J’aime #142

Depuis que je suis rentrée du Maroc, je suis en boucle sur mes boutons de pivoine qui semblent bien vouloir, pour la première fois depuis notre emménagement, s’ouvrir et se transformer en fleurs merveilleuses. Et le pire c’est que je n’arrive même pas à me trouver un tantinet ridicule dans mon observation quotidienne – voire bi-quotidienne – de ce miracle de la nature. Je pense que nous pouvons tous acter une bonne fois pour toutes que je suis passé « de l’autre coté » (cet endroit sombre et mystérieux, dont il est impossible de revenir, un lieu où tu n’as plus jamais froid, où tu ne sais plus vraiment à quoi ressemble un ovale parfait, où tes enfants ne te parlent plus trop ou alors en soupirant, où tes requêtes google peuvent contenir des mots comme « sécheresse vaginale », « cou de dindon », « bienfaits du soja » ou encore « bien vivre sa ménopause »). Bref, je suis devenue cette femme qui s’extasie devant quatre pauvres boutons de pivoine. Achevez-moi. (et en plus je ne sais même pas faire le point sur le bouton en question).

A part ça, j’aime…

J’aime avoir reçu cette photo envoyée par mon éditrice (je vous ai dit que j’avais un agent aussi ?) (c’est pour relever le niveau de la sécheresse vaginale). Mon bébé de papier, mon petit bouquin mignon, mon roman, quoi. POUR DE VRAI !

J’aime cette chanson, écoutée en boucle, que je vais sans doute bientôt détester à force de l’avoir dans la tête.

J’aime ce livre, « Au-revoir là haut », dévoré pendant mes vacances, dix ans après tout le monde. Après l’avoir refermé j’ai envisagé de me suicider au coupe-papiers histoire de ne plus jamais avoir à envisager d’écrire un livre. Parce que franchement, là, c’est à te dégouter à vie tellement c’est virtuose. Si vous ne l’avez pas lu, précipitez-vous.

Sans surprise aucune, j’aime cette combi fleurie de la Brand boutique de La Redoute.

Ainsi que cette housse de couette en lin lavé, en grosse promo actuellement. Depuis que ma mère m’a offert des parures en lin, je ne supporte plus que ça (vieille, je vous ai dit).

Et puis j’aime quand une amie pense à moi et m’envoie un livre, en l’occurrence celui-ci, signé Nora Ephron, l’une de mes scénaristes préférées au monde (Harry rencontre Sally, c’est elle et rien que pour ça, elle mérite la canonisation). Merci, G…. (et sans m’en rendre compte, je boucle la boucle avec cette histoire de cou) 😉

Bonne journée…

118 comments sur “J’aime #142”

  1. Marie Bambelle a dit…

    Et moi j’aime que tu sois revenue par ici ! Quel plaisir d’avoir un billet de toi le matin !
    Et pour ce qui est des pivoines, rassure toi : je suis une toquée de jardin depuis mes 5 ans et quand je suis chez moi, je fais un tour du jardin deux fois par jour, pour voir ce qui s’est passé dans la journée… Et j’ai 28 ans haha ! Ce n’est donc pas la vieillesse 😀
    Au sujet de l’écriture, as-tu lu Ecriture : Mémoire d’un métier de Stephen King (oui, celui de Carrie et Shinning) ? C’est le seul bouquin qui parle de grammaire qui m’a fait rire toute seule aux éclats ! C’est à la fois un recueil de conseils sur l’écriture pour les écrivains et à la fois une autobiographie. Je suis en train de le lire et c’est PASSIONNANT !

    Répondre
  2. Shakti a dit…

    Au revoir, là-haut, je suis allée jusqu’au bout parce que je voulais savoir comment ça finissait mais j’ai lutté à chaque page.
    Et je dois être la seule à ne pas avoir aimé parce que je n’ai lu et entendu que des commentaires dithyrambiques dessus !!
    Qu’est-ce qui ne va pas chez moi ??? :p :p 😀

    Sinon, j’aime beaucoup la voix de la chanteuse.

    Bonne journée

    Répondre
    • Suzanne a dit…

      Je n’ai pas réussi à le finir, si ça peut te rassurer.
      Mais aussi, j’ai un problème avec les histoires de drogue, films, bouquins, dès que ça parle de drogue j’me sens mal.
      Failli tomber dans les pommes devant la scène en gros plan de Pulp Fiction, par exemple.
      Bref, Au revoir là-haut, pas possible.

      Répondre
        • Caroline a dit…

          ah et pour répondre à ta question plus bas, Suzanne, je pense que mon livre est trèèèèèès facile à lire (trop sans doute pour les amateurs du masque et la plume si tu vois ce que je veux dire).

          Répondre
          • Suzanne a dit…

            😀
            J’adore Le masque et la plume, mais alors bizarrement je n’ai que rarement envie de lire les bouquins qu’ils commentent…même quand leurs critiques sont super positives.

