Nos étoiles contraires

photo(59)

Un immense merci tout d’abord pour vos commentaires sous mon billet clope, ils étaient passionnants, avec plein de mots qui m’ont parlé et encouragée. Comme l’écrit si bien la Chic fille, “cette fois-ci j’arrête sans y croire, et c’est peut-être pour ça que ça va marcher” (elle n’écrit peut-être pas ça mot pour mot, mais en gros je crois que c’était l’idée). Je ne vais pas m’étendre plus longtemps sur le sujet aujourd’hui, pas grand chose de plus à vous raconter qu’il y a deux jours, si ce n’est que j’ai acheté une nouvelle cigarette électronique qui manifestement me convient mieux – l’autre ne tirait pas bien – et que même si l’objet me fait quand même penser à une seringue et me donne l’impression d’être une camée (ce que je suis, cela dit), je ne ressens pas le manque de la même façon que lors de mes arrêts “à l’ancienne”, avec patchs et kilos de pastilles vichy.

Je voulais vous parler de ce livre – autant rester dans un sujet léger et joyeux après tout – “Nos étoiles contraires”. Il émerge ces derniers temps, j’ai l’impression, une littérature jeunesse américaine absolument merveilleuse. (Marje, tu confirmes ?) Je ne parle pas de la mode vampire qui ne me touche pas vraiment mais qui fascine ceci dit mes grands et surtout ma fille – accro à mort à la série télé Vampire diaries – mais d’un pendant en quelque sorte de ces teen movies un peu indépendants, tels que “Kids”, “My little miss sunshine”, “spring breakers”, etc. J’avais chroniqué récemment “Wonder”, je pense que “Nos étoiles contraires” est exactement dans la même veine.

Ou comment écrire avec justesse et finesse sur le sujet le plus casse gueule qui soit: la maladie d’un enfant, en l’occurrence, plusieurs ici, puisque tous les personnages adolescents du livre sont atteints d’un cancer. Je ne vais pas vous mentir, on pleure des rivières en lisant cet ouvrage, mais sans jamais avoir cette désagréable impression d’avoir été pris en otage comme dans un mauvais téléfilm passant sur M6, ni fait ni à faire mais redoutablement efficace lacrimalement parlant, parce que par définition, ne pas chialer devant un enfant au crane lisse et sous tente à oxygène ferait de nous des monstres.

Si je devais faire une analogie, “Nos étoiles contraires”, c’est une sorte de “Love story” passée à la sauce Donzelli – Elkaïm, dans “La guerre est déclarée”. Avec une touche de Boris Vian et son Ecume des jours, roman également fondateur pour moi.

Hazel et Augustus sont des ados bien amochés par le cancer, donc. Elle ne se défait pas de sa bouteille à oxygène, ses poumons, colonisés par des tumeurs, étant hors service. Lui, beau comme un dieu, a perdu une jambe dans sa bataille contre un vilain ostéosarcome. Mais lorsqu’ils se rencontrent lors d’une réunion du groupe de soutien pour enfants cancéreux, ils ne sont qu’Hazel et Gus, deux étoiles se carambolant de plein fouet, deux âmes qui n’attendaient que cette rencontre pour tutoyer l’éternité. Je ne vous en raconte pas plus, si ce n’est que oui on pleure mais on rit également. L’histoire est au “je”, narrée par Hazel, la fille la plus drôle, la plus brillante, la plus douce et la plus aimable de toutes les héroïnes de roman. Quant à Gus, il est celui dont aurait rêvé, plus jeune, qu’il se penche sur nous.

J’avais acheté “Nos étoiles contraires” pour mes grands mais j’ai préféré le lire avant, histoire d’être certaine qu’il ne soit pas trop dur. La vérité c’est que dur, il l’est. Mais la chérie l’a lu d’une traite et ne me semble pas en être traumatisée. Je crois que je l’ai été plus qu’elle, mais c’est probablement parce que je me suis moi même construite aux côtés d’une petite fille portant un foulard en guise de cheveux.

Si vous avez le coeur bien accroché, si les grandes et belles histoires d’amour sont ce qui vous porte et vous emporte, si vous n’avez pas peur du rimmel qui coule dans le métro, lisez Nos étoiles contraires, offrez-le à vos ados. Il y a dans ce livre des clés pour vivre.

photo(58)“Nos étoiles contraires”, John Green, traduction Catherine Gibert (super boulot), chez Nathan.

