Un rail après l’autre

J’ai l’impression de passer mon temps à vous dire que je suis débordée et à me justifier lamentablement de ne pas être très présente ici, mais c’est hélas la triviale vérité. Je suis dans le dur de chez dur en ce moment pour mes scénarios. La phase dite du chemin de fer, à savoir ce moment où tu dois décliner en une cinquantaine de séquences (pour un 52 minutes) tout ce qui va se passer dans un épisode. Dit comme ça, ça n’a l’air de rien, mais là où ça se complique, c’est que le bouzin se partage en quatre acte et en deux ou trois intrigues. Et que dès que tu bouges un poil de couilles, c’est tout l’édifice qui se casse la figure. Comme un puzzle dont il manquerait perpétuellement une pièce ou un rubikscube pour les gens qui comme moi ont toujours été infichus de faire plus d’une face sans tout foutre en l’air.

Bref, avec mon coscénariste, on est sur deux épisodes en même temps et parfois – dix fois par jour – on frôle la crise de nerfs. Je ne compte plus les textos victorieux – j’ai trouvé ! – suivis d’un autre suintant la désillusion. Alors forcément, quand en fin de journée je fais une pause, je suis… sèche. Le pire, c’est que j’adore ça, que je passe une bonne partie de mes nuits à réfléchir tout en dormant aux solutions qui pourraient nous donner LA clé. Au petit matin, ce qui m’apparaissait dans mon rêve semi éveillé comme brillant se transforme en un petit étron d’idée, juste bon à être jeté.

Voilà, à part ça, hier j’ai tout de même pu m’échapper quelques heures pour aller signer les exemplaires de mon livre destinés à la presse. C’était la première fois que je l’avais entre les mains, pour de vrai. Et c’était tout de même très émouvant. Je sais que ce roman ne finira jamais dans la Pléiade, qu’il n’a pour seul objet de divertir ceux qui le liront, mais je suis allée au bout, quoi !

Je devrais avoir prochainement une date de signature à Paris, sachez que cela me ferait un plaisir immense d’y croiser certain(es) d’entre vous. Je vous préviendrai dès que j’en saurai plus. Je ne fais jamais de meet-up – faire ça avec une marque ne m’a jamais tentée et je suis, dans la vraie vie, assez timide et phobique de la parole en public – mais là, il y aurait une vraie raison qui me permettrait de mettre quelques visages sur des pseudos. Voilà, je vous embrasse.

64 comments sur “Un rail après l’autre”

  1. Nathalie a dit…

    Je suis certaine que tu vas, que vous allez trouver la brillante solution qui fera de vos épisodes le truc parfait. Et encore bravo pour ton roman et ses premières dédicaces. Que ce doit être impressionnant/émouvant/stupéfiant/sidérant … enfin, tu as compris, je m’arrête là. Bonne journée à toutes!

    Répondre
  2. Shakti a dit…

    À propos de ton bouquin, je ne sais comment traduire ma pensée autrement que par : « C’est super top d’y être aller, d’y être arrivée et de le toucher enfin ! ».

    Pour le reste, je comprends l’excitation des montagnes russes cérébrales mais je suis convaincue que ça n’est pas une activité pour tout le monde… 😀

    Répondre
  3. DOMINIQUE a dit…

    Je commençais à me faire du calcaire à ton sujet ! J’essayais de me rassurer en pensant à ton livre et à tes projets de scénariste. Bingo.
    En effet, on boulotte les séries comme ça, on donne son avis critique, sans se rendre compte du travail au millimètre qu’il y a derrière, avec ces histoires qui s’entrecroisent, entre l’intrigue et la vie personnelle des personnages, par exemple. Et c’est bien, à travers ton « angoisse » créatrice, de nous en faire partager les coulisses. Car les scénaristes, coincés entre le réalisateur et les acteurs, sont souvent au second plan. Je crois que maintenant ce ne sera plus le cas, pour moi en tout cas !
    Courage donc, et essaie quand même de dormir sereinement…

    Répondre
  4. les petits pieds a dit…

    eh bien bon courage pour le sac de noeuds scénaristique. Ca semble tellement effortless un épisode de série vu de l’extérieur. .. heureusement d’ailleurs! Ca doit etre tellement satisfaisant de voir l’histoire prendre forme peu à peu ! je prevois suelques jours a la capitale en juin, ca tombera peut etre avec une de tes dedicaces qui sait ? tres belle journée !

    Répondre
  5. Geneviève a dit…

    Passionnant d’approcher (un peu…) le concret de l’écriture d’un scénario !
    Une pression maximale pour toi mais j’aime quand tu racontes ce « concret » là.
    Très hâte de lire ton livre 🙂

    Répondre
  6. Daphné a dit…

    Ce que tu dis, ça me fait penser au travail d’une couturière qui reprend une pince, retouche un ourlet, démonte une manche qui baille, puis décide de recommencer son patron. C’est un travail de précision, qui n’a qu’un but : une fois la robe enfilée, elle tombe juste, sans jamais qu’on ne devine le travail qui se cache derrière.

