Littérature jeunesse: la chronique de Marje #19

lmr

Avec un peu de retard sur le timing, voici la chronique de Marje, pile poil pendant le salon du livre de la jeunesse et au moment aussi où nous choisissons les cadeaux pour nos petits et nos grands. Encore une très chouette sélection, par la passionnée et passionnante Marje. Merci à toi, vraiment. Et bonne journée à tous. J’annoncerai la gagnante du concours d’hier dans un billet dédié demain. La parole à Marje ! En lire plus »

Wishlist de Noël

wish2

Oui je sais, c’est ce qu’on appelle un marronnier. Mais parfois ça a du bon les marronniers non ? Je vous ai listé des cadeaux dont je SAIS qu’ils font à 99% plaisir à ceux qui les reçoivent. Il y a un peu tous les prix et tous les genres, mais en gros, (si on excepte les livres) c’est en général ce que j’offre à mes proches (ma soeur, ma mère, mes copines, etc) (oui, mes proches filles, pour les garçons j’avoue je suis assez nulle, j’essaierai de vous faire quand même une wishlist pour eux). Et la cerise sur le gâteau… En lire plus »

Cannabis, alcool, trouver les bons mots

IMG_9749

Ma première fois avec un joint, je m’en souviens comme si c’était hier. J’étais en 1ère et j’avais un copain, J., qui en plus d’avoir la beauté du diable, était un sacré fumeur et pas que de gitanes. Moi je clopais des Peter stuyvesand bleues longues cartonnées (rien que les demander au buraliste me prenait l’après-midi) mais la drogue jusque là, j’étais quand même très contre (à l’époque porter un gilet Agnès B me paraissait être le comble du punk, vous voyez le genre). Mais mon année de 1ère, en plus d’être marquée du sceau du naufrage scolaire (grosse erreur d’orientation en 1ère S) fut aussi celle des premières conneries (j’ai découvert l’autre sexe sur le tard il a fallu que je me rattrape).

Donc, J. jeune homme de bonne famille et néanmoins rebelle de notre bande, m’a proposé de me déniaiser, mais pas de la façon dont j’aurais voulu en vrai. Et comme faute de grives on mange des merles, j’ai donc accepté de fumer un pétard au lieu de l’embrasser. C’était dans son jardin, en été, et j’ai du tirer trois taffes, puis rire deux heures d’affilée pour terminer la tête dans le pot de Nutella. Par la suite, pendant plusieurs années, j’ai rarement refusé le bédos quand il tournait, sans être néanmoins accro, parce qu’en vérité, la perte de contrôle et moi ça fait deux. Je n’ai jamais été plus loin que ça, j’ai toujours refusé tout autre psychotrope, pas par excès de morale ou que sais-je, mais j’avais bien trop peur de rester bloquée aux champis ou de mourir d’un arrêt cardiaque à cause d’un trait de coke. Et puis j’ai fini par ne plus aimer tant que ça non plus la fumette, après un pétard un peu trop chargé, qui a déclenché chez moi la pire crise de parano que j’ai connue. Surtout, maintenant que j’ai dit adieu à la cigarette, je ne veux plus tenter le diable (j’ai bien sûr aussi essayé à une époque de me contenter du pétard du samedi soir tout en me patchant le rester du temps) (guess what: ça n’a pas très bien fonctionné). Bien sûr, quand ça tourne en soirée (ça devient rare cela dit), je suis tentée, ne serait-ce que parce que ça continue parfois de me faire vraiment rigoler. Mais le simple fait d’inhaler ce que les autres recrachent suffit à me faire planer. Je ne coûte pas bien cher en gros. En lire plus »

Five little things #7

12298774_1659218590998094_1018801679_n

Comme je le racontais sur Facebook récemment, mon fils, qui ne pense absolument jamais à rien, nous fait signer les autorisations de sortie le lendemain de la sortie en question, part en camp d’éclaireurs sans tenue de rechange et j’en passe, sait en revanche très bien que tel jour de la semaine, en l’occurrence le jeudi je crois, il y a frites à la cantine. Et comme le ketchup y est dégueulasse, n’omet jamais, la veille au soir, de glisser le pot de ketchup format familial dans son Eastpack. La tête de son père.

Samedi, on dinait avec des amis dont l’aîné, promotion 2000 lui aussi, venait de leur apprendre qu’il s’était engagé aux Jeunesses communistes. On a les combats qu’on mérite, le nôtre je pense pourrait éventuellement organiser un blocus pour qu’il y ait de la mayo à la cantoche. Mais je n’ai pas l’impression en revanche qu’une autre cause puisse pour l’instant le déloger de son fauteuil de gamer (je vous jure on dirait un CEO, son casque avec micro intégré vissé sur le crâne et sa souris de l’espace). Je n’arrive pas trop à savoir s’il faut s’en réjouir ou pas.

Voilà, à part ça, five little things… En lire plus »

« Free lance » mode d’emploi

IMG_9852

Aujourd’hui, exceptionnellement, le churros travaille à la maison. Après avoir emmené – exceptionnellement aussi du coup – Rose à l’école, il est revenu et s’est exclamé en s’asseyant sur le canapé: « putain je sais pas comment tu fais pour travailler ici. Je veux dire, quand t’as pas envie, tu fais comment vu que t’es pas obligée ? » Un cri du coeur qui survient juste après ces questions de Rose, poséee avec toute la candeur d’une enfant de 7 ans:

– Maman, t’es bien journaliste, comme papa ?

