Charlotte Delbo: rendons à Violaine Gelly et Paul Gradvohl ce qui leur appartient

6a0115701061b3970c01901bad31e6970b

C’est une histoire qui fleure la malhonnêteté intellectuelle. L’histoire d’un livre qui hier a reçu le prix Femina Essai. Une histoire qui m’affecte parce qu’elle touche et blesse une amie chère.

Reprenons par le commencement. Il y a quelques années, Violaine Gelly et Paul Gradvohl publiaient chez Fayard la première biographie jamais écrite sur Charlotte Delbo. Dix ans de travail, d’enquête journalistique, d’analyse historique de documents, d’interviews des descendants de cette résistante. Le résultat, j’en avais parlé ici, m’avait passionnée. Je dois l’avouer à l’époque je ne connaissais rien de cette femme. J’ai vu par la suite Violaine s’investir comme une lionne pour que son héroïne fasse partie des femmes pressenties pour entrer au Panthéon. Je l’ai écoutée parler de « Charlotte » comme d’une amie ou d’une parente. C’était bien plus qu’un livre, c’était presque une mission dont elle et Paul se sentaient investis: faire porter plus loin encore la parole si forte et belle de Charlotte Delbo. En lire plus »

« T’as fait des injections ? »

fullsizerender4

Hier, alors que je venais de changer ma photo de profil Facebook au profit de celle avec mon manteau chewbaca (poke Violette), William m’a posé cette question: « t’as fait des injections ? » Dans un premier temps, j’ai ri, parce que c’est tout lui et que c’était sans doute une manière de me complimenter. Et puis ensuite j’ai bien regardé cette photo, et je me suis demandé si vraiment je faisais plus jeune que mon âge sur ce cliché. La vérité, c’est que je n’en sais rien. Cela vous arrive vous aussi de vous observer avec une certaine distance et un maximum d’objectivité et de vous interroger sur l’âge que vous « faites » vraiment ? J’avoue que depuis que j’ai passé les 40 ans (soyons pour une fois sérieuse et appelons un chat un chat, ou plutôt une quadra… une quadra) c’est quelque chose qui me traverse souvent l’esprit. Je me souviens qu’il y a longtemps de ça, ma mère, qui devait avoir sensiblement mon âge aujourd’hui, m’avait dit cela: « le problème c’est que dans la tête, on ne vieillit pas tant que ça, alors quand on croise son reflet et qu’il a vraiment 45 ans, c’est compliqué ». En lire plus »

J’aime #115

img_5483

Bonjour bonjour, avant toute chose, sachez que pour le concours Tiny-Om, le sort a tiré le commentaire 483. Lequel est signé par Sarah, qui dit que si elle gagne elle le décerne au commentaire 21, celui de Mllesnana, qui elle même dit vouloir envoyer le collier à son amie qui vit à Alep. Autant vous dire que c’est un peu compliqué cette histoire. Forcément, l’idée d’envoyer un chakra d’amour à Alep, je trouve ça très beau. Après, je ne suis pas certaine que quoi que ce soit arrive encore à Alep, encore moins un collier en or. Mais dans le doute, j’ai envie d’y croire. Bref, j’aurais besoin que a) Sarah me confirme son souhait de donner le collier à Mllesnana et que si c’est le cas, b) Mllesnana se manifeste elle aussi. Vous m’avez suivie ? Ah et si jamais, vraiment, ce présent arrivait à destination, rien ne me ferait plus plaisir je crois que d’avoir une photo, ça me donnerait presque l’impression que parfois il reste un peu de magie au beau milieu de l’horreur.

Difficile d’enchainer, alors je vais le faire sans transition.

J’aime… En lire plus »

Et toi c’est quoi ton chakra ?

pendants

Chose promise, chose due, voici donc un nouveau concours Tiny Om. Je vous rappelle en deux mots ce qui me lie à cette marque, j’ai parfois tendance à penser que tout le monde est là depuis des années et que je n’ai pas besoin de revenir sur ce que j’ai déjà dit, mais la vérité est forcément un peu ailleurs.

Avec Tiny Om, ça a commencé par un collier, offert via ma copine Elise qui s’occupait alors des relations presse de cette toute jeune marque. Coup de foudre. Pour le bijou tout d’abord, puis pour la créatrice, les valeurs qu’elle défend, son engagement. Depuis, j’ai acquis – honnêtement – deux autres colliers ainsi qu’un bracelet. Et lorsque j’ai un cadeau à faire, je me tourne invariablement vers Virginie. En lire plus »

Berlin, ich liebe dich

dsc02100

On m’avait dit, « tu verras, Berlin, c’est moche mais c’est génial » (je résume). On m’avait promis, « tu vas adorer, tu vas tomber amoureuse, c’est obligé ». Forcément, du coup, fidèle à mes superstitions idiotes (« si je pense trop que je vais avoir une bonne note, c’est sûr, je vais me planter », fut le mantra de toute ma scolarité), j’avais hyper peur de ne rien éprouver de tout ça et de passer totalement à côté de la magie berlinoise. D’autant que nous sommes arrivées sous la pluie et que durant nos trois jours dans la capitale allemande, nous avons aperçu un seul et pauvre rayon de soleil (littéralement). Ce qui généralement ne m’aide pas à aimer un lieu, je suis en effet lumino-dépendante à un point presque pathologique.

Et pourtant.