          • Nomadic Bernique a dit…

            Moi j’adore les bouquins qui font du bien ! Qui racontent des histoires touchantes (ce qui ne veut pas forcément dire neuneu) et si en plus ça se termine bien mon coeur et ma tête disent merci
            Le pire du pire que j’ai pu lire est Sukkwan Island de David Van. C’est un huis clos terrible, j’ai été a deux doigts de me pendre à la dernière page… Le talent de l’auteur réside dans le fait que je n’ai pas pu lâcher le bouquin alors même que je le détestais ! Besoin savoir comment ça se terminait… Impatiente de lire le tien Caroline.

      • AnneSo a dit…

        J’ai bien aimé Au revoir Là-haut mais bon, sans plus,quoi. La 1ère scène,dans les tranchées est effectivement vraiment bien écrite, l’histoire est un peu téléphonée et les personnages, pas très subtils.
        En fait,j’ai préféré le film, pourtant le méchant (Laurent Laffite) est trrrrrrès méchant oh la la mais qu’il est méchant,comme dans le roman mais curieusement,ça m’a moins dérangée. Cela dit,c’est un assez bon livre mais, un peu comme Harry Québert, j’ai pas compris le délire des critiques!

        Répondre
          • Mireille a dit…

            Bonjour Caro…tu l’entends ce petit cri d’hystérie au fond de moi quand je vois ton bouquin?
            J’ai adore Robe De marié et pas du tout aimé au revoir la haut…

      • Dom a dit…

        A nomadic bernique, comme vous, j’ai terminé Sukkwan Island et ce livre m’a mise tellement mal à l’aise que je m’en suis débarrassée en le donnant. 😉 A part ça merci pour les conseils de livres de toutes et tous.

        Répondre
  3. Daphné a dit…

    Oh si, je te comprends ; toute la beauté du monde est contenue dans un bouton de pivoine. Ou dans ce mignon petit pied que je m’apprête à croquer pour le réveiller.

    Tu sais, j’ai pensé à toi samedi chez Ikea en regardant les draps ; j’ai tâté le lin, puis suis revenue à mon premier amour, le coton satiné – qui ne vieillit vers pas si bien, certes. Mais je suis incapable de résister à sa douceur.

    Mais bon, pour le reste, y’a du lubrifiant, n’est-ce-pas ?

    Répondre
  4. Elo a dit…

    Ah Caro…
    Bienvenue dans ce monde merveilleux de l’observation de la nature ! C’est un peu comme une méditation ! Ça fait du bien ! Savoure cette chance d’avoir basculé 🙂
    Côté livre, je vais aller voir ça !
    Bonne journée !

    Répondre
  5. Nathalie a dit…

    Et, as-tu essayé le bouton de pivoine dans un rai de soleil matinal ? Je crois que c’est la seconde étape du quinqua power, s’extasier d’un truc comme le soleil qui se lève et se couche depuis des millions d’années. Maintenant il faut essayer « Mission Hygge » derrière le bouton de pivoine dans un rai de soleil matinal avec toi vêtue de la combi fleurie. Belle journée

    Répondre
      • Caroline a dit…

        ouais je tiens à préciser que tant que je n’y serai pas, je ne me réclamerai pas du quinqua power. Non que je ne veuille pas faire partie du club, hein, mais chaque chose en son temps !!!

        Répondre
      • sylvie a dit…

        mon gynéco m’a fait récemment tout un laïus sur la ménopause (moi aussi j’ai 29 ans).
        et en fait, pour faire court, il m’a dit « la préménopause n’existe pas !! »
        moi « ha bon ? pourtant on en entend parler depuis des siècles. »
        pour lui il y a la ménopause et toute la vie avant, soit la préménopause. suis restée un peu interloquée mais en soit c’est pas si con son raisonnement.
        donc en clair, on est en préménopause depuis sa naissance hinhinhin

        Répondre
  6. Valérie de haute Savoie a dit…

    La suite (Couleur de l’incendie) d’Au revoir là haut est parfaite, je n’ai pas lâché le livre avant de l’avoir fini, et j’ai la même addiction pour les pivoines, en plus lorsqu’elles sont parfumées, c’est un délice aussi absolue que le lilas.

    Répondre
    • Guillemette a dit…

      Je ne l’ai pas lâchée non plus, la suite. J’avoue m’être cloîtrée pour le dévorer, le deguster loin des bruits de la famille. Quel personnage, cette Madeleine !

      Répondre
  7. Romarine49 a dit…

    Le linge de lit en lin c’est frais quand il fait chaud et chaud quand il fait frais, j’adore.
    Mes pivoines vont bientôt fleurir et je m’en réjouis c’est tellement beau.

    Répondre
    • Val Lao sur la Colline a dit…

      Idem, c’est pour ça que j’aime les draps en lin. J’ai fabriqué des housses de couette avec les draps en lin anciens qui plombent bien bien bien, tellement qu’elles m’ont flingué mon lave-linge…. J’ai depuis investi dans un lave-linge grande capacité, tout plutôt que de me débarrasser de mes housses de couette !

