Un après midi chez Gibert…

Samedi, par une belle journée ensoleillée, je me suis rendue chez Gibert pour vous rencontrer. Pour une fois je savais exactement quoi mettre, ma combinaison à fleurs déjà montrée ici. Mais bien évidemment, comme jamais rien ne se déroule exactement comme prévu, la minuscule pression qui tenait tout l’édifice du décolleté s’est barrée. Rafistolage express avec deux petites épingles à nourrice et direction Place Saint-Michel, les seins passablement à l’air au moindre mouvement (je pense sincèrement avoir offert une vue imprenable sur un soutien-gorge même pas joli pendant tout l’après-midi, à moins que ça ne se soit vraiment détérioré qu’une fois dans le métro au retour, mais j’en doute). Bref, un accident voyageur plus tard et un Uber pris en catastrophe, me voilà sur ma petite table pile en face de l’escalator, en mode dame pipi de la librairie (j’ai pas mal indiqué la sortie aux touristes égarés).

J’avais moins la pression, honnêtement, que les deux premières fois, m’étant résignée à ne rencontrer qu’une petite poignée de lectrices, quarts de finale et journée de départ en vacances obligent.

Et puis finalement, vous étiez là, une fois de plus. Plusieurs d’entre vous ont fait cette comparaison avec les « blind date » et elle me semble extrêmement juste, à la différence près que vous en savez un peu plus sur moi que l’inverse (et quand je dis « un peu plus », on parle quand même d’une personne qui a raconté ici sa première masturbation, la fois où elle a mangé le caca de sa fille ou autres crises de larmes dans une cabine d’essayage) (bref, vous en savez BEAUCOUP plus sur moi que l’inverse).

C’est sans doute pour cela que je ne me lasse pas de ces dédicaces. Elles me permettent de rééquilibrer les choses, d’en apprendre un peu sur vous, de partager, l’espace de quelques minutes, un peu de votre intimité. C’est fou d’ailleurs ce qui peut se dire durant ces échanges, ces confidences murmurées, ces sourires comme une armure alors que le vie vient de vous jouer un mauvais tour, ces souvenirs communs que l’on se confie, ces villes dont vous venez et qui m’évoquent des vacances ensoleillées, ma jeunesse ou tout simplement une envie de voyage. Samedi, beaucoup d’entre vous étaient de passage à Paris, d’autres avaient pris un peu de temps dans une journée ultra chargée, d’autres encore avaient profité de ne pas être bien loin pour faire un tour. Je suis repartie avec un hortensia géant (merci à toi, tu te reconnaitras, il est somptueux) et la sensation d’avoir été chargée d’ondes positives. J’ai même croisé sur le pont de la cité l’une d’entre vous arrivée trop tard, qui, je l’espère, aura pu acheter l’un des derniers exemplaires restés sur la petite table.

Ce roman est l’une des plus jolies choses qui me soient arrivées. Certes parce qu’il est avant tout pour moi la réalisation d’un rêve d’enfant, mais surtout, sans démagogie aucune, parce qu’il est comme une porte d’entrée qui me mène à vous, petites souris silencieuses ou commentatrices régulières. Une fois encore, vous avez épaté les personnes qui m’accueillaient. La directrice de Gibert Jeunes est en effet venue me voir à la fin pour me féliciter, non pas de mon livre, mais de la qualité de mon lectorat: « Elles étaient tellement sympas, toutes ces personnes venues aujourd’hui, vous avez une de ces chances ! »

Alors mon décolleté aux quatre vents et moi même, on est repartis gonflés d’orgueil (ce qui n’est pas très difficile pour mon décolleté en toute honnêteté) avec la sensation d’être les maitres du monde.

Merci.

61 comments sur “Un après midi chez Gibert…”

  1. Daphné a dit…

    C’est à chaque fois tellement chouette de lire ces comptes-rendus, dans tes articles, puis dans les commentaires. Ce lien qu’il s’est créé au fil des années n’est pas que virtuel, et ce doit être génial de pouvoir enfin mettre des visages sur leurs pseudos.

    J’ai hâte de lire la suite, septembre avec toi en Provence, quel bonheur rien que d’y penser.

    Répondre
    • isacoolpix a dit…

      tout à fait d’accord avec toi Daphné! j’y serai et si tu viens et que tu veux goûter des produits délicieux made avec du miel chercher sur la place le rucher des rajols, tu viens de ma part ils sont géniaux!!!

