Jours sans fin

Difficile de revenir ici et de vous parler de ces derniers jours. Je crois n’avoir jamais été aussi fatiguée, ou peut-être pas depuis ces semaines passées en néonat auprès de mes jumeaux, il y a désormais bien longtemps.

Difficile aussi de trop vous parler de ma grande, mon héroïne si forte, qui affronte depuis six jours des vagues de douleurs qui semblent ne jamais vouloir totalement refluer. Tout cela lui appartient et elle est si pudique et si courageuse que je m’en voudrais de jeter ici en pâture des sensations qui ne regardent qu’elle. Mais vous avez été tellement proches et tellement empathiques que je ne peux pas non plus ne rien dire. Alors je résumerai cela ainsi : tout se passe du mieux possible, le dos est droit comme il ne l’a jamais été, les radios révèlent la prouesse des chirurgiens et chaque jour elle progresse dans l’apprivoisement de son nouveau corps.

Mais ce corps, justement, a subi l’équivalent, nous expliquait son médecin, d’un accident de voiture. Pas un centimètre carré qui ne se rappelle pas à son bon souvenir, pas une minute de répit depuis six jours. Parfois quelques accalmies, qui nous font espérer que ça y’est, on est sur la bonne voie. Et puis le lendemain matin, une nouvelle vague et tout semble être à refaire.

Alors on essaie d’écoper avec elle, de trouver ces minuscules choses qui peuvent faire oublier l’espace de quelques minutes les coups de poignards dans le dos. Mais on est bien impuissants, les vagues sont trop fortes et les courants contraires.

Depuis deux jours, on n’ose plus se dire que ça y’est. On prend une grande respiration le matin et on y va, on reprend notre dé à coudre et on vide le navire comme on peut, en profitant de l’écume pour y noyer nos larmes de la voir parfois ballotée ainsi dans des eaux aussi furieuses et profondes.

Un pas devant l’autre, en somme.

Et puis il y a ces phénomènes étranges, cette impression de la revoir si petite dans sa couveuse, cette envie de faire corps avec elle et de prendre sa douleur. Avec parfois un rappel de la réalité: elle est grande et elle seule en vérité détient la clé de tout cela. Nous ne sommes que des matelots, elle est le capitaine.

Et puis il y a le beau qui surgit parfois, cette solidarité instantanée avec une petite voisine éphémère de chambre, le récit de leurs rires sous calmants avant de passer au bloc, leurs mains qu’elles ont étreintes au moment d’entrer chacune dans l’arène. Les mots de l’anesthésiste avant le grand sommeil, si doux qu’elle s’est réveillée avec cette voix rassurante en tête. Cette kiné qui l’a remise debout alors que cela semblait impossible, ce long massage nocturne salvateur prodigué par une infirmière de nuit pourtant revêche en apparence, ce petit garçon, qui hier, l’a accueillie en centre de rééducation en lui apprenant, un sourire radieux aux lèvres mais sans fanfaronner, qu’il partait demain. « Comme tu as de la chance », je lui ai dit, envieuse par procuration. Et l’une de ses compagnes d’infortune de me répondre : « il est là depuis un an ».

Et puis ces témoignages d’amitié, cette séance de tressage et de shampoing sec exécutée avec toute la tendresse et la patience du monde par N, à qui l’on décerne l’oscar de la meilleure copine, les fraises Tagada de L, fidèle depuis la moyenne section de maternelle, la surprise de L., hier, qui a bravé sa peur des transports pour se déplacer jusqu’à ce centre si mal desservi. Et T. qui lui a apporté son sweat préféré, qu’elle a immédiatement roulé en boule contre elle, comme un rempart contre les prochains assauts. Et le colis de B., qui se reconnaitra. Et bien sûr, son frère et sa sœur, en communion totale.

Et puis enfin ce moment d’hystérie maternelle, quand après avoir regardé les résultats de français en douce et avoir envisagé, en cas de plantage, de mentir éhontément histoire de ne pas ajouter à tout cela l’angoisse et la déception d’avoir mal entamé son bac, j’ai vu s’afficher des notes tout simplement excellentes. C’est peu dire qu’on a chouiné toutes les deux, pas tellement parce que ces fichues notes avaient en soi la moindre importance, mais simplement parce que c’était bon de pleurer de joie.

Voilà, on ne peut pas dire que nous passons un bon mois de juillet, mais j’ai fait la connaissance depuis une semaine d’une jeune fille dont je soupçonnais bien sûr l’existence, mais que je n’avais pas encore rencontrée. Et bordel, je ne pensais pas que c’était possible mais je l’aime encore plus.

Edit: pour ceux et celles qui s’interrogent sur cette opération, je ne saurais que trop vous conseiller de regarder ce témoignage, qui est sans doute l’un des plus « constructifs » que j’ai pu voir. C’est ma fille, justement, qui l’avait trouvé et me l’avait montré, la veille de son entrée à l’hôpital. Jusqu’ici, tout ce qui est dit se vérifie, à la différence près qu’en vrai c’est un peu pire.

Edit 2: Et en ce qui concerne mon machin de fils, et bien nous n’avons pas le fin mot de l’histoire mais il a réussi à chopper une note tout à fait correcte à l’écrit, qui me laisse penser que son brouillon a peut-être été lu (ou que les quelques lignes qu’il avait eu le temps de recopier étaient brillantes, je ne sais pas) (ou alors c’est une erreur et on va faire profil bas). Et comme à l’oral il a tout donné (après dix jours à être fliqué par sa mère), il s’en tire finalement plus que bien, ce qui n’est pas forcément une bonne nouvelle (il ne va donc tirer aucune leçon de ce cette déconvenue).

197 comments sur “Jours sans fin”

  1. Nathalie a dit…

    Heureuse de savoir que dans l’ensemble  » tout se passe pour le mieux » .
    J’aime beaucoup l’edit 2… je pense que j’ai le même genre de spécimen à la maison ( en plus jeune!)
    Bon courage à vous tous et essayez de passer quand même un bel été car de toutes manières il restera gravé à jamais.

    Répondre
  2. Nathalie une autre... a dit…

    Je suis très heureuse pour Lou dont j’ai vu avec émotion les premiers pas sur IG. Et puis les photos des frère et soeur un peu intimidés par la situation sont magnifiques. Bon courage pour la suite, mais la suite lui appartient comme tu dis si bien.

    Répondre
  3. Valérie de haute Savoie a dit…

    Courage à ta cocotte chérie, ce sont des moments si difficiles à passer mais qui vont ensuite s’estomper et laisser le plaisir d’être droite s’installer naturellement. J’ai regarder la vidéo 🙂 et j’espère que bientôt ta fille pourra elle aussi raconter son histoire pour aider ceux qui passeront par là.

    Répondre
  4. HeLN a dit…

    Bonjour Caroline,
    Ton post d’aujourd’hui est parmi les plus beaux jamais lus par ici, tu m’as émue aux larmes de bon matin. Je vous envoie plein de baisers, la vie en centre de rééducation je connais pour y avoir accompagné mon frère pendant de longs mois il y a bien longtemps et ma mère plus récemment. Je vous souhaite vraiment plein de courage dans cette épreuve jalonnée de petites victoires qui conduisent à la sortie.
    Bises

    Répondre
  5. Bérengère a dit…

    l’émotion est là. ..celle qui tire les larmes juste avec les bons mots.
    courage, il en faudra encore mais le plus dur est sans doute derrière. ….
    des bises et plein d’affection
    <3

    Répondre
  6. CourbesGenereuses a dit…

    Bonjour Caro, un grand merci de partager les news de ta fille ici ♥ grand soulagement de voir qu’elle va de mieux en mieux, et que tout ça sera très bientôt derrière elle ♥ !!! au passage, BRAVO pour son excellent résultat au bac de français 😉 et mdr pr ton gd machin :-p mais ouf qu’il ait passé le cap aussi, m’est avis que tu vas bien nous faire rigoler l’année prochaine avec le bac (bon, désolée, je crains que tu ne rigoles pas autant que nous !!)

    encore plein de chaudoudoux à vous 4, faites le plein de douceur, vous en avez bien besoin ♥

    Répondre
  7. StephanieB a dit…

    Bonjour Caroline, Je commente plus que rarement, mais je ne me sens pas décente de passer lire ces lignes et de s’inquiéter et de se demander si tout va bien sans finalement placer un mot de soutien. Je vous souhaite à tous tout le courage du monde pour surmonter cette épreuve et enfin avoir un peu de répis et de douceur après cette semaine d’enfer…. Pensées et calins virtuels.

    Répondre
  8. Murielle a dit…

    Bonjour Caroline,
    Merci pour ces nouvelles et ce temoignage de ce qu est la maternité, pas celle du quotidien, mais cette forme la plus essentielle, dépouillée, qui nous lie à nos enfants et nous rend leur souffrance insupportable. Et cette façon, tout en l accompagnant, de ne pas l infantiliser ni de vous approprier ce que votre fille vit en ce moment relève à mon sens d une dignité et d une bienveillance rares. Elle a de la chance d avoir une maman comme vous, elle puisera la force de sa convalescence dans l amour de tous mais aussi grace à ce regard etayant sans être devorateur, qui est à lui seul un des plus grands défis que les mères aient à affronter.
    Tous mes souhaits de prompt retablissement à Lou et de patience et courage à vous et tous ceux qui l entourent.

    Répondre
  9. Pastelle a dit…

    Heureuse des bonnes nouvelles de la fin, et admirative du parcours et du courage de Lou. De tout coeur avec vous, déjà un petit bobo on aimerait leur épargner et prendre leur douleur, alors je n’ose imaginer un gros comme celui là… Et j’espère de tout coeur que la souffrance va cesser très vite, et qu’il ne restera qu’un mauvais souvenir pour ce corps neuf.
    Pensées douces et tendres à tous.

