Bouillon et sentiment de l’été…

Ce week-end, alors que j’achetais un poulet désossé au marché pour préparer un tajine, la volaillère m’a demandé si je voulais la carcasse. J’ai répondu que non merci, je serais bien incapable de savoir quoi faire avec. Elle m’a alors répondu que bien sûr que si, il suffisait de la faire chauffer dans une casserole d’eau, d’y ajouter un oignon, des herbes et une carotte. Et qu’une heure plus tard, j’aurais un bouillon de poulet maison des plus délicieux. Sans le savoir, elle venait de faire appel à l’un de mes fantasmes, celui de ce bol fumant exhalant des saveurs d’antan et guérissant tous les maux du corps et de l’âme.

Me voilà donc repartie avec mes DEUX carcasses de poulet, gonflée d’orgueil : j’allais préparer un VRAI bouillon pour ma petite famille, un plat réconfortant comme du temps de nos grands-mères, que l’on boirait fumant dans des bols en grès. Le truc que dès que tu y penses, tu te sens déjà mieux.

Après deux heures à embuer toute ma cuisine, en couvant amoureusement des yeux mes carcasses, j’ai appelé tout le monde pour déguster le repas du midi, qui se constituait donc uniquement de ce bouillon. Lequel avait essentiellement le goût de la flotte, dans laquelle surnageaient quelques yeux de graisse de poulet et deux ou trois brins de persil. Ils ont été gentils, ils ont tous prétendu que c’était très bon (ce qui ne les a pas empêchés de laisser les 3/4 de leur bol). Ensuite ils se sont rués sur le fromage et le pain, histoire d’éponger.

J’allais jeter ma création décevante, quand mon fils a eu l’idée d’y faire cuire un kilo de coquillettes. Ce qui a considérablement enrichi le bouillon. Lequel n’est, à l’heure où je vous écris, toujours pas terminé. On aura tenu presque trois repas dessus.

Moralité: la prochaine fois je m’en tiens à ma première réponse. Les fantasmes ne sont pas faits pour se réaliser.

A part ça, rien à voir (mais alors rien du tout) mais je ne saurais que vous conseiller ce petit film, regardé sur Canal mais que l’on doit trouver en streaming je pense, qui s’appelle « Ce sentiment de l’été ». Une chronique extrêmement fine sur le deuil, sur la vie qui continue même quand on ne voit pas trop comment la rattraper, sur l’amour, la culpabilité du survivant… L’acteur, Anders Danielsen Lie est norvégien. Il joue justement dans Nobel, la série que je vous ai recommandée récemment. Il parle un français impeccable et a quelque chose dans le regard qui vous fait fondre, littéralement. Le Pitch: un matin, Sacha, française vivant à Berlin avec Lawrence, son amoureux, se lève pour aller au travail. Lorsqu’elle retraverse le jardin le soir pour rentrer chez elle, elle s’effondre. Durant les trois étés qui suivront, Lawrence et Zoé, la soeur de Sacha, tenteront l’un et l’autre de renaitre et de retrouver le goût de la vie.

71 comments sur “Bouillon et sentiment de l’été…”

  1. DOMINIQUE a dit…

    Il y a bien longtemps, ces carcasses de poulet nous faisaient deux ou trois repas, avec pâtes (ça change tout), et participaient à sauver nos finances qui à cette époque étaient plus qu’au plus bas.
    Merci pour ce souvenir !

    Répondre
  2. Marial a dit…

    Mais c’est super utile ces bouillons pour faire tout cuire ( pâtes riz couscous faire des sauces curry , bref quand j’en ai j’en perds pas une goutte!)

    Répondre
  3. Rouletabille a dit…

    En fait, la flotte insipide se transforme en délicieux bouillon au bout de 5 à 6 heures au moins, il faut être patient. La marchande a un peu pipote sur ce coup-la ….

