Livres pour enfants (et plus grands) : la chronique de Marje #5

IMG_5125
Shame, shame shame on me, j’ai trainé tant et tant pour publier la chronique de Marje qu’elle ne vous sera pas d’une grande utilité pour vos sacs de plage. Ceci étant dit, s’il est une période propice à la lecture, c’est bien celle de la rentrée, je trouve. Personnellement je dévore depuis que je suis revenue, besoin, j’imagine, de m’évader à nouveau (à venir d’ailleurs ma liste des incontournables de l’automne). Quant à mes enfants, ils pillent les bibliothèques du quartier et de la petite bourgade de mes parents. Et ils sont devenus accros aux conseils de Marje (dernier gros succès, l’épouvanteur)…

Bref, voici donc, tadaaaaam, la chronique des livres jeunesse de Marje, que je remercie à nouveau pour ce boulot magnifique et sa patience concernant mes errances procrastinatrices…

Edit: la photo je l’aime parce qu’elle me rappelle le début de nos vacances et puis aussi parce que c’est ma fille telle que je la vois tout le temps, un livre greffé à la main, quoi qu’elle fasse…

Edit2: vous pouvez également télécharger la chronique de Marje ici : Téléchargement Carobloglijechron5

Allez, la parole à Marje !

Photo1 (800x600)
Bonjour ! Une
nouvelle chronique pour garnir vos paniers de plage cartables de rentrée: albums, romans
et ouvrages en tout genre. Effectivement le livre mute, il se
sectorise, se spécialise et en même temps il se sexualise, se
sérialise. Il devient multiforme. Il est multi support. Le livre est
multi-médiatique et pourtant en danger. On le trouve partout, ici,
ailleurs. Maintenant il se dématérialise. On lit sans livre, on lit
parfois sans texte ou sans image. On bookcrosse, on conte, on crée
des salons et pourtant on s’inquiète, le livre va disparaître !
On juge que les enfants ne lisent plus, les enfants ne savent plus
lire et quand ils lisent, les livres lus sont inintéressants, nuls,
mal écrits, complètement commerciaux. J’avoue que ces jugements
de valeur me vrillent les oreilles et les nerfs. Mais je dois aussi
admettre que je m’arrache les cheveux quand je lis que le titre
Tchoupi
va sur le pot

est le livre illustré le plus vendu en 2010 suivi de
Tchoupi
va à l’école

et
Tchoupi
fête Noël

(Il est drôlement malin Tchoupi, il fait tout dans l’ordre !).
Vous savez déjà que j’éprouve une haine inavouable à Tchoupi,
PetitOursBrun et Sacha (des pokémon). Personnellement deux, trois
petites idées me remontent le moral. Tout d’abord, statistiquement
parlant, l’édition jeunesse se porte bien. Elle est même moteur
pour le monde de l’édition (
c’est
ici
)
.
J’ai été touchée par tous les commentaires du
billet
de Caro

sur les souvenirs de lecture. Nous sommes nombreuses à penser que la
lecture est un besoin vital. On s’aperçoit que la littérature
jeunesse est souvent un tremplin, un pli pris pour devenir un adulte
lecteur. Comme le dit Jeanne Ashbé : « Les livres sont des
compagnons de l’âme, à portée de main, de cœur, de sieste, de
métro …de jour et de nuit ». Si les livres sont nos compagnons,
il faut bien avouer que les supports numériques nous invitent à
découvrir le livre ou en tout cas la lecture sous un autre jour.
Afin de me faire une idée personnelle sur ces évolutions, j’ai
testé un
Imagier
interactif

aux éditions Hélium.

Photo2 (800x600)

Autant
vous le dire tout de suite, j’ai adoré ! J’ai aussi essayé des
applications sur Ipad. J’ai soudoyé mon jeune beau-frère afin
qu’il me prête son joujou. Suite à une émission radio «
Ecoute,
il y a un éléphant dans le jardin

», j’ai décidé de télécharger :
Dans
Mon Rêve
de
Stéphane Kiehl aux éditions E-toiles,

L’Herbier
des fée
s
de Benjamin Lacombe et enfin
Un
Jeu

d’Hervé
Tullet.

Je
ne ferai pas une critique de l’objet Ipad, même si je vendrais mon
âme pour en avoir un. Je vais tenter de vous faire partager mes
réactions de lecture à ces trois titres. Tout d’abord,
Dans
Mon rêve

de
Stéphane Kiehl – 3.99 €. Autant vous le dire tout de suite, j’ai
été un peu déçue car les critiques louaient corps et âme cette
application. Malgré la belle voix de Tom Novembre, la magie
interactive ne m’a pas transportée.
Dans
mon rêve

est une application de création littéraire et poétique pour
enfants. On notera le clin d’œil à Raymond Queneau et

Mille
milliards de poèmes
.
L’écran est divisé en trois bandes horizontales, chaque bande
glisse sous les doigts pour composer une nouvelle image et donc un
nouveau poème de trois vers qui rappelle un peu les haïkus.
L’enfant compose donc une illustration et un poème différent à
chaque sollicitation tactile. Les illustrations sont très réussies
mais les enfants se lassent rapidement. Je ne suis pas sûre que les
jeux d’illustrations et la création littéraire correspondent au
même moment de la vie d’un enfant. En ce qui concerne
l’Herbier
des fées

– B.Lacombe – 14.99 €, l’application est une adaptation de
l’album du même nom. J’ai apprécié les illustrations
magnifiques et la sensation d’entrer littéralement dans le livre :
on peut voir les fées évoluer, on peut zoomer, glisser, développer
les pages. Un de mes enfants s’est prêté au jeu alors qu’il
n’aurait pas lu l’album, c’est sûr ! C’est frais, c’est
innovant, c’est presque un peu mystérieux, hum … un bon voyage
mais une fois de plus, je ne pense pas que les enfants reviennent sur
cette application. Enfin, mon préféré,
Un
jeu

– H.Tullet – 2.99 € (Pépite de l’album numérique 2011).
Souvenez-vous j’avais adoré le
livre
. J’ai rencontré Hervé Tullet au salon du livre, un
homme chaleureux, simple et sympathique, je suis donc vraiment
contente d’avoir adhéré à cette application. Complètement
tactile, sans mode d’emploi, commencer ce Jeu, c’est ouvrir la
porte à la création et à l’imagination. Tous les sens sont
sollicités : vue, toucher, ouïe, on en mangerait ! 15 animations
sont proposées sur le même thème que le livre, des ronds de
couleurs qui s’invitent et dansent une sarabande effrénée. J’ai
un vrai coup de cœur pour l’animation feux d’artifice, j’y ai
joué pendant un bout de temps. Les enfants découvrent cette
application avec plaisir et curiosité. Ils comprennent tout de suite
le fonctionnement et les voilà partis vers un monde tactile, visuel
inédit. Hervé Tullet est loin de l’imprégnation pédagogique et
c’est tant mieux car nous avons tous joué avec cette application
de 20 mois à 35 ans, nous avons joué chacun de notre côté mais
aussi tous ensemble (50 doigts quand même). Une petite vidéo
pour découvrir cette belle pépite. Cette application fonctionne
aussi sur Iphone : une belle idée de cadeau pour Rose !

 

Si
les applications numériques vous intéressent, vous soucient, vous
intriguent ou si vous souhaitez faire des choix éclairés, je vous
conseille ce site :
Souris
grise
.

Des
remerciements à ma relectrice de l’ombre : Catherine. Merci
Margaux Rol des Editions Hélium pour ses conseils. Et enfin, comme
toujours et à jamais, Merci Caroline !

Photo3 (800x600)

 

0-3
ans
3-6 ans6-9 ans

 

9-12
ans
12 ans et plus15
ans et plus
PourlesGrandes

 


0-3
ans

 

Imagier
des saisons
– Pittau /
Gervais – 84 p.

Editions
Les Grandes Personnes – 22.50 €

Gros
coup de cœur pour ce magnifique imagier. Vous savez pourtant que
j’ai une indigestion d’imagier mais celui-ci est la quintessence
du livre d’images pour petits, un livre dont j’ai rêvé et les
éditions Les Grandes Personnes confirment tout le bien que je pense
de leur maison. Cet ouvrage est classé par saison. Chaque page
présente un acteur du règne animal ou végétal. Chaque tourne de
page offre une double surprise. Tout d’abord, un étonnement visuel
par la découverte des illustrations proposées et une surprise
tactile car certaines pages offrent des volets à ouvrir qui
dévoilent, par exemple, l’intérieur d’un fruit, la croissance
d’un animal, la maturité d’un légume ou bien son enracinement.
Les découpes permettent aux deux éléments de la double page de
prendre du relief et de la vie. Tous les sens des enfants sont
sollicités car les illustrations sont très réelles. J’ai
apprécié que les volets à tourner ne soient pas insérés
régulièrement car l’enfant va chercher du regard des indices sur
la présence ou non du volet, de son emplacement et de quelle manière
il doit le tourner. Les animations créées permettent aux enfants de
s’interroger et d’observer autour d’eux pour retrouver les
objets, les animaux. J’avoue que certaines illustrations m’ont
surprise et ravie : la figue est un bijou ! Mon fils de 20 mois
réclame sans cesse ce livre et alors j’entends en bruit de fond «
kes ce c’est ? »Je crois que lui craque pour la coccinelle.

 

Je
bouge / Je m’habille
– M.Motin – 12 p.

Albin
Michel Jeunesse – 7.50 €

Vous
savez que je suis sensible aux illustrations de Margaux Motin. J’ai
donc acheté ses deux premiers albums jeunesse. J’ai retrouvé son
coup de crayon et cette légèreté du trait dans les dessins des
mouvements d’enfants. En tournant les pages cartonnées, j’avais
l’impression de voir mon fils bouger, ramper, glisser de sa
poussette… Vous savez le mouvement anguille quand on essaye de
passer les bretelles du harnais ! Chaque petite image est une
scénette : on trouve plein de petits détails : un bout de couche
qui dépasse, la présence du doudou dans la main, les chaussures qui
restent en bas du fauteuil …J’ai beaucoup aimé et mon fils
aussi. Le fond blanc des pages permet aux enfants de focaliser sur le
mouvement et sur l’expression du geste. Un ouvrage attrayant qui
permet aux plus petits de rester concentrés. Pas besoin de vous dire
que mon fils essaye de refaire tous les mouvements cités. J’attends
toujours avec impatience la dernière page qui est celle du mouvement
préféré : le câlin ! Ouf : calme et répit. Je m’habille
sont des instantanés de vie d’enfants. Je m’attendais à un
album avec une description des étapes de l’habillage et bien non,
ce sont plutôt des «vues» à la façon d’un enfant. J’ai
trouvé certaines situations drôles comme l’enfant avec les
chaussures de son père. Je vis en ce moment cette situation avec mon
fils et c’est craquant de la voir arpenter la cuisine avec mes doc
Marten’s ou mes ballerines aux pieds !