    Répondre
  10. Maud a dit…

    Je souhaite pleins de douceurs dans cet univers hospitalier si difficile au quotidien à Lou et que rapidement elle retrouve sérénité et paix ! Ainsi que toute la très belle famille qui l’entoure si chaleureusement ! Que d’émotions ce matin en te lisant… de grosses bises à vous tous… avec une double ration à Lou pour surmonter cette épreuve !

    Répondre
  11. Lo a dit…

    Heureuse de te lire et de constater que, même s’il est douloureux, le chemin suit son cours. Beaucoup de douces pensées pour ta grande et je croise les doigts pour que le mois d’août soit vraiment doux 🙂

    Répondre
  12. Manoudanslaforet a dit…

    L’émotion m’a envahi ce matin en te lisant… je comprends ton impuissance et cette douleur de mère de voir souffrir son enfant sans hélas pouvoir la prendre pour soi comme on aimerait pouvoir le faire… être là comme tu le fais … courage à vous tous je suis sûr que ça va aller maintenant ! Des bises et félicitations quand même pour le bac français aux intéressés !

    Répondre
  13. Herisson25 a dit…

    Bonjour Caroline, que d’émotions dans ces quelques lignes mais aussi que d’amour, L’amour d’une maman pour sa grande fille, cet amour inconditionnel et tellement violent. Tes mots résonnent énormément en moi, j’aurais aimé pouvoir les écrire car il y a 6 mois le plafond nous est tombé sur la tete à l’annonce d’un méchant diagnostic pour notre fille de 15 ans. Comme toi, depuis je la redécouvre et je suis pleine d’admiration devant la jeune fille courageuse que je découvre depuis, cette grande fille qui me dit qu’elle n’a pas le droit de se plaindre car certains vivent des choses plus graves (..!), mais aussi la petite fille qu’elle redevient quand terrassée par l’angoisse elle vient se réfugier la nuit sous mes draps. Ces épreuves bouleversantes les font tellement grandir! Comment baisser les bras quand elles ont tant de maturite.
    Je me permets de te demander d’embrasser tendrement ta fille pour moi et félicite la pour ses bons résultats. À côté de la santé, les résultats scolaires sont certes secondaires mais c’est ce qui fait que ces enfants restant dans la « normalité » et elles en ont tellement besoin. Tendres pensées de Toulouse pour toute ta famille si attachante.

    Répondre
  14. O. a dit…

    Beaucoup d’amour dans ces anecdotes que tu évoques, dans les mots que tu as posés pour dire cette épreuve. Beaucoup de justesse aussi et de délicatesse face à ce qui foudroie. Que tout aille de mieux en mieux!

    Répondre
  15. DOMINIQUE a dit…

    Aucun mot ne me vient, même pas le « merci » ou le « courage » de circonstance. C’est un des plus beaux textes de mère que j’ai pu lire.

    (cependant, vous avez complètement raté l’éducation du Machin, il fallait qu’il se plante à l’oral en lui affirmant que Molière était un pédophile mis en prison par Napoléon, et que c’est E. Rostand qui a écrit Iphigénie, par exemple).

    Répondre
  16. Marieal a dit…

    eh bien nous voilà rassuré pour Lou! merci de nous donner de ses nouvelles. S’il te plait, glisse lui à l’oreille des mots d’encouragements de notre part. Mais je pense bien que le plus dur est passé, et qu’elle va progressivement laisser derrière elle ces mauvais souvenirs pour profiter de la vie à plein poumon, en oubliant qu’un jour il lui a même été pénible de respirer.
    et félicitations à eux pour leurs résultats en Français.

    Répondre
  17. Madame H a dit…

    Très émue par ton post, d’autant que je suis au quotidien les progrès (fulgurants) de la fille de mon amie qui a vécu la même opération que Lou , avec un mois d’avance …
    Merci de nous donner de vos nouvelles
    et tenez bon, si j’en crois l’évolution de la fille de mon amie, vous allez très vite sortir de cette sale période ! COurage à ta si courageuse fille !
    Je vous embrasse tous les 5

    Répondre
  18. Flotte a dit…

    C’est très très émouvant ce que tu écris. Je n’ai d’ailleurs pas pu retenir mes larmes.
    Je lui souhaite de continuer à progresser avec tout le courage dont elle fait preuve.

    Répondre
  19. Béatrice a dit…

    Plein de pensées et plein de courage pour elle, pour toi, pour vous tous … <3
    Pour avoir passé deux semaines au chevet d'hôpital d'un ado, submergé par moment de douleur, sans pouvoir rien faire (que pleurer, mais ça, c'était pas une bonne idée) fin juin, je comprends tout ce que tu dis …
    Je t'embrasse.

    Répondre
  20. Pétunia a dit…

    Merci de nous donner des nouvelles.

    Je rejoins DOMINIQUE : quel beau texte. Je trouve que c’est émouvant, délicat, pudique, profond. ça me fait du bien à l’âme. Je te remercie également pour ça.

    Répondre
  21. bobette a dit…

    L’hôpital est un monde à part, où la vie reprend ses droits souvent même si la peur et la fatigue nous, vous laissent peu de répit. Courage à ta grande, à son nouveau corps. Je vais regarder ce reportage avec grand intérêt.
    Je comprends si fort ce que ton coeur de maman peut vivre et ses montagnes russes émotionnelles. Merci pour ce billet si beau. Douces pensées.

    Répondre
  22. Marje a dit…

    Depuis quelques mois, je pensais avoir vidé mon stock de larmes pour l’année … Mais à mes yeux embués par la lecture de ton billet, je découvre que non ! Je vous envoie toutes les étoiles contenues dans mon « dé à coudre » d’amour ♥

    Répondre
  23. Réré a dit…

    J’ai les larmes aux yeux ,voilà je vis cette histoire avec vous ,de bien loin évidemment mais le cœur y est .
    Je suis contente pour leurs résultats au bac .

    Répondre
  24. Delphine a dit…

    Je suis toute émue de ce partage.
    On sent la force de Lou et on imagine sa douleur, on sent le soutien de toute la famille et de ses proches.
    Je vous envoie toutes mes bonnes ondes pour la suite.

    Répondre
  25. Carolumette a dit…

    Je ne commente que rarement, mais je suis passée par ici régulièrement, en espérant de bonnes nouvelles de Lou, tant mieux si tout se passe comme il se doit. Bon courage à vous, tout cela ne sera bientôt qu’un mauvais souvenir. (Et bravo pour le français !)

    Répondre
  26. Elisabeth a dit…

    merci de nous donner des nouvelles, à nous, que pour la plupart vous ne connaissez pas. Il n’y a pas une journée où je n’ai pensé à votre fille, à vous, et ouf ! malgré cette douleur qui emporte tout, se dire que le pire est derrière vous, que ces petits pas sont tellement importants, que le courage de Lou est une vraie leçon, merci pour vos mots et parce que la vie continue, bravo pour ce satané bac français ! je me permets de vous embrasser bien tendrement

    Répondre
  27. Agatha a dit…

    Merci pour les nouvelles . Si on suit la vidéo , encore quelques jours de galère et le bout du tunnel arrive . Mais c’est vrai que quand on est parents , on donnerait tout pour souffrir à leur place .

    Répondre
  28. Sibylle a dit…

    Difficile de retenir mes larmes en te lisant…. Je pense énormément à elle et à vous ces derniers jours… Et je me dis que tu vas retrouver une fille grandie, à tous les sens du terme c’est vrai, à l’issue de cette épreuve. Que les vagues de douleur s’apaisent enfin et que les progrès chaque jour lui apportent ces petites victoires sources de confiance ! Pensées….

    Répondre
  29. Carole a dit…

    Que d’émotion à la lecture de ces lignes….
    Probablement parce que je suis aussi maman et que ça me ramène immanquablement « de l’autre côté », à mon opération quand j’avais 17 ans : Une ambolisation d’anévrisme à côté du cervelet, pas grand chose à voir avec Lou….. si ce n’est une opération très délicate, ma sensation personnelle d’avoir touché le fond et d’être réduite à rien pendant 2 mois (#cerveau bien ramollo) mais d’avoir en même temps affronté tout ça avec une force décuplée et un détachement que seule l’enfance permet encore. Il y a peut-être de ça chez ta fille.
    Et le souvenir de ma mère, tellement ébranlée par ce qui m’arrivait mais toujours forte et confiante devant moi : Mon radeau indéfectible dans la tempête
    Alors bon courage, bonne traversée à vous 5 (et plus particulièrement vous 2), la cote approche…..

    Répondre
  30. Suzie a dit…

    Merci pour ces nouvelles qu’on se surprend à attendre… Chaque jour qui passe, rapproche Lou du meilleur… Il y aura un jour où tout basculera et où vous serez tous dans l’après…. en attendant, je vous souhaite beaucoup de patience et courage à Lou et félicitations à elle pour les excellentes notes au bac et bravo, néanmoins au Machin…

    Répondre
  31. Clementine a dit…

    Quelle jolie plume vous avez. La douceur et la pudeur de chaque mot pour décrire cette tempête que vous traversez. Je souhaite beaucoup de courage à votre fille et à votre famille. je croise très fort les doigts pour que les vagues de douleurs veuillent bien se tarir. Toutes mes pensées.

    Répondre
  32. talif a dit…

    Heureusement que j’ai une boîte de kleenex à portée de main… Comme mère, je suis très émue par ton texte de ce matin et vous envoie à tous mes meilleures pensées.

    Répondre
  33. Mentalo a dit…

    Comme tu décris parfaitement notre impuissance de mère devant la douleur de nos enfants! Comme il est inhumain de ne pouvoir leur enlever! Et pourtant, tu te sens inutile sans doute, mais tu es là, et c’est immense. Je pense bien à vous tous.