    Répondre
    • Milky a dit…

      Je confirme, faut plutôt cuire 4h minimum… Malgré tout, il semble que je sois la seule à aimer ça chez moi. (Mais une bonne tasse de bouillon bien gras quand tu te les gèles, mmmh !) Ne pas oublier d’y infuser thym, romarin ou même gingembre pour que ça réchauffe encore mieux.

      Répondre
  4. Pastelle a dit…

    Parfois j’en fais rien que pour le parfum qui envahit la maison. Mais comme signalé par Rouletabille, ça doit cuire très très très longtemps.
    Allez, un autre essai, on ne peut pas être toujours parfaite dès la première fois ! 🙂

    Répondre
  5. Soa a dit…

    Je salivais littéralement à ce qui pouvait être fait avec ces carcasses, cela me donne des idées, qui comme pour toi, relèvent essentiellement du fantasme que d’autres choses. Le résultat dépendra, en ce qui me concerne, de la chance, exclusivement de la chance. Je me rappelle avoir pondu de vrais délices par le plus pur des hasards, comme je me souviens m’être donnée à fond et au final servir des cartons à ma chère famille. Je me dis, pour me consoler, que seuls comptent l’amour et la volonté de les préparer :p

    Répondre
  6. Elisabeth a dit…

    Mon neveu qui avait séjourné quelques temps chez nous, qui a 20 ans et des mains en or, avait utilisé une carcasse dont je ne savais que faire pour préparer un bouillon thaï : il avait ajouté du lait de coco, des épices (malgré son desolement de voir que je n’avais « même pas de curry vert ») des pâtes de riz, des crevettes, du piment et franchement on s’était régalés.

    Répondre
      • Daphné a dit…

        Oh la la , rien qu’en lisant ta recette de bouillon thai j’en rêve aussi. J’ai toujours de la pâte de curry vert, mélange d’épices thai, combava et tige de citronnelle au congélateur. Ca me sauve les soirs de disette. Quand mon frigo crie famine, hop, c’est nouilles à la thai. Et hop, trop occupés à se régaler, personne ne remarque que j’étais en rade !

        Répondre
        • Marie Bambelle a dit…

          Daphné, je me suis inspiré de tes recettes du congélo pour me faire mon propre bouillon thai hier : une côte de porc, du curry vert qui traînait au frigo, deux blancs de poireaux qui me restaient d’une tarte et que j’avais congelé « pour un soir » et des champignons surgelés. Et j’ai mentalement remercié mon moi passé d’avoir gardé les restes/cuisiné d’avance, ce qui m’a permi, même en rentrant d’une journée de 12h de boulot, de me faire non pas un, mais DEUX repas en 5 minutes (hier soir et ce midi 🙂 ), le temps de faire chauffer l’eau de la bouilloire pour faire mijoter tout ça. VIVE LES BOUILLONS !

          Répondre
  7. Pascale a dit…

    Bon, puisque tout le monde fait dans le conseil culinaire, et bien moi aussi ^^
    As-tu fait rissoler tes carcasses, puis la « garniture aromatique » (je parle TopChef couramment) avant d’y coller l’eau? Parce que ça change tout (oui, je suis aussi bilingue français-Ducros) … et 1 ou 2h, c’est light comme mijotage….
    Sinon, je fais exprès plus de bouillon quand je fais une poule au pot ou de la blanquette, juste pour avoir le plaisir d’y jeter des ravioles de Romans que je sers avec une louche de bouillon et saupoudré de parmesan fraîchement râpé (pas le truc infâme déjà moulu qu’on nous vend au prix du caviar)! L’est pas tombé loin avec ses coquillettes ton grand Machin 🙂

    Répondre
  8. sirius a dit…

    Nous on y met du vermicelle, ça passe mieux. Et après congélateur en plusieurs sachets, ça remplace le bouillon cube des soupes par exemple !

    Répondre
  9. Suzanne a dit…

    Ce matin, je me pèse, après un week end particulièrement raisonnable caloriquement parlant. Pute de balance.
    Et, alors que je me plante devant mon mini bol de flocons (yakla) d’avoine et un thé vert, je lis cette note. Et les commentaires.
    Misère. Misère.
    J’ai faim.

