Seul le silence

A009c62a22cd11e282d912313b0c72d5_7
Ce sont les vacances et qui dit vacances dit aussi enfants à Lyon pour la semaine. C'est étrange ce silence dans l'appartement, un silence qui n'est étrangement pas le même que celui que je connais le reste du temps. Pourtant, entre 9h et 17h, vacances ou non, je vis un peu comme un moine, pour mon plus grand plaisir je l'avoue, appréciant de sortir pour une interview, un déjeuner ou un rendez-vous, mais me délectant aussi des jours où rien d'autre n'est prévu que de travailler sur mon canapé. Mais ce n'est alors pas ce silence là. Comme si l'arrivée programmée des enfants en fin d'après-midi faisait en soi un peu de bruit, par anticipation. Alors que depuis lundi, une fois le churros parti, je sais que ce calme va régner sans partage jusqu'au soir. C'est à la fois extrêmement reposant et en même temps un peu triste, j'imagine que ça ne passera jamais, cette ambivalence, ce souhait, parfois, de se retrouver seul(s)e intimement lié à ce manque d'eux.

Sinon, en vrac, je voulais vous dire que sur "La taille mannequin c'est démodé", il y a mon billet mensuel. Que vous pouvez aussi lire ce papier que j'ai écrit sur l'infidélité dans Psychologies magazine. Je ne signale pas toujours mes articles mais sachez qu'ils sont systématiquement en ligne un mois après environ après parution (ou peut-être un peu avant). Je prends toujours du plaisir à écrire pour ce journal mais ce papier, tout particulièrement, m'a énormément apporté, les psys que j'ai interrogés étaient passionnant et déculpabilisants. C'est dans ces moments là, quand j'ai la chance d'avoir des interlocuteurs qui m'éclairent, font bouger les lignes de ma propre pensée, de mon système de valeurs, que je réalise à quel point j'aime mon métier.

Pour un autre magazine, je vais par ailleurs écrire sur l'homoparentalité. Si parmi vous il y a des couples élevant un ou des enfants dans ce contexte homoparental et qui seraient d'accord pour témoigner de la façon dont cela se passe au sein de la famille plus élargie, des difficultés ou non rencontrées, je suis preneuse. Beaucoup de choses ont été écrites sur le sujet et je ne vais pas réinventer la lune mais j'aimerais justement traiter cet aspect, les relations avec les grands-parents, les cousins, oncles et tantes éventuels, etc.

Voilà, à part ça hier j'ai mangé dans un restaurant japonais un peu chic mais aux saveurs particulières. Ça s'appelle "Yen", c'est juste à côté du Flore, c'est assez cher mais les desserts valent à eux seuls le détour. J'avais toutefois préféré Lengué, dont je vous avais déjà parlé.

(Yen, 22 Rue Saint-Benoît, 75006 Paris)

Cette fois-ci je crois que c'est à peu près tout, billet un peu fourre tout, écrit à une heure assez avancée de la nuit, ceci expliquant probablement cela…

Bonne journée et bonnes vacances à ceux qui en prennent.

63 comments sur “Seul le silence”

  1. TiBee a dit…

    Commentaire gourmand:
    L’agencement des desserts dans l’assiette me fascine, j’ai l’impression qu’il y a un message à y lire, que c’est de la calligraphie 3D… Est-ce que ça a une signification particulière (à part « miam-miam! » :p)?
    Sinon je me demande ce que sont les 2 petits carrés qui se chevauchent. Des fourrés à la framboise? Des sablés au pavot et poivre rouge (c’est parce que je crois y voir des taches couleur grenade alors j’essaie de trouver un ingrédient pouvant s’y rapporter)?
    Ça me donne envie de sucré là maintenant tout de suite, tout ça (ici il est 1h30 du mat)…

    Répondre
  2. ingrid a dit…

    Ton article dans Psychologies Magazine est très intéressant…!! :-)… pour ton dessert très bien présenté, j’avoue que pour ma part…il ne m’attire guère..:-)..je suis pas très fan de ce style du gateau, mais la présentation est sympathique… d’ailleurs, je n’ai jamais mangé dans un restaurant Japonais… par contre, je raffole de la cuisine chinoise..mais évidemment pour beaucoup de chose, sauf leur dessert…!
    bonnes vacances à toi aussi Caroline !

