J’aime #59

IMG_5033

Je ne sais pas vous mais de notre côté cette reprise est d’un laborieux… On se traine, on s’engueule, on se cherche, on se chicane et ce dans une sorte de jeu de billard à douze bandes, de façon à ce qu’il y ait donc en permanence au moins deux personnes fâchées au sein du foyer. Tout prétexte est bon à ce que ça grince, j’imagine que c’est en partie dû à ce qu’on appelle la période bénie de l’adolescence.

Bon, petit à petit, on retrouve malgré tout un rythme, mais je ne sais pas, c’est peut-être la moiteur de ce mois de septembre, on n’y est pas complètement. Un peu comme ce pauvre François hier, qui avait beau mobiliser le peu d’espoir qui doit lui rester que la situation se débloque, sans qu’on ait vraiment l’impression que lui même y croyait encore. (je me décerne la palme de la phrase la plus mal construite de l’histoire de la blogosphère). En lire plus »

Up and down automnal

IMG_5018

La semaine dernière, le churros a pris des parts dans son entreprise. (c’est l’automne de la maturité, je pense qu’en 2015 on vote à droite) (oh wait si ça se trouve c’est déjà fait depuis 2012). C’était quelques jours à peine après notre performance (au sens artistique) chez le notaire. Du coup il était préparé il avait son chéquier. En revanche, il a du s’y reprendre à deux fois parce qu’au moment d’écrire la somme en toutes lettres, il l’a fait correctement mais à la place de “euros” il a écrit “centimes”.

Peut-être qu’on y va à reculons dans la contrée de la maturité ?

Voilà, à part ça voici un petit up and down parce que j’en ai décidé ainsi. En lire plus »

Six mois sans clope… Alors ?

IMG_4559

Six mois. Six mois que je n’ai pas touché une cigarette. C’est simple, je revis.

Je déconne.

Honnêtement je ne suis pas certaine d’être une publicité vivante pour l’arrêt de la nicotine.

Étrangement, je ne peux pas vraiment dire que la cigarette me manque, cet été c’était bien sûr difficile surtout au moment de l’apéro, le combo bière clope étant tout de même une des plus belles inventions qui soient. Parfois, dans la journée également, j’ai quelques réminiscences, principalement avant de me mettre à bosser, après mon thé du matin, ou lorsque j’ai terminé un boulot. Là j’avoue, je mettrais bien le feu à ma cigarette électronique. Au sens propre.
En lire plus »

Je peux pas, j’ai phobie

coussinsmonoprix

Je sais que vous m’attendez sur cette histoire de phobie administrative. Mais c’est toujours la même chose à vrai dire, lorsqu’on m’attend ainsi, je n’ai subitement plus rien à dire sur le sujet. Hier, à la réunion parents – profs du CP, l’instit disait qu’il y avait deux catégories d’enfants. Ceux qui foiraient leurs contrôles à force de se coller la pression et ceux qui au contraire, le jour de l’examen, se disaient qu’ils allaient se défoncer pour tout déchirer (tout ça dans un vocabulaire plus approprié à la respectable institution de l’Education nationale).

Bien sûr, c’est un peu manichéen, mais clairement j’ai toujours été dans la première catégorie, bonne élève tout au long de l’année mais capable de complètement m’effondrer lors des devoirs surveillés ou autres concours. Un travers qui me poursuit aujourd’hui, en gros, il suffit que l’on me suggère que je vais être bonne ou que là, ATTENTION, fucking enjeu, pour que je me ratatine comme une vieille pomme de terre oubliée au fond du bac à légumes. En lire plus »

Mes dix envies de la rentrée

bracelet-hashtag-saimer

Je sais, non seulement je suis déjà un peu en retard, la rentrée étant bien entamée (j’en suis à la phase deux avec Rose qui est déjà malade) mais en plus, je ne suis pas tout à fait la première à avoir une telle idée d’édito. Mais la vérité c’est que j’adore ces rubriques des magazines, sur ce qui va nous donner le frisson et rallumer le désir en cette période où l’on est surtout tentée de se menotter au lit, puis d’avaler la clé. Alors voici ce qui ce mois-ci me meut… En lire plus »

Mood automnal

mood26

Avec ce mois d’août déplacé en septembre c’est peu dire que je suis perdue (ça et le fait que les banques souhaitent voir l’intégralité de mes fiches de paie et factures depuis 2011) (je ne suis pas loin d’avaler toute l’encre de mon imprimante pour en finir). Ajoutez à ces petites misères le questionnaire de l’assurance sur lequel je dois préciser mon poids (lors de l’entretien avec le courtier, mon époux (futur ex) a donné en mon absence à la louche une estimation largement surestimée. Etrangement en ce qui le concerne il a préféré s’en tenir à une fourchette dont le chiffre le plus haut est de trois kilos inférieurs à ce qu’il pèse en réalité). En lire plus »

Le jour où on a signé notre promesse de vente

maison

Vendredi, on a été de vrais champions. Partis en retard – mais néanmoins sapés comme pour un mariage – nous sommes arrivés légèrement essoufflés chez le notaire pour la signature de la promesse de vente. “On a eu un problème de talons”, m’a d’emblée balancée le churros, pointant du doigt mes chaussures. (Accusation injuste et totalement infondée, mais dans le cas où elle ne l’aurait pas été (je dis bien dans le cas où), il aurait suffi qu’il prenne en compte dans l’estimation du temps de trajet les 7 cm de mes sandales compensées et nous serions arrivés à l’heure.)