    Répondre
  10. charlotte a dit…

    J’ai adopté le bouillon maison en rentrant du Canada, la famille dans laquelle je vivais faisait le sien, et c’est tellement bon!
    Le truc pour que ça ait plus de goût, c’est de mettre toutes les épluchures de légumes que tu peux avoir, en plus de l’oignon et des herbes. En gros, dans ta marmite ça ne ressemble à rien avec les épluchures de carottes, pdt, poireau etc mais c’est délicieux (une fois que tout ça est égoutté hein).
    Excellent avec des pommes de terre coupées en dès et du talon de jambon!

    Rien que de l’écrire, ça me rappelle de beaux souvenirs,et je suis à Montréal ! Donc rien que pour ça je te dis merci. Bonne journée 🙂

    Répondre
  11. Julia a dit…

    J en rajoute une louche!!
    Je pense que ce n est pas temps une histoire de durée de cuisson que de quantité d eau. Soit mettre moins d eau au départ ou faire réduire jusqu a ce que ça ait bon goût.
    Pour te donner une idée avec 2 carcasses j ai obtenu 1l de bouillon

    Répondre
  12. Maglérie a dit…

    Rôôô, le dur retour à la réalité!!! Expectations vs Reality 😉

    Je ne sais pas si ça joue, mais quand je le fais (avec strictement les mêmes ingrédients), c’est avec la carcasse du poulet DEJA cuit. Genre, le poulet du poulet rôti du dimanche midi. Et faut pas que les criquets d’Egypte soient passés sur la carcasse avant : s’il reste des petits bouts, c’est bien…

    Bon début de semaine à tout le monde!

    Répondre
  13. leyleydu95 a dit…

    L’actrice sur la photo ressemble beaucoup à Judith Chemla qui jouait dans « Camille Redouble » et aussi dans « le sens de la fête »je trouve…

    Répondre
  14. Daphné a dit…

    Il y a des saveurs, des lieux où je me dis qu’il vaut mieux ne pas retourner; c’est leur souvenir qui, je crois, leur confère toute leur beauté. Bon, y’a bien la tentation de Google Maps pour retracer ses itinéraires d’enfance, certes. En te lisant, je me demandais justement quel plat je garderais de mon enfance ?

    Avec du recul, je me dis que ce serait sans doute les vermicelles de chocolat sur un tartine beurrée. Quand j’en fais aujourd’hui pour mon garçon, je me revois petite attendant la même tartine.

    Répondre
  15. Balotine a dit…

    C’est drôle, hier soir je dégustais un bouillon, résultant de la potée que j’avais faite hier soir (recette cocotte minute Seb). Et en me régalant, je pensais à ma Grand-mère qui disait que ce qu’elle aimait quand elle cuisinait un pot-au-feu pour le midi, c’est de se dire que le soir, elle se régalerait de ce bouillon (limite, elle le préférait au plat d’origine)…
    Merci pour cette madeleine de Proust…

    Répondre
  16. Carole Nipette a dit…

    Mon père fait divinement le bouillon mais avec plus qu’une carcasse de poulet 🙂 j’imagine la scène et je pense que ça aurait pareil pour moi ! par contre on fait toujours cuire les pâtes avec un bouillon cube, c’est trop bon !
    j’ai loupé le film au ciné mais je me souviens parfaitement de la bande annonce…

    Répondre
  17. Caroline a dit…

    Bon, merci pour tous vos conseils, je réitèrerai alors ! et pour vous dire la vérité, après avoir écrit ce billet on a remangé de ces pâtes au bouillon et là tout le monde s’est esbaudi. Au 4è réchauffage il était divin 🙂

    Répondre
  18. Mino a dit…

    Voilà ! Moi aussi je garde mes carcasses de poulet rôti pour faire le bouillon que j’utilise dans mes risottos…Effectivement il fait le faire longuement réduire.

    Répondre
  19. Véro Bisontine a dit…

    C’est le bouillon du pot au feu que j’adore.
    Je le fais réchauffer en cuisant du tapioca dedans.
    Bonne soupe d’hiver (le plus délicat est de doser le tapioca pour ne pas que cela ressemble à de la colle pour papier peint).

