Catégorie : Leçons de mode

Dites-lui que je suis comme elle…

 

DSC_9068

On connait mes addictions pour les petites robes noires, peut-être un peu moins celle pour les blouses, si possible blanches, avec empiècements de dentelle. Si j’étais dans une démarche de penderie durable, à l’instar d’une bonne partie de la blogosphère, qui zermate de la sape avec une sincérité confondante, je pense que je pourrais réduire mon armoire à ça: des robes noires, des blouses blanches et des slims noirs. Avec les boots en prime, qui ont le bon goût d’aller avec tout.

Celle-ci vient de chez Asos, one more time. Elle est parfaite, un peu plus longue derrière que devant – ou comment planquer ce qui doit l’être – et légèrement, très légèrement transparente, mais pas assez pour que ce soit vulgaire (j’adore mettre dans ce cas là des soutien-gorges colorés). L’intérêt de cette tenue qui ne bat pas des records d’originalité, on est d’accord ? Elle peut se porter en toute circonstance, après-midi au square, rendez-vous de boulot, soirée fofolle ou après-midi canapé. Tout ce que j’aime, je déteste devoir m’interroger quant à la compatibilité de mes fringues avec telle ou telle occasion. En lire plus »

Misfit Shine ou comment je compte mes pas…

photo(60)

Pour la première fois depuis deux mois je n’ai pas en ligne de mire un long papier à rendre pour dans trois jours. Je sais que d’ici 48h le soulagement actuellement ressenti se transformera en angoisse naissante, mais – et c’est là que je remercie mes nouveaux 29 ans, bien plus matures que les anciens – je crois que je parviens à profiter. D’autant qu’en réalité je n’ai pas non plus RIEN à faire (j’ai des épisodes de Nashville à rattraper). Plus sérieusement, je ne pouvais pas terminer cette semaine sans vous dire que… En lire plus »

Epice, et la gagnante est…

Hola ! Donc c’est le commentaire 222 qui remporte le concours, à savoir Sophie, qui a choisi l’écharpe gris anthracite à pois (à savoir la même que la mienne, femme de goût, moi je dis !).

Merci à tous et toutes pour votre participation, le moins que l’on puisse dire c’est que vous avez été nombreux !

Pour les déçus, qui seraient tentés, sachez qu’avec le code CARO10, vous avez 10% sur toutes les étoles, jusqu’au 23 mars. Je sais, ce n’est pas la même chose que de gagner, mais c’est le mieux que j’ai pu faire…

Très bon we…

Edit: Sophie, tu m’envoies ton adresse postale ? (cfrancfr(at)yahoo.fr)

Une étole Epice (concours inside)

DSC_5974

EDIT: CONCOURS TERMINÉ !!!

Je ne sais pas si vous vous souvenez, je vous avais parlé de cette étole Epice et de sa qualité exceptionnelle. Des étoles et des foulards, j’en ai à foison, j’ai d’ailleurs passé l’hiver un plaid autour du cou. Mais j’en avais rarement possédée une aussi magnifique. Epice est une marque qui fait fabriquer ses écharpes et foulards à la main, dans des tissus nobles comme le lin, le mérinos ou la soie et qui s’est engagée depuis ses débuts dans une démarche de commerce équitable. Les prix sont conséquent, ne nous cachons pas derrière notre petit doigt, mais on est loin, très loin, de ce que l’on trouve à pas cher dans le mass market. Chaque modèle est unique puisque fabriqué artisanalement et la mienne n’a pas bougé d’un fil (hu hu hu) (tissage, fil, toussa). En lire plus »

Joyeux 3J !

3J

Je me souviens plus jeune, ma mère attendait de pied ferme les 3J. On s’y précipitait pour faire une razzia de toutes ces jolies choses à trois fois rien et quand on rentrait elle divisait systématiquement les prix par deux en montrant fièrement ses trouvailles à mon père. Qui trouvait quand même qu’on s’était un peu trop lâchées. Je crois qu’en réalité il n’a jamais été dupe. Il n’empêche que les 3J c’est ancré dans mon ADN. Alors quand Les Galeries Lafayette m’ont demandé de proposer une sélection de ce que j’achèterais dans mes rêves les plus fous, voici ce que ça a donné… Des sandales zèbre, parce qu’on a toujours besoin d’une paire de sandales zèbre, des sacs en tissu à paillettes, une robe noire à dentelle, une marinière (what else), de la crème hydratante Clinique parce qu’elle est dramaticcaly culte, des ombres à paupières Shisheido parce qu’elles sont incroyables, un pinceau à poudre parce que le mien date de 1985 environ et laisse sur ma peau déjà pas gâtée de longs poils noirs, un tee pour ma fille que je piquerai dès qu’elle aura le dos tourné (je vais le prendre accidentellement en 16 ans), une veste de smocking parce que ça VA AVEC TOUT et cette robe Petit bateau que j’ai vue en vrai à La Minaudière et qui est franchement sublime (même si je n’aime pas montrer mes bras mais c’est une autre histoire). Le tout soldé de 30 à 50%.

Voilà, c’est tout, bonne journée et joyeux 3J !

