Penelopegate, mon avis de comptoir…

Je ne vous cache pas que depuis quelques jours je suis en boucle sur cette histoire de #penelopegate. J’ai du mal à comprendre, en réalité. Du mal à comprendre comment un homme qui se présente aux présidentielles en capitalisant sur la probité, l’intégrité, le sens du sacrifice (surtout le nôtre) ne se soit pas dit une seule seconde qu’à un moment, « ça » allait se savoir. « ça » ? Je parle donc du fait qu’il ait embauché sa femme pendant des années comme assistante sans que jamais grand monde ne l’ait vue, ni à l’Assemblée ni dans sa permanence sarthoise. Il bénéficie certes de la présomption d’innocence mais personnellement je me base sur les déclarations multiples et variées de madame Fillon qui depuis des années a répété à l’envie qu’elle ne s’était jamais investie dans la carrière politique de son mari. Aurait-elle donc menti ? Mais pourquoi ? Est-elle si discrète et modeste qu’elle ne voulait pas faire d’ombre à son époux ? En lire plus »

J’aime #120

Hier soir le cafard du dimanche soir n’a pas eu lieu. Déjà, vers 17h30 j’ai reçu le genre de texto qui te file la banane au moins deux jours « vous avez bien bossé, séquencier validé par la prod ». Cela ne veut pas forcément dire grand chose pour vous, mais pour mon coscénariste et moi, c’était une libération. Je dois dire qu’à chaque fois, c’est la même tension lorsque je commence un boulot comme celui-ci. Parce que même quand tout se passe bien, et bien… tout est souvent à refaire. Alors quand enfin il y a une première validation, c’est le soulagement. Bref, rien n’est terminé, loin de là, mais hier c’était une sacrée respiration. Ensuite, j’ai perdu à nouveau deux ans de vie en regardant la finale du championnat du monde de Handball. Et la magie a opéré, comme à chaque fois avec les Experts. Et la soirée s’est terminée par la victoire de Benoit Hamon, qui, je crois, me donne un brin d’espoir, même si je ne sais toujours pas pour qui je voterai en mai. Du coup, j’attends de pied ferme un mauvais coup du destin, parce que c’est bien connu qu’en général on te prend d’une main ce qu’on t’a donné de l’autre.

Voilà, à part ça, j’aime… En lire plus »

Réflexions sur la primaire de gauche…

Alors alors alors… Plusieurs d’entre vous m’ont demandé ce que je pensais des primaires de gauche et plus globalement des futures présidentielles. Honnêtement j’ai hésité à écrire ce post parce que je sais qu’il me vaudra des attaques, de ma gauche et de ma droite. C’est ainsi, quand on parle politique, on s’engueule. Et d’ailleurs ne vous y méprenez pas, j’aime bien m’engueuler quand je parle politique. Mais je préfère le faire de visu. Par écrit, c’est souvent épuisant et vain. Mais ceci étant dit, j’ai toujours, depuis que j’ai créé ce blog, confié mes pensées sur ces sujets. Parfois avec un enthousiasme démesuré (j’assume avoir vraiment cru en Ségolène Royal, je sais que cela fait de moi une dinde pour une grande majorité de gens, mais je ne vais pas renier, j’y croyais), parfois faute de mieux (j’assume aussi Hollande mais je n’avais pas la même ferveur, je sentais bien déjà qu’il faudrait avaler des couleuvres). En lire plus »

Ugg’s life

Hier, on se disait avec Violette que s’il y avait un achat qu’on ne regrettait pas, c’était celui de nos UGG (on a de ces conversations toutes les deux vous n’imaginez pas à quel point ça vole haut). Je lui confiais que j’avais envie d’en faire un billet, dont acte. Que ceux et celles qui détestent quand je parle politique restent, que les autres s’en aillent. En lire plus »

Five little things #20

Merci pour vos commentaires ces derniers jours, je le répète une fois encore mais je suis toujours touchée et ravie de la richesse de vos interventions, de cette possibilité qui subsiste ici de pouvoir échanger sans s’aboyer après. Il y a bien évidemment parfois un ou deux trolls qui passent par là, mais honnêtement, le ratio est faible et les rend insignifiants. Ceci étant dit, cinq petites choses…

En lire plus »

Be nasty…

Tolentino-TheSomehowControversialWomensMarchonWashington-1200PHOTOGRAPH BY DREW ANGERER / GETTY

Je ne suis pas allée marcher samedi en solidarité avec toutes les femmes qui manifestaient pour leurs droits, mais le coeur y était. A la place, j’accueillais deux copines de Rose pour une soirée pyjama, après tout, c’était quand même une journée très girl power, d’ailleurs le churros était clairement paniqué par toutes ces meufs en folie. Je ne suis pas allée marcher, mais le coeur y était, donc. Je crois qu’il va falloir être encore plus vigilantes, encore plus intransigeantes, encore plus combattantes. Parce que plus que jamais, avec cette vague populiste qui menace quasiment tous les pays d’Europe et d’ailleurs, ce sont les femmes qui vont trinquer. Alors, parce que je ne suis pas allée marcher mais que j’ai le privilège d’avoir cette tribune ici, je le redis: je suis pour le droit à l’avortement, pour le mariage gay, pour l’adoption par des couples gay, pour des salaires équivalents à ceux des hommes, contre la culture du viol et le harcèlement de rue. J’ai été élevée par des parents qui ne m’ont jamais laissé penser qu’en tant que femme certains métiers me seraient inaccessibles, qui m’ont toujours considérée comme un être humain avant de me voir comme une fille. Alors, mes soeurs, levons le poing et résistons à l’archaïsme, à ceux et celles qui voudraient nous renvoyer aux fourneaux, à ceux qui n’entendent pas le non que certaines hurlent pourtant très distinctement avant d’être agressées.