91 comments sur “Nos étoiles contraires”

  1. Lily59 a dit…

    Prem’s ou presque prem’s ? :-)
    Voilà : déjà commandé sur Amazon le méchant ! (selon mon mari, je subis une véritable addiction à la “commande en un click” d’Amazon… et hop, une addiction de plus ;-) )
    (Je précise pour ne pas être pendue en place publique que je vais aussi régulièrement chez de charmants petits libraires)
    Est ce que le machin a souhaité lire ce livre ? (Parce que j’ai un ado un peu allergique aux “trucs qui font pleurer”; je suis donc un peu désespéré : mon fils va devenir un homme comme les autres… ;-)

    Répondre
  2. Shyze a dit…

    En voilà un livre qu’il est bien ! (et très casse-gueule pourtant dès qu’il s’agit de le conseiller aux clients qui cherchent un bouquin pour des ados : “alors voilà un livre que j’ai adoré, c’est l’histoire de deux jeunes qui ont le cancer et…” – moue dégoûtée/inquiète des parents “euh, vous n’auriez pas autre chose ?”)
    Mais il a en tous cas un succès fou en librairie (dès lors que les gens vont d’eux-mêmes vers lui), et je vous le conseille aussi vivement ! :3 Même si oui il est dur, n’est-ce pas le propre d’un livre, de marquer ? Et celui-ci, sans conteste, remplit sa mission : on le lit, on vit à travers lui, et on n’oublie pas.

    Répondre
      • Shyze a dit…

        Malheureusement je suis dans le sud, je n’aurai donc pas le plaisir de pouvoir te conseiller de vive voix ! :)
        Cela dit, je te recommande pour tes ados : Junk, de Melvin Burgess. Ce n’est pas un bouquin sur le même sujet, mais dans le genre “livre poignant” (sur la drogue), il se pose là aussi – et Burgess écrit toujours sur un ton très juste pour les jeunes (et pour les autres aussi).

        Répondre
    • Caroline a dit…

      oui la bande annonce résume bien mais presque un peu trop je trouve. Moi je suis plutôt contente de ne pas l’avoir vue avant d’avoir lu le film. et surtout, je suis contente également de m’être fait une idée des personnages avant d’avoir vu la bande annonce, dans ma tête Hazel et Gus ne ressemblent pas du tout à ces jeunes acteurs…

      Répondre
      • PetiteRuc a dit…

        C’est vrai que j’aime bien aussi pouvoir me faire ma propre idée des personnages (et d’ailleurs souvent ensuite le film nous déçoit un peu par rapport à ça !) … là il est vrai que j’imaginerais les acteurs en lisant … mais j’ai découvert l’histoire par la bande annonce du film et j’ai appris en même temps que le livre existait … pourquoi tu ne nous en a pas parlé avaaaaannnnttt ? :)

        Répondre
  3. M. de Hamburg a dit…

    Dans le même registre, je recommande vivement “Oh, boy!” de Marie-Aude Murail. Une merveille de bouquin. C’est peut-être connu (et pas tout récent), mais moi je l’ai découvert il y a un mois environ et je ne regrette pas!

    Répondre
      • Jade a dit…

        J’ai lu ces deux bouquins ado ! Oh, boy est une merveille, je le relirais encore sans me lasser !
        Nos étoiles contraires me tente aussi ainsi que Un tout petit rien… Bientôt un petit tour en librairie alors…

        Répondre
  4. Londoncam a dit…

    Merci pour cette belle chronique… j’ai une PAL qui a pris de l’ampleur dernièrement mais je rajoute ce livre dans mes envies, nul doute qu’il me rejoindra prochainement :)

    Répondre
  5. Niña a dit…

    Hop, voilà un nouveau roman ajouté à ma liste d’envies. C’est pas comme si elle en comptait déjà plus de 100… L’avantage, c’est que je peux être certaine que je ne m’ennuierai jamais de la vie livrement parlant… Surtout que je suis en train de m’initier au monde merveilleux des BD/romans graphiques et que ça en rajoute encore une couche !!!
    Et merci d’avoir cité la traductrice, on ne le fait que trop rarement :-)

    Répondre
  6. Cél a dit…

    Tombe à pique parce qu’envie d’un beau livre et envie de partager avec mon ado, il faut tout tenter quand on a des ados ! On ne sait pas, avec leur sensibilité à fleur de peau ce qui les touchera … Alors, ce midi, je partirai en quête de l’ouvrage ! Merci Caro !