 

Jour
de neige
– Komako Sakaï – 24 p.

L’Ecole
des loisirs – 12.07 € / 5.35 €

Faire
ses premiers pas dans la neige : rappelez-vous c’est exceptionnel !
Nous avons tous des souvenirs d’enfance avec les doigts gourds et
le bout du nez gelé. Que votre enfant est déjà découvert la neige
ou non, il pourra « re »vivre les sensations et les émotions de
cette étrangeté. Quand la neige tombe, le bus de l’école ne
passe pas, youpi ! Quand la neige tombe, les mamans ne peuvent pas
aller travailler, bingo ! Rester avec Maman toute la journée dans
l’appartement, Maman que pour soi : c’est peut-être un des plus
beaux jours de sa vie. Mais quand la neige tombe, certains Papas ne
peuvent pas rentrer du travail et au bout de quelques heures, c’est
bien que la neige cesse de tomber. Je ne présente plus cet auteur
que j’adore Komako Sakaï. Une fois de plus, les illustrations sont
magnifiques : du blanc, du gris et des touches de jaune. Notre héros
est un jeune lapin qui découvre la neige. Tout d’abord, il reste
au chaud dans l’appartement et ses sens sont interpellés car
lorsque la neige tombe, le monde change : fini les couleurs, fini le
bruit « On n’entendait rien d’autre que le silence de la neige
qui tombait ». Comme vous pouvez le lire, non seulement les
illustrations sont merveilleuses mais l’écriture est riche et
épatante. Une fois de plus, j’ai succombé et je suis sûre que
vos enfants aussi !

 

Maintenant
– A. Serres / O. Tallec – 38 p.

Rue
du Monde – 13.77 €

L’enfant,
c’est le présent. L’enfance, c’est l’immédiateté. Je veux,
je suis : ici et maintenant. Cet album est l’expression des moments
de vie d’un enfant. Cet ouvrage est un ensemble d’instantanés du
quotidien, l’école, la vie de famille, les travaux dans le
quartier, le récit de l’histoire du soir … Les instantanés se
télescopent, s’entremêlent : les saisons passent, tout change,
les situations évoluent et l’enfant grandit. Les illustrations
d’Olivier Tallec sont très réussies et enrichissent ce carnet de
vie. En tant que parent, à la lecture de cet album, on se souvient
que oui, observer, maintenant, cette coccinelle qui grimpe sur la
feuille, c’est important ! Cela ne peut pas attendre ! Tout à
l’heure, c’est trop loin, c’est trop long. J’aime la
délicatesse des scènes de vie, j’aime partager cet album dans
lequel les enfants plongent et se mirent avec délice.

 

3-6
ans

Une
nuit, loin d’ici : Un bestiaire qui se dévoile de page en page

– J. Wauters – 24 p.

Editions
Hélium – 16.34 €

Quel
album, j’avoue j’ai été bluffée ! La conception est
ingénieuse, les illustrations sont de grandes qualités. Ce
bestiaire révèle un vocabulaire riche. Cet ouvrage dépasse le
simple bestiaire car l’enfant doit retrouver les animaux pendant
l’écoute, cette dernière est primordiale car les indices sont
dans le texte. J’avoue que je n’ai pas pu m’empêcher de
chercher les animaux décrits. Comme d’habitude, mon fils fut plus
rapide. On découvre la nuit dans la savane africaine, dans la taïga
russe, dans la jungle amazonienne, dans les profondeurs de l’océan
et enfin une nuit près d’ici. Chacune de ces régions comporte
trois pages qui se superposent afin de découvrir toute la faune et
la flore Mon fils faisait des ah ! Oh ! à chaque tourne de page ou
de transparent. La dernière page est un inventaire de tous les
animaux aperçus dans le bestiaire. C’est ingénieux car l’enfant
souhaite se replonger dans l’album afin de repérer les animaux
cités … Une fois de plus les éditions Hélium ne doutent pas de
la vivacité d’esprit des enfants et les invitent à s’ouvrir au
monde en confiance. Un bel ouvrage à offrir et à lire sans limite
d’âge car je ne sais pas vous mais moi je n’avais jamais vu un
barbican bidenté, ni un grandgousier-pélican !

 

Tout
un Louvre
– K. Couprie / A. Louchard – 244 p.

Editions
Thierry Magnier – 16.90 €

En
ce moment, je suis attirée par les livres d’art et de jeunesse !
Je trouve que ce secteur est vraiment intéressant et je dois dire
que j’ai trouvé des pépites ! Comme cet album. Vous savez que
j’apprécie ces auteurs Katy Couprie et Antonin Louchard et j’ai
déjà présenté mon récent coup de cœur pour Pommes
de reinette
et bientôt
Tout
un monde
.
Dans le même format et dans le même esprit, cet album présente des
œuvres célèbres ou insolites du musée du Louvre. Les œuvres du
musée sont présentées avec des créations plastiques des auteurs.
Le fil conducteur de cet album est l’analogie comme dans
Tout
un monde
,
l’ouvrage célèbre de ce tandem. J’aime le dynamisme engendrée
par l’analogie car cette méthode de raisonnement implique
l’enfant. Ce dernier doit alors fouiller ses souvenirs, créer des
concordances, découvrir des ressemblances …Hum ! Les neurones
gigotent et ça fait du bien ! Les créations plastiques sont
pertinentes et variées : collage, gouache, papier mâché, pastel,
cliché …

 

Princesse
Inès
– M.Bourre– 32 p.

Ecole
des Loisirs – 12.50 €

Inès
est une jeune et belle princesse. Mais le temps tourne et le Roi et
la Reine s’impatientent, Princesse Inès c’est l’heure et l’âge
du mariage … Oh, la barbe, Inès aime la liberté, l’oisiveté et
le règne de l’enfance. Le Roi Godefroy frappe du poing sur son
trône et annonce un grand concours : celui qui accomplira l’exploit
le plus extraordinaire épousera la Princesse. Voilà un scénario
bien connu mais l’issue de cet album est inattendue et c’est
évidemment ce qui m’a plu ! Cet album commence comme un conte de
fées et se termine comme un billet féministe ! Les illustrations de
Martine Bourre sont magnifiques et suggèrent avec talent toute la
malice de la Princesse.

Chevalier
Xavier
– M.Bourre – 30 p.

Ecole
des Loisirs – 12.50 €

Pour
poursuivre ce beau moment de lecture, je vous conseille Chevalier
Xavier. Toujours dans le royaume de Roi Godefroy, nous suivons les
aventures de Xavier, le jardinier. Le royaume est en guerre et Xavier
est appelé au combat. Il enfile son armure et prépare sa monture
…Et au galop sur le champ de bataille. Mais son beau destrier est
blessé et ne veut pas retourner au combat sans une cotte de maille
comme son cavalier ! Chantage, péripétie et aventures attendent les
deux amis. Mais à leur retour dans les rangs, c’est la révolution
équine : tous les chevaux veulent des cottes de maille. Voilà une
histoire bien tricotée de fil de fer et de plomb. « A la bataille,
nous n’irons plus sans cotte de mailles, tout en ferraille. A la
bataille, nous n’irons plus tout nus …». Martine Bourre excelle
dans les illustrations de chevaux, je crois que c’est son dada …
L’album suivant en est un concentré!

Au
galop, les mots
– M. Bourre – 35 p.

Rue
du Monde – 14.25 €

Des
chevaux dodus, des chevaux masqués, des poulains noirs, une jument
verte, des chevaux fils de fer et bien sûr le cheval de Troie: bref
un vrai et beau voyage dans le monde équin. Ce voyage est multiple :
mythologique, historique, culturel… Chaque page offre une
illustration, une comptine ou un poème. Le vocabulaire est riche et
exotique pour les novices. Le lexique en fin d’ouvrages permet de
comprendre et d’expliquer les mots techniques aux enfants. Les
illustrations sont variées, Martine bourre utilise la gouache, la
craie, le collage, la sculpture. Les livres sur les chevaux se
multiplient dans les rayons jeunesse et je vous avoue que parfois je
sature un peu … Sans vouloir prendre le mors aux dents, ni monter
sur mes grands chevaux, allez y brides abattues, vous ne serez pas
déçues !!!

 

Tous
les monstres ont peur du noir

M.Escoffier / K. Di Giacomo – 26 p.

Editions
Frimousse

Rappelez-vous,
cette peur au creux du ventre lorsque la porte se referme.
Rappelez-vous, cette impression d’être abandonnée, seule. Ecoutez
ces bruits étranges ! C’est le monde de l’enfance, c’est la
peur du soir et du noir. J’étais une enfant terrorisée par le
coucher du soir et je dors encore avec un filet de lumière: non, pas
de commentaire ! Bref, depuis la lecture de cet album, je suis
soulagée car je sais, maintenant, que je ne suis pas seule ! Non,
les monstres, que j’entendais sous mon lit, cherchaient du
réconfort ! Si j’avais su, je les aurais pris sous ma couette.
Vous avez compris le thème de cet album : la peur du noir et des
monstres. L’histoire est bien menée et dédramatise cet horrible
moment du coucher (non, non je ne suis pas traumatisée). Les
illustrations sont très réussies, les pages sont entièrement dans
un panel noir, gris et blanc. Moi, j’ai bien envie d’en adopter
quelques uns bien que mon lit soit souvent plein d’hommes
beaux, riches et intelligents
d’enfants.

J’ai
peur du noir
à écouter

 

J’adore
Aldebert. A la maison, c’est moi qui écoute ses albums et les
enfants dansent sur les Stones ! J’ai vu Aldebert en concert et je
vous jure c’est vraiment un grand moment.

 

Un
petit Chaperon rouge
– M.Leray – 32 p.