    Répondre
  3. nalou a dit…

    ce que tu dis sur le silence de la maison fait écho chez moi alors que je n’ai pas d’enfants… mais alors que nous sommes tous adultes depuis un bail, ma maman nous dit toujours détester ce silence depuis que nous sommes tous « vraiment partis »
    je réalise que ce que je viens d’écrire est un peu déprimant… heu… sinon ton dessert a déjà l’air savoureux en photo, j’imagine donc bien comment il a dû séduire les papilles :)
    lu ton article sur l’infidélité et l’ait envoyé à ma soeur qui est dans une crise fouillage de poches, portables, espionnages compte facebook/mails/twitter… j’espère que sa lecture va amorcer un peu d’apaisement que je n’arrive pas à lui apporter
    belle journée et profite des vacances à 2 :)

    Répondre
  4. mysukalde a dit…

    mmmh, et qu’est-ce donc que ce dessert ??? je suis curieuse !
    Là, tout de suite, mon homme et ma fille sont endormis. Je grapille quelques minutes de douceur, comme tous les matins, avec mon thé et la blogosphère… comme tous les matins, dans quelques minutes, ce sera la branlebas de combat, le départ pour la crèche, les urgences de boulot. Mais j’aime ces quelques minutes de silence tout doux.

    Répondre
  5. DOMINIQUE a dit…

    C’est tout gentil de nous écrire à pas d’heure, juste pour nous ! Merci.
    Beaucoup aimé l’article de la « Taille mannequin », qui donne des pistes simples et positives pour contrer la déprime du mois de novembre…
    Pour ma part, c’est « le chat qui me paralyse actuellement le bras gauche en ronronnant et bavant sur mon pyjama, tout mou tout doux ». J’ai le bras mouillé, mais que ne ferait-on pas pour un câlin ?
    Ah, hier il y avait un article sur les billets sponsos des blogs. Violette est citée. Si je retrouve le lien (je suis une quiche) je me permettrai de le mettre ici.

    Répondre
  6. Plum' a dit…

    J’ai aussi ce ressenti de quand mon ado est en vacances ailleurs, un peu comme si l’écho de sa présence était en sommeil ou enveloppé dans de la ouate. Parfois ça fait du bien, surtout depuis quelques mois où il ne lache plus sa guitare (je rassure Santana, il a encore de beaux jours devant lui:-) )
    Bonne journée

    Répondre
  7. Calou a dit…

    Cette phrase là,comme si l’arrivée programmée des enfants en fin d’après midi faisait en soi un peu de bruit, par anticipation … Ca y est je suis en larmes. Ils sont partis faire leurs études ailleurs cette année et ça me brise le coeur. bisous Caro

    Répondre
  8. marje a dit…

    11 ans, 7 mois et 29 jours que j’attends ce silence. Je sais il ne faut pas mais je t’envie ! Je l’ai déjà dit mais ton billet Taille mannequin est une douceur qu’il faudrait lire chaque matin. Aujourd’hui, mission Super U recherche de Psychologies magazine.

    Répondre
  9. Luna a dit…

    Merci pour ce billet, même en vrac (tout relatif d’ailleurs), j’apprécie tes partages.
    pas encore de silence à la maison, mais de toute façon, je n’en ai qu’une donc pas tant de bruit ;))
    très joli billet chez la taille mannequin, et article très intéressant chez psychologies.
    Merci de nous les faire partager.
    bonne journée !

