Dos rond

IMG_7962

Il y a trois semaines, la chérie a fait un rappel de vaccin – histoire de ne pas avoir à pipoter grave une fois de plus sur le dossier d’inscription de sa colo. A l’issue de cette visite de routine, la généraliste, toute nouvelle et pleine d’entrain – à priori un peu plus que notre ancien médecin dont j’étais certes un peu amoureuse mais qui se laissait aller sur la fin – a demandé à ma fille de se pencher en avant histoire de vérifier son dos.

Bien lui en a pris.

Un coup d’oeil lui a suffi pour recommander de passer une radio, « rapidement ». Quand le churros est revenu avec cette prescription, moi la mère flippée au moindre bouton suspect et adepte des diagnostics dramatiques de mr google, j’ai balayé ça d’un revers de manche sur le mode « qu’est-ce qu’elle nous fait chier la nouvelle, elle va très bien ma fille, d’où elle a un problème de dos ? » Où le paradoxe d’une mère soupçonnée à maintes reprises d’être atteinte du syndrôme de Munschhausen par les pédiatres mais qui ce jour là avait décidé de se faire un bon gros déni.

Dieu merci, mon aveuglement a été de courte durée. Trois jours après, la chérie est arrivée en se plaignant justement du dos. Mon déni bien digéré, je lui ai demandé à mon tour de se pencher en avant pour voir ce qui avait tant intrigué la doc.

Pour voir, j’ai vu. Un S.

La colonne de ma fille chérie était devenue un joli S, avec virage dangereux à vous foutre dans le décor au moindre coup d’accélérateur. Autant vous dire que le peu de crédit que je m’accordais en tant que mère a fondu comme neige au soleil et que tous mes « tu grandis, c’est tout » me sont revenus dans l’arrière gorge avec un goût bien amer.

Le lendemain, à deux jours de son départ en Angleterre, – timing tellement formidable – on s’est ruées chez le radiologue. Verdict sans appel, double scoliose, déjà très prononcée. En prime, regard navré du radiologue, s’étonnant à voix haute « que ce cliché soit le premier ». « Il est rare que l’on voie des enfants encore jamais détectés avec un tel angle d’inclinaison », a-t-il lancé, des reproches plein les bajoues.

Moi j’étais trop occupée à ravaler mes sanglots à l’idée de mon bébé plié en quatre pour répliquer.

S’en sont suivies trois semaines d’inquiétude – est-ce que c’est trop tard ? est-ce qu’on va l’opérer ? Est-ce qu’elle va grandir de biais ? Est-ce qu’on va la plâtrer ? Est-je ce que j’aurais du le voir plus tôt ? -,  avant d’arriver à décrocher une entrevue avec un orthopédiste – profession particulièrement difficile à atteindre en général, encore plus passé le 15 juillet.

Hier, après être allée la récupérer à Lyon et effectué mon douzième aller-retour en un mois – au passage, merci maman, merci papa pour la colo gratos -, je l’ai donc emmenée dans une clinique huppée du 16è – aucune dispo dans les services pédiatriques des hôpitaux publics avant fin septembre – voir un spécialiste.

Lequel n’y est pas allé par quatre chemins. « Il faut agir immédiatement ». Corset durant deux ans au moins, à ne porter heureusement que la nuit, trois séances de kiné par semaine et des exercices tous les jours. Faute de quoi, « dans deux ans, elle est à angle droit ».

Une fois de plus, la chérie m’a bluffée. Du haut de ses trois pommes, ma brindille a encaissé la nouvelle sans broncher, soulagée de n’avoir finalement cette entrave que la nuit. Je l’ai revue alors âgée d’une poignée d’heures, ses petits pieds enfermés dans des attelles, puis, les trois années qui suivirent, appareillée et chez le kiné tous les deux jours. Période durant laquelle jamais elle ne pleura ni ne rechigna. Certes elle n’avait alors connu que cela, mais c’était comme si déjà, elle avait compris que parfois, dans la vie… c’est comme ça.

Alors voilà, à compter de la rentrée, ce sera comme ça. Je me doute que les premières nuits ne seront pas exemptes de quelques larmes, je prévois quelques soupirs lorsqu’il faudra répéter inlassablement ces étirements qui font mal, se trainer au kiné quand d’autres iront au ciné, mais elle avancera, avec son drôle de courage obstiné en bandoulière, celui-là même qui la rend si singulière, du haut de ses trois pommes.

L’ombre qui planait ne s’est pas envolée, mais les combats sont toujours plus faciles à livrer lorsqu’on connait désormais son adversaire, alors… aux armes.

143 comments sur “Dos rond”

  1. claire a dit…

    Je compatis. C’est ma copine ostéo qui m’a alertée, nous avons donc la fameuse « radio de départ » et on surveille l’affaire. Bon courage à ta pucette.

    Répondre
  2. Sophie a dit…

    Je n’ai pas été soignée pour ma scoliose + cyphose (assez sévère également), je regrette de ne pas l’avoir fait à temps.
    Et idem, c’était un remplaçant de mon médecin de famille qui avait détecté le soucis. Moi jeune insouciante n’ai pas voulu mettre ces fichues semelles qui me faisaient super mal au bassin, bien dommage !

    Répondre
  3. Linda a dit…

    … »mais elle avancera, avec son drôle de courage obstiné en bandoulière, celui-là même qui la rend si singulière, du haut de ses trois pommes. »…

    Tout est dit!!

    Plein de courage, et plein de bonnes ondes, pour elle, pour toi, et pour autres habitants de votre petit nid.
    Passe une jolie journée
    Linda

    Répondre
  4. Biduline a dit…

    Tous mes encouragement pour ta petite chérie pour rétablir tout ça et continuer à grandir harmonieusement.
    Ca sera sûrement pas facile en effet mais, comme tu le dis, elle est forte ta grande fille!

    Biz à vous

    Répondre
  5. Bab a dit…

    Ton message me parle, ma nièce qui a un an de plus que la Chérie s’est fait opérer à Lyon il y a 15 jours pour la scoliose après 3 ans de corset (jour et nuit…..) et finalement le plus dur c’est avant l’opération, elle s’en remets plutot bien… Bon courage à tous c’est un travail de longue haleine …. Si besoin de papoter entre grandes Chéries pour se rassurer ou autre n’hésites pas à me contacter.

    Répondre
  6. Apo a dit…

    Ton billet a une portée toute particulière pour moi… C’est incroyable, ta grande Chérie me fait tellement penser à la mienne (de grande Chérie).
    En tout cas, ne culpabilise surtout pas de ne pas l’avoir vu avant, parfois on est trop concentrés à s’inquiéter pour des petites choses, que bizarrement on passe à côté des plus évidentes. Chez nous l’absence totale du grand pectorale de notre fille a été détectée alors qu’elle avait plus de 4 ans… Pourtant ça se voit, et elle était suivie par une pédiatre, une bonne pédiatre sérieuse et rigoureuse – qui je crois n’a jamais compris comment elle avait pu passer à côté de ça (en l’occurrence dans notre cas ça ne changeait rien, les traitements (chirurgie) ne pouvant pas commencer avant la puberté).
    Avec du recul je crois que c’était effectivement un déni car quand la généraliste (toute jeune également et avec un regard nouveau sur notre fille) nous a prescrit un scanner pour comprendre à quoi était due cette asymétrie mentionnée nul part, j’ai réalisé que je l’avais toujours vu qu’elle avait une asymétrie, je l’avais vue sans la voir, ou sans y croire, en me disant inconsciemment qu’elle était bien suivie et qu’un truc aussi évident, si il n’était pas normal, aurait été soulevé par les médecins depuis longtemps.

    Je souhaite plein de courage à ta grande Chérie, tellement courageuse et mature. C’est sûr, les 1eres nuits seront sans doute bien difficiles et les séances de kiné contraignantes, mais je suis certaine qu’une fois encore elle va surprendre tout le monde et que tout se remettra en place rapidement.

    Et rien à voir avec tout cela mais nous sommes actuellement en vacances en Espagne et grâce à toi nous avons fait un petit crochet par Cadaques, merci pour tes conseils car nous y avons passé une superbe journée.

    Répondre
  7. Marje a dit…

    J’attendais ce billet depuis l’annonce du grain de sable … Dur, dur quand même pour ta grande Pucinette. Je ne suis pas étonnée de sa force et de sa détermination par contre, c’est une jeune fille droite ! Je lui envoie néanmoins de la patience et du courage. Quant à toi, rien de pire que de vivre toutes ses journées et nuits d’inquiétude pour un de ses enfants ! Aux armes ….

    Répondre
  8. catou a dit…

    J’ai les larmes aux yeux pour elle, pour vous aussi à ses côtés…mais je pense que vous saurez l’entourer au mieux…et c’est déjà une grande cette Chérie ! C’était effectivement une grosse ombre, je comprends ton chagrin de maman….mais par expérience avec la fille de ma Nounou, cela est rattrapable donc ça vaut le coup ! Keep smiling, vous vous aimez fort :

    Répondre
  9. Stéphanie a dit…

    Beaucoup de courage pour ta (superbe) fille, comme elle est courageuse !
    (il me suffit de relire le compte rendu de ton échographie, la chérie serrant le poing pour en frissonner devant ton amour et sa détermination, ça va aller, vous êtes tellement fortes !)