Actes
Sud Junior – 11.55 €

« Pour Rose »

Les
Marjolaine ont plus d’un tour de leurs sacs. Elles réservent
souvent de belles surprises comme marjoliemaman.
Nous ne sommes pas nombreuses et ce n’est pas l’origan qui va
nous faire de l’ombre ! Voilà un bel album, mini dans son format
mais impressionnant par son originalité ! Pas besoin de vous dire
que cet ouvrage est une réécriture du célèbre conte de Perrault.
Marjolaine Leray s’est laissé toute liberté pour illustrer la
confrontation du loup et du chaperon rouge. Une belle surprise attend
le lecteur. J’ai adoré les illustrations juste crayonnées qui
rehaussent les expressions des deux héros. Ce petit Chaperon rouge
qui ne dévoile pas son regard n’est pas piqué des hannetons, elle
m’a rappelée Nina dans
la
Tétine de Nina
,
l’
Alinéa
quand j’étais enfant et certainement plein d’autres clins
d’oeil. J’aime ces petites filles héroïques et je crois que
définitivement j’ai pitié des loups !

Photo4 (800x600)

Tip
tap

A.Boisrobert / L.Rigaud – 46 p.

Editions
Hélium – 16.30 €

Vous
connaissez mon attachement aux éditions Hélium. Je suis toujours
heureuse de découvrir leurs nouveautés. Je n’ai donc pas résisté
à l’appel de cet imagier interactif ! Après le kindle, me voilà
partie à explorer une évolution du livre. Je consulte d’abord le
livre que je trouve merveilleux. Le papier épais, légèrement
granuleux est un vrai plaisir à lui seul. Les illustrations sont
épatantes. L’ouvrage est construit par thèmes : Les petites
bêtes, les transports, lire et jouer …Je vous avoue que le livre
aurait suffit à mon plaisir. Je l’ai présenté à mon fils de 5
ans qui a tout de suite adhéré à cet imagier. J’attends d’être
seule et j’insère le CD dans mon ordi et voilà moi aussi j’ai 5
ans ! Je suis vraiment ravie de cette invitation multimédia. Le
fonctionnement est simple, l’enfant est invité à créer un
tableau en tapant les mots présentés dans l’imagier papier.
Chaque mot peut être enrichi par des adjectifs ou des actions :
grand, rose, devant …L’enfant peut toujours modifier la dernière
image créée. Au fil des pages, les petits peuvent développer leur
scène en tapant des mots « dynamiques » vent, rapide moi j’adore
la tempête qui fait basculer tout le tableau. Les sons sont doux et
la musique proposée grâce aux instruments est vraiment agréable.
Le mode jour et nuit est très ludique aussi. Une fois le tableau
achevé, l’enfant peut l’enregistrer et l’imprimer. Une fois de
plus, j’ai proposé à mon fils de 5 ans de tester l’animation
CD-ROM. Il a tout de suite compris le fonctionnement. Alors que moi,
j’essayais d’avoir une idée précise de mon tableau avant de
commencer, lui laissait son imagination fleurir à l’écran (un peu
à la Dali, débordant, surréaliste). Son frère de 10 ans passe par
là et comprends lui aussi immédiatement l’intérêt de
l’animation. Deux, trois coups de coudes plus tard, voilà le
Moyen-Grand en train de créer un tableau superbe, onirique et
vraiment très réussi. Je ne juge pas de leurs capacités
artistiques, je souligne l’intérêt de cet imagier qui invite les
enfants d’âges différents à s’approprier l’outil. Comme vous
le savez, j’ai essayé des applications i-pad et j’ai donc pu
comparer ces deux modes d’animation et bien j’avoue que cet
imagier me semble vraiment innovant. Les possibilités de création
sont infinies. L’incitation pédagogique est présente par le biais
des mots à retrouver et à saisir mais je trouve que l’on est loin
d’un martelage à l’apprentissage de la lecture. Ce n’est pas
tape à l’œil, ce n’est pas criard, ni clinquant. A la
différence des jeux vidéos, l’animation permet à l’enfant
d’être concentré sans être happé, la création d’une scène
est toujours un moment de fierté et de partage entre l’enfant et
l’adulte. Ce livre-jeu m’a séduite ainsi que mes fils. Depuis je
l’ai pas mal offert autour de moi et je crois qu’il a séduit pas
mal de familles. Ce livre-CD-Rom est compatible PC et MAC. La mise en
route est vraiment simple et rapide. Je ne sais pas vous mais je
trouve que les éditions
Hélium
méritent toute notre attention.

 

Moi,
ma Maman
…K.Sakaï – 30 p.

La
Joie de Lire – 13.01 €

Vous
savez déjà que je suis dans un cycle Komako Sakaï, cet album est
encore un gros coup de cœur « Moi, ma Maman …Je la déteste ! »
Voilà, le ton est donné ! Lapinou est fâché contre sa maman. Tout
d’abord, sa maman est paresseuse, elle dort, le dimanche matin. Et
puis elle regarde la télévision et Lapinou doit attendre encore. Et
coup au cœur insupportable, trahison extrême : Maman ne veut pas se
marier avec lui. Alors là s’en est trop pour Lapinou : Fâché,
blessé dans son amour, il prend une grande décision : adieu Maman.
Le récit est intense et transmet bien l’état d’esprit de
Lapinou. Les illustrations sont splendides, les expressions du visage
de notre jeune héros suffisent à comprendre sa colère sourde et
noire. Pourtant de nombreux détails ponctuent les petites attentions
de la Maman, les biscuits sur la table pour patienter, le réveil qui
synchronisent les quelques minutes d’attente de Lapinou. Ce jeune
héros semble emporter par son complexe d’Œdipe, peut-être aussi
que vivre seule avec sa maman est difficile pour ce jeune lapin. Dans
tous les cas, moi, ce Lapinou me fait penser à un certain «
Pinochet-Neron » que j’ai à la maison : pas vous ?

 

6-9
ans

 

Pensée
en herbe
– J.Simon – 44 p.

Editions
Passage Piéton

Un
livre original de land art. Jeu d’échelle, point de vues
surprenants sont offerts à notre regard. Un véritable dépaysement
sur 18×21 cm, nous avons eu la sensation d’ouvrir une fenêtre sur
le monde et sur la nature. Les quelques phrases qui ponctuent cet
imagier artistique sont poétiques et pimentent la voyage. Ce livre
contient des oeuvres de land art, des esquisses, de montages
photographiques, des plans, …L’organisation est basée sur
l’analogie. J’ai un peu retrouvé Tout
un monde
de K.Couprie et A.Louchard. Même le crédit
photographique est original et poétique. Un ouvrage comme je les
aime, inclassable, original que l’enfant réclame souvent !

 

Gustave
Taloche, roi de la bagarre
– 42 p.

Actes
Sud junior – 7.80 €

Gustave
Taloche aime la bagarre ! Mais la vraie bagarre avec ses interdits et
ses lois. A 6 ans, la bagarre, c’est un art pour Gustave. Le
problème, c’est que la maîtresse et les Mamans n’apprécient
pas les combats. Rien, nada … même pas une petite béquille ou une
frite minuscule sur les cuisses. Gustave et ses copains vont devoir
être malins pour combattre en paix. Un très court roman pour
encourager les premières lectures. Le récit est simple mais ne
manque pas d’intérêt. En tant que parent, j’ai apprécié les
solutions utilisées par Gustave pour dépenser son énergie sans se
bagarrer. Je pense qu’il plaira plutôt aux garçons mais je pense
que les filles trouveront des explications au comportement
chamailleur des copains d’école ! Ce qui n’excuse rien, ni
béquille, ni frite !

 

Mais
que font ces bébés
– B. Fontanel – 194 p.

Editions
Palette – 18.32 €

Dans
la série thématique, livres d’art et jeunesse : Mais que font ces
bébés est mon coup de cœur, ma pépite, l’étoile à conserver.
Cela tient peut être aux portes battantes de la maternité qui
définitivement ne veulent pas se verrouiller ! Donc la vue d’un
bébé me fait systématiquement monter le taux de LH au dessus de la
norme ! A chaque double page, ce volumineux album carré offre sur la
page de droite, une reproduction de tableau dont le héros est un
enfant et sur la page de gauche, une exclamation imaginée de ce
dernier. Les tableaux sont de toutes les époques, certains sont
célèbres d’autres non. Organisé autour de chapitre du monde de
l’enfance, cet album permet de découvrir l’évolution des
méthodes de maternage. C’est un très bel album que vous pouvez
offrir à une amie enceinte ou comme cadeau de naissance !

 

Génial,
on popote avec Papa
– N.Valmary / L.Mouton – 191
p.

Edition
Minerva – 16 €

Bon
déjà le Papa est canon ! Les recettes sont vraiment originales sans
être saugrenues. Elles sont simples à réaliser en famille. Les
photos familiales à table sont appétissantes et donnent envie de
réaliser les recettes. Chaque recette comporte le niveau de
difficulté, les ustensiles nécessaires, les ingrédients, les
durées de cuisson et le nombre de portion. La recette est
fractionnée en action à réaliser et une place est réservée pour
inscrire le nom de l’enfant responsable. Dans certains livres de
cuisine réservée aux enfants, les recettes sont basiques et
demandent par contre des heures de modelage pour la décoration (des
pommes de terre souris …). Ce livre est un vrai livre de recettes
familiales sans chichi mais avec des recettes savoureuses et
réalisables dans la bonne humeur. A la fin du livre, des pages sont
vierges afin que chaque famille inscrive ses recettes : bonne idée !

 

Cahier
pour apprendre à colorier autrement
– P.Estellon –
22 p.

Edition
Les Grandes Personnes – 12.80 €

Alors
ouvrage king size ! Attention plus de 40 cm de hauteur, artiste en
herbe à vos crayons feutres. Cet album propose du coloriage haut de
gamme. Je ne pensais pas que le coloriage pouvait offrir tant de
fantaisie, tant d’inventivité. J’ai été bluffée par
l’originalité. A chaque double page, l’auteur propose une
technique de coloriage sur la page de gauche (avec des lignes, des
lettres, des points …) et l’enfant crée un coloriage personnel
sur la page de droite. On a complètement dépassé les albums de
reproduction d’un modèle à l’identique. Dans ce magnifique
cahier, on s’affranchit complètement de la notion de débordement.
Qu’importe de déborder, il faut juste crayonner, inventer et
prendre plaisir. J’avoue que cet album trône dans la cuisine et je
l’utilise comme un tableau ! Je n’ai pas de très bons souvenirs
des cours de dessin de mon enfance, la vérité : j’ai vécu de
véritables frustrations artistiques. Je ressemblais plutôt à
Bengué.
Je pense que cet album est un bel exemple de ce que je souhaite
offrir à mes enfants, de la créativité et du plaisir. D’ailleurs
feuilleter cet album permet aux enfants d’exercer leurs doigts,
certes, mais leurs yeux aussi, on retrouve des invitations à
découvrir des peintres célèbres et ça c’est chouette aussi !