    Répondre
  34. AudreyM37 a dit…

    Émue de te lire ce matin. Ton texte est à la fois rempli de pudeur et d’amour pour cette capitaine si courageuse. Courage à vous tous, à chaque passager de ce bateau (et Big up pour ces résultats de français, y’a pas de petite joie, surtout dans ces moments la)

    Répondre
  35. Cristina From Belgique a dit…

    Comment rester insensible face à ce récit?? C’est impossible pour les mamans que nous sommes… Je vous souhaite beaucoup de courage. Un jour à la fois comme on dit. Des bises de Belgique <3

    Répondre
  36. Lise a dit…

    Mon dieu, quelle épreuve et quel courage vous avez tous, j’en ai les larmes aux yeux ! Et tes mots si justes et si beaux comme toujours
    Des wagons de câlins et de bisous virtuels pour vous <3

    Répondre
  37. kinou a dit…

    Merci d’avoir pris le temps de venir nous donner des nouvelles.
    Je pensais naïvement qu’on avait à notre époque les moyens d’empêcher les gens de souffrir. Apparemment pas pour toutes les douleurs. Je souhaite à Lou de sortir au plus vite de cette phase.
    Félicitations pour ses notes du Bac.
    De tout coeur avec vous.

    Répondre
    • Caroline a dit…

      je le pensais naïvement aussi et le personnel médical le pense aussi. Mais 1) la morphine présente elle aussi son lot d’effets secondaires invalidants (nausées, vertiges, maux de ventre, démangeaisons…) et 2) la perception de la douleur diffère beaucoup en fonction des patients. Ma fille, qui n’est pourtant pas « douillette », qui gère les prises de sang et autres réjouissances sans ciller, est très « douloureuse », sans doute plus que d’autres opérées de la même intervention. Pour l’instant, je choisis de faire confiance aux médecins qui me répètent que tout va bien, mais je ne te cache pas que j’aimerais VRAIMENT que ça se calme…

      Répondre
      • mimi a dit…

        Je me demandais ces derniers jours comment tu allais, sachant que Lou bénéficiait de toute la prise en charge nécessaire (même s’il est utile de se battre pour trouver à la soulager mieux). Tes mots résument si bien la douleur, l’amour, l’empathie d’une maman : qu’il est difficile de rester debout dans ces cas là ! Heureusement que les tempêtes ne durent pas, vivement que la vie vous redevienne douce à vous 5.

        Répondre
      • DOMINIQUE a dit…

        La douleur et son intensité est vraiment une affaire personnelle. En plus, on imagine que tous les nerfs qui partent de la colonne vertébrale sont sollicités pour prendre leur nouvelle place, non sans se manifester vigoureusement. Je schématise très grossièrement sans doute ! Et les choses, selon les individus, ne se passent pas pareil. Ce serait trop simple sinon. Ta fille souffre plus que d’autres peut-être pour cette raison, non parce qu’elle est plus perméable à la douleur. Car elle me paraît avoir une sacrée dose de courage.
        Sans compter que la morphine, pour certains, passe toute seule sans effets secondaires, ou très peu. Alors qu’on peut aller jusqu’à l’allergie pour d’autres.

        Répondre
        • Caroline a dit…

          exactement. dans le cas de ma fille, je dirais qu’on est à la croisée des chemins. Elle n’est pas totalement intolérante à la morphine, mais celle-ci déclenche chez elle des démangeaisons pas possible et des nausées insupportables dès qu’elle en prend trop. Du coup on a baissé les doses pour qu’elle puisse se mouvoir (elle n’arrivait pas à rester debout, pas à cause de la douleur mais d’un état nauséeux intense).

          Répondre
          • Audrey a dit…

            Comme je comprends tout ce que vous écrivez et cela me renvoie quinze années en arrière. J’ai été opérée d’une scoliose à 20 ans. La seule adulte dans le service de chirurgie pédiatrique du professeur Bollini à Marseille; mon sauveur, qui n’a su me répondre qu’un « y’a pas de quoi » gêné quand je l’ai chaleureusement remercié pour tout ce qu’il a fait pour moi.
            Et oui , je me souviens aussi des infirmières de nuit qui perdaient patience face à mes appels incessants pour soulager la douleur, la peine et l’angoisse dans le regard de ma mère quand ils m’ont emmenée sur le brancard , Valerie, l’infirmière de jour qui m’avait lavé les cheveux dans un haricot en métal et avait passé la matinée à les démêler après le fameux shampoing à la betadine, mes amies qui défilaient tous les jours pour essayer de me remonter le moral et me faire passer le temps, le moindre pli des draps qui me faisaient hurler de douleur, la kiné qui m’avait secouée en me disant qu’il était temps que je me lève et que je passe à autre chose alors que ça faisait même pas une semaine que j’avais été opérée…. Cette longue cicatrice que je n’arrive pas à voir en entier mais qui fait partie de moi….
            Je vous souhaite beaucoup de courage à toutes les deux car ce sont des moments marquants mais chaque jour il y aura des progrès et chaque jour, vous vous direz que c’était la meilleure décision….
            Le chirurgien a tout fait pour que l’opération ne gêne pas les grossesses futures. J’ai pu avoir trois beaux enfants ,avec accouchement par voie basse et même ( le luxe pour une opérée du dos ) deux fois la péridurale.

  38. sandrineetles3nains a dit…

    Merci pour ces nouvelles, c’est dur mais il faut garder en tête que tout va aller de mieux en mieux maintenant. Je lui souhaite beaucoup de courage, à ton héroïne. Et bravo à elle pour le bac français. Quant à ton « machin », il me fascine, il ira loin, c’est un chat ! Courage à ta fille, mais aussi à toute ta famille, c’est dur quand l’un du noyau familial souffre, c’est dur pour tout le monde.

    Répondre
  39. Christellemars a dit…

    Emotion en lisant tes lignes, je n’ai pas grand chose à ajouter si ce n’est que tes enfants n’ont aucun mérite à avoir de bonnes notes en français, tu leur as surement transmis de bonnes plumes ( ou un duvet qui ne demande qu’à s’étoffer ) !!! Quand même, bravo à eux et bon courage à Lou.
    ( Bon, ils ont sans doute travaillé un peu aussi 🙂

    Répondre
  40. Blonde paresseuse a dit…

    Ouh la la, que c’est dur à lire tout ça… La souffrance de son gosse, c’est atroce. J’espère sincèrement que cette opération, passés les moments difficiles post-opératoires, lui sera bénéfique et que sa vie de jeune adulte en sera améliorée.

    Combien de temps doit-t-elle reste dans son centre de convalescence ?

    Dis-lui combien toutes ici, nous pensons fort à elle et que chacune, nous prenons virtuellement notre dé à coudre pour aider vider le navire… <3

    Répondre
  41. Eva au Chocolat a dit…

    Oh là là, je pleure en te lisant… On va pas se mentir, je me projette à mort (en plus ma fille porte le même prénom que la tienne!), et je n’ose imaginer les montagnes d’inquiétude et d’impuissance que vous avez à gravir depuis quelques jours…

    Je vous envoie toute l’empathie et la tendresse que cette voie virtuelle le permet, et vous embrasse chaleureusement.

    Courage, et à très vite…

    Répondre
  42. lily a dit…

    Je suis profondément émue par ton billet, tellement il est authentique, plein d’émotions vraies, belles comme douloureuses. Plein de vagues de soutien de nouveau, et je croise fort les doigts pour que la douleur ne fasse que s’apaiser de jour en jour…

    Répondre
  43. Aurélie a dit…

    Comme d’autres, je ne commente que rarement (le sentiment d’être une goutte d’eau dans un océan de commentaires sensés et beaucoup plus pertinents que les miens 😉 ).
    Mais ce texte aujourd’hui est d’une telle force. J’en ai eu les larmes aux yeux, du courage de Lou, à ces amis extraordinaires présents pour elle, et à votre présence sans faille auprès d’elle.
    Je vous souhaite que tout ça soit vite derrière vous, je vous souhaite un peu de douceur et de répit.
    Et je souhaite à Lou de retrouver des journées sans douleur.
    Plein de courage pour ce mois de juillet qui doit vous sembler interminable!

    Répondre
  44. Julie a dit…

    TRES beau texte, Caroline… Je sais qu’il n’avait sans doute pas cette vocation première, mais je voudrais souligner qu’il est particulièrement bien écrit et je n’ai pas pu en terminer la lecture sans avoir les larmes aux yeux et la gorge qui se serre. Je lis le blog depuis le démarrage, la toute première année, je reviens toutes les semaines parce que j’aime ta plume. Mais ici on a un texte écrit avec le coeur à chaque ligne, c’est impressionnant…

    Bon rétablissement à ta petite (grande) fille. Et merci de venir partager quotidiennement sur ces pages ce que beaucoup traversent/ressentent sans toujours trouver les mots pour l’exprimer.

    Répondre
  45. Marilune a dit…

    Nos » petits » sont capables de nous surprendre par leur force et leur courage. De cette épreuve douloureuse ressortira une force , en elle-même, et dans ses liens avec ses proches, qui la portera toujours. En attendant….c’est dur, mais elle a la chance d’avoir des gens qui l’aiment et l’entourent, et écopent avec elle pour que le bateau ne coule pas, même avec un dé à coudre (l’image m’a plu). Courage à vous tous et surtout à elle (et félicitations pour les épreuves anticipées du bac! ), Et courage aux parents, c’est tellement difficile de voir souffrir ses enfants (à chaque fois je pense à la chanson de Camille « la douleur » : « je vais prendre ta douleur »…On le voudrait tellement!)