      Répondre
  8. Mathilde a dit…

    LA question que je me pose depuis un moment : les draps en lin lavé, il faut les repasser ? Genre la housse de couette de la photo, est ce que vraiment elle tient une semaine sans avoir l’air d’avoir été malmenée ? Pcq les vêtements en lin c’est galère donc je n’ose franchir le pas pour du linge de lit.

    Répondre
    • DOMINIQUE a dit…

      Les draps en lin sont froissés, même si tu les repasses, ils froissent rien qu’en les regardant. Mais un froissé particulier, que le connaisseur reconnaît tout de suite, et approuve !!!
      Pour les vêtements, là, c’est autre chose. Faut assumer…

      Répondre
  9. Luna a dit…

    Tellement hâte de lire ton livre !!
    Et les pivoines : je suis fascinée par ces fleurs et quand j’avais le bonheur d’en avoir dans mon petit jardin en Normandie, je guettais leur évolution – et j’étais fascinée par la rapidité des feuilles de pivoine à sortir de terre, pousser et faire apparaître ces bourgeons, promesse d’une floraison somptueuse, et d’un parfum à tomber.
    Bref, tu n’es pas la seule toquée 🙂

    Bises à tous et à toutes avec ce soleil qui fait du bien.

    Répondre
  10. sarah a dit…

    popopopopop ! qu’est-ce que c’est que cette histoire : si toi tu passes « de l’autre côté » on appelle ça comment les mamies qui attendent le bus en milieu d’après midi ??
    Non mais sérieusement, d’une je ne pense pas que tu aies 50 ans (ou alors tout le monde devrait avoir très hâte d’avoir 50 ans), de deux les enfants qui soupirent, tu as de la chance si ça n’a pas commencé bien plus tôt !
    Le seul truc vraiment chiant là dedans c’est la sécheresse vaginale, pour le reste… le flou de l’ovale, ça fait david hamilton, c’est parfait. Et profiter des pivoines, y’a pas d’âge pour ça.
    Mais vraiment la ménaupose ça commence si tôt ?? ça me fout un peu les jetons ! C’est un vrai sujet… dont on parle peu. Le sentiment de ne « plus vraiment en être » si on passe « de l’autre côté ». Mais de l’autre côté de quoi ? en être de quoi ? On peut plus faire de bébé, ok, mais à part ça ?
    Roulez jeunesse les amis, je crois qu’on n’est qu’à la moitié du chemin à peu près, et je vois pas pourquoi un jour de chemin serait moins cool qu’un autre (enfin, tant qu’on n’est pas au bout…)

    Répondre
    • Caroline a dit…

      honnêtement je ne sais absolument pas si je suis arrivée à ce stade là parce que j’ai un mirena et que je n’ai donc plus mes règles depuis 10 ans 🙂 Mais j’avoue, parfois j’ai envie de me coller la tête dans le frigo, ce qui, je pense est un signe 🙂

      Répondre
      • Violette.b a dit…

        Note de mamie violette…le mirena cache la misère…J ai bien mis 2 ans à comprendre ….la quiche qui pense que c est pas pour elle ! Me suis réveillée ménopausée …la révélation

        Répondre
        • Nathalie a dit…

          Pareil pour moi. La ménopause est très injuste tu peux la chopper à 48 ans ou à 52. Pas de bol, je n’ai pas cinquante ans (pas encore, même si ce n’est plus qu’une question de mois) mais mes dernières analyses montrent une ménopause avérée (cachée par le mirena). Du coup, sur mon blog je fais des articles spécial Quinqua Power (on dédramatise comme on peut…)

          Répondre
    • Tachalili a dit…

      Oui ça peut commencer tôt mais je pense que c’est plutôt rare. Perso, c’est le cas depuis mes 40 ans. Et ne plus pouvoir faire de bébé à cet âge-là quand on a galéré pour le premier et qu’on sait qu’il n’y en aura pas d’autre, ça fait mal. J’ai eu l’impression d’être « périmée » avant l’heure (et je suis bien d’accord la femme ne se définit pas uniquement par le fait de pouvoir porter un enfant mais quand même…). Mais il n’y a rien à faire alors on fait avec 🙂
      En attendant, la Planète me remercie probablement de ne pas lui avoir mis un être humain de plus dessus, et puis on fait pleins de trucs qu’on aurait pas pu faire si on avait été 4. Voyons le bon côté des choses 😉

      Répondre
      • DOMINIQUE a dit…

        Cela peut arriver tôt ou tard (moi, dans les 54 ans, oui je ne suis pas un perdreau de l’année). Mais bordel, la ménopause n’est qu’une étape, comme l’adolescence et les seins qui poussent, moi qui n’ai pas eu d’enfant je ne me suis JAMAIS sentie différente, amputée ou quoique que ce soit parce que nullipare ! Visiblement le chemin est long pour que les femmes se définissent autrement que par leur capacité de reproduction.
        Avez-vous remarqué qu’aux femmes politiques on pose toujours la question « combien d’enfants ? » « comment gérez-vous votre vie de famille et la vie professionnelle ? ». Question que l’on ne posera jamais à un homme.
        Alors, courage les filles…