 

Les
oiseaux
– G.Zullo / Albertine – 67
p.

La
Joie de Lire – 13.50 €

Conseillé
par Lacopacham, j’ai acheté cet album et j’avoue que je me suis
régalée. Hum ! Quel plaisir. Tout d’abord, plaisir des yeux : les
grands aplats de couleurs, les illustrations vives et gaies, les
points de vue saisissants, les effets de travelling très réussis.
On ressent le travail et la délicatesse du travail de
l’illustratrice. Le récit est aussi une aventure de lecture
d’images et les enfants sont très sensibles à cette lecture. Si
le récit graphique est très réussi, le récit textuel ne l’est
pas moins. L’histoire est magnifique, elle aussi très délicate,
elle se situe sur plusieurs registres : le conte animalier, la fable
philosophique et le récit mythologique. On referme cet album, le
sourire aux lèvres et une envie irrépressible de lire et relire
pour se délecter de chaque phrase et de chaque mot car « un seul de
ces petits détails suffit à changer le monde ».

 

Ma
maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill

– 122 p.

Editions
Galimard – 14.45 €

Prix
Tam-Tam BD / Prix Essentiels Angoulême

Il
semble avoir beaucoup de chance Jean d’avoir une Maman qui aime
voyager, l’Espagne, la Suisse, l’Amérique … Mais Jean est
malheureux car sa Maman voyage toujours seule et elle enchaîne les
destinations. D’ailleurs Jean ne se souvient pas vraiment du visage
de sa mère. Maintenant en CP, il comprend que cette situation est un
peu étrange. Heureusement, sa Maman lui écrit souvent mais elle
préfère envoyer les cartes postales chez les voisins de Jean et
c’est Michèle, sa petite voisine qui lui lit. De nombreuses
questions l’assaillent, ces questions tournent dans sa tête et
malgré l’aide fortuite d’un psychologue, Jean est inquiet.
Michèle, en amie-ennemie, l’aidera à connaître la vérité. Cet
ouvrage est une belle bande dessinée : vraie réussite graphique,
scénario original, récit drôle et émouvant à la fois. J’ai été
touchée par cette histoire, le héros Jean est très attachant.

A
lire dès qu’on ne croit plus au Père Noël !

Extrait
du
Film
d’animation

 

9-12
ans

 

N’allez
jamais à la bibliothèque pour plaire à la fille dont vous êtes
amoureux
– H.Ben Kemoun – 72 p.

Pocket
– 5.41 p.

Hugo,
10 ans, est amoureux de Garance. Hugo est un garçon remuant qui aime
jouer au foot, dire des gros mots et rigoler avec ses amis. Garance
est réservée, bon élève et lectrice. Tout les oppose et pourtant
le petit cœur d’Hugo bat la chamade dès qu’il approche Garance.
Cette dernière est bien consciente de son pouvoir sur notre jeune
héros. En échange d’un rendez-vous, cette dernière demande un
tout petit service : Hugo doit entrer dans la bibliothèque
municipale et emprunter un livre qu’elle attend. Vous me direz que
ce petit garçon est bien malin car rien n’est plus simple que
d’emprunter un livre à la «biloutec». Mais Garance l’informe
au dernier moment que le lieu est exceptionnellement fermé et
qu’Hugo doit s’introduire par effraction en utilisant une fenêtre
mal fermée. Transi d’amour, Hugo n’hésite pas et escalade le
mur. Une fois dans les murs, il ressent une étrange impression : il
se sent surveillé et une atmosphère moite lui scie les jambes …A
moins que ce soit cet anaconda cauchemardesque qui lui emprisonne les
gambettes ! Hugo va cavaler, s’enfuir, combattre et philosopher
dans ce court roman de 72 pages qui envoûtera vos enfants !

 

Roi
sans terre
– M.S Roger
/ S.Perdrix – 30 p.

Casterman
– 13.25 €

Tout
est dans le titre de ce magnifique album : un roi sans terre ! On ne
sait pas pourquoi ce Roi n’a pas de terre, ni de peuple à
gouverner. Depuis l’enfance, ce Roi voyage à travers des vallées
verdoyantes, des déserts inconnus, des villages étranges, il
recherche sa Terre, son domaine et il sait qu’il le reconnaîtra.
Comme un roi, il porte une couronne et un manteau long. Ce manteau
enchanté témoigne de son si long voyage : poussière, coquillage,
arbuste, oiseaux colorés, sable : chaque terre traversée a laissé
un souvenir sur ce manteau royal : c’est le trésor de ce roi
particulier. Un jour, ce Roi sans terre et sans peur arrive dans la
ville des collines, ville fantôme habitée par des ectoplasmes : que
va-t-il pouvoir récolter dans son grand manteau magique ?

Cet
album est très particulier : c’est un voyage en album inconnu. Le
récit est très beau. Le style est à la hauteur des illustrations :
à couper le souffle ! Cet album est une belle métaphore de la vie :
les errances ne sont pas du temps perdu, les errances, les rencontres
enrichissent et permettent de mieux se connaître : merci Platon !

 

Une
sirène chez les hommes

K.Sakaï – 42 p.

Ecole
des Loisirs – 13 €

Je
suis bien consciente que les albums sont difficiles à proposer à
ces âges : 6/9 ans. Les enfants n’ont plus envie de lire des
albums car il faut le dire les albums « ça fait bébé » !
Pourtant certains albums sont vraiment pertinents à cet âge car la
double lecture image/texte permet aux enfants d’être immergés
dans l’histoire et en même temps de se libérer du texte pour
comprendre l’histoire grâce au récit icono-textuel. J’ai lu ce
livre à mon fils de Bientôt6ans et j’ai arrêté la lecture car
je sentais qu’il était mal à l’aise. Effectivement, cet album
est destiné à des enfants matures et prêt à suivre une jeune
sirène dans un combat bien difficile. Comme une suite de la Petit
Sirène d’Andersen, nous rencontrons une sirène qui ne supporte
plus de vivre sous les flots. Enceinte, elle décide d’offrir à sa
fille la chance de grandir parmi les hommes. Elle dépose son
nouveau-né sur un rocher au pied d’un temple car «elle est sûre
que les hommes lui donneraient tout l’amour dont elle a besoin».
Recueillie par un couple de commerçants sans enfant, elle fait le
bonheur de ce couple vieillissant malgré sa queue de sirène et sa
mélancolie. Obligée de vivre dans le secret, notre jeune sirène
est aussi une artiste. Elle décore les bougies vendues par ses
parents adoptifs qui font fortune grâce à son talent. Les marins du
monde entier viennent acheter les bougies décorées qui semblent
porter bonheur lorsque ces dernières sont brûlées au temple. La
présence de cette jeune créature fait des envieux et bientôt un
marchand de cirque frappe à la porte …Pas besoin de vous dire que
l’histoire est sombre mais complètement envoutante. Je l’ai
relue plusieurs fois afin de profiter de sa richesse et de celle de
l’écriture. Les illustrations de Komako Sakaï sont une fois de
plus magnifiques et soulignent les émotions de la jeune héroïne la
mélancolie, la tristesse et la détermination. L’auteur Mimei
Ogawa aborde les thèmes de la superstition avec finesse et sème le
trouble sans donner d’explications précises, c’est à nous
lecteurs de tout âge d’imaginer les liens invisibles et peut-être
magiques de ce conte.

L’île
du temps perdu

S.Gandolfi – 272 p.

Edition
du Seuil – 11.50 €

Mon
fils a lu ce roman à 9 ans. Il avait énormément aimé ce livre
mais une fois rendu à la bibliothèque, impossible de se souvenir du
titre et de l’auteur. Depuis, j’ai plusieurs fois essayé de
décrire l’horrible couverture (elle est horrible non?) aux
bibliothécaires et aux libraires … Personne ne voyait de quel
livre je parlais. Il y a peu de temps, je suis tombée dessus par
hasard et j’étais heureuse de découvrir un des livres phares de
mon bibliophage ! J’avoue que ce coup de cœur est un hommage à ce
Grand-Grand fils car même si j’ai beaucoup apprécié l’histoire,
elle m’a réellement terrorisée. Lors de la visite d’une mine,
Giulia et Arianna perdent leur classe de vue. Elles se perdent dans
les méandres des galeries. Aspirées par une force inconnue, elles
se retrouvent sur une île volcanique au sable noir. Après quelques
heures et quelques frayeurs, elles sont acceptées au sein d’un
groupe d’enfants. Leurs nouveaux amis leurs expliquent que tous les
objets, personnes, animaux, adultes, idées, chagrins, bonheurs
perdus sur terre se retrouvent sur cette île. Les enfants vivent
entre eux en tribu, libres de contraintes. Les adultes se regroupent
en micro-société. Le bonheur semble intense et très peu de perdus
souhaitent sauter dans la crevasse «magique» pour retourner dans le
monde «normal». Mais bientôt sonne le rassemblement des habitants
de l’île car des évènements graves s’annoncent … Des fumées
brunes se multiplient au sein de l’île. Ses fumées sont issues
des idées noires, du stress, de la morosité crées sur terre.
Nocives, elles empoisonnent les habitants. Une fois ses vapeurs
respirées, les habitants se transforment en cannibales et la faim
est insatiable pour ses mutants…Le rassemblement permet aux enfants
de comprendre qu’il est nécessaire que certains se sacrifient pour
sauver l’île : il faut retourner sur terre pour diffuser de
l’oisiveté, de la paresse, du temps perdu. Qui va devoir retourner
sur terre ?

Ce
roman est original et permet d’appréhender un monde imaginaire
très riche. J’ai beaucoup apprécié les clins d’œil culturels
de certains objets sur l’île. J’ai lu cette histoire avec
intérêt en suivant des pistes déjà connues Sa Majesté des
mouches
, Deux ans de vacances … Néanmoins le passage
sur les cannibales est vraiment terrorisant et je conseille donc ce
livre aux enfants de 10 ans et plus !

12
ans et plus

Le
Passeur
– L.Lowry – 221 p.