    Répondre
  7. silvia a dit…

    Bonjour, ma fille vient de terminer wonder (après tes recommandations) que moi même j’ai lu également, et elle me disait “tu as pas un autre livre à me proposer?” ben voilà je sais lequel je vais acheter de ce pas, même si j’ai peur de pleurer….. Bravo pour la cigarette, mon mari a commencé en décembre, et bon même si c’est pas concluant à 100%, c’est déjà mieux qu’avant! bisous

    Répondre
  8. Carson a dit…

    Un des mes livres de chevet c’est “la vie sauve” de Marie Desplechin et Lydie Violet, alors tu penses bien que ça me cause ce livre là.
    Merci Caro :-)

    Répondre
  9. loubna a dit…

    J’ai larmoyé juste en lisant ton billet. Donc non, “les étoiles contraires” ne sont pas pour moi. Je connais ce livre depuis longtemps, et je l’ai placé en bonne position dans beaucoup de sélections livres que j’ai fait pour des magazines (dans le cadre de mon boulot, hein, ce n’est pas un passe-temps ;-)), et effectivement il a reçu d’excellentes critiques. Mais comme tu dis, il faut probablement avoir le coeur bien accroché, et surtout surtout: ne pas être du genre complètement flippé de la tête (comme moi) qui a imagine que tout ce qu’elle lit – ou regarde – peut arriver à ses enfants…

    Répondre
  10. Isa de Bordeaux a dit…

    Bonjour Caro,
    Ma fille l’a fini hier ….. elle l’avait acheté pour une de ses amies qui à cette “merde” et voulait lui offrir … je lui ai dit : Euh… ce n’est pas forcément une bonne idée…. Lis le avant ….. puis tu décideras. Ce qu’elle a donc fait !
    Résultat : Elle ne lui offrira pas …. elle a beaucoup pleuré mais a adoré !

    je vais donc le lire moi aussi avec une grosse boite de kleenex ….

    Bises

    Répondre
  11. loubna a dit…

    Ah oui, et tiens bon pour la clope. Tu ne le regretteras pas. Enfin, si, un peu, tous les jours, mais c’est pas grave, c’est pour la bonne cause. Si ça peut aider, moi, ce qui m’a beaucoup soutenu pendant ma phase arrêt, c’est de boire des litres et des litres d’infusions et de tisanes. Ça, et le sucre bien évidemment, mais comme en ce moment je suis en phase “arrêt de sucre” et que je le vis comme une vraie addict, c’est pas trop bien d’en parler. Bref, essaie les tisanes si tu aimes ça.

    Répondre
  12. Adriane a dit…

    Je me méfie à présent des livres contenant nos étoiles dans le titre, car toujours pas remise de la lecture de nos étoiles ont filés !! Lus et commandé après ton article sur le blog j’avais beaucoup aimé mais énormément pleuré !
    D’ailleurs j’avoue tout quand je fais une commande de bouquins, je viens faire une recherche d’idées sur ton blog !
    Tu as un don particulier pour donner envie de lire c’est fou !

    Répondre
    • Caroline a dit…

      merci pour cette dernière phrase, c’est l’une des choses qui me motivent le plus, donner envie. De lire, d’aller voir un film, tester un resto… j’aime cette idée de donner envie, je ne sais pas d’où ça me vient mais c’est bien là…

      Répondre
      • Mimosas a dit…

        Le problème Caro c’est que tu donnes aussi envie d’aller chez Monoprix, d’acheter des écharpes toute douce, d’aller en Corse, en voyage, d’avoir une jolie robe de marque… bref quoi… ptête que tu vas aussi me donner envie d’arrêter de fumer (quoi que je fasse partie des fumeurs programmés à 3 au quotidien).
        Merci beaucoup pour ces idées lectures :-) et merci tout simplement aussi de façon générale

        Répondre
    • Covima a dit…

      @adriane pareil ! Je viens chercher des idées lecture pour moi et aussi pour les z’enfants, avec la rubrique (et le blog) de Marje. D’ailleurs mercredi matin, juste avant de partir au boulot, j’ai noté vite fait sur un post-it à l’attention de ma collégienne qui n’avait plus rien à lire (= ô rage ô désespoir chez nous) de consulter cette rubrique. Ce qu’elle a fait, en notant elle-même les références d’après les résumés… Une future lectrice, Caroline :-)

      Répondre
  13. @ual a dit…

    “Il y a dans ce livre des clés pour vivre.”

