Les 3J, c’est par ici…

galafs3j

Partenariat

Ils reviennent à l’automne tous les ans et moi ça me rappelle invariablement mon enfance, quand on filait aux Galafs avec ma mère pour y trouver des affaires. Bref, les 3J ont commencé et durent en réalité un peu plus que trois jours (jusqu’au 23 octobre). Voici une sélection de ce qui m’a semblé désirable, il y a évidemment plein d’autres tentations, mais fidèle à mes goûts, je lorgne vers une marinière, un combipantalon, une besace, des boots noires ou encore un body très sexy. Bref, rien que de l’indispensable évidemment, avec une petite touche d’eau de toilette à la fleur d’oranger…

Bonne journée !

#1 – Marinière See U soon, 45,50 au lieu de 65 , soit -30%
#2 – Eau de toilette Roger et Gallet bois d’orange, 23,03€ au lieu de 32,90€ soit -20%
#3 – Jean Skinny Guess, 44,95 au lieu de 89,90 , soit -50%
#4 – Combipantalon Sessun, 123€ au lieu de 175€ soit -30%
#5 – Sac bowling Nat&Nin, 146,30 au lieu de 209, soit -30%
#6 – Besace Jerome Dreyfuss, 402,50€ au lieu de 575€ soit -30%
#7 – Cabas Vanessa Bruno, 98€ au lieu de 140€ soit -30%
#8 – Bottines Jonak, 87,50€ au lieu de 125€ soit -30%
#9 – Pull à col cheminée Maje, 164,50€ au lieu de 235€ soit -30%
#10 – Body Princesse Tam-Tam, 60€ au lieu de 75€ soit -20%
#11 – Mascara Hypnose de Lancôme21,35€ au lieu de 30,50€ soit -30%
#12 – Montre Daniel Wellington, 127,20€ au lieu de 159€

 

 

J’aime #113

dsc01899

Ce week-end on se faisait la réflexion avec ma grande que ça commençait un peu à sentir l’hiver et qu’on aimait bien ça.  Est-ce une bonne raison pour nous gaver de cochonneries, je ne suis pas certaine. Mais je ne crois pas me tromper en affirmant que lorsque les températures baissent, notre organisme brûle énormément de calories. CQFD. A part ça, j’aime… En lire plus »

All about grey

img_5301

Chose promise, chose due, voici donc mon gilet Sezane porté. Je vous arrête tout de suite, non je n’ai pas un bras plus long que l’autre et non il n’y a pas mal façon, c’est juste que j’avais mis mon portable dans ma poche, plus ma cigarette électronique, ce qui donne ce côté très déstructuré. Cruche un jour, cruche toujours. Il n’empêche que je ne le quitte plus, c’est comme un doudou mais qu’on peut enfiler (hum, pas évident qu’à la relecture cette phrase soit des plus heureuses). Quant à l’écharpe, c’est aussi une Sezane et laissez moi vous dire sans exagération aucune que j’achèterai désormais toutes mes écharpes là bas. Je suis très difficile en la matière, je les aime longues, chaudes mais qui ne grattent pas, de préférence grises ou chinées. Et là, je crois que je tiens mon idéal. On a les quêtes qu’on mérite. Voilà, ce jour là il faisait encore un temps incroyable et ce petit square près de la place Clichy était entouré d’immeubles magnifiques. Je me suis dit qu’une fois de plus, j’aimais tant Paris. Et puis revenir dans ce quartier habité pendant quelques années alors que j’étais tout juste adulte, ça m’a rendue un peu chose.

Edit: Merci Violette pour les photos…

En lire plus »

L’instant LOL du vendredi #2

img_4050

J’ai eu l’impression la semaine dernière que vous aviez plutôt bien apprécié l’instant LOL du vendredi, alors c’est reparti pour un tour si vous le voulez bien. Je crois fermement à l’importance du rire et d’une manière générale à la nécessité de prendre le plaisir là où il se trouve. Ce n’est pas ma mamie, qui me contredira, elle qui est entrée hier dans sa 99ème année en mangeant deux énormes choux à la crème en miaulant de plaisir: « si tu savais comme ils sont bons… » Entre elle et mon autre grand-mère, actuellement hospitalisée après s’être fêlé le bassin, et qui demande à mon père de l’emmener dehors cinq minutes pour « prendre l’air » => se griller sa Gitane, il n’y a pas besoin de chercher bien loin pour savoir de qui je tiens mon goût pour l’hédonisme.

Bref, quelques petites choses qui m’ont fait rire cette semaine (par contre je me dois de vous prévenir, rien n’a pu égaler le « point Fillon ». En lire plus »

From the roof with love

14484666_10154573776679467_234720242667828098_n

Hello hello, pas beaucoup de temps aujourd’hui mais je ne pouvais pas ne pas venir vous dire un immense merci pour cette avalanche de témoignages hier. Désormais j’en sais un peu plus sur vous et j’aime bien ça. Et si je me fie à vos commentaires, vous avez donc entre 19 et 65 ans (à la louche), vous vivez un peu partout, vous êtes en grande majorité des femmes mais il y a aussi des gars, vous êtes boulangères, chirugiennes, profs, chercheuses, employées de bureau, journalistes, psys, coachs, à la recherche d’un emploi, femmes au foyer, étudiantes et j’en passe. Vous êtes minces, rondes, parfois les deux, timides ou pas du tout. Bref vous êtes toutes et tous singulier(e)s, pour le meilleur et pour le pire, non ? En lire plus »

But who are you ?

img_4741

Je le disais hier dans les commentaires, il y a quelque temps ma régie pub m’a demandé une sorte de petit « portrait robot » de mon « lectorat » (j’ai toujours un peu de mal avec ce mot moche qui en plus est assez pédant). Je ne sais pas si vous le savez mais il existe un outil appelé « google analytics » qui permet en effet de brosser le profil des personnes qui viennent sur un blog. Je vous rassure tout de suite, je ne dispose pas jusqu’à votre poids, vos habitudes alimentaires ou vos vilaines manies. (mais à mon avis si je creusais il est possible que je les trouve, big brother is réellement watching you). Je vous rassure encore, tout ceci est évidemment anonyme. Quoi qu’il en soit, je pensais très sincèrement ne pas avoir besoin de cet outil pour donner une réponse assez rapide à ma régie: « bah, je pense qu’en gros mes lectrices sont donc des femmes en majorité, de 29 ans et quelques (=> 40 et des poussières), plutôt urbaines ».