      Répondre
  2. @nne a dit…

    Ma Caroline,
    Je vous attends de pied ferme entre Lyon & St Etienne 🙂 🙂
    Félicitations à vos deux Grands : plein de courage pour Lou.
    Sur l’instagram de Ciloubidouille ( une autre de mes « chéries » ), j’ai vu que Marius avait choisi Epita & qu’il serait avec Erwan .
    Mon fils , il y a qques années , a fait Epitech sur Lyon puis Paris . Avec une année en immersion linguistique à Kent .
    Plein de belles choses pour Rose & vous tous.

    Répondre
  3. DOMINIQUE a dit…

    De la chance ? Mais c’est toi qui as créé ton lectorat ! Je n’ai pas besoin d’en rajouter une couche sur ton talent, mais les cacas partagés, la masturbation et autres déconvenues n’y sont pas pour rien.
    On s’y retrouve tellement, et tellement mieux dit que si on essayait de le dire nous-mêmes !

    Répondre
  4. sophie Caroline a dit…

    Mais Caro … Pourquoi ne pas mettre les jours de dédicace « notre » (je crois qu’on est plein à l’avoir grâce à toi) robe avec des bateaux. Elle serait parfaite !

    Répondre
      • Lucile a dit…

        Ou bien, cette jolie affaire de notre VPCiste préféré…celle avec les flamands marrons, qu’on a probablement achetée, toutes les deux, grâce au merveilleux mannequin qui la portait , sur la photo, presque aussi bien que nous 😉 …?

        Répondre
        • Caroline a dit…

          j’ai longuement hésité, mais confidence pour confidence, je suis dans cette période délicate de gestion du flux pileux avant départ en vacances 🙂 (si j’y vais trop tôt, ça ne tiendra pas 3 semaines, donc là, hum, jachère)

          Répondre
  5. Mrs T a dit…

    Histoire vraie : j’étais censée rentrer de Suède pour la transhumance estivale vendredi soir, le timing était parfait, je me faisais une joie de larguer mes deux nabots à mes parents et de retourner sur les lieux du crime de mes années de prépa (Gibert, c’est comme une extension de soi quand on est en khâgne. Rock and roll.) pour acheter enfin ton livre et même, te le faire signer, et même, papoter avec tes autres lecteurs-trices.
    Et ben non, la main du fatum (cette traînée) s’est abattue sur moi sous la forme d’une épopée absurde co-sponsorisée par Air France et l’aéroport de Göteborg, avec dedans de la navette de l’aéroport qui tombe en rade sur l’autoroute, mais c’est pas grave parce que tu enchaînes avec un avion en retard, du regardage de match de la France ordi sur les genoux avec les autres Français en souffrance, et puis du match de la Belgique aussi (à force d’attendre), et puis tiens, du Wimbledon entre les deux tellement on attend, de la montée et de la descente plusieurs fois de suite du bus qui mène à l’avion, de la demande d’explications non satisfaite (le Suédois, quand il est dans son tort, se mure dans un silence qui ressemble à s’y méprendre à de la muflerie. Remboursez les frères Sarsgaard.), de l’enfant de deux ans (le mien, peut-être) qui se roule par terre parce que ça fait 5 heures qu’on attend d’embarquer, du bon misérable de 100 couronnes (10 euros, quoi) pour aller t’acheter à manger alors que plus personne dans l’aéroport ne vend de bouffe (du coup, tu envisages de payer une bière à l’enfant sus-dit, histoire de voir si ça le calmerait pas un peu), et finalement, ah bah non, en fait, avion annulé, en vous remerciant. Ah, et rebooking …. 36 heures plus tard (« Vous comprenez, c’est la pleine saison, il n’y a plus de vols du tout, même en passant par Helsinki et Amsterdam et Francfort-sa-race, en plus vous êtes quatre, c’est pas facile à recaser, en même temps comme vous vivez sur place, c’est moins grave, vous pouvez rentrer chez vous, happy face! »).
    Du coup, avion le dimanche matin (à 6 heures steuplaît, ce serait vraiment dommage de rater cette occasion de réveiller deux enfants en bas âge à 3h30). Et ratage de Gibert. Et de décolleté. Mais j’te le dis quand même : je te kiffe. Ton blog est un petit bijou dans un monde globalement pas assez drôle ni bienveillant (surtout depuis la Suède, où, ne nous mentons pas, on ne fait pas souvent tourner les serviettes). Si tu arrêtes d’écrire, je te casse la gueule (sauf si je suis coincée dans un aéroport).