    Je vis bien trop loin de la capitale, mais j’adorerais lire votre rencontre; soyez sympas les filles, racontez-nous ça !

    Répondre
  7. Maud tine a dit…

    Oh comme je te comprends 🙂 c’est fabuleux cette histoire et c’est bien naturel que tu en profites pleinement ! Alors profites de tous ces moments ceux d’extases comme ceux de profonds découragements tout ça c’est la vie ! C’est ta vie et c’est une très Très belle aventure… take care.

    Répondre
  8. Maud tine a dit…

    Et très envie de te croiser sur une signature… je reste au taquet des dates annoncées 😉 et pourquoi pas dans ma petite librairie à côté de chez moi ?

    Répondre
  9. AnneduSud a dit…

    Surtout pas de justifications. Quand le billet arrive, c’est trop bon mais on est aussi capable d’attendre.
    Je me doutais bien que tu devais être au fond du seau ! Si tu réussis à glisser dans ton scénario « Bouger un poil de couilles » et « Un petit étron d’idées », tu seras au top !!!

    Répondre
  10. laure a dit…

    rapport à mon mail précédent, ça fait bizarre mes points de suspension… Je serai là même si je serai infichue de te dire 3 mots, trop intimidée que je serai.
    Bonne journée !

    Répondre
  11. nath d'Athenes a dit…

    Moi je ne peux que dire Bravo, ecrire un livre me semble plus complique de faire un triathlon (je ne suis pas sportive ou peu !) , FELICITATIONS

    Répondre
  12. Karine a dit…

    Félicitations! Il y a de quoi être fière de toi.
    Je serai ravie de te rencontrer à nouveau. Tu ne dois pas te souvenir de moi, c’est normal, beaucoup de monde présent ce soir là (et je ne poste jamais), cela remonte à une soirée dans le 18ème avec Hélène (mon blog de filles), soirée dont je garde un très bon souvenir.

    Répondre
  13. Alexandrine a dit…

    Je trouve formidable d’être allée au bout de ce projet. Un livre ce n’est pas rien, en tout cas moi ça me fascine, ça donne envie aussi. On va guetter la signature, et bon courage pour les scenarios-châteaux de cartes, un vrai travail de précision.

    Répondre
  14. Smouik a dit…

    je ne suis qu’admiration pour ces tafs de création… Perso, quand je coince sur un truc, je m’interdis de réfléchir et je suis… mon intuition, i.e. les images ou les idées qui me viennent spontanément. C’est redoutablement efficace. Si ça continue de coincer alors je pars sur carrément autre chose car ce n’était pas la bonne direction. Mais c’est difficile de renoncer, c’est comme en montagne, le plus dur c’est de faire demi-tour 😉
    Bravo bravo pour le livre, je suis dans les starting blocks pour la signature !

    Répondre
  15. et de trois a dit…

    « qu’il n’a pour seul objet de divertir ceux qui le liront… » Mais c’est déjà énorme !!
    Combien sommes nous à être bien incapable de cela ? Alors oui tu peux être fière d’être allée au bout.
    Bravo !
    (J’aimerai tant une petite session signature à Lyon…)

    Répondre
  16. nathalie a dit…

    Je comprends très bien ce douloureux chemin pour arriver à monter tes histoires mais je pense que si quelqu’un peut s’en sortir, c’est toi ! et vivement de les voir en librairie tes livres ! bises !

    Répondre
  17. Lyil* a dit…

    Félicitations!
    Hate de retrouver ta plume sous forme de roman! Sais-tu si la version Kindle sera disponible? Sinon je crains de devoir attendre plusieurs mois avant d’avoir le roman entre les mains!

    Répondre
  18. Bérengère a dit…

    scénariste et auteur….je crois que tu touches du doigt ce pourquoi tu t’etais lancée en free lance !
    tellement fière de suivre ça en tant que lectrice et spectatrice
    hâte de découvrir ce livre et de le faire partager autour de moi
    <3
    belle journée !

    Répondre
  19. Camille Legoline a dit…

    Il faut aussi venir signer à Lyon ! je pourrais ainsi peut-être me déplacer depuis ma campagne grenobloise 😉
    Je dis ça je dis rien … 🙂

    Répondre
  20. Marilune a dit…

    Divertir les gens est un noble dessein, surtout par les temps qui courent. Donc, merci. Et oui, je plussoie : il faut venir signer sur Lyon!

    Répondre
    • Caroline a dit…

      je pense que les signatures en région viendront dans un 2ème temps, si le livre se vend bien 😉 (je ne suis pas encore Anna Gavalda 😉 Mais rien ne me ferait plus plaisir !!! Alors s’il y a des libraires dans la place, n’hésitez pas à me solliciter !

      Répondre
  21. Mayoun a dit…

    Je ne te suis que depuis quelques années, alors j’ai toujours l’impression d’être un peu en dehors du groupe mais je serais très heureuse de venir te remercier de vive voix pour tout ce que tu partages avec talent et esprit.