    Répondre
  46. Amandine a dit…

    Des années après on ne se rappelle plus de la douleur, assez dure à gérer toutefois sur le moment – on ne peut pas être sous morphine 24/24h – mais il ne reste que le bonheur incomparable de reprendre une vie « normale ». De mémoire, les douleurs se sont atténuées à partir du 6e jour dans mon cas, quand j’ai recommencé (ou plutôt réappris) à marcher. Il faut très patient, chacun avance à son rythme. Je vous envoie à ta fille et à toute la famille une tonne de courage et de patience 🙂

    Répondre
    • Caroline a dit…

      merci pour ce témoignage amandine. Ma fille a remarché très vite, dès le 1er jour et à 7 jours de l’opération elle parcourt de grandes distances sans difficulté. C’est paradoxalement la position couchée qui est la plus problématique et du coup les nuits la laissent complètement exsangue. J’espère que ça va passer…

      Répondre
  47. sophiefromthetrain a dit…

    Je sais l’épuisement physique et moral qu’entraine la douleur et la difficulté par moment à trouver encore et toujours du courage. Toute mon admiration à Lou. Mes pensées les plus douces et les plus fortes pour vous tous les 5, et des pensées joyeuses parce que l’amour est tellement fort dans tes mots et tes photos et aussi pour la belle rentrée qui attend ta Grande Chérie cette année :).

    Répondre
  48. Caroline a dit…

    Ton texte m’a émue aux larmes… La souffrance et le courage de ta fille, ton impuissance de maman et tout l’amour et l’admiration que tu lui apportes, le soutien de la fratrie/famille et des amis… Plein de douceur, de tendresse, de courage et de soutien pour ces moments difficiles. Vivement qu’ils soient derrière vous !

    Répondre
  49. Cécile a dit…

    Pour nous, c’est le mois de juin qui a été très éprouvant. J’ai aussi connu les soirées passées à l’hôpital, ces heures vides à attendre, l’angoisse, l’inquiétude, le manque à la maison.
    Le mois de juillet est beaucoup plus calme même s’il reste des inquiètudes

    Je vous souhaite beaucoup de courage

    J’embrasse toute votre famille

    Répondre
  50. Celine a dit…

    Je vous envoie, à toute la famille, et tous ces enfants de l’hôpital, des tonnes d’ondes positives, du courage à revendre et vous souhaite plein de doux souvenirs qui puissent rapidement effacer la douleur.
    J’ai du m’y prendre à plusieurs fois tant mes yeux etaient embués… Je pense fort à vous tous

    Répondre
  51. zaza a dit…

    Merci de nous donner des nouvelles, Lou est une vraie guerrière !!! je lui envoie des millions d’ondes positives pour surmonter ces douleurs
    Courage à vous
    Bises du sud
    PS : Félicitations pour les notes au bac, l’excellence est de famille !

    Répondre
  52. Sabine a dit…

    Je ne commente jamais, un peu trop timide pour cela, mais je souhaite plein de courage à votre fille, de pensées pour elle qui est de toute évidence d’une force incroyable.
    Et bravo à vos enfants pour leurs notes, la mienne me dit que les notes ne sont pas en ligne…

    Répondre
  53. Milanette a dit…

    Merci, merci de prendre le temps de donner des nouvelles. Quelle est courageuse ta fille !
    Le plus dur est derrière maintenant même si la douleur est toujours présente, l’avantage est qu’elle va en s’amenuisant.
    Bravo pour le bac … plus de peur que de mal pour ton fils… même si on aimerait que la vie soit plus juste mais l’important est qu’il aborde le bac avec des points d’avance.
    Courage à tous

    Répondre
  54. anne-sophie a dit…

    Incroyablement émue et soulagée de ces nouvelles, je ne peux pas comme à mon habitude rester dans l’ombre alors que je ne cesse de penser à vous tous qui traversez des moments bien difficiles. Toutes mes pensées, toute ma sympathie, des tonnes de courage mais ça vous n’en manquez pas. Merci de ces nouvelles, bravo à elle, courage à vous, bientôt tout ceci sera derrière.

    Répondre
  55. Viviane a dit…

    Tu nous avais parlé une fois de la crousille et de mettre une pièce dans les moments difficiles pour organiser qqch après. Le refaites vous ? Tendresses à ta courageuse fille

    Répondre
  56. VieLino a dit…

    Merci mille fois Caro de nous donner des nouvelles au milieu de la tempête …
    Ton message m’a tiré quelques larmes je dois te l’avouer, tes mots souvent m’atteignent pile poil dans le coeur …
    Je compatis fort fort fort pour mener la barque de la douleur et je souhaite encore plus fort que l’apaisement arrive bien vite !
    En PS : Bravo à tes deux compères pour leurs notes de français !

    Répondre
  57. Camillou a dit…

    Ohlala que d’émotions en lisant ce post, j’en ai les larmes aux yeux alors je n’imagine pas pour ta fille et pour toi sa maman… Bon courage à elle qui a l’air déjà tellement courageuse et à vous tous qui l’entourez, elle a l’air d’être entourée d’une super équipe ce qui doit l’aider à garder le meilleur moral possible entre deux crises de douleur. J’espère que petit à petit les améliorations vont se faire sentir et surtout qu’elles seront rapides…
    Pleins de douces pensées en tout cas et bravo pr les résultats du bac français !!

    Répondre
  58. Lenaed a dit…

    Très émue en lisant ton billet. On voudrait vous envoyer des tonnes de courage pour vous aider tous les cinq à surmonter cela, pour alléger le poids de la douleur pour Lou et celui de l’impuissance pour le reste de la famille. Courage encore pour la rééduca

    Répondre
  59. Daphy a dit…

    Je n’étais pas venue depuis un certain temps…. Dis donc pas mal d’évènements pour votre petite famille. Courage à vous tous. C’est un mauvais moment à passer !! Un mal pour un bien… Dans ces cas-là, nous faisons preuve de force insoupçonnée !!! Mais on ne peut pas faire autrement que d’aller de l’avant . Mes pensées vous accompagnent….

    Répondre
  60. celine2102 a dit…

    vu mes sanglots, il semblerait que les un peu plus de 11 ans écoulés depuis le passage en néonat de ma grande soit encore pas très loin de la surface …
    je ne sais pas si mon message sera vraiment lu mais il n’empêche que je vous souhaite du plus profond du cœur beaucoup de courage dans cette épreuve, mes pensées les plus douces vous accompagnent <3

    Répondre
  61. Lenaed a dit…

    Très émue en lisant ton billet. On voudrait vous envoyer des tonnes de courage pour vous aider tous les cinq à surmonter cela, pour alléger le poids de la douleur pour Lou et celui de l’impuissance pour le reste de la famille. Courage encore pour la rééducation, qui ne sera peut-être pas toujours facile, mais l’amènera vers un beau mois d’août où elle pourra enfin profiter de ses vacances et de ce nouveau corps. Bises à tous, et félicitations pour les résultats de Français !

    Répondre
  62. straw a dit…

    J’ai 2 minutes 40 pour écrire quelque chose, je n’ai pas lu les commentaires. Les histoires simples d’amour parental, fraternel, amical me font pleurer. Je pleure donc maintenant. Que tout se passe au mieux pour Lou, dans la douleur mais dans l’amour. Que tout se passe aussi au mieux pour ceux qui subissent cet affreux truc qu’est l’impuissance face à cette douleur. Du courage et des sourires pour vous.

    Répondre
  63. mammouth a dit…

    Oh merci de prendre le temps de passer nous donner des nouvelles. Et merci à ta grande de partager un peu de son intimité avec nous pour rassurer des centaines d’étrangers. C’est très gentil et généreux. C’est un billet plein de douceur et d’espoir malgré la grande douleur. J’imagine qu’il faut aussi apprivoiser cette nouvelle colonne qui donne une nouvelle forme à son corps. Félicitations pour la marche, je suis impressionnée par sa résilience, sa force et son courage. En espérant des nuits meilleures pour bientôt. Je continue d’envoyer plein d’ondes positives et, même si on ne se connaît pas, de la tendresse, pourquoi pas.

    Répondre
  64. Poune a dit…

    Merci de nous donner des nouvelles, je partage tout ce qui a été dit par le rade précédemment.
    Tout mon être se souvient du souhait que tu évoques de « faire corps » avec ton enfant afin de le soulager pour l’avoir éprouvé il y a quelques années. Je souhaite à Lou que le temps de la douleur s’achève rapidement, et que celui de l’allégresse arrive. Bon courage à toi et à ton mari mais aussi à tes deux autres enfants qui doivent se sentir bien désemparés de voir leur sœur chérie souffrir.

    Répondre
  65. Julie a dit…

    La première fois que j’ai lu ton blog, j’avais pleuré (sur la naissance des twins, étant moi-même heureuse mère de jums). Et aujourd’hui, rebelotte. Sauf que je lis du bureau (oui, je sais, c’est mal). Et que pleurer au bureau, devant son ordi, c’est pas terrible, pas sérieux, pas pro ! Heureusement qu’il y a l’Edit 2. Courage à la chérie.

    Répondre
  66. mammouth a dit…

    Et félicitations à tes deux grands pour leur résultat. Merci aussi de partager ceux-ci avec nous. Après tes billets sur le sujet, on est content de savoir que tout va bien finalement.

    On ne sait jamais ce que les enfants retiennent de leur expérience de vie et de nos sermons. Peut-être que la machin a retenu la leçon, peut-être pas. Le doit-il vraiment au fond? Est-ce que cette attitude l’empêchera d’être satisfait dans la vie? Qui sait? Et puis, il l’a suffisamment retenu pour se grouiller pour l’oral. Avec toi derrière, je sais. Mais ils sont encore petits au fond, hein.

    Répondre
  67. Corinne (Couleur Café) a dit…

    Comme tu le dis, un pas devant l’autre ! Je n’ai jamais entendu parler de cette opération mais je devine qu’elle est sérieuse, alors courage à toute la famille. Oui, on est toutes familières de ce sentiment si fort d’impuissance qui nous pousse à vouloir prendre la douleur de nos petits ! Courage et bravo à ta grande !