Ecole
des Loisirs
– 8.75€

Imaginez
un monde sans guerre, un monde sans maladie, un monde sans mort, un
monde sans divorce, sans haine et sans argent. Quel monde béni !
Pour le bonheur de tous, la vie est réglée, calée sur un règlement
strict suivi par tous. La population semble heureuse même si le
libre arbitre est banni. Le Conseil est une assemblée qui décide et
surveille toute la population. Ce conseil décide des mariages, des
naissances, des cérémonies, des repas, des lectures … Ca fait
froid dans le dos ! N’est ce pas ? Tous les individus sont
surveillés et les récalcitrants sont élargis. Voilà le monde de
Jonas. Notre héros est un enfant de 11 ans, heureux comme tous les
habitants de ce monde. Il va à l’école, il joue avec ses amis, il
discute avec ses parents mais il se pose des questions …Dans
quelques jours, il va fêter ses douze ans et comme le veut la
coutume, il recevra son attribution pour la vie. Le Conseil lui
désignera son métier et sa vocation. Tout ses amis ont développé
des compétences dans des domaines particuliers (soins aux enfants,
capacités techniques …) Jonas est intéressé par tous les métiers
mais lui-même ne sait pas ce qu’il veut faire, comment le Conseil
peut-il alors déterminer sa vocation ? Et puis pourquoi à certains
moments sa vue se trouble-t-elle au point d’apercevoir quelque
chose d’indéfinissable ? Le monde de Jonas pourrait être un de
nos futurs. Le récit est extrêmement bien maîtrisé, la tension et
l’angoisse montent au fur et à mesure de la lecture. En suivant
les aventures de Jonas, on découvre ce monde idéal sous un autre
jour. On cogite, on s’émeut, on galope et on finit aux premières
heures du jour à se demander s’il y a un tome 2 …Mon fils de 11
ans a aussi lu ce roman et nous avons énormément discuté sur les
enjeux et les limites du monde décrit dans ce livre : questions
philosophiques, politiques, problèmes familiaux et éthiques …Gros
coup de cœur.

Après
quelques recherches : Messager est une suite possible du
Passeur !

Le
royaume de Kensuké
– M.Morpurgo – 155 p.

Gallimard
– 7.50 €

Les
parents de Mickaël vont enfin réaliser leur rêve : faire le tour
du monde en voilier. Après avoir vendu leurs derniers effets,
Mickaël, ses parents et la chienne Stella montent à bord de leur
voilier le Peggy Sue et hissent les voiles afin de parcourir le
monde. Après quelques semaines de navigation, une tempête fait
chavirer Mickaël et sa chienne par-dessus bord. Heureusement que ce
dernier réussit à s’échouer sur une île et à retrouver sa
chienne. Se retrouver isolé à 11 ans avec son chien sur une île
n’est pas une aventure facile surtout si certains indices montrent
que Mickaël n’est peut-être pas seul … Effectivement, chaque
matin, Stella et lui trouvent deux bols d’eau pure et la nourriture
près de leur grotte-cabane. Même si un orang-outan essaie de
communiquer avec lui, Mickaël se doute bien que quelqu’un vit sur
cette île. Ami ou ennemi : en tout cas, ce mystérieux compagnon ne
semble pas pressé de le rencontrer. Une belle robinsonnade comme je
les aime. Un brin d’angoisse (un peu à la Lost), beaucoup
d’aventure et une histoire d’amitié émouvante. M.Morpugo est un
grand écrivain jeunesse, j’apprécie son style ciselé et tonique.
Les illustrations couleurs de François Place sont comme d’habitude
exceptionnelles et suggèrent plus qu’elles ne montrent. Je pense
que ce roman peut convenir à des enfants dès 9 ans mais il plaira
aussi à des jeunes gens plus grands. Il s’accommode
merveilleusement avec le bruit de la mer et le goût du sable en
bouche. Si ce roman donne des envies de lecture du même genre,
n’hésitez pas à leurs proposer Vendredi ou la Vie sauvage
– M.Tournier, Sa Majesté des clones – JP Hubert, Sa
Majesté des mouches
– W.Golding, Deux ans de vacances,
l’île mystérieuse – J.Verne… Prisonniers du paradis
– A.Paasilinna pour les lycéens. Les robinsonnades sont nombreuses
et sont souvent un genre apprécié des enfants.

読み取り

Prince
des nuages
– C.Galfard – 322 p.

Pocket
jeunesse
– 7.22 €

C’est
sûrement parce que le tome 2 va bientôt être en vente que ce roman
est ressorti des cartons des libraires … Une fois de plus, c’est
la couverture que m’a interpellée ! Mon deuxième fils a souvent
cet air perdu et la mèche rebelle ! En prenant l’ouvrage dans mes
mains, j’aperçois le sticker Best seller, mouais…Je me méfie
toujours des stickers, bandeaux, nombre de tirages, prix reçus …
Sauf que parfois, je tombe sur des trésors comme Uglies

– S.westerfeld
.
Je feuillette et je m’aperçois que ce roman n’est pas vraiment
un roman … enfin, ce roman n’est pas qu’un roman car il
contient un cahier central et des encadrés scientifiques sur
l’astronomie et l’astrophysique. Vous comprenez que je ne pouvais
pas en rester là ! Roman acheté, commencé et lu en une soirée.
Cet ouvrage est un roman dystopique (si, je vous jure !) comme de
nombreux romans jeunesse en ce moment. La dystopie
«
s’oppose à l’utopie : il met en avant une société imaginaire
basée sur les craintes humaines. Les romans appartenant à ce genre
sont souvent des anticipations mettant en exergue des événements
apportant le malheur suite à un projet politique précis. Ils
anticipent les dérives de la société et en exposent les
conséquences : mondes apocalyptiques généralement dominés par des
régimes totalitaires. L’ambition des auteurs (essentiellement
américains) est de nous mettre en garde contre l’égoïsme et
l’inconscience des hommes : quelles conséquences pourraient avoir
les catastrophes écologiques, la chute des démocraties, la
corruption ? Aujourd’hui le genre de la dystopie semble avoir
conquis une part importante du marché éditorial destiné aux
adolescents et aux jeunes adultes.
»
tiré du site Le MondedesLivres :
http://mondedulivre.hypotheses.org/337.
Dans un futur post apocalyptique, la Terre n’est plus vivable et
les hommes vivent sur des îles-nuages construites à partir d’une
technologie évoluée. Sur l’une de ces îles-nuages, Tristam Drake
est un jeune garçon un peu particulier et surtout de l’avis
unanime de ses professeurs, l’élève le plus mauvais de tous les
temps. Tout les habitants s’accordent à dire que Tristam est
différent car sa mère est la seule représentant du peuple du
Tyran, qui a détrôné le Roi des nuages du Nord. Cette femme Kaede
Drake vit à l’écart du bourg. Le comportement étrange de son
fils encourage les villageois dans leurs sarcasmes. Ce petit village
vit caché des autres civilisations car les habitants abritent et
veillent sur Myrtille, la fille du roi des Nuages du Nord. Tristam et
son meilleur ami Tom sont très proches et explorent chaque cm2 de
leur île-nuage. Lors d’une de leurs expéditions, ils découvrent
le Dossier des élèves. Chaque enfant est fiché : talent, don
particulier, compétences, niveau scolaire et poste potentiel. Tom
est ravi de connaître sa future affectation : direction des
opérations spéciales, la fiche concernant Tristam est désespérante.
Mais Tom et Tristam n’ont pas le temps de faire des projets
d’avenir car ils découvrent que leur village est en feu et pris
d’assaut par les soldats du Tyran…Ce roman est captivant.
L’histoire est simple et plaira aux plus jeunes dès 8 ans. Les
personnages sont attachants et chacun joue son rôle. Les grands
thèmes de la quête, l’enfant élu, le combat contre le pouvoir
tyrannique sont présents et fascineront les enfants. Les
illustrations de V.Dutrait (il porte bien son nom, je trouve !) sont
vraiment plaisantes et pimentent l’imagination. Les encadrés
scientifiques et le cahier central sont intéressants et
pédagogiques, j’avoue que je ne les ai pas tous lus ! Ce
roman-documentaire est innovant et je pense que ce genre d’ouvrage
peut permettre à certains élèves de passer le cap de la lecture
fictionnelle. Je trouve que ce roman est ambitieux et prend le pari
de l’enfant curieux, vif et insatiable. L’auteur, Christophe
Galfard, spécialiste des trous noirs et de l’origine de l’Univers,
est un des rares étudiants à obtenir un doctorat en physique
théorique sous la direction du célèbre astrophysicien Stephen
Hawking : quand même et en plus il est bel homme : si regardez :

http://www.dailymotion.com/video/x9ev0r_christophe-galfard-le-prince-des-nu_creation

Le
Prince des nuages, tome 2 : le Royaume des aurores
devrait
bientôt être disponible !

L’indien
de la Tour Eiffel

F.Bernard / F.Roca – 33 p.

Editions
Le Seuil – 17.50 €

Je
suis toujours attirée par les albums XXL que ce soit par leurs poids
ou par leurs tailles. Celui a suscité mon intérêt par sa hauteur
39 cm ! Effectivement quand l’histoire se situe au pied de la tour
Eiffel en construction en 1889, l’album se doit d’être à la
hauteur. Le récit est une histoire d’amour. La force de cet amour
entre Billy Powona et Alice la Garenne, va créer des jalousies
féroces et des haines meurtrières. C’est d’ailleurs, la mort
qui nous tient la main pour commencer l’histoire. Le 5 avril 1889,
4 corps sont retrouvés au cœur de Paris. Les différents meurtres
sont liés mais qui est le coupable ? Certainement ce Billy Powona,
Indien, immigré de New York, mystérieux, sombre et balafré. Et
voir cet étranger au bras d’une des plus belle voix de Paris !
C’en est trop, Paris est en ébullition : aux premières heures du
Moulin rouge et aux dernières poutrelles posées de la Tour Eiffel,
les esprits s’échauffent. J’ai beaucoup aimé cet album pour
grands, pour «enfultes». Le récit est grave, la tension monte à
chaque page et Billy devient un héros maudit. Sa transformation est
poignante et son retour à ses origines et à ses rites face à la
mort m’a noué la gorge. Les illustrations pleine page sont très
réussies avec de nombreux clins d’œil d’époque. Le style est
entraînant et les jeunes lecteurs seront sensibles à cette
impression de vitesse, de rapidité. Les thèmes de l’amour infini,
du héros mystérieux, des combats, du sang, du racisme, d’un Paris
en devenir, l’échappée finale à la King Kong, la Bête et la
Belle, tout est réuni pour les captiver et les entraîner dans les
bas-fonds de Paris à l’aube du XXe siècle.

15
ans et plus

 

Parle
leur de bataille, de rois et d’éléphant

– 151 p.

