Transitions

Je discutais récemment avec Géraldine Dormoy lors d’un déjeuner ô combien agréable, de mon rapport actuel au blog, de mon assiduité très relative. Je lui racontais que depuis quelque temps, il m’arrivait quelque chose d’assez inédit dans cette histoire qui dure depuis bientôt 13 ans: la peur de ne plus être très intéressante. Oui, on pourra m’objecter qu’il était temps de réaliser que mes petits problèmes existentiels n’avaient jamais eu une portée universelle. Mais ça que voulez-vous, quand on est dotée d’un narcissisme à tout épreuve, ça prend quelques années.

Plus sérieusement, je n’arrive pas tellement à mettre les mots sur ce que je veux exprimer, mais je me sens un peu comme ces enfants qui n’ont jamais eu de problèmes de timidité et qui soudain, vers l’âge de 10 ans, font la connaissance d’un truc absolument abominable: la gêne. Comme s’ils prenaient conscience d’eux-mêmes et que ça les bridait.

Peut-être que l’explication est toute autre, peut-être que j’ai également la sensation d’avoir tant raconté qu’il ne reste pas grand chose. Ou, comme me l’a suggéré Géraldine avec la pertinence qui la caractérise, que je suis dans une telle transition professionnelle qu’il est compliqué de parler d’autre chose que ce qui me passionne actuellement, à savoir l’écriture scénaristique et/ou romanesque. Et d’ajouter, parce que cette femme est d’une curiosité et d’une ouverture sur les autres assez exceptionnelle, « j’ai envie de l’entendre et de la lire, moi, cette histoire ». Vous voudriez vous aussi ?

Parce que c’est peut-être ça, la clé. Me remettre à écrire sur ce qui me meut, vraiment.

Je me souviens encore l’état d’esprit dans lequel j’étais le jour où j’ai ouvert « Pensées de ronde ». Je sortais d’une cabine d’essayage dans laquelle j’avais fondu en larmes après avoir tenté d’entrer dans une robe qui à l’oeil nu me semblait pourtant être de la taille d’un container. Ecrire ma rage et mon chagrin et l’envoyer dans l’internet mondial comme une bouteille à la mer m’avait apaisée d’une façon assez magique. Et quand les premiers commentaires étaient apparus, j’avais eu la sensation incroyable d’avoir eu accès à un univers parallèle.

Aujourd’hui, je n’ai finalement pas tant changé que ça et il est fort à parier que cette robe de cette boutique parisienne ne m’irait pas plus qu’hier. Et je n’ai toujours pas trouvé le moyen de m’en foutre totalement. Quant à ce blog, cette magie ne s’est jamais éteinte, elle a parfois eu besoin qu’on frotte un peu à nouveau sur la lampe pour que le génie en ressorte, mais elle est toujours là, quelque part, je le sais. Mais elle a été sublimée je crois par nos rencontres « en vrai » depuis la sortie de mon roman. Il s’est passé quelque chose, comme si je passais de l’autre côté de l’écran sans retour en arrière possible.

Je ne suis pas en train de vous faire mes adieux, je suis en train d’essayer, maladroitement après une mauvaise nuit, de vous dire que je ne sais plus trop actuellement par quel bout prendre cet espace. J’ai toujours eu peur de ne pas repérer l’instant où je serais ridicule, dépassée, rasoir. Je ne dis pas qu’il est arrivé, mais je ne dis pas non plus le contraire. Ceci n’est pas un billet comme ceux que nous écrivions dans les premières années des blogs, dans lesquels, drapées dans notre dignité offensée par un commentaire désagréable, nous annoncions la fermeture définitive du bar. Pour le rouvrir trois jours plus tard, en panique devant nos stats qui avaient, en 72h, fondu comme neige au soleil.

Ce n’est pas un adieu, c’est une tentative d’explication, à vous comme à moi même. Certes, je n’ai jamais, je pense, autant bossé que ces derniers mois et il n’y a pas que le blog qui en pâtisse. Je n’ai pas vu mes copines depuis deux siècles, je suis en retard sur tout un tas de tâches administratives et je chie dans la colle avec mes enfants et mon mari, qui, je crois, aimeraient bien parfois que je cesse d’être en boucle sur mes histoires pour revenir dans la vraie vie. Bref, ça n’est toujours pas fini, mais il faut que je trouve un moyen de renouveler un peu le genre, de façon à ce que vous et moi y trouvions notre compte.

Je vous embrasse. (et je vous demande pardon pour ce billet qui n’a ni queue ni tête, écrit à la va comme je te pousse, alors qu’à l’origine je voulais vous parler d’une BD que j’ai adorée) (Je suis peut-être cette fille qui part acheter des cigarettes et qui décide au coin de la rue de se barrer pour de bon ?).

145 comments sur “Transitions”

  1. Cecile de Neuville a dit…

    La faute au cycle de la vie ? Au changement des habitudes de consommation des réseaux avec la prédominance d’Insta avec le raccourcissement des pensées exprimées (ce qui est pas dommageable pour certains ;-)) mais aussi l’épuisement de la sève créative qui part dans de nouveaux projets ? Au début de ce blog, ton/votre travail n’était pas aussi prenant. L’écriture de sujets imposés entraine souvent un besoin de s’exprimer un trop plein d’idées, d’humeurs dont nous avons délicieusement profité. Cette générosité, car oui tout n’est pas qu’une question de nombril, a rendu addict nombre d’entre nous. La franchise et le naturel, que l’on retrouve également chez Violette, (qui ne sont pas des postures comme chez certaines) ont rendu cet espace doux, hilarant et parfois grave. Le fait est que tu/vous savez exprimer élégamment ce qui fait la vie et le sel de la plupart d’entre nous. Le partage de tant d’émotions est déjà tellement généreux, que je n’imagine pas que l’on puisse de plaindre d’une raréfaction ou d’un arrêt. L’écriture et le partage seront toujours là mais sous d’autres formes et si nous avons pu contribuer à minima à la prise de confiance et à l’envol d’une écrivaine, que demander de plus….

    Répondre
  2. Camille a dit…

    Je crois que si tu nous racontes ici ce qui te meut (c’est moche non ce mot ?) ça sera forcement intéressant. C’est pour ça que nous venons, c’est ça l’essence d’un blog non ? Ce n’est pas un magazine avec une ligne éditoriale à respecter quel que soit le rédacteur. C’est incarné et c’est toi qui incarne cet espace.
    Bref, continue comme tu le sens, écris ce que tu as envie d’écrire… (Mais continue à écrire s’il te plait 😉 )

    Répondre
  3. Aurélie a dit…

    On n’est peut-être pas obligé de s’excuser ou se justifier de quoi que ce soit. Nous savons toutes ici, fidèles lectrices, ton honnêteté intellectuelle et émotionnelle, ton sens de la vérité, ta quête oxymorique permanente. Tu pourras partir, ne revenir que de temps en temps, ne jamais revenir, nous te sommes liées d’une certaine façon, avec nos propres vies à nous aussi. Les choses changent et comme dirait le Jaguar : « Il faut que tout change pour que rien ne change. » Non ?
    Et puis, il y a ce livre. Ce livre profond que tu offriras un jour, et via lequel nous aurons toutes plaisir à retrouver une autre part de toi.
    Merci pour tout Caro et belles journées à venir, ici et ailleurs.
    Aurélie

    Répondre
  4. Françoise Milochau a dit…

    Ah, Caroline, en plein dans la vie ce questionnement sans lequel on ne serait pas vraiment humain…
    J’aime vous lire, j’ai envie de savoir comment évolue vos enfants, j’aime rire de votre humour.
    Mais la vie, la vraie, c’est vous qui la vivez, avec les « vrais vôtres »: mari, enfants, famille et amies et amis et ce qui vous pousse à écrire. Alors s’il n’y a en ce moment pas de temps pour tout, allez à votre essentiel.
    Nous, lectrices de ce blog, nous sommes juste là pour vous aimer, quoi que vous fassiez et vous dire merci pour chaque billet qui nous parle, et pour votre livre, en attendant les suivants.
    Je vous embrasse
    PS L’automne est particulièrement beau ici à Grenoble, je vous en envoie plein de lumières.

    Répondre
  5. Senga a dit…

    Caro,

    Tes problèmes existentiels n’ont pas de portée universelle ? Tu es sûre ?
    Ils résonnent pourtant beaucoup chez nombre d’entre nous.

    Répondre
  6. DOMINIQUE a dit…

    « J’ai toujours eu peur de ne pas repérer l’instant où je serais ridicule, dépassée, rasoir. » : voilà la phrase la plus dépassée, ridicule, rasoir que tu as pondue en 13 ans !
    On ne peut pas mériter tous ces qualificatifs si on est sincère et honnête, ce que tu es profondément. Alors, ne pense pas à ça, et écris ce que tu as envie d’écrire, comme tu l’as toujours fait. Et ne crois pas que tu nous raserais en parlant de ce que tu fais actuellement, ton métier qui te passionne. On risque juste de vouloir devenir tous scénaristes !

    Répondre
  7. Emmanuelle a dit…

    Merci beaucoup Caroline pour ce billet.
    Je te lis depuis plusieurs années (tu fais partie de ma routine matinale bloggesque avec Violette aussi…) et j’adore !
    Tes coups de gueule, tes coups de coeur, tes doutes, ton boulot, tes enfants, tout me parle (ma grande a 18 ans comme tes deux aînés, les pérégrinations de ton fils me font sourire et me rappellent mon n°2… je suis indépendante comme toi, avec le stress et les doutes que cela apporte).
    J’aurai beaucoup de plaisir à continuer à te lire, vraiment !
    Bises et pensées amicales.
    E.