    Répondre
  68. Passe moi l'web a dit…

    On a beau ne pas se connaître, comme je viens régulièrement lire tes billets, j’ai beaucoup pensé à ta fille ces derniers jours. Je m’inquiétais de ton silence, même si je me doutais bien que tu avais autre chose à faire qu’à venir écrire sur ton blog. Je dois être un peu tarée car j’en ai même rêvé une nuit. Pour avoir été opérée du dos, je sais à quel point ta fille doit déguster. Elle fait front, comme tous les gens malades, mais c’est très dur. Courage pour la suite, chaque jour verra une amélioration de son état et une baisse des douleurs. Et bravo pour ces notes de français !

    Répondre
  69. Mireille a dit…

    Bonjour Caro, merci de venir donner des nouvelles de Lou. Il n’y a rien de pire pour le coeur d’une maman que la souffrance de ses enfants et le mien se serre à te lire. Courage à ta grande, je sais qu’elle n’en manque pas et vivement que la douleur s’arrête et qu’il ne lui reste que l’immense fierté d’avoir surmonté cette épreuve. Je vous embrasse tous

    Répondre
  70. Alice a dit…

    Heureuse de lire que « tout va bien » même si endurer la douleur de ces enfants est pire que de souffrir soi même.
    Que vous êtes tous courageux et particulièrement ta grande puce.
    Je me suis faites petite sur les RS mais ai quand même attendu des nouvelles. Ces moments difficile restent dans votre sphère intime, merci de nous entrouvrir un tout petit peu le rideau.
    Plein de courage à toute la famille pour cet été qui restera hors norme

    Répondre
  71. Anju a dit…

    J’attendais des nouvelles, je les ai lues les larmes aux yeux, j’ai refermé la page, je l’ai rouverte pour vous dire mon soutien, mon admiration pour son courage, et que je lui souhaite un bon rétablissement de tout mon cœur. Les bonnes notes bien méritées tombent à pic!

    Répondre
  72. isacoolpix a dit…

    si émue de lire sa force, votre accompagnement digne et douloureux, et si réjouie des notes du bas français!!!! même pour le machin, surtout pour le machin…
    Il a l’exemple de sa jumelle qui se bat et affronte pour grandir, s’approprie chaque instant de possible répit et goûte au doux bonheur des attentions d’amis, amours, et proches… donc la lumière dans le tunnel…

    que cela aurait été triste que le prof ne lise pas sa prose au brouillon… là aussi, lumière sur lui!!!
    vous méritez tous, et tous ceux dont les enfants sont malades… de l’amour et la lumière au bout…
    grosses bises chaleureuses…

    Répondre
  73. Tan a dit…

    Ouh la la que c’est dur de lire tout ça, d’imaginer le sentiment d’impuissance quand la douleur est la plus forte.
    Pas besoin de lui souhaiter du courage, je crois qu’elle en a bien assez. De la patience en attendant le mieux, pour vous tous… Et très bientôt j’espère que les moments de rire et de joie prendront le dessus sur les difficultés.
    Et un grand bravo pour leur bac de français, bien sûr.

    Répondre
  74. Charlotte a dit…

    Comme les autres, j’admire la force et le courage de ta fille, je compatis de tout coeur avec ce que j’imagine que vous ressentez en tant que parents et fratrie. Et je propose un livre comme remède d’un instant, un livre qui est beau, dur, doux et fort, et qui chez moi a absorbé l’espace de quelques heures les adolescentes qui souffraient : Le soleil est pour toi de Jandy Nelson.

    Répondre
  75. Magali a dit…

    très très touchant ce billet… plein de courage à elle, et à vous tous.
    Je ne peux pas m’empêcher de penser que ce genre d’expériences est une « occasion » assez unique dans sa vie, expérience dont elle peut retirer beaucoup de positif, et aussi où elle peut se découvrir des ressources insoupçonnées… C’est ce que je lui souhaite et aussi tout plein de courage.
    Et bravo pour le bac, à elle, et aussi tant mieux pour le « machin »….

    Répondre
  76. Seraphine a dit…

    Que d’amour dans ce magnifique billet ! Que d’émotion, que de tendresse ! Moi aussi en te lisant je suis à fleur d’yeux .
    Je pense fort à vous et vous serre dans mes bras .
     » Celui qui se relève et plus fort que celui qui n’est jamais tombé .  »
    François Gervais

    Répondre
  77. vero44 a dit…

    Je vous souhaite beaucoup de courage, le meilleur est à venir. courage à ta grande fille.
    Chez moi, j’ai un garçon numéro 1 qui n’a absolument rien fait pendant ses 3 années de lycée.. et bien l’année dernière le couperet est quand même tombé…il y a une justice quand même.. recalé au rattrapage…le pire c’est qu’il ne lui manquait que 10 points.
    Bon, tout fini bien, il a eu son bac cette année..
    je vous embrasse très fort

    Répondre
  78. Nad a dit…

    De tout cœur avec Lou, avec vous <3
    j'imagine très bien ton envie de prendre sa douleur, ça me renvoie aussi aux débuts des filles en neonat…
    des milliers de petits baisers !

    Répondre
  79. Fille_bavarde a dit…

    Parfois, lorsque la morphine provoque trop de désagréments, il est aussi bon de glisser dans le traitement un petit valium ( mais peut etre est ce deja fait ?).
    Lorsque l’on a mal le corps est tendu, les muscles aussi etc…et la douleur reste lancinante.
    Un décontractant permet ainsi un apaisement de toute cette tension et souvent un repos reparateur.
    La respiration est importante aussi, je dis souvent aux patients de poser leurs mains sur le ventre afin d’ avoir une respiration ventrale.
    Voilà quelques petits conseils .
    Bonne reeducation a votre fille.
    Ps: ma boite mail ne fonctionne pas, je ne peux echanger qu’ici.

    Répondre
  80. KS a dit…

    Merci pour ces nouvelles! J’avais peur que tu n’en donnes plus bcp par pudeur ou manque de temps.
    Pour mes operations (pas du dos), le plus dur a gerer outre la douleur etait l’inconfort. Ne pas pouvoir bouger, se coucher comme on veut, se tourner, plus les jours passent et plus ca mine… Alors beaucoup de courage a ta Lou1 Plus les jours passent et plus elle se rapproche de la liberation! xx

    Répondre
  81. Nathalie a dit…

    Wow…. que c’est dur de voir ses enfants souffrir… Au sujet des médicaments anti-douleur et de leur efficacité, mon mari médecin m’avait dit un jour « En 2010 (ou 11 je ne sais plus bref!), on ne devrait plus souffrir!! » mais il était à l’époque un jeune médecin et depuis il a appris que la médecine n’est pas toute puissante, et que si on dispose effectivement d’antalgiques assez puissants aujourd’hui, on ne peut pas supprimer magiquement la douleur, en tout cas pas toujours. Heureusement, on peut au moins l’atténuer la plupart du temps.
    Je vous souhaite beaucoup de courage à tous, et ce que tu dis de ta fille, de l’amitié de ses copines, de l’amour de sa famille, est très émouvant. Merci d’être venue nous donner des nouvelles, et merci aussi de rester si pudique dans ton témoignage.

    Pour ton fils, ne sois pas si sure qu’il n’ait rien appris de sa mésaventure… Est-ce que l’angoisse des jours qui ont suivi l’examen n’ont pas servi de leçon?? Pour ma part, je suis contente pour lui qu’il s’en soit quand même sorti honorablement 🙂

    Et bravo pour cette si jolie plume, si délicate et touchante (même si aujourd’hui, c’est probablement le cadet de tes soucis! j’espère au moins que ce beau texte te soulage aussi)

    Répondre
  82. charlotte a dit…

    Heureuse de voir que « ça va ». Petits pas après petit pas 🙂
    Je voulais savoir, y a t’il quelque chose qui lui ferait plaisir ? Un livre, n’importe quoi.. À défaut de pouvoir faire autre chose et soulager la douleur!
    Bises

    Répondre
  83. Justine a dit…

    Tes mots me font venir les larmes aux yeux. Merci d’être venue donner quelques nouvelles. Tu as une fille formidable et courageuse. Je continue à bien penser à elle, à vous. Que tout cela soit vite derrière vous et que vous puissiez profiter de votre été.

    Répondre
  84. Benjamin a dit…

    Toutes mes pensées sont avec ta grande, j’espere que tout ira mieux tres vite.

    J’essaie de taper ce commentaire depuis quelques minutes et tout ce que je trouve a dire semble déplacé. J’ai eu une petite soeur a l’hopital il y a tres longtemps, je suis loin de ma famille depuis quelques mois pour raison professionnelle, alors en lisant ton article ce sont étrangement des souvenirs et sentiments personnels qui me sont revenus. Je suis heureux que ca se passe aussi bien que possible pour Lou, je vous souhaite beaucoup de bonheur, a toi et a ta famille =)

    Amitié

    Répondre
  85. Smouik a dit…

    Mais que ce billet (dont je scrute l’arrivée depuis plusieurs jours) est bon à lire !
    Oui bien sûr, il y a la douleur avec laquelle il faut composer car trop présente, mais surtout il y a le soulagement de savoir que tout se passe du mieux possible pour sa nouvelle vie…
    Et puis aussi, naturellement, les notes de bac bien méritées et qui, ici, ont l’effet d’un baume au cœur. Quant au machin, je ne suis pas sûre que l’aventure ne lui aura rien enseigné même derrière cette apparente nonchalance ! Je pense qu’il a vécu un grand moment de solitude qu’il a parfaitement réussi à dissimuler. En tout cas, cela prouve que son talent d’écriture est à creuser… Haut les cœurs !!