    Répondre
  10. Le chat perché a dit…

    Moi, je me demande quel effet cela fait d’avoir autour de soi une famille, une vraie, dont on est un des pilliers – entendu, un parent. J’attends après ce bonheur-là, au point de ne pas imaginer pouvoir espérer ce silence qui m’entoure comme de la brume, jour après jour, et qui n’est rompu que par la galopade de nos six chats. Cela me semble peu, et j’ai hâte de découvrir ce qu’est le brouhaha d’une famille vivante, que toutes ces mamans finissent par estimer vraiment trop remuant par moment.

    Répondre
  11. fmior03 a dit…

    Je crois qu’il n’y a pas de desserts, ou presque (quelques petites choses aux haricots rouges ou au thé vert) dans la cuisine japonaise traditionnelle… c’était sans doute très bon et très fin mais également une concession à la tradition gastronomique occidentale. Mon côté psychorigide (enfin, un de mes nombreux côtés psychorigides…)
    Bonne semaine silencieuse :-)

    Répondre
  12. roseinprogress a dit…

    hein, quoi, comment, un restaurant japonais qui fait des bons desserts???? dis moi pas que c’est pas vrai!!!
    ah, attendre les vacances scolaires avec impatience et se sentir démunie lorsque l’on sait que nos mioches ne rentreront pas en fin de journée…Se dire qu’on en profitera pour faire des tonnes de chose et se retrouver à matter le replay de « danse avec les stars »avec un enorme pot de nutella sur les genoux pour combler le vide…j’ai bien compris cette ambivalence moi aussi…

    Répondre
  13. Caroline a dit…

    fmior03, en fait dans ce restaurant ce sont des patisseries de monsieur AOKI, un patissier japonais qui intègre des saveurs japonaises dans des desserts plutôt occidentaux. C’était très très fin, mon gâteau était à base de mousse de chocolat blanc, de framboise et de haricot rouge il me semble, une des convives avait quant à elle choisi un roulé au thé vert fameux. moi j’aime bien les mélanges et les mariages :-))

    le chat perché, je comprends très bien ce que tu écris et oui, évidemment, c’est facile d’apprécier ce silence quand il est exceptionnel, c’est d’ailleurs ce que j’essayais d’exprimer, je te souhaite de connaitre ce joyeux brouhaha.

    Répondre
  14. artdemieuxvivre a dit…

    Ah ? un article sur l’homoparentalité ? ça m’interesse de te lire sur ce sujet… j’ai passé d’ailleurs moi-même une partie de la nuit à réagir au discours d’un certain T Derville… beurk !! je me suis comme qui dirait énervée toute seule dans mon salon, l’ordi sur les genoux !
    enfin, c’est terrifiant de voir certaines positions sur la question. non ?

    Répondre
  15. Sosso a dit…

    Là, tout de suite, au moment même où j’écris Capucine m’appelle à tue tête …et tu vois quand même je t’envie!
    Même si je connais très bien les sensations que tu décris, parfois un break sans nos chers et tendres c’est salvateur et ça permet de se retrouver .
    Bonne semaine silencieuse!

    Répondre
  16. Carole Nipette a dit…

    Ah ça je connais trop bien ce silence et ce calme dont on profite à deux avec la petite chose dans la tête qui fait que même si c’est génial, on aurait envie d’entendre ce petit rire là en bruit de fond :)
    Je ne connais qu’un couple qui est en train de faire des démarches d’adoption si jamais… J’ai écrit un billet mercredi dernier sur le sujet, si tu veux tu peux lire les commentaires aussi avec quelques réactions intéressantes ou étranges et des questionnements de la part de parents qui ont adopté… (Je n’ose mettre le lien, je ne sais pas si ça se fait chez toi :) je sais que parfois ça peut être dérangeant si tout le monde te colle des liens…)

    Répondre
  17. Elosyia a dit…

    Le silence me donne une sensation ambivalente aussi. J’aime quand j’ai un peu de temps pour moi parce que mon chéri n’est pas à la maison, que les ordis sont éteints et que je suis face à moi-même avec un bon bouquin. Mais il faut pas que ça dure trop longtemps, j’aime aussi le bruit, les rires et les conversations et pour cela il me faut toujours à un moment ou à un autre, ma soirée entre potes.
    Bon pont pour celles et ceux qui le font ! et courage aux autres qui ne peuvent le faire cette année :-)