    Répondre
  8. L'Affreuse a dit…

    Comme tu as arrêté de fumer, on est rassuré(e)(s)… Tu ne vas pas décider de te barrer pour de bon en partant acheter des cigarettes! Ouf!

    Répondre
  9. Mentalo a dit…

    Si je pense aux gens que je connais en vrai et qui lisent mon blog, que ce soit mes proches ou des rencontres faites suite au blog, ça me panique tellement que je n’arrive plus à sortir un mot dans un billet. J’ai besoin d’écrire comme s’il n’existait que cette page blanche et moi au monde. Comme si les « vrais gens de la vraie vie » m’attendaient pour me demander des comptes, un peu. Allaient me reprocher tel ou tel arrangement avec la réalité, ou mon ressenti d’un moment passé ensemble. Beaucoup d’inconnus ont aussi pris de l’autofiction pour ma vraie vie, ou cru me connaître à travers ce que je pouvais écrire,et je passais beaucoup de temps à me justifier. Je ne pense pas que ce soit ton cas car tu as toujours été plus « publique » que moi, mais cette question lancinante d’apporter du nouveau, de l’intéressant… garde la pour ton nouveau métier qui te demande un rebondissement à la minute, non? Nous, on vient aussi ici pour la vie qui va qui vient, la vie pas parfaite, la vie comme la nôtre, en fait.

    Répondre
  10. Mayoun a dit…

    Cela me rappelle ce que je ressens au tournant de la cinquantaine: une satisfaction du chemin accompli, une conscience des erreur et des défauts, une acceptation, une sorte d’épuisement émotionnel, un désir renouvelé d’avancer mais peut-être autrement. La route est encore longue et j’espère que tu la partageras avec nous d’une façon ou d’une autre.

    Répondre
  11. Marilune a dit…

    Mais nous (enfin…moi, pardon) c’est ta plume et tes histoires parfois sans queue ni tête (mais souvent très pertinentes) qu’on vient chercher. C’est comme retrouver une copine autour d’un café, vite fait, pour échanger, vite fait, mais c’est indispensable, une bouffée d’air, ou de rigolade (en fonction du sujet), ou un partage d’expérience. Et puis d’autres copines passent et échangent aussi. Souvent, on ne les voit pas tous les jours, les copines, même si on pense à elles. Donc j’espère bien que ce n’est pas un adieu (ni un au revoir, d’ailleurs).

    Répondre
  12. Milky a dit…

    Mon blog aura 16 ans en décembre, et cette année pour la première fois, je sens que je n’ai plus envie d’y écrire, vraiment plus (par contre depuis je m’éclate sur IG !), ou alors en tous cas plus du tout comme avant. Un vrai changement de paradigme. Eh bien, pourquoi pas ? De toute façon, quand on se force, on n’est pas content du résultat et ça sonne faux, alors… Ça me paraît tout à fait acceptable que l’énergie qui passait dans ce blog soit utilisée ailleurs et/ou différemment. Peut-être que tu te sens une forme de responsabilité vis-à-vis de ton lectorat, mais il me semble que c’est justement dans cette franchise que tu exprimes aujourd’hui qu’elle réside. Pas dans un « contrat » d’écriture/lecture. Il y a surement des choses qui vont s’étioler tandis que d’autres s’épanouiront, mais c’est la vie ça, non ? (salut, j’adore enfoncer des portes ouvertes)

    Répondre
  13. sosso a dit…

    Ben …reste avec nous Caroline, à partager les hauts et les bas, les interrogations, les angoisses, les fous rires, les coups de blues et les fulgurances qui constituent ta vie, notre vie, la vie quoi !
    Belle journée !

    Répondre
  14. alexa a dit…

    Chère Caroline,

    je te suis depuis la naissance d’Helmut ( ou même avant) et à l’époque je suivais d’autres blogueuses qui ont presque toute abandonné l’écriture pour passer à la vidéo. J’apprécie que tu n’ais pas suivi le mouvement car tu as une plume superbe, donc il est bien normal que tu profites de ce don pour écrire livre(s?), scénarios etc… Crois-moi ta communauté te restera fidèle, peu Importe la fréquence de tes posts car nous t’aimons!!!! … Mais quand même tu nous avais promis un article sur Samy Frey :-))

    Répondre
    • Nan a dit…

      Mais oui Samy Grey quand même !!.
      Sinon je suis d accord avec toutes celles qui ont commenté avant avec grand talent souvent.
      C est aussi pour ça que ce blog est précieux, tes lectrices aussi ont une plume rare.

      Répondre
  15. Flow a dit…

    Coucou!
    J’ai commencé à te lire avec le « minute par minute  »de la piscine, le 28 septembre 2006, « plus que 36 »…
    J’en ai fait dans ma culotte tellement je me suis esclaffée!
    J’ai tout de suite vu en toi une sœur; j’avais entendu parler des blogs, mais sans en saisir l’intérêt, en tout cas pour le lecteur… Et là j’ai eu envie de revenir, et je ne t’ai plus lâchée…
    Tu m’as fait tellement de bien…
    Tu m’as aussi agacée parfois, normal.
    Je travaille beaucoup sur les notions de perte et de changement car j’ai du mal avec elles.
    Ne pas retrouver un lieu tel qu’on l’a connu il y a 20 ans, perdre de vue des personnes qu’on aime, les enfants qui vont partir un jour, la mort qui guette…
    Je me doutais bien que tu n’allais pas continuer ce journal indéfiniment.
    Il va falloir faire avec.
    C’est bien parce que tu le fais progressivement, on a le temps de s’y habituer.
    J’ai rarement commenté par manque de temps, mais en prenant mon petit déjeuner je pouvais te lire.
    Je me livre comme ça vient, je me suis d’ailleurs mise en retard sur mon rdv, désolée donc pour la forme décousue…
    Tu me manqueras, je te relierai.
    Pourquoi ne pas éditer les « minute par minute », par exemple?
    J’ai souvent imaginé une rencontre en vrai, mais avec la peur de ne pas te plaire…
    On a le même âge à 4 jours près.
    Tu m’as beaucoup inspirée.
    Il faut vraiment que j’y aille!
    Je te souhaite le meilleur pour la suite, et je pense à toi.
    Flow

    Répondre
  16. semaphlore a dit…

    Je me demande si le processus que vous avez relaté ici : votre thérapie, votre nouveau métier de scénariste, ne viennent pas rendre le blog tel qu’il était caduque pour vous. Cette question de la gêne à se raconter me paraît assez cruciale, dans son apparition même : elle raconte un changement dans le rapport à soi. Au delà de la question de la gêne, il me semble surtout que ce qui a du changer chez vous c’est la motivation, le centre, presque la pulsion. Votre pulsion n’est peut être plus dans « me raconter ». et d’ailleurs, les enfants devenant des adultes, la légitimité à les raconter, à raconter cette vie de famille et de mère qui change beaucoup n’est plus non plus la même. c’est comme un big tournant. c’est assez intéressant parce que vous êtes sans doute dans les plus anciennes blogeuses femmes, et donc vous êtes sans doute dans les premières à expérimenter ce tournant. donc je me dis : ce qui est très intéressant dans votre blog c’est que c’est une voix féminine, dans un style direct, un témoignage presque en direct de la vie d’une femme. pourquoi en effet ne pas parler de cela : de ce que la vie de cette femme change, de ce qui désormais l’anime, quitte à le faire à un rythme moins élevé ? Et puis il y a une chose qui ne change pas et qu’on a tendance à sous estimer : le temps. L’énergie. dans nos vies, ils sont toujours contraints, tiraillés entre vie pro/perso/familiale/amoureuse/des rêves…. et ça ça ne s’arrête jamais…. un blog prenant bcp de temps, il n’est pas étonnant qu’il y ait des moments où il ne soit pas possible de lui consacrer le temps nécessaire…. et c’est très bien comme ça, puisqu’aucune obligation ne vous lie !