        Répondre
        • Tachalili a dit…

          On est d’accord c’est une étape. Disons que tout le monde ne la vit pas de la même façon. Moi, j’ai eu littéralement l’impression de me prendre une grosse brique dans la gueule

          Répondre
        • Violette.b a dit…

          Bonjour je ne me suis jamais définie par mes hormone qui m’ ont en plus toi tu la paix toute ma vie , la menopause m’a rattrapé en traître et assez tôt,la garce et c’est là que j’ai compris et vu ce que j’avais perdu …leçon très dure in fine pour moi

          Répondre
        • Christelle a dit…

          Hooo Dominique, merci pour ton commentaire. Je n’ai pas et n’aurai pas d’enfant. J’aurais aimé mais ça n’a pas été. Ce n’est pas un choix, mais j’ai décidé à un moment de ne pas me mettre la ratte au court bouillon à cause de cela. Et aujourd’hui à 46 ans je le vis bien, et parfois j’ai comme l’impression d’être un être étrange parce que ma vie se porte très bien sans enfant. Comme si on ne pouvait que être soit mère soit malheureuse. Alors, oui Dominique, merci, je me sens moins seule 🙂

          Répondre
          • DOMINIQUE a dit…

            C’est moi qui te remercie, Christelle. En effet, on a l’impression que tout tourne autour d’une éventuelle maternité. J’ai été obligée de dire à ma belle-mère de ne plus m’enquiquiner à ce propos. Mes parents, je les en remercie, n’ont jamais posé la question « et alors ? c’est pour quand ? ».
            Pour tout dire, je n’ai jamais tellement eu la fibre maternelle, mon époux n’était pas braqué sur une éventuelle descendance, et comme tu le dis, on le vit très bien.

    • AnneSo a dit…

      La ménopause n’est pas une maladie, on nous fait peur parce que la société a du mal avec les femmes vieillissantes, beaucoup plus qu’avec les hommes (pourtant: bide,rides,calvitie,prostate et j’en passe mais EUX c’est bon! ).
      Il y a quelques désagréments mais franchement rien de terrible, n’en faites pas un foin d’avance,une femme reste une femme et tant mieux si on ne peut plus faire de marmots à la cinquantaine, d’abord il n’y a pas que ça dans la vie et ensuite , il faut les élever au moins 20 ans ,ne l’oublions pas.
      Quand j’ai constaté que j’étais ménopausée (1 an sans aucune règles = ménopausée, en gros), je me suis dit : « ah? c’est tout?? c’était que ça? « 

      Répondre
      • DOMINIQUE a dit…

        Moi aussi, au bout de six mois sans règles, je me suis dit que je devais être ménopausée. Il faut dire que la disparition des règles est vraiment un bonheur.
        Pour certaines, hélas, c’est moins facile.

        Répondre
      • Tachalili a dit…

        On a le droit d’exprimer un ressenti différent ? Parce que là j’ai un peu le sentiment de me faire traiter d’hysterique ! Tant mieux si cela s’est passé sans trop d’effets secondaires pour vous mais ce n’est pas le cas pour tout le monde. Bouffées de chaleur à tout heure du jour ou de la nuit, insomnie, libido dans les chaussettes, fatigue. Et sans traitement de substitution, ça ne s’arrête pas. Alors non ce n’est pas une maladie et c’est inéluctable mais ça ne sert non plus à rien de minimiser ce que cela peut entraîner chez certaines d’entre nous. Et tant mieux pour les autres

        Répondre
        • Gabrielle a dit…

          +1
          Ne pas oublier qu’on est pas égales face à ces foutues hormones. Dans un autre registre (mais pas si éloigné) pour avoir souffert de règles TRÈS douloureuses les êtres les moins compatissants que j’ai croisé étaient des femmes qui soit disant savaient bien que « ça » n’était pas si terrible, jugement jamais entendu par un homme.
          Bon depuis que le diagnostic d’endometriose est posé je n’ai plus rien entendu de tel.
          Quant à la ménopause je n’y suis pas encore et la vivrai sans doute comme un soulagement (rapport à l’endometriose justement) mais pour l’avoir « testée » presque un an grâce à un traitement (ménopause artificielle) … Ben je compatis pour celles qui ont tous les effets secondaires … parce que bouffées de chaleur, insomnie, libido dans les chaussettes ET sécheresse vaginale … C’est pas drôle tous les jours … à 30 ans ou à 50 ans … et ça n’a rien à voir avec  » se définir par ses hormones »