    Répondre
    • Caroline a dit…

      Ce commentaire mérite 5 étoiles et confirme l’adage: « tes emmerdes seront toujours une bonne matière d’écriture ». Je compatis mais franchement, c’est très bien et drôlement écrit <3

      Répondre
      • DOMINIQUE a dit…

        Yes ! Je vote pour le label du blog d’or ! Tout en ayant une pensée pour la vraie galère que Mrs T a vécue : être obligée de regarder deux matchs plus Wimbledon.
        Et, en plus, rater le décolleté de Caroline.

        Répondre
        • Mrs T a dit…

          Ladies, vous êtes à la fois des panthères rugissantes et des chatons tout doux. Merci pour les compliments qui font rougir : j’ai beau être une baroudeuse endurcie (comprendre : une expatriée privilégiée avec une carte Air France Silver) je n’en suis pas moins une petite créature sensible très touchée par vos attentions. Le Blog d’Or du Commentaire, je prends, je remercie ma mère, mon agent et le capitalisme moderne transposé au transport aérien, sans qui rien de tout cela ne serait arrivé (je gagne quoi, au fait? Dites-moi que c’est un bon de 100 couronnes suédoises à utiliser uniquement dans un restaurant d’aéroport, je serai une femme comblée).
          Sinon, j’ai une idée : on n’a qu’à organiser un « séminaire-retraite création-ressourcement » des lectrices de Caroline non pas à Marrakech (c’est vulgaire à la fin, toute cette beauté, d’ailleurs regarde, il y a d’horribles touristes même pas en K.Jacques) mais …. en banlieue de Göteborg! On se gaverait de harengs et de trucs à la cannelle (vous surtout, parce que moi, la cannelle, ça me colle la gerbe ; pas de bol, en Suède, limite ils te raccompagnent à la frontière si tu n’en manges pas), on irait s’acheter de l’alcool trop cher au magasin d’État (c’est la Corée du Nord des Bisounours chez nous), on ferait des « ateliers detox » à base de salade d’écrevisses, on materait les grands blonds impavides (spolier alert : ils sont moins spectaculaires en vrai que dans leur maillot de handball à la télé), on « développerait notre créativité en apprenant le lâcher prise » en faisant des blagues de Toto au bord du canal (l’effet de l’alcool trop cher), on serait ultra-instagrammables parce qu’autant te dire que les bottes de pluie, le ciré et le mascara sur les joues parce que la pluie tombe en oblique même le 15 août, ça te pose sa femme, bref, on serait l’influence et Caroline serait notre guide. En la jouant fine, on se fait sponsoriser par Aigle, Guy Cotten et Damart. Non seulement on rigolerait comme des morues, mais en plus, on deviendrait des icônes (dans tes dents, la hype californienne!). Moi je dis, banco.
          PS : O., je ne connaissais ni ce groupe, ni cette chanson, mais ça me plaît beaucoup. Merci plein!

          Répondre
    • Covima a dit…

      Happy face ! + surtout depuis la Suède, où, ne nous mentons pas, on ne fait pas souvent tourner les serviettes —> mais qu’est-ce que j’ai ri !

      Merci merci !
      Caroline j’adore le ton de ce billet, si bienveillant et plein de gratitude envers tes lectrices (si tu viens à Rennes, hein…) mais alors MRS T. et sa loi des séries c’est du niveau « championne du monde »

      Répondre
  6. Constance a dit…

    J’y étais, c’était intimidant et doux en même temps, j’ai eu le sourire aux lèvres tout l’après midi… mais j’ai oublié de mater le décolleté! merci encore pour cette dédicace!

    Répondre
  7. Smouik a dit…

    pas la même rage que Mrs. T parce que, thank God, j’étais à la première dédicace mais j’ai râlé aussi (in petto parce que je ronchonne toujours in petto) de dégouliner de sueur à porter et monter des meubles par 32°.
    Ben nous aussi on n’a trouvé que de la bière pour s’hydrater, il se peut que le bureau de ma fille penche légèrement après montage à moins que ce ne soit moi qui souffre d’un strabisme quand je bois par forte chaleur.
    Bref, j’ai regretté de ne pas être là mais je me dis qu’un jour j’aurai la chance de te croiser par hasard et même qu’on irait se jeter une mousse pour que je te raconte tout ce que tu voudrais bien savoir 😉
    Profite bien de ton été, de ton succès, de celui des twins, bref que le soleil brille !

    Répondre
  8. tallulah06 a dit…

    je n’ai pas vraiment l’experience des dédicaces mais il me semble que peu d’auteurs prennent le temps de discuter avec leurs lecteurs, non? je pensais que c’etait plutot « bonjour, votre prénom, vous venez d’où, merci au revoir « . En tout cas ça a l’ai réellement sympa. Dommage que tu ne viennes pas à nice.