Actes
Sud – 16.44 €

En
vrai, je me méfie des Prix Goncourt des lycéens, c’est dommage
pour une documentaliste en lycée ! Je trouve que ce prix décerne
des auteurs dont les romans sont souvent très bien écrits mais
leurs lectures demandent d’être déjà un lecteur accompli. Il est
rare de trouver des élèves de 15 ans qui apprécient des romans
pointus, au thème irrémédiablement dramatique. Vous me direz,
quelle démago la Marje ! Eh bien justement dans tous les prix
Goncourt des lycéens, j’ai trouvé que Parle-leur de bataille,
de rois et d’éléphants
sortait un peu du lot. Déjà il ne «
pèse » que 151 pages, je sais que les élèves petits-lecteurs
apprécieront l’attention. Le thème est plutôt accrocheur :
l’expédition de Michel-Ange à Constantinople en 1506. Le style
est fluide, compréhensible et imagé. L’histoire est le pari de
Michel Ange et du Sultan de Constantinople de construire un pont pour
traverser la Corne d’Or. « Ce pont doit unir deux forteresses,
c’est un pont royal, un pont qui, de deux rives…que tout oppose,
fabriquera une ville immense(…) Un pont militaire, un pont
commercial, un pont religieux, un pont politique, un morceau
d’humanité ». Ce roman est un voyage historique, culturel et
artistique. A travers les carnets de Michel Ange, son histoire et sa
personnalité sont dévoilées par l’écriture très agréable de
l’auteur. Bien que le héros ne soit pas très sympathique, les
jeunes gens sont sensibles à ses questionnements, ses doutes et ses
aspirations. Les références artistiques sont nombreuses et mettent
les lecteurs en éveil. N’hésitez pas à l’emprunter, voler,
faucher à vos enfants, vous ne serez pas déçues !

Ados
& Déco
– J.Wilson – 153 p.

Aubanel
– 16.35 €

J’ai
hésité avant de vous proposer ce livre. Cet ouvrage, c’est du
rêve en barre ! Seulement voilà je pense que peu de parents peuvent
offrir ce genre d’intérieurs à leurs enfants. Néanmoins, on peut
piocher quelques idées de cohabitation, de décoration et de
création familiale. J’ai vraiment apprécié les rubriques
«pourquoi ne pas …» et «sujets brûlants». L’organisation de
ce documentaire est pertinent avec boudoirs pour filles, espaces
partagés, salles de jeux, greniers et sous-sols …Les intérieurs
présentés sont de vrais lieux de vie, l’auteur souhaite prouver
que les parents et les adolescents peuvent apprécier le design et
cohabiter de façon agréable. Je rêve d’offrir un dixième de
cette décoration et de ce design à mes enfants. Je vous l’ai dit
ce livre, c’est du rêve ! Je pense que les adolescents qui
s’intéressent à l’architecture et à la décoration seront sous
le charme.

L’élégance
des veuves
– A.Ferney – 212 p.

Editions
J’ai Lu – 3.85 €

«Plus
tard elle sera l’épouse dans l’harmonie de cet homme. Et la mère
dans la douceur d’un très jeune enfant». Cette phrase est la
dernière du roman, écrite comme une douce litanie, comme le récit
d’un cycle irréversible et prévisible. L’Elégance des
veuves
est un roman qui raconte les métamorphoses de la femme
depuis toujours et à jamais. J’apprécie beaucoup le style d’Alice
Ferney et je recommande souvent ce roman à mes élèves. Je trouve
que ce roman est un pont vers les classiques. L’histoire se déroule
au début du XXe siècle, nous suivons des femmes, leurs mères,
leurs filles, leurs amies autour de leurs berceaux et de leurs
tombeaux. C’est un roman en dehors du temps. Chaque mot est brodé,
l’histoire est tricotée doucement année après année. Hum, un
beau roman de femmes à partager.

OUVRAGES
POUR LES GRANDES ET LES ENFANTS SAGES

 

Une
cuisine qui sent bon les soupes du monde
– A.Serres
/ A.Fronty – 64 p.

Editions
Rude du Monde – 22.50 €

Il
n’y a que Rue du Monde pour proposer un livre de cuisine qui soit
aussi un album ! Incroyable mais ce livre est vraiment un livre de
cuisine : vous pourrez consulter et mijoter des soupes du monde
entier : un velouté de poivron au quinoa, une soupe coco et poisson
cru, un bouillon de bœuf au chou. Les recettes sont simples et
semblent savoureuses. Chaque double page présente deux recettes d’un
pays ou d’une région, un conte de cette région, un bonus
documentaire et une superbe illustration de Nathalie Novi ! Autant
vous dire qu’il trouvera sa place au sein de toutes les cuisines et
incitera les plus récalcitrants à redécouvrir le plaisir de la
soupe.

Quand
les animaux rêvent
… S.Lesne / F.Roché – 27 p.

Le
Bout du Monde Editions

Ouvrir
cet album, c’est partir en voyage au pays des rêves les plus fous,
les plus originaux. Les animaux sont malheureux et fantasment sur une
vie meilleure, un ailleurs plus heureux, un soi plus beau : je pense
que vous saisissez le parallèle. Oubliez tout ce que vous savez sur
les animaux et laissez vous inviter au Carnaval de Venise, empruntez
les ponts, entouré par Dame Ibis déguisée en marquise et par
l’abeille parée comme une lionne. Les illustrations sont
splendides et très originales. Un album à offrir à sa meilleure
amie !

Kimiko
et le botaniste
– H.Ise – 58 p.

Edition
Seuil Jeunesse – 14.80 €

Cet
album pourrait devenir le catalogue d’exposition du Jardin des
plantes de Paris. L’auteur Hideko Ise est passionné par ce parc.
Son meilleur ami, Georges Métailié, ethnobotaniste, lui a prodigué
de nombreux conseils. Leur amitié a permis à ce très bel album de
paraître. En le lisant, nous faisons la connaissance de Kimiko,
jeune Japonaise de passage à Paris. Nous ne savons rien de sa vie en
dehors de sa passion de la flore et du dessin. Traquée par les
jardiniers pour son irrespect du règlement, elle est traînée
devant le botaniste en chef. Ce dernier apprivoise Kimiko et lui
apprend les secrets et les grands principes d’équilibre des fleurs
et des arbres. Une véritable amitié va naître entre eux. Malgré
le départ de Kimiko, les liens créés feront naitre de petites
graines d’espoir un peu partout dans et hors du Jardin des Plantes.
Rythmé par les saisons, cet album est un ensemble de magnifiques
aquarelles. Le format 25×18 : à l’italienne permet de découvrir
de magnifiques paysages mais aussi des petits recoins du Jardin des
Plantes. Les points de vue changent et la manipulation de l’album
devient un jeu. L’histoire est originale et interroge les enfants
sur le monde délicat et mystérieux du monde végétal.

ILS
SONT EN COURS DE LECTURE

Dear
Georges Cloney, tu veux pas épouser ma mère
– Susin Nielsen –
Hélium

Boucle d’or et
les trois ours
- Olivier Douzou – Le Rouergue

Galymède, fée
blanche, ombre de thym
– Maëlle Fierpied

6000 nuits
André Borbe – Editions Naïve

La chronique à télécharger c’est ici

52 comments sur “Livres pour enfants (et plus grands) : la chronique de Marje #5”

  1. marje a dit…

    Merci mille fois Caro pour le publication de cette chronique. J’espère que les lectrices et leurs Petits trouveront des idées de livre et partageront mes coups de coeur. Mon fils et moi sommes en pleine bataille avec l’Epouvanteur car nous devons nous suivre pour lire les différents tomes et il lit plus vite que moi en perdant systématiquement mon marque-page. Si vous avez besoin de conseils personnalisés, n’hésitez pas à me contacter marjolaineplassart@gmail.com. Vous comprendrez que c’est une belle journée pour moi !

    Répondre
  2. MY SHABBY FRENCH LIFE a dit…

    J’aime bien cette jolie idée de livre greffé à la main ! Oui, un livre c’est un peu comme l’extension obligatoire (pour moi) de la main. Chez moi la maison est pleine de livres. La bibliothèque se trouve à l’étage dans mon atelier, mon Namoureux dit qu’un jour le plafond va s’écrouler. Sérieux ça peut arriver ? alors, voilà je collectionne les livres de développement personnel, du Dalaï Lama, sur les chats, les livres d’enfant pop up, j’ai une bibliothèque consacrée à COLETTE, le livres sur VENISE, j’y vais tous les ans en costume, liste non exhaustive, inutile de dire que ta chronique est faite pour moi !

    Répondre
  3. enna a dit…

    « Le royaume de Kensuké » est une merveille! Et je me permets de vous conseiller TOUT ce que Michael Morpurgo écrit, il est très doué et il peut plaire aux enfants (mes ados du club lecture aiment beaucoup), aux adultes de tous âges (mes parents de plus de 70 ans ont aussi beaucoup aimé ce que je leur ai fairt lire)! ;-)

    Répondre
  4. isa a dit…

    Cette liste me fait rêver … j’adore lire et mon fils de 11 ans déteste ça ! Comment faire pour lui faire découvrir ce bonheur qu’est la lecture ? J’ai tenté tout ce à quoi j’ai pensé ! Avez-vous des idées ?

    Répondre
  5. Delphine a dit…

    Quel boulot, Marje, et quelle mine d’informations, bravo !
    Ma fille de 8 ans et demi adore aussi les Michael Morpurgo.

    Et quelle influence : le cahier de coloriage est déjà épuisé sur Amazon ! (ne me jetez pas la pierre si j’achète sur Amazon, je vis en Angleterre)

    Une précision : le nom de l’auteur de Parle-leur de batailles, de rois et d’éléphants, a été oublié : Mathias Enard.

    Répondre
  6. Caroline a dit…

    Isa, franchement les Bottero sont en général toujours appréciés par les enfants, filles ou garçons. Sinon, peut-être peux-tu l’appater avec des BD ? Les séries « Seuls » ou « les légendaires » sont vraiment excellentes.

    Répondre
  7. Sabrina Blanc a dit…

    Waou Marje, quel travail, on sent que chaque livre a été apprécié, que sa place dans la liste est réfléchie, et ils me donnent tous envie de lire.
    Ou alors de revenir à ces années vertes où terminer un livre seule était un petit exploit.
    Donc merci pour ces conseils et bravo pour ta plume (oui je te tutoie, c’est mon côté Claude Sarraute)

    Répondre
  8. berengere a dit…

    Merci Caroline pour la collaboration et Merci Marje pour ce travail titanesque ! je retrouve qq coups de coeur dejà achetés pour mes filles (entre autre une nuit loin d’ici, princesse Ines…) et d’autres que je me suis empressee de noter pour de futurs achats !