    Cette phrase fait du bien à lire, si c’est pareil pour le livre, je prends …

    Moi, j’ai un ado de type “tout me fait chier, rien ne m’intéresse”. Ce type de livre peut-il lui ouvrir l’esprit ??
    Ton machin m’a l’air bien plus ouvert sur le monde ;-)

    Répondre
  14. Madame B a dit…

    Lire ce que l’on redoute le plus. Ce serait un acte de courage, pas certaine de l’avoir, ce courage. J’en ai mal aux tripes rien qu’en lisant ton billet. J’admire tellement ces ados touchés par la maladie et aussi leurs parents qui les accompagnent pendant des mois de souffrance et doute. Alors si tu dis qu’il y a, dans ce livré des clés pour mieux vivre, je vais essayer. Merci Caro de nous parler de tout…

    Répondre
  15. Celine a dit…

    J’adore cet auteur :)
    Et au passage, lui et son frère sont deux personnes assez fantastiques et très actives sur le net, ils ont créé les “nerdfighters”, qui organisent une fois par an un gros événement pour soutenir pleins de causes. Et ils ont un channel youtube commun, https://www.youtube.com/user/vlogbrothers/videos?sort=dd&shelf_id=1&view=0 , qu’ils avaient créé pour rester en contact en se forcant à poster une video par semaine chacun, et qui est devenu la base de pleins de projets qu’ils ont réalisé.

    Du coup je poste une video en particulier qui a un rapport avec le sujet: 18 chouettes livres que John Green conseille de lire https://www.youtube.com/watch?v=JgDwaJ0WCVE Si jamais ca peut inspirer :)

    Répondre
  16. ingrid a dit…

    ce livre a l’air vraiment très intéressant..mais je pleure facilement et les histoires comme celles-ci me touchent toujours “trop”..si bien qu’après je ne suis pas au top !! alors..je vais me tâter avant de dévorer ce livre qui me fait vraiment envie…. mais tu en fais une merveilleuse publicité !! :-)

    Répondre
  17. Flavie a dit…

    John Green, des années que je n’avais pas entendu ce nom. Son livre “Qui es-tu Alaska ?” était mon livre préféré du lycée, je l’avais pris au hasard sur une étagère du CDI et je ne l’ai pas laché pendant 2 ans. C’est un livre fabuleux, je vous le conseille vivement. 3 compères dans un internat d’université qui apprennent la vie et font des conneries, jusqu’à ce qu’arrive l’événement et le “après”. Comment vivre ? Comment survivre ?

    Très très belle histoire qui arrive si souvent … Je recommande vivement !

    Répondre
  18. Mentalo a dit…

    Merci pour ce conseil et les réserves éventuelles que tu y apportes, j’apprécie beaucoup, surtout que quand on possède un modèle d’ado dévoreuse de livres MAIS ni vampires ni sorciers, ni journaux de filles neuneus, on n’est pas rendue.

    Répondre
  19. nadoche a dit…

    merci bcp pour l’idée de cadeau à ma fille poisson d’avril !!!!
    et pour mes lecteurs aussi (je travaille dans une bilbiothèque …)
    toujours un plaisir de te lire

    Répondre
  20. Bulle d'O a dit…

    Ma fille de 15 ans a voulu acheter ce bouquin et l’a lu très rapidement ( contrairement à bon nombre de livres qui trainent dans sa chambre… ) Elle a autant pleuré qu’elle l’a aimé je crois. Le seul souci c’est qu’elle s’identifie un peu aux personnages… Elle a un naevus pileux important depuis sa naissance et le dermato lui ayant dit que cela pouvait -rarement voire exceptionnellement- se “cancériser” vers 18/20 ans, elle flippe :-( Moi aussi maintenant. On va retourner voir le dermato puis le chirurgien et peut être faire enlever cette “tâche” comme elle l’appelle. ( Pourquoi je raconte ça ici ??? )

    Répondre
  21. Sylvie (Mots d ici et d ailleurs ) a dit…

    J’avais beaucoup aimé ce livre et, surtout, en tant que maman, il touche aux tripes. La littérature doit aussi faire ça : remuet, déranger, faire sortir de sa zone de confort. Dans la même veine, “my sister’s keeper” (je ne connais pas le titre en français) de Jodi Picoult, l’histoire d’une ado qui fut un bébé sélectionné in vitro pour sa compatibilité avec sa soeur atteinte d’une leucémie. Toute sa vie lui est conditionnée et on voit ses errances, ses questionnements et le bouleversement que cela entraîne dans cette famille qui essaie de faire survivre son enfant alors que les autres essaient simplement de vivre. Des sentiments mais aussi une réflexion sur l’éthique liée à ces bébés-médicaments. A lire vraiment ! Et merci pour les revues de livres car, en tant que dévoreuse, les recommandations sont bonnes à prendre !