    Répondre
  10. Stef a dit…

    Des tonnes de pensées positives pour ta chérie. Le courage elle le gardera toute sa vie mais ce « S » elle va vite s’en débarrasser! De gros bisous

    Répondre
  11. katy a dit…

    effectivement des fois on passe a coté des choses et on s’en veut, on se remet en question, mais il y a vraiment pas de raison.
    Comme elle est courageuse votre fille, ça aide.
    je lui souhaite beaucoup de courage pour ses prochaines nuits, elle a du être tellement soulager de savoir que ce n’était que la nuit.

    Répondre
  12. pretty woman a dit…

    Je compatis pour ta grande chérie et pour vous, les parents qui visiblement culpabilisez de n’avoir « rien vu » mais quid de ce médecin généraliste, certes ersatz de Docteur Mamour mais à priori pas trop sérieux puisqu’il suit la chérie depuis des années et n’a rien vu ! Je lui poserai la question dès son retour de congés, moi ! Et je serai un poil désagréable, en plus !
    Les remplaçants de médecins généralistes ont du bon même si sur le coup la plupart des patients rechignent à les consulter au cri de « y me connaît pas aussi bien que « mon » docteur ! »… c’est sûr, mais justement à cause de ce « je ne connais pas le patient », ce(tte) remplaçant(e) va faire un examen plus attentif, poser des questions toutes bêtes qui mènent souvent à des diagnostics « omis » par « l’habituel » ! Mon père a ainsi été diagnostiqué et au final, ça a été une bonne chose.
    Courage pour la petite chérie, plein plein.
    Bises à vous tous

    Répondre
  13. Chag a dit…

    Allez, c’est une mauvaise étape à passer. Ce qui est surtout pénible, c’est que ça tombe encore sur elle. Et puis si elle s’applique bien, elle ne fera peut-être pas deux ans complets de corset. Si je peux juste me permettre un petit conseil de derrière les fagots : prenez un kiné qu’elle apprécie, qui a de l’humour, parce que parfois elle aura envie de brûler son corset et de trucider le kiné qui lui dira pour la centième fois de « mieux dérouler la coloooonne ». On ne connait pas ta fille ici, mais on a juste envie de lui faire un câlin en lui soufflant que c’est pas juste, même si c’est pas grave, mais que ça ira…

    Répondre
    • Val a dit…

      J’aurais pas dit mieux…alors je ne rien de plus…
      Je me joins c’est tout..
      Et je lui envoie un gros hug et beaucoup de courage…
      Bisettes

      Répondre
    • Sofinet lov Guisane a dit…

      Je n’aurais pas dit mieux non plus, alors courage et plein de bonnes ondes d’amour pour traverser ces futures heures difficiles…

      Répondre
  14. Chris a dit…

    Grande Chérie est courageuse…comme sa maman. Tout comme chez toi de mes jumeaux c’est la fille qui a dû lutter, dès avant la naissance à cause d’un retard de croissance intra-utérin. Et je suis persuadée que ça a contribué à en faire une enfant et maintenant une jeune adulte au caractère déterminé.

    Répondre
  15. miss Julie a dit…

    Pauv’ Choupette… 🙁 Et donc le toubib d’avant n’avait rien remarqué…? Pffff…Comme tu dis, il était temps qu’il aille voir ailleurs s’il y est!! Vive la retraite. 😉

    Répondre
  16. Isabelle a dit…

    déjà, ne pas culpabiliser de n’avoir rien vu; nous c’était pour une vision à 1/20° sur un oeil qu’on avait rien vu (et l’ophtalmo non plus).
    Par contre, je conseillerais un ostéopathe, en complément de tout ça.
    J’ai une très bonne adresse à Paris, vers le métro Europe.

    Répondre
  17. Marine92 a dit…

    Bon courage pour affronter ces changements ennuyeux, je comprends que cela t’ait rendue chafouin!
    C’est difficile de faire pousser nos ados « droit(s)!

    Répondre
  18. adelles a dit…

    Je comprends ta culpabilité (j’ai d’ailleurs personnellement remporté le championnat du monde de la culpabilité) mais tu n’es pas la seule à éduquer la Chérie. Ce qui compte, c’est que quelqu’un ait fini par le voir et qu’il existe des solutions.
    Je souhaite plein de courage à ta grande Chérie, ils sont costauds nos prémas (et c’est une maman de 2x33SA qui le lui dit !) !!

    Répondre
  19. Flo a dit…

    Bonjour Caro,
    J’ai connu au même âge que ta grande chérie exactement le même problème. mes parents ont rencontrés 3 professeurs en orthopédie pédiatrique et les 2 premiers voulaient m’opérer. Je n’oublierai jamais le « tact » du second qui sans me regarder a asséner à mon père « Avec le dos qu’elle a elle ne pourra jamais avoir d’enfants car elle ne pourra pas les porter »…!!! Mes parents choqués par cette affirmation et un peu (c’est un euphémisme) effrayés par la description de l’opération, ont décidé d’en voir un 3ème qui lui a préconisé corset et kiné bi hebdomadaire. J’ai porté le corset nuit et jour pendant un an(au collège ce n’était pas facile….), puis la nuit un an de plus et j’ai fait ma gym corrective sans manquer une seule séance. Mon dos ne s’est pas redressé miraculeusement, mais la progression a été stoppée.
    Aujourd’hui, j’ai 41 ans, j’ai parfois un peu mal au dos mais surtout j’ai 2 enfants magnifiques de 10 et 14 ans. Je n’ai jamais aussi peu souffert du dos que pendant mes grossesses et à chacune de ces naissances j’ai pensé très fort à cet abruti de chirurgien qui me condamnait adolescente .
    Je suis admirative de la maturité de ta grande fille et je suis sure qu’elle passera cette épreuve avec beaucoup de courage. tenez bon!!

    Répondre
  20. chiara a dit…

    courage à la belle ! un bisous volant depuis Lyon….
    Je sais que c’est dur, ma deuxième a été rééduquée d’un torticolis congénital assez sévère, des mois à trois séances de kiné par semaine, pendant lesquelles elle hurlait (elle avait quelques mois) et moi je devais la maintenir… l’impression de laisser torturer son enfant… je ne m’en remets toujours pas….

    Répondre
  21. Edith Au Sud (mais souvent à l'ouest) a dit…

    L’important, c’est que ça ait été pris « encore » à temps, à la rentrée, il faudrait peut-être à aller « faire ch… » euh, poliment demander à l’administration d’obtenir un allègement du contenu de son sac de cours… Courage.

    Répondre
  22. babs64 a dit…

    comme ça me parle!! :'(
    Ma fille, 9 ans, positionne mal ses jambes depuis l’âge de 3 ans, ça nous interpelle, ça nous interroge. on voit le médecin, on voit le kiné, on voit l’osthéo. c’est rien, un peu de surpoids, juste.
    Oui mais quand même, ça nous tarabuste. nouveau médecin traitant: ah oui, faites faire un bilan postural. D’accord, podologue, appareil super sophistiqué, non, vraiment madame, tout va bien.
    non mais quand même. Lors d’un passage chez mon ancien podologue (j’ai déménagé). il la regarde, la fait se pencher, marcher, courir sur un tapis. Elle a un genu valgum
    20 séances de kiné plus tard, il va falloir qu’elle porte des semelles. mais grâce à ce podologue et à notre obstination, ce ne sera que de courte durée. on fera 200 km à chaque fois que nécessaire. Et la kiné qui travaille en collaboration étroite avec le 1er podologue s’est gentiment vu expliqué qu’un appareillage sophistiqué ne valait pas des yeux avertis.

    Bon courage, grande Chérie <3 tu vas y arriver. et cela n'enlève rien à ta beauté intérieure et extérieure <3 bien au contraire!!!!!

    Répondre
  23. DOMINIQUE a dit…

    En voilà une qui ne sera pas, adulte, fanatique des dessous genre guêpière…
    Je crois qu’elle a de la constance et du courage (comme beaucoup de filles), indispensables pour réussir ce « redressement » à long terme. Elle y gagnera en plus quelques centimètres ! Le principal, c’est que ce soit mis en place pendant la croissance.
    Et mention très bien aux spécialistes qui ne se privent pas de donner des leçons. Hé, couillon, si le monde était parfait, tu serais au chômage, et tu pourrais faire un trait sur ta piscine en marbre.
    D’autres sont mignons, par contre. Le phlébologue, après examen approfondi des jambes de belle-maman, a conclu, tout gai « tout va bien pour son âge, je ne suis pas concerné ». Genre « c’est pas de ma faute ». Vla-ty-pas qu’il se prenait pour une artère fémorale.

    Répondre
  24. Aurélia a dit…

    J’ai la même ! J’ai échappé au corset de justesse, mais j’ai eu des années de kiné et de semelles.

    Je ne sais pas, je me suis dit aussi que… « c’était comme ça », et je n’en ai pas souffert. Je ne sais pas dans quel état était mes parents, pour moi c’était juste le médecin qui, lorsque j’allais le voir, me refilait une autre ordonnance de 20 séances. En te lisant je reconnais à peine ce que j’ai vécu (ok, le corset ne va pas être festif) parce que je te jure, vraiment, que pas une seconde je ne me suis dit que c’était injuste ou que je n’avais pas mérité ces deux séances de kiné par semaine qui prenaient donc pas mal de temps (et pendant quatre ans).

    Haut les cœurs parce que ça va passer vite ! (Par contre c’est l’appareil dentaire qui m’a laissé des souvenirs impérissables…).
    Et surtout ce qu’il faut savoir c’est que c’est à vie, et que même quand c’est « stabilisé » ce n’est pas guéri, donc je me traine toujours un dos un peu patraque, mais ça m’oblige à faire du sport et des abdos et c’est sans doute mieux comme ça, cette obligation de prendre soin de soi.