    Répondre
  86. Adeline a dit…

    Assise dans une gare, avec en fond sonore un morceau de piano joué par un jeune homme solaire (d’ailleurs, je ne sais pas qui a eu cette idée de mettre des pianos dans les lieux publics mais je l’embrasserai sur la bouche si je le rencontrais…), je ne peux retenir mes larmes en lisant cet article…
    Comment ne pas être touchée par ces mots qui expriment si bien ce que peuvent ressentir les proches mais aussi ceux qui se battent tous les jours face à une pathologie… Pour avoir été celle qui est dans le lit d’hôpital puis en centre de ré-éducation, je peux simplement témoigner de cette capacité fabuleuse qu’ont le corps et l’esprit d’oublier la douleur et de ne conserver que le souvenir du soutien et de l’amour que les autres (proches, soignants, autres malades) nous ont donné dans ces moments.
    Et pour les matins difficiles, vous pouvez toujours citer le médecin chef du service de réanimation qui m’a sauvé la vie : « vous n’avez pas fait tout ça pour craquer à 2m du bol de sangria quand même » (comme quoi on peut être un médecin compétent et aimer Bigard ;-))
    Toutes mes bonnes ondes à vous tous pour franchir cette tempête.

    Répondre
  87. Fred b a dit…

    Je trouve si touchant que ta fille ait essayé de te rassurer en te montrant la vidéo de cette jeune fille qui parle de son opération. Quelle bonté chez une si jeune personne!
    Très heureuse pour le bac français! Le fait que le brouillon de ton fils ait probablement été lu renforce ma confiance dans un système éducatif qui accorde ainsi le droit aux petits faux pas.

    Répondre
  88. Sora a dit…

    Les yeux pleins d’eau en lisant ce billet bouleversant…
    Merci pour ces nouvelles, que l’on aimerait moins douloureuses mais hélas une telle opération ne le permet pas encore….
    Les mots me manquent pour exprimer ma sympathie pour elle, pour vous 4 et « vos dés à coudre », et aussi toute mon admiration pour Lou la grande, dans tous les sens du terme.
    Bénis soient chaque rencontre, chaque bienveillance, chaque geste de tendresse, chaque moment d’accalmie, chacune des joies immenses et minuscules qui émaillent ce grand et terrible voyage vers une nouvelle vie.
    Bravo aux Twins pour ces résultats du bac !!!
    Mes pensées et mes ondes les plus chaleureuses vers vous <3

    Répondre
  89. anna chiarra a dit…

    Ah oui vouloir « prendre sa douleur » je vois bien de quoi tu parles… On donnerait un bras pour qu’ils ne souffrent plus !

    C’est le principe d’une convalescence post-op’ : ce n’est pas linéaire, cela ne va pas forcément de mieux en mieux de jour en jour et ce n’est que sur le long terme, pas sur le court terme, que l’on peut constater les progrès…

    Bref, il faut être patient et ce n’est pas évident du tout de vivre cela : quand tu as mal, tu n’es plus grand chose !… Elle a l’air très courageuse et cela va certainement lui « servir » à quelque chose ces souffrances.

    En attendant continue de l’entourer et de la chouchouter !

    Répondre
  90. Géraldine a dit…

    C’est les yeux mouillés que je viens te mettre un petit mot…
    Merci de nous donner des nouvelles même si on ne se connaît pas, on « suit » vos aventures et ça fait plaisir de te lire.
    Quel coup de poing que l’histoire de ce petit garçon heureux de partir après tout ce temps… ça fait relativiser.
    Plein de courage à Lou en espérant que les douleurs s’estompent maintenant.
    Et bravo pour les bac !

    Répondre
  91. Thalie65 a dit…

    Ce billet est extrêmement bien écrit et me laisse émue aux larmes…j’envoie à Lou mes plus douces pensées pour qu’elle récupère vite et surtout que cette douleur finisse par passer. Beaucoup de courage à toute ta famille pour cette traversée houleuse!

    Répondre
  92. Rose a dit…

    En tant que maman je peux imaginer ta souffrance de voir souffrir ton grand bébé. Tous mes voeux de bon rétablissement à elle et mes pensées pour toute la famille.

    Répondre
  93. Mimien Aquitaine a dit…

    Ouf que d’emotions a te lire, a lire tout l’amour d’une maman d’ado…Tout plein de pensees positives pour avancer jour apres jour et repousser la douleur. (mais b@$$rdel, ils ont pas de morphine a l’hôpital ?) Merci pour les nouvelles…meme si je ne vous connais pas « en vrai ». Et Félicitations pour les notes de Français 🙂

    Répondre
  94. Semaphlore a dit…

    Je confirme que la morphine donne des réactions très différentes. Shootage, nausées, photophobie… personnellement avec de toutes petites doses je suis Patraque et pas bien du tout… on choisit le dosage entre deux maux… plein de courage et de patience à vous et votre fille.

    Répondre
  95. EllaO a dit…

    Merci pour ces quelques nouvelles, douces-amères, mais rassurantes.
    C’est étrange de les attendre, comme on attendrait des nouvelles d’un ami ou d’un cousin.
    Plein de courage à vous tous pour ces semaines difficiles, à Lou surtout, et à vous qui l’accompagnez.
    Et un grand bravo aux twins pour leurs bons résultats, qu’ils soient à leur travail acharné et/ou à leurs qualités naturelles.

    Répondre
  96. Banane a dit…

    Quel mélange de sentiments forts!
    Voir son enfant souffrir, il n’y a pas pire (3 mois de néonat, dont réa, il y a 10 ans, et j’ai compris que ça ne s’effacera jamais)
    Bon courage à vous tous!
    Et bravo aux artistes pour leurs bonnes notes, chacun dans leur style.

    Répondre
  97. Sandrine a dit…

    Très émue par ce message, pudique mais empreint d’amour maternel, inconditionnel, viscéral, d’empathie et d’admiration pour le courage de ta grande fille ! Bon rétablissement à elle, en espérant que la tempête des douleurs s’atténue peu à peu. Bon courage en tout cas ! Dans ces moments, la présence des parents, des amis est le meilleur soutien.

    Félicitations pour les résultats très honorables au bac !

    Bonne continuation, vers des jours plus apaisés !

    Répondre
  98. dany a dit…

    encore et encore plein de belles pensées positives afin de vous aider , et d’aider Lou , à poursuivre les étapes menant à la guérison de ce dos si douloureux .
    Tu sais quoi , Caro ……. je regarde le tour de France depuis mon fauteuil , car moi- même en convalescence d ‘une opération de la hanche ……… Et je repense à un de tes billets que tu avais écrit sur le passage du tour de France et l ‘intérêt que ton papa lui portait ……… et je pense à vous……… Lou , cette année affronte un sacré nombre d ‘étapes …….. bien difficiles !!!!!!!!!
    Mais au bout du bout ……….. ya la Victoire !!!!!!!!!

    Répondre
  99. sigaellesi a dit…

    des calins, de la douceur, de la patience, et des ca va aller en boucle, ca va passer, courage à vous 2.C’est dur aussi pour une maman de voir sa fille souffrir. Courage courage et la déclaration d’amour à ta fille est superbe une fois de plus comme tout ce que tu écris ou essaie de nous transmettre

    Répondre
  100. Cécile a dit…

    Comme le titre de ce post résume bien ce que vous devez être en train de vivre…Et pourtant au milieu de cet océan de souffrance, on sent bien les courants d’amour et d’espoir qui déferlent eux aussi. Chaque jour sans fin est un pas de plus vers l’après, qui je l’espère est pour bientôt. Bon courage à Lou et à toute la famille, tout le rade vous inonde de pensées positives et d’affection.

    Répondre
  101. Nathalie a dit…

    Merci pour ces nouvelles et ton récit de vie de ces derniers jours. Qui m’ont arraché des larmes. Je n’ose imaginer ces montagnes russes d’émotions. Ce que je retiens surtout c’est le grand courage de ta fille. Et aussi l’amour qui s’exprime autour et dans toute cette aventure. Qui prend une nouvelle dimension dans ce centre de revalidation. Elle va progresser jour après jour. Et en sortira tellement grandie. Une expérience de vie qui l’accompagnera. En attendant, un jour à la fois. Bisous à vous tous.

    Répondre
  102. Shakti a dit…

    Je crois que j’ai merdouillé avec l’envoi de mon com’.
    Bref, pour résumer, je me permettais de faire un gros câlin virtuel à toute la famille. <3

    Répondre
  103. Sofinet lov Guisane a dit…

    Quel magnifique texte… bouleversée par tes mots depuis ce matin je ne reviens commenter que maintenant. Touchée par cet amour maternel pudique et ce réseau d’amis et de familles autour de ta Lou… comme souvent nos enfants nous donnent des leçons de vie et je n’ai eu de cesse de penser à elle depuis qq jours et en particulier aujourd’hui… comme pour mieux profiter du bonheur que je ne vois plus toujours… Etre là pour elle tout en la laissant mener son combat. Trouver votre place à ses côtés… Le chemin est encore long pour vous tous mais votre guerrière sortira grandie (!) de cette tempête. .. Embrasse là pour nous et merci à elle de nous permettre ces nouvelles rassurantes.
    Pour le reste, évidemment un grand bravo pour le Français. J’étais certaine de la performance de Lou et de la bonne étoile de ton machin sans doute soulagé malgré sa nonchalance !
    Courage…

    Répondre
  104. Machine W a dit…

    Rien qu’à la lecture de ce billet, j’en ai mal au ventre pour elle…
    Concernant la “gestion” de la douleur, vu ce que tu décris, j’imagine que, pour l’instant, ce qui suit ne servira à rien.
    En revanche, quand ça va devenir un peu plus supportable, ça va peut-être être intéressant pour ta fille (pas d’inquiétude, rien d’ésotérique là-dedans).
    En effet, je lisais récemment dans un livre à propos de neurologie (entre autre) qu’il peut être bénéfique, au lieu d’essayer de penser à autre chose quand on souffre, d’au contraire se concentrer sur la douleur, et prendre le temps d’en “décortiquer” mentalement les caractérisques (est-ce que ça lance ? est-ce que ça tape ? Est-ce que c’est comme des coups de poignards ? etc., et est-ce que c’est constant ? est-ce que ça va-et-vient, par à-coups, ou en progression lente ? etc.)
    Apparemment, cette distanciation mentale avec la douleur peut permettre d’en réduire la perception. Comme je l’ai dit, ça n’a strictement rien de magique, c’est un “simple” mécanisme du cerveau, lié à des circuits neuronaux.
    J’espère que je ne vais pas passer pour l’illuminée du coin, je ne suis pas spécialiste et mes explications sont probablement approximatives mais si ça peut aider d’avoir des pistes pour mieux supporter la douleur, celle-ci a le mérite d’être sans danger.
    En tout cas, bon courage à elle et à vous tous pour ces moments difficiles, je compatis sincèrement.