AH AH AH.

Alors soit Google analytics a légèrement abusé de la fibre optique, soit je suis la pire des sociologues. Parce que voilà ce qui est ressorti, en gros. La lectrice de Pensées by Caro est donc plutôt souvent un homme, de 25 – 35 ans, habitant en France et souvent à Paris. Regardez plutôt les stats sur les deux dernières semaines: En lire plus »

Imperceptibles changements

img_5161

Ce matin, avant d’écrire ce billet, je me suis dit, « tiens, si je faisais ma pute à clics et que je parlais de Kim Kardashian ? » Mais comme toujours quand je m’apprête à rédiger, j’ai commencé par le faire dans ma tête. Et la vérité, c’est que je n’avais quand même pas grand chose d’intelligent à dire sur la question. Or l’idée bien sûr, c’était de faire ma pute à clics sans en avoir l’air, en faisant mine de DÉCRYPTER le phénomène médiatique qui a soudain fait perdre les pédales à nos chaines d’info préférées. Mais non, rien, si ce n’est que, je l’avoue, je ne pensais pas qu’on pouvait réellement se balader avec 10 millions de bijoux sur le dos. Pour le reste, c’est une histoire d’agression, même si la victime est pour moi ce qu’il existe de plus grotesque en matière de célébrité, ça ne me donne pas vraiment envie d’en rire, ça reste une agression.

Bref, je ne vais donc – presque pas – vous parler de KK. Mais alors de quoi ? J’ai bien quelques bribes d’idées, un quasi up & down, mais pas non plus tellement envie aujourd’hui. Or ces derniers temps, je m’aperçois que j’ai tendance à davantage les écouter, ces envies et non envies. A ne plus les étouffer sous le poids de ma culpabilité et de mon sens des obligations. A ne plus trop non plus m’en défausser par de fausses excuses, dont j’ai fini par épuiser le réservoir. En lire plus »

J’aime, #112

dsc01852

Il y a des week-ends plus reposants que d’autres, celui que je viens de passer était l’un d’entre eux. C’est simple, on n’a RIEN fait. Samedi, alors que je bouquinais sur mon vieux club tout en m’arrêtant de temps à autre pour regarder les rayons de soleil danser sur le tapis, je me suis dit que c’était tout ce que je voulais, là, tout de suite. J’ai souvent en tête cette phrase, « désire ce que tu possèdes ». Un mantra un peu tarte à la crème, prononcé sans doute par je ne sais quel sage. Je me fais fréquemment la réflexion que c’est d’une grande connerie, ces quelques mots. Parce que par définition, le désir se porte sur ce qui nous échappe ou ce qu’on a peur de perdre. Mais là, c’était ça. Je désirais vraiment ce que je possédais. Après j’ai fait une tarte aux pommes et j’ai regardé l’envoyé spécial consacré à Bygmalion. Ce qui a mis fin à ma sérénité tant ce reportage, excellent et que je vous conseille de regarder en replay tant qu’il est encore dispo, est hallucinant et édifiant sur la gabegie de la campagne de Sarkozy en 2012.

Voilà, à part ça, j’aime… En lire plus »

L’instant LOL du vendredi

img_4624

Parce qu’on entre dans le tunnel des mois honnis d’octobre et novembre, je me dis qu’en ce vendredi, on pourrait faire comme si y’avait que des choses drôles. J’en ai repéré quelques unes, je vous les livre ici sans plus de préambule

Cette vidéo enregistrée par une association de juifs américains. ça débute comme un banal clip de campagne pro-Clinton et surtout anti-Trump. Et puis ça devient très drôle, quand toutes ces vieilles personnes très dignes commencent à menacer leurs descendants de venir les hanter si jamais ils ne votent pas Clinton. « Je ferai en sorte que le kale dans ton frigo pourrisse deux fois plus vite », « pendant un de tes diners mondains, j’interviendrai et dirai des choses racistes », « je unlikerai tous tes statuts Facebook, quoi que ça puisse vouloir dire, d’ailleurs ». C’est pile poil l’humour qui me bidonne. En lire plus »

Un peu de Nelson, un peu de Get-Down.

the-get-down-saison-1-partie-1-image-4

Nelson* a huit ans. C’est la terreur de la cour de récré. En classe, Nelson n’écoute pas beaucoup. Nelson a une bouille toute ronde, des lunettes aux montures rouges et des yeux qui rient beaucoup. Même quand il bouscule, Nelson a les yeux qui rient. Il bouscule souvent.

Nelson a huit ans et à la maison, c’est compliqué. Parfois Nelson a des bleus.

Nelson a huit ans et il adore Charlie Chaplin, « le personnage du dessin animé ». Je le sais parce qu’il a passé une sortie entière à me raconter les épisodes un par un.

Nelson donne parfois des coups et les filles ne l’aiment pas beaucoup, du coup. En lire plus »