    Répondre
    • Smouik a dit…

      J’aime beaucoup ton commentaire Semaphlore et il met à mon sens en lumière un point bien précis, plus important encore que la transition : la transformation. Tu as grandis Caro et nous t’avons vue grandir, déployer tes ailes et t’envoler vers des horizons rêvés qui sont devenus réalité. Il y a très longtemps, j’ai vu le titre d’un bouquin que je n’ai pas lu : « les renoncements nécessaires ». Ces mots ont souvent fait écho, de même que « choisir c’est renoncer ». On est obligés de choisir, à tous les moments de la vie, pour le futile et le crucial. Normal aussi que les choix d’un moment ne soient pas les mêmes 2, 10 ou 20 ans plus tard. Celle que tu es devenue ne peut pas avoir les mêmes aspirations que celle que tu étais, sans pour autant que tu te déjuges.
      Et au-delà du changement, il y a un phénomène que tu rencontres, même s’il est dans une mesure raisonnable, c’est la notoriété. Tu m’objecteras que tu n’es pas Taylor Swift. C’est vrai mais avec les réseaux sociaux, tout est démultiplié. On se dit qu’on n’agira jamais comme certains ou certaines dont on n’a pas aimé la transition vers la lumière. Mais il ne s’agit pas de ça, il s’agit seulement de se protéger un peu, de poser des limites qu’on n’aurait jamais imaginé devoir poser. Même si les retours que tu as, par le blog ou IRL, sont globalement très chaleureux et positifs, il y a ce périmètre d’intimité qui ne doit pas être franchi.
      Alors suis ton instinct, fais comme tu sens, tu te tromperas peut-être, ça n’a pas d’importance. Ce qui compte c’est ceux que tu aimes et ce que tu aimes faire. <3

      Répondre
  17. Hemeline a dit…

    Bonjour Caroline
    C’est vrai que nous te suivons pour beaucoup depuis un bout de temps, mais je ne pense pas me tromper en disant que nous ne sous sommes jamais lassés ! Je lisais un paquet de blog à une époque mais aujourd’hui le seul qui m’intéresse toujours, c’est le tien.
    La recette est à mon avis simple : l’authenticité, la sincérité, le second degré. Quelque soit le sujet dont tu traites, on s’y retrouve toujours quelque part, même si on ne partage pas les mêmes vies en apparence, nos tracas, soucis, dialogues internes, sont les mêmes… et c’est génial. Pour moi ce blog, c’est un espace de respiration car on s’y retrouve. Peu importe le sujet dont tu as envie de parler, parle s’en, c’est tout 🙂
    Bien à toi, et plein de bises
    Hémeline

    Répondre
  18. Jérôme a dit…

    Ciao Caroline,
    De Lyon, je me suis bien marré à lire « ce blog de filles » (qui n’en est pas un, mais force est de constater que peu de gars te suivent (oui, c’est peut-être la dernière, alors on se tutoie)).
    Même pb d’ados, même questionnement sur l’épanouissement de notre enfant poilu, même interrogation sur la folie des hommes et sur « La » gauche, le couple, bref la quarantaine et la vie qui va avec, beaucoup de rires, des larmes et des drames, des désaccords aussi…J’ai parfois eu l’impression que tu vivais chez nous et que tu « racontais » notre histoire…Un beau parcours avec toi, mais attention…la clope c’est pas bon pour la santé.
    Pas d’au revoir, pas de à bientôt…juste bon vent.
    Jérôme

    Répondre
  19. Noclea a dit…

    J’espère de tout coeur que tu vas continuer et nous parler de tes aventures professionneles, tu évolues et ce que tu as à raconter aussi, c’est normal. Je ne crois pas qu’il soit possible que ton écriture devienne chiante bien au contraire Tu vois, j’ai vu ce que tu disais de la bd de Navie sur ta story et je me suis précipitée pour l’acheter. Maintenant j’attends avec impatience ton billet et aussi les commentaires qui en découleront, la richesse c’est aussi toute la communauté que tu as rassemblé ici et ça c’est irremplaçable…

    Répondre
  20. Anne B. a dit…

    Aïe, ça va être dur de se passer de ce blog… Heureusement qu’il y a IG!
    Bon, nous sommes clairvoyantes, et voyions bien que tu t’éloignais un peu de ce rade. Mais si c’est pour t’éclater avec les scénarios, c’est de bonne guerre!!!
    Alors ENJOY, et oui, te lire dans un nouveau livre, ce serait le top!!!

    Répondre
  21. Mel (une autre) a dit…

    Tu feras bien comme tu voudras, Caroline, mais je pense qu’on sera nombreuses à continuer à te lire si tu décides de prolonger encore un peu l’aventure de ton blog. Ce qui me pousse à revenir ici, c’est à la fois le fond et la forme : tu as une façon unique de partager des choses qui t’appartiennent et dans lesquelles on peut se reconnaître, et j’apprécie ton humour et ta liberté de ton. Le côté femme complexée décomplexée, tu vois ce que je veux dire ? Les interrogations sans fard, tes coups de coeur ou de gueule… Tout cela fait le sel de ce blog.

    Répondre
  22. Val Lao sur la Colline a dit…

    Géraldine Dormoy a parfaitement raison : moi aussi j’ai envie de lire (d’entendre ?) ce qui te meut aujourd’hui. En fait, c’est ce que tu as toujours fait. En 13 ans, ton blog a déjà changé de ton, de centres d’intérêts, de types de sujets, comme toi, comme nous toutes, et c’est ça qui est chouette.
    Evidemment si tu penses que c’est mieux pour toi et ta famille de ne plus écrire ici, c’est toi qui sais. Personnellement, je trouve que j’y perdrais quelque chose, mais je peux déjà dire que j’ai eu la chance de voir naître une scénariste et romancière, et ça, c’est précieux.
    Merci Caroline

    Répondre
  23. Karine G-s a dit…

    Et si on décidait de refuser ta démission ? Ça se fait ça non… ?
    Pis t’a arrêté de fumer alors tu ne peux pas te barrer acheter des cigarettes et ne pas revenir.

    Plus sérieusement je crois que c’est ce que tu fais depuis toujours, raconter ici ce qui te meut, ce qui te pulse, ce qui te fait chier, ce qui te fait rire, ce qui te met des étincelles, ce qui te met la rage, ce qui te fait battre le cœur.
    C’est juste qu’il s’y ajoute cette petite chose qui s’appelle le talent et la plume. Et ça, ça change tout.

    Alors oui, la vie hors-blogosphère a ses exigences et nous aussi on change, les blogs ont changé, beaucoup ont cessé d’écrire (y compris moi à une époque, et puis j’ai repris, c’est irrégulier mais c’est une part de moi, mon jardin secret sur la toile 😉 je me dis que si je meurs demain, mes enfants -qui n’en connaissent pas l’existence- pourront le lire et découvriront une autre facette de leur mère) et en fait, entre celles qui ont arrêté et celles qui ont changé de support, il n’y a plus beaucoup de blogs que je lis… sauf le tien.

    C’est normal qu’un blog évolue, dans la vie tout est mouvement ! Le changement c’EST la vie !
    Alors change de ton, de thématiques, raconte nous ce qui te meut désormais, oui mais continue à nous enchanter en dispersant tes mots comme des petites paillettes qui enjolivent nos quotidiens.

    Répondre
  24. Nathalie a dit…

    Ça me fait penser à Virginie Grimaldi qui a fermé son blog, pas parce qu’elle n’aime plus écrire (bien au contraire) mais parce que voilà, elle le fait ailleurs maintenant. Je suis d’accord avec Val Lao sur la Colline, il n’y a que toi qui sais ce qui est bon pour toi. Mais tu manqueras à mon café tartine (bien que depuis quelques temps on est davantage sur la collation de 10h30). La bise

    Répondre
  25. VanillAngel a dit…

    Je te lis depuis tres tres longtemps, pas de facon assidue (mais quand je me connecte je lis tous les articles en retard d’un coup!), ne commente jamais… mais voila… ton blog a toujours eu ce gout de « revenez-y », avec des articles varies, rigolos ou nostalgiques ou enrages, mais toujours tres tres bien ecrits.
    Pourquoi j’ecris aujourd’hui? parce que j’avais un petit coup de blues, et c’est ton blog que je suis venue lire, entre deux taches ennuyeuses au bureau. Ton blog, comme une petite bouffee d’air frais ou un coin de ciel bleu, ou une couverture en laine toute douce (oui j’habite en Angleterre, d’ou le besoin de couverture en laine et l’absence d’accents).

    Répondre
  26. Luna a dit…

    Très égoïstement, j’ai envie de te dire n’arrête pas continue tes billets, même si des petits riens qui font tout.
    Mais tu changes, tu n’as plus le même besoin de ce blog, et ça je peux le comprendre. Fais bien comme tu as envie, mais si tu as envie de continuer à partager des moments de ta vie, ne te prive pas hein. Tes billets quotidiens me manquent, mais ta liberté est bien plus précieuse que ce manque.
    Voilà voilà. Des bises.

    Répondre
  27. bea a dit…

    je comprends ton message et j’ai un peu peur que tu t’en ailles . Pour ma part, j’ai le sentiment que c’est moi qui te pompe ton énergie depuis 12 ans, que je te prends des fous rire et des larmes, et encore plein de trucs, comme ça gratuitement sans rien en retour. Nan ! car si tu vas au cinéma , tu paies, si tu lis un livre, tu paies . Il n’y a que, avec les copines que c’est gratuit, et tu es une copine virtuelle avec tous les avantages et les inconvénients qui vont avec. Alors si tu dois partir un jour, j’aimerai avoir un livre sur toi, sur ton blog avec les minutes par minutes, tes phrases, tes expressions un peu … comment dire …. un peu inattendues ! j’ai terminé ton livre et j’ai beaucoup aimé, j’étais bien avec Chloé et tous les personnages , j’ai pu voyager et rêver. Juste, je n’ai pas retrouvé tes mots qui me font pouffer de rire, je ne vais pas les rappeler ici, j’en ai quelques uns en tête ! j’ai pensé qu’ils avaient été supprimés à la relecture ? oui, je suis exigeante ! 🙂 reste encore un peu !

    Répondre
  28. Daphné a dit…

    Cela me semble tout à fait normal que tu aies envie de faire évoluer le blog alors même que la vie t’embarque dans une nouvelle direction ( dont le blog est peut-être une étape lui-même ? ). Je pense qu’on sera tous d’accord pour dire qu’on sera là, dans une semaine, 6 mois, 1 an.

