Catégorie : Food and Drink

Marbrée, la meuf

IMG_0506

Alors, donc, un immense merci pour vos commentaires sous ce billet anniversaire. Je me répète mais je vous annonçais en blaguant avoir envie de me palucher et la vérité c’est que j’ai un peu passé ma journée à me vautrer dans vos mots. Il était temps que ça se termine parce qu’à 18h j’étais à ça de tenter une multiplication des pains. Je plaisante à moitié, j’ai été profondément touchée.

Je rêverais de pouvoir faire gagner un manteau à chacune d’entre vous, mais hélas il n’y a qu’un seul lot pour cette fois-ci. Mais lundi il y aura du lourd, stay tuned. Et donc, la gagnante du manteau de son choix est…

AudreyM37, commentaire 325. Envoie moi un mail Audrey et bravo !

En lire plus »

Truffée

IMG_0602

Oui c’est une recette du jeudi, and so what, hein ? Une recette de circonstance, parce que Noël sans truffes aux chocolat, c’est comme une porte sans paillasson (call me André Breton). Honnêtement, quoi de plus régressif et merveilleux que ces petites crottes pleines de beurre ? Personnellement je les fais au beurre salé, avec des gros morceaux de sel qui croquent (le fameux croquang-gourmang de Cyril Lignac). J’ai pris la recette la plus basique, je sais qu’il y en a des plus élaborées avec de la crème notamment, mais ce jour là j’étais pressée (j’avais un début de cystite).

Donc voici comment faire ces petites conchoncetés descendues du ciel:

– 250 g de chocolat noir de bonne qualité
– 100 g de beurre
– 2 jaunes d’oeuf
– 80 g de sucre glace
– 50 g de cacao En lire plus »

Du sport et des cookies…

11254115_1485436728432555_1467724307_n

J’ai l’impression que vous aimez bien la petite recette du vendredi et compte tenu que j’en propose une pour la troisième fois consécutive, je crois qu’on tient un semblant de rubrique récurrente. Je préfère ne pas trop m’avancer néanmoins, mon assiduité dépend en réalité uniquement du plaisir que je retire d’une activité, par conséquent ne nous emballons pas, ça peut me passer. Mais je cours toujours au cas où vous vous interrogeriez. Ne me posez pas la question du poids, premièrement j’ai bazardé ma balance depuis un an et demi, deuxièmement vous savez bien que JE NE FAIS PAS ÇA POUR ÇA. (il y a quelques jours, j’ai annoncé triomphalement à quelques copines que j’étais bien plus à l’aise dans mon jean. Ensuite, je l’ai lavé. Et il s’est avéré qu’une fois propre il n’était plus si lâche au cul). Par contre je ne sais plus qui m’avait dit ça mais je confirme que courir régulièrement (3 x 23 minutes, toujours, en ce qui me concerne) donne meilleure mine. Bon c’est pas fou fou non plus, hein, mais tout de même, il y a un semblant de rose sur mes joues qui n’a rien à voir avec l’ajout d’un blush. Et enfin, je dors hyper bien. Mais la vérité c’est que je dormais déjà très bien, donc la seule chose que je peux en déduire c’est que courir ne m’empêche pas de dormir.

Ah et j’écris ce billet en écoutant le dernier album de Johnny, donc il n’est pas exclu que courir me donne des goûts musicaux étranges (parce que j’avoue, j’aime bien). En lire plus »

Pour ne plus jamais rater vos choux…

Non que je ne sois impatiente de continuer la discussion passionnante d’hier, je me dis qu’un peu de douceur dans ce monde de brutes ne peut pas nuire… (même si je fais confiance à certaines d’entre vous pour trouver dans ce sujet une potentielle source de polémiques sanglantes à coup de « PAS DE LEVURE DANS LES CHOUX ». (JOKE). En lire plus »

Chouquettes très chouettes

chouquette2

Hier, en plein flag de procrastination, j’ai soudain ressenti l’urgent besoin de préparer des chouquettes. Des mois que ça me tentait mais je ne trouvais jamais le sucre perlé, indispensable comme chacun sait pour obtenir une chouquette digne de ce nom. Et puis grâce à Bouchra, ma co-runneuse et voisine, j’ai découvert qu’il y en avait à Monop (where else). Bref, j’ai fait des chouquettes et honnêtement, je n’aime pas me vanter mais elles étaient absolument exceptionnelles. Ma dernière expérience en matière de choux s’était soldée par une débandade ridicule. De magnifiques et gonflés à la sortie du four, ils s’étaient transformés en gants de toilettes pitoyables avant même que j’aie pu les instagramer. Les fourbes. Mais j’ai désormais un four à chaleur tournante et surtout j’ai pris soin de les laisser suffisamment dedans pour que mes chouquettes sèchent un peu. Oui parce que comme Mercotte l’expliquerait sûrement mieux que moi, s’ils s’effondrent les choux, c’est parce qu’ils sont humides. En lire plus »

J’ai mangé tout mon granola…

IMG_9822

Alors la gagnante du concours est le commentaire 366, Libellule. Merci à vous Libellule de m’envoyer par mail vos coordonnées ! Merci aussi à tou(te)s pour votre participation, je suis désolée pour les 600 et quelques déçu(e)s, c’est le souci des concours, forcément, le ratio de satisfaits est en général négatif. Mais je vous rappelle au cas où que le code BYCARO15 vous donne droit à 15% de réduction jusqu’au 5 novembre sur tout le site Tiny-Om.