          Répondre
  11. Suzanne a dit…

    Je suis bien d’accord avec Sarah !
    Et ça m’énerve un tantinet de revivre des règles douloureuses, un syndrome premenstruel qui me transforme en harpie (sans la fraîcheur verte)(pfff…) Et de m’entendre dire par ma gynéco « c’est l’âge, c’est normal » hum…bon, prenez ça dans les dents, les enfants, y’a rien à faire que supporter votre folle furieuse de mère avant ses règles.
    Et je regarde les fleurs et la nature qui bourgeonne, y compris sur mon pif (ma recherche gogole à moi « déjà la sécheresse vaginale et encore des boutons : est-ce possible d’être ado du haut, vieille du bas et grosse de partout ? ») depuis toute petite.
    Le livre de Nora Ephron est-il facile à lire ? Et le tien ? 🙂
    Je débarque de nulle part mais te lis régulièrement, hein.
    Bisous !

    Répondre
    • josecile a dit…

      @Suzanne je ne suis pas google, mais je peux répondre à ta question : Oui c’est possible (eh oui ! tu t’en doutais j’imagine !)
      J’avoue c’est pas la joie, mais c’est possible ! … malheureusement pour moi (surtout que moi ce serait plutôt à rayure genre vieille des cheveux (oui le blanc c’est joli mais bon …) ado du visage et à nouveau vieille de tout le reste avec l’option rétention d’eau activée, parce que passé un moment, mois je dis qu’il en faut rien se refuser !
      Du coup je suis full option !

      Répondre
  12. Bérengère a dit…

    J’aime ce j’aime et j’aime te lire 2 fois en 2 jours !
    la grenade de Clara Luciani est un tube ! sa voix est dingue et le reste de son album est tout aussi extra !
    belle journée

    Répondre
  13. Pétunia a dit…

    J’ai hâte de voir tes photos de pivoine écloses. Pour la 1ère fois en 14 ans je vais en couper quelques fleurs de mon jardin pour les mettre en vase, j’en profiterai mieux ainsi. Au risque de faire bondir les défenseurs de la nature.

    Hâte aussi de lire ton livre, que j’ai commandé en librairie parce qu’Amazon… voilà quoi. Même si je bosse dans une structure qui aide les blindés de thunes à être encore plus blindés. Je suis incohérente et je sens que cette incohérence me bouffe. Va falloir changer, je me sens schizophrène.

    J’ai prévu de lire ‘au revoir là haut’, même si j’ai vu le film, que j’ai bien aimé. J’ai lu la critique de Baptiste Beaulieu a fait du film. Comme je suis trèèès influençable, je me demande déjà si l’image que j’ai du film restera aussi positive après la lecture du livre.

    Répondre
  14. Carole Nipette a dit…

    Je m’extasie aussi quotidiennement du miracle de la nature, c’est quand ce sera l’inverse qu’il faudra s’inquiéter !
    J’ai enchainé en début d’année Au revoir là-haut et la suite, j’attends le 3 avec impatience ! et d’avoir vu le film avant n’a en rien gâché ma lecture !
    ce n’est pas glamour mais mon gynéco m’a dit il y a quelques jours que niveau sécheresse j’étais comme une jeune fille de 20 ans et j’en ai 50 ! par contre pour répondre à d’autres questions dans les commentaires, le processus de transit prend des années et est différent selon chaque femme… on le découvre toute seule en observant son corps et ses réactions, la ménopause ne s’installe pas du jour au lendemain…

    Répondre
  15. Smouik a dit…

    c’est ptêt justement parce qu’on a 29 ans qu’on peut ENFIN regarder la nature et tous ses miracles, boutons de pivoine inclus. Me dire ça à moi qui suis en extase devant deux brins d’herbe qui ont la folie et la liberté de pousser au milieu des pavés de la ville, c’est prêcher une convaincue. L’étape d’après, tu verras, ce sont les oiseaux… 😀
    Quant à « au-revoir là-haut », je suis d’accord avec toi, c’est de mon point de vue un chef d’oeuvre d’écriture. Je me suis régalée et hésite beaucoup à aller le voir au cinéma de peur d’être déçue.

    Répondre
  16. lespetitspiedsdanslesgrands a dit…

    Je ne me permettrai pas de critiquer le point sur le bouton de pivoine… Je suis nulle pour faire le point et, en plus, les quelques plants de pivoines que j’ai essayé de planter on rapidement crevé, les pauvres ! Comme toi j’adore les draps en lin. Pour info, il y en a à petit budget à Ikea qui sont parfaits !
    Très belle journée !

    Répondre
  17. Mino a dit…

    Bienvenue dans le CDADP ( Club des Adorateurs de Pivoines) !
    Pour info, les premières à fleurir sont rouges foncées et ne sentent rien. Puis un peu plus tard, mes préférées, les roses, qui sentent merveilleusement bon !