    Parce que c’est important aussi de pouvoir reprendre son souffle, faire le point sur ce qu’on veut réellement – et j’ai même tendance à penser qu’une coupure peut être salutaire, parce que de là peut naître une autre aventure encore plus jolie – et si on peut en faire partie, ce sera encore plus chouette <3

    Répondre
  29. Philo a dit…

    Bonjour, quel que soit les sujets que tu abordes ici je continuerai à venir te lire car j’adore ta plume, ton auto dérision… Si tu décidais de ne plus écrire ici pour passer à l’écriture de ton deuxième romans ce serait chouette aussi. Bonne continuation ici ou ailleurs

    Répondre
  30. MarieeLLe a dit…

    Caro, ce qui m’intéresse dans ton blog, c’est ce qui t’intéresse et ta façon de l’exprimer… même si mes intérêts personnels ne sont évidemment pas obligatoirement les mêmes que les tiens. Et les qualificatifs de « ridicule dépassée rasoir  » n’ont aucune pertinence avec ce que je ressens en te lisant. Ce qui pourrait être ridicule ne l’est jamais, car l’humour t’en protège. Et il n’y a guère que les modes qui puissent être vite dépassées.
    Je pense aussi comme Géraldine que j’ai envie de te lire au travers de tes intérêts actuels. Parce que la mine dans tout cela, c’est le temps qui passe et comment on / tu évolue(s).

    Répondre
  31. Calice a dit…

    Bonjour,
    Je suis ce blog depuis des années, je suivais à l’époque le blog de Ron l’infirmier, qui lui-même a beaucoup évolué, un peu avant la naissance de Rose, il me semble. Je suis peu intervenue (deux fois, je crois). Mais j’ai eu aussi des périodes où je ne venais plus régulièrement, voire même plus du tout, parce que la vie est ainsi faite qu’on a d’autres envies, d’autres occupations, préoccupations. A un moment, vous écriviez plus d’articles « mode » qui ne m’intéressaient moins, par exemple, mais vous étiez et vous êtes chez vous. J’ai beaucoup ri, ai été très émue par certaines histoires, j’ai suivi votre évolution, la vie qui suit son cours. Je regrette évidemment qu’il y ait moins d’articles en ce moment, mais je crois que ce n’est pas la première fois que vous vous posez la question de la continuation du blog et sous quelle forme.
    Surtout, ne culpabilisez pas d’être moins présente actuellement, vivez votre vie, faites vos choix. Vous y reviendrez, si vous en sentez la nécessité, si cela vous manque. En tous les cas merci de tout ce temps passé, c’est vrai que si vous vous arrêtiez, à moi (et il me semble à beaucoup !) vous manqueriez.

    Répondre
  32. Mama from Marseille a dit…

    C’est amusant comme il y a peu de temps de cela, je me suis posée la question de ce que tu évoques aujourd’hui, malgré le fait que tu avais évoqué la masse de travail que tu as à abattre pour justifier tes apparitions plus rares.
    Je crois que ça n’est pas mal, en fait, que tu t’en ailles doucement…
    Même si la question de l’intérêt que tu suscites auprès de nous est légitime, la vraie question, c’est toi, qu’est-ce que tu y trouves aujourd’hui dans cet espace?
    Qu’est-ce que ça t’apporte à toi, maintenant que tu as découvert d’autres voies d’expression comme l’écriture scénaristique ou littéraire ?
    Maintenant que nous t’avons accompagnée sur le chemin, assez longtemps pour te voir découvrir, qu’il y a d’autres choses à vivre, à l’extérieur de cette fameuse cabine d’essayage… Ton rapport à la cabine n’a pas changé, mais elle n’est plus ce truc insurmontable… elle est une des choses avec lesquelles tu as appris à vivre.
    Et nous avons été témoins de cela, parce que tu nous as offert l’opportunité de cheminer avec toi.
    Je serai heureuse de te savoir heureuse, mais je crois que moi, je te laisserai partir malgré ma fidélité et ma joie de te retrouver ici. Je t’ai vue écrire ton premier roman. Je t’ai parlé pour te vrai. Je t’ai serrée dans mes bras et je t’ai dit merci…
    Je crois que ça m’a tout l’air d’un : « bonne route ma belle, prends soin de toi, tu seras toujours dans mon cœur, et je chercherai toujours ton nom sur les étales des libraires et dans les génériques… »parce que tu es libre, et que c’est comme ça que je t’aime <3 et que j'ai envie de te voir continuer à grandir <3 Love pour toujours <3

    Répondre
  33. Isa a dit…

    Il faut faire ce qui te semble le mieux … ta nouvelle vie professionnelle doit te prendre du temps, de l’énergie,tes enfants grandissent ….tu as su nous faire rire, verser une petite larme parfois et je pense que pour notre petite tribu lilloise avec qui tu as partagé une petite coupe tu resteras une sorte de copine que nous avons eu plaisir à rencontrer… On attend donc toutes ton prochain roman même si tu décides de ne plus écrire ici… bises

    Répondre
  34. Lulau4 a dit…

    J’aime ce blog depuis des années.
    J’aime venir te lire Caroline, mais j’aime aussi énormément les commentaires et échanges que de nombreuses de tes publications génèrent. Et ça je sais que je ne le retrouverais nulle part si tu arrêtes d’ecrire ici.
    Toi, je ne te perdrais pas, je resterais fidèle dans les différentes productions que tu nous « offriras », mais le reste, je serais très triste de ne plus pouvoir m’en enrichir.

    Rien à voir, mais :
    À quand la séance dédicace à Lyon ?!!!! Mon Mission Hygge t’attend !

    Répondre
  35. violette.b a dit…

    Bonjour Caroline , moi je dirais plutôt parenthèse .

    Tu es happée , envahie dirait ton quelqu’un , par un truc géant , dont tu ne peux nous parler librement , qui te réclame , absorbe ta substantifique moelle , fait que plus rien n’a d’intérêt autour ….un peu comme quand on tombe amoureuse …

    Ne nous oublie pas , moi j’adore ton quotidien , ton nombril ou ta / tes réflexions ….je sais que tu reviendras

    Répondre
  36. Eléonore a dit…

    Ne pars pas trop vite acheter des cigarettes… mais oui sois infidèle à ce blog et reviens avec mille autres idées d’histoires à nous raconter… ou pas Eléonore

    Répondre
  37. Cristina From Belgique a dit…

    C’est toujours un plaisir de te lire. Que ce soit sur la dernière robe achetée ou le dernier livre lu ou la dernière émission tv. Tu as le don de mettre des mots sur ce que beaucoup d’entre nous ressentons. Tu pourrais écrire un article qui parle des trous dans les chaussettes ou du dernier livre d’un grand philosophe on te lira toujours avec attention et admiration. Alors écrit sur ce qui te botte (belgicisme qui veut dire : ce qui te plait) et nous on te liras 🙂

    Répondre
  38. Virginie a dit…

    Justement, c’est ce « va comme » qui m’émeut, me fait sourire, me questionne, c’est en lui que je me retrouve ou me rapproche ou pioche ou me rassure. Et tant et tant
    Si j’avais envie d’une ligne éditoriale régulière, avec des rendez-vous identiques, chaque lundi un billet sur l’humeur, chaque mardi, posté entre 11h et 12h, un billet sur l’actu mode de la semaine et le vendredi avant 14h le truc foufou à faire ce we et à abbbsssssolument reposter sur « les » internet avec le bon #… et bien si j’avais envie de ça je m’auto-saoulerai.
    Ce que j’aime ici, même si je ne me manifeste pas assez souvent, ce sont les humeurs, les joies, les blues, les questionnements, les succès, les petits pas qui font de grandes avancées. Ce qui fait qu’une vie éloignée de la mienne me soit malgré tout si proche. Et qu’une année ne ressemble pas à une autre, qu’il n’y ait pas de marronniers. Que ce soit juste des moments partagés. Même lorsqu’ils semblent anodins, comme pourrait l’être l’arrivée d’un petit Jiji, ou la photo d’un mini bassin. C’est ce regard sur la vie qui rend les choses belles.
    Bonne route Caroline, que l’aventure continue.

    Répondre
  39. Annabelle a dit…

    Meme sans queue ni tete, c’est un plaisir de te lire ici. Tes emotions, tes etats d’ame, tes soucis, tes petits plaisirs, tes reussites, tes coups de Coeur, tes batailles, tes doutes…. Tout ca fait de toi une femme vraie, une femme vivante, de son temps, et a laquelle on peut s’accrocher (en etant d’accord out pas abec tes propos).
    Tu as cette facilite d’ecriture qui nous enchante et nous transporte.
    Ton livre est superbe, bien construit. Un vrai bijou.
    Ton blog est tout aussi superbe car il est toi, il est vrai. Un peu comme nous. Et on l’adore comme ca.
    Alors, quand tu as 5 minutes ou plus, continue a nous livrer un petit bout de toi.

