La fille du patron

Ces derniers temps, je rattrape le temps perdu en me regardant des films sortis il y a un moment et que je n’ai pas eu le temps d’aller voir au cinéma (non, je n’ai pas encore vu La la land, c’est prévu pour la semaine prochaine). Parfois je tombe sur des nanards mais parfois, sur des pépites. Et « La fille du patron » en est une. Un premier film, avec quelques défauts bien sûr, mais d’une grande justesse et qui décrit avec beaucoup de subtilité un monde ouvrier en perdition, menacé par les rachats et les délocalisations. Son réalisateur, qui joue aussi le premier rôle, est, en plus d’être un excellent acteur, d’une beauté assez… Ok, j’ai peut-être un poil succombé à son charme.

Le pitch est simple: une petite entreprise de filature se débat pour survivre. La fille du patron, jeune et jolie, vient faire une étude sur les conditions de travail des ouvriers et tombe sous le charme de l’un d’entre eux, chef d’équipe ténébreux dont le mariage part en vrille. Il y a quelque chose qui ressemble à du Guédiguian dans la façon dont sont brossés les personnages, dans cette solidarité teintée de conflits, dans l’énergie avec laquelle tous s’investissent pour gagner la finale du championnat de France de rugby interentreprises. Tous sont beaux dans leur colère, dans leur volonté de rester debout malgré les menaces de licenciement qui grondent. Et puis il y a donc cette histoire d’amour, improbable et pourtant crédible.

Du joli cinéma, sensible et engagé, une pincée de Ken Loach, une autre de Kechiche et la magie d’Olivier Loustau, réalisateur donc (et bombasse). Si vous êtes abonnés à Canal +, il est en VOD, sinon je pense qu’il est sorti en DVD. Bonne journée.

36 comments sur “La fille du patron”

  1. Valdeslandes a dit…

    Il a un petit côté animal pas désagréable… Et il a joué dans la graine et le mulet, ceci explique peut-être cela. Bonne journée.

    Répondre
  2. Nathalie a dit…

    Ce que tu en dis donne très envie de le regarder en tous cas. J’aime particulièrement les « premiers » (livres, films, rendez-vous, amours) et ce que ça comprend de tâtonnements et de fraîcheur. Bonne journée

    Répondre
  3. Daphné a dit…

    Merci pour cette si jolie idée Caro. Dans un article Olivier Loustau dit qu’il a fait ce film en hommage à son père, ouvrier. Pour suivre le fil que tu déroules ( paie ta métaphore à deux balles ), j’avais beaucoup aimé Brodeuses, sorti en 2004.

    Et j’envisage sérieusement de retourner voir La La Land avec mon petit gars ! ( OK, j’avoue, rien que la scène d’ouverture mérite à elle seule une place de cinéma ).

    Répondre
  4. anne a dit…

    Je note aussi. En revanche, déçue d’un côté par La la land. Et pas déçue non plus …. enfin bref je ne sais pas trop quoi en penser. Sinon, Ryan Gosling est ….. comment dire …. à croquer !!!
    Bonne journée

    Répondre
  5. leyleydu95 a dit…

    Téléchargé sur canal hier grâce à un copain qui me prête son code;je le regarderai ce week-end sans doute…Vu hier soir : »merci patron » sur la même chaine…J’ai adoré et je vous le conseille car c’est assez jouissif en ces temps ou tous les puissants semblent se gaver sur notre dos de voir un grand patron trembl(ott)er devant un couple qui n’a plus rien à perdre!

    Répondre
  6. Chloé a dit…

    Bonjour Caroline, je l’ai également regardé sur canal, beaucoup aimé et aussi un peu craqué sur Vital! Et quel changement pour Christa Theret depuis LOL …
    Belle journée

    Répondre
  7. Sofy a dit…

    D’abord
    😀 pour le commentaire de l’Homme, que j’aperçois juste au dessus du formulaire « Vote commentaire » -je souris à chaque fois de ce lapsus écrit- que je suis en train de remplir !!
    Et ensuite je me souviens très bien que cette sortie m’avait intriguée parce que
    1) j’avais beaucoup aimé l’interview du réalisateur chez Charline & Co sur Inter
    2) Il se trouve que j’avais tilté sur son prénom-nom, puisque celui-ci est composé pour moitié de mon nom de famille et pour l’autre de celui d’une fratrie de copains d’enfance de mon frère et moi… Impossible à oublier donc !
    Avec ta validation en plus, je m’y pencherai donc avec plaisir quand j’en aurai l’occasion 😉

    Répondre
  8. semaphlore a dit…

    Merci pour ce conseil, je vais regarder ce film ce week end. Je me permets aussi un conseil : j’avais vu le film au cinéma et je l’ai revu il y a quelques jours, puisqu’il est maintenant dispo en VOD (en tout VOS orange) : il s’agit de « Victoria » avec Virginie Effira. Très bon film, avec une petite touche d’originalité, acteurs excellents (Vincent Lacoste viril :-)), à mon humble avis.

    Répondre
  9. Rouille a dit…

    Comme il m’avait touché ce film… Il m’avait semblé profondément juste, juste et sensible.
    Et puis j’ai reconnu quelques traits de ma propre histoire dans les personnages, ça doit jouer sans doute aussi un peu…
    Belle journée

    Répondre
  10. Reine a dit…

    Ce qui m’a rendu triste dans ce film, c’est la fin de la relation du héros et de sa petite fille. ..Oui bien sûr il lui promet de revenir, que ça ne changera rien mais on sait bien qu’il vit un truc fort, qu’il a envie de vivre plein de nouvelles sensations. …Le regard résigné de la petite fille sur son père. ..poignant

    .

    Répondre
  11. Guillemette a dit…

    Oulala, je me le note pour une prochaine soirée ! Merci Caro !
    Ah et puis pour aller dans le sens de l’Homme, Effira est bandante. Même pour une femme hetero comme moi. Quelle immense bombe, avec cervelle et humour en sus. The femme, quoi !

    Répondre
  12. Ludivine a dit…

    Merci Caro pour ce billet ! Je viens de le voir (privilège d’être aussi indépendante et de faire ce que je veux un vendredi après-midi :-)).
    J’ai beaucoup … beaucoup aimé … de beaux acteurs, une vraie histoire et des émotions ! Le cinéma comme je l’aime.
    Et moi aussi pas pu m’empêcher de penser à sa relation avec sa fille 🙁

    Répondre
  13. Sandrine a dit…

    Bonjour, j’arrive un peu après la bataille, mais j’ai également beaucoup aimé ce film. Je l’ai vu dans des circonstances un peu particulières : il était projeté sur la plage de Sète dans le cadre du 1er festival SunSete. Ambiance de vacances, les pieds dans le sable, la mer juste derrière l’écran et en la présence d’Olivier Loustau (qu’il est beau) et de Christa Theret.
    Pour la petite histoire, il y avait également la productrice du film : Julie Gayet. Je pense qu’au départ, tous les regards étaient braqués sur elle plus par curiosité mal placée… mais tout de suite, elle a charmé l’auditoire (elle est belle, souriante et simple (et pourtant « j’aurais pas dit »). Elle a, avec émotion, parlé et défendu ce film et plus généralement ces films à petits moyens budgets dont la place est de plus en plus réduite dans notre offre cinématographique.
    Bref je garde un très bon souvenir de cette 1ere soirée de vacances.

    Répondre

Vote commentaire

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>