    Répondre
  18. La semaine d'une gourmette a dit…

    J’ai aussi des boutons de pivoine dans mon jardin, et comme toi, je suis toute fofolle à les regarder ! Et puis mes muguets ont éclos, je me suis fait un bouquet dans la cuisine, c’est joli et ça sent si bon…. Et pourtant je n’ai pas 50 ans.
    (J’en ai 57. Na !)
    La ménopause, c’est pas forcément la galère, hein. Moi j’aime bien (sauf le poids que ça m’a mis dessus – mais ça, c’est je crois la faute à une ménopause chirurgicale donc brutale).

    Répondre
  19. Ehyana a dit…

    J’adore les pivoines, et je ne vois rien d’anormal à passer du temps à suivre l’évolution d’un bouton de fleurs (moi, je surveille attentivement les boutons de mon orchidée ^^)… ou alors, je suis également une fofolle 😉
    Pour ton livre, j’ai hâte qu’il arrive dans ma boite aux lettres, notre petit feu follet me laisse désormais un peu de temps pour lire, et j’ai plus que hâte !! Et d’ailleurs, je ne te dis pas merci, tes listes régulières de livre contribue à réduire l’espace dans notre salon, mes bibliothèques étant déjà plus que pleines… mais bon, ça donne des idées cadeaux à monsieur, je compte bien me faire offrir les ouvrages de Virginie GRIMALDI pour la fête des mères .

    Répondre
  20. Cécile a dit…

    Et moi j’aime tes « J’aime » ! Un point c’est tout, Merci Caro pour ces moments rafraichissants d’humour, d’honnêteté et de sincérité. Je sais, j’enonce une pensee moult fois exprimee mais tant pis, cest mon tour !!

    Répondre
  21. mardep a dit…

    alors moi j’aime totalement ce j’aime !
    et j’observe 2 fois par jour les fleurs de Lys qui vont bientôt apparaître sur mon balcon,
    et j’espère pouvoir trouver ton roman lors de mon passage en France au mois de mai,
    et je kiffe cette chanson,
    et je viens de finir la suite de Haut revoir là haut, « couleurs de l’incendie ». Ce même rythme, cette même ambiance, ces mêmes personnages un peu méchants, qu’on a du mal à aimer mais qu’on a du mal à quitter, et la France des années 30….bref, encore un super moment de lecture,
    et j’aime les draps en lin mais pas celui qui partage mon lit et ma vie,
    et j’aime les combis, mais pas trop mes fesses,
    et je crois que j’aimerais lire Norea Ephron…
    bref, je crois que je t’aime !!!! Joli mois de main !

    Répondre
  22. Cristina From Belgique a dit…

    Moi je m’extasie devant mon Lilas blanc qui s’étoffe d’année en année et je ne suis pas encore passé le cap de 40. J’ai encore 39 jusqu’au 22/08 à 23h59.
    Pour les enfants qui soufflent, ma 8,5 ans et ma 6,5 ans (elles tiennent énormément à leur 0,5) déclenche un tsunami a force de souffler chaque fois que je leur demande simplement de mettre leurs linges sales dans le bac adéquat plutôt que de le laisser trainer en plein milieu de la chambre ou sur leur lit ou dans le couloir…
    Elle fini quand la crise d’ado??

    Répondre
  23. Les Petites M a dit…

    J’avoue je n’ai pas lu le Pierre Lemaitre non plus… je vais le faire.
    Et moi aussi je vais vieillissant et m’extasiant, mais je le vis plutôt très bien, je me sens mieux dans mes baskets 🙂
    Bises
    Marion

    Répondre
  24. Violette.b a dit…

    Bonjour à toutes , je vous invite à lire les autres livres de Pierre Le maitre bien différents dans l ‘histoire mais tout aussi géniaux, Robe de marié par exemple.
    Le film au revoir la haut est très réussi car il se démarque du livre en le respectant, lisez le livre plus disert et cynique .

    Répondre
  25. Blonde paresseuse a dit…

    Tout pareil mais avec mes coquelicots !

    J’ai épargné ces touffes envahissantes à l’heure du désherbage il y a quelques semaines en leur laissant le bénéfice du doute (peut-être sont-ce des coquelicots ?) (je suis une quiche en botanique). Imagine ma joie lorsque j’ai vu apparaître ces boutons qui ressemblent en tout point à une couille verte, et qui ont confirmé mes interrogations 😉
    Depuis, chaque matin, je les scrute. Ma pivoine est bien moins avancée que la tienne en revanche.

    Sinon, le 24 mai approche et ça me fait grande joie (c’est bien le 24 pour ton bouquin ?)

    Répondre
        • DOMINIQUE a dit…

          Non, Babouchka. C’est simplement qu’après la guerre de 14-18 les champs de bataille étaient recouverts de coquelicots parce que la terre avait été retournée par les bombardements.
          D’ailleurs, le coquelicot est le symbole, en Grande-Bretagne, de cette guerre et le fruit de la vente, le 11 novembre, des coquelicots que l’on met à la boutonnière est versé aux associations d’anciens combattants.