    Répondre
  25. alexa a dit…

    Si ça peut aider à te faire déculpabiliser, une amie à moi à vécu exactement la même chose avec sa fille l’année dernière (depuis sa fille porte un corset la nuit et le gère super bien) . Dans son cas c’est le fait d’avoir eu un appareil dentaire qui a entrainé une déformation de sa colonne, je ne savais même pas que ça pouvait exister un truc comme ça (clairement j’aurais flippé à mort pour mon fils qui a été suivi pendant 7 ans par un orthodontiste!!!), ses parents, leurs amis ne se sont aperçu de rien et pourtant la maman est médecin et leurs amis principalement radiologues… En tant que mère, peu importe son métier, le rapport à la santé de son enfant est toujours un peu troublé par les sentiments…
    Quand à la réaction au courage et à la patience dont font preuve nos enfants face aux épreuves j’en suis à chaque fois bluffée, (mon fils a eu de gros problèmes de santé depuis tout petit et il a toujours tout supporté sans broncher, du coup même encore maintenant il continu et encaisse beaucoup mieux que sa soeur qui possède une santé de fer (je touche du bois) mais qui hurle à la mort dès qu’elle voit le thermomètre (le stade anal toussa toussa) ;-))
    Bon courage à vous pour ce moment difficile, et une pensée particulière pour ta grande si sage et si brave!

    Répondre
  26. MamanBlabla a dit…

    Les enfants sont épatants et Grande Chérie en fait partie ! Je la trouve courageuse, et finalement c’est génial qu’elle voit le verre à moitié plein … un état d’esprit qu’elle gardera surement toute sa vie et qui lui fait aimer sa vie !
    Cela n’empêche pas qu’il y a aura peut être des moments dures pour elle alors je lui souhaite plein de courage pour les séances de kiné, le corset pendant la nuit et ses exercices quotidiens !!
    Et puis toi Caro, dès que le diagnostic a été posé tu as réagis .. pas évident de savoir ce qu’il se passe dans le corps de nos bébés; moi aussi je dis souvent quand elle se plaint, : »Tu grandis » !

    Répondre
  27. Nine back from USA a dit…

    Caroline, je suis touchée que tu partages ça avec nous. Je suis allée relire le post écrit en 2008 dans lequel tu racontais l’échographie pendant laquelle tu avais appris pour la malformation des pieds de ta fille. Il prend une résonance particulière aujourd’hui pour moi car il m’est arrivé la même chose pour ma n°3 (écho, diagnostic flou, amniosynthèse, diagnostic confirmé et en prime accouchement prématuré, merci l’amnio!). Je vous souhaite à ta fille, ta famille et toi beaucoup de courage pour traverser cela tous ensemble et merci à nouveau de ta confiance, c’est toujours plus facile de savoir qu’on est pas les seuls à traverser ce genre de moments difficiles.

    Répondre
  28. Magic CC a dit…

    Hello Caroline,
    Je te lis tous les jours sans commenter mais là…
    Ma petite soeur alors agée de 14ans avait été également diagnostiquée d’une scoliose sévère. Elle est passée directement à la case opération (Hôpital des Enfants de Toulouse). Brindille de 14ans, elle nous avait épatée par sa force de caractère, choisissant de se faire opérer plutôt que de porter le corset. Opération, rééducation et aussi (malheureusement) une belle cicatrice… qui s’est bien résorbée avec les années.
    Aujourd’hui elle a 29ans. C’est toujours une brindille pleine d’énergie qui pratique le tennis, le paddle, la planche à voile!
    Tout va bien aujourd’hui!
    Beaucoup de bonnes ondes pour ta Grande Chérie et pour sa maman!

    Répondre
  29. Am' a dit…

    Ça me fait un peu penser à mes années d’orthodontie, réparer avant que ça ne devienne trop grave…
    Les rendez-vous, l’entretien de l’appareil, les élastiques qu’il fallait positionner, l’appareil de nuit, tout ça pendant 4 ans.
    C’est pas facile mais nécessaire, et ta fille en a l’air bien consciente.
    Plein de courage à vous!

    Répondre
  30. carlotta a dit…

    Bon courage à elle. Un problème similaire a été détecté tardivement sur une de mes élèves cette année (14 ans), la pauvre a été platré pendant un mois à l’hôpital et a porté un corset tout le reste de l’année mais elle avait toujours la même joie de vivre, a fait le voyage scolaire en Irlande et participé au spectacle de théâtre, les enfants sont tellement plus forts que nous !

    Répondre
  31. Virginie a dit…

    Quand j’arrive sur votre blog, je ne sais jamais ce qui va m’arriver. Fou rire ou larmes, belle découverte ou instant fashion, c’est à chaque fois la grande inconnue (et c’est aussi pour ça que j’aime tellement venir ici). Aujourd’hui, j’ai pleuré (et pas seulement parce que je suis en plein syndrome pré-menstruel !!!) et puis j’ai ressenti une grosse boule d’espoir pour la chérie dans tout ce chagrin. Je me suis dit que toute la maturité et le talent que l’on retrouve dans ses dessins, ça ne vient pas de nul part ! C’est dur pour elle, oui, mais elle en fera des choses merveilleuses, c’est une certitude. Bon courage (à toutes les 2).

    Répondre
  32. loune a dit…

    En même temps, ça peut virer à toute vitesse à l’adolescence les scoliose, ça ne faisait peut être pas longtemps que c’est visible

    Répondre
  33. Mere lune a dit…

    Difficile de trouver les mots pour vous donner le courage nécessaire…
    Je vous trouve très touchantes et comprend mieux quand tu nous parlais de « nuage noir ».
    Le nuage est identifié, et la petite chérie, si bien entourée, ne peut que le pousser au loin… Et, dans quelques années, ce moment restera un souvenir qui l’aura fait grandir.

    Répondre
  34. loune a dit…

    Aussi nettement…
    Pour avoir eu un corset ( mais de jour aussi, super pratique quand on jouait à l’élastique à l’époque !) c’est super pénible, mais vraiment très efficace.
    Les médecins m’avaient prédit des soucis sans fin si je ne le mettais pas, je n’ai presque pas triché et adulte, je n’ai pas de souci de dos, eu 3 enfants en prenant jusqu’à plus de 20 kg par grossesse… ( et l’anesthésiste m’a ri au nez quand j’ai dit que j’avais entendu dire que ça pouvait être un Pb pour piquer, zéro souci)
    Et depuis, la prise en charge s’est améliorée!
    Bon courage, c’est pénible mais ça vaut vraiment la peine de porter le corset pendnat la croissance pour être tranquille adulte!

    Répondre
  35. Emmanuelle a dit…

    Ohhh… Mon coeur de Maman est de tout coeur avec le tien et celui de la chérie. Je sais aussi que les adultes extraordinaires sont ceux qui en ont un peu bavé enfants. Alors on ne le souhaite jamais aux nôtres puis après tout – avec les bobos du corps ou du coeur – je me dis : mon enfant apprends. Car quand j’en vois arriver à 25 ans – 35 ans – 50 ans au cabinet que jusque là la vie à epargné de quasi tout (si si ça existe !) et que la tuile arrive (car elle arrive toujours) et bien je me dis – heureusement que mes petits ont déjà eu mal… De tout coeur – vraiment. Et des GROS bisous à ta chérie qui va grandir encore un peu plus avec cette épreuve.

    Répondre
  36. roundup a dit…

    çà me rappelle mon adolescence , antéversion des hanches, double scoliose… heureusement pas de corset mais 10 ans de kiné, beaucoup de natation.
    le traitement est dur, long mais d’après ce que je comprends ta fille va assurer.
    plein de bonnes ondes!! courage 🙂

    Répondre
  37. Léa Tavernier a dit…

    Bonjour,
    Je vous lis tout les jours mais commente très rarement mais aujourd’hui je me sent particulièrement touché par votre histoire. En effet, j’ai moi même porté un corset pendant 3 ans durant mes années collèges et lycées. J’ai commence par 2 plâtres pour en tout 5 mois histoire de redresser mes 29 et 28 degrés et après le corset!
    Moi, cest le medecin qui n’arretait pas de dire a mes parents vous n’avez qu’a lui dire de se tenir droite, jusqu’au jour ou ma mere a tape du point sur la table et exige qu’il regarde, et la il avait levé les bras au ciel! du coup apres ma mere s’etait senti coupable ( meme encore maintenant je crois) mais il n’y avait pas de raison. cetait juste la faute au 14 cm pris en 1 an. Il ne faut donc pas culpabiliser.
    L’avantage du corset. c’est que tout le monde vous chouchoute, on est insensible au chatouilles ou au coup de coude dans les queues et dispensé de sport ( sauf la piscine a mon plus grand regret!!). Bon ma sœur dans son grand élan de gentillesse m’appelait robocop car en plus j’avais l’appareil dentaire! (Bon moi je l’appelais la grande girafe alors….) en tout cas le corset ne m’a jamais vraiment gêné contrairement au plâtre. Il faut juste faire un stock de Tee shirt coton sans couture pour mettre en dessous et du scotch rembourré pour metttre sur les barres histoires de ne pas percer tout les habits et toujours avoir une pieces de centimes pour se revisser ;-). Après moi c’était au début des années 90 alors ils ont peut être amélioré les matériaux!
    En tout cas quand je regarde en arrière, je n’avais pas particulièrement souffert de corset! ( plus de l’appareil dentaire a vrai dire!).
    Si vous avez des questions n’hésitez pas même si ça date un peu!
    Bon courage a votre fille!