    Répondre
    • Caroline a dit…

      honnêtement je n’ai pas fait beaucoup de dédicaces dans ma vie donc je ne sais pas, mais ça me semble inconcevable de ne pas passer quelques minutes avec chacun. Après, peut-être que s’il y avait genre 300 personnes je ne pourrais pas faire ça, mais il se trouve que ça n’est pas à ce niveau là non plus 🙂

      Répondre
  9. Karine a dit…

    Alors, je te rassure, ton décolleté ne m’a pas choqué! Heureuse de t’avoir rencontré à nouveau. Je garde le livre pour mes congés d’août, un bon moment de lecture sur la chaise longue en perspective.

    Répondre
      • Karine a dit…

        Ma fille, qui m’offrait ton livre comme cadeau de fin d’année, l’a feuilleté et a décidé qu’elle l’emportait en vacances avec elle pour le lire. Tu peux être fière, ce n’est pas une lectrice du tout (contrairement à moi)! En espérant juste qu’elle l’ait terminé quand je la rejoindrai pour pouvoir le dévorer à mon tour. En passant, mon homme t’a trouvé très sympa. Bonnes vacances

        Répondre
  10. Mireille a dit…

    Bonjour Caroline. Rien à voir avec la séance de dédicaces même si je ne désespère pas de te voir dans’ Normandie (meme qu’il fait chaud et ton Décolleté sera à l’aise). J’ai découvert le groupe Son Lux dans un de tes billets Sur le film mon Roi en 2015…et ce groupe est devenu un des groupes phares de notre famille. Figure-toi qu’on à la chance d’aller les voir vendredi soir en concert sur la petite plage de Montmartin Sur Mer, le Kiff intégral! Et j’aurai donc une énorme pensée pour toi.

    Répondre
  11. CristL a dit…

    Comme beaucoup d’autres, j’attends avec impatience les dédicaces sur Lyon (je suis une lectrice de la 1ère heure, maman de TWINS et buveause de thé Earl Grey).
    Secrètement, j’espérais que cela serait en juillet (entre un aller-retour à Lyon pour poser Rose). A priori, il faudra que je patiente encore, mais par pitié, pas en septembre (hospitalisation pour me faire enlever un bout de ma beauté intérieure) car je serai désolée de louper ça.
    Sinon passez un bel été !!!

    Répondre
  12. Sandrine a dit…

    Voici une nouvelle petite anecdote parmi toutes celles qui gravitent autour de ton livre. Je me suis empressée de le prêter à une amie qui part ce mois-ci au Danemark (et qui m’avait fait decouvrir le hygge il y a quelques années, by the way). Elle l’a lu et l’a immédiatement commandé pour l’offrir sur place à l’amie danoise à qui elle rend visite. Et elle a aussi prévu de se rendre dans le village, je lui ai demandé des photos!

    Répondre
  13. karine sans majuscule a dit…

    oui, c’était très chouette, de te (re)voir. 🙂
    oserai-je l’avouer ? (oui)
    ok, j’ai remarqué que la combi était trèèès légèrement « entrebâillée » (mais à peine, hein. j’ai même pas vu la couleur du soutien-gorge). toutefois, vu que j’ai osé avouer quel était le tout premier billet (très intime) que j’avais lu (en 2006), je ne sais pas laquelle de nous deux devrait être la plus gênée…
    😉

    Répondre
  14. Manoudanslaforet a dit…

    Que j’aurais être là ! Mais je suis au fin fond de l’Ardèche en vacances !!! On peut pas tout avoir! Et j’ai pas encore trouvé ton livre….

    Répondre
  15. Cathclaire a dit…

    Mon samedi n’était pourtant pas si plein. Mais j’ai complètement oublié ta séance de dédicaces.
    Je m’en veux beaucoup. 🙁
    Ce n’est que partie remise j’espère.

    Répondre
    • LParis a dit…

      Arf, moi aussi j’ai oublié… c’est ballot ! J’espère également que les Parisien(ne)s, ces privilégié(e)s, auront une troisième session ! Bonne fin de journée

      Répondre
  16. Bridget a dit…

    Votre livre est génial comme une page du blog dans lequel on peut se projeter
    Merci Caro pour ces instants de vie sucrés comme une madeleine de Proust !

    Répondre
  17. Princessestrudel a dit…

    Salon (ou printemps) des écrivains à Nice, je rencontre pour une lecture mon cher Didier Van auwelaert et je croise le stand de Janine Boissard, dont j’ai lu et relu tous les romans… Je m’approche, non pour une dédicace (je n’avais aucun livre avec moi) mais pour la remercier des heures innombrables passées avec ses nombreux personnages, et lui dire mon admiration.
    C’est limite si elle m’a écoutée – et répondu plutôt sèchement « vous avez un livre à signer? »… Heu, non… « merci, au revoir ».