Voilà, à part ça je me bats à nouveau avec une otite et je ne vous cache pas que ça m’attaque un peu le moral et l’inspiration. Je vais par conséquent me contenter de vous livrer ma recette de granola maison, parce que depuis que j’ai découvert que c’était si facile, je produis du granola au kilo. On s’occupe comme on peut. Je me suis inspirée de plusieurs recettes et j’avoue que j’y vais un peu au pif, ma première version était assez monacale, trop de flocons d’avoine, pas assez de sucre et de gras j’imagine, donc hier j’ai un peu plus forcé sur le sirop d’agave et l’huile de noisette. Et devinez quoi ? C’était dix fois meilleur. FORCEMENT. Comment voulez-vous qu’on s’en sorte, hein ?

Allez.

Donc.

Pour un granola qui me dure au moins dix jours. En lire plus »

Tartinée

avocado

Hier, alors que je regardais par le plus grand des hasards le Grand Journal – je fais partie de ceux qui aimaient Maitena Biraben avant qu’elle ne parle du discours « de vérité » du Front National – j’ai entendu Vincent Dedienne, un humoriste que j’aime bien, citer Baudelaire pour justifier le fait que son spectacle était largement autobiographique: « le premier venu, pourvu qu’il sache amuser, a le droit de parler de lui ».

J’aime bien.

Je n’ai pas la prétention de toujours parvenir à amuser – d’autant moins qu’à l’heure où j’écris ces mots, je suis censée avoir écrit au mois quatre ou cinq sketchs pour Parents mode d’emploi et que… hum (zéro) – mais bon, je m’en rappellerai les jours où j’aurai des scrupules à raconter ma vie ici.

Voilà, à part ça, et bien pas grand chose, nous sommes sans enfants, j’ai mal à l’oreille – je ne veux pas dramatiser mais je crois qu’en fait je suis condamnée à enchainer les otites ad vitam – et j’éprouve une difficulté certaine à ne pas me croire moi même en vacances. C’est l’un des gros problèmes je crois de la vie d’une mère free lance. Elle s’invente parfois qu’elle est calquée sur le rythme de ses enfants. Et du coup, toutes les sept semaines environ, bam, c’est le drame. En lire plus »

F(i)ever

feves

Allez, pour ne pas terminer la semaine sur un silence, une petite recette en passant, pas de l’immense cuisine mais j’étais particulièrement satisfaite du résultat de cette salade de fèves. Elle a commencé par un petit moment de solitude quand j’ai demandé à mon maraicher – mignon – de me mettre un kilo de ses délicieux petits pois. Le tout sur un ton très assuré et regard complice, genre on ne me la fait pas.

C’étaient donc des fèves. En lire plus »

Apple pie très fine

tarte

Je dois vous avouer que je ne suis pas mécontente que Top Chef ait pris fin parce que cette émission a joué un rôle certain dans le come back de mes fringales du soir. Ou comment avoir envie de se taper un médaillon de foie gras et sa compotée d’oignons à 22h45 alors qu’on est en pleine digestion. Sans compter que je cherche à revisiter tous les classiques de la cuisine française, avec plus ou moins de succès. Je colle du craquant et du croquant partout, histoire de mettre de la texture dans mes plats et je ME PARLE quand je fais mon master piece (ma salade de riz) : « allez on s’arrache Caro, on envoie le thon et la vinaigrette » Il ne manque plus que Stephane Rotenberg et son « 4, 3, 2, 1 » pour que je lève les bras au dessus de mon tablier. En lire plus »

Stratagème et Céladon

DSC_6070

Deux informations aujourd’hui, qui n’ont pas grand chose à voir l’une avec l’autre mais après tout la vie est faite de ces petits carambolages qui la rendent au passage un peu plus poétique (non parce que si on attend de l’actualité un quelconque supplément d’âme, on est MAL) (comme je le disais si spirituellement sur FB il y a quelques jours, au rythme où ça va on va bientôt apprendre qu’Andreas Lubitz faisait cuire des chatons au micro-ondes pendant ses RTT sans que personne n’y trouve à redire).

Donc, la première chose dont je voulais vous parler, c’est de ce restaurant merveilleux, Le Celadon, où ma compère de galère (Dominique Isserman) et moi même avons été invitées récemment (ceux et celles qui me suivent sur Instagram (comment ça tu me suis pas ?) ont sûrement vu quelques clichés passer).

Niché au creux d’un des plus anciens hôtels de Paris, le Westminster, dans l’une des rues les plus chères du Monopoly, la fameuse rue de la Paix (et bim, Zazie dans la tête pour la journée), il a ce charme délicieusement suranné de ces endroits chargés d’histoire. Tout au long du déjeuner, des images de mon arrière grand-mère, chic s’il en était, me sont revenues en mémoire. Elle aurait pu être là, juste à côté, à me sourire avec cette distance un peu bourgeoise qui la caractérisait. En lire plus »