Catégorie : Leçons de mode

Ruminer le bonheur

ruminer

Hier, à la faveur d’un cours annulé, j’ai profité de ma grande à l’heure du déjeuner. C’est finalement assez rare de nous retrouver à deux, que ce soit avec elle ou son frère et sa soeur. C’est un sujet de frustration lorsqu’on a plusieurs enfants, une cause récurrente aussi de culpabilité: « est-ce que je donne assez à l’un ou à l’autre, est-ce que j’ai su être là au moment ou il ou elle en avait besoin ? » La réponse est souvent non, hélas, prise que je suis dans mes propres affres, mes deadlines à respecter, l’intendance du quotidien qui bouffe tout. Et puis parfois, une parenthèse qui s’offre alors qu’on ne l’attendait pas et à un moment où on est à même de la saisir (parce que soyons honnête jusqu’au bout, souvent, quand ils me demandent de les externaliser pour cause de prof absent, je refuse, trop de boulot, flemme de préparer un vrai repas, égoïsme, etc). Et donc hier, j’ai cédé, il faut dire que la veille, son rendez-vous chez l’orthopédiste n’avait pas été des plus réjouissants, vous reprendrez bien pour 6 mois de corset, mademoiselle, bref, vous voyez le genre. En lire plus »

Par ici les 3J !

galafs12

Comme je vous l’ai déjà raconté je crois (je me demande si l’avocat est bon pour la mémoire, j’ai l’impression que plus mes cheveux poussent, plus je radote), je me souviens très bien des 3J quand j’étais enfant. Avec ma mère nous allions aux Nouvelles Galeries à Lyon, c’était la fête (enfin, parfois c’était la crise parce que je ne rentrais dans rien, que je piquais des crises dans les cabines d’essayage et hurlais contre ma mère qui ouvrait le rideau en grand en m’assurant que noooooon, personne ne voit rien) (scène reproduite quasi à l’identique il y a deux jours dans un grand magasin avec ma fille, les problèmes de poids en moins mais avec évidemment douze complexes à la pelle et le même rideau ouvert et les mêmes mots prononcés, « mais arrête, personne ne te regarde ») (SORTEZ MOI DE LÀ JE SUIS DEVENUE UNE VRAIE MÈRE D’ADO) (pardon maman pour TOUT). Bref, ce détail mis à part, c’était donc chouette les 3J, au retour on mentait les yeux dans les yeux à mon père sur les prix et on planquait des trucs qu’on ressortait au compte gouttes les jours suivants pour pas qu’il nous fasse une attaque.

Et donc aujourd’hui ce sont les 3J et dans le cadre de mon partenariat avec les Galeries Lafayette, voici une petite sélection de ce que là tout de suite je planquerais bien dans mes placards. Vous ne serez pas étonnés de voir plus d’objets pour la maison que de sapes, je commence à être vraiment dans les starting blocks (enfin dans ma tête parce que pour ce qui est des cartons, HUM HUM), prête à investir mon futur nouveau chez moi. Un chez moi où ça sentira donc la fleur d’oranger à tous les étages et où on boira le café dans des tasses à double fond (mon rêve avec le distributeur de glace pilée).

Bonne journée.

#1 – Blouse à pois Morgan – #2 Cabas à paillettes Vanessa Bruno – #3 – Derbies en cuir vernis Galeries Lafayette – #4 Crème gommante Clinique #5 – Marinière Armor Lux – #6 Bougie Durance (j’adore ces bougies) à la fleur d’oranger – #7 – Pinceau Kabuki – #8 – Set à infuseur à thé Bodum – #9 – Boots en cuir Galeries Lafayette –  #10 – Verres à café Bodum – #11 – Savon liquide à la fleur d’oranger – #12 – Blazer Vero Moda

Plus de 3000 items sont bradés durant trois jours, pour voir l’ensemble des offres, c’est par ici.

Et tant qu’à faire, au cas où, il y a aussi des offres cumulables avec les 3J sur quelques marques sympas: MAVALA: -40% à partir de 2 produits achetés dans la marque – ESSIE: -40% à partir de 2 produits achetés dans la marque – OPI: -40% à partir de 2 produits achetés dans la marque – Christophe Robin: -30% sur l’ensemble de la marque – Leonor Greyl: -30% sur l’ensemble de la marque (bref, c’est le moment de faire péter les vernis et les masques capillaires).