    Répondre
  18. Lily59 a dit…

    J’ai beaucoup aimé ta chronique dans « Taille mannequin »… Pour moi qui aie suivie le « coaching » de JPZ et GA sur « linecoaching », c’est une vraie piqure de rappel : pleine conscience (même un peu, mais tous les jours…), pensées positives, pauses régulières… A courir tout le temps, on oublie trop souvent ces petits moments rien qu’à soi, grâce auxquelles on échappe à bien des maux… et à des addictions…
    Je fais un lien aussi avec le thème des variations du silence que tu développes… Moi je me suis rendue compte grâce à Linecoaching que j’étais incapable de supporter le silence : radio dans toutes les pièces, télé en fond sonore, MP3 dans le train, musique encore dans la voiture… Aujourd’hui, j’accepte enfin ce vide qu’est le silence, j’apprends à écouter « l’intérieur de moi », et ce n’est pas une mince aventure…
    J’ai lu aussi l’article de Psychologies, intéressant sur le fond, mais la forme me fascine tout autant : cette écriture journalistique, parfaitement maîtrisée, claire et fluide ressemble si peu à l’écriture du blog, plus libre, spontanée, vivante, pleine d’aspérités, de ruptures de rythmes, de répétitions et d’éllipses que l’on pourrait croire que ce n’est pas écrit par la même personne. C’est sans doute ce qu’on appelle la compétence et le talent… Je suis vraiment admirative !

    Répondre
  19. pomponette13 a dit…

    Coucou,

    J’ai adoré ton article sur l’infidélité dans Psychologies, il est déculpabilisant et très instructif. Et de savoir qu’on peut remonter la pente est vraiment encourageant.
    Tu as une très belle plume alors ne t’arrêtes jamais d’écrire (enfin si, au moins pour survivre genre manger, aller au toilettes et dormir, ainsi que te laver xD )

    Bonne journée =)

    Répondre
  20. helene a dit…

    C’est marrant, j’ai rêvé de silence depuis début septembre (moi j’ai mes mômes non stop et entre temps, je suis …instit…) et quand ils sont partis en vacances 3 jours, j’étais perdue… Ma copine, mère de grands enfants me disait de profiter pendant que « ma couvée était sous mon aile ». Je crois que rien n’est plus rassurant que le silence de la soirée quand tu sais qu’ils sont à portée de bisous mais que quand même ils ne font pas de bruit…

    Répondre
  21. SmouikSmouik a dit…

    J’arrive tard mais ça m’a pris du temps d’enterrer les enfants au fond du jardin pour ne plus les entendre… Heureusement, dimanche je les déterre pour qu’ils passent leur 2ème semaine chez ma mère. Et dès lundi, je pense que je serai ‘raccord’ avec le thème du jour, ce manque dans le silence…

    Répondre
  22. dorothée a dit…

    Il m’est arrivé un truc incroyable! Je me suis retrouvée à me justifier à une inconnue de laisser mon fils de 2 ans à mes parents pendant 5 jours alors que nous sommes nous même en vacances!
    La justification n’a pas été compliquée j’avais plein de bonnes raisons. Sauf que la vraie c’est se lever à n’importe quelle heure pour écouter le silence!!

    Répondre
  23. Philomène a dit…

    Question complètement intéressée mais je viens de voir les pompes de mes rêves, rien que ça,sur le site Ann Tuil. Pas de code particulier de promo ?
    Désolée, je sais que c’est pas bien de poser ce genre de questions laors que toi, t’es là, peinarde à profiter de ses journées sans enfants !! En plus, quel soleil à Paris !

