je les distribuerai autour de moi. N’étant pas mère moi-même, j’ai parfois peur de paraître « moralisatrice » auprès de mes amis parents quand j’aborde ces questions…

        Répondre
  10. Petite Madame a dit…

    Oh merci ! Je vais l’acheter le plus vite possible, j’adore les romans graphiques (notamment ceux de Bastien Vivès) et celui-ci m’attire énormément !
    Très bon vendredi et bon weekend à vous !

    Répondre
  11. Mireille a dit…

    Caro, je te déteste…A cause de toi, je suis allée chez Cultura ce midi…A cause de toi, je suis sortie avec « Le Choix »…accompagné de 11 autres livres (pour ma grande, ma petite et moi-même)…Il faudrait que je me fasse interdire de librairie comme on se fait interdire de Casino!!!
    Je te souhaite un très bon week end!!!

    Je penserai à toi, on signe le compromis pour notre nouveau nid samedi…Il y a une mare à poissons 😉

    Répondre
  12. marieal a dit…

    olalalalala encore un livre à prévoir de plus sur la pile, j’ai aussi celui de b beaulieu à acheter ( le nouveau…tu l’as lu?) , je vais jamais m’en sortir!

    Répondre
  13. Reine a dit…

    Du coup , ce weekend j’ai acheté des mêmes auteurs  » la vie sans mode d’emploi  » ( le sous titre : sacrées années 80 , évidemment ça me parlait) . Désirée raconte son arrivée à Paris, et ses galères… C’est chouette parce que ça correspond à l’époque où moi aussi j’ai tenté la grande aventure. Merci pour la découverte !!

    Répondre
  14. Mel (une autre) a dit…

    Il est près de minuit et je viens de lire « La vie sans mode d’emploi » (sous-titre : Putain d’années 80 !) ainsi que « Le choix », et les deux m’ont passionnée et touchée. Je vais vite me procurer « Dans l’ombre de Charonne », leur premier roman graphique. J’ai tout apprécié : la démarche, les dessins, les textes, les souvenirs qui remontent à la surface… Franchement, je ne connaissais pas ces deux auteurs, alors je te remercie une nouvelle fois pour la découverte, Caroline.

    Répondre
  15. Elch a dit…

    Chez le même éditeur, il y a aussi le très bon « j’ai avorté et je vais bien, merci » du blog Les Filles des 343 qui est carrément salvateur dans le discours culpabilisant autour de l’avortement… je l’ai même fait acheter au CDI de mon lycée…

    Répondre
  16. lagune a dit…

    Acheté et lu. Merci pour ce conseil! J’aime vraiment beaucoup: la qualité du dessin et du propos. Je crois que c’est un livre indispensable.

    Répondre
  17. MICHELE LEROY a dit…

    je considère ce livre comme un témoignage majeur sur la liberté des femme a disposer de leur corps, et celle des hommes associés à ces évènements. Le récit est sobre, généreux, infiniment documenté, comme toujours chez les Frappier. Les dessins en parfaite harmonie avec les textes. J’ai autant été touchée par les mots, de jolies phrases, le poème de la fin du livre d’où jaillit le bonheur du couple au travers d’un vieux filet de badminton que par la profondeur des regards de Marie et Adam au moment de leur décision. C’est aussi un livre qui nous emporte dans un questionnement sur la laïcité au sein de notre société. J’ai adoré

    Répondre

Vote commentaire

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>