– Oui mon coeur.

– Et tu fais aussi d’autres choses, des scénarios et ton blog ?

– C’est ça…

– Mais alors, comment tu expliques que tu travailles deux fois moins que papa ?

– … (si j’écrivais un sketch pour Parents mode d’emploi j’ajouterais: « Tête de Caro »).

Ce petit préambule pour vous dire que je reçois régulièrement des mails de personnes souhaitant se mettre à leur compte et me demandant des conseils. C’est souvent difficile pour moi d’y répondre tant chaque cas est personnel et que ce qui peut être vrai pour le métier de journaliste ne l’est pas forcément pour celui de traducteur, de pâtissière ou je ne sais pas, moi, de tricoteuse d’art. Mais forte d’une expérience qui tout de même se compte désormais en années (cinq très exactement à compter de janvier), je me dis que je peux vous donner quelques conseils de base, puisés dans mon vécu et qui je pense devraient concerner le maximum de free lance. En lire plus »

#JIJI aka « maisquelcon »

IMG_0317

Je sens que vous avez tous envie que je vous donne des nouvelles de Jiji. Si si.

Ok, ok, ok, je m’exécute.

En préambule, je ne vous cache pas que Jiji, ayant grandi, fait un peu moins l’objet de nos roucoulements idiots (sachant qu’en plus, il ne me ramène plus que quelques centaines de like sur Instagram, comme dit Violette, il est temps de le jeter). S’il a pu penser à un moment que son vrai nom était « ooooooohmaisquilestmignon », il lève désormais la tête dès qu’il entend « maisquelcon ».

Il faut dire que sans être le diable en personne, il lui est sûrement apparenté. Disons qu’il est probablement le frère caché et simple d’esprit de Lucifer. Morceaux choisis. En lire plus »

J’aime #90

10175210_1477262382582300_964184684_n

A ma plus grande surprise, je continue à courir. Bon, pour être honnête, j’ai un peu ralenti la cadence ces derniers jours, mais c’est uniquement une question d’emploi du temps. Et je n’aurais jamais pensé écrire ça, mais ça me fait du bien (ça me tue un peu aussi les jambes mais on se comprend). Dimanche, avec le temps magnifique auquel on a eu droit, courir après ces jours d’intense stress a été je crois, avec la musique, ce qui m’a le plus apaisée. Un réconfort à court terme, certes, mais ce qui est pris n’est plus à prendre. Et puis il y a le reste…

J’aime… En lire plus »

Brigitte ou la grâce.

11906374_915398505180859_495953972_n(photo @Brigittedefrance)

Samedi soir on avait un concert au Zénith prévu depuis des mois. Je ne vous cache pas que l’un de mes premiers réflexes après le 13 novembre a été de prévenir le churros que ça serait sans moi. Pas vraiment parce que j’avais peur – enfin si, un peu – mais parce que l’idée de laisser les enfants seuls toute la soirée en étant tout de même assez loin (le zénith est un peu ce qui peut se faire de plus éloigné de notre nouveau chez-nous) ne m’enchantait pas (si je pouvais remettre toute ma portée dans mon ventre, depuis une semaine, je ne me gênerais pas) (ce qui compte-tenu de la métamorphose du machin en trois mois relève définitivement de la science fiction). Et puis le Zénith, à vrai dire, je n’aime pas trop. Trop grand et son de merde (in my opinion).

Mais quand j’ai dit à ma copine Zaz que j’envisageais de renoncer au concert de Brigitte, elle m’a vigoureusement remonté les bretelles, me prévenant que je m’apprêtais à rater un pur spectacle. En lire plus »

Five little things #6

12231059_721180434684382_1747101267_n

Si vous saviez comme on s’interroge avec mes collègues blogueuses sur le bon moment pour reprendre une activité « normale ». ça peut vous sembler un peu dérisoire, mais quand on a pour seul patron soi même et que l’on a coutume de parler tout de même surtout du superflu, pas facile de savoir si c’est indécent ou non de refaire un look, vanter les mérites d’une crème hydratante ou de chroniquer un bouquin. La vérité, c’est que ce sera probablement toujours trop tôt pour certaines, trop tard pour d’autres qui préfèreraient trouver sur nos pages du divertissement plutôt que des larmes. J’ai décidé qu’aujourd’hui on allait essayer. On verra bien où ça nous mène, n’est-ce pas ? Alors five little things pour tenter de redonner un peu de couleurs à la vie qui décidément ne cesse d’en perdre… En lire plus »

Et après ? Je ne sais pas.

11939597_865027766938385_22609857_n

Alors déjà merci. Je ne sais pas par quel miracle ce blog échappe aux extrémistes et plus généralement aux cons, mais force est de constater qu’on est bien épargnés. Certains diront que c’est parce qu’on est « entre nous » et qu’on ne reflète pas une seconde l’état réel de la sacro sainte « opinion », mais je vous avoue que je m’en contrefous, je l’emmerde l’opinion, surtout quand elle se traduit par des horreurs comme celles qu’on peut lire sous les articles du Parisien. Je suis consentante pour continuer à faire trempette dans cette petite piscine bienveillante. Merci pour vos commentaires, les liens qui sont donnés vers des éclairages passionnants, vos doutes, votre tristesse, votre colère. Je ne vais pas vous dire que je pète la forme, j’imagine que je fais comme tout le monde, un pas devant l’autre. Mais… En lire plus »