Soldes, round #3 – Les dessous

 

tamtam2

J’ai souvent parlé ici de dessous et notamment de ceux de Princesse Tam-Tam. Cette marque me suit depuis des années désormais tant ses soutien-gorges sont de ceux qui me vont parfaitement. Surtout on y trouve de quoi contenter les poitrines les plus petites – c’est là que j’ai trouvé le premier ensemble pour ma grande quand elle jouait encore les amateurs en la matière – comme celles plus opulentes (mon 95 C voire D y trouve son bonheur régulièrement, avec une préférence pour l’ensemble n°10, le Maryline (alias Garance Doré mais avec un i).  En lire plus »

10 ans de pensées by caro – Concours n°1 – Trench&Coat

IMG_0519

Comme je vous le disais, je fête ce mois-ci les dix ans de mon blog. Je me souviens comme si c’était hier de ce premier billet. Je travaillais alors dans une agence de presse appelée AEF dont les bureaux se trouvaient dans un vieil immeuble niché dans une toute petite impasse à l’ombre du collège de France. J’étais heureuse, vraiment, je venais d’obtenir ma carte de presse, ce qui me semblait à l’époque être un aboutissement. Je partais souvent à l’étranger (enfin essentiellement à Bruxelles, mais c’est quand même l’étranger) parce que je suivais l’actualité de l’enseignement supérieur à l’international (ce qui pour une phobique de l’avion pouvait poser problème) (ça posait en effet problème). J’adorais travailler dans ce quartier, à mon sens le plus beau de Paris, fréquenter les universités parisiennes, italiennes, portugaises ou écossaises, les institutions européennes et même des ministres. Qu’on ne se méprenne pas, mon agence n’était pas très connue et dans la chaine alimentaire des journalistes, je me situais sur le pallier et encore. Mais ça n’avait pas d’importance, je faisais le métier dont j’avais toujours rêvé, je vivais de ma plume, mes twins faisaient enfin leurs nuits et j’avais un churros adorable. Et à midi, souvent, je mangeais un sandwich dans le petit jardin du musée de Cluny. En lire plus »

Pauvre maman

IMG_1187

Quand on rentrait de l’Île de Ré en voiture – à noter que nous avons vécu le pire retour de l’histoire, avec une voiture en feu à la sortie du péage de Saint-Arnoult qui a créé, je cite la meuf de 107.7 qui n’est pas une pucelle du bouchon, « le plus bel effet entonnoir que j’ai jamais vu et croyez moi j’en ai vu! » On était presque contents pour elle tellement elle avait l’air enthousiaste (il y a des gens qui aiment leur métier que voulez-vous). Un peu moins quand on a réalisé qu’on ne s’extirperait pas de ce merdier avant une bonne heure. La seule chose qui nous a soulagés ? Insulter la meuf de 107.7. Rien de personnel, hein, Sandrine. En lire plus »

Soldes, #round2 – Les shoes

sarenza

And now… SHOES ! Sans grande surprise, j’ai dégoté chez Sarenza des boots, des boots… et des baskets, bien bien soldées. J’ai mis des salomés pour faire genre mais honnêtement je passe ma vie en boots et baskets. Pas forcément la reine du glam’ mais mes pieds carrés me disent régulièrement merci. A la demande générale, j’en profite pour vous faire un petit update sur Jiji, dont je vous parlerai plus longuement dans un billet, mais donc ma grande n’est pas allergique et si Jiji est clairement en probation rapport à sa propension à prendre notre sous-sol pour sa litière, il reste pour l’instant en sursis. Voilà, je vous laisse avec toutes ces petites merveilles, je vais pour ma part craquer sur les New-balance, mes Stan Smith sentent le rat moisi. En lire plus »

Soldes, round #1 – Devil Monop’

Monoprix

Partenariat

Avec cet hiver qui n’en a pas été un et ces derniers mois ne prêtant pas à la consommation effrénée, les soldes promettent d’être fofolles. Monoprix, auquel je voue un culte qui n’est plus un secret pour personne et qui reste l’un de mes fournisseurs officiels de blouses et robes en tout genre, m’a demandé de vous montrer une sélection de bonnes affaires. Je n’ai pas eu à chercher beaucoup et j’ai réalisé surtout que sans m’en rendre compte j’avais quand même pas mal compulsé chez eux puisque je possède la blouse blanche, la marinière, la chemise avec des chats et la robe en crêpe kaki. Par contre ces baskets Masscob m’avaient échappé et comme je suis de plus en plus adepte des baskets blanches (ma grosse personnalité sans doute), je songe sérieusement à dégainer ma CB. En lire plus »