    Répondre
  38. Blonde Paresseuse a dit…

    Le grain de sable….

    Je lui souhaite du courage, à vous aussi bien sûr. Quant à la culpabilité, la personne qui m’aide à avancer dans ma vie depuis plusieurs mois me disait hier qu’il fallait absolument sortir du schéma victime / coupable dans lequel la société et notre culture judéo-chrétienne nous moulent depuis notre enfance. On fait du mieux qu’on peut, au moment où on le fait, en pensant que c’est ce qu’il faut faire, parce qu’on n’est pas capable de faire autrement.
    C’est ce qu’elle a expliqué, maintenant pour ma part, faut que je bosse un peu dessus parce que c’est pas gagné…
    Tout ça pour dire que t’en vouloir ne changera rien à la nécessité de porter le corset. (dit par une fille qui s’en veut d’avoir pleuré pendant sa grossesse parce que le bébé devait le savoir que ça allait pas et c’est pour ça qu’il a du mal à se faire des copains).

    Des pensées douces pour vous.

    Répondre
  39. Laurenceb a dit…

    Moi j’ai envie dire qu’il faut voir ça du bon coté! J’ai vécu ça pendant 4 ans, porté jour et nuit, non stop. Les avantages: a chaque rdv médical, se suivait une virée shopping mère fille histoire de compenser les rdv dur comme le moulage….
    y vaut mieux que ca soit maintenant que plus tard!!
    2 ans à porter la nuit, ca passera comme une lettre à la poste!!
    Bon courage!!

    Répondre
  40. reine a dit…

    Exactement, ce n’est pas une chienne de scoliose qui va pourrir la vie d’une wondergirl !!!!Qu’on se le dise!!!
    Allez , la grande chérie, tous mes voeux de rétablissement….

    Répondre
  41. Caroline a dit…

    Un grand merci pour vos messages. Je crois que ma fille s’en sort bien, on aurait vu ça dans quelques mois, je ne suis pas certaine qu’elle aurait échappé au corset de jour ou à l’opération. Elle est d’ores et déjà à près de 25° en haut, un peu moins en bas, sur un corps qui n’a pas encore terminé – voire entamé ? – sa croissance (elle est en retard). Elle a aussi l’appareil dentaire et il n’est pas exclu que ce soit lié, mais sans réelle certitude, ce qui est possible c’est que ça ait accéléré les choses. ça n’est pas « grave », mais ça peut le devenir si on ne fait rien, en somme… (et comme toute mère qui se respecte, si je pouvais porter ce corset à sa place, je me précipiterais…)

    Répondre
  42. MissB a dit…

    Bonjour Caroline,

    Je suis une lectrice assidue de ton blog depuis plusieurs années, mais jusqu’ici je n’avais jamais pris le temps de te laisser de commentaires …
    Seulement aujourd’hui c’est un peu différent, car je me suis reconnue dans l’histoire de ta chérie: j’ai moi-même du porter un corset pendant 2 ans, mais pour ma part la scoliose était tellement importante que je ne pouvais le quitter qu’1h par jour au maximum! Autant te dire qu’à l’adolescence, le regard des autres a été difficile à encaisser!
    C’est effectivement une épreuve difficile, mais je pense que ta fille parviendra à la surmonter et sera extrêmement fière d’elle (et toi également) le jour où on lui retirera (pour ma part, ce jour là j’ai envisagé le feu de joie autour du corset en question!!)

    Bon courage,

    Marion.

    Répondre
  43. La jeune fille du 19ème a dit…

    J’ai connu exactement la même chose que la Chérie, sauf que ma scoliose a été détectée un peu tard.
    Visite médicale de 6ème, le médecin du collège note un début de scoliose, mais rien de plus. Début de la 5ème, ma médecin (complètement incompétente) voit aussi cette scoliose, mais toujours rien. Début de la 3ème, je change de médecin, qui lui est très inquiet par rapport à ce double S qui se dessine. J’enchaîne radios et rendez-vous chez un orthopédiste et là la sentence tombe : corset à porter de nuit pendant un an (ce qui me restait à grandir) et 3 séances de kiné par semaine. Dur à encaisser, mais j’échappais à l’opération et je n’avais pas à porter le corset de jour. J’ai donc porté mon corset (mon armure comme disait ma famille) jusqu’à ce que je rentre au lycée. Cela n’a pas eu beaucoup d’effet car ma scoliose a été traitée trop tard. Ma scoliose continuera à se dégrader en vieillissant, je prendrais encore quelques degrés, mais ça devrait aller. Par contre le mal de dos est très présent, surtout dans les moments où je suis très fatiguée.
    Je souhaite beaucoup de courage à la Chérie, c’est un mauvais moment à passer, mais cela en vaut la peine (quand c’est détecté à temps).

    Répondre
  44. Miss Blemish a dit…

    Je lis ton blog depuis plusieurs années, tous les jours et ce matin en te lisant, j’ai pleuré. Non parce que ce vit ta fille est un drame, seulement parce que cela m’a rappelé les moments par lesquels je suis également passée.
    Pour ta fille j’ai écrit ce court témoignage qui je l’espère lui donnera du courage et la rassurera tout en répondant à des question qu’elle se pose peut-être.

    http://missblemish.fr/deux-annees-corsetee/

    Si elle veut en savoir plus, se confier, en parler, tu peux lui donner mon mail.
    Je vous envoie beaucoup d’amour.
    Bises

    Répondre
  45. dalva a dit…

    souvenirs… de ma fille à 14 ans, scoliose et cyphose, grandie comme un champignon, le dos qui trinque… Corset en plexi 23h/24, à un âge pas forcément facile. Elle l’a ^porté sans défaillir deux ans, nuit et jour. Il faut savoir que ça troue les vêtements, les draps et prévoir des tenues en conséquence. On l’avait baptisé ce corset, pour tenter de l’apprivoiser : Raoul, de son petit nom. Elle était suivie par un grand orthopédiste hospitalier qui affirmait que la kiné ne servait à rien, que c’était l’ancienne méthode. Elle a maintenant 18 ans, vient de passer son bac, et la déviation de son dos est quasiment dans la normale acceptable. Elle était suivie par un pédiatre qui n’avait rien vu non plus, c’est une amie en été qui l’a vue en maillot de bain et m’a alertée. Voilà, du courage et de la patience, c’est une dure épreuve pour ces petites louloutes.

    Répondre
  46. Sophiefromthetrain a dit…

    A chaque photo je me dis que cette Poussinette respire la grâce, et ça c’est pour la vie, 2 ans de corset n’y changeront rien, courage Jolie Grande Chérie !

    Répondre
  47. pomponette-13 a dit…

    Tu n’es pas une mauvaise maman, tu pensais simplement qu’elle allait bien. Puis si elle ne s’est jamais trop plainte du dos ( à part après la visite chez le docteur ) , c’est que cela ne devait pas trop la gêner non plus.

    Je suis sûre qu’elle va faire preuve de courage et de patience. =)

    Bisous du Sud

    Répondre
  48. sabrina a dit…

    il faut tjs écouter les plaintes d’un enfant…
    mais bon forcément quand autour de toi t’entends  » laisse la chialer »  » ne fais pas attention c’est pour justement attirer l’attention » etc.
    enfin bref, rassure toi on peut avoir une scoliose sans souffrir du tout, ses douleurs n’étaient pas forcément un  » signe » et on peut ne pas avoir de scoliose et finir avec deux opérations d’hernie discale avant l’âge requis.
    ma filleule a porté un corset la nuit, ma grand-mère n’arrêtait pas de dire  » pfff qu’est-ce que c’est que _ça encore, nous de mon temps on faisait pas temps de chichi; » ben oui mamie et puis t’as eu 4, j’ai bien dit 4 prothèses de la hanche ( ou 5 d’ailleurs j’ai un vieux doute). en revanche ma filleule va bien, elle est très bien avec son dos. courage à la petite puce. et espérons que dans l’avenir les médecins feront d’avantage de prévention et seront moins pressés en consultation. ce n’est pas toi qui est à blâmer !!!!!

    Répondre
  49. Tatiana a dit…

    Si ça peut te rassurer Caroline, j’ai une double scoliose aussi, de 21°, détectée à… 15 ans. j’ai fait du kiné toutes les semaines pendant 4 ans et j’évite de porter les choses lourdes. Mon père s’en veut un peu de ne pas avoir réagi quand je lui ai montré que ma taille était plus creusée d’un côté que de l’autre mais moi je ne lui en veux pas du tout, j’en veux d’avantage au médecin qui n’a jamais vérifié. Les abdos sont un bon exercice quand on a une scoliose, et apprendre les gestes à faire pour se baisser, porter des choses etc en ne se faisant pas mal au dos. Je n’ai jamais eu de corset (j’avais presque fini ma croissance et ce n’était pas indispensable) mais il y a un très bon témoignage sur le site madmoizelle http://www.madmoizelle.com/corset-orthopedique-temoignage-177324. J’ai aussi eu un appareil dentaire, j’ai des semelles, des problèmes de genoux, et les hanches pas droites, et je suis myope, et tout est lié à mon avis. Si ta fille veut des avis/conseils d’une ancienne ado, tu peux lui donner mon adresse e-mail :).

    Répondre
  50. Christelle a dit…

    « Tu grandis c’est pour ça… » qui n’a pas entendu ça ?? J’avoue que moi même je le dis à mes ados qui déjà me dépassent d’une bonne tête. Ne t’en veux pas, personne ne se précipite chez le médecin à la moindre douleur.

    Mais ma choupette se plaint régulièrement du dos (et des tibias !!) et je vais être plus attentive.