    Répondre
  40. Soa a dit…

    Je suis sûre que chacun d’entre nous a de grandes périodes de transition comme tu le dis. C’est je pense parce que nous évoluons, nous ne sommes pas statiques et rien n’est linéaire. Je pense qu’il n’est pas nécessaire de trouver des explications puisqu’à bien chercher, il risque de ne pas y en avoir. C’est juste que tu t’épanouis dans une de tes passions, que çà te prend tout ton temps, que tu y mets toutes tes tripes et que pour le moment, il n’y a vraiment de place que pour çà. Une de ces fameuses périodes est sans doute la maternité. Pendant une période plus ou moins longue, nous nous focalisons sur notre nouveau-né, notre premier enfant, notre tout nouveau rôle de maman, et çà nous prend toute notre attention que ce qui se passe autour ne nous semble pas, sur le moment, essentiel. Puis après, tout se relativise, et on reprend plaisir à revoir les amis, à refaire les petites choses que nous affectionnions etc. Ainsi va la vie je crois, et inutile de se forcer à quoi que ce soit. Bien sûr que ce n’est pas un adieu 😉

    Répondre
  41. 29 ans a dit…

    J’ai 29 ans et en l’occurrence pour de vrai. J’ai commencé à te lire quand j’étais étudiante (comme Violette j’ai fait des études juridiques) au tout début du blog et je n’ai jamais décroché. Je les aime tes états d’âme, tes histoires de famille, tes doutes et tes blagues. J’espère que tu te retrouveras suffisamment pour nous retrouver, nous tes lectrices. Je continuerai à actualiser cette page tous les jours en espérant y trouver un nouveau billet.

    Répondre
  42. manoudanslaforet a dit…

    Comme tous les autres je m’insurge sur cette idée de lâcher ton blog!!!! Écris quand tu veux, sur ce que tu veux, mais ne nous laisse pas…. Bises

    Répondre
  43. Marieal a dit…

    Je suis triste.
    Parce que si tu arrêtes, nous perdons avec toi un excellent moyen de communiquer, un vrai espace de discussion entre “ copines” en plus d’un vrai moment de plaisir matinal.
    Bien sûr il y a IG pour continuer a te suivre mais cet espèce là est beaucoup moins dans l’échange, c’est une galerie d’instantanés peu propices aux intenses discussions que tu as pu initier ici.
    J’espère de tout cœur que tu sauras retrouver l’envie, le temps de continuer à nous raconter ce qui t’emeut. Marie Aline

    Répondre
      • Marieal a dit…

        Je lis et relis ce billet, je n’arrive pas à savoir ce que tu y dis finalement! Es tu partie acheter des cigarettes? Hésites tu encore à en revenir? Penses tu faire une pause? Oh comme j’aimerai que cette panne de cofidences partagées ne soit que passagère, due comme tu l’annonçais à un surcroît de taf!!

        Répondre
        • DOMINIQUE a dit…

          Bon. Imaginons que le blog est fermé (rien que d’écrire cela…bref). Que regretterons-nous ? Les textes de Caro, bien sûr. Tous. Les commentaires ? Oui aussi, puisqu’ils se sont transformés au fil du temps en « rade » ! Avec des rires, des bagarres, des hors sujet, des apartés qui n’avaient rien à voir avec le sujet du jour, avec toujours le regard bienveillant de Caroline. Les trolls prenaient cher, aussi. Finalement, le blog a réuni une communauté avec tous âges, toutes professions, tous pays même. Je suis sûre que si je rencontrais une personne me disant « au fait, connaissez-vous le blog de Caroline ? », tout de suite cette personne serait mon amie.
          Alors, on sera tristes mais c’est ton bien, ton œuvre à toi toute seule. Et c’est pas rien.

          Répondre
  44. Sisteph a dit…

    Caroline,
    ton blog adoucit mon quotidien. J’adore te lire et même si le rythme a changé, c’est toujours un réel plaisir.
    Il y a des moments de transition, de remises en question mais j’espère que tu continueras d’une manière ou d’une autre parce que sinon tu vas vraiment me manquer
    bises

    Répondre
  45. Kiliana a dit…

    Eh bien, en ce qui me concerne, je serais bien déçue si tu fermais ce blog!! C’est le seul que je suis, même si avec plus ou moins d’assiduité il faut bien le reconnaître, suivant le temps libre. Mais ce blog est pour moi comme un livre, ce que je viens chercher ici c’est la même chose que je recherche dans un bon bouquin : une belle plume, des mots qui me font voyager, des personnages au caractère bien marqué. L’avantage du blog ? je peux le lire au milieu de mon travail, c’est rapide, c’est frais, c’est un peu ma pause clope depuis que je ne fume plus.
    Bien sûr, ton questionnement est tout à fait légitime, après de nombreuses années à faire quelque chose, on se demande si on n’est pas tombé dans la routine et si on donne encore le meilleur de soi à cette tâche. Mais au vue des commentaires, je crois que tu es encore plutôt douée au jeu de l’écriture de petits billets sympathiques. Donc si tu as encore un peu de temps, n’hésite pas, nous te lirons avec toujours autant de plaisir!!!

    Répondre
  46. Bérengère a dit…

    écris ce que tu as envie d’écrire…
    si c’est ici je dis tant mieux car rien n est plus rassurant que ce lieu que tu connais que tu entretiens et qui nous ravit mais si tes mots sont désormais ailleurs nous les accueillerons toujours magnifiquement !

    Répondre
  47. chroniques de Bretagne a dit…

    Dommage, mais je comprends, un cycle de vie ..et puis on change. J’espère que ça ne sera qu’une parenthèse . On se surprend à avoir envie, à faire bouger le blog de temps en temps, parfois à se faire rire … Bon vent à toi et belle mer .

    Répondre
  48. Laura a dit…

    Bonjour 🙂 Je lis ce blog depuis des années et j’ai beaucoup aimé, je voudrais vous remercier chaleureusement pour ce que vous m’avez apporté à travers vos innombrables billets quotidiens. Réflexions, humour, partage, autant de cadeaux pour lesquels j’ai de la gratitude.

    Je pense qu’il ne vous surtout pas vous forcer à continuer pour continuer, par fidélité au passé ou au lecteurs et lectrices, ce n’est pas pas de bons moteurs que la culpabilité, le sentiment de « il faut » ou « je devrais ».
    Si nécessaire, vous pouvez laisser passer quelques mois sans écrire du tout ici, et voir ce qui revient comme élan… ou pas. Un espace de transition et de sas, allégé du sentiment diffus d’obligation.
    Peut-être aussi après cette période aurez-vous des nouveaux élans créateurs pour proposer une autre forme : par exemple reprendre un billet ancien de quelques années, le republier et le commenter avec le regard du présent. Il y a tellement de possibilités 🙂

    Sincèrement, en regard de votre personnalité ou de ce que je crois en sentir, il est plutôt bon signe et intéressant que vous sentiez que votre rapport à votre blog change. Ca veut dire que vous évoluez, que le rapport aux regards des autres change aussi peut-être ainsi que le besoin de reconnaissance. Et puis aussi, de hobby-bouffée d’air dans un quotidien moins fun, ce blog est passé ensuite à espace professionnel, et puis maintenant à une charge diffuse. Parce que votre vie professionnelle articulée autour de l’écriture à changé radicalement durant le temps blog, notamment grâce à lui. La place que l’écriture de votre blog a dans votre vie a donc fort changé au fil du temps. C’est normal. Il faut pouvoir lâcher, laisser partir les choses qui sont devenues obsolètes en leur rendant hommage pour ce qu’elles nous ont apporté, pouvoir dire au revoir avec tendresse. Laisser les choses se transformer et mourir pour en laisser ensuite d’autres choses naitre et grandir 🙂 Ca prend du temps, de l’espace. Et de la confiance. Je vous le souhaite et vous remercie encore pour ce que vous m’avez apporté durant toutes ces années.

    Répondre
  49. Carole Nipette a dit…

    ça va faire 13 ans bientôt que j’ai mon blog et ce genre de questionnement m’a souvent taraudé… j’ai failli stopper parce que je ne pouvais plus écrire en me servant de ma matière première, mon enfant par respect pour sa vie privée même si ce n’est pas des choses importantes alors que j’aurais tant à dire sur notre rapport, sur la préadolescence, l’adolescence… si j’étais anonyme je pourrais écrire comme je le veux mais ça c’est trop tard et sur plein de sujets je ne peux pas m’exprimer… alors j’ai juste décidé de ne pas me prendre la tête, d’écrire quand j’ai le temps et l’envie, de parler plus cinéma parce que j’aime ça et si il n’y a que 4 billets par mois ce n’est pas grave du tout !!! évidemment je n’ai pas autant de lecteurs que toi ni le même rapport mais j’ai grave lâché prise et le blog n’est jamais une contrainte, du coup ça me va comme ça… c’est plus léger aussi !
    j’espère que tu trouveras ton rythme et que tu feras comme tu as vraiment envie sans penser aux autres… quand je vois certaines qui se « forcent » à écrire tous les jours pour les mauvaises raisons, je préfère de loin la qualité et la sincérité 1 fois par semaine ! et si un jour tu te mets à encore plus écrire des romans ou des scénarios, ça me paraît évident que tu n’auras ni le temps ni l’envie d’écrire ici… c’est une évolution naturelle de vie…

    Répondre
  50. Marie-Laure a dit…

    A un moment dans la vie il faut faire ce qui nous transporte, nous plait, nous fait du bien. S’il s’avère que pour toi c’est d’écrire içi alors c ‘est une chance pour moi qui puise énormément de réconfort/sourire/infos sur ce blog à chaque billet depuis 8 ans. Mais si écrire içi devait devenir une charge, une obligation pour toi, alors à quoi bon?
    Pour ma part, j’aimerais continuer à te lire sur ce blog et quelqu’un a dit plus haut qu’elle reviendra relire des billets, je suis sûre que cela m’arrivera aussi.
    Quelle que soit ta décision en tous cas ce sera la bonne car elle sera sincère. <3 sur toi et ta famille

    Répondre
  51. Margot a dit…

    Même si tu ralentis la cadence des articles, je garde précieusement la recette de la tarte au citron, dont la lecture vaut tous les antidépresseurs et le rituel des 5 tibétains qui a changé ma vie… rien que ça !
    Des pensées positives pour tous tes projets et ta si belle famille.