    Répondre
  24. Coline a dit…

    j’élève seule mes enfants
    qui sont ado
    mais encore bien …bruyants

    pas de maman à qui les confier
    pas de vacances en alternance

    autant te dire que j’adore le silence quand ils ne sont pas là

    qu’est-ce que j’aurai voulu que quelqu’un me les prenne un peu quand ils étaient petits…

    Répondre
  25. HeLN a dit…

    Les deux miennes sont aussi en vacances, et le silence est doux à nos oreilles le soir ! J’aime beaucoup les laisser en vacances chez les grands-parents, pour le bonheur des retrouvailles !

    Sinon, rapport à Biolay, une raison de plus de ne pas apprécier le bonhomme : « Si je ne joue pas à Saint-Étienne, c’est par conviction. C’est le club que je déteste le plus ! J’aime pas leur maillot, ça me dégoûte ! »
    Franchement, il faut être un peu c** pour tenir des propos pareils à la presse, même si je n’en ai pas grand chose à faire des querelles de footeux!

    Répondre
  26. Elise L. a dit…

    Caro, merci pour ce post, très agréable à lire comme toujours, même pour celles qui sont encore loin de l’univers des « mamans » (c’est un peu pour ça que j’adore ton blog : un peu comme un roman, il rend attachant « d’autres vies que la mienne », si je puis dire). Côté polars (je réagis à l’article sur « la taille mannequin c’est démodé) es-tu une lectrice de Franck Thilliez ? Sa série qui met en scène le lieutenant Hennebelle et le commissaire Sharko (attention SPOILER, love story à la clé) est plutôt sympa et je vois qu’il vient de sortir un nouveau tome que je vais m’offrir pour le long we à venir. C’est un peu « hard » parfois, ambiance JC Grangé, avec crimes odieux et ambiance glauque, mais ce mec me touche, c’est un ingénieur très « mec » qui s’est mis à écrire et fait des histoires finalement touchantes (et vraiment bourrée de suspens….). Côté plume, ce côté « fort en maths qui se met à écrire » donne parfois quelques maladresses mais ça se laisse lire sans problèmes. C’est même super mignon : je ne sais pas si je suis la seule à qui ça fait ça, mais ça me fait complètement craquer pour l’écrivain. Enfin tu connais sûrement et peut-être que tu n’aimes pas mais au cas où…..

    Répondre
  27. NuNue a dit…

    J’ai lu l’article sur l’infidélité, un peu en diagonale alors j’ai pu louper des choses !
    Mais je me suis fait deux réflexions ; la première, c’est que les raisons d’être infidèles évoquées par les psys dans un des premiers paragraphes, sont un peu des évidences (l’ennui dans le couple, la femme devenue mère). On m’aurait posé la question, j’aurais répondu la même chose. Bon j’avoue qu’aussi, je ne suis pas convaincue de la compétence des psys en général :)
    La deuxième, c’est que tout l’article (il me semble, mais encore une fois, j’ai peut-être raté des choses hein) présente l’infidélité comme un affront fait à l’autre et au couple. Or de nombreuses personnes vivent en couple « ouvert » et ne s’en portent pas plus mal. Sans être dans ce cas moi-même, je ne conçois pas le fait d’avoir une aventure comme la pire des choses qui puisse nous arriver. Il y a des personnes qui manquent totalement de respect à leur compagnon, tout en restant fidèles physiquement.
    Quid du fait d’estimer avoir un droit sur le corps de l’autre, de pouvoir lui interdire d’en disposer comme bon lui semble ? Qui a inventé la notion de fidélité, dans quel but ? Est-ce que ça rend vraiment les couples plus heureux ? Est-ce qu’il ne vaudrait pas mieux apprendre à chacun à laisser l’autre libre et se détendre un peu ?
    C’est juste une réflexion à chaud de ma part, je pense qu’en fait, la trame de l’article est de discuter de l’infidélité quand elle blesse, même si ce n’est pas explicite.
    J’espère ne pas être blessante dans mon commentaire (même si je n’ai pas commencé par « ne le prends pas mal » :p) ; c’est toujours difficile d’exprimer correctement un avis divergeant. Je préfère tes articles blogesques, j’ai l’impression, même si je ne te connais pas, qu’ils te ressemblent plus, en tout cas, moi, ils me ressemblent plus ;)