    Répondre
  9. ange-line a dit…

    j’aime beaucoup les ouvrages que tu proposes, chez nous il n’y a que mon ado et moi qui aimont lire, j’essaie d’initier la ptchoune aussi, les livres pour moi c’est pas seulement un moment dévasion c’est aussi mes boîtes aux trésors, car j’y laisse toujours un petit quelque chose entre les pages,(un billet de train, une carte postal, un bulletin scolaire, une liste de courses) et j’aime retrouver ces petits bouts de papiers qui me rappelle surtout l’endroit et les circonstances de ma lecture.bonne journée et bonne lecture

    Répondre
  10. Carole a dit…

    J’avais acheté « Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill » quand il a eu le prix à Angouleme il y a qq années, c’est un album magnifique, je suis toute contente qu’il soit dans cette liste !!
    Et chez P Estellon, il y a aussi le Grand livre d’activités, avec aussi des coloriages pas idiots et de bonnes idées pour occuper les paresmidi pluvieux !

    Répondre
  11. Delphine a dit…

    Merci à Caro et Marje pour cette super chronique.
    Je ne suis pas de celles qui réagissent souvent… MAIS aujourd’hui permets moi de dire que parfois, acheter un ouvrage de ce fameux « Tchoupi » permet de faire plaisir à un enfant pour pas trop cher….
    Certes tous les livres présentés à chaque fois semblent merveilleux et il m’arrive d’en acheter tant la lecture tient une place majeure dans notre famille; mais pour pouvoir acheter des livres régulièrement il faut parfois taper dans le « moyen »….(pardon my chômage)
    Bonne journée :)

    Répondre
  12. Caroline a dit…

    Delphine, tu sais quoi ? Personnellement je ne déteste pas tchoupi. Je comprends ce que veut dire Marje, parce qu’on est un peu dans un « produit » plus que dans une oeuvre littéraire. Mais mes trois enfants ont toujours adoré Tchoupi et ce drôle de petit bonhomme m’a pas mal aidée à faire passer quelques messages pédagogiques certes un peu triviaux mais de bon sens !!!

    Répondre
  13. Armelle a dit…

    Merci Marje, tu me donnes vraiment envie de lire des romans jeunesse! En plus de la rédaction de ces résumés, j’imagine que tu consacres beaucoup de temps à la recherche des livres plaisants, alors bravo pour ta curiosité.
    @ Delphine: pour un euro de plus que les tchoupis tu as la collection « Mamie Poule raconte » qui plaît à ma fille comme à moi, autant pour les dessins que pour les histoires toujours farfelues et pleines d’imagination!

    Répondre
  14. marje a dit…

    Désolée si l’introduction de ma chronique peut sembler élitiste, à la maison, nous avons aussi des Tchoupi, Petit Ours brun, Tom le Tracteur …Je ne juge pas, je souligne le fait que Tchoupi va sur le pot est l’album jeunesse le plus vendu. Je crois que la lecture est comme l’alimentation, il faut manger de tout et surtout tout ce qui nous fait envie même si on a envie d’un hamburger, d’une pizza ou de chocolat au lait aux noisettes …. Le livre d’été de PetitPetit est une horreur mais je le lis sans renacler car c’est son livre préféré ! Je reviens tout à l’heure pour donner quelques idées de piège à tendre pour attraper les Pas-Encore-Lecteurs ! Mais les titres donnés par Caro sont excellents et me permettent souvent d’inciter mes élèves à se lancer. Pour celles qui le souhaitent, je peux vous envoyer par mail une liste synthétique qui trouve plus facilement sa place dans un sac à main que ce pavé de 25 p.! J’adore cette photo de PetiteChérie avec un Bottero à la main !

    Répondre
  15. Delphine a dit…

    oui c’est sûr que c’est basique Tchoupi et je comprends également le point de vue de Marje; je suis d’ailleurs la première émerveillée du talent qu’il faut pour imaginier des histoires pour les enfants!
    Mais les enfant adorent Tchoupi(je ne te raconte même pas l’hystérie au spectacle de Tchoupi auquel j’ai du me trainer…tout ça pour que mon fils me dise au bout de 15 min « bon on y va? »….la reconnaissance des mômes…)
    Merci de ta réponse :)

    Répondre
  16. Delphine a dit…

    non non ne t’excuse pas Marje, je voulais juste préciser que parfois on doit en passer par un achat « basique-pas cher » pour pouvoir faire plaisir aux petits (et crois-en une maman qui avait juré enceinte qu’elle ne cèderait jamais aux sirènes de Cars et Cie…….)
    J’apprécie vraiment tes rubriques mais parfois c’est le budget qui coince…
    Continue à nous faire rêver avec tes beaux livres et merci de ta réponse :)

    Répondre
  17. Petite Madame a dit…

    J’ai tellement aimé Le Passeur que rien que de le voir dans la liste de Marje j’en suis encore toute émue…17 ans après !
    Merci Caroline et merci Marje !

    Répondre
  18. AnnaChiara a dit…

    Merci Marje et Caroline ! Quel travail d’orfèvre ! Je trie, je note, je coche, pour les anniv’, les surprises, Noël (c’est demain d’après ce que je vois par la fenêtre !). Un grand merci de nous offrir cela comme ça, c’est très généreux !
    Je ne déteste pas Tchoupi. Moi c’est Petit Ours Brun que je ne peux pas blairé. Avec ses parents tous mous, ses charentaises et ses claques balancées à sa poupée !! Mais sinon ça va.

    Répondre
  19. La passeuse a dit…

    Oui ! Le passeur est un livre vraiment génial qui fait partie des livres qui m’ont marqués, j’y ai repensé y’a pas trop longtemps, en me remémorant un rêve.
    Bravo pour cette belle liste.

    Répondre
  20. marje a dit…

    Delphine : je ne sais pas où tu habites mais tu dois certainement avoir une bibliothèque publique proche de chez toi. Mon budget familial ne me permet pas d’acheter tous les livres que je souhaite, je suis donc inscrite dans plusieurs bibliothèques que je dévalise à tour de rôle. Mes fils connaissent la règle, on lit en bibliothèque et en cas de coup de coeur, on achète (si possible)pour la bibliothèque personnelle ! J’achète aussi beaucoup pour lire les nouveautés et les titres « importants » afin de pouvoir vous présenter des critiques de livres anciens, des poches, des albums réédités, des classiques (petit budget) mais aussi les derniers titres qui me semblent être vraiment de qualité. Je ne connais pas l’âge de ton enfant mais tu peux aussi l’inscrire à l’école des loisirs par le biais de son établissement scolaire afin de recevoir 8 albums pour environ 35 euros http://www.ecoledesmax.com/.
    En ce qui concerne les enfants Pas-encore-lecteurs, j’ai quelques « techniques » : 1.les boîtes-à-livres : j’ai des curvers plastiques que je remplis de livres de toutes sortes : bd, album, documentaire, magazine, livre-jeu. Je les renouvelle tous les 15 jours. J’ai recensé des boîte-à-livres (je viens de faire le tour)dans ma voiture (sous les pieds des Petits), dans les WC, dans le salon, à côté de chaque lit, à côté des deux canapés, dans le sac de survie qui nous suit à chaque sortie. 2. Proposer toutes sortes de lecture, les documentaires ont souvent la faveur des enfants, les magazines le Journal de Mickey fonctionne bien mes fils de 10 et 11 ans adorent, les livres jeux, les bandes dessinées le titre Seuls, conseillé par Caro, est excellent. Il peut être accompagné par la lecture de la Survivante de G.Fontaine qui a le même scénario mais une fin différente. Les mangas sont une grande source de plaisir pour les jeunes collégiens et pour nous aussi parfois. Fairy Tail est un titre que je viens de lire et j’ai vraiment pris plaisir à suivre les aventures de ces magiciens. 3. Lire un livre jeunesse et lui conseiller avec ses mots à soi. … 4. Passer par un médiateur du livre, libraire, bibliothécaire, documentaliste qui sauront trouver les mots pour le tenter. Hors du cercle familial, certains enfants osent devenir lecteur. Il n’y a pas de mode d’emploi. Dans ma tribu, j’ai un récalcitrant mais j’ai bon espoir qu’il me fasse confiance et qu’il se laisse aller à la lecture. Pendant les vacances, il a lu toute la série Seuls, je viens de recevoir la Survivante … On va voir s’il ose. Je l’ai déjà dit mais certains refusent de lire car ils ne souhaitent pas se conformer à nos souhaits, ils résistent. J’espère ne froisser personnne mais certains enfants utilisent la non-lecture pour s’opposer et pour nous casser les pieds, une sorte de chantage affectif quoi ! Certains enfants ne veulent pas manger, d’autres ne veulent pas dormir. Il y en a qui ne veulent pas lire. Je vous avoue que je m’arrache les cheveux avec le mien. Merci pour vos commentaires de remerciements et de soutien qui me font sourire béatement depuis ce matin. Pour celles qui souhaitent connaître le livre de l’été de PetitPetit 22 mois, c’est ça ! http://www.amazon.fr/tracteurs-Felicity-Brooks/dp/0746092490/ref=sr_1_3?s=books&ie=UTF8&qid=1346415733&sr=1-3

    Répondre
  21. C a dit…

    Merci, Merci et Merci, les temps froids et la neige seront bientôt à nos portes!!! Un feu de foyer, un chocolat chaud-guimauve et un livre à partager!!! un maman du Québec

    Répondre
  22. Geneviève a dit…

    Quand j’étais instit’ au CP, je proposais des « paniers de lecture » que je renouvelais régulièrement aussi. comme toi je mêlais documentaires et albums plus ou moins denses en texte suivant le moment de l’année… En maternelle, j’avais fabriqué des petits sacs de couleur qui permettaient aux enfants d’emporter, à tour de rôle, des albums « cultes » de notre classe, albums que j’achetais en petit format.
    Comme j’ai déménagé en juin et que je suis aussitôt partie en vacances, j’ai commencé hier à ranger les (très) nombreux cartons de livres qui étaient restés « en plan », je reconstitue mon univers… J’ai beaucoup, en plus des étagères, de « boîtes à livres », j’aime !