    Par contre j’ignorais le lien appareil/scoliose, je viens d’aller sur le net, effectivement il semblerait qu’il puisse y avoir une incidence. Encore faut-il le savoir…

    Beaucoup de courage à ta Grande Chérie car j’imagine qu’il y aura des moments un peu downs… Nul doute que sa maman (qui n’y est pour rien !!) saura lui remonter le moral !!

    Biz à tous

    J’espère

    Répondre
  51. SmouikSmouik a dit…

    une idée qui vaut ce qu’elle vaut, un petit truc pour que ces deux années ne soit pas que du difficile : dans des circonstances similaires, j’avais acheté un gros (très gros) cochon tirelire, et j’avais dit à ma fille : « voilà, tous les jours, on mettra un euro. Les jours où ce sera vraiment super dur, on mettra 5 euros. Et puis quand tout ça sera fini, on se fera trois jours dans un endroit qui te fera vraiment plaisir, juste nous deux. » Ce qui a été formidable, c’est que lorsque les grands parents passaient, ils glissaient toujours quelque chose dans le cochon avec un clin d’oeil complice, ce qui mettait ma fille aux anges. Et enfin, au bout du compte, on s’est fait toutes les deux un voyage qui reste inoubliable pour elle et qui n’a eu lieu qu’à cause de ce « pépin. » Juste pour vérifier que, à toute chose, malheur est bon…
    Après, en fonction, ça peut être un voyage avec son père, ou tous les cinq, c’est à vous de voir. Courage en tout cas, plein de good vibs 😉

    Répondre
    • DOMINIQUE a dit…

      Très belle idée, Smouik. Ne serait-ce que pour la « leçon » positive.
      Avec ma mère, c’était, après la prise de sang à jeun, toute une corbeille de croissants avec une belle tasse de chocolat, dans le bistro près du laboratoire. J’attendais ce moment avec une telle impatience, que la prise de sang mensuelle, je l’attendais (à l’époque grosse aiguille et seringue en verre).
      Cela a duré deux ans, soit 24 corbeilles de croissants et 24 chocolats chauds mousseux. Et 24 sourires enchantés de ma mère.

      Répondre
    • Sév. a dit…

      oulala emue par le com de Smouiksmouik, les larmes aux yeux!
      Bon faut acheter 1 cochon à la grande chérie ASAP là!
      Bon courage la grande chérie…quelle nuque mais quelle nuque…1 grâce folle…

      Répondre
  52. Isabelle a dit…

    Nous avons nous aussi une fille qui est « un vaillant petit soldat ». Je comprends que ce soit difficile à vivre car nous voudrions leur avoir donné le meilleur mais dit toi juste une chose et crois-moi c’est important : sa vie n’est en danger.

    Répondre
  53. charlotte a dit…

    Bon courage la Chérie! «  » »Heureusement » » », son corser ne sera que la nuit..
    Et un jour, elle verra avec fierté que tout son acharnement et son travail n’a pas été vain.!! 🙂
    Des bisous

    Répondre
  54. lavieacinq a dit…

    Ne culpabilise pas !!! On est juste des mamans !!
    La fille d’une de mes amies porte un corset (y compris le jour !!), elle a 12 ans et a très bien compris l’importance du truc et des divers RDV.
    Les enfants m’épatent !!

    Répondre
  55. pmgirl a dit…

    J’ai vu ma fille Wonder sous oxygène pour ses 10 jours et c’est là que j’ai découvert la difficulté de voir son bébé (enfant/adolescent) souffrir.
    En tout cas, je note l’idée du cochon juste au dessus… Courage!

    Répondre
  56. Camelot a dit…

    J’étais au bord des larmes à la fin de la lecture du post d’aujourd’hui ; vraiment en larmes après la lecture de celui de 2008, celle-ci me rappelant des souvenirs douloureux d’échographie. Nos familles sont ce que nous avons de plus précieux et chaque grain de sable peut devenir un obstacle à combattre ! Je souhaite beaucoup de courage à ta Grande chérie, et à vous quatre pour l’accompagner !

    Répondre
  57. Anne So a dit…

    Cette idée de la tirelire peut être un très bon coup de pouce pour les jours difficiles ! Et ça matérialise parfaitement le fait que tout combat, même s’il est dur, vous enrichit toujours au final 🙂 Je vous souhaite du courage à tous et en particulier à ta fille et un bon dénouement 😉

    Répondre
  58. Ariane a dit…

    Mon coeur de maman de jumeaux saigne pour la chérie. A lui offrir « tiens-toi droite » de Judy Bloome qui traite très exactement de ce sujet sauf que l’ado doit le porter aussi le jour d’où négociations. Le bouquin est vraiment bien, je trouve.
    Et arrête de culpabiliser, tu as fait Sciences Po, pas médecine spécialisation orthopédie ! Ma fille a été diagnostiquée avec un astigmatisme foudroyant (il lui restait deux dixièmes à chaque oeil) en grande section de maternelle ! On n’avait pas remarqué qu’elle n’y voyait rien !
    Alors hauts les coeurs et de très jolies chemises de nuit pour faire passer la pilule ?

    Répondre
  59. Wafa a dit…

    Lorsque j’avais l’âge de ta fille, les médecins ont voulu me faire porter un corset à cause de ma scoliose. A l’époque ça n’était pas comme aujourd’hui, c’était contraignant, douloureux et à porter 24h/24. Ma voisine en avait eu un et elle était totalement exclus. Moi j’entrais en 6è, j’allais déjà être la plus petite de la classe, j’ai dit non. Ma mère n’a pas insisté, quelle erreur. Aujourd’hui je multiplie les problèmes liés à ma scoliose même si j’ai beaucoup moins mal au dos. Je regrette de ne pas avoir sacrifié ces 2 années qui m’aurait permis d’accoucher normalement par exemple. Courage à ta fille qui ne semble pas en manquer et bravo à ton nouveau médecin.

    Répondre
  60. juriste-in-the-city a dit…

    La mère parfaite n’existe pas et même si tu ne l’es pas, tu es pleine d’amour, d’intelligence et ça suffit bien !
    Je souhaite bon courage à ta fille mais je suis certaine qu’elle va passer l’épreuve haut la main, entourée de câlins, de bisous et de gourmandises.

    Répondre
  61. Luxisback a dit…

    Outch

    Je suis passée par là au même âge qu’elle… Ca va être dur au début surtout parce que quand tu mets le corset les 1eres fois tu ne le supportes pas c’est comme si tu étais prisonnière et qu’on t’empêchait de respirer… je me revois suffoquer et supplier en pleurant ma mère de me l’enlever… Puis ensuite c’est l’enlever qui devient douloureux car après 8h de sommeil dos bien droit, quand la colonne reprend ses droits c’est comme si tout se disloquait…

    Bref beaucoup de courage à la petite chérie.

    Juste 2-3 conseils (bon je te parle de mon vécu d’il y a 10 ans et maintenant les corsets sont peut-être mieux faits…):
    – y aller progressivement dans le serrage (si c’est toujours foutu pareil il faut le viser sur le devant) le docteur te dit de le mettre au niveau 2 direct mais bon… si elle souhaite passer par 1 semaine au premier rang pour s’y habituer ne pas l’en priver… il faut « prendre le temps de l’adopter » sinon on fait vite un rejet.
    – mettre sous le corset un fin t-shirt sans coutures (elles rentrent dans la peau sinon et peuvent blesser) qui atténuera les frottements car la mousse à l’intérieur est un peu abrasive.
    – vérifier régulièrement les aisselles et autres endroits en contact avec les bosses de mousses à l’intérieur du corset, car il peut être nécessaire de les limer pour les atténuer un peu: pour ma part comme ça appuyait trop fort j’avais fait des sortes de boules de nerfs ultra douloureuses aux zones de contact… et mes parents me prenaient pour une chochotte jusqu’à ce que la boule soit visible à l’œil nu. Bref ne pas hésiter à faire chier le prothésiste pour qu’il revienne sur son ouvrage afin qu’il soit le mieux adapté à la morphologie de ta fille.

    Voilà, tout ça n’est pas très positif… mais si ça peut te consoler quand j’ai jeté le mien à l’âge de 16 ans ça m’a fait un sacré pincement au cœur, un peu comme ces cicatrices qu’on préfère garder en souvenir plutôt que de les faire effacer au laser car elles nous rappellent que c’est aussi ça la vie, des coups durs et des serrages de poings.

    Ta fille le vivra très bien, elle est forte et fière ça se voit dans son regard… et elle a affronté pire la tête haute. C’est aussi ça qui en fera la femme courageuse et affirmée qu’elle deviendra.