Prends-moi sous le porche

DSC00490

La dernière fois j’avais donc rendez-vous avec Violette au Fumoir, pour un dèj en compagnie d’une amie commune. On s’est retrouvées toutes les deux un bon quart d’heure avant pour que je lui fasse un shooting mode. C’est le genre de service qu’on se rend entre blogueuses. On n’a peut-être pas de syndicats ou de comités d’entreprises mais on est cul et chemises (hu hu hu) quand il s’agit de s’entraider. Il faut dire qu’on se connait par coeur, qu’on sait exactement comment faire ça vite fait bien fait, le tout en se moquant des regards amusés des passants. (c’est moi ou il fait un peu chaud ?). Je dois avouer que je suis le plus souvent derrière l’appareil plutôt que devant, je suis la godiche absolue de la pose et surtout je rends Violette totalement dingue à force de bouger pile poil quand elle appuie sur le bouton (non, vous ne trouvez pas, je veux dire, pour la température ?). Là encore l’idée c’était que je joue les Peter Lindbergh pendant que la belle prenait son air mystérieux et insondable (elle est championne du monde de l’insondable, je m’entraine à mort pour l’égaler mais je n’y arrive pas encore vraiment). Et puis quand je suis arrivée, elle m’a dit « non mais attends, t’es hyper stylée, viens je te prends » (bon, OK, j’éteins le radiateur et je reviens). En lire plus »

All green

DSC_4841

Je n’ai jamais été une fille à baskets. Je crois que je les associe beaucoup trop au sport et surtout, soyons claire, ça me tasse. D’une manière générale, quand on atteint péniblement le mètre soixante-trois et qu’on n’a pas été particulièrement dotée pour tout ce qui est jambes fuselées, les baskets ont tendance à faire ressortir ce qu’on n’apprécie pas le plus chez soi. Et en même temps, il n’y a rien que je trouve plus séduisant qu’une femme en jean baskets, je crois. Il y a quelque chose de presque vulnérable, dans cette façon de ne pas se cacher derrière des talons, quelque chose qui rappelle l’enfant qu’on a toutes été. Il y a quelques jours, alors que je passais devant une boutique de runnings, je les ai vues. Ces fameuses Stan Smith que toute blogueuse qui se respecte se doit d’avoir dans sa penderie – quand elle n’en possède pas toutes les déclinaisons, rouges, bleues, graou et cie. Ayant la personnalité d’un bégonia pour toutes ces choses, j’étais tentée depuis des lustres, pas parce que j’en avais ado – comme c’est le cas pour Violette par exemple (ma muse Stan Smith), ou ma copine Béa (ma muse fashion de toute mon adolescence) – mais juste parce qu’au delà de leur fort pouvoir iconique, je les trouve jolies. Ou juste donc à cause de ma capacité à être influencée. Toujours est-il que ce jour là je suis entrée dans la boutique – ça nous arrive parfois à nous les blogueuses, si si – et je me les suis offertes. En lire plus »

Quand ça commence à devenir intéressant

dernieredemarque

Hier, en rentrant de l’école, Rose me parlait de l’une de ses copines dont les parents sont séparés. « Elle n’a pas une vie facile tu sais, deux pères, tu imagines ? Un vrai et un faux qui vit avec sa maman ». Et d’embrayer sur cette dame qu’elle avait entendu parler avec sa nounou – coucou N. – qui avait surpris « son mari en train d’en appeler une autre » et que « ses enfants défendent et lui disent de le quitter parce qu’il ne faut pas gâcher sa vie ». (L’occasion de constater que la différence entre le b et le d n’est toujours pas totalement assimilée mais qu’en revanche pour ce qui est d’enregistrer les conversations qui ne la regardent pas, AUCUN PROBLÈME DE MÉMOIRE.) Bref, toutes ces histoires de séparations semblaient malgré tout la préoccuper (ou juste elle se croyait dans un épisode de Violetta, ce qui n’est pas non plus complètement impossible), donc j’y suis allée de mon petit couplet, sur la difficulté parfois de s’aimer pour toujours, sur le fait que sa copine était sans doute plus heureuse maintenant que ses parents ne se disputaient plus, qu’en tous cas quand l’amour s’en va, ce n’est jamais la faute des enfants, bla bla bla. Et j’ai terminé avec des paroles se voulant rassurantes, sur son papa et sa maman qui pour l’instant en tous cas s’aimaient toujours, « même si parfois on se chamaille, mais ça c’est normal, l’important c’est de se réconcilier ». En lire plus »