          Répondre
          • Maria a dit…

            Fan de coquelicots je te remercie pour cette explication! J’adore les champs de coquelicot et j’avais toujours entendu dire que c’était mauvais signe. Merci

  26. Perla a dit…

    Moi aussi j’ai autour de 29 ans et j’observe mes pivoines fraîchement plantées ! C’est donc une question générationnelle, me voilà rassurée !
    Bravo pour ton livre ! Travaillant dans l’édition (mais pas dans la publication de fictions), je crois comprendre l’effet que la vision de cet obscur objet du désir peut provoquer chez un/e auteur/e…

    Becs fleuris

    P.S.: Tu me tiendras personnellement au courant de l’évolution des boutons cités plus haut (suspens botanique), les autres peuvent pas comprendre, les pauvres jeunettes.

    Répondre
  27. Béné a dit…

    J’aime tellement les j’aime! Ce sont mes articles préférés je crois, ils sont à la fois drôles et tout doux 🙂
    Mince alors, j’ai commencé au revoir là haut il y a genre 6 mois et j’avais pas réussi à rentrer dedans…faut peut être que je persiste…
    Trop hâte d’avoir ton livre 🙂

    Belle soirée !

    Répondre
  28. Christelle a dit…

    j’aime… les pivoines, et toutes les fleurs, je suis ébahie chaque année quand le printemps arrive et ça depuis toujours, je guette chaque jours ce qui pousse dans mon mini jardin, c’est un tel bonheur….. serais-je ménopausée de naissance?
    j’aime Clara Luciani, j’adore même, quelle voix, quelle musique!
    j’aime le linge de lit, et je scrute le lin lavé sur chaque site de vente en ligne depuis 1h… mais vraiment pas dans mes moyens ce mois-ci, je vais réfléchir à ça pendant les soldes, tu m’as super donné envie,
    et j’aime lire, mais je lis plus :-(, droguée par les écrans et ça me désolé.

    Quant à la sécheresse vaginale, un coup de lubrifiant et c’est reparti!! j’avais acheter une bonbonne (500ml c’est énorme) pensant que ça allait être pour la vie et finalement non, ça n’a pas duré, et me voilà avec ma bonbonne de lubrifiant dans la table de nuit… je te l’envoie si tu veux 🙂

    Et aussi j’aime tes j’aime et tous tes billets, c’est quand même la classe ici, ça parle de tout et de rien, toujours sérieusement mais pas trop…. comme j’aime! Et des bises!

    Répondre
  29. kath de Belgique a dit…

    Je n’ai pas aimé « au revoir là haut  » , je ne l’ai même pas achevé, je n’aime pas non plus les livres feel good. Et les combis me transforment en tonneau (que je ne suis pas) . Mais je ferai une exception pour acheter ton livre. Même en dix exemplaires s’il le fallait. Depuis autant d’années, ton blog est d’une qualité rare, et source d’inspiration, que ce soit pour un livre, une toile, un resto, une opinion, une chanson. La liste est longue. Il me reste à relire les billets « arrêt clopes  » pour que je puisse là aussi être inspirée. Quel chemin parcouru, quelle belle réussite, et surtout combien d’humanité. Et un jour tu raconteras ton histoire, le titre du roman sera « la cabine d’essayage « , De tout cœur avec toi pour cette nouvelle aventure (et à dispo pour le traduire) vivement le 24 mai même si je dois courir à Lille pour l’acheter.

    Répondre
  30. Imaginer a dit…

    Vite vite vite lis la suite de Au-revoir là haut, qui est sorti le mois dernier et s’appelle Couleurs de l’Incendie. Et tu peux lire tous les autres Pierre Lemaître, ce sont tous de pures pépites.
    L’adaptation de Au revoir là Haut au cinéma par Albert Dupontel est également un joyau, ces deux là ont la même « folie », la même fantaisie, la même rigueur absolue dans leur travail !!!!!!!
    J’ai eu la chance de rencontrer Pierre Lemaître, qui habite près de chez moi, c’est un homme d’une humilité incroyable, avec un humour ravageur. Un immense monsieur !

    Répondre
  31. Vida a dit…

    J’approuve tout (sauf la sécheresse vaginale !) et ton commentaire sur « Au revoir là-haut » plus que tout le reste encore, mais quel roman magnifique ! Ma dernière claque littéraire, et lu cet hiver longtemps après tout le monde aussi…

    Répondre
  32. Ménopause a dit…

    P..ain lorsque la ménopause s’installe on s’en rend compte, avec ces satanées bouffées de chaleur , surtout la nuit , et ouvrir la fenêtre , et geler , la refermer , et retranspirer comme une dingue , et re- ouvrir la fenêtre … avoir le dos trempé par la sueur… ce sont des signes évidents , mais plus ou moins fort suivant les femmes …. Chance pour moi , aucun effet sur ma libido qui est restée au beau fixe , même si la muqueuse vaginale est devenue un peu plus fragile , j’ai donc acheté la fameuse crème ….mais pas de panique , si on est très amoureuse , hum , comment dire … on peut s’en passer !!