    Répondre
    • Caro Bleue Violette a dit…

      Nous sommes peut-être deux illuminées alors, parce qu’on m’a parlé de et recommandé cette méthode il y a quelques années et l’applique de temps en temps. Parfois ça fonctionne, parfois pas… mais parfois ça fonctionne 🙂

      Répondre
      • DOMINIQUE a dit…

        Ayant été migraineuse, puis maintenant ayant de l’arthrose (glamour quand tu nous tiens) c’est-à-dire sciatique et douleurs au genou, en effet tu as raison, Machine W. Se concentrer sur la douleur, la cerner, l’apprivoiser en quelque sorte, la ronger, hé bien généralement ça marche. Mais je parle de douleurs sourdes, constantes, souvent la nuit, sans élancements brutaux. Quand vous avez brusquement l’impression qu’on a planté un clou dans votre genou… c’est trop soudain pour pouvoir appliquer cette méthode.
        Je ne savais pas que la théorie existait, je fais de l’anti-douleur sans le savoir !!!

        Répondre
  105. flo a dit…

    Ce n’est pas rien d’être mère, c’est envahissant d’émotions, bravo Caroline et Bravo LOU !!
    le retour à la maison, dans son chez soit bercé du soleil d’été dans le grand espace rassurant et accueillant de sa maison sera à mon avis un moment plus que savoureux !!
    en attendant un bon massage des pieds permettrait sans doute la détente de tout son petit être ! suggestion de maman !
    bises

    Répondre
  106. Caro Bleue Violette a dit…

    Plein de pensées pour ta courageuse Lou <3
    Et bravo pour ses excellentes notes au bac de français \o/

    Hourra aussi pour les notes du Machin (dont je suis fan depuis des années – on ne peut être que fan de quelqu'un qui nous fait autant rire ^^)

    Répondre
  107. Naomi a dit…

    Une très courageuse jeune fille!
    J’ai les larmes aux yeux, pensant aussi à ma maman qui a été opérée d’une scoliose il y a une quarantaine d’années.
    Elle a passé l’année de son brevet des collèges dans un centre de rééducation à 200 km de ses parents.

    Plus tard elle a mis au monde -sans péridurale, justement à cause de cette opération- un joli bébé -moi- de 4,5 kg.
    Respect infini.

    Répondre
  108. béné a dit…

    Bonjour,

    Et bien, tous ces beaux moments de solidarité m’en mettent les larmes aux yeux…ça me rappelle cette phrase de Balavoine que j’aime beaucoup: « L’amour te porte dans tes efforts. » Bon courage à tous!

    Répondre
  109. Pmgirl a dit…

    Je pense fort à toute la famille. J’ai regardé la video qui laisse entrevoir que le plus dur serait passé.
    Je pensais aussi comme dit dans un commentaire plus haut que l’on avait plus mal….
    Sinon je sais qu’avoir un enfant à l’hôpital est la plus grande épreuve d’une vie.
    Je participe régulièrement aux actions sur rire medecin pour mettre un soupcon de joie dans les hôpitaux…

    Répondre
  110. kerblonde a dit…

    Elle est infiniment courageuse cette jeune fille ! j’étais à l’étranger je n’ai pas pu poster de message mais mes pensées vous ont accompagnées. Ca n’enlève rien à sa souffrance hélas, mais je vous souhaite que tout cela s’apaise au plus vite et ne soit très rapidement qu’un mauvais souvenir vite effacé par sa nouvelle vie. bon courage et bises à tous (si je peux me permettre … )

    Répondre
  111. Estelle 13 a dit…

    Courage à toute votre famille, à votre grande et aussi à son frère et à sa sœur, ça doit pas être facile pour eux aussi. Plein de pensées, ça ira mieux demain !

    Répondre
  112. isabelle v. a dit…

    J’espère de tout cœur que Lou retrouvera vite son énergie, comme la jeune fille de la vidéo.
    Ce qui m’étonne, c’est qu’il y avait une préparation à l’opération qui semble avoir disparu. Pendant une semaine avant l’opération (en 88) on dormait dans une coque en plâtre qui nous penchait dans l’autre sens pour que la colonne soit le plus droite possible, et pendant la journée allongée, j’étais attachée par le bassin et ma tête était reliée à des poids qui m’étirait le dos. Tout ça pour assouplir la colonne avant l’opération. Et après, 15 jours de rééducation avant de pouvoir rentrer chez moi.
    Je ne suis pas très rigolote, mais surtout, après, il faut garder une musculature. Je ne l’ai pas fait et à 50 ans j’en sens déjà les effets.

    Répondre
  113. Lor a dit…

    Je vous envoie plein d’ondes positives pour cette période entre deux eaux et cette nouvelle vie qui se profile sur une autre rive. Cette opération semble si lourde…. Nous avons une petite copine en tout début de corset et cette opération est encore loin, mais possible. A n’en pas douter, ces journées semblent resserrer les liens familiaux, voici une chose positive à en retirer… Et une pensée pour la grande courageuse !

    Répondre
  114. nadine a dit…

    Merci merci pour ce long billet de nouvelles. Depuis toutes ces années, vos enfants sont des êtres auxquels je m’intéresse forcément sans les avoir jamais rencontrés. Et je suis heureuse de lire ces bons résultats ! On reconnaît les siens dans l’adversité. Vous semblez bien entourés 😉
    Courage à tous
    à bientôt de lire des nouvelles encourageantes
    que la force soit avec vous tous !

    Répondre
  115. ValdePo a dit…

    Bonjour,
    J’ai des larmes dans la gorge à lire tes mots … pas de pitié, pas de tristesse, mais de cette émotion de maman, celle qui voudrait les garder sur un chemin facile et prendre les difficultés pour eux ….
    Beaucoup de courage à ta grande chérie pour ce chemin chaotique et à vous dans cet accompagnement.
    Belles journées (présente et à venir) à vous tous

    Répondre
  116. Soph' a dit…

    Que te dire, qui n’aurait pas déjà été dit ? Ton texte est magnifique et à te lire tous les jours, j’ai l’impression de prendre des nouvelles d’une amie et de suivre suivre les évolution de « Grande Chérie » comme celles d’une proche !
    Que la force soit avec elle et avec vous pour supporter la douleur et surmonter l’obstacle ! Je vous envoie plein d’ondes positives…
    Bon courage à vous tous ! (Et bonne journée au rad !)

    Répondre
  117. StephH a dit…

    Bonjour Caro et bonjour à toute la famille. Je vous envoie énormément de courage à tous, et tout particulièrement à Lou. Une semaine après l’opération, j’espère de tout mon coeur que les choses vont réellement prendre un nouveau départ… Plein de pensées positives !

    Répondre
  118. Dali a dit…

    bonjour Caro, quel bonheur de voir qu’elle va mieux, nos enfants : nos combats quotidiens, que le Ciel la préserve et lui redonne la santé, courage à tous et que nos voeux de bon rétablissements t’accompagne
    bizz, Dalila

    Répondre
  119. Carole Nipette a dit…

    Un concentré de bonnes nouvelles 🙂 qui fait du bien à lire ! pour le peu que j’ai eu ma fille à l’hôpital j’ai pu constater aussi la découverte d’une autre enfant, courageuse, qui encaisse mais au fond est morte de trouille mais qui encaisse sans presque rien dire… et comme toi dans ces moments là on ressent un truc d’amour encore plus fou et d’admiration aussi, puis ça nous rapproche encore plus… courage à elle surtout pour la suite et j’espère que ce sera vite passé…

    Répondre
  120. Val Lao sur la Colline a dit…

    Je profite d’un bref moment de connexion ici loin de tout pour voir si tu avais laissé un message, et je suis émue aux larmes de te lire. Terrible comme on se sent impuissant face à la douleur de son enfant alors qu’en fait, votre présence comme un cocon lui fait sans aucun doute le plus grand bien.
    Je me permets de vous embrasser.

    Répondre
  121. Aglaé a dit…

    Merci pour ces nouvelles. Plein de courage à Lou, j’ai visionné une partie de la vidéo et franchement, il en faut pas mal, de courage, pour surmonter tout cela, surtout pour une jeune fille… J’espère qu’elle pourra sortir plus tôt que prévu et en bonne forme.
    Bravo pour les notes du bac de français. J’avais pensé à vous le 10 ! Tout se termine donc bien même pour le « machin » dont même si à mon avis, il peut dire merci à la chance (et à sa mère pour les oraux…)
    bises
    Aglaé

    Répondre
  122. Misszaza a dit…

    J’ai pleuré en lisant ton billet. Comme je comprends le sentiment qui nous prend aux tripes quand on sent que son enfant a mal. Lou est magnifique, ces enfants ont une force que l’on ne soupçonne pas…

    Répondre
  123. Kaylee a dit…

    Que d’émotion dans les lignes de ton billet, j’en ai la gorge nouée – tous mes souhaits de bonne rééducation, fructueuse et la moins douloureuse possible – prends soin de Toi aussi, c’est important !

    Répondre
  124. lavieacinq a dit…

    Je t’admire de savoir faire face à la souffrance de ta fille malgré ta grande fatigue…
    quelle courage cette Lou!! Je lui envoie un max d’ondes positives! En espérant que cette fichue douleur lui laisse un peu de répit…
    Des gros bisous à vous 5!!

