Mois : août 2017

Mes dix meilleurs

Ayant passé pas mal de temps à geindre depuis un mois, sur mon triste sort de parisienne coincée sous des trombes d’eau à la capitale pendant que TOUT LE MONDE (mon sens de la mesure) était sous les tropiques, je me suis dit que pour chasser un peu ma bougonnerie ambiante, j’allais lister les « meilleurs » de ma vie (je prépare un article sur comment positiver intelligemment, on va dire que ce sera une des solutions proposées) (n’hésitez pas à me proposer d’autres idées en la matière). Voici donc dix de mes « meilleurs », peut-être que ça vous inspirera aussi ?  En lire plus »

Mes recettes de l’été

Je vous avais promis un billet sur mes dernières découvertes culinaires, le voici. Vous me connaissez, je ne me prétends pas très bonne cuisinière et je déteste les recettes compliquées, comme le disait ma grand-mère avec qui j’avais beaucoup de points communs, je n’ai pas la patience. Ceci étant dit, je suis gourmande et j’aime passer du temps à malaxer les aliments, à chercher des idées d’assaisonnements et à dégoter des recettes simples mais bonnes. Bref, je ne vous promets pas le grand soir mais quand même un peu. En lire plus »

Miscellanées de l’été 2017

Je pensais naïvement que le fait de rester à Paris quasiment tout l’été m’encouragerait à écrire régulièrement ici et d’une manière générale à entamer tout un tas de projets personnels pour lesquels je n’ai jamais de temps disponible le reste de l’année. Vous avez pu constater ce qu’il en était pour le blog. Pour le reste c’est exactement pareil. Alors certes, après ces trois semaines au chevet de ma grande, j’ai enchainé avec une espèce de gastro aux allures de marathon intestinal. Mais il n’y a pas que ça, je pense. La vérité c’est que j’avais sans doute besoin de ne rien faire, ou alors que le contrecoup de ces semaines à angoisser est plus important que je ne l’avais anticipé. Ceci étant dit, je n’ai pas non plus totalement RIEN fait, voici donc un compte rendu relativement lapidaire de ces derniers jours, dont l’intérêt est, j’en conviens, discutable. (mais c’était ça ou rien en fait). En lire plus »

Quand le corps décide…

On parlait dans le billet précédent du corps, de ces notions d’acceptation qui sont parfois assez ambiguës. Je me suis souvenue que mon quelqu’un m’avait récemment glissé que l’on ne pouvait pas mettre son corps de côté comme s’il n’était qu’une enveloppe embarrassante. « Il faudrait le traiter comme un ami, comme un allié, prendre soin de lui, lui accorder ce plaisir dont il a besoin », me disait-elle (en gros, hein, je ne prends pas de notes).

Des mots qui avaient résonné, mais qui ne m’ont pas non plus fait changer mon approche pour autant, hélas. Je me suis tellement construite avec cette conviction que l’esprit primait sur le charnel que c’est difficile de s’en défaire.  En lire plus »

Foutez-nous la paix avec le body-positive

Long time no see… J’ai eu besoin d’un peu de temps pour moi (essentiellement passé dans mes toilettes, mon corps ayant décidé de se rappeler à mon bon souvenir par une gastro monumentale. Il y a les crues centenaires de la Seine, il y aura désormais l’équivalent pour mes intestins) (pardon).

Bref, je me délecte depuis des années de cette expression printanière, « chier en spray », j’ai désormais une idée assez précise de sa pertinence.

Amis de la poésie, bienvenue.

Mis à part ça, j’avais envie de jeter un petit pavé dans la mare, à l’heure où les articles sur le « body positive » fleurissent un peu partout, de Facebook à Instagram en passant par tous les magazines féminins qui viennent tout juste d’écluser leur numéro censé nous aider à perdre trois kilos avant l’été et préparent le suivant qui célèbrera comme de bien entendu les rondes (bah quoi ?). Rien de nouveau sous le soleil en somme. Si ce n’est finalement un surcroit d’hypocrisie. En lire plus »