    Si ton éditeur t’envoie signer vers l’est (Metz, Nancy, Luxembourg, tout ça…) je serai dans la file.: -)

    Répondre
    • Kaylee a dit…

      Ah, c’est décevant, il fût un temps où je lisais Jeannine Boissard, je la pensais accessible 🙁
      Cela dépend peut-être aussi du monde qu’il y a ou non, je me souviens d’un Salon de la Biographie à Nîmes en janvier par un froid de loup, il y avait Patrick Carolis, je ne venais pas pour son livre mais je m’étais approchée pour oser lui dire que mon fils adorait ses émissions, nous avions discuté un bon moment sur l’enseignement de la géographie dans les collèges, puis Hervé Chabalier (je venais pour son livre) adorable, réconfortant, j’étais repartie dans mes petits souliers 🙂
      Si je viens te voir à Lyon, je vais bredouiller mon pseudo et devenir couleur tomate…

      Répondre
  18. O. a dit…

    C’est sans doute ce qui s’appelle en effet relâcher la pression…
    « Tout l’édifice du décolleté »: il n’est pas donné à tout le monde de pouvoir en dire autant! (ahem) 😉 En tout cas, personne place Saint Michel ni lors des dédicaces ne semble avoir eu à s’en plaindre.

    Je trouve chouette d’accueillir, de vivre ce roman et ce qui l’entoure comme « une chance », avec l’émerveillement et la gratitude que cela suppose. Et cela n’enlève rien à tes talents, à ton travail.

    Répondre
  19. marielle a dit…

    je ne sais même pas si j’oserais prononcer quelques mots, mais j’aimerais trop un passage à Rouen ou au Havre, c’est pas si loin 😉

    Répondre
  20. Kaylee a dit…

    Je vais essayer de venir à ta dédicace lyonnaise, ce sera plus pratique pour moi que Fuveau.
    J’ai Mission Hygge sur mon Kindle, mais je voudrais l’offrir en papier à une amie qui traverse une période difficile, ton livre lui fera beaucoup de bien.

    Répondre
  21. et de trois a dit…

    Une fois encore ce post de retour de dédicace me donne l’eau à la bouche et j’attends avec impatience ta venue à Lyon…

    Et le com de Mrs T est grandiose !

    Répondre
  22. Sofinet lov Guisane a dit…

    Quel plaisir de lire ces instants partagés avec tes lecteurs. J’aimerais tans en être mais il me faut attendre un lieu de dédicace plus pratique pour moi. Alors j’hésite, j’hésite, j’hésite… J’hésite entre acheter ton livre et le dévorer cet été notamment lors de mon hospitalisation fin août. J’hésite avec attendre une dédicace sur Lyon et missionner ma meilleure amie pour venir à ta rencontre à ma place. Mais octobre me semble du coup très très loin pour patienter et découvrir ta pépite. J’hésite aussi avec attendre une date des dédicaces sur Tours pour avoir le bonheur de te rencontrer personnellement. Mais là pour le coup je pense que je n’aurai pas la patience…
    En attendant merci de nous faire partager ces moments par procuration. Tu l’as bien mérité !

    Répondre
  23. Soa a dit…

    De passage à Paris il y a quelques semaines, je n’étais pas à la bonne date pour pouvoir te rencontrer et dédicacer le roman :(. Je serai là au dédicace de ton second roman, promis 😉

    Répondre
  24. zaza a dit…

    Et bien moi je ne l’achète pas ton livre !!! non pas que je n’ai pas envie de le lire… mais pour pouvoir faire les kilomètres vers Fuveau en Septembre… va falloir négocier avec le mari… mais ça peut être jouable ! d’un autre coté, résister encore deux mois sans ton bouquin… difficile !
    Bises des mers du sud…

    Répondre
  25. Elo a dit…

    Je viens tout juste de finir ton livre… (c’était mon cadeau pour les vacances !)
    J’ai un seul reproche à faire :il est beaucoup beaucoup trop court …

    Répondre
  26. Bérengère a dit…

    mais comme j’aimerais une dédicace enfin un truc où on se voit car je ne suis pas peu fière de dédicace reçue sur mon livre ! 😉
    tout Annecy doit être au courant et d’ailleurs j’aimerais bien au une de nos librairies t’invite !
    allez en attendant ton livre passe de mains en mains et à chaque fois c’est du plaisir !
    merci à toi !!!!

    Répondre

Vote commentaire

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>