    Répondre
  125. Eleanor Rigby a dit…

    Merci pour ces nouvelles. Le récit que tu fais des aventures de ta fille est très émouvant. J’en ai eu les larmes aux yeux.
    Je souhaite beaucoup de courage à Lou (qui a l’air de ne pas en manquer) ainsi qu’à toi et au Churros. C’est aussi une épreuve douloureuse de voir son enfant traverser tout cela sans avoir beaucoup de moyens d’atténuer sa souffrance.
    Félicitation aussi à tes deux enfants pour leurs résultats au bac. Je dois dire que j’ai été bien soulagée de lire que le Machin ne s’en était pas mal tiré finalement.
    Courage à vous tous.

    Répondre
  126. Coralie a dit…

    Je vous lis depuis 10 ans tous les jours, dans l’ombre… mais je ne pouvais rester silencieuse dans ces moments difficiles.. Vous avez eu la gentillesse de nous poster des nouvelles sur Instagram où les progrès se mélangeaient à la douleur… Merci pour ce texte très émouvant qui exprime si bien ce souhait de prendre la douleur de nos enfants. Plein de courage à Lou et à vous ainsi qu’à sa soeur, son frère et son papa dans cette tempête. Je pense de tout coeur à vous 5.

    Répondre
  127. Michaela a dit…

    C’est drôle, j’avais l’impression de rien sentir en néonat pour mes jumeaux. Une sorted d’autopilot par lequel la nature m’a bloqué les angoisses (parfaitement inutiles car on peut plus faire grande chose à part attendre) mais aussi la joie pas encore à l’ordre du jour…bref, un souvenir que je me réjouie pas à remémorer.
    Merci d’avoir pris le temps pour nous donner de vos nouvelles et plein de courage à ta fille et à tout son entourage pour lequel ça doit pas être évident non plus.
    <3 <3 <3

    Répondre
  128. UneAutreCaro a dit…

    Qu’ils sont jolis et émouvants, les mots que tu choisis pour parler de ta fille… j’aime beaucoup ce regard bienveillant et respectueux. Et d’amour. Merci de nous en faire profiter, merci de laisser ici un peu de votre intimité, sans jamais aller trop loin. Courage à vous cinq et surtout à Lou!

    Répondre
  129. stephanie a dit…

    je te lis et je te comprends trop bien. Pour le coup je chiale comme une Con***…. j’ai un de mes jumeaux qui est bien malade depuis un an… qui a aussi fait un séjour à l’hôpital donc…. je ressens tes peurs et tout et tout. Bravo à elle, à ta puce… parce qu’elle peut être pas eu le choix mais c’est une belle personne….. en 8 ans, on a eu le temps de la connaitre…. et l’an prochain elle sera droite comme un i pour ses oraux ! bises

    Répondre
  130. Alexandrine a dit…

    Plein de douces pensées pour que les douleurs récalcitrantes cèdent la place. Je viens de voir sur Instagram la photo de ta grande et de son amie dans le centre de rééducation et j’ai eu un petit coup d’émotion des les voir toutes les deux sur ce banc car c’est là aussi qu’il y a bientôt 20 ans j’ai passé quelques semaines après mon opération. A l’époque on marchait moins rapidement après l’opération et la station assise prolongée était interdite je traînais donc toujours derrière moi, y compris dans les jardins, un chariot de patient sur lequel j’étais censée m’allonger régulièrement. J’avais jeté mon dévolu sur un modèle vintage en skaï marron avec des grandes roues façon landau car il était léger et que je pouvais l’emmener sur les chemins. L’amoureux qui avait 20 ans de moins aussi venait me rendre visite entre 2 visites de ma mère et après ses visites les (formidables) kinés me taquinaient car ils nous avaient vus flirter dans le parc, lui assis sur le banc et moi à côté, allongée sur mon fidèle compagnon à 4 roues. 20 ans et 2 enfants plus tard on vient de regarder tous les deux cette photo et ce qui reste c’est bien sûr le souvenir de moments difficiles mais finalement surtout de l’amour qu’il y avait autour de moi à l’époque, le sien, celui de ma famille, de mes amis qui faisaient comme ceux de ta fille de longs trajets pour venir me voir. Je souhaite de tout coeur, mais j’en suis certaine, qu’il en sera de même pour vous.

    Répondre
  131. Sops a dit…

    Bonsoir Caroline,
    Merci pour les nouvelles, le courage de Lou et le vôtre forcent l’admiration. J’espère que les quelques mots que nous déposons toutes ici vous apportent un peu de réconfort. Sa dignité est époustouflante.

    Répondre
  132. Lesna a dit…

    Oh la la, je pleure en te lisant, je ris avec l’édit2, je repleure au com 159. La gorge est nouée devant cette douleur mais aussi tout cet amour et ses ondes positives dans les coms. Je vous souhaite beaucoup de force

    Répondre
  133. Sarah a dit…

    Très émouvant de lire ton lien de maman à l’heure de ce nouveau séjour long à l’hopital.
    Ta fille en gardera probablement un beau souvenir.
    J’ai passé 15j à Necker à 16 ans pour une pancréatite aigüe, bon sur moi la morphine marchait bien, mais j’en garde rétrospéctivement un des souvenirs les plus intenses qui soit, et une grande douceur. Les amis qui sont là, les « premières fois » (ah la première vrai douche pour se laver les cheveux), le personnel hospitalier si différent de ses apparences, et tous ces enfants surtout, tellement petits tellement mignons et tellement en souffrance. Paradoxalement donc un très beau souvenir. J’espère que c’est ce qui lui restera quand elle ira mieux, et je suis sûre qu’elle ira vite mieux.
    Cela est derrière vous. Toutes mes pensées vous accompagnent pour un futur droit, brillant, réjouissant !
    (et bravo aux talentueux enfants pour leurs résultats, on n’en attendait pas moins je crois !)

    Répondre
  134. Fexine a dit…

    Fidèle lectrice, mais lectrice de l’ombre, j’ai suivi ces derniers jours et les nouvelles de ta fille chérie sur IG mais il n’y a qu’ici que je m’autorise à t’envoyer pleinde pensées positives. Mon homme étant medecin, j’ai eu droit à un cours sur l’opération de ta fille et cela m’a fait réaliser son parcours. Je pense qu’il y aura un avant et un après pour elle. D’abord pare qu’elle va aboir un nouveau corps mais aussi parce que cette epreuve va lui apprendre des choses sur elle même. Malgré son talent de dessinatrice, ses excellentes notes en classe, elle ne donne pas l’image dune jeune fille sûre d’elle (mais je me trompe peut être). Là, avec sa façon d’apprivoiser la douleur, son courage pour l’affronter, elle va aussi découvrir de nouvelles facettes d’elle même. Mais ça ce sera demain. Pour aujourd’hui je lui souhaite juste que la douleur reflue, et que comme après la marée, la vague de douleur éloignée lui permette de découvrir son corps, presque identique mais pourtant si différent.

    Répondre
  135. Nicefrany a dit…

    Bonjour Caroline,
    Merci de nous donner des nouvelles. C’est une grande épreuve que vous vivez tous ensemble et qui semble vous souder encore plus. Ta fille est un modèle de courage . Je lui souhaite un prompt rétablissement . Ce billet est un des plus émouvants du blog (que j’ai dû Lire en intégralité 3 fois 🙂 . BRAvo à elle aussi pour ses résultats au bac et à Marius aussi, j’étais persuadée que ce brouillon serait lu. Je vous envoie plein de pensees positives .

    Répondre
  136. Rozanne a dit…

    Bon courage à Lou !!!
    Je lui envoie tout plein d’ondes positives et chaleureuses !
    Après avoir tant souffert, elle pourra goûter les petits bonheurs de la vie en pleine conscience, tel un vieux sage chinois 😉

    Répondre
  137. nanou a dit…

    Je commente très tard après un mamy-tour (maman, 93 ans et belle-maman, 88 ans, n’ont pas internet). Je suis contente que cela se passe le moins mal possible pour ta grande. Surtout, qu’elle puisse ensuite vivre une vie normale de jeune fille. Justement, chez ma mère, j’ai retrouvé il y a 15 jours mon journal d’il y a 50 ans, quand j’étais clouée au lit à 15 ans par une hernie discale. A l’époque , l’opération n’était pas au point et on avait le risque de se retrouver paralysé à vie. Nous avons refusé, bien sûr, mais j’ai fait ma seconde par correspondance, donc peu de vie sociale car nous n’habitions pas en ville, ai porté un corset pendant 3 ans et ai été interdite de danse, sport, tennis, ski, etc, pendant environ 5 ans. Alors je souhaite de tout coeur que ta petite Lou soit droite comme un I, ne souffre pas et aie rapidement une vie normale. On n’a qu’une jeunesse.
    Je vous embrasse bien fort.

    Répondre
  138. Mitchka a dit…

    Ma mère m’a dit l’autre jour « Il y a un texte sur Pensées By Caro » qui m’a profondément touché. Je suis un peu à la bourre, mais finalement, je l’ai lu. Et je comprends ma mère. Moi même, enfant j’ai passé près d’une d’année à l’hôpital pour un histoire de rein qui ne faisait pas son taf, et d’hypertension. Alors, ce texte, il me touche en tant que mère, toujours terrorisée à l’idée que ses enfants tombent malades, mais surtout en tant que fille … j’ai l’impression de lire tous ce que je lisais sur le visage de ma mère quand j’avais 8 ans… Bref, je suis en larmes, et je ne crois pas que je trouverais un bon mot pour finir en souriant !!
    Bon courage à tous pour la suite !

    Répondre
  139. scrapisa63 a dit…

    J’espère que ça va aller de mieux en mieux. Je viens de regarder la vidéo et c’est super encourageant, la jeune fille est en pleine forme

    Répondre
  140. sab a dit…

    Comme ta fille est courageuse!
    Ce post m’a fait repenser à une de mes amies d’enfance qui avait eu la même opération après des années de corset. Elle est maintenant danseuse professionelle!

    Répondre

Vote commentaire

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>