    Je vous envoie du courage et des baisers…

    Répondre
  62. Sarah a dit…

    Il y a tant de choses que l’on aimerait pouvoir porter à la place de nos enfants, c’est si dur de les voir traverser ces épreuves un peu seuls quand même (aussi bien accompagnés soient-ils), que ce soit un enfant qui souffre à l’école, qui se prend un gros râteau amoureux ou amical ou qui a de lourds problèmes de santé, ils sont, plus que jamais à ce moment là, une partie de nous même qu’on aimerait porter nous-même.
    Et pourtant ça la constitue, ça la fera grandir, ça la rendra plus forte, plus droite… évidemment.
    Bon courage à vous tous, et, qui sait, ça sera peut être plus facile à gérer que ce que vous anticipez…
    Affectueuses pensées

    Répondre
  63. Karine a dit…

    Courage.
    J’ai une bonne double scoliose aussi, vaguement détectée vers 14 ans (pourquoi pas plus tôt alors que je passais mes journées dans des cours de danse classique, dos nu dans mes justaucorps? mystère). On a mis (ma mère s’en veut encore) entre 1 et 2 ans à réagir, j’ai échappé de peu aux 4 mois de plâtre pendant les années lycées, finalement j’ai eu un corset de jour + 1 autre corset de nuit + de la kiné (non ça ne fait pas mal) et aujourd’hui à 25 ans je m’en sors très bien. Ma scoliose a été stoppée malgré que j’ai été détectée en fin de croissance. Donc je garde mes degrés mais elle n’a pas évolué, c’est déjà ça.
    Tous les cas sont différents et le principal c’est

    Quelques conseils :
    – pour le corset de nuit, si elle a le même que moi, c’est à dire le très gros très impressionnant qui ne peut se porter QUE la nuit, oui les premières nuits vont vraiment être difficiles mais il faut persévérer. Au début on le garde 1 heure, on arrive pas à dormir et on l’enlève. C’est pas grave, c’est déjà ça, le lendemain il faudra juste tenir 10 minutes de plus… Ensuite elle arrivera à s’endormir mais se réveillera la nuit pour l’enlever, là encore c’est pas grave… jusqu’à finalement ne plus le sentir et réussir à dormir comme un bébé. A la fin, elle ne pourra plus dormir sans (mais vraiment, quand on m’a dit que je n’en avais plus besoin je n’osais pas ne plus le mettre, j’avais l’impression de dormir tordue et « pas tenue »).

    – l’emmener voir très tôt un bon ostéo, en qui tu as confiance, mais un qui ne fait pas craquer (j’ai des adresses si besoin). Malheureusement les médecins n’en parlent pas du tout, alors qu’ils sont vraiment géniaux pour soulager les douleurs et aussi pour apprendre à se tenir dans une « bonne » position qui diminue les douleurs la journée. Parfois ils vont pouvoir rééquilibrer le bassin (par exemple) et ça peut faire des miracles sur la scoliose. Bon il ne faut pas non plus attendre les miracles parce que c’est pas une science exacte, mais faut pas hésiter à y foncer.

    – les médecins vont lui dire à longueur de rdv « Tu vois là tu te tiens comme ça alors qu’en fait tu devrais être comme ci ». Faut pas qu’elle se prenne la tête avec ça sinon elle va passer ses journées à se tordre ou se coincer le dos en croyant bien faire.

    – l’inscrire à la piscine ou l’emmener faire du dos crawlé. C’est chiant mais c’est vraiment indispensable pour se muscler, les muscles du dos comme les abdos sont archi importants. Et la kiné ça ne suffit pas. Si je m’en suis sortie sans platre c’est notamment grâce à la danse qui m’a donné des abdos en béton. Ca lui servira toute sa vie (oui parce qu’autant le savoir tout de suite, scoliose = nouvelle dégradation après 40 ans. Et là, sans muscle, l’opération devient beaucoup moins optionnelle (ben oui on est plus « vieilles » donc notre corps résiste moins bien)

    – elle a l’air solide ta fille mais c’est quand même pas anodin de se faire « enfermer » justement à l’âge où le corps change et où on a tout à découvrir. Déjà qu’il y a la puberté à apprivoiser, si en plus ton dos devient ton ennemi, ça aide pas. Faut en parler, qu’elle ait 1 ou 2 bonnes copines à qui se confier. Eviter de faire de son corset LE sujet de conversation à table ou éviter de l’afficher devant toute la famille le soir parce qu’il faut lui crier dessus pour qu’elle le mette.

    Et puis n’oubliez pas toutes les deux qu’on est nombreuses à passer par là, des scoliotiques y en a à tous les coins de rue! 🙂
    A l’époque je m’étais inscrite sur un forum pour en parler avec d’autres filles (http://www.scoliose.org/forum/) ça m’avait beaucoup aidée, ne serait-ce que pour voir que ce qui nous arrive c’est pas si pire. Je sais pas si je le conseillerais parce que certaines histoires pourraient faire peur (comme à chaque fois qu’on parle médecine sur internet) , mais en tout cas si tu sens qu’elle a besoin d’en parler avec des filles qui sont passées par là et que tu n’as personne dans ton entourage, n’hésite pas.

    Courage courage courage!! La route est longue mais elle rend plus forte (proverbe chinois) 🙂

    Répondre
    • Karine a dit…

      Ma scoliose fait 25° en haut et près de 30° en bas… ou l’inverse, finalement on oublie vite!
      J’ai mal assez régulièrement, j’ai le dos qui craquouille facilement, je fais gaffe à ne pas porter de choses trop lourdes (ce qui m’arrange bien, les grosses valises et les déménagements, c’est pour les autres! 🙂 ) mais à part ça, c’est pas si grave et il y a bien pire. Faut juste faire gaffe aux répercussions sur d’autres trucs, moi par exemple j’ai la hanche et le genou qui déconnent et ce n’est que récemment que j’ai compris que tout était lié… alors qu’en fait, heureusement, ça se rééduque bien.

      Moi je vois beaucoup beaucoup de points positifs dans ton commentaire (que je n’avais pas lu en postant), elle n’a pas encore grandi et elle est à moins de 25°, pas de panique, c’est tout à fait raisonnable (j’ai été détectée à plus que ça et en fin de croissance). Le médecin qui te dit qu’elle va grandir à angle droit ferait mieux de peser ses mots, ça ne sert à rien de vous faire paniquer.
      Allez voir un ostéo au plus vite, vraiment, ça peut améliorer bien des choses.

      Et je sais plus du tout par quoi je voulais terminer la dernière phrase de mon premier paragraphe.

      Répondre
  64. HeLN a dit…

    Et puis aussi Caroline, tu n’avais peut être pas vu que la colonne de ta Chérie était en S, mais je suis sûre que de le partager ici, compte tenu du nombre de tes lectrices(eurs) permettra à d’autres enfants de bénéficier d’un diagnostic à temps.
    En tout cas pour ce qui me concerne, maman de 2 filles dont l’aîné de 10 ans est partie pour être une grande tige, je serai particulièrement vigilante, alors que c’est un sujet qui ne m’avait jamais effleuré/alerté.
    Alors pour ça, merci aussi.

    Répondre
  65. Eva au Chocolat a dit…

    Des baisers à vous, les filles… A la Grande Chérie, pour son courage et sa sagesse, et à toi, Wonder
    Mum, pour que la culpabilité ne devienne pas TON corset…

    Répondre
  66. Sibylle a dit…

    Plein de pensées pour ta grande si forte… On ressent chez elle une telle vie intérieure, une grande richesse où se réfugier quand ça secoue dehors, elle fera face avec beaucoup d’intelligence, à n’en pas douter, c’est déjà une sacrée demoiselle, tu dois en être très fière.
    Et bon courage à toi aussi…

    Répondre
  67. Ingrid a dit…

    Comme ta grande chérie est courageuse !! Ça ne sera pas toujours facile, mais je suis certaine qu’elle s’ en sortira merveilleusement bien ….je lui souhaite de tout coeur !! Pour ma part scoliose étant jeune, j’ai pratiqué le kinésithérapeute un bon bout de temps !!! J’en ai gardé un bon souvenir ! Le plus difficile sera certainement le corset la nuit, mais je suppose qu’on doit finir par s’ habituer !!! Allez mille pensées positives pour toute la famille !!! On sera au moins en pensée toute avec elle !!

    Répondre
  68. christine a dit…

    J’envoie une palanquée d’ondes positives à la Grande Chérie et je me permets de reprendre la suggestion d’un com’ : consulter un ostéopathe qui pourra peut-être soutenir/accompagner les autres traitements. Il y a des kinés qui pratiquent des techniques assez « pointues » type Mézières ou microkinésithérapie. J’ignore si cela est indiqué dans le cas de ta fille mais ça vaut peut-être la peine de se renseigner.
    Il me semble important d’envisager le corps dans sa globalité (un peu comme le fait le Dr Zermatti dans un tout autre domaine !).

    Répondre
  69. kro a dit…

    bon courage à ta puce ! Nos cœurs de maman se serrent toujours dans ces moments, tant on voudrait qu’ils n’aient jamais mal !
    Dans qques années elle sera devenue une belle liane bien droite et tout ça sera derrière vous !

    Répondre
  70. DOMINIQUE a dit…

    Résumons-nous. Enfin, presque.
    L’histoire de la tirelire cochon est géniale. Je propose d’appeler ledit cochon Smouik. Juste retour des choses.
    Discuter du projet avec la Grande Chérie, seulement les jours où elle n’a pas envie de noyer son frère.
    Donner un prénom au corset de nuit. Rien que pour dédramatiser.
    Le reste de la corvée, les séances, les spécialistes, les étirements, ça, hélas, c’est du ressort de votre quotidien.
    Bon courage, mais comme il a été dit dans les commentaires, elle en ressortira droite et confortée dans sa capacité à bien faire les choses. Et toi aussi !!!

    Répondre
  71. Nathalie, L'heure d'été a dit…

    Beaucoup de courage à ta puce : à tes mots, il est évident qu’elle n’en manque pas. Associe à cela tout l’amour que ses parents lui portent… cela va être un sacré « plus » dans les mois à venir.
    Tu es une sacrée maman, sois-en convaincue.

    Répondre
  72. Elisabeth a dit…

    Enceinte de 8 mois d’une petite fille et d’une sensibilité exacerbée, je viens de relire ce texte sur les pieds de ta chérie et j’ai pleuré tant et plus… La mère qui se transforme en louve, si vrai et si parlant ! Courage pour cette nouvelle épreuve, le combat ne sera pas simple mais être ensemble contre l’adversité cela rend plus fort !