    Répondre
  20. Agatha a dit…

    Un bon bouillon le soir , après une journée pluvieuse , oui . Mais en repas de midi ! je crois que tout le monde aurait demandé ce qu’on mangeait après !

    Les vieilles recettes de grand-mère , ne coutaient rien parce qu’elles mijotaient des heures sur le feu , non pas la gazinière mais le poele qui chauffait toute la maison . De nos jours , je en suis pas sûre que ce soit économique de les cuire des 3-4 heures durant sur la plaque ou le gaz , mais cela a la petite saveur d’antan .

    Répondre
  21. Smouik a dit…

    Tu es en train de devenir une TRES bonne cuisinière, parce que c’est en expérimentant vraiment (ratages compris) qu’on intègre les bonnes recettes. Ça vient d’ailleurs peut-être de là l’expression « se prendre un bouillon » ? 🙂

    Répondre
  22. Val Lao sur la Colline a dit…

    Ici, on est de grands adeptes du bouillon de poule maison.
    On mange souvent du poulet, fourni par une voisine de la colline d’en face, poulets au mollet bien musclé.
    Systématiquement, mon homme utilise la carcasse pour en faire du bouillon (à ce stade, ça devient pathologique : on en a plein le congélo).
    Une de ces fois (à l’époque on travaillait tous les deux à la maison, chacun dans notre bureau) il avait mis à mijoter une carcasse depuis le début de l’après-midi, et ça embaumait la maison. Chaque fois que je passais devant son bureau, il me disait : « mmmmm, on va se régaler ! » Moui bon ok, moi le bouillon j’aime bien, mais pas au point d’en baver tout un après-midi, et encore moins s’il n’a pas encore été dégraissé…
    Mais dans un grand élan de générosité, en fin d’après-midi, POUR LUI FAIRE PLAISIR, je me suis dit que j’allais le lui préparer, son bouillon, comme il l’aimait : avec du vermicelle…
    J’ôte donc la marmite du feu, et, dans un grand mouvement de manches, pour enlever du bouillon la carcasse et les petits os, je verse son contenu dans la passoire préalablement posée dans l’évier. Et là…………………. j’avais juste oublié de mettre un récipient sous la passoire !!!!!!!!!!! Et mon bouillon de faire des glouglous en s’échappant dans la tuyauterie…
    Là, j’ai été prise d’un fou-rire, mais d’un fou-rire ! 10 ans après en l’écrivant, j’en ris encore…
    La tête de mon chéri quand je lui ai annoncé ma bévue… Je ne sais pas ce qui l’atterrait le plus : la connerie que je venais de faire ou mon fou-rire irrépressible… Lui qui s’était délecté par anticipation tout l’après-midi….

    Question subsidiaire (dont je n’ai pas la réponse) : pourquoi la carcasse d’un POULET rôti que l’on vient de déguster se transforme en bouillon de POULE ?

    Répondre
  23. Zenaide a dit…

    Bon, je rajoute une louche de commentaire. Le bouillon, je le fais à la cocotte-minute, ça va plus vite. Et effectivement, je mets les épluchures de légumes. Je garde carcasses, os et épluchures au congélateur, et le jour où j’ai assez de quantité de tout ça, je fais mon bouillon, que je congèle en partie pour plus tard. Et pas dans des bacs à glace, car un glaçon de bouillon, ça fait pas un bouillon-cube qui est bien plus concentré.
    Bonne journée.

    Répondre
  24. saholy a dit…

    D’habitude,je ne fais jamais de commentaires .
    Pour faire un bon bouillon de poule, il faut y mettre… du gingembre. Perso, je ne prends du poulet que pour faire du poulet roti, après je prends la carcasse (cuite) et je fais un bouillon avec.

