Elle s’appelait Mireille

Elle avait échappé à la rafle du Vel d’hiv. Elle s’appelait Mireille Knoll. Elle avait 85 ans et a été poignardée et brûlée. Parce qu’elle était juive (c’est du moins ce que l’enquête semble montrer). En 2018. La même semaine, un homme s’est sacrifié pour sauver la vie d’une femme. Lui aussi a manifestement été poignardé, au nom d’une cause qui n’a aucun autre sens que semer le chaos. Ces deux crimes se télescopent cette semaine et me laissent sans voix. Je sais bien que la barbarie a toujours existé, que notre société est sans doute moins violente aujourd’hui qu’elle ne l’était il y a des centaines d’années. Mais j’ai cette sensation angoissante et oppressante d’assister impuissante à la montée d’un obscurantisme contre lequel personne ne peut rien. Une résurgence de vieux démons que nos grands-parents pensaient disparus avec la chute d’Hitler, une montée des intégrismes qui se nourrissent allègrement sur la bête de la misère sociale. En lire plus »

Mission Hygge

Si vous me suivez sur Instagram, vous avez déjà une petite idée de ce dont parle mon roman. Je n’ai pas résisté à la tentation, vendredi soir, d’en dévoiler le titre, la couverture, et la « 4ème de couv » comme on dit dans le métier. C’est donc une petite redite que je vous livre aujourd’hui, mais permettez-moi de jubiler un peu, ça n’est pas tous les jours que l’on peut écrire ces mots: « mon roman sort le 24 mai ». Surtout, je peux un peu vous raconter comment j’en suis venue à ce sujet, le « Hygge », autrement dit l’art de vivre danois, concept devenu considérablement à la mode depuis quelques mois. En lire plus »

Quatre murs et un toit, de Camille Anseaume

J’ai souvent évoqué sur ces pages ma maison d’enfance. Cette immense masure qui abrita autant de joies que d’intenses tristesses et autres psychodrames familiaux. Une bâtisse qui, lorsque j’eu 19 ans, fut rasée pour y creuser un tunnel. Je suis bien consciente qu’il existe des traumatismes plus importants et je ne veux pas du tout faire pleurer dans les chaumières. Mais cette maison est peu à peu devenue mon paradis perdu, alors même que je n’y ai pas été qu’heureuse et mes parents sans doute encore moins. Elle me manque comme ma grand-mère me manque, elle m’a construite, elle est à l’origine de mon amour des platanes, des pièces qui sentent la poussière, des caves humides, des cheminées et des tommettes rouges dans les cuisines. Elle m’a appris le sens de la fête, la convivialité, et une certaine capacité à cohabiter avec les araignées. C’était ma maison, c’est là que reposent, pour toujours, mes souvenirs d’enfance, les rires des quatre petites filles qui dévalaient le jardin en vélo. Quatre petites filles qui ne furent soudain plus que trois. En lire plus »

Karin Viard pour mon anniversaire

Hier c’était mon anniversaire et je remercie tous ceux et celles qui me l’ont souhaité ici ou sur Instagram, Facebook et compagnie. Je l’ai sûrement déjà dit mais je suis une « birthday girl ». J’aime cette journée, sans doute parce que cette date d’anniversaire est toujours joyeuse, elle marque la fin de l’hiver (on y croit), l’arrivée imminente de l’heure d’été, les cerisiers en fleurs, etc. Peut-être que si j’étais née un autre jour, je ne goûterais pas autant ce marqueur du temps qui passe. Mais le fait est que même l’idée de vieillir ne ternit pas le plaisir ressenti à la lecture des messages d’amitié et d’amour reçus chaque année. Un jour, une amie chère ayant affronté le vilain crabe m’a dit: « désormais je me réjouis à chacun de mes anniversaires, ça veut dire que je suis en vie ». Hier, je me suis sentie incroyablement vivante.  En lire plus »

