Séries: mon top 10 de l’année 2017

Je me suis dit qu’en cette fin d’année j’allais vous proposer quelques bilans sous forme de « top 10 ». Des billets de feignasse mais qui ont le mérite d’exister, non ? Je commence donc avec mon top 10 des séries aimées en 2017, parce que je pense que si j’ai bien une addiction (en sus de celle que j’ai développée depuis des années avec le chocolat) c’est bien celle-ci. En lire plus »

Toi plus moi…

Ce week-end – si vous me suivez sur Instagram vous le savez déjà, sorry – on est parties avec Rose à Strasbourg. Comme j’avais emmené sa soeur au Maroc à la Toussaint, je voulais qu’on ait aussi un moment toutes les deux. Et comme ma petite dernière est une inconditionnelle de l’esprit de Noël (son nouveau film préféré est Love Actually), je m’étais dit que Strasbourg, ça se posait là en matière de Christmas spirit. Et ce fut le carton plein, tant la ville est décorée aux couleurs de Noël. Sans parler des marchés disséminés dans toute la ville (sur chaque petite place, des cabanons, vendant à peu près tous la même chose, décos pour le sapin, vin chaud, bretzel et autres bredele). Honnêtement, moi, les marchés de Noël ça n’est pas trop mon truc, sauf pour la bouffe, mais même ça au bout d’un moment je sature, je peux limite plus voir une crêpe en peinture. Mais pour Rose, c’était le paradis, des marrons chauds à tous les coins de rue, des cigognes en peluche, des guirlandes en veux-tu en voilà…  En lire plus »

Idées cadeaux #3

Partenariat Galeries Lafayette

Dernier billet sur Noël et donc une liste de onze idées cadeaux piochées sur le site des Galeries Lafayette. J’ai tenté de sélectionner des produits aux prix raisonnables et variés et je n’ai mis dans cette liste que des choses que j’aurais aimé recevoir ou que je vais pour ma part offrir. Je constate chaque année qu’un rouge à lèvres ou un mascara fait immanquablement plaisir par exemple, un bonnet tout simple en cachemire également. Et puis dans une gamme de prix plus élevée, une paire de UGG est généralement bien accueillie (ok, par moi en tous cas, c’est l’investissement que je ne regretterai jamais, du 1er octobre au 31 mars je les porte quasi constamment). Voilà, j’espère que certain(es) retardataires y trouveront leur bonheur. Bonne journée… En lire plus »

Santa et cie, le film de Noël par excellence

Dimanche nous avons emmené Rose voir Santa et cie. J’en avais entendu beaucoup de bien et généralement, le nom d’Alain Chabat au générique suffit à me décider. Je pensais néanmoins voir un film drôle et puis c’est tout. Or c’est bien plus que ça. Drôle, ça l’est, évidemment. Les dialogues sont au cordeau et les vannes, dans la pure descendance de la Cité de la Peur. (Chabat en père Noël s’adressant à ses rennes qu’il trouve un peu trop divas: « hé, oh, ça va les bois » (en mimant un mec qui a le melon))  En lire plus »

Five little things #26

Fidèle à mes contradictions nombreuses et notoires, j’ai fini par regarder samedi l’enterrement de Johnny. Et forcément, j’ai chouiné en entendant tous ces gens scander « l’envie » ou « que je t’aime », j’ai guetté l’apparition de Laetitia et ses filles, je me suis interrogée sur les raisons expliquant l’absence de Laura et David dans le cortège et j’ai été profondément touchée par les interludes musicaux des quatre guitaristes (je prendrai bien un peu de Yodelice pour le dessert, merci). Et puis aussi Line Renaud, tellement émouvante. Bref, je me suis bien laissée prendre au jeu qui n’en était pas un, me demandant ce qui relevait dans tout cela de la sincère compassion et de la curiosité un peu malsaine qui me caractérise dès qu’il s’agit de regarder des célébrités pleurer. Sans doute y’avait-il un peu des deux. Bref, je fais amende honorable, c’était sans doute nécessaire au vu du nombre de personnes présentes. Cela ne m’empêche pas de trouver exagérée la présence et le discours aux allures de meeting de Macron et de ne pas adhérer à cette injonction que l’on me fait selon laquelle on aurait « tous quelque chose en nous de Johnny ». (autrement dit, j’avais à moitié tort, ou, plutôt, à moitié raison (c’est le mieux que je puisse faire en terme de mea culpa, n’insistez pas) (j’ai cette petite réputation chez nous d’avoir quelques difficultés à reconnaitre mes torts, je ne vois pas du tout pourquoi)).

A part ça, cinq petites (ou grandes) choses… En lire plus »

Au royaume de la vacuité, les idoles sont reines…

Alors avant toute chose, c’est le commentaire 55, d’Anna Chiara, qui remporte la bague. Merci de m’envoyer un mail avec tes coordonnées pour que je le fasse suivre à Line !

Je voulais par ailleurs vous remercier pour tous ces commentaires enthousiastes sur les créations de Line. Je sais qu’elle les a lus et vous ne mesurez pas le bien que cela peut faire. Recevoir une validation comme celle-ci, d’autant plus lorsqu’on est à son compte et que l’on met tout en oeuvre pour vivre de sa passion, c’est inestimable. J’en sais quelque chose. Donc merci à vous.