    Répondre
  52. sarah a dit…

    Ce bien beau billet…
    J’ai l’étrange sensation de recevoir un mail de mon amoureux qui m’expliquerait qu’on doit passer à autre chose, qu’il m’aime très fort et n’a pas envie de vivre sans moi mais plus sous cette forme.
    Et je me sens comme si je lisais mon amoureux, à la fois un peu blessée et extrêmement touchée. C’est bizarre de ressentir cela, mais c’est bien la preuve que tu as réussi à travers ta sincérité et ta capacité à te dire, une intimité qui est rare et précieuse. Tu iras où tu iras et je ne te dirai pas « là où tu iras j’irai » car je tu n’es pas mon amoureux (ouf 😉 mais je le pense.

    Répondre
  53. Justine a dit…

    Chère Caroline,
    Ton billet « décousu » colle parfaitement avec mon état d’esprit du moment. Et je comprends ton envie, ton besoin, … de pause ou d’autre chose.
    Ma vie est tellement fracassée en ce moment que je ne venais plus tous les jours ici par exemple. En m’apercevant que je n’étais, finalement, pas en retard de lecture puisque tes autres « moments » d’écriture t’occupaient par ailleurs.
    Je reviendrai avec plaisir de temps en temps voir si tu as redistribué des mots par ici ou relire des mots plus anciens dont je sais lesquels me remonteront le morale.
    Je repenserai à notre rencontre lors de ta première dédicace à Paris. Et à nos points communs: aujourd’hui nous n’habitons pas si loin l’une de l’autre, hier j’ai vécu dans ta vile d’enfance, aujourd’hui, hier et demain nos enfants ont, … une Manou dans leur vie.

    Je te souhaite d’écrire ce qui te plaît quand et où ça te plaît. Bon vent.

    Justine

    Répondre
  54. Mc86 a dit…

    Premier commentaire ici, je crois.
    Article touchant, comme souvent et cette chute magnifique, j’ai bien ri.
    J’ai hâte de voir ta suite et je ne me fais pas de souci.

    Répondre
  55. anne a dit…

    Pression, manque de confiance? Respiiiire on est en famille ! Tout pareil que ce qui vient d’être dit, pas besoin de plan de blog ou d’obligation de temps ni de ligne, pas besoin d’excuse, tu es chez toi! Si tu laisse la porte ouverte et que tu passes 5 minutes quand tu en a envie, on sera là. Des bisous, des coeurs et des paillettes.

    Répondre
  56. Quidam a dit…

    Moi aussi, mon premier commentaire. Pourtant, cela fait un moment que je me dis qu’il faudrait que j’en laisse un – sans oser… Mais là l’occasion est trop belle puisque, précisément, je rêve depuis des mois que vous nous en disiez plus sur l’écriture: l’écriture de roman, l’écriture scénaristique, l’écriture de blog, aussi. Écrire pour une série est mon rêve absolu et alors que je goûtais déjà votre écriture sur ce blog, vos succès professionnels dans l’écriture de fiction forcent mon admiration. J’adorerais savoir comment vous êtes arrivée là précisément et comment cela fonctionne au quotidien , puisque ici, on n’a finalement accès qu’aux coulisses. Je me pose plein de questions. Comment on ose se lancer? Comment on développe des techniques narratives? Comment on rencontre les bonnes personnes pour débuter? Comment on trouve l’inspiration au quotidien? Comment on jongle entre les histoires qu’on nourrit dans sa tête et le quotidien (avec son lot de contraintes bien terre à terre)? Comment on se motive à écrire? Comment on peut juger de la qualité de ses productions? Comment on accepte de finir? Etc.
    Bref, oui, cela nous intéresse. Et peut-être que c’est un « oui de majesté » mais j’espère qu’il est suffisamment convaincant pour vous pousser à nous en dire plus sur tous ces aspects de votre vie. Bon courage pour la suite et merci pour tout ce que vous nous avez déjà donné.

    Répondre
  57. Katutia a dit…

    Continues continues d écrire ce qui est TOI… tes aventures, tes bonheurs, tes tristesses… ce qu’ on aime c’ est toi, ta générosité… je suis toujours curieuse de connaître ton avis sur tel ou tel sujet… peu importe… Alors oui partages cette belle aventure…moi tout me plait…J’ aime te lire, ton style, ta sensibilité, ton espièglerie… et si c’ est moins souvent on patientera et ça deviendra spécial comme quelque chose de rare. ❤❤❤

    Répondre
  58. Nathalie a dit…

    Il m’a émue ce billet… Ca fait si longtemps que je suis ce blog. Le premier post que j’ai lu, c’est quand tu parlais du pamplemousse que tu avais dans le ventre. Et je me suis dit « Non?! Elle est en train d’annoncer une grossesse surprise, comme ça, en direct? » 🙂
    Et j’ai lu quelques autres billets, j’ai aimé, alors j’ai tout repris depuis le début: la cabine d’essayage et tout le reste. C’était la première fois que je lisais un blog pareil, je me suis dit qu’il était tenu par quelqu’un qui avait l’air d’être vraiment chouette. J’ai aimé l’auto-dérision, une des qualités que je chéris le plus, la bienveillance profonde, l’ouverture d’esprit, et puis l’honnêteté. Un jour il n’y a pas si longtemps, tu as parlé des billets sponsorisés que tu ne faisais plus parce que tu sentais que tu n’aimais pas trop comment tu les écrivais (ou peut-être je transforme un peu?) et ce jour là j’avais voulu t’écrire « eh ben! il n’y a pas beaucoup de monde qui refuserait quelques centaines d’euros faciles parce qu’ils ne sont pas contents de ce qu’ils produisent en échange » et puis je n’ai pas eu le temps parce que j’ai rarement le temps de commenter. Mais voilà, c’est cette honnêteté, le fait que tu viens toujours ici quand tu as quelque chose à dire et que tu le dis bien, que tu ne te prends pas au sérieux, tout ça qui fait qu’on te lit depuis si longtemps.
    Ce commentaire ne veut pas dire grand-chose, mais j’ai ressenti de l’émotion face au temps qui passe en te lisant, comme si je te connaissais depuis longtemps… Moi j’aimerais bien que tu continues à écrire ici, sur ce que tu vis, sur ce que tu veux!
    On est tous là je pense parce qu’on aime ce que tu montres de toi, et pour ton talent. Peu importe que tu ne racontes plus les mêmes choses qu’avant, et heureusement aussi

    En tout cas, même si tu n’écris plus ici, ou moins souvent, on pourra toujours aller te lire ailleurs, et heureusement!

    Répondre
  59. Marie a dit…

    Bonsoir Caro,
    Ton blog est le seul que j’aie jamais lu. J’y ai trouvé beaucoup de choses qui m’ont apporté du bien, du bon, des émotions multiples. Je t’ai remerciée mille fois intérieurement de tes écrits, de ta plume délicieuse, de mes fous rires intempestifs, de la justesse de tes mots et de ton ton. J’aimerais juste pouvoir continuer longtemps d’avoir accès à ton blog parce qu’il y a encore plein de pages que je n’ai pas lues même si je te lis depuis des années. Bon vent à toi quoique tu fasses maintenant et plus tard et merci pour tout. Bisous

    Répondre
  60. Sofinet lov Guisane a dit…

    Caroline,
    Même si je comprends ce qui te motiverait à  arrêter ton blog ce serait une vraie tristesse pour moi. Même si nos rendez-vous s’espacent ces dernières semaines je suis toujours heureuse de voir que tu as posté un article et plus encore de pouvoir lire les commentaires qui s’y rattachent.
    Ton blog est riche de ta plume, des sujets que tu évoques avec une grande sincérité mais aussi des échanges dans le respect de toutes tes fidèles lectrices dont je fais partie depuis tant d’années.
    J’imagine forcément qu’avec ton activité intense de scénariste il est plus difficile de trouver le temps et l’inspiration pour venir plus souvent ici. J’imagine aussi que tes enfants étant devenu grand il devient nécessaire pour toi de respecter leur intimité ce qui nous prive sans doute de billets croustillants sur leurs péripéties.
    Dans tous les cas nous respecterons forcément ton choix mais ce serait une profonde tristesse pour moi tant tu représentes la « vieille » copine à qui l’on rend visite de temps en temps et avec laquelle on reprend les conversations comme si c’était d’hier.
    Merci pour tout ce que tu nous a donné jusqu’à présent et merci pour tout ce que (j’en suis certaine) tu continueras à nous donner dans les années à venir même si le rythme sera peut-être différent.
    A très vite

    Répondre
  61. ParisParis a dit…

    Je redoute vraiment le moment où tu arrêterais ton blog. (Pour le reste, tout a été très bien dit dans d’autres commentaires…) Je comprends que tu puisses avoir envie de passer à autre chose (hélas), mais moins que soudain tu craignes de ne plus être intéressante, alors qu’au contraire il y a tellement de gens qui n’attendent que de te lire.