    Répondre
  28. Caroline a dit…

    nunue, en effet l’idée c’était de parler de l’infidélité quand elle pose problème (j’ai envie de dire que si elle est admise dès le départ, pas de souci, pas d’histoire, pas d’article :-) Je trouve justement au contraire de toi que les psys insistent sur le fait que l’autre ne nous appartient pas, que se poser en victime lorsqu’on a été trompé ne peut pas aider à la reconstruction, qu’il faut surtout remettre le désir au centre du couple, etc. Mais tu as tout à fait le droit de ne pas être d’accord avec l’article ou sa teneur :-)

    Répondre
  29. NuNue a dit…

    Merci pour ta réponse ! Effectivement j’avais raté la partie sur le fait que l’autre ne nous appartient pas. Je suis tout-à-fait d’accord avec ça.
    Quant au côté « pas d’article » … bin, si, un article avant-gardiste sur « La fidélité, c’est la norme ? » par exemple !

    Répondre
  30. sterenn a dit…

    aaahhhhh ,le silence ….faut remonter loin dans les souvenirs,là ! à peu près 9 ans !!(grande aura 9 ans en janvier ,moyen 5ans et pitit 16 mois ) le silence ,c’est un doux reve ,une utopie ,de la SCIENCE FICTION !!!!!!!

    Répondre
  31. Caroline a dit…

    dominique :-))))

    nunue, tu as raison, je voulais plutôt dire par là que c’était un autre sujet en fait. là on voulait essayer de dire à ceux qui vivent ces situations et en souffrent (plus nombreux je pense que le cas de figure que tu évoques) peuvent aussi essayer de voir les choses autrement et conserver l’espoir de sauver leur couple.

    Répondre
  32. Joëlle a dit…

    Ton resto japonais me fait bien envie…et d’ailleurs, j’aurais une demande: les prochains jours sans les enfants, ça sera en fin d’année pour un séjour en amoureux à Paris. Et souvent, tu parles de resto, de boutiques à macarons et autres douceurs, de bars à mojitos…et si tu pouvais faire un petit carnet « bonnes adresses » pour touristes dans mon genre, ça serait méga méga cool….enfin, je dis ça, je dis rien:-)
    Belle soirée et au plaisir de continuer à te lire tous les matins

    Répondre
  33. poloisa a dit…

    Lectrice fidèle (pour ne pas dire fan :) de l’ombre (qui ne commente pas),je lève la main si tu as besoin d’interviewer une famille homoparentale (deux mamans, un enfant de deux ans et demi).
    Sinon, pour avoir des profils différents, fais passer une demande à l’APGL, ils retransmettent les demandes de presse à leur mailing-list d’adhérents qui acceptent de témoigner.

    Répondre
  34. Emma a dit…

    Allô, pour l’article sur l’homoparentalité, je me demande toujours comment est la dynamique familiale entre grands-parents et petits-enfants, quand les grands-parents ont fait vivre de l’homophobie à leurs enfants devenus parents. Ça doit grever la relation intergénérationnelle d’une façon ou d’une autre. Une idée comme ça! Merci et bonnes recherches :-)

    Répondre
  35. Bellechuchu a dit…

    Moi ce qui m’intrigue c’est le fait que les desserts de ce restaurant dit japonais valent le détour alors que les Japonais n’ont pas l’habitude de finir leur repas par un dessert. Les restaurants là-bas ne proposent en général que de la glace au thé vert ou à la coco.

    Je te rejoins sur Lengué c’est un endroit génial, c’est un vrai bonheur de trouver un izakaya à Paris.

    Bonne semaine silencieuse!!! Profites-en bien.