    Répondre
    • DOMINIQUE a dit…

      Surtout, ce qu’il faut dire, c’est que ces troubles de la ménopause ne durent pas. Bien sûr ce n’est pas facile, bien sûr selon les femmes, etc… mais ce n’est qu’un passage, qu’il faut prendre pour ce qu’il est. Un état éphémère.

      Répondre
        • O. a dit…

          Et les pivoines aussi sont de passage. 🙂
           » Avant que n’approche la pluie, je vais à la rencontre des pivoines.
          Elles n’auront pas duré. […]
          Tout juste le temps d’être de petites balles, de petits globes lisses et denses, quelques jours; puis, cédant à une poussée intérieure, de s’ouvrir, de se déchiffonner, comme tant d’aubes autour d’un poudroiement doré de soleil.
          Comme autant de robes, si l’on veut. Si vous y incite l’insistante rêverie.
          Opulentes et légères, ainsi que certains nuages.
          Une explosion relativement lente et parfaitement silencieuse.
          La grâce dérobée des fleurs.  »
          Philippe Jaccottet

          Répondre
      • Violette.b a dit…

        Le passage est éphémère , enfin quelques années , mais le résultat s’installe , et bien ,ostéoporose , rigidification des tissus internes et externes par manque d’eau qui entraîne des problèmes d’urètre et d’infection, finesse de la peau, des cheveux , articulations qui coincent (descente des escaliers impossible mes amis pensaient m’offrir un ascenseur d ‘escalier 😉 ), libido envolée ( je pense même au couvent ), bref avant de mal finir , j’ai fini par passer aux hormones , retour à la salle de sport ….je revis, je grimpe les escaliers et je ne pleure plus ….je milite donc pour la reconnaissance de cet état et sa prise en charge avec une écoute ,aucun médecin ou gyneco ne m’a fait de proposition d’hormones en première intention mais des anti depresseurs et du perlinpimpim pour les bouffées ça oui !( et je les ai pris… la dinde ) ,et puis il devrait me rester 30 ans à vivre en moyenne ….( si ce n’est 45 ! )

        Répondre
        • Tachalili a dit…

          Je suis super étonnée qu’aucun gynéco ne t’ai proposé un traitement substitutif hormonal!!!! Une fois que les mots ont été mis sur ce qui se passait pour moi (et après un dosage hormonal), j’ai eu une ordonnance direct…

          Répondre
          • DOMINIQUE a dit…

            La question que je me pose, n’ayant pas eu besoin du traitement hormonal : combien de temps doit-on le suivre ? Comment sait-on que l’on peut arrêter ?

        • j'ai oublié mon pseudo a dit…

          Comme moi vous êtes mal tombée 🙁 quand j’ai parlé du THS à ma gynéco elle ma dit qu’il fallait accepter de vieillir, ok…bonne élève j’ai accepté de vieillir (super fun en effet) mais quand je me suis retrouvée à ne plus dormir que 2h par nuit et au bord du suicide au bout d’1 mois à ce régime, je suis retournée la voir et là elle a voulu me faire dire que j’avais d’énormes soucis qui m’empêchaient de dormir (merci je suis débile, je ne sais pas faire la part des choses), mais manque de bol, tout va bien dans ma vie. Elle a ignoré ma réponse pour me dire que je devais consulter un psychiatre. Bon là, j’arrête de faire la bonne élève et je cherche une autre gynéco. Pourtant sur le site de l’AFEM (association française pour la ménopause) on peut voir qu’en 2010 80% des gynécologues femmes ménopausées étaient utilisatrices du THS pour elles-mêmes et que 87% de celles qui ne l’étaient pas encore seraient prêtes à y avoir recours, très intéressant…

          Répondre
  33. Geneviève a dit…

    J’ai adoré « Au revoir La-haut », fantastique !
    Je te comprends pour les boutons de pivoine…
    Dans mon salon (dans mon appart’ je précise), je sème toutes sortes de choses: mes petits derniers, des potimarrons, des poivrons, du basilic… J’adore voir germer tout ça et après… je plante dans un petit jardin partagé et j’offre des plants à mes amis qui ont des jardins !
    Je regarde les pousses plusieurs fois par jou, je m’inquiète si ça ne démarre pas, je les prends en photo ! (Je suis un peu barrée…)

    Répondre
  34. Caro du 34 a dit…

    Je commente avec retard mais c’est toujours par manque de temps même si j’adore lire ton blog : j’attends ce bouquin avec impatience !! ce type de lecture me relaxe les neurones et me fait un bien fou ! je ne serai hélas pas à Paris pour la signature, mais si tu viens à Montpellier ….

    Et sinon, rien à voir (et j’espère ne pas être indiscrète) mais je suis tombée sur le tweet apparaissant en bas à droite et je me suis dit (mais vraiment dit) « mais comment, le Churros ne s’appelle pas le Churros ? c’est qui ce Jean Philippe ? »

    Répondre

Vote commentaire

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>