    Répondre
  62. Bredele a dit…

    oui sauf que tu ne fumes plus tu n’iras donc pas loin hein ?
    on sera toujours là quelle que soit la forme où on pourra te lire, d’ailleurs on reste lectrices/lecteurs de tes romans du coup.

    Répondre
  63. Carolumette a dit…

    Hello Caro ! Je pense que tu ne dois rien à personne, et ceux d’ici qui t’en voudront devront se rappeler de leur part du contrat : on lit un blog, c’est gratuit, et on sait que ça peut être beau, juste, ou faux, ou enjolivé, ou bref tout un tas de chose, et surtout on sait que ça peut s’arrêter comme ça, du jour au lendemain, en allant acheter un paquet de clopes. Parfois il y a une lettre, qui explique ce départ, entre les lignes. Ca peut être dur pour ceux qui étaient là, mais avec le temps on comprend je crois. Et il restera toujours ce qui a été lu, ressenti, partagé. Très bon vent, Caro

    Répondre
  64. aurelie a dit…

    Pour lire ce blog depuis un certain temps maintenant bien que pratiquement tout le temps dans le silence, je voulais juste te dire que j’y trouve toujours mon compte et que je prends toujours du plaisir à te lire qu’importe la fréquence et le contenu.
    Il y a toujours un humour et une légéreté qui (me) fait du bien.
    Alors merci pour ça

    Répondre
  65. L'Irrégulière a dit…

    Je pense que c’est normal d’avoir des phases où on a moins envie d’écrire pour le blog… Après, en ce qui me concerne, ce que tu écris est intéressant, et j’adorerais que tu nous parle plus de ces nouveaux projets (ça m’inspire pour moi qui essaie désespérément d’amorcer ma transition professionnelle sans arriver à décoller ^^)

    Répondre
  66. Xochitl a dit…

    Continuer à te lire sera toujours un plaisir.
    Ecris ce qui te meut (meuuhhhh, désolée c’était impossible de résister). Je reprends, continue à écrire au gré de tes envies et de tes évolutions. En 10 ans tu as changé, évolué, tes textes et leur contenu également. Et pourtant on aime toujours autant te lire, on aime ton écriture et ta façon d’aborder les sujets, qu’ils soient drôles ou tragiques. Les discussions qui peuvent en découler dans les commentaires sont vraiment chouettes. Ce serait vraiment dommage d’arrêter tout cela.

    Répondre
  67. Cécile a dit…

    Ben non, ne disparais pas ! Parce que qu’on soit bien d’accord : nous n’avons aucune exigence. Si ce n’est celle d’avoir le plaisir de te lire. Et si les sujets doivent évoluer vers autre chose, tant mieux ! Il est bien normal, quand la vie change, que cela nous bouscule et fasse bouger le curseur de nos envies, de nos préoccupations, de nos espérances et de nos enthousiasmes. L’important, c’est que tu conserves l’envie et le plaisir d’écrire. Il n’y a pas d’autres règles et obligations qui tiennent, si ? Cet espace est un espace de liberté et doit le rester. Et si j’en crois les commentaires, l’envie de venir traîner par ici ne semble pas prête de s’éteindre du côté des lecteurs/lectrices. Alors oui oui oui, cette nouvelle aventure d’écriture scénaristico-romanesque nous intéresse ! Donc si tu veux nous racontez, faut pas se gêner ! 😀

    Répondre
  68. mammouth a dit…

    Moi, j’aime toujours autant ton écriture et tes billets, caro. Tu n’es jamais aussi drôle et émouvante que quand tu te racontes. Comme je sais que tu aimes écrire ben je me dis que peu importe quel médium, c’est bien pour toi. Et si l’écriture professionnelle prend plus de place dans ta vie, c’est très bien aussi pour toi et pour les auditeurs. Je continuerai à venir ici pour voir s’il n’y a pas un billet à lire et à savourer.

    Je crois que les blogs meurent à petit feu aussi parce qu’il y a d’autres médiums plus rapides et moins chronophages, et qui offrent une gratification presque immédiate pour l’égo. Ce qui est bien dommage. Les pages personnelles d’instagram sont un condensé de narcissisme et de voyeurisme de style magazine à potins. Cela n’appelle ni au débat, ni à l’échange, parfois quelques émotions, peu de réflexions. Les commentaires sont pour la plupart sirupeux, singeux, creux et insignifiants, et nourrissent le narcissisme du médium. Non, je n’aime pas la vie carte postale que propose instagram. Sauf pour les pages moins personnelles ou professionnelles où il y a un échange d’information et de savoir ou simplement de l’art.

    Ben si tu pars acheter des cigarettes, je te souhaite un beau voyage. Mais je garde espoir que tu restes parce que après tout tu as arrêté de fumer!

    Répondre
  69. ninne a dit…

    J’adore passer et m’arrêter par ici. J’ai envie d’ajouter que ce n’est pas forcément en rapport avec le contenu de tes billets mais c’est pas très sympa dit comme ça. Disons plutôt que ce qui m’accroche, ça va au-delà de tes sujets, c’est ta façon de (te) raconter, ton style littéraire très particulier avec cette (apparente) facilité et fluidité pour dire des trucs finalement profonds et sensés, voire complexes, avec une aptitude à faire pleurer de rire, d’émotion, d’indignation… Bref, je suis fan, j’espère encore pouvoir te lire, qu’il s’agisse de recettes de cuisine ou d’une analyse du CAC 40, peu importe!

    Répondre
  70. Une steph a dit…

    Je suis toute retournée à la lecture de ces transitions, et je mesure tout ce que nous a donné au fil de ces années, c’est un honneur que tu nous as fait de cheminer avec nous, et quel que soit le chemin à venir, je te le souhaite plein de bonheur, merci Caro <3

    Répondre
  71. Pétunia a dit…

    Je ne peux pas énumérer le nombre de bouquins, films ou autres que j’ai découvert grâce à toi. Dont Sezane (mais là je ne sais pas si je dois te remercier :)).
    J’ai adoré te lire. Et j’aimais par dessus tout ne pas te lire pendant quelques temps pour avoir plusuieurs billets à découvrir.
    Bien sûr que j’aurais envie de te dire reste encore un peu. Mais c’est très égoïste. Parce que ma vie prend un virage qui va secouer très fort. J’y vais, mais j’ai peur.
    Merci pour tout.

    Répondre
  72. Sara TIPIANI a dit…

    Chère Caroline,

    Premier commentaire pour moi sur ton blog que je lis pourtant depuis des années (2008 plus exactement).

    Sur tes derniers billets, il m’est apparu une évidence : tu es arrivée à un moment de ta vie ou tu as besoin de changement, de tourner la page, ce blog a fait partie de ta vie pendant de très nombreuses années, il t’a suivi et t’a épaulé tout le long des moments joyeux et malheureux de ta vie.

    Aujourd’hui je pense qu’il ne répond plus à ton besoin, tu l’aimes encore c’est sûr, mais il ne fait plus partie de tes priorités, tu ne ressens peut être plus le besoin d’écrire autant qu’avant, tu sèches un peu sur les sujets, et surtout j’ai remarqué tu culpabilises (de un parceque ce blog est ton bébé, et de deux parceque tu ne veux pas décevoir tes nombreuses lectrices)

    mon ressenti : Tu en as le droit!! c’est ton droit !! si ce blog ne fait plus partie de tes désirs et de tes priorités, tu as tout à fait le droit de le laisser pour quelques temps ou pour toujours.

    Mon commentaire est assez directe je pense, mais je te livre la mon ressenti brut.

    Quand on ne se sent plus à l’aise dans son travail ou dans une relation, on sait tous que se forcer a y rester n’est pas la bonne solution.

    Alors si tu veux prendre ta liberté tu en as le droit 🙂

    Je trouve certaines lectrices assez cruelles et égoïstes, elles ne voient que leur plaisir de te lire mais n’écoutent pas le message que tu essaies de faire passer.
    Et puis il y a aussi d’autres choses : instagram, facebook, sont aussi des supers moyens de communiquer avec ta tribu de lectrices.
    Et non on ne te laissera pas tomber, on continuera à te suivre et attendre avec impatience que tu sortes de nouveaux livres 😉

    Répondre
  73. sacha a dit…

    Nan mais nan mais nan mais nan mais nannnnnnnnnnnn! m’en fous nan t’arretes pas d’ecrire. NOMEHO. Sinon j te previens on monte une association qui rachete tous les livres qui restent de toi dans toutes les librairies et puis apres on t’en envoies une page arrachee patiemment une par une tous les jours de ta vie, jusqu’a ce que morte de culpabilité, tu reprennes le blog ! NOMEHO, n’importe quoi , tu veux nous abimer toute la semaine avec un billet pareil du vendredi ou quoi? interdit , pas possible, pas bien , pas ok du tout d’arreter d’ecrire , meme n’importe quoi, nous on fait comment apres,hein ? on prend du subutex pour se seuvrer ? ecrit plein de trucs rasoirs , meme quand t es rasoir moi j’aime bien. rhalala mais comment tu peux dire des trucs pareils, embauche le churros pour ecrire a ta place et puis c est tout, nous on y verra que du feu, il doit bien etre un peu contaminé a force par ton genie des mots et du ton, forme le aux minutes par minutes chepamoi, trouve une solution !