Voilà, à part ça, j’avoue être en quasi overdose de dépêches et d’hommages à Johnny. Non que je ne comprenne pas la tristesse de ses fans, je me souviens de mes larmes à la mort de Bashung ou de Gainsbourg. Mais de là à imaginer des obsèques nationales comme celles accordées au général de Gaulle ou à Victor Hugo, bon… En lire plus »

Idée cadeau #2 Imprime moi un mouton (concours inside)

J’ai rencontré Line grâce à Rose qui est amie avec sa fille. A force de se croiser aux anniversaires ou à la sortie de l’école, on a discuté, on s’est demandé ce qu’on faisait dans la vie et quand j’ai découvert ses oeuvres j’ai immédiatement eu envie de vous en parler. Parce que j’ai la certitude que sa jeune marque n’est qu’à ses débuts et qu’elle va se faire un nom (c’est déjà le cas d’ailleurs) dans le monde du design. L’originalité d' »Imprime moi un mouton », c’est que tous les objets, bijoux, lampes, appliques, ameublement, sont conçus par Line et imprimés ensuite en 3D. Cela lui permet de créer des formes qui ne pourraient prendre vie avec un autre processus, tant l’impression 3D offre des possibilités inédites. Il vous suffira de regarder la finesse et la complexité géométrique de ces appliques et de ces lampes par exemple pour comprendre ce que je veux dire. En lire plus »

J’aime #136

Hier fut un dimanche parfait. Il a commencé avec la confection de mes premières gaufres « coeur » qui se sont avérées non seulement très jolies mais également délicieuses. Je me suis ensuite très légèrement rendormie sur le canapé en attendant que la maisonnée se réveille (nous étions tous de sortie la veille). Ensuite, Rose, le churros et moi même avons regardé Love actually, collés les uns contre les autres. (je cachais les yeux de Rose pendant les passages un peu Hot des acteurs pornos). Et puis on a acheté le sapin, qu’on a décoré au rythme des chansons de Noël de ma playlist qui s’élabore un peu plus chaque année (et qui contient beaucoup de Georges Michael et de Mariah Carey).

On a fini par un bouillon de poule (je m’améliore les gars) avec des lettres de l’alphabet dedans et un gâteau à l’orange, recette reçue de ma sister, qui déchire GRAVE.

Bref, si je devais donner ma définition de la journée idéale de décembre, ce serait exactement celle-ci je crois, et je suis reconnaissante auprès de l’univers, la lune ou le hasard de me permettre de toucher du doigt parfois le bonheur…

A part ça, j’aime… En lire plus »

Idée cadeau #1: un spa à la maison avec Skinjay

Au début du mois de novembre je me suis dit, « tiens et si cette année j’étais hyper organisée et que je préparais des billets « cadeaux de noël » à l’avance ? Ce voeu pieux est bien évidemment resté tranquillou quelque part avec ma résolution de m’inscrire dans une salle de sport, celle de ne plus JAMAIS acheter de chocolat au lait ou encore de ne plus attendre le dernier moment pour écrire mes articles.

Bref, on est le 1er décembre et je n’ai pas la queue d’un billet « cadeaux de noël » déjà rédigé. Je vais donc faire « à la Caro », à savoir, au petit bonheur la chance, en vous proposant de ci de là quelques idées, sur des produits qui me semblent vraiment sympas à offrir. Et je commence donc avec Skinjay, une petite innovation qu’il m’a été proposé de tester mais qui m’a tellement plu que j’envisage d’en acheter un second pack pour mon autre salle de bain (parce qu’on se bat du coup pour la douche du bas qui est la seule équipée). Skinjay, c’est une sorte de cafetière à capsules du pommeau de douche. Visuellement, j’entends. Je vous rassure il n’est pas question ici de s’asperger de Voluto, mais bien de profiter d’une brumisation d’huiles essentielles pendant que vous vous douchez. Le dispositif est hyper facile à installer (j’avais un peu peur de ne pas y arriver et en cinq minutes c’était bouclé) et vous n’avez pas besoin de l’enlever si vous êtes à court de capsules. J’irai même jusqu’à dire que c’est hyper joli, ça donne une touche rétro à la robinetterie chez moi. Alors certes c’est du superflu et du confort, mais parfois, c’est le superflu qui change tout. Cette sensation d’être dans un spa pendant la douche du matin, j’adore littéralement. Et chacune des capsules a des vertus différentes, énergisante, délassante, etc. En lire plus »

Podcast « Les belles histoires » #2

Voici le deuxième podcast des « Belles histoires » enregistré pour Holissence. Il est totalement différent du premier, il raconte cette fois-ci le parcours de Sophie Trem, une jeune femme dont le dynamisme et la créativité sont hyper énergisants. Un exemple d’entrepreneuriat, qui prouve que parfois les idées les plus folles sont aussi les meilleures. Un immense merci une fois encore à Elodie, la fondatrice d’Holissence qui me permet d’explorer d’autres contrées et qui a favorisé cette rencontre… Et merci à vous aussi, de me suivre dans ces aventures. Cette fin d’année est un peu déstabilisante, elle fourmille de projets divers et variés et je réalise régulièrement à quel point la colonne vertébrale de tout cela, la cohérence, s’il faut en trouver absolument une, c’est le blog, c’est ici avec vous, comme une boussole, un point d’ancrage. Alors même si je suis moins présente ici, sachez-le, ça compte.

Pour écouter le podcast c’est ici.

Pour écouter le précédent podcast, c’est ici.