J’aime #140

Ce soir la saison 8 de Clem démarre sur TF1 et comme j’en ai co-écrit deux épisodes, je ne résiste pas à l’envie de vous en parler. Je n’aurais jamais pensé un jour travailler pour l’une des séries les plus regardées de France et écrire des dialogues pour Victoria Abril, que je vénérais dans Attache-moi ou Gazon maudit. A chaque fois que mes enfants – essentiellement ma grande, mon fils ne manifestant pas ouvertement une quelconque angoisse pour son avenir – me font part de leurs appréhensions pour plus tard, je leur ressers toujours ce même discours: si l’on m’avait dit, à ma sortie de terminale, que je deviendrais scénariste, que j’écrirais des livres ou que je serais journaliste, j’aurais répondu que c’était impossible. Je ne connaissais personne dans ce milieu, je n’étais jamais allée à Paris de ma vie et je n’osais même pas, à vrai dire, avoir des rêves de cet acabit. Non que je considère aujourd’hui avoir « réussi », mais souvent, je me pince pour m’assurer que tout ceci est vrai. Bref, la vie a bien plus d’imagination que nous et pourtant la mienne est débordante. C’est peut-être d’ailleurs le seul indice qui aurait pu me mettre alors sur la voie: depuis toute petite, je n’ai jamais su trouver le sommeil autrement qu’en me racontant des histoires à dormir debout. Et j’ai longtemps pensé que c’était un peu honteux ou ridicule, cette manie d’écrire des dialogues à l’eau de rose dans ma tête. Alors qu’en réalité, c’était peut-être l’une de mes compétences les plus tangibles….

A part ça, j’aime… En lire plus »

L’effet bootcut

Depuis des années, mon uniforme varie peu: slim noir et blouse, chemise ou pull, bottines à talons ou baskets. Parfois, je troque cette tenue contre un combipantalon noir ou bleu marine. Autant dire que ma carrière de fashion blogueuse a rapidement été tuée dans l’oeuf. Non que je n’aime pas la mode, mais disons que mon yoyo permanent me décourage régulièrement de faire des tentatives. Et puis sans doute aussi que le fait de travailler essentiellement chez moi ne me pousse pas particulièrement à passer des heures devant mon miroir. Et puis j’ai cette impression assez tenace que sur moi, tout ce qui est un peu « stylé » finit toujours par ne ressembler à rien. J’ai par exemple ce fantasme de porter des pantalons larges et longs. Mais la vérité c’est que ça me tasse comme c’est pas permis. Mais la dernière fois que j’ai commandé quelques fringues pour les enfants sur La Redoute, j’ai fait un truc un peu foufou. (j’ai une vie passionnante). Au lieu de rempiler pour un 12è slim, j’ai tenté le « bootcut ». En gros, un faux pattes d’eph, évasé en bas mais pas trop. C’est surtout le fait que ce modèle soit proposé en plusieurs longueurs – #teamcourtesurpattes – qui m’a décidée à vrai dire. En lire plus »

Five little things #29

Il y a quelque temps, mon fils est allé consulter une conseillère d’orientation au CIDJ, sur les conseils d’une amie qui bosse là bas. Il en était revenu avec sa nonchalance habituelle et lorsque je lui avais demandé si ça s’était bien passé, avait répondu avec l’économie de mots dont il est spécialiste dès qu’il s’agit de sonder ses états d’âme post-bac: « Ouais, tranquille ».

J’en avais déduit que ça n’avait sans doute pas servi à grand chose, si ce n’était à lui faire traverser Paris plutôt que d’augmenter ses scores à Counter Strike. Et puis hier, le churros, encore sous le choc, a rapporté à table que la fameuse conseillère d’orientation n’avait pas tari d’éloges sur lui auprès de notre amie: « un garçon avec la tête sur les épaules, qui a un vrai projet, on en voit pas tous les jours et ça fait plaisir ». En lire plus »

Bienvenue dans l’enfer de parcoursup

Je tenais aujourd’hui à manifester ma solidarité avec tous ceux qui sont actuellement concernés, de près ou de loin, par le fameux (enfin, le « fameux », je m’entends, on a toujours tendance à penser qu’on est au centre du monde mais j’imagine que quelques chanceux n’en ont pour l’instant jamais entendu parler) PARCOURSUP. A savoir la plateforme de sélection des formations universitaires post-bac, qui a remplacé le non moins fameux APB.

Ce n’est pas pour la ramener (mais un peu quand même), nous, on a l’immense privilège de doubler le plaisir, merci les jumeaux (ceux qui pensent naïvement qu’une fois sortis des couches, franchement, la gémellité, il faut arrêter d’en faire tout un plat, je leur dis: RENDEZ-VOUS L’ANNEE DU BAC).

Parcoursup, c’est en quelque sorte la dernière épreuve infligée à l’amour parental. Le test ultime. Si tu réussis à conserver ensuite un peu d’affection pour tes enfants (et inversement) c’est que tu as construit au fil des années un putain de lien solide. Pardon my vulgarité, mais il y a des circonstances atténuantes. C’est à dire que ça devrait entrer dans la nomenclature de la sécu et bénéficier de quelques jours d’arrêt maladie. En lire plus »