    Répondre
  73. Vanessa a dit…

    Je viens de lire ton article et celui sur les pieds de ta chérie, c’est exactement ce qu’à eu ma cousine : les atèles petites pour les pieds et actuellement elle a le corset la nuit pour le dos pendant 2 ans. Elle ne l’aura plus à partir de septembre. Je dois t’avouer que oui, les 1ères nuits furent difficiles car le sommeil était dur à venir avec ce corset, mais elle s’y est très vite fait. Je suis sûre que ta chérie va supporter cette épreuve avec vous et votre amour.
    Bon courage à elle !

    PS : j’ai aussi pleuré comme une madeleine en lisant le texte sur les pieds

    Répondre
  74. Katell a dit…

    J’ai fini ton récit avec quelques larmes au bord des yeux. Plein de courage à elle et à toi aussi ! En attendant qu’elle profite à fond des vacances pour affronter cette rentrée un peu particulière pour elle.
    Un million d’encouragements à toute la famille !

    Répondre
  75. Caro d'ardèche a dit…

    Voilà juste pour dire que ma petite cousine de 17 ans a porté un corset pendant un an, maintenant tout va bien, elle fait même de la danse, alors plein de positive vibrations pour le joli dos rond de mamzelle L.
    Du courage, plein de courage, des tonnes de courage…..

    Répondre
  76. Laurence a dit…

    Salut Caro,
    Je commente rarement ici, meme si je passe tous les jours et devore tes articles – j’apprecie d’ailleurs de plus en plus ton blog!
    Bref.
    Cet article me touche beaucoup, car meme si je suis « grande » maintenant, je me souviens du haut de mes 32 ans que ce n’est pas tous les jours facile de grandir, meme si ces epreuves nous rendent plus forts finalement…
    Je voudrais aussi te conseiller un livre que j’ai lu et relu mille fois a l’age de la cherie (ca vaut d’ailleurs pour tous les livres de cette auteur, je crois les avoir tous lus a l’adolescence, la plupart plusieurs fois)
    http://www.amazon.fr/Tiens-toi-droite-Judy-Blume/dp/221103408X
    Ca lui plaira peut-etre…
    Pensees d’Espagne.

    Répondre
  77. Elosyia a dit…

    Plein de belles ondes pour la chérie, l’ombre ne se dissipe pas, mais au moins maintenant vous savez ce que c’est et qu’il y a des solutions.
    Des bisous à toute la famille !

    Répondre
  78. Irish a dit…

    Je vous souhaite à toutes 2 et à tout le reste de la famille un bon courage! A elle pour les raisons que tu as cité + haut, et au reste de la famille et donc à toi pour l’accompagner dans ce traitement de longue haleine… C’est un joli combat à faire ensemble. Plein de douces pensées…

    Répondre
  79. ZWP a dit…

    j’ai bien connu ce combat, je lui souhaite courage, patience et tolérance envers soi-même, le chemin est long mais il en vaut la chandelle (droite donc).

    Des pensées chargées d’énergie positive et une bonne dose de « f**** off, I’m awesome » 🙂 Bises de loin là bas, en Suisse

    Répondre
  80. frederique-etc a dit…

    Ta fille est vraiment épatante, pleine de courage et de force. Pas de doute, tout va bien se passer.
    Deux ans, finalement, c’est assez rapide sur l’échelle d’une vie, (facile à dire je sais), mais le résultat sera sans doute spectaculaire.
    Elle entrera au lycée belle et droite !
    L’idée de la tirelire est vraiment très bonne.

    Répondre
  81. Tan a dit…

    Plein de courage à ta fille, même s’il est évident qu’elle n’en manque pas. Une épreuve, c’est sûr, mais qu’elle remportera et dont elle pourra être fière.
    Smouik ton idée est magnifique !

    Rien à voir mais pour revenir sur le billet où tu parles de ton assiduité à écrire ici, pour ma part il est question d’assiduité à venir te lire, après quelques jours de vacances j’étais ravie de retrouver cet endroit, ses billets et ses commentaires, ils m’avaient manqué ! (Même si j’aurais évidemment préféré qu’il n’y ait pas d’ombre au tableau, je me rends compte que ce que je dis est assez maladroit…)

    Répondre
  82. Mel a dit…

    Plein de bons conseils ci-dessus, de la lecture de Judy Blume (« Tiens-toi droite ») à la méthode Mézières (ma soeur a échappé au corset grâce à cela, pour moi c’était trop tard).
    A mon époque (la même que la tienne) on ne parlait pas encore d’ostéo en France, mais je suis sûre que ça peut faire beaucoup de bien.
    Triple virage dans le dos pour moi, découvert en 3ème, avec aggravation rapide alors que ma croissance était terminée ou presque, quatre mois de plâtres et dix-huit mois de corset jour et nuit.
    Et je précise, rien à voir avec la taille : je ne suis pas grande du tout ! Le lien avec l’appareil dentaire (j’ai eu droit à la totale dans ce domaine), j’en ai entendu parler il y a quelques années, franchement je n’en sais rien.
    Ce qui m’a marquée :
    La brutalité du radiologue qui nous a balancé les mauvaises nouvelles sans ménagement (franchement, quand est-ce qu’on va intégrer dans les formations médicales un volet « relations avec le patient » ? Il ne suffit pas d’être un bon technicien).
    La bonne ambiance dans l’établissement où j’ai été hospitalisée (c’était à Lyon, c’était un centre pour les enfants et les ados, et j’ai rarement autant ri, même si j’ai connu des moments hard, pour les plâtres).
    En ce qui me concerne, j’étais tellement motivée pour éviter l’opération que je ne quittais mon corset que pour ma douche quotidienne. C’était ce que l’on m’avait prescrit, mais des copines dans la même situation avaient du mal à le garder non-stop.
    Les plâtres, c’était vraiment pas cool, mais par chance je les ai eus en automne-hiver, donc avec des gros pulls ça allait.
    Le corset : comme il a été dit plusieurs fois, oui aux T-shirts sans couture en dessous, et attention aux points d’appui (j’ai gardé une ou deux cicatrices, je pense qu’on aurait pu les éviter).
    En ce qui me concerne, passé le gros choc de l’annonce, j’ai bien vécu cette période, parce que j’étais concentrée sur un objectif : stabiliser, voire réduire la scoliose et éviter l’opération.
    Et autant j’ai eu du mal à m’habituer à le porter, autant je n’avais plus envie de la quitter la nuit, à la fin, tellement le corps s’habitue à tout (et on se sent soutenu-e) !
    Oui aussi aux conseils concernant la natation et autre : j’ai eu des douleurs pendant des années jusqu’à ce que je me décide enfin à pratiquer une activité qui me renforce les muscles du dos. Aujourd’hui, je pratique pilates et aquagym, mais ce qui compte c’est de trouver une activité qui plaise !
    Bon courage à ta fille ! Et ne culpabilise pas : mon médecin n’a jamais rien vu, je me tenais très droite, et c’est uniquement parce que j’avais remarqué une asymétrie au niveau des hanches pour la visite médicale que ça a été découvert.

    Répondre
    • Mel a dit…

      Et pour finir (je me rends compte que j’en ai écrit une tartine, mais le sujet me touche alors forcément), j’ai accouché tout à fait « normalement », avec péridurale, alors qu’à moi aussi on avait affirmé que ce ne serait peut-être pas possible, ou qu’elle ne marcherait que d’un côté…

      Répondre
  83. Claudine a dit…

    Bonjour Caroline
    Ma fille aînée est aussi passée par là. Elle était suivie parce qu’elle avait des risques de scoliose ( elle est polyhandicapée ) et pourtant au moment d’entrer dans la puberté, lors d’une radio de routine, boum sa colonne avait fait un S sans prévenir ! Le choc, on s’en veut de n’avoir rien vu mais c’est le lot de tous ceux à qui c’est arrivé de n’avoir rien vu. Ca va à toute vitesse. J’ai pleuré, pensant qu’elle ne supporterait jamais cette contrainte ( plâtre pendant deux moisde juin à août 2003 -si si, l’été de la canicule !! Puis corset nuit et jour pendant je ne sais plus combien d’années ) et bien elle a été super forte, elle a tout enduré. Ca n’a pas été tout rose,bien sûr mais ça n’a pas été le drame que je m’étais imaginé. Quand elle n’a plus eu besoin du corset , ça lui manquait, elle dormait le dos plaqué contre le bois du lit!
    Bref, sa scoliose s’est stabilisée et l’essentiel est d’avoir échappé à l’opération.
    Bon courage à ta fille. L’idée de Smouik est magnifique !!

    Répondre
  84. Anne-Laure a dit…

    Bonjour Caroline,
    Je viens de lire ton post et je voulais juste te faire partager mon expérience. J’ai, en effet, vécu des années durant ce que s’apprête à vivre ta fille.
    On m’a fait les pires diagnostics, menacé de coque en plâtre, d’immobilisation totale. On m’a interdit certains sports. On m’a prédit des grossesses alitées, …. Et au bout du compte, tout va bien. Je vis avec une grosse scoliose, mais je souffre peu du dos. J’ai eu deux grossesse, tout à fait normales, sans douleur particulière et je vis une vie tout à fait normale aujourd’hui. J’ai aussi eu droit aux séances de kiné pendant 12 ans, deux fois par semaine. Et tout et tout, mais ce qui a vraiment changé ma vie et ma scoliose, c’est l’osthéopathie. Si tu crois à cette médecine, si tu as un bon osthéo, fonce le voir et fait suivre ta fille régulièrement. Dès que j’ai commencé l’osthéopahie, ma scoliose a commencé à régresser petit à petit. Là où les séances de kiné ne donnaient aucun résultat, l’osthéopathie a marché. Alors bien sûr, les médecins ne l’ont jamais reconnu, mais ça a changé ma vie et mes douleurs. Aujourd’hui adulte, je continue à me faire suivre régulièrement et tout va bien. Alors courage à ta puce et à toi, mais n’écoute pas trop les discours parfois alarmistes et souvent pessimistes des médecins, la scoliose avec un peu de rigueur et un bon spécialiste, on peut vivre avec sans trop de problème. 🙂 Bon été.