#1 – Marinière #2 – Dramatically Different Moisturizing Gel Clinique #3 – Robe Petit Bateau #4 – Ombres à paupières Shisheido #5 – Tee-shirt enfant #6 – Pinceau à poudres #7 – Cabas Vanessa Bruno #8 – Veste de smocking #9 – Petite besace à paillettes #10 – Sandales zèbre #11 – Robe noire empiècement dentelles

I love Brouqueline

IMG_1613

Un dernier billet sévillan, avec ma trombine en prime à nouveau, mais c’est pour la bonne cause, aujourd’hui c’est cadeau. Vous vous souvenez de French Disorder, la marque de tees & sweats qui monte, créée par des amis ? J’avais déjà montré mon sweat « Pipelette », voici donc le « Brouqueline » (il est possible que vous ne trouviez pas tout de suite la blague, ne vous jetez pas la pierre, ça arrive aux meilleurs). Outre l’inscription que j’aime personnellement beaucoup, je tiens à porter à votre attention la coupe absolument parfaite. Le décolleté est pile comme il faut et la longueur également. Je l’ai pris en L, parce que je le voulais un peu large et il est nickel, mais le M aurait pu faire l’affaire également. Vous avez donc la possibilité de gagner un tee de la nouvelle collection. En lire plus »

Daisy à Séville

DSC_8817

Vous l’avez entraperçue sur mes photos hier, et quelques curieuses m’ont demandé d’où elle venait. Elle ? Ma robe Daisy comme j’aime l’appeler, constellée de marguerites. J’avoue avoir hésité avant de l’acheter sur Asos, parce que la forme, apparemment ultra-confortable peut être trompeuse et appeler des questions rarement agréable lorsque l’on a le stérilet chevillé au corps plutôt deux fois qu’une: « c’est pour quand ? ». Ne nous voilons pas la face en effet, la robe trapèze est probablement le meilleur moyen de dégotter facile une place assise dans le métro. En lire plus »

Chabadabada…

DSC_8144

La première fois que je suis allée à Cabourg c’était avec le churros, pour un de nos premiers week-ends sans les twins. Mes parents étaient venus garder les enfants et j’avais craqué mes économies – à l’époque je n’avais pas de blog, je vivais encore très chichement, je veux dire je PAYAIS TOUT, heureusement aujourd’hui je n’ai tellement plus jamais besoin de ma carte bleue que j’en ai oublié le code – pour lui offrir une nuit au Grand Hôtel. L’endroit m’avait toujours fait fantasmer, depuis ce passage de la Boum, quand Vic part rejoindre Mathieu qui bosse à Cabourg et lui fait croire qu’elle a fugué alors qu’elle crèche en toute simplicité au Grand hôtel avec Poupette. Évidemment, quand Mathieu la crame dans la chambre alors qu’il apporte le petit déjeuner – il est serveur dans l’établissement – c’est le drame. En lire plus »

Un canal en hiver

DSC_7954

Vendredi le soleil brillait sur Paris. Comme une promesse d’un printemps à venir, un avant-goût des mois prochains. Avec Violette et Deedee, on a célébré ça à notre manière, en mangeant des boulettes. Chacun son truc, il ne faut pas croire que les blogueuses ne se nourrissent que burgers ou plutôt des instagrams de leurs burgers, parfois on innove. Et comme il n’aura échappé à personne que la boulette c’est justement un peu le nouveau burger, nous nous devions d’aller tester fissa ce charmant resto, « Mezz », tenu par deux non moins charmantes jeunes femmes, Arméniennes d’origines et convaincues du pouvoir de la boulette. Keftas, fallafels, caviar d’aubergine, taboulé – le vrai, celui qui te laisse du persil entre les dents – citronnade maison, c’est simple, j’en ferais ma cantine si elle n’était pas un peu loin de mon 13ème arrondissement. Parce que bien évidemment, cet endroit que l’on qualifiera de « new-yorkais » dans l’esprit (= quintessence du cool) crèche au bord du canal Saint Martin (dix ans que j’attends de lire quelque part que l’avenue de Choisy c’est le nouveau 9ème arrondissement, ce n’est pas encore pour cette fois je le crains). En lire plus »

Peau douce

beauty

Je passe en coup de vent, je pensais naïvement que les affaires ne reprendraient que doucement en ce début d’année mais c’était sans compter les miasmes et les demandes impromptues d’articles qui me tombent dessus comme des petits pains. Je ne pouvais pas néanmoins vous laisser sans vous livrer ces informations beauty de la première importance, il y a un moment où il faut assumer ses responsabilités.

Plus sérieusement, je ne vais pas vous refaire le tableau de ma peau – « it’s complicated » – mais en gros, rien ne vaut pour moi les marques dites « de pharmacie », les seules ou presque à ne pas me coller des plaques rouges – ou pire. Si Avène reste pour moi la panacée, d’autant plus depuis qu’il existe chez eux des crèmes antirides et du maquillage, je suis assez fan également d’Aderma et de Ducray. Et aussi, grosse découverte pour moi cette année, Yon-ka propose des crèmes qui sentent drôlement bon (souvent c’est ce qui me manque dans les produits hyperallergéniques et sans parfums) et qui tiennent leurs promesses.

En lire plus »