J’ai bien eu sur le bout de la langue une bonne petite répartie légèrement acerbe et puis je me suis dit que passer pour un couple au bord du divorce ne jouerait pas nécessairement en notre faveur, voire pourrait dissuader le vendeur de signer. Après, on s’est assis autour d’une grande table et on a tous les trois écouté la notaire lire par le menu détail la centaine de pages de la promesse de vente, listant avec une certaine sévérité tout un tas de mises en garde où revenaient beaucoup des mots comme toujours et définitivement, comme par exemple qu’après les sept jours légaux de rétractation, nous étions engagés DÉFINITIVEMENT (voire pour TOUJOURS) et que s’il s’avérait que nous n’étions pas de bonne foi nous devrions nous acquitter d’une indemnité de près de 60 000 euros auprès du vendeur (à ce moment là à vrai dire je n’écoutais plus tellement, j’étais trop occupée à me rendre mentalement dans mon “lieu de sérénité”, tout en suivant scrupuleusement le cheminement de l’air depuis mes narines jusqu’aux poumons, non sans oublier de ranger chacune de mes émotions négatives (comme par exemple une putain d’angoisse à l’idée de m’engager définitivement, voire pour toujours dans un emprunt pour 20 ans) dans des petits tiroirs que l’on ferme ensuite à clé).

En lire plus »

Le mois des possibles

IMG_4916

Juste quelques mots en passant, cette première semaine a été comme prévu super chargée. Au cas où vous interrogeriez, Rose a passé avec succès SON challenge de l’année, à savoir donc porter son plateau de cantine toute seule (à côté, l’apprentissage de la lecture honnêtement, c’est dérisoire). Son autre sujet de réjouissance ? Le fait de rester à l’étude le vendredi soir et d’avoir donc dans son cartable son goûter (elle me rappelle tous les jours depuis lundi qu’il ne faudra pas oublier).

En lire plus »

La rentrée ? De la balle !

roserentrée

A chaque rentrée, des grands ou des petits, le même rituel: pas de cantine mais une pause méridienne passée à la maison. Une tradition encore plus facile à respecter depuis que je suis free lance, mais que je m’efforçais de suivre même lorsque j’étais salariée, posant ce jour là un congé. Je ne vous raconte pas ça pour redorer mon blason de mère indigne, j’ai aussi choisi durant des années de prendre mes RTT le vendredi, ce qui n’est pas vraiment le signe d’un instinct maternel débridé.

Cette année, Rose avait choisi pour son menu de rentrée des boulettes de viande Picard avec du riz (et dire que je me fais suer à faire gonfler des pois chiche des nuits entières). J’ai aisément relevé le défi et même plus, puisque prise dans mon élan, après avoir laissé mon bébé entre les griffes de l’école primaire, cette jungle sanguinaire, j’ai filé chez mon boucher et acheté de quoi faire moi même mes boulettes. Sachez qu’elles tabassaient et que c’est super simple, je sens que je suis entrée dans un cycle, ça va y aller les croquettes et autres balls. En lire plus »

L’amour au subjonctif, un roman pour ados et grands

carte-l-amour-au-subjonctif-margaux-motin

Cet été restera dans les annales pour le peu de livres que j’ai lus. C’est la première fois depuis des années que j’ai aussi peu succombé au charme des pages qui se tournent au rythme des vagues. Je ne sais pas si c’est lié à l’arrêt de la cigarette – j’ai de fait passé moins de temps sur ma chaise longue, de peur de céder à l’envie de m’en griller une – ou à cette fatigue intellectuelle éprouvée à la fin du mois de juillet. Je crois que j’avais besoin de mobiliser le moins de neurones possibles, de me laisser porter un peu, de babiller avec mes copines de plages, de regarder mes enfants, d’écouter de la musique, beaucoup, aussi, de me mettre en pause. Peut-être n’avais-je tout simplement pas emporté les bons livres, j’en ai commencé plusieurs que j’ai laissés en suspens, impossible d’entrer dans l’histoire.

Et puis il y a eu celui-là, un bouquin dévoré par la chérie et son frère, lequel le lisait par dessus son épaule ou lorsqu’elle le posait cinq minutes (= hurlements sur-aigus de la sister, peu prêteuse dans ces cas là). Souvent mes enfants me conseillent ardemment leurs lectures, mais il est assez rare que je me prête au jeu, contrairement à Marje, je ne suis pas spécialement portée sur la littérature jeunesse. Enfin, je n’étais pas, parce qu’il faut croire que ma chroniqueuse préférée m’a un peu contaminée. Après Wonder et Nos étoiles contraires, j’ai donc dévoré “L’amour au subjonctif”, de Pascal Ruter. Vu la couverture très “chick lit'”, illustrée par Margaux Motin, je m’attendais à un Bridget Jones pour ados, et ça ne m’aurait pas dérangée, en ces temps de cerveau parti en cure à la Bourboule. Mais que nenni. C’est le livre le plus drôle et savoureux qui m’ait été donné de déguster depuis un bon bout de temps. De ces ouvrages qui vous font vous dire avec toute la prétention que l’on peut avoir quand on est blogueuse, qu’on aurait voulu l’écrire. En lire plus »

Page 1 sur 21212345102030Dernière page »