    Répondre
  22. Marje a dit…

    Je suis complètement d’accord avec toi Caro sur la littérature jeune adulte américaine même si les auteurs français nous réservent aussi de belles suprises. J’avais parlé de Nos Etoiles contraires dans les commentaires du billet sur Wonder car effectivement ces deux romans ont en commun de traiter d’un thème difficile tout en repoussant la tentation du mièvre ! Ces romans sont bouleversants et en même temps complètement lumineux. Ta présentation est vraiment géniale et je suis heureuse que tu portes ce livre pour le diffuser le plus possible ! Je viens de finir la Voleuse de livres de M.Zusak et là aussi, la magie opère …Merci, merci …

    Répondre
  23. Léonie Canot a dit…

    Ma fille (16 ans) l’a déjà dévoré… 2 fois. Si ta fille aime, achète-lui Qui es-tu Alaska ? du même John Green qui a autant plu à ma fille… et qui risque fort de plaire à son fils également (mon fils l’avait adoré à sa sortie en 2011, il avait donc 16 ans à l’époque). Bises et bravo pour la clope (je suis passée par là aussi…)

    Répondre
  24. Bénédicte a dit…

    A propos de la clope électronique, je voulais dire que je trouvais ça follement sexy. Un peu longue, ça fait fume-cigarette, c’est super élégant. Et l’odeur douce de la vapeur, le bruit que ça fait, sans l’odeur dégueu de la vraie clope, moi qui suis non-fumeuse, j’apprécie. Beaucoup.

    Pas du tout seringue / camé ou je ne sais quoi.

    Répondre
  25. Sarah a dit…

    Cela fait longtemps que les romans pour ados me font de l’oeil à la bibliothèque jeunesse. Mon fils n’a pas encore atteint cet âge mais après tout avons-nous besoin d’un prétexte pour emprunter certains livres ? En littérature jeunesse c’est le théâtre qui me fait vibrer, genre bien souvent sous-représenté dans les rayons. Dommage…
    Celui-ci n’est pas encore référencé mais je vais en essayer d’autres du même auteur.

    Répondre
  26. Corinne (Couleur Café) a dit…

    Un sujet qui me fait flipper !! J’ai mis des années avant de me décider à lire “Nos étoiles ont filé”, et là, même si c’est légèrement différent, je me tiensd’abord à bonne distance, même si je te crois sur paroles quand tu dis que c’est un très bon livre.

    Répondre
  27. nesto a dit…

    je l’avais lu dans la foulée de Wonder et j’avais bien aimé également ;) par contre ma “grande” de 11 ans peut lire Wonder mais là qd même ils “couchent” ^^ alors on va attendre qu’elle soit un peu plus grande!!! (chuis vieux jeu ^^ )

    Répondre
  28. nesto a dit…

    et en parlant de lecture ado (ou pré-ado) y a “la fille seule dans le vestiaire des garçons” qui est pas mal non plus. Pas dans la lignée des 2 cités (surtout au niveau du style rien à voir!) mais parfait pour informer les pré-ados!

    Répondre
  29. Au Fil d'Isa a dit…

    Merci Caro pour cette super chronique qui donne vraiment envie, et merci aussi pour avoir mentionné la traductrice, c’est assez rare pour être souligné ! Je vais l’acheter pour moi et puis je le mettrai de côté pendant quelques années, parce que je crois qu’à 9 ans, ma fille est peut-être un peu trop jeune pour cette lecture…

    Répondre
  30. Mireille a dit…

    Bonjour Caro, je rejoins une autre de tes lectrices : tu donnes envie…et je mets très souvent dans mon panier les livres que tu conseilles. Penses-tu que ma grande de 12 ans n’est pas trop jeune pour ce livre? Elle a lu “Wonder” et relu encore…mais c’est une hypersensible et je me dis que le sujet est peut-être encore “trop” pour elle
    Marje j’avais essayé de lire “La Voleuse de livres” il y a quelques années, et n’avais pas accroché…il faudrait peut-être que je réessaie…
    Le livre qui m’a fait le plus pleurer quand j’avais 12 ans, c’est “La cicatrice” de Bruce Lowery qui est un peu dans la même veine que Wonder…Roman américain écrit en 1960…les thèmes du rejet et de la différence n’ont malheureusement pas d’âge