J’aime #93

IMG_0545 (1)

Ouh là là que le rythme est difficile à reprendre. Vous allez donc avoir droit à un billet du matin, écrit avec les yeux encore collés par leur petit caca dégoutant. (2016 année du glamour)

Merci pour vos voeux qui me vont droit au coeur et vos souhaits pour ma fille (à ce titre je suis preneuse de tout témoignage de personne ayant été opérée d’une scoliose récemment) (je dis récemment parce que l’opération a beaucoup évolué et n’a plus grand chose à voir avec ce qui se faisait il y a quinze ans ou plus il me semble).

Sans transition, je me dis que ça peut être sympa d’embrayer avec un petit billet « J’aime ». Parce que 2016… etc etc (le running gag qui va vous épuiser).

Alors J’aime… En lire plus »

En 2016, on s’envole ?

IMG_1181

Il y a quelque chose de désormais très convenu à vous souhaiter sur ce blog une bonne année. Mais parfois les traditions ont du bon et puis je crois que le seul intérêt de ce rituel est de regarder vers l’avenir. En même temps, comme le dit si bien Violet Grantham dans le Christmas Special de Downton Abbey, « ce n’est pas comme si nous avions le choix ».

Alors foin de nostalgie, faisons de 2015 table rase et misons tout sur 2016, qui a au moins le mérite de nous proposer une rime digne de ce nom. En lire plus »

Respirer…

IMG_0928

Juste une petite carte postale en passant, depuis la belle île de Ré où nous passons une semaine à quinze, comme chaque année. Je le dis souvent et ça n’est pas de moi, le bonheur n’est pas très intéressant à raconter, alors je ne serai pas très bavarde. Les journées filent au rythme de balades en vélo dans les marais et – oui ! – de quelques sorties running « jusqu’à la plage ». Les enfants piaillent et rient fort, les ados s’emmerdent mais semblent en retirer malgré tout un certain plaisir – si si – les bouteilles se vident à la vitesse de la lumière et les marmites bouillonnent d’eau pour les pâtes ou autres patates. N’avoir comme seul dilemme la destination de la prochaine excursion ou le choix cornélien entre saucisse de Morteau ou Montbeliard, voir tous ces rejetons créer des liens peut-être durables, rire des mêmes idioties inlassablement répétées année après année, raconter à l’envi tout ce qui a été vécu, parfois se taire, un instant, pour que passe l’ange. Ces derniers mois n’ont épargné personne, on a tous des bagages un peu lourds, alors on déguste minute après minute de cette parenthèse. En lire plus »

Paillettes au pied annoncent l’été (ou pas)

IMG_0648

Je ne sais pas bien pourquoi mais plus ça va et moins je suis tentée de m’endimancher (en réalité je ne l’ai jamais été, tentée, et le fait d’avoir un poil profité de la vie (en langage cru ça veut dire d’avoir pris du cul) (entre autres) n’arrange rien à l’affaire). La seule concession que je consens à faire pour les fêtes, c’est de mettre un peu de paillettes quelque part (j’ai essayé d’en avaler pour voir s’il était vraiment possible de les péter mais ça ne marche pas vraiment). Cette année, ce sera aux pieds. J’ai remarqué en effet qu’il suffit souvent d’avoir des chaussures un peu fofolles pour que tout le reste suive. J’ai aussi remarqué que l’oeil du churros frisait dès que j’avais des talons aiguilles. Ces escarpins sont pile poil à la bonne hauteur, environ 6 cm je pense, et ne devraient pas me faire mourir des pieds (surtout qu’on fête Noël à la maison). Quand je les ai reçus, je me suis d’abord dit que mes pieds n’y entreraient qu’à moitié et en fait non. Ils sont contre toute attente très confortables, aussi confortables que peuvent l’être des escarpins (d’autant plus que je porte des UGG depuis environ 3 mois et demi, je vous laisse imaginer l’état de ma voute plantaire). C’est amusant parce que le temps de faire ces photos, j’ai eu la sensation d’être une autre. Une autre en slim noir et blouse blanche – tenue quasi quotidienne -, agrémentés de cette veste de smock qui me sauve en bien des occasions. Mais avec des escarpins, donc, argentés et bling bling juste ce qu’il faut. Je les ai dégottés dans le pop-up store spécial noël de Sarenza, où le choix est vaste en la matière. Même qu’on peut aussi assortir les shoes avec des pochettes bien sympatoches aussi. En lire plus »