    Répondre
  25. Reine a dit…

    RAV :A propos de film, j’ai regardé le « Cinque giorni » le film en Sicile que tu nous avais conseillé . En effet, un vrai bijou , 5 sur 5 pour tout : le scénario, les acteurs (ah la dame du restaurant et les villageois!) , la mise en scène lente mais nécessairement lente, les détails . Tu as envie là tout de suite, d’y aller ….et moi , qui n’ai jamais fait attention à Bruno Todeschini , là, je l’ai trouvé très attirant. (bon, mon mari n’était pas là, quoi)
    Et même, dans un premier temps, j’ai trouvé ridicule la traduction du titre par « les sirènes de Levanzo » et puis, je me suis dit que ce n’était pas si mal que ça . J’ai pensé à Ulysse , à ce qu’on croit entendre , aux histoires qu’on se raconte pour se trouver des excuses , bref …bon, j’arrête de faire mon Claude-Jean Philippe ! (paye ta génération!)
    Et juste pour rappel, un festival du film sud coréen démarre sur Canal + , le 13 novembre avec le magnifique film « Mademoiselle » je recommande!
    Bonne semaine à toutes !!!

    Répondre
  26. Anne a dit…

    Je viens de tomber de ma chaine, pas à cause du poulet, je suis végétarienne mais moi qui n’ai jamais une minute à moi et qui ai fait le choix de lire et de ne pas regarder la télé ni d’aller au cinéma, j’ai vu ce film…. une nuit d’insomnie.. mais je l’ai vu. Je suis fière…et c’est vrai que c’est un très beau film très poétique.

    Répondre
  27. Vasseur katia a dit…

    Mon fils cuisinier utilise les carcasses de poulet entre autres pour faire des fonds genre poulet ,veau, bœuf et même légumes il nous évite les fonds industriels et il faut bien le dire ça change tout

    Répondre
  28. Sophie a dit…

    Y’a pas 3 minutes, je contemplais les 3 carcasses de poulet vestiges d un repas Dominical avec des amis, et moi, la quasi bille de la cuisine, je me disais: il doit bien y avoir un truc à faire avec, un bouillon…sans vraiment savoir ni comment faire ca ni si je finirais par le faire avant que la carcasse ne pourrisse que pied ( jai aussi un frottis à payer… procastinatiin coucou)… mais la, devant une telle coïncidence, je ne peux que le faire ce bouillon, cest un signe

    Répondre
  29. kinou a dit…

    Oh ! je vois que nous avons les mêmes fantasmes, avec le même succès dans le passage à l’acte 🙂
    Les commentaires me donnent envie de réessayer.
    Je me sens tellement coupable quand je jette la carcasse du poulet rôti du dimanche…

    Répondre
  30. CC a dit…

    Bon alors, je m’en pose plein de questions sur la vie depuis que mon père nous a quitté il y a un and, je suis française, je vis à Berlin avec mon amoureux allemand et notre fille qui s‘appe Zoé. Ce film a dû être fait pour que je le vois! Merci Caro!
    PS: je me ferai un bon bouillon pour le regarder!

    Répondre
  31. Rose a dit…

    Cette petite histoire a réveillé en moi le doux souvenir de la soupe du dimanche soir, joliment appelée soupe vronvron qui était constituée du bouillon du pot eu feu de la veille agrémenté de vermicelle…..

    Répondre
  32. Marje a dit…

    Merde ! Tu viens te tuer un de mes fantasmes de cuisinière médiocre et de mère de tribu affamée … Ne pas oublier ; Ne pas acheter les carcasses 🙂 Mais j’ai bien ri ♥

    Répondre
  33. Jane B. Root a dit…

    Le secret est
    – dans la garniture aromatique : thym, laurier, oignon piqué d’un clou de girofle, carottes poireaux ou céleri, baies de poivre.
    – le temps de cuisson : Long ! Très très long ! Faut que ça réduise. Sauf si tu mets la poule entière dedans façon « poule au pot ». Là 1h 30 à 2h suffisent selon le poids du bestiau.
    – le dégraissage : le placer au froid une nuit. Les matières en suspension tombent dans le fond et la graisse montée en surface est figée. On remarquera aussi une gélification naturelle, prouvant la bonne qualité du bouillon.
    – la garde (pour pas se choper une chtouille) : deux jours max au frigo. 6 mois au congélo.
    – le roux : pour transformer un vulgaire « bouillon » en velouté divin. 50 g de beurre + 50g de farine /litre de bouillon + une bonne cuiller à soupe de crème fraîche épaisse à la fin. On peut aussi lier au jaune d’oeuf pour les gourmands affamés.