    Répondre
  74. kath de Belgique a dit…

    Je vais juste me permettre de frotter un peu sur la lampe. Pour que tu puisses à nouveau retrouver la magie de poster les aventures de ta vie de tous les jours, de la cabine d’essayage, au premier rot d’ Helmut, en passant par le sac de couchage du grand sans oublier le toboggan de la petite. Ton écriture sur ce blog est juste magique et enchante mon presque quotidien depuis tellement d’années. Go on, Caro, Go on ! Run Caro, Run !

    Répondre
  75. Carson a dit…

    Bonsoir Caro,
    c’est drôle cette synchronicité avec William : toi qui t’en éloigne un peu et lui qui y revient. Et c’est troublant aussi cet écho entre vous.
    Fais comme tu le sens et comme tu peux aussi. Nous on est là.
    je t’embrasse

    Répondre
  76. Moucherotte a dit…

    C’est la première fois que je poste un commentaire, et pourtant depuis que j’ai decouvert ton blog, j’ai été assidue et ai lu tous tes billets et tous les commentaires (qui font également la richesse de ton blog), moi qui ne suis assidue en rien.
    Je suis vraiment triste vraiment touchée… comme si je sentais qu’une vieille copine avait besoin de quitter notre groupe d’amis, qu’elle avait besoin d’avancer dans une autre direction, sans que cela soit lié à l’affection qu’elle / que nous lui portons. Je sentais aussi depuis quelques temps ta culpabilité de moins écrire mais qui ne suffisait pas à te redonner l’elan. Alors ce matin, je mesure ma tristesse mais également tout ce que tu m’as apporté depuis toutes ces années. Ton humour, ton autodérision, tes colères, tes tournures de phrase m’ont accompagné, m’ont permis de cheminer,
    MERCi, UN ÉNORME MERCi
    Il est peut-être temps pour moi de’ me détacher, de passer moins de temps sur le web et de mieux prendre soin de mes proches in the real life.
    Fais ce qui est bon pour toi et tes proches, sans aucune culpabilité, surtout !!!
    PS : j’imagine bien un livre passionnant dans lequel tu racontes la découverte du métier de scénariste, tes doutes, ta passion….
    Des bises

    Répondre
  77. O. a dit…

    Samedi matin, tu reviens, avec ton deuxième café et ton égoïsme de lectrice bien ancré.
    Tu te dis que (dans le fond) tu es bien d’accord avec Cécile de Neuville, avec Laura, Sara… avec celles qui disent « merci Caro pour ce que tu nous as offert, belle suite où qu’elle soit », celles qui parlent entre autres de ce qui s’éteint, de ce qui naît, de liberté. Tu te dis que leurs rappels sont salutaires même si c’est difficile dans la pratique, et

    http://jenni935.j.e.pic.centerblog.net/qiz8yyo2.jpg

    (Euh oui, depuis hier tu as bronzé 🙂

    Répondre
  78. Mino a dit…

    Caroline, tu as enchanté mes matins pendant 10ans…..A mon âge, j’ai appris que rien ne dure… Je savais que ce jour allait arriver.. Je continuerai à venir jeter un coup d’oeil sur ton blog tous les matins tant qu’il existera, jusqu’au moment fatidique où il aura disparu. C’est dans la norme et c’est la vie. Je te souhaite le meilleur !!!

    Répondre
  79. M. de Berlin a dit…

    Je ne sais pas trop de quoi je parle, mais peut-être que dorénavant, ta nouvelle « mission », c’est de nous écrire des livres? Peut-être que le blog a fait son temps, et qu’à l’avenir, tu nous toucheras avec tes histoires, tes personnages qui au final sont aussi un moyen de communiquer avec nous.

    Quelle que soit la suite, merci pour tout. Tu n’as pas idée à quel point, à travers tes écrits, tu m’as transmis une bienveillance et une inspiration que me coachent au quotidien, dans mon boulot mais aussi dans ma vie privée. Tu es un modèle 🙂

    Répondre
  80. frederique-etc a dit…

    Cela fait tellement longtemps que je viens voir par ici chaque jour si tu as écrit …
    C’est devenu une vraie habitude. Je comprends qu’il va falloir changer …
    Depuis toutes années, j’ai aimé te voir avancer, voir tes enfants grandir.
    J’ai aimé tes conseils, tes coups de gueule, tes minute par minute.
    J’ai aimé aussi lire les commentaires (même si des fois il y en a vraiment beaucoup beaucoup !)
    J’ai même gagné ici des magnifiques boucles d’oreille.
    Mais je comprends bien ce que tu souhaites aujourd’hui, même si ça me fait un gros pincement au coeur.
    Je viendrai malgré tout guetter par ici, des fois que …..

    Alors, un grand MERCI pour tout ce que tu as donné sans compter.

    Répondre
  81. So a dit…

    Et qui sait … si tu déposais ici ce qui tourne en boucle dans ta tête à propos de tes histoires , de l’écriture Tout ça tout ça… peut être que ça nous plairait vachement – moi ça me plairait vachement – et qu’en plus ça te libérait du temps de cerveau disponible pour tes enfants et ton mari . Peut-être?
    Ces phases de questionnement ne sont jamais agréables , mais elles nous font grandir . Alors bon courage.

    Répondre
  82. carine07 a dit…

    C’est triste, les matins, de ne plus lire tes posts, qui, comme de petits bonbons, étaient si doux et envoûtants. Leur lecture était une parenthèse pour s’évader, oublier ses problèmes, rire souvent, et réfléchir parfois. Mon « amie » virtuelle et son cercle de bienveillantes me manquent. Sache que seul ton blog a résisté à l’épreuve du temps, pour moi: la qualité de ton style d’écriture parfois si percutant, le contenu si « vrai » (pas marketing), et ta personnalité en sont les raisons.
    Peut-être, peux-tu poster de manière différente, en te dévoilant moins? Des posts plus courts (5 minutes de rédaction max pour que cela ne devienne pas une corvée) sur une lecture, un spectacle, une exposition, une actualité, une ville visitée, ou une photo pour lancer la discussion; un peu comme tes posts « J’aime » (ou pas) mais en les fractionnant, ou bien les posts d’Instagram mais avec, ici, une vraie communauté.

    Répondre
  83. Dom a dit…

    Bonjour caro
    Alors moi, ce qui va surtout me manquer (si tu arrêtes…) ce sont tes suggestions de livres et les commentaires de tes lectrices.
    Et d’avoir souvent ri sur tes billets de la vie de tous les jours, d’autant plus que ce ne doit pas être facile de choisir entre ce qui peut être dit ou non. Et tu sais le faire.
    Et je n’oublierai pas le billet sur le blouson de cuir qui m’a amené à ton blog 🙂

    Répondre
  84. Berthoise a dit…

    Merci pour tous ces billets qui m’ont fait rire, réfléchir, émue.
    Vous ne nous devez rien, c’était juste cadeau. Alors pour tout, quelque soit l’avenir de ce blog, merci.

    Répondre
  85. AnneduSd a dit…

    12 années de fidélité alors à chaque fois que je lis et relis ce billet me viennent plein de larmes. Et si je dois frotter la lampe, je m’engage à la frotter trèèèèès longtemps…..

    Répondre
  86. Mireille a dit…

    Hier soir une de mes collègues nous racontait comment elle s’etait Mise au jogging…et paf, j’ai pensé à tes minutes par minutes sur le sujet, en gloussant. Tu vois à quel point tu nous accompagnes et à quel point tu vas nous manquer, toi qui nous touches du doigt, d’une manière si universelle qu’elle rencontre chacun(e) de nous. Je t’embrasse.

    Répondre
  87. Emmanuelle a dit…

    parfois on voit moins les amis que l’on aime et tu en fais partie mais ils sont dans notre coeur toujours et quand on se retrouve c’est comme si on s’était vu la veille – tu es comme partie en voyage – et tu reviendras evidemment …. belle aventure à toi dans ce que tu vis

    Répondre
  88. amelie a dit…

    je n’ai plus beaucoupe de blogs dans ma liste de favoris, mais quel plaisir quand je vois un nouvel article sur le tien ! car c’est toujours bien/beau/touchant/rigolo/sincère etc etc !… ☺️ Pour nous /moi, ça serait vraiment dommage que tu arrêtes ici, ça c’est toujours un très bon/beau moment…ta vie banale nous passionne, comme notre vie passionnante est banale, alors on se complète ! bisous à toi

    Répondre
  89. Nina a dit…

    Oui Caroline, j’ai envie de l’entendre cette histoire de transition professionnelle, de naissance d’un roman.Je te fais confiance, je sais que tu sais écrire avec le cœur, sans faux semblant.
    Quoi que tu décides, déjà un grand merci pour ce chemin, pour tous ces billets qui m’ont émus, touchés, fait rire…
    Au plaisir de te lire

    Répondre
  90. kiddo a dit…

    C’est ton espace, tu en fais bien ce que tu veux, au rythme où tu veux. Sache juste que j’ai lu tous tes articles et que j’y ai toujours trouvé un intérêt, et que j’espère bien ne pas perdre ce lien.

    Répondre
  91. Dayalo a dit…

    Fais ce qui est le mieux pour toi et ce qui te parle le plus ! Et merci pour ces années de partage ! (ce n’est pas un adieu non plus mais c’est l’occasion de te le dire…)

    Répondre

Vote commentaire

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>