    Répondre
  85. Manou a dit…

    Caroline, je ne poste quasiment jamais de commentaire, mais là je me permets de te conseiller la lecture de Thérèse Bertherat, « Le corps a ses raisons ». Jolies pensées à ta Chérie…

    Répondre
  86. nathalie a dit…

    J’en ai eu un 5 ans. Le plus dur me semble non pas l’inconfort, mais la sentiment marqué de différence quand on le porte en public – quoi qu’on fasse, cela se voit. Si elle ne le garde que la nuit, j’espère que tout se passera bien ! Mon conseil : le mieux à mettre en dessous pour plus de confort, c’est un petit bateau un peu serré. Et bien demander à ce que le corset se ferme par l’avant et pas par l’arrière, sinon ta fille ne pourra pas le mettre et l’enlever seule facilement.. En cas d’irritations, le mieux, comme pour les bébés, c’est le liniment.
    Bon courage, cela en vaut la peine !

    Répondre
  87. Vanes' a dit…

    je remonte les billets a mon retour de vacances, et celui ci m’a particulièrement touchée et j’avais juste envie d’envoyer plein de courage a la Chérie et des pensées a sa maman …..

    Répondre
  88. MissCoquelicot a dit…

    J’ai lu avec attention et je souhaite beacoup de courage à ta fille. Je me suis revu l’an dernier en septembre, entendre les médecins me dire que ma fille de 11 ans avait un pb de dos, qu’il fallait un IRM, en fait chez elle, pas de scoliose mais une hernie discale 🙁 rarissime si jeune, elle a du aussi porter un corset pendant 3 mois mais 24h/24, elle a passé l’année chez la kiné, 3 séances par semaine et visiter régulièrement l’orthopédiste (excellente adresse si tu veux, et spécialiste des enfants). Elle a tenu le coup, ils sont costauds dans l’adversité nos enfants !! par contre, recommencer les séances de kiné en septembre, ne pas savoir si elle pourra reprendre le sport, c’est dur à envisager pour elle….. Alors vraiment beaucoup de courage pour ta fille, elle a l’air si sage et sereine et pour toi, se dire qu’ils sont bien suivis nos enfants, on a de la chance quand même !!

    Répondre
  89. Noémie a dit…

    Bon courage pour la kiné, pour le corset….
    Pas très sympa le radiologue, de s’étonner que ce soit le premier cliché….
    Et ´félicitations au médecin qui a pris la peine d’examiner ta chérie comme il faut alors qu’elle ne venait que pour un vaccin.
    Souvent les scolioses sont imperceptibles avant la puberté, et ne décompensent qu’à ce moment là, car la croissance est beaucoup plus rapide…. donc, ne te fustige pas de ne rien avoir vu venir. Après tout, elle a été vue lors des visites scolaires aussi, et là personne n’y a rien trouvé à redire (alors que c’est une des choses qu’on est censé chercher….)

    Répondre
  90. emmafromparis a dit…

    la tuile, pauvre chérie! je lui souhaite plein de courage.
    Une jeune généraliste enthousiaste qui remplace un vieux médecin, ça me fait penser au docteur A sur l’avenue d’I. C’est bien ça?

    Répondre
  91. Justine a dit…

    C’était donc ça ce fichu grain de sable. A un moment j’ai pensé que c’était lié au boulot du Churros ou du tien… dans un sens il aurait mieux valu.
    Bon courage à ta grande chérie. Ce que tu nous dis d’elle me fait penser que cette épreuve devrait aller « pas trop mal ». Malgré tout, j’espère qu’elle sera plus courte que prévue.

    Répondre
  92. evi33 a dit…

    Je prends le temps de répondre pour la première fois à une blogueuse car l’histoire de ta fille fut également la mienne. Et cette situation me touche encore beaucoup.
    J’ai 32 ans aujourd’hui mais j’ai porté pendant 2 ans entre mes 13 et 14 ans un corset qui m’immobilisait de la poitrine aux hanches. La première année, je ne le portais que la nuit et la deuxième année je le portais malheureusement jour et nuit car la situation ne s’améliorait pas vraiment. Vive le collège avec cet angin qui se voit de toute façon, été comme hiver.
    Foutue scoliose, tout pareil que ta fille. Décelée par ma grand-mère pendant des vacances d’été, comme ça un matin, sans prévenir.
    Ce petit mot pour donner à ta fille tout le courage du monde car même si elle a l’air très volontaire, elle connaitra sans doute des grands moments de découragements et un ras le bol des kinés.
    La volonté des parents est aussi importante car face à un enfant en larmes, implorant d’enlever ce carcan, il faut être fort comme l’a été ma merveilleuse maman et ne pas céder (en tout cas pas trop souvent :))
    Son sommeil va être modifié, l’image qu’elle a auprès de ses camarades aussi. Et c’est là qu’elle rencontrera sans doute les personnes les plus importantes pour la suite. Celles qui ne se moqueront pas de cette situation et sauront la soutenir.
    Mais toutes ces difficultés en valaient la peine.
    Ma scoliose s’est stabilisée, on voit que ma colonne n’est pas droite mais je ne suis pas bossue comme je l’aurai sans doute été sans corset.
    On m’avait dit que j’aurais très mal au dos en étant enceinte (avec immobilisation) et que je n’aurai sans doute pas le droit à une péridurale mais finalement, il y a 16 mois, une petite fille m’a comblée de joie et sans douleur (en tout cas pas plus que d’habitude).
    Il sera important après cette épreuve que ta fille continue à prendre soin de son dos (natation par exemple) et voit régulièrement un ostéopathe mais ce n’est rien car elle aura acquis une confiance et une maturité qui forceront l’admiration et lui feront faire de grandes choses dans la vie.
    Bon courage et bonne chance à elle (et à toi, à vous).

    Répondre
  93. AnneduSud a dit…

    De fil en aiguille…
    Je parlais tout à l’heure avec Sixtine(ma fille de 25 ans) de Jacques Demy et donc des références de la grande Chérie. Et donc de ses soucis de scoliose. Et Sixtine me parle aussitôt du livre Tiens toi droite déjà mentionné plus haut. Une de ses livres préférés d’ado. Elle l’a lu plein de fois et avait adoré! Bises à ta minette.

    Répondre
  94. Emilie a dit…

    Bonsoir chère Caroline,

    Je vous suis depuis quelques temps maintenant, avec depuis toujours cette envie folle de vous lire, de découvrir vos lignes à chaque publication. J’aime vos mots, votre humour, vos maladresses parfois. Je suis si souvent étonnée à quel point deux personnes inconnues peuvent penser la même chose face à certains évènements (politiques surtout – votre billet du 6 mai comment dire… M’a fait pleurer de joie). Cet article du 2 août dernier fut encore plus poignant pour moi. Dès le titre. J’ai connu le S du dos, le mal permanent, la peur d’aller chez le médecin, le virage dangereux. J’ai cru lire ma mère, qui, je l’ai appris plus tard, a énormément culpabilisé, se sentant coupable, pensant avoir « raté » sa fille. Bien sûr, il ne faut pas, mais c’est difficile pour une maman. Je n’ai pas voulu du corset et l’on m’a opérée tout de suite, la scoliose étant trop prononcée. J’ai eu un nouveau dos pour Noël et pour la première fois de ma vie, je souffrais. Physiquement et moralement car des gens pleuraient, s’inquiétaient pour moi. Je culpabilisais. C’est une très mauvaise période, vous le savez. Aujourd’hui, nous en parlons normalement et la douleur n’existe que dans mes souvenirs, qui sont loin heureusement. Ce fut une épreuve qui a radicalement changé ma vie, en bien.

    Je ne commente jamais et cette fois, c’est idiot mais je voulais le faire. Pour vous remercier surtout. Merci pour votre poésie, votre simplicité, votre douceur, votre courage, vos récits de vacances en famille, de ballades entre amis, de découvertes culinaires, vos coups de gueule et de cœur. C’est un réel plaisir de vous lire, sans voyeurisme aucun. Je vous souhaite du courage, de la ténacité, de la patience, il en faudra pour ce douloureux chapitre, qui se lira d’une traite tant votre famille semble unie. Je vous remercie encore !

    Répondre
  95. Sandrine a dit…

    Bonjour, je découvre votre blog avec cet article sur votre fille…
    Nous venons d’apprendre que notre fille de 6 ans a également une importante scoliose (tout comme moi). Elle recevra son corset (à porter la nuit) mardi prochain.
    Vu mes antécédents et ceux de ma mère, le médecin lui a prescrit une échographie cardiaque et une IRM à faire pour écarter toute possibilité de maladie neurologique…
    Tout cela est stressant ! Vivement que nous ayons les résultats de tous ses examens !

    Comment votre fille supporte-t-elle son corset ? Quel âge a-t-elle ?

    Répondre

Vote commentaire

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>