Dès les premières heures du premier matin, je l’ai sentie. Cette atmosphère dont tout le monde parle. Cette impression de liberté, cette simplicité. Oui, la ville est un peu laide, tout au moins par endroits, criblée de travaux, sans homogénéité architecturale, immense et taguée, encore éventrée par les vestiges de ce mur sombrement mythique. Mais en réalité, la ville est belle. Belle de ses jardins, de ses cours, de ses immeubles renaissance qui côtoient les barres emblématiques de l’ancienne RDA, de son street art omniprésent, de ses bars aux terrasses illuminées de lanternes guinguettes, de ses canaux qui par moments évoquent la belge Bruges, de la Spree qui se prélasse, de ses anciennes usines de brique rouge réhabilitées en centres culturels alternatifs.

Découvrir Berlin, c’est bien sûr faire un voyage à travers le temps, c’est traverser ces époques les plus sombres, c’est apercevoir sur les trottoirs ces petites plaques de cuivre gravées des noms de juifs déportés et avoir le ventre qui se noue, c’est tomber sur un morceau de mur ou longer le kilomètre de l’East Side Galerie, plus grand musée à ciel ouvert au monde, vestige de l’immonde cicatrice qui sépara des dizaines d’années durant les Berlinois. C’est frissonner devant la Brandenburg Tor, se dire qu’un jour, Hitler y célébra son arrivée au pouvoir, mais qu’un autre jour, des milliers d’Allemands y détruisirent pacifiquement le mur de la honte. C’est marcher dans le Tiergarten et avoir l’impression de se promener en forêt, c’est s’asseoir sur l’un des blocs de béton du mémorial de l’holocauste et se dire que plus jamais… j’espère. En lire plus »

J’aime #114

IMG_3548 (1)

Tout juste rentrée de trois jours merveilleux à Berlin, je vous avoue avoir un peu de mal à reprendre le rythme après cette escapade. Je vous raconte tout ça demain, le temps de trier mes photos et de retrouver les noms de tous les endroits où nous avons déambulé. Un immense merci à toutes celles qui m’ont donné des conseils, j’y reviendrai mais ça nous a bien aidées !

En attendant, j’aime… En lire plus »

Les 3J, c’est par ici…

galafs3j

Partenariat

Ils reviennent à l’automne tous les ans et moi ça me rappelle invariablement mon enfance, quand on filait aux Galafs avec ma mère pour y trouver des affaires. Bref, les 3J ont commencé et durent en réalité un peu plus que trois jours (jusqu’au 23 octobre). Voici une sélection de ce qui m’a semblé désirable, il y a évidemment plein d’autres tentations, mais fidèle à mes goûts, je lorgne vers une marinière, un combipantalon, une besace, des boots noires ou encore un body très sexy. Bref, rien que de l’indispensable évidemment, avec une petite touche d’eau de toilette à la fleur d’oranger…

Bonne journée !

#1 – Marinière See U soon, 45,50 au lieu de 65 , soit -30%
#2 – Eau de toilette Roger et Gallet bois d’orange, 23,03€ au lieu de 32,90€ soit -20%
#3 – Jean Skinny Guess, 44,95 au lieu de 89,90 , soit -50%
#4 – Combipantalon Sessun, 123€ au lieu de 175€ soit -30%
#5 – Sac bowling Nat&Nin, 146,30 au lieu de 209, soit -30%
#6 – Besace Jerome Dreyfuss, 402,50€ au lieu de 575€ soit -30%
#7 – Cabas Vanessa Bruno, 98€ au lieu de 140€ soit -30%
#8 – Bottines Jonak, 87,50€ au lieu de 125€ soit -30%
#9 – Pull à col cheminée Maje, 164,50€ au lieu de 235€ soit -30%
#10 – Body Princesse Tam-Tam, 60€ au lieu de 75€ soit -20%
#11 – Mascara Hypnose de Lancôme21,35€ au lieu de 30,50€ soit -30%
#12 – Montre Daniel Wellington, 127,20€ au lieu de 159€

 

 

J’aime #113

dsc01899

Ce week-end on se faisait la réflexion avec ma grande que ça commençait un peu à sentir l’hiver et qu’on aimait bien ça.  Est-ce une bonne raison pour nous gaver de cochonneries, je ne suis pas certaine. Mais je ne crois pas me tromper en affirmant que lorsque les températures baissent, notre organisme brûle énormément de calories. CQFD. A part ça, j’aime… En lire plus »

All about grey

img_5301

Chose promise, chose due, voici donc mon gilet Sezane porté. Je vous arrête tout de suite, non je n’ai pas un bras plus long que l’autre et non il n’y a pas mal façon, c’est juste que j’avais mis mon portable dans ma poche, plus ma cigarette électronique, ce qui donne ce côté très déstructuré. Cruche un jour, cruche toujours. Il n’empêche que je ne le quitte plus, c’est comme un doudou mais qu’on peut enfiler (hum, pas évident qu’à la relecture cette phrase soit des plus heureuses). Quant à l’écharpe, c’est aussi une Sezane et laissez moi vous dire sans exagération aucune que j’achèterai désormais toutes mes écharpes là bas. Je suis très difficile en la matière, je les aime longues, chaudes mais qui ne grattent pas, de préférence grises ou chinées. Et là, je crois que je tiens mon idéal. On a les quêtes qu’on mérite. Voilà, ce jour là il faisait encore un temps incroyable et ce petit square près de la place Clichy était entouré d’immeubles magnifiques. Je me suis dit qu’une fois de plus, j’aimais tant Paris. Et puis revenir dans ce quartier habité pendant quelques années alors que j’étais tout juste adulte, ça m’a rendue un peu chose.

Edit: Merci Violette pour les photos…

En lire plus »