    Répondre
      • Justine a dit…

        Mireille, je te conseille de le relire parce que, même si une grande partie du livre est difficile, ça vaut le coup d’aller jusqu’au bout. La vie suit son cours…

        Répondre
    • Caroline a dit…

      Alors 12 ans il me semble que c’est peut-être un peu jeune, pas vraiment en raison du sujet d’ailleurs mais plutôt de certains passages un peu “philosophiques” qui vont peut-être lui paraitre abscons. Mais après, le mieux c’est sans doute que tu le lises avant, tu connais mieux ta fille. J’ajouterai que ce livre n’a rien à voir avec nos étoiles ont filé. Qui est un témoignage autobiographique, insoutenable parce que vrai, je pense. Là on est dans le roman, avec tout ce que cela peut avoir d’invraisemblable par moments. Il y a de la fantaisie, de l’humour. Le sujet est terrible mais cela ne m’a pas du tout fait le même effet que nos étoiles ont filé. Quant à la cicatrice, j’avais adoré moi aussi.

      Répondre
      • Mireille a dit…

        Merci Caro pour ta réponse. En plus, ça me fait très plaisir que tu répondes à mon commentaire, c’est la première fois et j’ai l’impression de commencer à faire partie des habituées #groupie
        Je le lirai certainement avant, c’est habituellement d’ailleurs ce que je fais…d’autant qu’actuellement je suis sur 2 livres et aucun qui ne m’accroche vraiment (“Au-revoir là haut” de Pierre Lemaître et “La garçonnière” d’Hélène Gremillon, j’avais pourtant tant aimé “Le confident”)

        Répondre
    • peggy a dit…

      justement, j’allais poser la même question pour mon fils de 9 ans qui a adoré Wonder. Mais visiblement, c’est un peu tôt, je vais attendre et le lire surtout.
      Il a dévoré il y a quelques semaines “le garçon en pyjama rayé” de John Boyne. Un roman assez court qui aborde la seconde guerre mondiale et les camps de concentration à travers l’amitié qui se tisse entre 2 garçons, l’un fils de SS, l’autre juif. Pudique mais sans naïveté, ce livre est une pépite. Nous en avons beaucoup discuté après. Je vous le recommande.
      J’en profite pour te remercier Caro de ces billets réguliers sur tes coups de cœur bouquins, une mine d’idées !

      Répondre
  31. AnneduSud a dit…

    Je vais acheter les deux, qui es tu Alaska? Et celui ci.
    Vais acheter le paquet de Kleenex qui va avec.
    Ai versé bien des larmes avec Wonder. Une merveille.

    Répondre
  32. Audrey V a dit…

    J’adorerais pouvoir lire ce genre de livre. Mais tout comme le film de Donzelli, je ne tente pas car car çà me retourne trop. Dès qu’il est question d’enfant, j’ai l’impression que se sont les miens qui sont touchés…je n’arrive pas à avoir le recul pour apprécier, çà me fait trop de mal…çà m’angoisse au-delà du raisonnable.

    Répondre
  33. Julie a dit…

    Bonjour Caroline,
    Je ne sais pas si tu crois au karma/destin mais moi j’y crois fort : je suis un peu signe-de-la-vie-addict ;).
    Et la plupart tes articles font mouche et tu trouves toujours les mots justes pour exprimer les choses de manière super claire. Parfois,je m’approprie tes phrases car elles sont exactement représentatives de mon avis qui a encore besoin d’être précisé :p. Et bien souventmtu abordes LE sujet qui m’intéresse à un instant T.
    Et voilà qu’encore une fois tu tappes en plein dans le mille. J’ai lu ce livre cet été ainsi que ma soeur de 20 ans,mon beau-frère de 22 ans et mon frère de 18 ans : un succès franc et massif chez nous tous. Ce que tu en dis est exactement ce que j’ai ressenti en le lissant. C’est un très beau livre qui parle avec poésie, pudeur et franchise du cancer des enfants.
    Bonne fin de journée et même si ce n’est que virtuel : à demain pour mon rituel de lecture ici, “chez toi”

    Répondre
  34. Combien tu brilles a dit…

    Donzelli et Boris Vian dans la même phrase, le sujet qui me touche le plus et qui me fait m’accrocher à ces drôles d’études : je pense que je vais filer me commander ce livre.
    (tu as vu Alabama Monroe dans le même genre ?)