    Répondre
  23. Coline a dit…

    j’aime beaucoup ces chroniques

    M. Morpurgo est non seulement un chouette écrivain jeunesse
    mais aussi un chic type qui amime communiquet avec ses jeunes lecteurs
    ce n’est pas le cas de tous les auteurs jeunesse…
    l’association avec François Place c’est le must

    en revanche
    question robinsonnade
    je ne recommanderais pas Sa majesté des mouches sans accompagnement
    c’est un livre d’une violence extrême
    mais qui vaut le coup d’être livré à la réflexion et à la discussion

    l’album d’Alain Serres sur les soupes, c’est un de mes chouchous,
    j’aime l’humanisme profond d’A.S.
    et son ouverture au monde

    l’album sur les soupes du Monde, d’Alain Serres, est absolument magnifique

    Répondre
  24. Chag a dit…

    Marje, tu sais, un jour (en 2013), on devra s’épousailler. Mais pas lundi. Lundi, c’est la pré-rentrée. Et ça puduc.

    Je sais pas si tu en as déjà parlé au fil des chroniques et si tu connais, mais j’ai découvert récemment le livre « Au lit, les zaffreux ! » (Isabelle Bonameau, Ecole des loisirs), et je le kiffe. Mais moins que mon grelot de presque 4 ans, qui dort avec. Un récit randonnée avec les personnages clés des histoires d’enfants qui font peur (ogre, sorcière, grand méchant loup). On chante, on fait les cris du chat Suffi, bref, je le conseille à toutes les mamans. Je n’ai pas eu de maternelles depuis longtemps, mais je pense que c’est une petite pépite pour une séquence littérature (lecture en réseau avec les personnages classiques des contes, forme du récit, intonations de voix, jeu de mot, couleurs et formes). Bref, je me l’aime d’amour. (ok, c’est aussi parce que grâce à lui, le soir, je peux m’épiler le sourcil en paix pendant au moins 10 minutes, le temps pour grelot de faire la lecture à son assemblée de doudous)

    Enfin en tout cas, je note tous les trucs de tes chroniques, et je ferai peut-être appel à toi si j’ai une série à commander pour une de mes classes.

    Kissssssssss

    Répondre
  25. Faustinette a dit…

    (Caro, la photo de ta fille, magnifique)
    Merci pour les conseils de Marje, ça me donne 2-3 idées!
    En revanche, je ne comprends pas ce « dénigrage » de Tchoupi. Je pense que cette série est complémentaire avec d’autres styles de livres. Par exemple pour la propreté, j’ai acheté 2 livres à mon fils, dont Tchoupi et 1 autre livre, magnifique, dispo que sur commande. Eh bien celui que je devais lire 52 fois par jour, c’était Tchoupi. Je ne dis pas que mon fils n’aime que Tchoupi, mais pour faire passer des messages, c’est vraiment très bien. Et lorsqu’on a un problème d’enfance « classique », »urgent » à régler, on est sûr que Tchoupi va être en rayon (et pas sur commande), qu’on va le trouver facilement (au supermarché du coin même au fin fond de la Dordogne), et qu’on va trouver un titre en rapport avec le problème (MERCI à « Tchoupi a peur de l’orage » qui nous a évité des crises de nerfs cet été).
    Ceci étant dit, merci de nous faire découvrir des titres moins commerciaux qui, en complément de Tchoupi & co, nous permettent d’offrir un large choix de lectures à nos têtes blondes.

    Répondre
  26. marje a dit…

    Caro, merci de ton commentaire car c’est ce que je voulais dire : Tchoupi, Petit Ours brun, Dora ont tout à fait leurs places dans le coeur des enfants et peuvent être utiles mais je n’ai pas besoin de les présenter car la série Tchoupi est la collection la plus vendue. Chag, je t’épousailles quand tu veux et je vais essayer de bosser avec la BCD de l’école de mes Loups pour la remettre en route et mettre en place des activités avec les maternelles et les primaires. J’attends les négociations d’emploi du temps de lundi … Je ne connais pas « Au lit, les Zaffreux » mais je te fais confiance et je vais l’acheter rapidement. Caro, je ne sais plus comment te le dire mais merci de cette place et de ton soutien !

    Répondre
  27. charlotte a dit…

    Qu’est ce que votre fille est belle et d’une grâce naturelle. C’est à en crever de jalousie :)
    vous avez beaucoup de chance qu’elle lise, ma mère est très heureuse parce que ma soeur et moi avons toujours un livre à la main (enfin 99% du temps). Mais beaucoup de gens & surtout d’ados ne lisent pas…. Vu tout le choix c’est je trouve un gâchis.
    Enfin bref, le goût de la lecture est là!!!

    Répondre
  28. Lola a dit…

    Merci encore, Marje! A chaque nouvelle liste je prends des notes, pour les miens et pour ceux qui m’entourent, et à chaque fois paf! (le chien), ça tombe pile poil!
    Ma méthode à moi pour encourager la lecture (j’ai la chance d’avoir un dévoreur de livres et un autre qui lit aussi beaucoup; mais le deuxième passe par des périodes d’opposition – que décrit très bien Marje – durant lesquelles non, je ne lis plus, ça ne m’intéresse pas, les livres que tu me conseilles sont trop nuls): je commence la lecture d’un livre à haute voix, tous les soirs 10 minutes, tassés tous les trois dans le lit du plus jeune. Au bout d’une semaine, je laisse traîner le livre. Ça marche à tous les coups: l’impatient n’arrive pas à attendre la lecture du soir et avance tout seul. Le soir venu, je proteste (pour la forme), « Mais tu ne m’as pas attendue, tu es trop en avance, je ne sais pas ce qui s’est passé, moi! », et puis, un peu moi, beaucoup lui, le livre avance tout seul.
    Un autre grand classique: le livre qui traîne « par hasard » dans la voiture. Et qui, en quelques trajets, est lu de bout en bout. « Il y a une suite?… »

    Répondre
  29. AnneduSud a dit…

    Marje, c’est vraiment un cadeau que tu nous offres une fois de plus avec ce billet!
    J’arrive de chez Actes Sud à Arles et n’avais pas ta liste avec moi… J’ai acheté deux livres enfants dans leur stand « coup de coeur »: Merci le vent d’Edouard Manceau qui raconte l’aventure de petits bouts de papier colorés chez des animaux. Et puis « C’est un livre » de Lane Smith. En 4° de couv': Ca envoie des textos? Non, c’est un livre. Il y a un code d’accès, ça se recharge? Non, c’est un livre. Tout un programme!J’adore!!! Il faut quand même que j’aille vérifier si tu ne les avais pas déjà mentionnés. Caro, que ta fille est belle!

    Répondre
  30. marje a dit…

    AnneduSud, je ne connais pas les titres que tu as acheté mais je suis d’accord avec toi, ils me semblent très tentants. Je peux t’envoyer par mail cette nouvelle chronique en format liste sythétique pour glisser dans ton sac à main : marjolaineplassart@gmail.com ! Lola, nos techniques se ressemblent et j’utilise aussi la lecture aux Petits pour appâter MoyenGrand.

    Répondre
  31. Caroline a dit…

    soui, ni sponso, ni déguisé. C’est de la publicité, il me semble que c’est assez évident, de la même façon que les pavés plus bas. La seule différence c’est que c’est moi qui sélectionne les produits que je mets en avant et qu’en effet, j’aimerais bien chacun de ces objets, dans un monde où je serais réellement pétée de thunes. Ce qui n’est pas tout à fait le cas.

    Répondre
  32. DOMINIQUE a dit…

    Je n’avais même pas regardé l’histoire de la wishlist, mais du moment que la blogueuse peut choisir. Imaginons des pubs pour du canard WC, des sex-toys ou des culottes Damart à fleurettes.
    Le rêve, quoi !

    Répondre
  33. BabyPop a dit…

    Merci encore pour cette liste ! Petite question pour Marje, j’ai téléchargé l’appli de Tullet vu que ma fille est fan de tous ses livres, je suis super étonnée car il n’y a pas de son ? Ou c’est moi qui ne sais pas m’en servir ? S’il y a pas de son c’est vraiment dommage pour les petits…
    (Caro ta fille est canon, on dirait une blogueuse mode)

    Répondre
  34. marje a dit…

    Babypop, comme je l’explique dans mon billet, je n’ai pas IPAD. Je ne peux donc pas vérifier ce soir mais de mémoire, les jeux sont accompagnés de sons et de musique. En recherchant sur le site de Bayard, j’ai trouvé la description de cette application et effectivement il devrait y avoir un accompagnement sonore ! http://www.bayard-jeunesse.com/Archives-des-actualites/Un-jeu-d-Herve-Tullet-pour-iPhone-iPod-et-iPad. Désolée ! Dans la wishlist, je commande le soutif bleu turquoise et les nibs qui vont avec en C ou D.

    Répondre
  35. Caroline a dit…

    babybop, je l’ao téléchargée pour rose (marje tu es une influentrice…) et il y a du son. Et je confirme que c’est génial, mes enfants sont tous les trois fans, alors que les grands sont pourtant hors cible !

    vous savez ce qui me fait rire ? Soui (qui n’a jamais commenté et qui soudain vient faire sa curieuse, je kiffe) en voulant me « piéger » attire l’attention sur une pub que je n’aurais jamais, moi, mise en avant, parce que j’estime que c’est assez voyant et que ceux qui veulent acheter les produits affichés n’ont pas besoin que je le leur dise. Bref, merci Soui, tu fais ce que moi je n’oserais pas faire…

    Répondre
  36. Pauline a dit…

    Je dois être peu observatrice, car en voyant le com j’ai cherché pendant cinq minutes où était cette wish liste … (ouicheliste). Je la croyais dans le billet, quoi…

    Sinon, (c’est le but principal de mon commentaire), merci Marje pour cette chronique qui m’a permis de trouver un samedi à 19 h une idée cadeau un peu en urgence pour un petit de 5 ans, sachant que je n’y connais pas / plus grand chose à la littérature enfantine, n’ayant pas matière à.

    Et en passant, intéressant de voir les réactions de certaines sur des livres (Coline) … Sa Majesté des mouches est un des rares livres qui m’avait emplie d’un vrai malaise, presqu’un malaise physique, j’avais dû le lire vers 10, 11 ans, sûrement trop tôt. Il m’a donné des cauchemars (alors que je pouvais lire sans trop sourciller des histoires de fantômes et cie). Relu des années après, c’est un roman fort, mais à ne pas nécessairement lire trop jeune en effet. La violence qu’il raconte est terriblement réaliste et possible – à ne pas relire non plus un dimanche soir de pluie, car même adulte, c’est un livre assez déprimant, bien que la fin reste entachée d’une lueur d’espoir sur notre capacité à conserver un peu d’humanité.

    Répondre

Vote commentaire

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current ye@r *