Voilà, à part ça, j’aime… En lire plus »

Polanski président des Césars: quand la grande famille du cinéma ferme les yeux sur le viol d’une enfant de 13 ans

C2cZxI1WEAAQklz.jpg_large

Hier je dois bien l’avouer, mon sang n’a fait qu’un tour. Déjà passablement énervée d’apprendre que l’affaire Morandini était classée sans suite, j’avais lu dans la foulée un article expliquant que le père Preynat, le cher aumônier de mon enfance, accusé de violences sexuelles sur des dizaines d’enfants, avait « perdu l’usage de la parole », ce qui allait sans doute mettre en péril son prochain procès. Etant donnée la verve jusque là de l’homme et son âge pas du tout canonique, j’avoue avoir de sérieux doutes. La coupe était déjà bien pleine et puis, bam. L’académie des Césars annonce sa fierté d’avoir pour président de cérémonie… Roman Polanski.

Comme je l’ai lu sur Twitter, hier fut décidément une bonne journée pour tous les amoureux des enfants, n’est-ce pas ? En lire plus »

Les sept raisons qui font de moi une mère – parfois – déplorable

IMG_4792

Je vous avais promis le pendant négatif du billet d’hier. J’ai hésité avant de l’écrire parce que deux d’entre vous m’ont dit assez judicieusement dans les commentaires qu’on avait suffisamment tendance à se déprécier, nous les femmes, pour en rajouter. Et je suis d’accord. Mais sans tomber dans l’insupportable mode de ces dernières années consistant à – faussement – se vanter d’être une mère indigne (et je sais de quoi je parle, j’ai dans le temps écrit un ouvrage sur le sujet), j’aime néanmoins l’idée d’assumer ses imperfections. Alors voici ce qui fait de moi une mère – parfois – abominable… En lire plus »

Les 10 choses qui font de moi une mère exceptionnelle (ou presque)

IMG_4985

Je le disais il y a quelques jours sur Facebook, ma grande a eu la grippe en fin de semaine et selon mes calculs il y avait énormément de chances que son frère lui emboite le pas dans les 48h. Gagné, il est depuis ce matin au fond de son lit. On me demande souvent si mes jumeaux ont une relation particulière, s’ils se comprennent sans se parler, etc. Le fait est que je n’en sais rien à vrai dire, ça les regarde et difficile de mesurer la singularité d’une relation – au demeurant extrêmement forte -, peut-être auraient-ils eu la même en ayant un ou deux ans d’écart. En revanche pour se passer les miasmes, ils se posent là. A chaque fois, ça me laisse sans voix tant c’est gravé dans le marbre. Depuis 16 ans, il n’y aura pas eu un seul virus qu’ils n’auront pas partagé en moins de 72h. Et là pour le coup j’ai un élément de comparaison. A savoir que Rose peut tout à fait être malade sans que son frère ou sa soeur ne le soient. Et elle peut aussi passer à travers. Mais je SAIS, au fond de mes tripes, que si l’un des grands déclare une gastro, grippe, ou autre, l’autre le suivra de près. Et ce alors même qu’ils passent bien sûr beaucoup moins de temps ensemble, chacun ayant sa vie, ses copains, ses centres d’intérêt. Voilà, la magie des jumeaux, c’est ça, chez nous: une symbiose bactérienne. C’est beau non ?

Voilà, à part ça, toujours un peu sur le même thème, je me faisais aussi la réflexion hier qu’après toutes ces années de parentalité, être mère se résumait finalement à des choses assez basiques. Bien loin des bouquins censés nous apprendre comment être maman. Alors comme j’aime les listes, vous le savez à force, voilà les dix choses de « maman » que j’ai apprises en 16 ans… En lire plus »

Montagnes russes

DSC02391

Je suis tellement désolée, je pensais être un peu plus assidue cette semaine mais c’était sans compter le boulot qui me tombe dessus par rafales (c’est de circonstance, j’espère que vous n’êtes pas trop nombreux à avoir été touchés par la tempête). C’est difficile en réalité de poster ici quand je suis dans un process d’écriture fictionnelle, c’est comme si j’épuisais mon capital en fait. Et je me dis qu’il vaut peut-être mieux ne pas publier plutôt que de venir pour raconter que je n’ai pas grand chose à raconter.

En ce moment, mon état d’esprit heure par heure ressemble à ça: En lire plus »