    Répondre
  35. Mère, mais pas que a dit…

    Hum,hum…! Je glane l’idée de lecture , et je le déposerai sur le chevet de mon ado. Il sommeillera un peu pour que ma fille soit en âge de le lire. Merci de toute cette causerie ” belle lecture jeunesse” ça fait du bien.
    Dans un tout autre registre, j’ai dévoré : ” en finir avec Eddy bellegueule ” …et je ne peux que le conseiller sauf si vous espérer vous détendre les zigomatiques. C’est pas la poëllade et glamour, mais c’est une belle écriture et un témoignage fort à propos de la misère du Nord et d’un enfant qui se perçoit différent dans son identité sexuel ( et toute l’intolérance qu’il subit ). Je n’ai pas le talent de Caro pour vous inciter à vous jeter sur un livre, mais tous mes proches qui ont partagé cette lecture ont aimé.
    Bonne lecture!

    Répondre
  36. thiphane a dit…

    Bonsoir tout le monde,
    Je n’est pas lu ce livre mais il me fait penser à celui de Patrick Poivre d’Arvor que j’ai lu au lycée (moi aussi j’ai 29 ans) “les enfants de l’aube” qui m’a fait pleurer pdt les heures de perm…

    Répondre
  37. L* a dit…

    Mon petit cœur de traductrice vouée à l’anonymat des traductions commerciales a battu un peu plus fort en constatant que non seulement tu as pensé à citer la traductrice, mais, en plus, tu as eu un petit mot pour son travail. Tu es décidément parfaite ^^

    Répondre
  38. biloubb a dit…

    Toute la famille a lu ce livre que j’avais offert à ma fille de 17 ans. Et Qui es-tu Alaska, extra aussi! On est dans la littérature dystopique d’ado en ce moment avec Divergente (on était fans de Hunger Games!) Et en passant, je conseille Silhouette de J.C Mourlevat, 10 nouvelles fortes..et cruelles!

    Répondre
  39. Jade a dit…

    Bon ben du coup je viens de remplir un panier virtuel sur le site de la Fnac… A
    20 ans je suis encore bien branchée littérature ado (pas les vampire ni les journaux intimes mais les bouquins comme ceux que tu décris). Mes vieux Harry Potter son aussi chers à mon coeur (ce sont les premiers livres que j’ai mis dans mes cartons quand j’ai déménagé).

    Une autre idée de bouquin, dans un style beaucoup plus léger et drôle, ta fille connaît-elle “Quinze ans, charmante mais cinglée” (et les 2 livres qui suivent) ? Je l’ai lu à 13 ans et j’adore toujours autant, l’humour est parfait et la mièvrerie absente ! :)

    Répondre
  40. Covima a dit…

    J’en ai bcp entendu parler sur des blogs étrangers, je me demandais quand il allait enfin sortir en français car il me faisait très envie déjà d’après ce que je voyais. Je l’ai noté il y a un moment, maintenant il faut que je le trouve… et j’aime toujours lire un livre avant sa sortie au cinéma.Tu évoques la Guerre est déclarée mais y a-t-il eu un bouquin avant ou seulement le film ? (que je n’ai pas vu)

    Répondre
  41. Stieg a dit…

    Il est dans ma PAL depuis bien longtemps. J’hésitais à carrément me l’acheter plutôt que de chercher à l’emprunter… je crois que je viens de me décider ;)
    Dans le même genre tu peux tenter “Là où j’irai” de Gayle Forman. On y parle aussi d’ados, d’accident grave, d’amour… (du coup ai mis le lien vers ma chronique sous mon pseudo si jamais tu veux aller voir de quoi il retourne).

    Répondre
  42. léa a dit…

    Salut,
    dans le même genre il y a Dieu me déteste de Hollis seamon aux éditions La Belle Colère qui vient de paraître, le pitch de départ est le même, un ado malade mais qui veut vivre aussi fort que les autres …

    Répondre
  43. Mnêmosunê a dit…

    “Avec une touche de Boris Vian et son Ecume des jours, roman également fondateur pour moi.” Caro, sur ce point là, on est pareilles. Du coup, je vais me le mettre dans ma liste de livres à lire (mais là je lis l’Illiade, alors c’est pas pour demain).
    Et je confirme ce qui a été dit par d’autres, tu donnes vraiment envie de lire (et aussi de regarder une série télévisée avec ton article sur My mad fat diary, et c’est pas peu dire puisque je ne regarde jamais de séries télévisées) (sauf 24h chrono, mais bon c’est Jack Bauer aussi).
    Bon week end !