    Répondre
  36. Pauline a dit…

    « Seul le silence … » Pour ce qui est des enfants, j’imagine assez cette ambivalence de sentiments.
    Sinon, j’ai souvent pensé que l’aveu de l’infidélité – quand aveu il y a – était une manière de faire partager sa culpabilité à l’autre ou un appel au secours. Ce qui pose la question de la réelle nécessité de l’aveu … Personnellement, je crois peu à l’aveu fait pour de nobles sentiments du genre : il / elle a le droit de connaitre la vérité (argument souvent entendu).
    (je ne pense pas ici aux couples où le fait d’aller voir ailleurs est admis).

    Sinon, j’aime beaucoup cette phrase que tu cites à la fin : Esther Perel a pour habitude de dire ceci : « La plupart des gens vivent deux ou trois histoires d’amour dans leur existence. Pour certains, ce sera avec la même personne. »

    Répondre
  37. Caroline a dit…

    pauline, je l’adore moi aussi cette phrase, elle me semble si vraie…

    pour ce qui est de l’aveu, je partage ton opinion, en général c’est pour se soulager de la culpabilité. mais ça peut aussi être en effet une façon de jeter un pavé dans la marre, de dire les choses pour essayer de sauver ce qui peut l’être. c’est courageux, d’avouer, parce qu’en général c’est s’exposer à la rupture. mais c’est rarement « pour » l’autre, au mieux c’est pour essayer de changer le cours des choses, au pire c’est pour se donner bonne conscience…

    Répondre
  38. Katymuron a dit…

    Bonjour Caro ou Caroline,

    Je découvre votre blog grâce au voyage en Islande que vous avez fait avec Walinette!
    Je l’en remercie d’ailleurs car je ne vous connaissais pas du tout et apprécie beaucoup vos commentaires et photos.

    Je me permets de répondre sur cette journée japonisante, même si ce que j’écris n’est pas trop en lien si ce n’est que votre dessert alléchant m’a retourné les papilles !

    Grâce à vous, j’ai pu utiliser un code promo chez BBF qui m’a permis de commander un blouson à moindre coût! Attendu avec impatience …
    J’en profite pour vous demander si , comme d’autres bloggeuses, vous avez un vide dressing ?
    Merci pour tout

    Répondre
  39. Mireille a dit…

    Bonjour et merci Caro pour cet article très intéressant et déculpabilisant sur l’infidélité. J’aurais aimé le montrer il y a 2 ans à celui qui est aujourd’hui mon ex mari

    Répondre
  40. claire a dit…

    Ah voilà tu l’as trouvé la bonne raison de venir à San Francisco : l’homoparentalité n’est presque plus une question ici. A Berkeley, Il y a des rues où très naturellement des familles similaires se regroupent, mais pas des ghettos quand même ! Et les grand parents sont maintenant de la génération des anciens hippies…

    Répondre
  41. Desperate Teacher a dit…

    Juste un petit mot pour dire que je trouve ton titre vraiment très très beau, bon week-end prolongé si c’est le cas, bon week-end quasi imminent si ça ne l’est pas!

    Répondre
  42. Lullaby a dit…

    Je confirme pour le mail à l’APGL, il transmettront dans toutes les antennes de France.
    Je suis homo et maman avec ma compagne d’un p’tit bout de deux ans ; nos relations familiales sont assez restreintes, mais si jamais tu as besoin, je laisse mon mail dans mes coordonnées.
    Bonne continuation et merci pour tous ces articles de qualité tellement bien écrits, et pour tous ces fous rires derrière mon écran ! :)

    Répondre
  43. Mamma Mia a dit…

    La maternité c’est tout nouveau pour moi… mais je ressens déjà très bien ce dont tu parles.
    Cette envie, ce besoin, presque de se retrouver seule, d’avoir du temps pour soi, et ce sentiment étrange quand ton enfant est loin qu’il te manque et que tu voudrais qu’il soit là…

    Répondre

Vote commentaire

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current ye@r *