Envies d’Automne…

zalando

Collaboration Zalando privé

J’ai des copines, enfin surtout une, qui se reconnaitra, qui est une professionnelle des ventes privées sur Internet. Ok, ma mère aussi, d’ailleurs si j’y pense, c’est la championne du monde, je ne vous dis pas les paires de lunettes de soleil de marque qu’elle possède, « quasiment données ». Personnellement j’avoue, même quand je me crée des alertes, j’ai tendance à oublier pour ensuite m’auto-flageller d’avoir laissé passer une occase pareille. Bref, les ventes privées, je ne suis pas l’experte internationale. Mais j’aime bien rêvasser devant quand même. Parce que d’une manière générale, j’aime bien faire des paniers sur Internet, que je valide ou non, mais pendant quelques instants, je deviens l’heureuse propriétaire virtuelle d’assiettes dorées, d’une nuisette en plumetis, de bottes fourrées qu’on ne veut plus jamais enlever ou d’une montre un peu bling mais massive comme je les aime. Bref, pour cette sélection sur le site de Zalando privé, voici ce qui me titille très sérieusement. Des envies très automnales, parce que j’adore quand mon churros traine en pyjama, à partir du moment où ce dernier est à carreaux, que je suis une dingo des dessous et des jolies culottes et que les rennes dorés qu’on accroche au sapin, ben j’en ai pas encore dans ma grande collection de décorations (cette année mon code couleur ça tombe bien, ce sera blanc et doré). (je ne suis pas folle tu sais). Tout ça vraiment bradé, ça va de soi, c’est même le principe des ventes privées…

1 – Montre – 2 – Soutien gorge lulu castagnettes – 3 – Pyjama  – 4 – Derbys d’homme – 5 – Assiettes – 6 – Sac bandoulière – 7 – Rennes doré – 8 – Portefeuille Lancaster – 9 – Ecco Cabas – 10 – Soutien-gorge Marco Polo – 11 – Culottes – 12 – Bottes fourrées – 13 – Nuisette Lulu Castagnette

Graou…

DSC_2348

Je sens qu’avec mes confessions mycosiques, j’ai légèrement écorné ce glamour qui pourtant m’auréole depuis toutes ces années de blogging. D’où l’a nécessité de réhabiliter mon fashion statement illico presto. Du coup de matin j’ai dit au churros, vas-y, prends moi au débotté. D’enthousiaste et chaud bouillant (avec mes oreilles en chou fleur ça n’a pas été la fête tous les soirs ces derniers temps) il est devenu totalement désabusé quand je lui ai collé mon joujou extra dans les mains, à savoir mon Reflex Nikon 7000. Du matos de compétition à dix mille dollars avec lequel il est parvenu à prendre péniblement trois clichés sauvables quoi que flous.

Tout le monde n’a pas la chance d’avoir un mari photographe.

« Non mais baisse toi je ne peux pas t’avoir en entier dans le cadre », m’a-t-il engueulée sur le pallier. D’où cette pose ridicule qui donne l’impression que je vérifie que j’ai toujours des pieds.

Pas très grave, l’idée n’était pas de montrer ma trombine mais deux nouvelles venues dans mon dressing (= un portant en phase terminale).

A savoir donc: En lire plus »

French Disorder & Caro: Le KIFF (et le concours)

coolab-caro Fotor0925203933

Alors voilà, parmi les choses très cool que je voulais vous annoncer en cette rentrée, il y a cette « coolab » avec French Disorder. Les gars je la tiens ma collection capsule !!! Depuis le temps, je désespérais. Et puis les amis de FD, la petite boite bordelaise qui monte qui monte, m’ont demandé si ça pouvait m’intéresser. Et là j’ai pensé Kate Moss & Topshop, j’ai pensé Ines & Uniqlo, j’ai pensé, Jenifer & La Halle aux vêtements (je déconne). En un mot, CONSÉCRATION. En lire plus »

Le bonheur est dans le combi

DSC_2248

On a de drôles de peurs parfois dans la vie. Parmi la foultitude qui m’assaillent quotidiennement, il y avait la celle-ci: ressembler à un rôti dans une combi. Tout en convoitant de tout mon corps (la blogueuse est un être passionné) ladite combi. A force de lire ça et là qu’il n’y avait rien de plus pratique, de plus seyant, de plus classe en toute circonstance, je me la rêvais (non mais sans déconner, une fringue qui fait à la fois le haut et le bas et qui du coup fait disparaitre le dilemme matinal et quotidien de quoi va avec quoi ! What else ?).

J’étais donc en proie à des doutes très affreux quand vendredi, je ne sais pas, prise d’un courage étonnant, je me suis dit qu’après tout, on ne vit qu’une fois. Et j’ai donc commandé cette petite chose chez Asos. Lorsque je l’ai reçue hier, j’ai su. On était faites l’une pour l’autre.

En lire plus »

Mood automnal

mood26

Avec ce mois d’août déplacé en septembre c’est peu dire que je suis perdue (ça et le fait que les banques souhaitent voir l’intégralité de mes fiches de paie et factures depuis 2011) (je ne suis pas loin d’avaler toute l’encre de mon imprimante pour en finir). Ajoutez à ces petites misères le questionnaire de l’assurance sur lequel je dois préciser mon poids (lors de l’entretien avec le courtier, mon époux (futur ex) a donné en mon absence à la louche une estimation largement surestimée. Etrangement en ce qui le concerne il a préféré s’en tenir à une fourchette dont le chiffre le plus haut est de trois kilos inférieurs à ce qu’il pèse en réalité). En lire plus »

Page 3 sur 20123451020Dernière page »