    Répondre
  44. BusyLaety a dit…

    J’ai des problèmes pour suivre le blog en ce moment : l’onglet est resté bloqué sur le concours Epices, et les chainages s’arrêtent à l’article sur la cigarette électronique. Suis-je la seule ? C’est frustrant d’avoir du mal à accéder à me dose quotidienne de Caro…

    Répondre
  45. Agoaye a dit…

    Et je le note, et ce même si je n’ai pas d’ado sous la main (enfin si j’en ai une mais orpheline car parents morts d’un cancer donc j’suis pas sûre que le choix soit judicieux)

    Répondre
  46. Vero a dit…

    Bonjour,
    Ce bouquin a été mon véritable coup de coeur parmi mes lectures de l’été dernier. Je l’avais choisi pour moi-même, alors en quête d’un livre en v.o histoire d’entretenir un peu mon anglais et je ne tarirai pas d’éloges sur le ce roman. Du sujet, la maladie, si bien traité à travers les mots d’Hazel Grace, des personnages si attachants et dont on tombe presque amoureux, de la simplicité d’écriture, propre à l’univers adolescent, … Tellement d’émotions et de larmes oui, mais quel bonheur en fin de compte, j’y ai vu comme une hymne à la vie.
    Alors merci de rendre hommage à cette histoire, ce livre, qui sensibilisera et changera le regard de chacun face aux malades que l’on isole sans penser à mal, certes.
    Ps: ceci est ma 2ème visite sur votre blog et je pense que vous me conterez désormais parmi votre lectorat

    Répondre
  47. Combien tu brilles a dit…

    Je l’ai fini cette nuit aux alentours de 2h du matin, j’avais attendu toute la journée impatiemment d’avoir le temps de le savourer. Le cou trempé de larmes comme (très) rarement. Merci pour cette découvert (décidément, entre 3x Manon et ce livre là, tu m’as chamboulée cette semaine).
    // (ps : tu avais reçu mon mail à ce propos ?)

    Répondre
  48. Céline Online a dit…

    Je viens de terminer le livre et j’ai été bouleversée. Cette histoire est magnifique !
    En tout cas, j’ai hâte de voir le résultat en film. J’ai regardé la bande-annonce après le livre et je trouve que les acteurs sont plutôt bien choisis. J’adore l’actrice qui fera Hazel !

    Est-ce que tu as lu d’autres livres de John Green ? Ils sont tous écrits avec la même plume ?

    Si tu veux lire mon avis, tu peux jeter un coup d’oeil à mon blog Céline Online ;-)
    http://www.celineonline.fr/nos-etoiles-contraires-john-green/

    Répondre
  49. Jade a dit…

    Juste… MERCI !
    Ce livre m’a soufflé, m’a bousculé… Ce livre c’est une ôde à la vie, une cri de bonheur..
    Il m’a sûrement d’autant plus fait cet effet là que le cancer c’est ce qui rythme mes journées,; je suis diététicienne et 90% de mes patients ont cette putain de maladie.

    Ce livre est magique alors encore merci. Je vais me coucher avec sûrement un peu plus d’âme ce soir et un regard différent sur ma vie qui est finalement si belle !

    Répondre
  50. manon a dit…

    Je n’ai que 15 ans, mais si je peux conseiller a quelqu’un un livre, ce serait “si tu veux etre mon amie”. Il raconte l’amitié entre une israelienne et une palestinienne, c’est une belle preuve qui nous montre que l’amitié existera toujours malgré la guerre.
    Il est assez dur, mais je l’ai lu quand j’étais en cm2, vos enfant de 11-12 ans pourront donc le lire facilement!
    J’ai lu nos étoiles contraires moi aussi, et je n’ai fait que pleurer j’avoue!
    Très bel article :)

    Répondre
    • Caroline a dit…

      Oh merci Manon, je suis super touchée de ton commentaire, c’est rassurant de voir que ta génération se préoccupe de ça, d’autant plus que je crains qu’on ne vous laisse aussi ce bourbier en héritage…

      Répondre

Vote commentaire

  • (ne sera pas publié)

Vous pouvez si vous le souhaitez utiliser les balises HTML suivantes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Current day month ye@r *