    Répondre
  34. Aglaé a dit…

    Ça a l’air bien bon, ce bouillon. Effectivement avec des coquillettes et quelques légumes dedans, ce sera meilleur. Tout seul, c’est un peu pour un malade qui a besoin de se retaper sans pouvoir encore manger grand-chose…

    Répondre
  35. mammouth a dit…

    Bon ben je vais mettre mon grain de sel aussi. Comme j’ai un enfant allergique à divers aliments depuis bébé, dont certains contenus dans les bouillons du commerce, j’ai dû faire mon propre bouillon. J’ai tellement pris l’habitude que je trouve difficile d’acheter des cubes de bouillon même si maintenant je peux, les allergies ayant diminuées. Et quand je lis les ingrédients, ben, j’ai encore moins envie.

    Alors faire du bouillon, c’est très facile, mais c’est long, hein, je ne vous le cache pas. Perso, je mets oignons, carottes et poireaux et un pot pourri. Pas de chichi, les légumes sont coupés en gros tronçons. En fait, les oignons sont juste coupés en deux avec la pelure. Ça donne de la couleur au bouillon y paraît. Et je laisse mijoter plusieurs heures le bouillon de poulet.
    J’achète des ailes de poulet pas chers pour faire le bouillon (j’ai rarement des carcasses préférant acheter le poulet désossé). Ça c’est la partie facile. ça cuit tout seul. Après, il faut le passer. C’est chiant. Et ça fait de grosses casseroles à laver.
    Après je le dégraisse, c’est long. Mais pour moi, c’est essentiel. Donc je dois trouver assez de place dans le frigo (je fais de très grande quantité de bouillon à la fois) ou dehors s’il fait assez frais pour la nuit, histoire que le gras se fige sur le dessus. Le lendemain, j’enlève le gras et je remets le bouillon sur le feu pour le réduire encore pour un goût plus intense. Après ben, je le mets en pot et le mets au congelo. Oui, j’ai acheté des tonnes de pots en plastique chez le suédois (petits et grands) pour ça.
    Dès que j’ai besoin de bouillon pour une recette (ce qui est régulièrement) je sors le bidule du congelo et voilà.
    Pour le bouillon de boeuf, je prends des jarrets de boeuf (c’est pas cher), mais là, je les fait griller au four très chaud environ 40 minutes en ajoutant les légumes coupés à mi-chemin. Ensuite, je mets dans la grande casserole avec l’eau et le pot-pourri. Et là faut compter au moins 4 heures.
    Et franchement, y’a pas photo avec les bouillons du commerce, hein. Surtout pour les soupes. Mais c’est un long procédé qui doit être refait régulièrement quand tu cuisines beaucoup. Le bouillon seul a beaucoup de goût. Mais ce qui est délicieux et plus consistant et simple à faire pour un déjeuner vite fait, c’est soupe poulet et nouilles: dans le bouillon on met du poulet, cuit ou non, en cube ou effiloché, des carottes en petits dés ou tranches fines (j’aime le joli, je les tailles en fleurs minces, oui, je sais), des petits pois et des nouilles pour soupe, quelques épices au goût, beaucoup de poivre et faire cuire le tout jusqu’à ce que ce soit prêt. C’est rapide et rien à voir avec les soupes poulet-nouilles du commerce. C’est très réconfortant.
    Mais oui, faire du bouillon en grande production, c’est très long. J’ai l’habitude maintenant et le goût est tellement meilleur. Je comprends tout à fait qu’on préfère utiliser les cubes du commerce.

    Répondre

Vote commentaire

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>