    Répondre
  22. Les petites M a dit…

    J’aime beaucoup ta description de la phase de création du scénario avec les idées et désillusions… c’est si énervant et si boostant!
    Bon courage et hâte de voir ça!
    Bises
    Marion

    Répondre
  23. Val Lao sur la Colline a dit…

    Rho là là ! ça fait beaucoup de bébés à gérer en même temps, tout ça, genre comme si t’avais des jumeaux ! Oh wait!
    J’adore ce que tu nous dis de ces intenses sessions de travail scénaristique, je comprends que ce soit très éprouvant, mais quel pied ça doit être, au bout du compte !

    Répondre
  24. Nanette a dit…

    J’ai HÂTE ! Seulement voilà : j’ai peur. Une ou deux fois tu nous as raconté certaines balades au cours desquelles tu croisais des lectrices. Ça se passait toujours sereinement. Me concernant j’ai un doute. Ce doute s’appelle gloussement. Ou encore rougissement (je suis antillaise donc je serai la seule à sentir se rougissement). Donc ne m’en veux pas. Je glousserai sûrement en te disant « je te lis super souvent, c’est trop bien vraiment. Et bravo hein. Et encore bravo surtout » mais j’ai HÂTE !!

    Répondre
    • Alexandrine a dit…

      J’adore ce commentaire. Je compatis Nanette, de mon côté dans ce genre de situation, c’est plutôt le mutisme soudain ou a minima les mots qui sortent difficilement, ou pas les bons mots/pas dans le bon ordre. Ce qui donne une lueur étrange dans le regard des gens en face qui ont l’air de se demander s’il s’agit des séquelles d’une pathologie quelconque.

      Répondre
  25. Xochitl a dit…

    Félicitations pour le bouquin ! Ca doit etre émouvant de voir les piles de SON livre et des dédicacer.
    Concernant tes posts plus rares, eh bien cela nous apprend la patience et on savoure envore plus ceux que tu publis !!!

    Répondre
  26. Camille a dit…

    Paris c’est bien, mais nous on réclame déjà la séance de dédicaces à Lille !! et on compte les jours jusqu’à la sortie du bouquin que l’on se prêtera à coup sûr de maison en maison dans notre « tribu ».

    Répondre
  27. Agathe a dit…

    Cet aperçu de ta vie de scénariste me fait penser au podcast La Poudre avec Fanny Herrero (l’une des scénariste de Dix pour cent) que j’ai écouté hier. Elle y parle notamment de l’écriture à plusieurs et de l’anonymat des scénaristes en général par rapport aux réalisateurs. C’est vraiment intéressant.

    Répondre
  28. Lola a dit…

    Pas encore dispo sur Amazon US ou Canada, mais comme je l’ai cherché, peut-être que ça va les inciter?… Je continuerai à réclamer (sinon je paierai les frais d’envoi depuis la France, depuis le temps que je te lis pour pas un rond, ça vaut bien 100 fois ça!)

    Répondre
  29. Vanessa a dit…

    Han une dédicace à Paris !!! Mais je suis en joie ! J’espère que je pourrais venir faire dédicacer mon exemplaire !! Plein de
    Bravos Caroline !

    Répondre
  30. Suzanne a dit…

    Figure-toi que j’écris, moi aussi, et que je rencontre régulièrement les affres de la page presque blanche et la torture du mot juste.
    Je comprends totalement, ou quasiment, les impressions que tu décris.
    Ouais…bon…moi je rédige des notes de synthèse en vue de préparer un concours de la fonction publique.
    Nettement moins glamour, stressant et je pense également moins bien payé (même si je ne pense pas que tu roules sur l’or, hein)
    Mais quand même, trouver un titre pour chaque partie du plan, c’est du boulot, j’voudrais vous y voir !
    Si tu dédicaces à Paris, j’essaierai de venir, avec plaisir. Tu accompagnes tes dédicaces d’un dessin, j’espère ?
    (En vrai je serais probablement mutique et gloussante si je me retrouve devant toi)(sauras tu me reconnaître?)

    Répondre
  31. Justine a dit…

    Tiens on est raccord, niveau passage sur le blog en ce moment. Je déconnecte de plus en plus si ce n’est pour certains trucs « obligés » pour lesquels je n’aurai plus à m’en faire dans quelques mois… et qui me manqueront évidemment.
    Bref, je suis ravie pour toi de ce projet roman qui en arrive à son bouquet final et de ces autres projets qui te font vivre, planer, déchanter, …

    Répondre
  32. Lilibreizh a dit…

    Très contente d’avoir pû mettre un commentaire après des mois infructueux … apparemment, il y a un contrôle entre le pseudo et l’adresse mail. Et comme, je ne mettais pas la bonne adresse mail … Wow, ma fin de journée est d’un coup éclairée par cette résolution d’une énigme qui me prenait un peu la tête !!

    Répondre

Laisser une réponse à Claudie

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>